1. Les marchés
  2. Live blog
live

Clôture en baisse pour les marchés européens

Les marchés européens ont terminé en baisse, poussés à la prudence par le vote attendu samedi au Parlement britannique et par les mauvais indicateurs publiés en Chine. Des avertissements sur résultats ont plombé la tendance.
  • A l’agenda lundi

    C’est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi prochain pour la première séance de la semaine.

    Au menu : la balance commerciale en septembre au Japon. Du côté des entreprises, SoLocal Group publie ses résultats du troisième trimestre avant Bourse. Aux Etats-Unis, Halliburton publie ses résultats du troisième trimestre avant Bourse.

  • Clôture des marchés européens

    Les Bourses européennes ont terminé en baisse pour la plupart d'entre elles, plombée par plusieurs avertissements sur résultats et une tension allant crescendo avant le vote du Parlement britannique sur le nouvel accord de Brexit négocié entre Londres et Bruxelles.

    Bel 20: -0,49%

    AEX: -0,61%

    CAC 40: - 0,65%

    DAX: -0,02%

    Euro Stoxx 50: -0,18%

    Stoxx 600: -0,29%

  • Schlumberger passe une lourde charge de 12,7 milliards de dollars

    Le géant des services pétroliers Schlumberger a annoncé une lourde charge de 12,7 milliards de dollars, liée aux "conditions de marché", essentiellement en Amérique du Nord, qui l'ont fait plonger dans le rouge au troisième trimestre. Le groupe a ainsi subi une perte nette de 11,38 milliards de dollars, contre un bénéfice de 644 millions un an plus tôt. Les analystes interrogés par FactSet attendaient un bénéfice net de 565 millions.

  • Wall Street ouvre proche de l'équilibre

    Dow Jones -0,09%, Nasdaq -0,09%

  • Christine Lagarde nommée officiellement à la tête de la BCE

    Les chefs d'État et de gouvernement européens ont entériné vendredi la nomination de l'ancienne présidente du FMI, Christine Lagarde, à la tête de la Banque centrale européenne. Elle hérite d'une tâche difficile à la tête de la gardienne de l'Euro, le conseil des gouverneurs étant apparu divisé récemment sur les nouvelles mesures de soutien à l'économie décidées en septembre.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * COCA-COLA a annoncé un chiffre d'affaires meilleur que prévu ce qui lui permet de gagner 1,7% en avant-bourse.

    * SCHLUMBERGER a annoncé un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes, la forte demande à l'international pour ses équipements et services parapétroliers ayant compensé la baisse des revenus tirés de ses activités en Amérique du Nord. Le titre prend 1,8% en avant-bourse.

    * AMERICAN EXPRESS a fait état d'une hausse plus forte que prévu de son bénéfice du troisième trimestre profitant de la vigueur des dépenses de consommation aux États-Unis. Le titre prend 2% à 121,40 dollars en avant-bourse.

    * CATERPILLAR perd 1% dans les échanges avant-bourse après l'abaissement de recommandation de Morgan Stanley à "pondération en ligne".

    * SNAP grimpe de 3,6% dans les échanges avant-bourse soutenu par un relèvement de recommandation de BAML à "acheter" contre "neutre".

    * MACY'S et L BRANDS perdent respectivement 5% et 5,6% en avant-bourse, Credit Suisse ayant dégradé les deux titres à "sous-performance" contre "neutre".

  • Wall Street sans direction

    Wall Street est attendue sans grand changement et les bourses européennes évoluent en ordre dispersé alors que le ralentissement économique chinois, les doutes sur le Brexit et des avertissements d'entreprises incitent à la prudence.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street proche de l'équilibre.

  • Coca Cola optimiste après de solides ventes trimestrielles

    Coca-Cola   a annoncé de solides résultats trimestriels, avec un bénéfice net en hausse de 38%, à 2,59 milliards de dollars. Ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 56 cents, conforme aux attentes des analystes financiers. Le chiffre d'affaires a, lui, augmenté de 8,34%, à 9,51 milliards de dollars, supérieur aux 9,43 milliards escomptés.

    Le géant des sodas anticipe désormais une croissance de ses ventes "d'au moins 5%" à périmètre et taux de change constants, et ce en dépit de l'appréciation du dollar et surtout des tensions commerciales qui affectent la croissance mondiale. Coca-Cola espérait jusque là une augmentation de 5% des ventes.

  • Boeing-Airbus/ L'UE surtaxera "en temps voulu" les produits américains

    L'Union européenne imposera "en temps voulu" de nouvelles taxes sur des produits importés des États-Unis dans le cadre du litige transatlantique sur les subventions à Airbus et Boeing, a averti la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström.

    "Nous regrettons le choix des États-Unis d'appliquer ces tarifs. Cette mesure ne nous laisse pas d'autre choix que de faire de même en temps voulu avec nos propres droits de douane dans le dossier Boeing, où les États-Unis ont été jugés en infraction avec les règles de l'OMC."
    Cecilia Malmström
    commissaire européenne au Commerce

    L'UE a engagé sa propre action devant l'OMC pour dénoncer les aides américaines à Boeing. L'institution internationale devrait rendre sa décision début 2020.

  • Engie condamné pour démarchage abusif

    Le fournisseur d'énergie Engie   a été condamné à payer près de 900.000 euros d'amende pour démarchage abusif, a annoncé la Répression des fraudes (DGCCRF). Ses agents "ont mis en évidence des manquements de la part d'Engie quant aux obligations réglementaires visant à protéger les consommateurs dans le cadre d'un démarchage téléphonique", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

  • Une biotech dégringole de plus 50% après un revers de son produit-phare

  • "La Banque d'Angleterre prête à relever les taux"

    La Banque d'Angleterre se tient prête à relever ses taux si l'accord de Brexit est validé par le Parlement britannique, a estimé le gouverneur adjoint Dave Ramsden, laissant augurer de dissensions au sein de l'institution. "Ce que nous avons dit s'applique encore en cas d'accord. Nous ne donnons pas de calendrier, mais il est raisonnable de dire que ce sera limité et progressif", a-t-il expliqué dans un entretien à l'agence financière Bloomberg.

    Selon lui, si l'accord de Brexit est validé, alors l'économie pourra en profiter à travers la période de transition et un horizon éclairci pour les entreprises, ce qui devrait "soutenir l'investissement", selon lui.

  • BNP Paribas pourrait racheter les dérivés actions de Deutsche Bank

    BNP Paribas  est le mieux placé pour reprendre le portefeuille de dérivés actions de Deutsche Bank  , rapporte le journal allemand Börsen-Zeitung, sans citer de sources. Selon le journal, les analystes estiment la valeur de cette unité spécialisée dans la vente de certificats et warrants pour la clientèle de détail entre 400 et 500 millions d'euros.

  • Munich Re confiant pour ses objectif annuels

    Le géant allemand de la réassurance Munich Re   a annoncé un bénéfice net en hausse de 75% au troisième trimestre, en dépit des catastrophes naturelles, à 850 millions d'euros contre 483 millions en 2018. "Malgré d'importants paiements pour de grands dommages", par exemple les catastrophes naturelles, Munich Re a vu son résultat enfler en raison d'une "bonne évolution opérationnelle", mais également d'effets de change très avantageux et de gains provenant ses placements financiers.

    "Même si l'incertitude sur l'évolution des grands dommages et des marchés financiers reste naturellement très grande, Munich Re s'attend à dépasser l'objectif" de bénéfice net annuel, qui est de 2,5 milliards d'euros, ajoute l'entreprise dans un bref communiqué. Il s'agit de chiffres préliminaires qui seront détaillés le 7 novembre.

  • La Française des Jeux lance le compte à rebours pour son IPO

    La Française des Jeux a lancé le compte à rebours pour sa privatisation après un premier feu vert du régulateur des marchés financiers, en vue de son introduction en bourse qui débutera le 7 novembre, avec des mesures incitatives pour les particuliers. Le gouvernement - qui restera actionnaire à hauteur de 20% - souhaite en tirer plus d'un milliard d'euros.

  • Thales chute après un chiffre d'affaires révisé pour 2019

    L'action Thales   souffre à la Bourse de Paris, affectée par l'abaissement de sa prévision de croissance du chiffre d'affaires 2019, annoncée par le groupe de défense et de technologies. "Moins d'un mois après la présentation de ses objectifs 2023, le groupe abaisse sa prévision de ventes 2019, tout en réaffirmant ses objectifs annuels de prises de commandes et d'Ebitda" (résultat brut d'exploitation), ont relevé les analystes de Invest Securities.

    Le groupe de défense et de technologies a indiqué jeudi soir s'attendre à une croissance organique (à périmètre et taux de changes constants) des revenus "de l'ordre de 1%" pour l'année, contre une prévision précédente "dans le bas de la fourchette de 3% à 4%", en invoquant notamment des retards dans des prises de commandes attendues. Le chiffre d'affaires au 3e trimestre s'est établi à 4,2 milliards d'euros, en hausse de 23,4%, à la faveur notamment de l'intégration des activités du spécialiste de la sécurité numérique Gemalto.

  • Le point sur la séance

    La plupart des bourses européennes reculent à l'ouverture, une série de résultats d'entreprises et un indicateur chinois décevant effaçant le timide espoir né la veille d'un accord sur le Brexit. Le recul le plus marqué dans les premiers échanges est pour Renault, qui chute de plus de 14%, la plus forte baisse de l'indice large européen Stoxx 600, après avoir averti jeudi sur ses résultats financiers annuels.

    → À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,44% à 5.648,19 points. À Londres, le FTSE recule de 0,42%. Le Dax allemand, quasiment inchangé, résiste à la tendance générale. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 0,13%, le FTSEurofirst 300 0,44% et le Stoxx 600 0,22%.

    L'actualité sur les marchés est marquée également par les comptes d'entreprises au troisième trimestre, qui pleuvent et ne sont, dans l'ensemble, pas très bons. Ceux de Renault (-12%) sont très lourdement sanctionnés. Dans son sillage, PSA abandonne 1,4%. L'indice Stoxx de l'automobile perd 1,6%, la plus forte baisse sectorielle en Europe.

    Sur le marché obligataire, les rendements des emprunts d'État paraissent s'équilibrer. Celui des Treasuries à 10 ans évolue autour de 1,75% dans les échanges en Asie et le Bund à 10 ans varie peu dans les premières transactions en Europe, autour de -0,40%.

  • Volvo Group cède près de 4%, pénalisé par le déclin des commandes

    Le constructeur suédois de poids lourds Volvo Group cède près de 4% à la Bourse de Stockholm, pénalisé par le ralentissement des commandes de véhicules neufs annoncé lors de la publication des résultats trimestriels du groupe. L'industriel a fait état d'un bénéfice net stable au troisième trimestre sur un an, à 7,5 milliards de couronnes (695 millions d'euros). Le chiffre d'affaires sur la période juillet-septembre est ressorti à 98,7 milliards de couronnes, en hausse de 7% par rapport au troisième trimestre 2018, pour un résultat opérationnel de 10,8 milliards, supérieur aux attentes des analystes qui escomptaient 10,5 milliards.

    Dans le même intervalle, les commandes de poids lourds ont fondu de 45%, à 35.726 unités, atteignant 129.431 unités sur les neuf premiers mois de l'année, en repli de 34%. Lien vers le communiqué

    ©BELGA

  • Fnac chute à Paris, souffrant du recul de sa marge

    Le distributeur français de produits électroniques, électroménagers et culturels Fnac Darty   a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de près de 4% au troisième trimestre, porté par une progression des ventes en ligne et de bonnes performances dans tous ses pays. Le groupe a vu son chiffre d'affaires augmenter de 3,7% à 1,816 milliard d'euros, un montant sensiblement conforme aux prévisions des analystes de Bloomberg et Factset.

    Mais, "le taux de marge brute est en retrait au 3ème trimestre 2019 avec une amplitude similaire à celle constatée au 1er semestre", signale la société dans un communiqué.

  • Kepler Cheuvreux revoit sa note sur les "utilities" belges

    Kepler Cheuvreux a abaissé sa recommandation sur Elia   à "conserver" contre "acheter" précédemment, tout en retirant la valeur de sa liste d'actions benelux favorites. L'objectif de cours reste à 78 euros.

    Le broker a par ailleurs abaissé sa recommandation sur Fluxys Belgium  à "conserver" contre "acheter" auparavant. L'objectif de cours grimpe toutefois à 29 euros.

  • Galapagos perd un broker "acheteur"

    Bernstein a abaissé sa recommandation sur Galapagos   à "en ligne avec le marché" contre "surperformance" auparavant. L'objectif de cours est fixé à 155 euros.

  • Degroof Petercam ajuste le tir sur UCB

    Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour UCB   à 75 euros contre 71 euros précédemment. La recommandation reste à "acheter".

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 -0,05%

    AEX -0,14%

    CAC 40 -0,35%

  • Belron lance une syndication pour un emprunt d'environ 800 millions d'euros

    Belron, la filiale de D'Ieteren  , lance, sans prise ferme, une syndication dans le marché institutionnel pour un emprunt à terme fixe de 7 ans en dollars pour un montant compris entre 700 et 750 millions d’euros équivalent ("New Term Loan B") ainsi qu’un emprunt compris entre 100 et 150 millions d’euros venant s’ajouter à l’emprunt existant libellé en euros et dû en 2024 ("Add-on Loan").  

    Le produit de cet emprunt sera distribué aux actionnaires de Belron. Lien vers le communiqué

  • Tokyo finit en légère hausse

    La Bourse de Tokyo a fini en légère hausse, portée notamment par le secteur de la technologie après de bons chiffres de la production industrielle en Chine. L'indice Nikkei, qui a réduit ses gains après l'annonce d'un ralentissement de la croissance chinoise au troisième trimestre, a gagné 0,18 % à 22.492,68 points. Le Topix, plus large, a cédé 0,13% à 1.621,99 points.

  • L'accord sur le Brexit rend sceptiques les économistes

    Selon les économistes de Bloomberg, l’accord conclu par le Premier ministre britannique Boris Johnson correspond à une croissance annuelle d’un peu moins de 1,5%. La tendance aurait été de 1,6% si le Royaume-Uni était resté au sein de l'Union européenne ou de 1,7% avec l'accord défendu par Theresa May. 

  • Renault abaisse ses objectifs financiers face à une conjoncture dégradée

    Alors que le constructeur français Renault   devait publier ses chiffres de ventes du troisième trimestre le 25 octobre, il a créé la surprise jeudi soir en lançant un avertissement sur ses résultats annuels et les objectifs de son plan stratégique à moyen terme, invoquant "une conjoncture moins favorable qu'anticipé". Le chiffre d'affaires 2019, qui sera dévoilé au début de l'année prochaine, "devrait être en baisse de 3% à 4%", contre une prévision précédente d'un chiffre "proche de l'an dernier", a annoncé le groupe dans un communiqué.

    "Par ailleurs, la nouvelle équipe de direction réévalue les objectifs du plan à moyen terme 'Drive the Future'", sans plus de précisions. Ce plan prévoyait jusque-là un chiffre d'affaires supérieur à 70 milliards d'euros et une marge opérationnelle supérieure à 7% à l'horizon 2022.

  • Danone révise ses prévisions annuelles

    Le groupe agroalimentaire Danone   a vu son chiffre d'affaires croître de 3,7% à 6,4 milliards d'euros au troisième trimestre, notamment grâce à une forte progression de la nutrition spécialisée, mais a légèrement révisé à la baisse ses prévisions pour l'année.

    Après une croissance du chiffre d'affaires de 2,1% sur les neuf premiers mois de l'année en données organiques, Danone a indiqué qu'il visait maintenant pour 2019 une évolution du chiffre d'affaires comprise entre 2,5% et 3% en données comparables, contre 3% précédemment. Son objectif de marge opérationnelle courante supérieure à 15% reste en revanche inchangé. Lien vers le communiqué

    ©IMAGEGLOBE

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture, une série de résultats d'entreprises et un indicateur chinois décevant effaçant le timide espoir né la veille d'un accord sur le Brexit.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres pourraient perdre autour de 0,1% en début de séance.

    Les marchés d'actions avaient réagi prudemment jeudi à l'annonce d'un accord entre Londres et Bruxelles sur le Brexit, validé dans la foulée par le Conseil européen, mais qui doit encore être approuvé par la Chambre des communes, avec un vote prévu samedi. Du côté des devises, la prudence sur le front du Brexit est illustrée par un repli de la livre sterling, qui cède 0,37% face au dollar.

    Les deux contrats de référence sur le brut sont repartis à la baisse après avoir pris autour de 1% jeudi, le ralentissement de la croissance chinoise alimentant les craintes pour la demande. Le Brent de mer du Nord cède 0,52% à 59,69 dollars le baril et le brut léger américain (WTI) perd 0,13% à 53,86 dollars.

  • Oxurion a de quoi tenir jusqu'en 2021

    La biotech Oxurion   a fait le point sur ses activités au troisième trimestre. Du point de vue financier, sa trésorerie est tombée à 60,5 millions d'euros fin septembre contre 67,6 millions fin juin. "Ce qui nous permettra de développer tous nos essais cliniques et précliniques en cours et prévus jusqu'en 2021", précise dans un communiqué Patrik De Haes, CEO d'Oxurion.

    Côté produits en développement: 

    • Les données positives de l'étude de phase I évaluant THR-149 (un inhibiteur plasmatique de la kallikréine) pour le traitement de l'oedème maculaire diabétique (DME) ont montré que le traitement est bien toléré et sans danger, sans toxicité limitant la dose, ni effets indésirables graves. Un essai clinique de phase II est en préparation et devrait commencer au cours du premier semestre 2020.
    • Tous les patients ont été enrôlés pour l'étude de phase I évaluant THR-687. Les données devraient être publiées d'ici la fin de l'année.
  • UCB décroche un précieux sésame en Europe

    Encore une bonne nouvelle pour UCB   . Après avoir essuyé un premier échec en juin dernier, le groupe pharma belge et son partenaire Amgen   viennent d’obtenir un premier sésame européen pour la commercialisation de l’Evenity (romosozumab) un traitement visant l’ostéoporose auprès des femmes post-ménopausées présentant un risque élevé de fracture.

  • Les communes investissent dans Elia

    Publi-T, le véhicule qui rassemble les communes belges actionnaires d’Elia  , planche actuellement sur une augmentation de capital de 165 millions d’euros. Avec cet argent, les communes belges entendent maintenir leur intérêt dans le gestionnaire du réseau électrique Elia.

  • Kiadis s'attend à un avis négatif pour ATIR101

    Kiadis Pharma   a annoncé jeudi soir s'attendre à ce que l'EMA, l'organisme européen de surveillance des médicaments, rende un avis négatif sur l'autorisation provisoire de son principal médicament pour les patients leucémiques. La société néerlandaise de thérapie cellulaire, également cotée à la Bourse de Bruxelles, espérait pourtant obtenir l'autorisation provisoire pour son produit le plus important après les essais cliniques de phase 2.

    En raison de cet avis négatif, la commercialisation de l'ATIR101 en 2020 n'est plus possible. Lien vers le communiqué

  • Chine: progression de la production industrielle et des ventes au détail

    La Chine a enregistré en septembre une progression de sa production industrielle et de ses ventes au détail, montrent les données officielles.

    • La production industrielle en Chine a progressé en septembre de 5,8% en rythme annuel, une croissance supérieure à celle attendue par les économistes, à 5,0%, après une hausse de 4,4% en juillet.
    • Les ventes au détail ont progressé en septembre de 7,8% sur un an, conforme au consensus des économistes interrogés par Reuters, après +7,5% en août. 
    • L'investissement en actifs immobilisés a affiché une croissance conforme au consensus (+5,4%) entre janvier et septembre par rapport à la même période l'an dernier.
  • La croissance de la Chine tombe à un creux de près de 30 ans

    La croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Chine a ralenti au troisième trimestre à 6,0% sur un an, un plus de bas de près de 30 ans, dans un contexte de conflit commercial avec les États-Unis qui pèse de plus en plus sur la deuxième économie du monde. Les données officielles mettent en évidence le ralentissement prolongé de l'économie chinoise, après une croissance du PIB de 6,2% sur un an pour la période avril-juin, malgré les mesures de soutien engagées depuis l'année dernière par Pékin.

    La performance du troisième trimestre se situe au bas de l'objectif de Pékin d'une croissance économique de 6,0% à 6,5% pour l’ensemble de l’année. Les analystes interrogés par Reuters prévoyaient une progression de 6,1% entre juillet et septembre par rapport à l'année précédente.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pourrez suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce vendredi 18 octobre 2019.

    Au programme: l'agenda macroéconomique est plutôt léger, avec deux statistiques attendues en Chine et une réunion du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. Côté entreprises, on attend les résultats de Danone et Rémy Cointreau

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Echo Connect