1. Les marchés
  2. Live blog
live

Des résultats en demi-teinte freinent les marchés

Les indices européens ont globalement clôturé en petite hausse ce mardi, à l'exception de la Bourse de Paris. La saison de résultats continue de battre son plein. À Bruxelles, l'avertissement sur résultats d'Ageas est mal digéré. Les chiffres de BNP Paribas ne convainquent pas.
  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont quelque peu rebondi ce mardi en Europe, à l’exception de la Bourse de Paris qui a souffert du repli de l’action BNP Paribas (-4,77%). La tendance générale reste prudente, les incertitudes politiques semblant empêcher les investisseurs de prendre des positions claires.

    Le marché est "dans une dynamique plutôt hésitante, sans tendance marquée, et c'est un peu le même constat depuis plusieurs séances", a observé Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque. 

    Le Dax allemand a progressé de 0,34% et le Footsie britannique de 0,20%, tandis que le Cac 40 a reculé de 0,49%. Les valeurs bancaires (-0,80%) et pétrolières (-1,48%) ont signé les plus mauvaises performances sectorielles en Europe, sur fond de résultats d’entreprise jugés décevants.

    Profit warning pour Ageas

    Après une ouverture dans le rouge, le Bel 20 a rapidement repris des couleurs pour clôturer sur une progression de 0,32% à 3.589,71 points. Les poids lourds de l’indice ont porté la tendance bruxelloise: AB InBev a grimpé de 1,02% à 98,48 euros, UCB de 1,02% à 67,20 euros et Ahold Delhaize de 0,68% à 20 euros.

    La banque d’investissement HSBC a relevé son objectif de cours sur ING (+0,18% à 13,66 euros), passant de 14,20 à 15 euros. Selon l’analyste Robin Down, les résultats 2016 de la banque néerlandaise sont peu critiquables, avec des progrès dans la croissance des prêts, des marges bénéficiaires plus ou moins stabilisées et des coûts sous contrôle. Il prévoit pour 2017 et 2018 une croissance du bénéfice par action (BPA) de 7%. Sa recommandation reste donc à "acheter".

    La biotech malinoise Galapagos (+1,92% à 62,75 euros) a révélé ses ambitions d’expansion pour les prochaines années. La société envisage de déménager son siège social pour pouvoir accueillir 200 personnes supplémentaires. 

    Le titre Ageas a par contre terminé lanterne rouge, avec un repli de 1,60% à 38,97 euros. Le groupe d'assurance a dévoilé en avant-première quelques chiffres pour son exercice annuel - dont les résultats définitifs sont attendus pour le 15 février prochain. Ageas a déjà prévenu que son 4e trimestre sera plombé par les coûts de la restructuration au Royaume-Uni et les dépréciations d'actifs en Asie, pour un montant total de 137 millions d’euros. "Bien que ce soit certainement une surprise négative et que le cours de l'action pourrait en souffrir un peu, ces éléments négatifs sont tous exceptionnels de sorte qu'ils ne changent pas notre vision sur la société", a expliqué Bart Jooris de la banque Degroof Petercam, qui a maintenu son conseil à "accumuler".

    Fagron (+1,54% à 9,58 euros) a de son côté dégagé un chiffre d’affaires en légère baisse (-1,3%) à 421,8 millions d’euros, pour 2016. En cause, une moins-value de 48,4 millions d’euros sur sa filiale Freedom Pharmaceuticals. "Ces résultats sont un peu mieux que prévu, mais surtout pour les coûts et pas tellement sur les revenus. Ce qui est plus une preuve de stabilisation et de reprise", a commenté Frank Claassen de Degroof Petercam.

  • Clôture des marchés européens

    AEX +0,46%

    DAX +0,34%

    BEL 20 +0,32%

    CAC 40 -0,49%

  • Les changes sous l'emprise de Trump mais le dollar restera fort

    ©Pieter Van Eenoge

    Le dollar  repartira à la hausse cette année mais des mouvements erratiques dans l'un ou l'autre sens ne sont pas exclus à court terme au gré des déclarations de président américain Donald Trump et plus encore des perspectives de relance budgétaire massive qu'il a ouvertes, montre une enquête auprès de prévisionnistes sur les changes réalisée par Reuters.

    Les inquiétudes liées aux prises de position de la nouvelle administration américaine sur les échanges commerciaux, le dollar et les questions de sécurité internationale ont pesé à la fois sur le dollar et sur les taux d'intérêt aux Etats-Unis. Les positions spéculatives nettes à la hausse du dollar ont aussi été réduites par les investisseurs pour la quatrième semaine consécutive, tombant au plus bas depuis octobre, selon les dernières données disponibles de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) et des calculs effectués par Reuters.

    Pour autant, la soixantaine de stratèges changes interrogés la semaine dernière par Reuters continue de prévoir une hausse du dollar dans les 12 prochains mois, une fois les mesures fiscales et de relance budgétaire de la nouvelle administration américaine clarifiées. Six des 10 prévisionnistes qui se sont révélés les plus fiables au fil des enquêtes mensuelles de Reuters l'année dernière s'attendent toujours à une progression du dollar contre les principales autres grandes devises.

    Le dollar devrait aussi bénéficier de la divergence des politique monétaires entre la Réserve fédérale d'une part, qui a annoncé une poursuite du relèvement de ses taux directeurs, et les autres grandes banques centrales d'autre part qui conservent un biais accommodant. 

     

    "La politique de la nouvelle administration américaine est cohérente avec la vigueur du dollar". "La relance budgétaire, qu'elle passe par une augmentation des dépenses ou une réduction des impôts, va représenter un changement assez radical par rapport à l'environnement d'austérité budgétaire qui a caractérisé les dernières années. La combinaison des politiques - à la fois monétaire et budgétaire - est certainement en cohérence avec des gains pour le dollar."
    Erik Nelson
    de Wells Fargo

  • "Les marchés retrouvent une situation déjà vécue à plusieurs reprises l'année dernière, celle d'une séquence marquée par un fort attentisme avant des scrutins majeurs"
    Aurel BGC

  • Le déficit commercial US se contracte, exportations en hausse

    Le déficit commercial des Etats-Unis s'est contracté davantage que prévu en décembre en raison d'exportations à leur plus haut niveau depuis un an et demi et qui ont augmenté plus vite que les importations.

    Le déficit commercial a baissé de 3,2% à 44,3 milliards de dollars (41,5 milliards d'euros) en décembre, après deux mois consécutifs de hausse, a annoncé mardi le département américain du Commerce. Le déficit de novembre a été légèrement revu en hausse à 45,7 milliards de dollars contre 45,2 milliards précédemment.

    Sur l'ensemble de 2016, les Etats-Unis affichent un déficit commercial de 502,3 milliards de dollars, soit un pic de quatre ans, en hausse de 0,4%. Cela représente 2,7% du produit intérieur brut (PIB) contre 2,8% en 2015.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à un déficit de 45,0 milliards de dollars en décembre.

     

    US Trade Deficit In 2016 Was The Biggest In Four Years https://t.co/atVfjmjw8O— zerohedge (@zerohedge) February 7, 2017

  • Nouveau sommet pour le Dow Jones et le Nasdaq

    Everything Is Awesome Again - Stocks Surge To Record Highs https://t.co/oIKitHissm— zerohedge (@zerohedge) February 7, 2017

  • Les effets de changes pèsent sur le bénéfice de General Motors

    ©AP

    General Motors   a annoncé un recul de son bénéfice net au quatrième trimestre en raison notamment d'une perte de changes de 500 millions de dollars et le constructeur automobile américain a dit s'attendre pour 2017 à un bénéfice par action stable ou en légère hausse.

    Le bénéfice net au quatrième trimestre a chuté à 1,8 milliard de dollars (1,69 milliard d'euros), ou 1,19 dollar parc action, contre 6,3 milliards, soit 3,92 dollars par action, un an plus tôt. La prévision de BPA ajusté pour l'ensemble de 2017 a été fixée dans une fourchette de 6,0 à 6,5 dollars, contre 6,12 dollars en 2016.

    L'essentiel de l'effet de changes provient de la dépréciation de la livre sterling consécutive au vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne, a précisé GM.

    Le directeur financier Chuck Stevens a dit que le constructeur ne s'attendait pas à ce que ses activités en Europe soient rentables cette année mais qu'il ferait en sorte d'y parvenir en 2018.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: +0,30%
    • S&P 500: +0,12%
    • Nasdaq Composite: +0,20%
  • BNP Paribas ne prévoit aucun programme de rachat d'actions

    Le directeur général délégué de BNP Paribas Philippe Bordenave a déclaré mardi lors d'une conférence téléphonique consacrée aux résultats annuels du groupe que son entreprise ne prévoyait aucun programme de rachat d'actions.

  • BNP PARIBAS DIT NE PAS PRÉVOIR DE PROGRAMME DE RACHAT D'ACTION

  • * GENERAL MOTORS a annoncé mardi un recul de son bénéfice net au quatrième trimestre, à 1,19 dollar par action en raison notamment d'une perte de changes de 500 millions de dollars.

    * OMNICOM, le premier groupe américain de publicité, a publié mardi un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes en raison de la vigueur du dollar à la suite d'événements tels que le Brexit ou l'élection présidentielle américaine.

    * INTERCONTINENTAl EXCHANGE, propriétaire du New York Stock Exchange, a annoncé mardi un bénéfice en baisse au quatrième trimestre, la hausse des dépenses l'ayant emporté sur un doublement des revenus tirés des services de données.

    * TEVA PHARMACEUTICAL INDUSTRIES. Le groupe israélien, leader mondial des médicaments génériques, a annoncé lundi soir la démission de son directeur général Erez Vigodman et son remplacement à titre provisoire par le président du conseil d'administration Yitzhak Peterburg.

    * TWENTY-FIRST CENTURY FOX a publié lundi un bénéfice trimestriel supérieur aux prévisions, en raison notamment des performances de ses chaînes de télévision avec le baseball et la campagne présidentielle aux Etats-Unis, mais un chiffre d'affaires en deçà des attentes des analystes.

    * MICHAEL KORS HOLDINGS. Le groupe de mode a annoncé une baisse de 6,9% de ses ventes comparables sur son troisième trimestre clos fin décembre, un chiffre inférieur aux attentes qu'il a imputé à des performances décevantes en Amérique du Nord et en Europe, et son chiffre d'affaires global a reculé à 1,35 milliard de dollars contre 1,4 milliard.

    * CBOE. L'opérateur boursier basé à Chicago, qui gère la principale plate-forme d'options aux Etats-Unis, a annoncé lundi un chiffre d'affaires et un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes des analystes en raison notamment de la hausse des frais de transactions.

    * GAP a enregistré au quatrième trimestre une croissance de ses ventes, pour la première fois en huit trimestres. Cette croissance de 1%, à 4,43 milliards de dollars, a en outre été supérieure aux attentes des analystes, tout comme le bénéfice par action.

    * ARCONIC. Le fonds First Pacific Advisors, troisième actionnaire du groupe avec 4,5% du capital, a apporté lundi son soutien à la campagne menée par le fonds spéculatif Elliott Management pour remanier le conseil d'administration de l'entreprise issue de la scission d'Alcoa.

    * KKR a annoncé lundi la fusion de son fonds spéculatif KKR Prisma avec l'investisseur institutionnel PAAMCO pour donner naissance à une entité disposant de plus de 30 milliards de dollars d'actifs. KKR possédera 39,9% de cette entité.

    * WALT DISNEY publie ses résultats trimestriels après la clôture.

  • Wall Street vers une ouverture à la hausse

    La Bourse de New York s'orientait vers un léger rebond à l'ouverture, les investisseurs digérant une nouvelle série de résultats d'entreprises dont ceux du constructeur automobile General Motors.

    Vers 14h, le contrat à terme sur l'indice Dow Jones Industrial Average, qui donne une indication de son évolution, avançait de 0,33%, dans les échanges électroniques, celui sur le S&P 500 de 0,27% et celui sur le Nasdaq, à dominante technologique, de 0,25%.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • Ce qu'il faut retenir de la matinée boursière

    1. Les indices actions pointent en hausse, dans un marché qui reste sur ses gardes faute d'y voir clair en matière politique aussi bien en Europe qu'aux États-Unis.

    2. Les valeurs immobilières signent la meilleure progression sectorielle en Europe, dans le sillage de Klépierre, soutenu par des résultats supérieurs aux attentes avec un bénéfice net de 1,19 milliard d'euros sur 2016, grâce en partie à un accroissement de la valeur de son portefeuille de centres commerciaux.

    3. A l'opposé, les investisseurs sanctionnent les chiffres de plusieurs groupes financiers, comme Munich Re, BNP Paribas ou encore Ageas.

    4. BP plombe son compartiment, après avoir annoncé des résultats inférieurs aux attentes pour le quatrième trimestre et en baisse sur l'ensemble de l'exercice pour la deuxième année consécutive. Le compartiment pétrolier est lanterne rouge en Europe, avec un replu de 0,6%.

    5. A Bruxelles, outre Ageas, les chiffres de Fagron passent mal dans le marché. Nyrstar souffre pour sa part des prévisions moroses de son concurrent coréen Korea Zinc.

  • "Les marchés retrouvent une situation déjà vécue à plusieurs reprises l'année dernière, celle d'une séquence marquée par un fort attentisme avant des scrutins majeurs."
    Les analystes de Aurel BGC

  • Goldman Sachs s'invite dans le capital de Wereldhave

    Goldman Sachs détient 3,35% du capital et des droits de vote du groupe immobilier néerlandais Wereldhave, selon une déclaration de l'AFM, le gendarme boursier des Pays-Bas.

    Wereldhave détenait au 30 juin 2016, directement et indirectement, 69,58% des actions de la SIR belge Wereldhave Belgium.

  • +16%
    Le fabricant de puces et de capteurs Austria Mikro Systeme (AMS) s'adjuge plus de 16% sur le marché suisse, sa meilleure séance en près de 13 ans, après l'annonce de résultats trimestriels qui ont rassuré les analystes.

  • Accueil glacial du marché aux résultats de BNP Paribas

    La Bourse de Paris réservé un accueil glacial aux résultats annuels de BNP Paribas et à son plan stratégique 2020, qui promet une hausse annuelle moyenne de 9% du dividende et de 6,5% des profits, grâce à de nouvelles économies et à la digitalisation de ses métiers.

    A 10h45, le titre de la banque française reculait de -4,92% à 57,06 euros, accusant ainsi la plus forte baisse de l'indice européen des banques (-0,81%) et de l'indice CAC 40
    (-0,03%), entraînant dans son sillage Société générale et Crédit agricole qui perdaient plus de 2%.

    Des analystes financiers interrogés par Reuters avancent plusieurs raisons pour expliquer la déception des investisseurs:

    • des résultats en dessous du consensus;
    • des objectifs de dividende prudents;
    • ainsi que la faiblesse de la banque de détail en France et en Italie.
    "La banque de détail, surtout en France, est décevante et le coût du risque est supérieur aux attentes."
    Un analyste basé à Paris, qui a souhaité conserver l'anonymat




    Le broker Jefferies pointe également comme élément négatif la perte de 36 millions d'euros de la filiale italienne BNL au 4e trimestre, un chiffre également en dessous du consensus, en raison de coûts exceptionnels.

  • Korea Zinc plombe la séance de Nyrstar

    Nyrstar abandonne plus de 2%. L'action réagit aux informations publiés par le sud-coréen Korea Zinc, un groupe actif dans le traitement du cuivre, avec des activités similaires au smelter belge.

    Le groupe a indiqué ce matin qu'il anticipait une baisse de 17% de son bénéfice net pour son exercice comptable en cours, ce qui semble plomber l'ambiance autour du titre Nyrstar.

  • Le point sur les marchés en matinée

    1. Les principales Bourses européennes hésitent sur la direction à suivre mardi, dans un marché ralentit par les valeurs financières et pétrolières, après des résultats jugés décevants.

    2. Sur le front macroéconmique, le ministre de l'Economie allemand a annoncé un recul inattendu de 3% de la production industrielle de la première économie de la zone euro, sa plus forte baisse depuis janvier 2009.

    3. Avec une baisse de 0,6%, les banques affichent le plus fort recul des sous-indices du Stoxx 600, sous la conduite de BNP Paribas qui chute de près de 4% après l'annonce d'un bénéfice plus que doublé au quatrième trimestre à mais inférieur aux attentes.

    4. A Francfort, Munich Re perd plus 2%, plus fort repli du Dax. Le groupe allemand, numéro un mondial de la réassurance, a publié un bénéfice net 2016 inférieur aux attentes. A Bruxelles, Ageas cède près de 3% après un avertissement sur résultats. Les assureurs européens cèdent dans l'ensemble 0,28%.

    5. Les pétrolières rendent 0,40%, selon l'indice DJ Stoxx 600 sectoriel de référence. BP abandonne 2,5%. Le groupe pétrolier a annoncé des résultats inférieurs aux attentes pour le quatrième trimestre et en baisse sur l'ensemble de l'exercice pour la deuxième année consécutive.

  • Blackrock passe à l'achat sur l'Europe, le risque politique jugé surévalué

    Sept mois après avoir dégradé les actions européennes à "sous pondérer", dans un contexte élevé d'incertitude politique, BlackRock juge désormais cette classe d'actifs comme digne d'achat.

    Les investisseurs sont devenus trop sceptiques sur l'Europe alors que le risque liés aux prochaines élections françaises et allemandes est "surévalué", écrit le stratège en chef BlackRock Investment Richard Turnill dans une note publiée lundi.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (7 fév) - Ageas, Galapagos, ING, Proximus, Umicore, Fagron, Celyad, Mithra https://t.co/JADdFlEhSv pic.twitter.com/vWvnQHlbmv— Stéphane Wuille (@stephanewuille) February 7, 2017

  • Ageas : -2,61% dans les premiers échanges

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,36%
    • Amsterdam: -0,07%
    • Francfort: -0,09%
    • Paris: -0,33%
    • DJ Stoxx 600: +0,01%
  • "Les places européennes devraient ouvrir en légère baisse ce matin, dans le sillage de l'accentuation du stress politique en zone euro et dans l'attente de potentielles annonces du président Donald Trump concernant les baisses d'impôts."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Lourde chute de la production industrielle allemande

    La production industrielle en Allemagne a fortement baissé en décembre, marquant une chute de 3% sur un mois, selon une donnée provisoire et corrigée des variations saisonnières.

    Contrastant avec le fort rebond de 5,2% des commandes passées à l'industrie allemande en décembre dévoilé lundi, cette baisse marquée de la production suit une petite progression en novembre de 0,5%, et non de 0,4% comme initialement annoncé par l'Office fédéral des statistiques Destatis.

    Sur le dernier mois de 2016, tous les secteurs industriels ont vu leur production diminuer. Ainsi la production manufacturière dans son ensemble a reculé de 3,4%, celle du secteur de l'énergie de 0,9% et celle du secteur du bâtiment, pourtant particulièrement dynamique en novembre, est retombée en décembre de 1,7%.

    Dans un communiqué distinct, le ministère allemand de l'Economie préfère souligner que sur l'ensemble du quatrième trimestre de 2016, la production industrielle de la première économie européenne est restée presque inchangée (-0,1%) par rapport au troisième trimestre.

    "Les entrées de commandes à l'industrie et aussi les baromètres mesurant le moral des acteurs économiques signalent un redressement de la production dans les mois à venir", assure le ministère.

  • Moins-value de 48 millions pour Fagron

    Fagron  a dégagé, a l’issue de l’exercice 2016, un chiffre d’affaires en légère baisse (-1,3%) à 421,8 millions d’euros en deçà des prévisions des analystes qui, en moyenne s’attendaient à un chiffre de 425 millions d’euros mais en ligne avec les attentes de la direction.

    "En 2016, quasi toutes les activités de Fagron se sont développées positivement" a souligné Hans Stols, le CEO de Fagron.

    La société spécialisée dans les préparations magistrales à destination des pharmacies a toutefois dû, en raison des changements dans le système de remboursement des soins aux Etats-Unis, acter une moins-value de 48,4 millions d’euros sur sa filiale Freedom Pharmaceuticals. Cela a pesé sur le résultat net qui s’est transformé en une perte de 18,1 millions d’euros contre un résultat négatif de 25 millions en 2015.

    Notre article détaillé ici.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sans grand changement, dans le sillage de Wall Street qui a clôturé la veille sans élan sur fond d'interrogations sur la politique économique de Donald Trump.

    2. Les investisseurs restent en outre sur la réserve avant la rencontre entre le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le président américain Donald Trump en fin de semaine, qui sera largement consacrée aux questions commerciales et monétaires.

    3. L'euro recule de 0,47% face au billet vert, à 1,0698 dollar. Les incertitudes politiques eu Europe, notamment en France, pèsent sur la devise du bloc des 19.

    4. Sur le marché obligataire, le rendement de la dette française à 10 ans a atteint son plus haut niveau depuis septembre 2015, sur fond
    d'inquiétudes liées à l'élection présidentielle.

  • Avertissement sur résultats d'Ageas

    Le groupe d'assurances Ageas a averti mardi que ses résultats du quatrième trimestre seront "impactés négativement" par des éléments exceptionnels d'un montant total de 137 millions d'euros, dont la majeure partie concerne le Royaume-Uni (107 millions d'euros).

    A cela s'ajoutent des dépréciations d'actions en Asie qui s'élèvent à 30 millions d'euros.

    Le groupe, qui publiera ses résultats annuels le 15 février, annonce également que son conseil d'administration proposera la distribution d'un dividende brut total en espèces de 2,10 euros par action pour l'année 2016, soit un montant régulier de 1,70 euro (contre 1,65 euro pour l'année 2015) et d'un montant exceptionnel de 0,40 euro lié à la plus-value sur le désinvestissement à Hong Kong.

  • Tokyo finit en baisse de 0,35%

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,35% mardi, affectée par le repli de Wall Street et un raffermissement du yen.

    L'indice Nikkei a perdu 65,93 points à 18.910,78 et le Topix, plus large, a cédé 4,27 points (0,28%) à 1.516,15.

  • Nouvelle édition du Market Live. Nous sommes le mardi 7 février 2017. Bonne journée à toutes et tous!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés