1. Les marchés
  2. Live blog
live

Chute brutale du brut après l'Opep, les pétrolières encaissent

Les marchés européens ont accusé le coup après la publication du dernier rapport mensuel de l'Opep, dans le sillage des cours du brut et des valeurs pétrolières. Plusieurs rumeurs de rachat ont animé la tendance, notamment Engie et Innogy.
  • Clôture des marchés européens

    DAX -0,01%

    AEX -0,36%

    CAC 40 -0,51%

    BEL 20 -0,54%

  • Un hedge fund s'oppose à l'offre de Disney sur Euro Disney

    ©GAMMA

    Un fonds spéculatif a rallié à lui d'autres actionnaires minoritaires pour faire obstacle au projet de Walt Disney  de prendre le contrôle intégral d'Euro Disney  , selon une lettre dont Reuters a pris connaissance.

    Le fonds parisien CIAM, qui détient 1,4% des actions du parc de loisirs de Marne-la-Vallée, a écrit à son conseil d'administration pour l'informer de son opposition à ce qu'il croit être une tentative du groupe américain d'évincer les actionnaires minoritaires. Il ajoute qu'il est soutenu par plus de 5% des actionnaires d'Euro Disney, en comptant ses propres parts.

    Euro Disney estime lui que le groupe de Burbank a développé une solution à long terme qui tient compte de tous les actionnaires et qui lui permettra de mener à bien sa stratégie, tout en offrant aux minoritaires la possibilité de sortir du capital avec une prime intéressante.

  • RWE "pas pressé"

    RWE  ne subit pas de pression particulière pour céder ou réduire sa participation dans Innogy  , sa filiale de réseaux et d'énergies renouvelables, a déclaré le directeur financier du groupe allemand.

    "La situation actuelle nous convient bien". "Nous ne sommes pas pressés (de vendre)."
    Markus Krebber
    directeur financier de RWE

    Le président du directoire Rolf Martin Schmitz avait auparavant indiqué que RWE examinait "en permanence" des options stratégiques, y compris pour Innogy.

  • UE: les actionnaires pourront se prononcer sur le salaire des patrons

    Les eurodéputés ont adopté en plénière à Strasbourg un texte donnant aux actionnaires un droit de regard sur "la politique de rémunération des dirigeants d'entreprises" cotées en bourse dans l'Union européenne. Les actionnaires, qui connaîtront le montant de la rémunération des dirigeants, auront la possibilité de l'influencer de manière à la "lier d'avantage (...) aux performances et aux intérêts à long terme de la société", se félicite le Parlement européen dans un communiqué.

    Ils pourront dans les faits se prononcer à deux reprises: d'abord "ex ante" sur la politique de rémunération prévue pour les dirigeants, puis "ex post" sur la rémunération effective au cours de l'année écoulée.

    Le premier de ces deux votes sera "en principe" contraignant, mais les Etats membres qui le souhaitent pourront opter pour un vote consultatif. Dans ce cas, les entreprises pourront appliquer une politique de rémunération, même après un vote négatif en assemblée générale. Mais elles devront alors présenter une "politique révisée" lors de l'assemblée générale suivante.

    Ce projet législatif doit encore être formellement approuvé par le Conseil des ministres de l'UE.

  • Valeant dégringole à la suite du retrait d'Ackman

    L'action du laboratoire canadien Valeant Pharmaceuticals cotée à Wall Street chute, en réaction à l'annonce la veille par Pershing Square, le fonds spéculatif du milliardaire William Ackman, de la vente de la totalité de sa participation.

    Ackman, qui depuis 18 mois continuait de soutenir Valeant malgré ses déboires, aura au final perdu plus de trois milliards de dollars (2,8 milliards d'euros) sur son investissement.

  • Pour ce "gourou", le Dow Jones pourrait dévisser de 30% https://t.co/puyhyqqzoJ pic.twitter.com/YXkCRhVmIp— Stéphane Wuille (@stephanewuille) March 14, 2017

  • Chute brutale du brut après l'Opep, les pétrolières encaissent

    La chute brutale des cours du brut après la publication du rapport mensuel de l'Opep pénalise les valeurs pétrolières à Wall Street. Lanterne rouge du S&P-500, Marathon Oil perd 5%. Au sein du Dow, Chevron baisse de 1% et ExxonMobil cède 0,5%. En Europe, le compartiment affiche le recul le plus net avec une baisse de 1,3%, emmené notamment par Tullow Oil (-5%) ou encore Total et Royal Dutch Shell qui perdent de l'ordre de 1,2%.

    Avant l'ouverture de Wall Street, le recul des cours du brut avait déjà poussé les marchés d'actions européens, également prudents face aux annonces de la Fed et à la tenue des élections législatives aux Pays-Bas, en territoire négatif.

    Sur les marchés pétroliers, le Brent de la mer du Nord pour livraison en mai cède 1,91% à 50,37 dollars le baril et le brut léger américain recule de 2,2% à 47,34 dollars peu après 15h.

    Les stocks mondiaux de pétrole ont continué d'augmenter au mois de janvier malgré l'entrée en vigueur en début d'année d'accords pour réduire la production afin de soutenir les prix, lit-on dans le dernier rapport mensuel de l'Opep publié mardi.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,23%
    • S&P 500: -0,35%
    • Nasdaq Composite: -0,26%
  • Les stocks de pétrole augmentent, les marchés accusent le coup

    Les stocks mondiaux de pétrole ont continué d'augmenter au mois de janvier malgré l'entrée en vigueur en début d'année d'accords pour réduire la production afin de soutenir les prix, lit-on dans le dernier rapport mensuel de l'Opep publié mardi.

    Les cours du baril se sont retournés à la baisse à la publication de ce rapport et les indices boursiers européens qui n'y étaient pas déjà ont plongé dans le rouge.

    Orientés à la hausse avant la publication du rapport, les cours du pétrole ont piqué du nez pour perdre près d'un dollar. Le Brent de la mer du Nord cède 1% à 50,86 dollars le baril et le brut léger américain recule de 1,3% à 47,72 dollars vers 12h56 GMT.

    En Bourse, le secteur pétrolier et celui des ressources de base reculent d'environ 0,9% et ArcelorMittal (-1,3%) accuse la plus forte baisse du CAC 40 (-0,4%).

    Le FTSE londonien perd 0,11% et le Dax allemand 0,12%.

    Les futures sur les indices new-yorkais de référence creusent leurs pertes et reculent d'autour de 0,3%.

  • Volkswagen n'exclut pas des discussions de fusion avec Fiat

    Le président du directoire de Volkswagen Matthias Müller déclare ne pas exclure des discussions en vue d'une fusion avec Sergio Marchionne, l'administrateur délégué de Fiat Chrysler .

    "Je n'exclus pas une conversation", a-t-il déclaré à l'occasion de la conférence annuelle consacrée par le constructeur allemand à ses résultats à son siège de Wolfsburg, dans le Land de Basse-Saxe.

    Sergio Marchionne plaide depuis longtemps pour une nouvelle phase de consolidation dans le secteur automobile, afin notamment de mieux supporter les coûts induits par la nécessité à faire des voitures plus propres et plus avancées d'un point de vue technologique.

    Le président du directoire s'est dit assez confiant au sujet de l'avenir de Volkswagen, "avec ou sans Marchionne".

     

    Matthias Mueller, CEO de Volkswagen ©Bloomberg

  • Le point sur les marchés à la mi-séance

    1. Les principales Bourses européennes évoluent dans le désordre mais sans changement spectaculaire mardi à mi-séance.

    2. L'attentisme pèse sur la tendance à la veille des annonces de la Réserve fédérale américaine et des élections législatives néerlandaises.

    3. Le FTSE à Londres progresse quant à lui de 0,21%, soutenu par la baisse de la livre sterling.

    4. Le géant allemand de l'énergie RWE bondit après avoir dit qu'il pourrait réduire sa participation dans sa filiale d'énergies renouvelables Innogy, sans commenter les informations prêtant à Engie un intérêt pour cette dernière.

    5. A Oslo, Aker Solutions s'envole de près de 15% après un article du quotidien économique Finansavisen selon lequel le spécialiste américain du parapétrolier Halliburton est sur le point de conclure le rachat du groupe norvégien.

  • Démission de Charlotte Hogg, vice-gouverneur de la BoE

    La Banque d'Angleterre (BoE) annonce la démission de Charlotte Hogg de son poste de vice-gouverneur en raison d'un risque de conflit d'intérêts lié à la position de son frère chez Barclays.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • Le moral des investisseurs allemands rebondit

    Le moral des investisseurs allemands a rebondi en mars, mais un peu moins que prévu dans un contexte d'incertitudes toujours fortes vis-à-vis de la conjoncture, selon le dernier baromètre ZEW.

    L'indicateur mesurant les attentes des milieux financiers allemands pour la conjoncture en Allemagne ces prochains mois a grimpé à 12,8 points en mars, contre 10,4 points en février, a annoncé l'institut du même nom, qui a réalisé ce sondage du 27 février au 13 mars auprès de 207 acteurs de la finance allemande.

    Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset tablaient sur une remontée plus vigoureuse à 13,2 points.

  • Allemagne: le moral des investisseurs rebondit en mars (ZEW)

  • La production industrielle en hausse de 0,9% en janvier

    La production industrielle dans la zone euro a crû de 0,9% en janvier, après une baisse de 1,2% en décembre, a annoncé mardi l'Office européen des statistiques Eurostat.

    En janvier 2017 par rapport à janvier 2016, la production industrielle a progressé de 0,6% dans la zone euro, a précisé Eurostat.

  • Rexel profite d'un avis favorable de Morgan Stanley

    Le titre Rexel figure mardi parmi les plus fortes hausses à la Bourse de Paris après un relèvement de recommandation de Morgan Stanley, qui voit une opportunité dans la sous-performance de la valeur depuis le début de l'année.

    Morgan Stanley a revu sa recommandation sur la valeur de "pondération en ligne" à "surpondérer" avec un objectif de cours portée de 15 à 19 euros.

    "Depuis le rally post-élections américaines, nous avons cherché un point d'entrée dans ce qui pourrait être l'un des plus intéressants retours en grâce du secteur des biens d'équipement et puisque le titre sous-performe depuis le début de l'année, nous passons à 'surpondérer."
    Morgan Stanley

  • Le point sur les marchés en matinée

    1. Hormis la Bourse de Londres, qui profite de la chute de la livre sterling, les marchés européens cèdent du terrain en début de séance mardi.

    2. L'attentisme déjà sensible la veille pèse sur la tendance à la veille des annonces de la Réserve fédérale américaine et des élections législatives néerlandaises.

    3. La prudence affecte la quasi-totalité des secteurs, la santé étant le seul à progresser, et très modestement (+0,09%). Le Stoxx des banques recule de 0,6%, celui des ressources de base de 0,46%.

    4. L'actualité est plus riche sur le front des fusions-acquisitions. Le géant allemand de l'énergie RWE grimpe à Francfort sur des rumeurs affirmant que le géant énergétique français Engie envisage d'acquérir sa filiale d'énergies renouvelables Innogy.

    5. A Oslo, Aker Solutions s'envole de plus de 15% après un article du quotidien économique Finansavisen selon lequel le spécialiste américain du parapétrolier Halliburton est sur le point de conclure le rachat du groupe norvégien ou de sa principale division.

  • Le norvégien Aker Solutions s'envole

    Aker Solutions s'envole d'environ 13% en Bourse d'Oslo à la suite d'informations de presse faisant état d'un intérêt de l'américain Halliburton pour le groupe parapétrolier norvégien.

    Selon le quotidien financier Finansavisen, Halliburton serait proche d'un accord pour mettre la main sur Aker Solutions ou sa filiale d'activités sous-marines.

    Aker ASA , maison-mère d'Aker Solutions, a dit à Reuters n'avoir rien à annoncer concernant sa participation.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing 14/3 Engie, Umicore, AB InBev, Ahold D., KBC, bpost, Telenet, Ontex, Nyrstar, Agfa, Montea, Lotus, Econocom https://t.co/20E0WDDllZ pic.twitter.com/6149jt3omU— Stéphane Wuille (@stephanewuille) March 14, 2017

  • Bond de RWE sur des rumeurs de rachat de sa filiale Innogy par Engie

    L'action RWE grimpe à la Bourse de Francfort sur des rumeurs affirmant que le géant énergétique français Engie envisage d'acquérir sa filiale d'énergies renouvelables Innogy.

    Citant des sources proches du dossier, l'agence de presse Bloomberg affirme que Engie réfléchit à l'acquisition d'Innogy, dont la valeur en Bourse s'élève à plus de 18 milliards d'euros. Interrogé par l'AFP, le groupe Engie n'a fait aucun commentaire.

    RWE "ne commente pas les rumeurs de marchés concernant une reprise d'Innogy", a réagi le groupe de Essen (ouest) dans un communiqué. Le groupe a toutefois précisé que son conseil de surveillance a décidé en 2015 de conserver la majorité d'Innogy.

  • BOURSE-INNOGY GAGNE 5% APRÈS LES INFORMATIONS DE PRESSE SUR L'INTÉRÊT PRÊTÉ À ENGIE

  • Engie : : -1,74% à 12,41 euros en début de séance

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,29%
    • Amsterdam: -0,06%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,02%
    • DJ Stoxx 600: -0,11%
  • Avis de broker sur Agfa-Gevaert

    KBC Securities relève son target sur Agfa-Gevaert à 4,80 euros (4,20). La recommandation reste à "accumuler".

  • L'inflation allemande confirmée à 2,2%

    Les prix à la consommation, mesurés en normes européennes, ont bien augmenté de 0,7% sur un mois en février et de 2,2% sur un an, a annoncé mardi l'Office fédéral de la statistique, confirmant ainsi ses premières estimations.

    Il s'agit du niveau d'inflation annuelle le plus élevé depuis août 2012 et c'est la première fois depuis septembre 2012 que la hausse des prix à la consommation sur un an est supérieure à l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d'une inflation légèrement en-deçà de 2% pour l'ensemble de la zone euro.

  • Le vote sur le Brexit plombe la livre

    Sur le marché des changes, la livre sterling accuse le coup du vote définitif du Parlement britannique sur le projet de loi sur le Brexit, qui lève le dernier obstacle au déclenchement d'ici la fin du mois de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Selon certains médias, Londres  pourrait toutefois attendre les tout derniers jours du mois pour invoquer formellement l'article 50.

  • Une acquisition pour Umicore en Corée

    Umicore a acquis l'entièreté des parts de l'entreprise de catalyseurs automobiles sud-coréenne Ordeg, qu'elle détenait jusqu'à présent avec les sociétés Samkwang Glass et OCI.

    La transaction s'est élevée à 82 millions d'euros.

    Ordeg a été fondée en 1985 et est devenue un fournisseur leader de catalyseurs de contrôle des émissions pour les constructeurs automobiles coréens. Elle emploie 193 personnes.

  • Les Bourses européennes attendues peu changées, la livre baisse

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues sur une note incertaine à l'ouverture, à la veille des décisions de la Réserve fédérale américaine.

    2. Le comité de politique monétaire de la Fed, entame ce mardi ses débats qui devraient le conduire à relever d'un quart de point l'objectif de taux des "fed funds".

    3. Le marché chinois cède du terrain après les chiffres des ventes au détail, inférieures aux attentes sur janvier-février, qui ont occulté ceux des investissements et de la production industrielle, conformes au consensus.

    4.  Sur le marché des changes, la livre sterling recule après le vote définitif du Parlement britannique sur le projet de loi sur le Brexit, qui lève le dernier obstacle au déclenchement d'ici la fin du mois de la procédure de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    5. Le marché pétrolier est pratiquement inchangé, non loin de ses plus bas niveaux depuis près de trois mois, dans l'attente du rapport mensuel de l'Opep dans la journée.

  • Tokyo retombe avant la Fed

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo, qui avait débuté la semaine sur un nouveau sommet en 15 mois, est légèrement retombé mardi, fébrile dans l'attente d'une décision de la Réserve fédérale américaine (Fed).

    A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 0,12% (-24,25 points) à 19.609,50 points.

    L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part reculé de 0,16% (-2,50 points) à 1.574,90 points.

    Sur le volet des changes, l'euro a un peu régressé, à 122,40 yens contre 122,72 yens lundi à la fermeture.

  • "Engie étudie une offre sur Innogy"

    RWE a fait savoir lundi qu'il entendait conserver une participation majoritaire dans Innogy , réagissant ainsi à une information de l'agence Bloomberg suivant laquelle l'énergéticien français Engie envisageait une offre sur sa filiale d'énergies renouvelables.

  • Good morning!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés