1. Les marchés
  2. Live blog
live

Chine/États-Unis/Zew allemand, mauvaise digestion pour les marchés

La Chine a dévalué sa devise, enfonçant les valeurs du luxe, de l'automobile et des matières premières. Les indices européens ont accusé le coup, même si la Grèce et ses créanciers ont trouvé un accord. Delta Lloyd a dégringolé, les investisseurs craignent une nouvelle augmentation de capital.
  • Clôture des marchés européens

    FTSE-100 (Londres) -1,06%

    AEX -1,14%

    BEL 20 -1,53%

    STOXX Europe 600 -1,63%

    CAC 40 -1,86%

    DAX -2,68%

  • Les céréales repartent à la baisse

    Les cours européens de céréales repartent à la baisse ce mardi, après leur rebond technique de la veille.

    Le blé en Europe renoue avec la baisse, dans un contexte de récolte abondante, après la bonne séance de lundi qui avait vu le retour des acheteurs.

    "On a une très belle récolte en blé". Le marché revient à ses fondamentaux après la hausse "spéculative" de lundi. Les cours du maïs repartent aussi à la baisse, le marché ayant été rassuré par l'évolution des cultures américaines.
    Damien Vercambre
    cabinet Inter-courtage

    Le léger redressement de l'euro face au dollar favorise également la baisse des cours des céréales européennes.

    Les marchés attendent désormais la publication mercredi par le ministère de l'Agriculture (USDA) de son rapport mensuel sur l'état de l'offre et de la demande dans le monde.

    A 16H30 sur Euronext, la tonne de blé perdait 3,50 euros sur l'échéance de septembre à 179,50 euros et 3,75 euros sur celle de décembre à 186,25 euros. Plus de 27.000 lots avaient été échangés.

    Le maïs perdait 3,25 euros sur l'échéance de novembre à 185 euros la tonne et 2,75 euros sur celle de janvier à 187,50 euros. Plus de 2.800 lots avaient changé de mains.

     

  • USA: les stocks des grossistes plaident pour un relèvement du PIB

    Les stocks des grossistes ont progressé plus que prévu aux Etats-Unis en juin, un signe de plus que la croissance de l'économie américaine au deuxième trimestre pourrait être révisée à la hausse.

    Selon les données publiées par le département du Commerce, les stocks des grossistes ont augmenté de 0,9% en juin alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une progression de 0,4%. Le gouvernement américain avait misé sur une hausse de 0,7% en juin pour établir en première estimation une croissance de 2,3% du produit intérieur brut (PIB) en rythme annualisé au deuxième trimestre.

    La progression des stocks des grossistes pour le mois de juin et plusieurs autres indicateurs récents suggèrent que la croissance du PIB pourrait être revue à la hausse.

     

    Etats-Unis : stocks de grossistes juin --> +0.9% (cons +0.4% préc révisé +0.6% vs +0.8%)— Alexandre Baradez (@ABaradez) August 11, 2015

  • "La nouvelle sur le yuan renforce les craintes sur les prévisions de croissance de l'économie chinoise et cela se ressent sur les marchés".
    Peter Cardillo
    économiste chez Rockwell Global Capital

  • Wall Street | Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,95%
    • S&P 500: -0,77%
    • Nasdaq Composite: -0,70%
  • La Chine enfonce le Dax

    ©Doc

  • +950% en deux pour la biotech Aquinox

    Aquinox Pharmaceuticals Inc progresse de 36% dans les échanges d'avant Bourse prolongeant son envol de ces deux dernières séances. L’action a gagné jusqu'à 553% en séance hier lundi et 435% vendredi, portant à 955% ses gains sur ces deux derniers jours.

    Le titre de la société de développement de médicaments s'est envolée après les déclarations d'un analyste relatives à des résultats meilleurs que prévu enregistrés par la biotech dans le traitement pour la douleur de la vessie et de l'eczéma.

  • +5,87%
    L'action Google s'envole de 6% en pré ouverture.

  • USA: la productivité rebondit au T2 mais la tendance reste faible

    La productivité non agricole a rebondi aux Etats-Unis au deuxième trimestre mais la tendance de fond reste faible, ce qui suggère que la reprise de l'inflation pourrait se produire plus rapidement que prévu.

    Selon les données diffusées par le département du Travail, la productivité a augmenté de 1,3% en rythme annuel sur la période avril-juin, alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une progression de 1,6%.

    Conformément aux chiffres pris en compte dans le calcul de la première estimation du produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre, publiée la semaine dernière (+2,3%), le recul de la productivité au premier trimestre a été révisé en baisse, à 1,1% contre une contraction de 3,1% annoncée auparavant.

    Sur un an, la productivité n'a progressé que de 0,3% et elle a aussi été révisée à la baisse pour les années 2012 et 2013.

    Ces révisions à la baisse suggèrent que le potentiel de croissance de l'économie américaine pourrait être inférieur au rythme de 1,5% à 2,0% envisagé actuellement par les économistes.

    Cela impliquerait une réduction des surcapacités plus rapide que prévu et un renforcement plus précoce des pressions inflationnistes.

    Le coût unitaire du travail a progressé de 0,5% au deuxième trimestre, alors que le consensus Reuters prévoyait une hausse de 0,1%.

    Lors de la période janvier-mars, il a augmenté de 2,3%, révisé à la baisse par rapport à la progression de 6,7% annoncée précédemment.

    Sur un an, la progression du coût unitaire du travail s'établit à 2,1%.

    La rémunération horaire a augmenté de 1,8% au deuxième trimestre, contre 1,1% le trimestre précédent, un chiffre révisé en baisse par rapport à l'annonce initiale de 3,3%.

    Par rapport au deuxième trimestre 2014, l'augmentation s'élève à 2,4%.

     

    Etats-Unis : Productivité (hors agri) Q2 prélim ---> +1.3% (cons +1.6% préc révisé à -1.1% vs -3.1%)— Alexandre Baradez (@ABaradez) August 11, 2015

  • Delta Lloyd s'effondre de près de 20% sur Euronext Bruxelles, suivie par Bpost qui rétrograde d'un peu plus de 2%. Seule trois valeurs sont en hausse au sein de l'indice Bel20: KBC , Ageas et Elia . Hors Bel20, Fagron et Eckert & Ziegler Bebig sont les grands perdants du jour. Melexis par contre tire son épingle du jeu.

  • La dévaluation du yuan enfonce les matières premières

    Les matières premières souffrent de la dévaluation du yuan, la monnaie chinoise, car elles deviennent ainsi plus onéreuses pour la Chine, gros consommateur de ressources mondiales.

    La banque centrale de Chine (PBOC) a abaissé mardi de presque 2% le taux de référence du yuan face au dollar tout en affirmant vouloir accorder un rôle accru au marché pour déterminer la valeur de la monnaie chinoise.

    Les métaux industriels, dont la Chine consomme entre 40% et 50% de la production mondiale, sont particulièrement touchés par la décision de la PBOC.

     

    "La confiance des investisseurs dans l'industrie du métal ne va pas être restaurée avant que les actions de Pékin pour renforcer la deuxième économie mondiale ne se traduisent par des résultats."
    Les analystes d'IG Markets

  • 85 milliards EUR
    L'accord en vue d'un troisième plan d'aide à la Grèce obtenu entre Athènes et ses créanciers mardi assure au pays "un financement d'environ 85 milliards" sur trois ans, selon un communiqué du gouvernement grec. La Grèce "assure" grâce à cette somme, en échange d'une longue liste d'ajustements budgétaires et de réformes, "la couverture de ses remboursements d'emprunts et des arriérés de paiement de l'Etat".

  • Rejoignez-nous pour le chat boursier (12h30 à 13h30)

    Live Blog En direct des marchés (11 août)
     
  • "Ce nouveau recul du baromètre ZEW est le signe que les investisseurs sont de plus en plus inquiets concernant la reprise en Allemagne et ce malgré les progrès enregistrés concernant les négociations pour aider la Grèce à éviter la faillite."
    James Howat
    Economiste chez Capital Economics

  • Le yuan exprimé en dollar en un graphique:

     

    ©CNYUSD

  • Imtech placé sous protection judiciaire

    Le groupe de services d'ingénierie néerlandais Royal Imtech a annoncé mardi avoir été placé en redressement judiciaire par un tribunal des Pays-Bas, procédure qui intervient quelques jours après que sa filiale allemande, Imtech Deutschland, le plus gros contributeur à son chiffre d'affaires, a fait de même.

  • Dégradation surprise du moral des investisseurs enn Allemagne

    Le moral des investisseurs et analystes allemands s'est, contre toute attente, dégradé en août en raison d'inquiétudes concernant la situation économique et géopolitique mondiale, montre la dernière enquête mensuelle de l'institut ZEW publiée mardi.

    L'indice du sentiment des investisseurs calculé par l'institut de Mannheim a reculé à 25,0 contre 29,7 en juillet.

    Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une progression à 32,0.

  • Allemagne: fort recul de la confiance des milieux financiers en août, à 25 points (ZEW)

  • GERMAN ZEW AUGUST INVESTOR EXPECTATIONS 25.0; MEDIAN EST. 31.9— MineForNothing (@minefornothing) 11 Août 2015

  • Le marché apprécie le changement à la tête de Sandvik

    Le groupe suédois d'équipement minier, industriel et d'outillage Sandvik se sépare de son directeur-général Olof Faxander, qui n'a pas su redresser l'entreprise dans un marché très concurrentiel.

    Son remplaçant, Björn Rosengren, était à la tête de l'industriel finlandais Wärtsilä (moteurs de bateaux et centrales électriques). Il prendra ses fonctions le 1er novembre.

    L'annonce est appréciée des boursiers.

  • Konecranes en vedette à Helsinki

    En vedette, le fabricant de grues finlandais Konecranes bondit de23% après l'annonce d'un projet de fusion avec l'américain Terex .

    La nouvelle entité, qui représente un chiffre d'affaires de 10 milliards de dollars (9,1 milliards d'euros) sur la base de données 2014, sera détenue à 60% par les actionnaires de Terex et à 40% par ceux de Konecranes, ont précisé les deux entreprises.

    ©Bloomberg

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (11 août) - AB InBev, bpost, Ageas, Umicore, Nyrstar, Galapagos, IBA, Fagron http://t.co/tovqKPGr8C pic.twitter.com/TRyYLmdFRn— Stéphane Wuille (@stephanewuille) August 11, 2015

  • -7,1%
    Les ventes de voitures neuves ont reculé de 7,1% sur un an en Chine en juillet, soit leur baisse la plus prononcée depuis février 2013, à 1,5 million d'unités. Il s'agit du quatrième mois consécutif de repli des livraisons d'automobiles, une série inédite depuis au moins cinq ans, une évolution symptomatique des pressions sur le marché dans un contexte de ralentissement de la croissance économique.

  • La dévaluation du yuan plombe les Bourses européennes

    Les secteurs dépendants du marché économique chinois comme l'automobile, le luxe ou encore les ressources de base accusent les plus fortes baisses sectorielles et plombent les Bourses européennes après la décision de la Chine de dévaluer sa monnaie.

     

    "Cette dévaluation apparaît comme un aveu de faiblesse: les autorités, qui promettent que cet ajustement est un 'one-shot', sont contraintes d'abandonner le peg pour donner de l'air à l'économie. Ce mouvement relance aussi la 'guerre des changes', en particulier en Asie où les banques centrales se livrent une forte concurrence pour affaiblir les taux de change."
    Les stratégistes d'Aurel BGC

  • Shanghai clôture proche de l'équilibre

    La Bourse de Shanghai clôture proche de l'équilibre après la dévaluation du yuan par Pékin. L'indice de la Bourse de Shenzhen gagne de côté 0,41%.

  • Gifle boursière Delta Lloyd

    Le groupe néerlandais Delta Lloyd a fait un bon travail dans son cœur de métier: gagner de l'argent en vendant des assurances. Mais dans presque tous les autres domaines, le bilan est plutôt négatif. Une nouvelle augmentation de capital se profile à l'horizon. L'action dégringole.

     

    -10,27%
    L'action Delta Lloyd subit les foudres des investisseurs ce mardi matin.

  • L'euro baisse face au dollar mardi, alors que la Grèce et ses créanciers sont parvenus à un accord portant sur un troisième plan d'aide de plus de 80 milliards d'euros au pays, au terme de plusieurs semaines de discussions.

    Vers 9h15, la monnaie unique européenne valait 1,1012 dollar contre 1,1019 dollar lundi soir.

  • Les valeurs du luxe et de l'automobile reculent après la dévaluation du yuan

  • | Opening Bell |

    • Amsterdam: -0,06%
    • Bruxelles: -0,15%
    • Francfort: -0,46%
    • Londres: -0,41%
    • Paris: -0,37%
    • Milan: -0,30%
    • Madrid: -0,31%
  • Les investisseurs attendent hui le baromètre ZEW qui mesure mois après mois la confiance des professionnels de la finance dans l'économie allemande.

    "La trajectoire du ZEW allemand a été invariablement décevante ces derniers mois en passant d'un pic de 54,8 en mars à 29,7 points en juillet. Les attentes sont cette fois-ci en faveur d'un rebond à 31,1 points."
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

  • Hausse surprise des nouveaux crédits en Chine en juillet

    Les banques ont accordé un montant étonnamment élevé de 1.480 milliards de yuans (213 milliards d'euros) de nouveaux crédits en juillet, contre 1.280 milliards en juin. La masse monétaire a dans le même temps augmenté de 13,3% sur un an, après une hausse de 11,7% en juin.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne croissance de 11,7% de la masse monétaire et des nouveaux crédits limités à 738 milliards de yuans.

  • Tokyo se retourne, à la baisse

    La Bourse de Tokyo, qui avait démarré mardi dans le vert, a finalement terminé sur une note négative après la décision de la banque centrale de Chine (PBOC) d'abaisser de presque 2% le taux de référence du yuan face au dollar.

  • L'annonce de la dévaluation du yuan fait monter le dollar face à l'euro et au yen.

  • Et Google devint... Alphabet

    Ne dites plus Google mais "Alphabet": le géant internet américain a annoncé ne vaste refonte de sa structure, qui devrait clarifier les performances de ses activités historiques et de ses paris à long terme comme les voitures sans conducteur ou la santé.

    L'action Google a fait un bond de près de 5% de Google dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street.

     

    ©EPA

  • Boum! La Chine dévalue sa devise

    Soucieuse de relancer les exportations, la Banque populaire de Chine (BPOC) a abaissé le point médian de la bande de fluctuation quotidienne autorisée du yuan à 6,2298 pour un dollar, contre 6,1162 lundi, en disant viser une dépréciation "exceptionnelle" de près de 2%. Après des mois de politique officielle du yuan fort, la monnaie chinoise est ainsi ramenée vers son plus bas niveau en près de trois ans.

    Les Bourses chinoises réagissent positivement à cette mesure qui favorisera la compétitivité des exportateurs du pays mais les autres places asiatiques reculent.

  • Vers une ouverture en baisse en Europe

    Les principales Bourses européennes sont attendues en baisse mardi à l'ouverture, dans le sillage des marchés asiatiques qui cèdent du terrain pour la plupart après l'annonce par la Chine d'une dévaluation surprise du yuan.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort pourraient céder autour de 0,3% à l'ouverture tandis que le FTSE londonien abandonnerait 0,2%.

  • CAPGEMINI -CITIGROUP AJOUTE LA VALEUR À SA "FOCUS LIST" EUROPE

  • Accord entre la Grèce et ses créanciers internationaux

    La Grèce et ses créanciers internationaux ont conclu mardi un accord sur un nouveau plan d'aide, ce qui permettra au pays de rester dans la zone euro et d'éviter une situation de défaut, a dit un responsable du ministère des Finances.

     

    "Un accord a été trouvé. Quelques détails secondaires sont encore actuellement en discussions."
    Un responsable du ministère des Finances

  • Good morning!

    Bonjour à vous. Si vous cherchiez le "market live" de L'Echo, ne bougez plus vous y êtes et, grâce à lui, vous ne manquerez rien des principaux développements de cette séance de Bourse du 11 août 2015.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés