1. Les marchés
  2. Live blog
live

Déprime persistante des Bourses

Pour la 3e journée de suite, les Bourses cèdent du terrain en Europe et à New York. En cause: encore et toujours la politique protectionniste des Etats-Unis. A Bruxelles, 4 valeurs du Bel 20 ont échappé à la morosité du marché.
  • A l'agenda du mercredi 20 juin

    Le live sur les marchés prend fin, voici l'agenda du mercredi 20 juin:

    - Économie/Finance

    Allemagne

    • 08h00 Prix à la production / mai

    États-Unis

    • 14h30 Comptes courants / T1
    • 15h30 Jerome Powell participe à un débat à Sintra sur "la politique monétaire en période d'incertitude et de tension sur le marché du travail"
    • 16h00 Reventes de logements / mai

    - Entreprises

    Belgique

    • RealDolmen: offre de rachat prolongée par GFI au prix de 37 euros par action. Jusqu’au 25 juin
    • Sapec: offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin

    France

    • LafargeHolcim: comité d'entreprise extraordinaire
    • Assemblées générales d’Alten et Virbac

    Belle fin de soirée! 

  • Chiffre d'affaires supérieur aux attentes pour FedEx

    Le spécialiste du transport international de fret FedEx a livré ses résultats du 4e trimestre 2017-2018 terminé au 31 mai. Et ils sont supérieurs aux attentes. 

    Grâce à un boom du commerce électronique qui stimule la livraison de colis, la demande en transport de fret croit et permet au chiffre d'affaires de FedEx de progresser à 17,3 milliards de dollars, contre 17,2 milliards de dollars anticipés par les analystes. Les bénéfices du groupe ont progressé au T4 par rapport à la même période lors de l'exercice précédent: le résultat net de la société s'est établi à 1,13 milliard de dollars, soit 4,15 dollars par action. En progression par rapport au T4 de l'exercice précédent (1,02 milliard et 3,75 dollars par action). 

    Le bénéfice ajusté s'est élevé à 1,60 milliards de dollars pour la période et le bénéfice par action ajusté de 5,91 dollars, contre 5,69 dollars anticipés par les analystes.

    La compagnie prévoit des bénéfices de 17 à 17,60 $ par action pour l'exercice jusqu'en mai prochain.

  • Wall Street victime de la surenchère américaine

    En menaçant d’imposer des taxes de 10% sur 200 milliards de dollars supplémentaires d’importations chinoises, le président américain Donald Trump secoue à nouveau les Bourses américaines, qui peinent à reprendre leur souffle depuis la semaine dernière et terminent la séance de mardi dans le rouge. 

    Le Dow Jones a cédé 1,15% à 24.700,21 points, le S&P 500 a perdu 0,40% à 2.762,57 points et le Nasdaq a reculé de 0,28% à 7.725,59 points.

    Ces tensions entre Pékin et Washington ainsi que l’approche protectionniste américaine met les investisseurs à rude épreuve. Ceux-ci ont tendance, pour l’instant, à réduire leur exposition au risque.

    Les grandes multinationales, considérées comme les plus vulnérables aux montées de tension entre la Chine et les Etats-Unis, ont souffert. Boeing a lâché 3,84% à 341,12 dollars et Caterpillar a cédé 3,59% à 143,30 dollars. 

    Les constructeurs automobiles Ford (-0,83% à 11,89 dollars) et General Motors (-3,85% à 42,26 dollars), qui vendent un nombre important de voitures en Chine, ont aussi perdu du terrain.

  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones -1,16% à 24.698,29 points
    • S&P 500 -0,40% à 2.762,55 points
    • Nasdaq -0,28% à 7.725,58 points
  • Le pétrole termine en baisse de plus de 1%

    Les cours du pétrole ont terminé en baisse de plus de 1% mardi sur le marché new-yorkais Nymex, effaçant leurs gains de la veille, sous le coup, comme les marchés actions, de l'escalade dans la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

    Le contrat juillet sur le brut léger américain (WTI) a perdu 78 cents, soit 1,18%, à 65,07 dollars le baril. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 21 cents (-0,28%) à 75,13 dollars.

  • Des objectifs de cours drastiquement revus à la baisse à Bruxelles

    Et rebelote! La Bourse a encore cédé du terrain mardi à Bruxelles. L’indice Bel 20 a terminé sur un repli de 0,46% à 3.745,80 points. Depuis son plus haut point de l’année atteint en janvier, l’indice accuse un repli de 10,3%.

    La place bruxelloise n’a pas été la seule à avoir été orientée à la baisse. Son mouvement s’inscrit dans une tendance globale dictée par les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis. En outre, les Bourses sont accompagnés dans cette vague baissière par d’autres marchés. En particulier ceux liés aux matières premières.

    Parmi les 20 actions du Bel 20, 4 valeurs ont réussi à grappiller des points. Il s’agit d’Ageas (+ 0,73% à 44,03 euros), KBC (+ 0,43% à 66,16 euros), AB InBev (+ 0,05% à 83,02 euros) et d’Argenx (+ 0,25% à 79,60 euros).

    Les analystes s’adaptent au mouvement du marché

    Du côté des actions qui ont beaucoup contribué à tirer le Bel 20 à la baisse, bpost redescend de 2,59% à 14,66 euros, après avoir rebondi de 2,59% la veille. Matija Gergolet, analyste auprès de Goldman Sachs a adapté son objectif de cours pour cette valeur, à la baisse du cours de l’action ces derniers mois. Elle table désormais sur un prix de 18 euros contre 23 euros le 22 mars, et même 27 euros le 25 janvier dernier. Dommage que l’analyste n’arrive pas à devancer l’orientation du marché plutôt qu’à le suivre.

    Une observation qui vaut aussi pour d’autres analystes. Chez KBC Securities par exemple, Sandra Cauwenberghs a abaissé son objectif de cours de 48 à 33 euros sur l’action Celyad. Depuis son plus haut du 5 octobre dernier (54 euros), l’action de ce groupe biotech a déjà reflué de 44%... Mardi, elle a récupéré 3,85% à 24,26 euros.

    On pourrait citer d’autres cas encore, comme les multiples abaissements d’objectifs de cours annoncés hier par Nicolas Cote-Colisson de chez HSBC pour le secteur télécom belge. Il ne vise plus par exemple qu’un cours de 22 euros contre 30 euros pour Proximus, et de 36 euros pour Telenet au lieu de 52 euros fin mai.

    Proximus a clôturé en baisse de 1,66% à 20,77 euros et Telenet de 4,23% à 38,48 euros. Orange pour laquelle il a réduit son objectif de cours de 26 euros en juin 2017 à 16 euros, a fini en repli de 6,01% à 15,02 euros.

  • Repli des permis de construire aux USA

     La construction résidentielle a bondi en mai à un plus haut de presque 11 ans, les mises en chantier augmentant plus que prévu, mais le recul pour le deuxième mois consécutif des permis de construire suggère que l'activité sur le marché immobilier reste modérée.

    Les mises en chantier ont progressé de 5% au rythme annualisé de 1,350 million d'unités le mois dernier, leur plus forte hausse depuis juillet 2007, a annoncé mardi le département du Commerce.

    La statistique d'avril a été revue en légère baisse, à 1,286 million d'unités au lieu de 1,287 million en première estimation.

  • Le Baltic Dry Index maintient le cap!

    Les tensions commerciales existantes entre les Etats-Unis et la Chine font-elles craindre une panne de croissance dans les plus grandes économies du monde? Raison pour laquelle les Bourses continuent de déprimer mardi.L’évolution des cours des matières premières paraît nous l’indiquer. Vers 17h, l'indice Stoxx 600 reculait encore de 0,6%.

    Les cours de tous les métaux restent orientés à la baisse, à l’instar de la tonne de cuivre qui a perdu 5% en deux semaines, passant de 7.332 à 6.964 USD. Pire, le prix du minerai de fer, un produit qui sert à fabriquer de l'acier, confirme son mouvement baissier adopté depuis la fin janvier. A l'époque, il se situait à un pic (648 USD pour 100 tonnes). Il porte à ce jour ses pertes 32% depuis lors, à 422 USD.

    D’où l’extrême faiblesse des actions liées aux entreprises actives dans ces matières. L'indice Stoxx 600 de type d'actions signe le plus mauvais score du jour. Il se contracte de 3%!

    Cela dit, quelques éléments rassurants émergent, comme le Baltic Dry Index, cet indice qui suit les prix des locations de navires transportant des marchandises, qui résiste. Il évolue tout près de 1.450 points contre 1.395 au début de l'année.

     Les échanges commerciaux par mer semblent se poursuivre.

  • Les analystes s'adaptent aux mouvements du marché

    Du coté des actions qui ont contribuent à tirer le Bel 20 à la baisse ce mardi, bpost rechute de 4,49% à 14,39 euros, après avoir rebondi de 2,59% la veille.

    Matija Gergolet, analyste auprès de Goldman Sachs a adapté son objectif de cours pour cette valeur, à la baisse de son cours ces derniers mois. Elle table désormais sur un cours de 18 euros contre 23 euros le 22 mars, et même 27 euros le 25 janvier dernier.

    Dommage que l’analyste n’arrive pas à devancer l’orientation du marché plutôt qu’à le suivre. Une observation qui vaut à vrai dire aussi pour beaucoup d'autres analystes...

  • Le dollar en hausse

    La Bourse de New York évolue en net repli donc en début de séance, après un nouvel échange de menaces entre les Etats-Unis et la Chine dans le dossier déjà
    épais des tensions commerciales, qui favorise les valeurs refuges comme le yen ou les obligations souveraines.

    L'indice Dow Jones affichait près de 30 minutes après le début des échanges un recul de 1,45% à 24.625,63 points. Le S&P 500 cédait 0,94% à 2.747,69 points. Sur le Nasdaq, le Composite se contractait de 0,85% à 7.681,11 points.

    Au sein du Dow Jones, les valeurs sensibles aux tensions commerciales avec la Chine signent les moins belles performances. DowDupont cède 3,45% à 65,45 USD, Boeing 3,3% à 343,03 USD et Caterpillar 3,26% à 143,83 USD.
    Deux valeurs à peine progressent. A savoir: Verizon (+1,06% à 47,96 USD) et Procter & Gamble (+0,03% à 127,49 USD.

    Sur les autres marchés financiers, le baril de Brent est stable à 75,4 USD. L'euro baisse de 0,5% à 1,1567 USD, de même que le rendement du bon du Trésor US à 10 ans à 2,88%.

  • -1% pour le Dow Jones à l'ouverture

         - DJ:          -1,15% à 24.700 points à l'ouverture

         - S&P 500: -0,73% à  2.753,56 points.

  • Tesla choisirait l'Allemagne pour son usine européenne

  • Wall Street attendue en baisse

     

     Selon les futures sur indices:

     

      - Le Dow Jones devrait ouvrir à 24.696 points, contre 24.987 points lors de la clôture du marché d'hier soir.

      - Le S&P 500 reviendrait de son côté à 2.751 points contre 2.773 point lundi soir.

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * APPLE - Donald Trump a promis à Tim Cook, le PDG du groupe, que les droits de douane supplémentaires sur les produits importés de Chine ne concerneraient pas les iPhone assemblés en Chine, a rapporté lundi le New York Times en citant une source proche des discussions.

    * WELLS FARGO a déclaré lundi soir étudier une possible restructuration de certaines activités de gestion de patrimoine.

    * KKR est en passe de conclure une prise de participation dans les tours télécoms d'Altice Europe sur la base d'une valorisation de quatre milliards d'euros environ, a appris Reuters de trois sources.

    * TESLA - Elon Musk, le PDG du constructeur de voitures électriques, a accusé un salarié d'avoir commis un "sabotage important" en modifiant le code source du système d'exploitation de l'entreprise et en transmettant à des tiers d'importantes quantités de données sensibles.

    * ACACIA COMMUNICATIONS, LUMENTUM, OCLARO - Les fabricants de composants optiques pourraient souffrir de la rechute boursière après l'adoption par le Sénat américain d'un projet de loi susceptible de perturber la reprise des activités du groupe chinois ZTE, l'un de leurs grands clients. Le titre ZTE coté à Hong Kong a fini la journée en baisse de 24,8%.

    * VERIZON COMMUNICATIONS - Deutsche Bank a relevé sa recommandation à "acheter" contre "conserver".

    * AT&T - JPMorgan a repris sa couverture avec une opinion "neutre" et un objectif de cours de 36 dollars.

    * BLACKROCK - Citigroup a relevé sa recommandation à "acheter" contre "neutre".

  • Deutsche Bank confirme la cession d'un portefeuille de prêts maritimes

    Deutsche Bank  a annoncé la vente d'un portefeuille de prêts au secteur maritime d'une valeur nominale d'un milliard de dollars (866 millions d'euros) à une entité appartenant à des fonds gérés par Oak Hill Advisors et Varde Partners.

    La transaction devrait être finalisée dans le courant du troisième trimestre, après obtention des autorisations nécessaires, a précisé la banque allemande dans un communiqué.

  • Une étude de la BPC suggère une baisse du taux de réserves

    La Chine aurait intérêt à abaisser le taux de réserves obligatoires des banques, estime la banque centrale dans une étude qui alimente les spéculations sur un possible assouplissement de la politique monétaire face à la montée des tensions commerciales avec les Etats-Unis.

    "La Chine pourrait opportunément réduire ses réserves obligatoires afin d'alléger le fardeau qui pèse sur les institutions financières et de faciliter le mécanisme de transmission des taux d'intérêt". "Si les risques liés aux marchés financiers ont été effectivement réduits, l'adéquation des fonds propres et les réserves des banques sont confrontées à des contraintes évidentes"
    Banque populaire de Chine (BPC)

    En avril, la BPC avait déjà abaissé le taux de réserves obligatoires des banques de 100 points de base, une mesure plus importante qu'attendu annoncée plus tôt qu'anticipé. De nombreux analystes s'attendent à ce que cette baisse se poursuive au cours des mois à venir face aux signes de ralentissement de la croissance économique, à la remontée des coûts du crédit et au resserrement de la réglementation financière.

  • Bientôt coté à Bruxelles, Eurocommercial veut s'étendre en Belgique

  • Les matières premières sous pression, inquiètent des tensions USA-Chine

  • L'euro en baisse, les tensions orientent le marché

    L'euro   baisse face au dollar, alors que deux événements attiraient l'essentiel des regards des investisseurs: les tensions politiques en Allemagne autour de la question des réfugiés et l'escalade entre les Etats-Unis et la Chine. La monnaie unique européenne valait 1,1560 dollar contre 1,1623 dollar lundi à 21H00 GMT.

    Alors que la monnaie unique était restée stable lors des échanges asiatiques, elle s'est inscrite en baisse à l'ouverture européenne. "L'euro est encore freiné par les inquiétudes autour de la coalition allemande", ont expliqué les analystes de Sucden. La droite allemande a imposé lundi à la chancelière Angela Merkel un ultimatum de deux semaines pour une solution européenne au défi migratoire, faute de quoi le pays fermera ses frontières, une option d'ores et déjà rejetée par la chancelière.

    Par ailleurs, la monnaie unique a accentué ses pertes lors d'une conférence de Mario Draghi à Sintra au Portugal. Le président de la Banque centrale européenne (BCE) a notamment expliqué que l'institution devait être patiente pour décider du calendrier de sa première hausse des taux d'intérêt depuis des années.

  • Allemagne: l'Ifo revoit en baisse ses prévisions de croissance

    L'institut Ifo d'études économiques a dit anticiper une croissance de 1,8% en Allemagne en 2018 et 2019, expliquant avoir révisé à la baisse ses précédentes prévisions en raison d'un début d'année poussif et de risques accrus. L'institut munichois tablait précédemment sur une croissance de 2,6% cette année pour la première économie européenne, avant un ralentissement à 2,1% en 2019.

    "La croissance de l'économie a été nettement plus lente qu'anticipé dans les premiers mois de l'année", a déclaré Timo Wollmershäuser, économiste de l'Ifo, en citant la faiblesse de la production industrielle et des exportations entre janvier et avril. De leur côté, "les risques économiques mondiaux ont fortement augmenté", a-t-il poursuivi, faisant allusion aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et l'Union européenne.

  • Un broker réduit la voilure sur Engie

    Le courtier allemand Independent Research a réduit son objectif de cours pour Engie   à 14,50 euros contre 15,10 euros précédemment. La recommandation reste à "conserver".

  • "La BCE sera patiente avant de remonter les taux"

    La Banque centrale européenne (BCE) adoptera une approche "patiente" et "graduelle" lors de la remontée de ses taux d'intérêt pour accompagner la reprise de l'inflation dans la zone euro, a déclaré mardi Mario Draghi, son président, en se disant satisfait des anticipations actuelles des marchés en la matière.

    "Nous resterons patients dans la fixation du calendrier de la première hausse de taux et nous adopterons par la suite une approche graduelle pour ajuster la politique monétaire". "L'évolution des taux d'intérêt à très court terme suggérée par la structure actuelle des taux d'intérêt du marché monétaire reflète globalement ces principes"
    Mario Draghi
    président de la BCE

    Les marchés monétaires anticipent actuellement pour septembre 2019 une première hausse du taux de dépôt de la BCE, actuellement fixé à -0,4%. Dans son discours, Mario Draghi a également évoqué "des éléments de plus en plus probants montrant qu'une croissance économique étendue commence à générer une dynamique de prix positive".

    • L'euro   a légèrement réduit ses pertes face au dollar après son discours, remontant brièvement au-dessus de 1,1590 avant de revenir à 1,1583. Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement des titres allemands à dix ans est remonté à 0,37% contre 0,362% avant le discours.
  • Discours de Mario Draghi (BCE) en direct depuis le Portugal

  • CASA s'intéresserait à Eurobank

    Le Crédit agricole  réfléchit au rachat de la filiale polonaise de banque de détail de la Société générale  , Eurobank, rapporte Bloomberg, citant des sources au fait du processus. Eurobank est la 17e banque de Pologne en termes d'actifs avec 14 milliards de zlotys au bilan (3,28 milliards d'euros environ) et elle est 20 fois plus petite que le leader du marché PKO BP.

    Selon Bloomberg, la filiale de SocGen est plus petite que la propre filiale polonaise du Crédit agricole, qui affiche de son côté 21,9 milliards de zlotys d'actifs.

  • KKR en passe de reprendre une partie des tours d'Altice

    La société de capital-investissement KKR est sur le point d'acquérir une participation dans les tours télécoms d'Altice  , a appris Reuters de trois sources, une opération qui permettra au groupe de Patrick Drahi de rembourser une partie de sa dette et restructurer ses opérations en Europe.

    Dans le cadre de cet accord, en cours de finalisation, KKR utilisera son fonds d'infrastructure pour prendre une participation minoritaire dans les tours télécoms d'Altice en France, selon les sources. D'après des estimations des analystes de RBC, les tours françaises pourraient être valorisées environ quatre milliards d'euros, soit 20 fois leur Ebitda.

  • Voici le briefing actions belges du jour

  • Un nouveau venu sur Euronext Bruxelles

    Enfin du sang frais à la Bourse de Bruxelles après les quelques départs annoncés ces derniers mois et les IPO en "stand by" comme celles de Belfiusde Shurgardde FNG (la maison-mère de Brantano) ou d'Apitope.

    Le groupe immobilier néerlandais Eurocommercial Properties , déjà coté sur Euornext Amsterdam depuis 1991 a demandé une seconde cotation à Bruxelles. Elle devrait devenir effective le 27 juin.

  • "Les marchés sont sur la défensive compte tenu du fait qu'aucun camp ne semble reculer, faisant un pas de plus vers une guerre commerciale fâcheuse"
    Mike van Dulken
    analyste chez Accendo Markets

  • Debenhams lourdement sanctionné à Londres pour son avertissement sur résultats

    Le groupe britannique de grands magasins Debenhams   a de nouveau averti sur son bénéfice mardi, en raison de ventes médiocres sur fond d'intensification de la concurrence et de faiblesse de ses principaux marchés.

  • "La plupart" des entreprises françaises "ne pourra pas" rester en Iran

    "La plupart" des entreprises françaises "ne pourra pas" rester en Iran, a déclaré le ministre de l'Economie Bruno le Maire sur RMC, après le rétablissement début mai par les Etats-Unis de sanctions visant Téhéran.

    Ces entreprises "ne pourront pas rester car elles ont besoin d'être payées pour les produits qu'elles livrent et fabriquent en Iran et elles ne peuvent pas être payées car il n'y a pas d'institution européenne financière souveraine et autonome", a poursuivi le ministre.

  • | OPENING BELL |

    Euro Stoxx 50 -0,80%

    STOXX Europe 600 -0,69%

    BEL 20 -0,90%

    CAC 40 -1,19%

    AEX -1,22%

  • "L'aversion au risque s'est répandue sur le marché alors que les États-Unis et la Chine intensifient leur différend commercial". "Le marché devrait rester nerveux pendant un certain temps, car nous ne voyons pas la fin du conflit"
    Masakazu Satou
    analyste principal chez Gaitame Online

  • KBCS ajuste sa note sur Celyad

    KBC Securities a réduit son objectif de cours pour Celyad  à 33 euros contre 44 euros auparavant. Ce qui représente encore un potentiel haussier de 41,2% par rapport au cours de lundi soir.

    La recommandation reste à "acheter".

  • La Bourse de Shanghai signe sa plus forte baisse depuis février

  • Net repli en vue en Europe, les tensions commerciales montent d'un cran

    • Les principales Bourses européennes devraient à nouveau s'orienter en baisse sur fond de guerre commerciale larvée entre les Etats-Unis et la Chine après de nouvelles menaces de Washington et des menaces de représailles de Pékin, ce qui fait chuter les Bourses chinoises et favorise un repli vers les actifs jugés les plus sûrs. Les contrats à terme suggèrent un repli de 1,08% pour le CAC 40 parisien tandis que le Dax à Francfort reculerait de 1,27% et que le FTSE à Londres perdrait 0,76%. Le Stoxx 600 est attendu en baisse de 0,94%.
    • Le président américain, Donald Trump, a menacé lundi soir d'imposer de nouveaux droits de douanes contre des produits chinois pour un total de 200 milliards de dollars (170 milliards d'euros), ce qui a aussitôt entraîné une nouvelle riposte de Pékin, qui a menacé de prendre des mesures "quantitatives" et "qualitatives". Cet accroissement des tensions pénalise lourdement les Bourses chinoises mardi, fermées la veille en raison d'un jour férié. L'indice composite de la Bourse de Shanghai chute de 4,47%, pour retomber sous le seuil des 3.000 points pour la première fois depuis septembre 2016. Il s'achemine vers sa plus forte baisse en séance depuis le 9 février.
    • Sur le marché obligataire, le regain de tensions favorise un repli des rendements, celui du 10 ans américain cédant plus de cinq points de base pour retomber à 2,8748%. Le rendement du Bund allemand de même échéance recule de trois points de base, à 0,373%. Autres actifs refuges traditionnels, l'once d'or avance de 0,24% et le yen gagne 0,8% face au dollar, à un plus haut de plus d'une semaine.
    • Le billet vert est stable face à un panier plus large de devises de référence, ce qui permet à l'euro de revenir au-dessus du seuil de 1,16 dollar. Les cambistes suivront avec attention les débats du Forum annuel de la Banque centrale européenne à Sintra, au Portugal, qui se tient jusqu'à mercredi. Le président de l'institution, Mario Draghi, s'exprimera notamment à 08h00 GMT. "Un rally de l'euro comme l'an dernier à la suite du forum de Sintra est peu probable cette année. L'attention des marchés sera probablement concentrée cette semaine sur la réunion de l'Opep et l'escalade du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine", indiquent les économistes de Société générale.
  • La Bourse de Tokyo chute, Trump inquiète

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a dévissé de 1,77%, sur des craintes d'intensification des tensions commerciales, le président américain Donald Trump ayant manifesté l'intention de taxer à hauteur de 10% quelque 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires. A l'issue des échanges, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a lâché 401,85 points à 22.278,48 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a abandonné 1,55% (-27,51 points) à 1.743,92 points.

    Sur le volet des changes, le dollar valait au même moment 109,60 yens, contre 110,48 yens lundi à la clôture de la Bourse, et l'euro est tombé à 127,31 yens contre 128,06 yens, des mouvements qui incitent à céder les actions de groupes exportateurs.

  • Le directeur financier de PSA va rejoindre Sanofi

    Sanofi   a annoncé la nomination de Jean-Baptiste Chasseloup de Chatillon au poste de vice-président exécutif et directeur financier, une fonction qu'il occupe depuis 2012 chez PSA  . Le constructeur automobile a annoncé la veille le remplacement de Jean-Baptiste de Chatillon par Philippe de Rovira à la date du 1er août.

    "Il rejoindra Sanofi le 1er septembre de façon à assurer une transition harmonieuse avec Jérôme Contamine, qui prendra sa retraite le 30 septembre après avoir servi l'entreprise avec distinction pendant plus de neuf ans", a déclaré le groupe.

  • Roche acquiert l'intégralité de l'américain Foundation Medicine

    Le groupe pharmaceutique suisse Roche a annoncé avoir signé un accord de fusion avec le laboratoire américain Foundation Medicine, dont il détenait déjà le contrôle, et va débourser 2,4 milliards de dollars (2 milliards d'euros) pour s'emparer des parts restantes. Roche a proposé aux actionnaires de l'entreprise américaine, spécialisée dans l'information moléculaire et l'analyse génomique, 137 dollars par titre ce qui représente une prime de 29% par rapport à son cours de clôture la veille, a-t-il indiqué dans un communiqué.

    Cette transaction valorise à 5,3 milliards de dollars Foundation Medicine, dont Roche avait déjà racheté 57% des parts en 2015. La fusion a été approuvée à l'unanimité par les conseils d'administration des deux sociétés. Roche, le numéro un mondial de l'oncologie, espère boucler l'opération dans le courant du deuxième semestre.

  • "Donald Trump semble employer la même tactique qu'il a utilisée avec la Corée du Nord, en intimidant d'abord dans le but de prendre l'avantage dans les négociations. Le problème est qu'une telle tactique ne devrait pas fonctionner avec la Chine". "Une guerre commerciale uniquement entre les Etats-Unis et la Chine n'affectera pas la croissance économique mondiale. Mais il existe toujours la possibilité que Trump élargisse ses menaces, ce qui pourrait avoir des conséquences plus larges".
    Kota Hirayama
    économiste pour les marchés émergents chez SMBC Nikko Securities

  • Donald Trump menace la Chine de nouveaux droits de douane

    Le président américain Donald Trump a menacé d'imposer un droit de douane de 10% sur 200 milliards de dollars (170 milliards d'euros) de produits chinois, nouvel épisode de la guerre commerciale larvée entre les Etats-Unis et la Chine.

    Pékin a aussitôt réagi, évoquant des mesures "quantitatives" et "qualitatives" à prendre si le gouvernement américain met sa menace à exécution. "Une telle pratique de pression extrême et de chantage s'écarte du consensus trouvé par les deux parties à de multiples occasions et constitue une déception pour la communauté internationale", a déclaré le ministère chinois du Commerce.

  • Retail Estates vend 3 immeubles pour 38 millions d'euros

    La société immobilière Retail Estates   a vendu ces dernières semaines trois immeubles en Belgique et aux Pays-Bas pour un total de 38,23 millions d'euros. Lien vers le communiqué

    Dans le détail:

    • Le 15 juin 2018, Retail Estates a vendu son parc commercial de Zwolle (Pays-Bas) à un investisseur institutionnel pour un produit de vente total de quelque 27,60 millions d’euros.
    • Le même jour, un immeuble commercial isolé situé à Spa (Belgique) a également été vendu à un commerce de détail pour un produit de vente total de 0,9 millions d’euros.
    • Le 29 mai dernier, un parc commercial situé à Péruwelz (Belgique) a été vendu à un investisseur institutionnel pour un produit de vente de 10 millions d’euros.
  • Banimmo loue 3.050m² de bureaux dans l'immeuble "Diamond"

    La société immobilière Banimmo   et Vente-Exclusive.com ont signé un bail pour la location de 3.050 m² de bureaux sur une durée ferme de 10 ans dans l’immeuble Diamond, à Bruxelles.

    Ce bail fera passer le taux d’occupation de l’immeuble de 38% à 62%. Les détails financiers n'ont toutefois pas été dévoilés. Lien vers le communiqué

  • Celyad fait le point sur son étude Think

    La biotech Celyad   a annoncé le traitement du premier patient atteint de leucémie myéloïde aiguë (LMA) au troisième et dernier niveau de dose de CYAD-01 dans le groupe des cancers hématologiques de l'étude de Phase I THINK.

    "Sur base des signes prometteurs d'activité clinique observés à ce jour, Celyad a commencé à évaluer l’administration d’un second cycle de CYAD-01 dans le but d’améliorer ou de prolonger les réponses cliniques. Un premier patient au deuxième niveau de dose a commencé avec succès son deuxième cycle de traitement sans toxicité signalée à ce jour", indique également la société dans son communiqué.

  • Sanofi finalise l'acquisition de la biotech Ablynx

    Sanofi   a annoncé la finalisation de l'acquisition d'Ablynx à la suite de l'expiration de la procédure d'offre de reprise. Le groupe pharmaceutique français avait annoncé fin janvier son intention de racheter la biotech belge pour 3,9 milliards d'euros.

  • Au menu du jour

    - Économie/Finance

    Eurozone

    • 10h00 Mario Draghi prononce le discours d'ouverture du Forum de la BCE
    • 10h00 Comptes courants / avril

    États-Unis

    • 14h30 Mises en chantier & permis de construire / mai

    France

    • 18h00 Note de conjoncture trimestrielle de l'Insee

     

    - Entreprises

    Belgique

    • Colruyt: résultats annuels pour son exercice décalé (après Bourse)
    • RealDolmen: offre de rachat prolongée par GFI au prix de 37 euros par action. Jusqu’au 25 juin
    • Sapec: assemblée générale
    • Sapec: offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin

    France

    • Nexity: journée investisseurs

    États-Unis

    • FedEx: résultats du T4 (après Bourse)
    • Oracle: résultats du T4 (après Bourse)
  • Wall Street dans le rouge, malgré le soutien de l'énergie

    La Bourse de New York a fini en légère baisse lundi, la bonne tenue du compartiment énergétique ayant permis au marché actions américain d'effacer une partie des pertes subies plus tôt en séance en réaction à la guerre commerciale qui se profile entre les Etats-Unis et la Chine. L'indice Dow Jones a cédé 0,41%, soit 103,01 points à 25.987,40. Le S&P-500, plus large, a perdu 5,79 points, soit 0,21%, à 2.773,87. Le Nasdaq Composite a même finalement terminé dans le vert, avec un gain infime de 0,65 points (+0,01%) à 7.747,03.

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse de plus de 1% sur le marché new-yorkais Nymex, malgré la perspective de voir l'Opep et la Russie décider d'une augmentation de la production de brut après près d'un an et demi de limitation des extractions.

    • Cette progression a entraîné une hausse de 1,12% de l'indice S&P 500 regroupant les valeurs de l'énergie, meilleure performance sectorielle du jour. Le titre Chevron, avec une gain de 1,56% à 125,97 dollars a inscrit la plus forte hausse du Dow Jones.
  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où nous vous tiendrons informés des grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 19 juin 2018.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés