1. Les marchés
  2. Live blog
live

En dents de scie

Les investisseurs ne savaient pas trop bien sur quel pied danser. Les Bourses ont du coup évolué très irrégulièrement au fil des heures en Europe. Tantôt à la baisse, tantôt à la hausse. .
  • On ne savait pas trop à quel saint se vouer sur les marchés financiers ce mercredi. Les indices boursiers ont dans ce contexte évolué de manière assez capricieuse. Tantôt dans le vert, tantôt dans le rouge.

    A Bruxelles, l'indice Bel 20 qui a évolué dans une fourchette comprise entre 3.394,5 et 3.449,02 points, s'est stabilisé à 17h30 tout près de son niveau de clôture de la veille. Soit sur une baisse insignifiante de 0,03% à 3.427,43 points. Delta Lloyd (-6,31% à 5,79 euros) et Telenet (-4,99% à 46,70 euros) y ont signé les plus forts replis.

    Le Stoxx 600 a réussi pour sa part à grappiller 0,52%  pour s'établir à 340,49 points. Cet indice paneuropéen a trouvé du soutien dans la fermeté des actions d'entreprises actives sur les marchés des matières premières (+3,6% en moyenne), des valeurs bancaires (+3,3%) et du secteur automobile (+1,9%).

    Parmi les principaux indices nationaux, le DAX 30 de Francfort a fini en hausse de 0,61% et le CAC 40 de Paris sur un gain de 0,41%. A l'heure des clôtures européennes, le S&P 500  lâchait un minuscule 0,05% à la Bourse de New York.

    Sur les autres marchés, le baril de Brut à Londres s'est repris en fin de journée pour revenir à ses niveaux de mardi soir (36,78 euros). Après quelques prises de bénéfice la veille, l'or reprenait 0,45% à 1.237,7 dollars l'once.
    Du côté des changes enfin, l'euro se tassait de 0,29% à 1,0836 dollars.

  • Delta LLoyd et Telenet mènent les replis dans le Bel 20

    A moins de trente minutes de la fermeture de la Bourse de Bruxelles, Delta Lloyd et Telenet accusent les plus forts reculs.
    Delta Lloyd se replie de 5,95% à 5,81 euros sur des prises de bénéfice. Telenet recule de 5,10% à 46,64 euros. L'action du câblo-opérateur souffre de l'annonce de la cession de 2 millions de ses actions par le fonds souverain norvégien Norges Bank. Soit près de 40% des titres Telenet que ce fonds possédait.

    Selon Ctigroup qui a réalisé cette cession pour le compte de Norges Bank, cette opération s'est effectuée à un prix compris entre 46 et 49,15 euros l'action.

  • Poutine d'accord avec le gel de la production de pétrole

    Les producteurs russes de pétrole sont d'accord pour geler leur production de brut cette année à son niveau du mois de janvier afin de soutenir le marché, vient de déclareri le président Vladimir Poutine. Ce dernier ne s'était pas encore prononcé sur l'accord intervenu en février entre le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak,  avec les représentants de trois pays de l'Opep, dont l'Arabie saoudite.

    Par cet accord, le premier au niveau mondial depuis 15 ans sur le pétrole, les différentes parties cherchent à enrayer la chute de 70% des cours depuis leurs pics de juin 2014.

    Vers 17h, le cours du baril de Brent accusait une baisse de 0,73% à 36,54 dollars et le WTI américain de 0,9% à 34,09 dollars.

  • Carmignac parmi les sauveurs de Fagron

    Fagron a mis au point un plan de sauvetage financier rendu public ce matin. Comme on le sait une augmentation de capital qui se fera en deux tranches.

     -La première, privée et qui porte sur un montant de 131 millions réunit WPEF VI Holdco III BE BV, Alychlo NV, Carmignac, Midlin NV, Bart Versluys et Hans Stols.

     -La seconde qui est destinée à lever 89 millions s'adressera à tous les actionnaires de Fagron à qui il sera accordé un droit préférentiel. WPEF, Alychlo Carmignac, Midlin, et Bart Versluys devraient participer à cette tranche également.

    La dette de Fagron mieux considérée

    Peu après 16h, l'action Fagron évoluait en territoire négatif. Elle accusait un repli de 0,6%, avec plus de 1,5 millions de titres échangés. A l'ouverture, elle avait bondi de 7,1%.

    Sur le marché secondaire des dettes d'entreprises, l'obligation émise par Fagron arrivant à maturité en juillet 2017 (4,75%) a repris des couleurs. Du fait de la hausse de sa cotation, de 93,18% à 98,20% du nominal d'un jour à l'autre, le rendement de cette obligation a plongé de 10,45% à 6,17%.

  • Monsanto chute de 5% à Wall Street

    Wall Street a ouvert en repli ce mercredi, sous le coup du recul des cours du pétrole après des données montrant que les stocks du brut aux Etats-Unis

    avaient atteint un niveau record.

    Vers 16h, l'indice Dow Jones affichait une perte de 0,2% et l'indice S&P 500 de 0,1%.

    Le pétrole (WTI), dont l'évolution est fortement corrélée à celle de Wall Street depuis quelques mois, abandonne près de 1% après que l'Americain Petroleum Institute (API) a estimé que les réserves avaient augmenté de 9,9 millions de barils la semaine dernière.

    Cela dit, "le marché a été très nettement 'suracheté' mardi", explique pour Reuters Jeffrey Saut, de chez Raymond James Financial.

    Mardi, la Bourse de New York avait fini en très forte hausse, remontant à son niveau de début janvier, à la faveur d'indicateurs supérieurs aux attentes attestant de la bonne tenue de la première économie mondiale.

    Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 214.000 emplois en février, davantage que ce que prévoyaient les économistes, selon l'enquête mensuelle publiée ce matin par ADP, le spécialiste de l'externalisation de la gestion des ressources humaines.

    Du côté des valeurs individuelles, le titre Zynga prend 7,2% après que le créateur du jeu "Farmville" a annoncé la nomination d'un nouveau directeur général.

    L'action Monsanto perd 5,06% après que le premier producteur mondial de semences a réduit sensiblement ses prévisions de résultats 2016 en mettant en avant la vigueur du dollar et des pressions sur les prix.

  • Les marges des banques de la zone euro résistent bien!

    C'est la banque américaine JP Morgan qui l'avance sur la base de statistiques publiées ce mercredi par la Banque centrale européenne (BCE): les banques de la zone euro réalisent sur leurs prêts des marges comparables à celles qu'elles engrangeaient avant la crise financière. Des propos qui contredisent les déclarations de certains banquiers commerciaux sur l'impact néfaste de la politique monétaire sur leur rentabilité.

    Ces données viennent appuyer les déclarations de Benoît Coeuré, l'un des membres du directoire de la BCE qui a estimé que la politique monétaire n'était pas le principal problème du secteur bancaire.

    Les calculs effectués par Reuters (voir infographie) sur la base des données de la BCE montrent que le taux d'intérêt moyen des prêts aux ménages et aux entreprises de la zone euro a été pratiquement divisé par deux depuis le début de la crise financière en 2008, mais aussi que le taux de rémunération des dépôts a diminué davantage encore.

    L'écart entre ces deux taux, qui donne une indication de la marge des banques, se situe ainsi à environ 240 points de base, soit son niveau de 2005 et de 2009. Il avait culminé à 285 points en 2003 et était tombé au plus bas à 184 points en 2012.

     

    ©doc

  • Et voici les chiffres de l'enquête ADP

    Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 214.000 emplois en février, davantage que ce que prévoyaient les économistes, selon l'enquête mensuelle publiée mercredi par ADP, le spécialiste de l'externalisation de la gestion des ressources humaines.

    Quarante-neuf économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne 190.000 créations d'emploi en février, leurs estimations allant de 160.000 à 225.000.

    Le nombre d'emplois créés en janvier a été révisé en baisse à 193.000 contre 205.000 en première estimation.

  • Le titre de la banque portugaise BPI suspendu

    Le gendarme de la Bourse de Lisbonne a suspendu mercredi la cotation du titre de la banque BPI , qui s'envolait de 10% après des informations de presse selon lesquelles son principal actionnaire, l'espagnole Caixabank, négociait le rachat de la part de la femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos.

    Le titre de BPI a été suspendu peu avant 11H00 GMT, quand il bondissait de 10,38% à 1,18 euro, "dans l'attente de la publication d'informations importantes", a annoncé la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM) dans un communiqué.

  • Telenet dans les cordes, Fagron ralentit la cadence

    L'indice Bel20 est à la traîne de ses homologues européennnes, évoluant contre la tendance suite au repli de l'action Telenet . Le titre du groupe télécom est pénalisé par un placement d'actions par l'un  de ses actionnaires, la Norges Bank.

    Parmi les autres valeurs en vue, Hamon se reprend après une dégringolade de 40% la veille.

    Fagron , qui devrait lever 220 millions d'euros par le biais d'une augmentation de capital, ralentit la cadence après avoir gagné 18% en matinée.

    MDXHealth par contre reste sur sa lancée, bénéficiant d'annonces positives pour son test ConfirmMDx aux Etats-Unis.

  • Le point en milieu de journée

    Les Bourses européennes sont proches de l'équilibre à mi-séance, après avoir abandonné une partie de leurs gains du début de journée.

    Le secteur bancaire et celui des ressources de base sont en tête des hausses, leurs indices respectifs progressant de 2,22% et 1,21%.

    Le cours du cuivre à Londres se reprend de près de 1,7%, au plus  haut depuis plus de trois mois, et plusieurs autres métaux sont orientés en nette hausse.

    La progression générale s'explique en premier lieu par le rebond du pétrole, les indicateurs américains encourageants des derniers jours et l'anticipation d'un nouvel assouplissement, la semaine prochaine, de la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Mais certains observateurs notent que la marge de manoeuvre de cette dernière est étroite.

     

    "Si elle ne veut pas décevoir les attentes des investisseurs, la BCE devra au minimum baisser ses taux directeurs et certainement augmenter le montant et la durée de son programme de rachat d'actifs. Les espérances des investisseurs sont élevées et l'exercice de communication pourrait se révéler périlleux."
    Philippe Cohen
    Gérant de portefeuilles chez Barclays Bourse

     

    La deuxième partie de la séance européenne sera animée entre autres par les résultats de l'enquête mensuelle ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis, prélude au rapport mensuel de l'emploi attendu vendredi.

    Wall Street est attendue en repli après sa forte hausse de la veille.

  • "Le rebond est définitivement engagé. Malgré des PMI chinois décevants mardi matin, les indices actions de part et d'autre de l'Atlantique (...) ont confirmé la hausse de la veille, signe que le ralentissement chinois est désormais bien intégré."
    Les analystes du courtier Aurel BGC

  • Econocom prévoit que la croissance des bénéfices d'au moins 10%

    Le groupe de services informatiques Econocom prévoit une croissance à deux chiffres au moins de son résultat opérationnel courant pour 2016. C'est ce qui ressort de l'annonce des résultats annuels mardi soir.

    Econocom a publié un bénéfice net en hausse de 31,2% à à 57,8 millions d'euros, ou 0,53 euro par action.

  • Materialise prend 20% sur le Nasdaq

    Le spécialiste louvaniste de l'impression 3D Materialise a bondi 21% mardi sur le Nasdaq. Materialise publie aujourd'hui ses résultats annuels. Les analystes prévoient des perspectives "ambitieuses". Il y a également une rumeur selon laquelle l'entreprise déploierait une plate-forme d'impression 3D pour les hôpitaux.

  • MDxHealth porté par un vent favorable venu des USA

    MDxHealth se démarque positivement à la Bourse de Bruxelles. Le centre de recherche sur le cancer aux États-Unis s'est montré enthousiaste pour le ConfirmMDx, le test développé par MDxHealth pour détexter le cancer de la prostate.

  • Highfields se démène contre l'augmentation de capital de Delta Lloyd

    Highfields Capital Management, qui détient près de 10% de Delta Lloyd , a  présenté une critique détaillée dans un blog sur l'émission de capital prévue de l'assureur néerlandais.

    Delta Lloyd veut lever 650 millions d'euros pour renforcer ses ratios financiers. C'est moins que le milliard d'euros précédemment prévu, mais pour Highfields c'est encore trop.

    Les actionnaires voteront le 16 mars sur l'augmentation de capital.

     

  • AB InBev recevra moins que prévu de la cession de China Resources Snow Brewerie

    AB InBev va recevoir 1,6 milliard de dollars pour la cession de la participation détenue par SABMiller dans China Resources Snow Breweries. L'acheteur est China Resources qui détient déjà 51% de l'entreprise.

    La cession de cette participation est une condition pour qu'AB InBev et SAB Miller reçoivent le feu vert des autorités de la concurrence pour leur fusion.

    Les analystes avaient espéré entre 3 et 3,5 milliards de dollars. Rabobank avait compté pour sa part sur 5 milliards. Mais pour les analystes de la banque néerlandaise, la bonne nouvelle c'est que cette cession devrait permettre une approbation rapide de la fusion par le gouvernement chinois.

    Par ailleurs, les ventes des marques Peroni et Grolsch au japonais Asahi devrait rapporter plus que prévu, de sorte que le total du produit des ventes devrait tomber plus ou moins dans la fourchette anticipée.

  • Darty dopé par l'offre de Conforama

    Darty bondit de plus de 9,5% après l'annonce d'une offre d'achat en numéraire de Conforama, rivale de celle de la Fnac .

     

    ©AFP

  • Le point à l'ouverture des marchés

    • Les principales Bourses européennes ont ouvert en hausse. Les derniers indicateurs américains et la remontée du dollar et du pétrole favorisent la poursuite du rebond des actions.
    • Après la clôture de Wall Street sur un gain de plus de 2%, la Bourse de Tokyo a fini en hausse de 4,11%, à son plus haut niveau de clôture depuis le 8 février.
    • En Chine, l'indice CSI300 a terminé sur un gain de 4,12%, les marchés actions ayant ignoré la décision de Moody's d'abaisser sa perspective sur la note de Pékin à "négative".
    • Outre les indicateurs américains, les chiffres supérieurs aux attentes de la croissance au Canada et en Australie contribuent au regain d'appétit pour le risque.
    • L'indice Stoxx européen des ressources de base gagne en effet plus de 2% et ArcelorMittal se classe en tête du CAC avec une hausse de 3,2%.
    • Le secteur automobile, de son côté, reste porté par les bons chiffres des ventes en février en France et aux Etats-Unis. Le Stoxx sectoriel prend 1,14%.

     

    "Le grand sujet qui explique l'optimisme des investisseurs en Europe, c'est le rebond du compartiment des matières premières, qui assure un soutien de poids au secteur minier et à celui de l'énergie."
    Naeem Aslam, d'AvaTrade

  • Pourquoi Telenet chute

    L'action Telenet chute dans les premiers échanges. En cause: le placement par la Norges Bank d'un paquet d'actions du groupe télécom qu'elle détient. La banque cède 2,5 millions de titres (contre 2 millions initialement) à un prix compris entre 46 et 49,15 euros, selon Bloomberg. Telenet a clôturé mardi à 49,15 euros.

  • +18%
    L'action Fagron bondit de 18% dans les premiers échanges. La société a annoncé une augmentation de capital de 220 millions d'euros.

  • | Opening Bell |

    • Amsterdam: +0,56%
    • Bruxelles: +0,22%
    • Francfort: +0,66%
    • Londres: n.c.%
    • Paris: +0,44% 
  • Augmentation de capital pour Fagron

    Le fonds d’investissement Waterland et l’entrepreneur Marc Coucke vont injecter de l’argent frais dans Fagron . Au total, l'augmentation de capital privée et publique devrait rapporter 220 millions d'euros d'argent frais à l'entreprise.

    L'augmentation de capital se fera en deux étapes:

    • La première levée se fera auprès d'investisseurs privés pour un montant d'environ 131 millions d'euros. Parmi les candidats, on trouve Alychlo, la société d'investissements de l'homme d'affaires flamand Marc Coucke (qui possède actuellement 5,3% de Fagron). Les fonds d'investissements Waterland et Baltisse (de l'entrepreneur Filip Balcaen) font également partie de l'aventure.
    • Les 89 millions d'euros restants seront levés via une augmentation de capital publique.


    Mais la participation des investisseurs privés dépendra de la capacité de Fagron à repousser une partie des activités américaines et à renégocier les accords avec les banques et autres créanciers.

  • Les marchés donnés en hausse

    Les principales Bourses européennes devraient poursuivre leur rebond dans le sillage de Wall Street et des principales places asiatiques, portées par des indicateurs américains jugés encourageants pour la première économie mondiale et par la remontée des cours du pétrole.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien  comme le Dax à Francfort pourraient gagner jusqu'à 1% à l'ouverture, et le FTSE à Londres jusqu'à 0,8%.

    En Chine, les principaux indices actions progressent de plus de 3%, ignorant la décision de Moody's d'abaisser sa perspective sur la note de Pékin à "négative".

    Outre les indicateurs américains, les chiffres supérieurs aux attentes de la croissance au Canada et en Australie contribuent au regain d'appétit pour le risque.

    "Même si nous restons prudents en matière de perspectives, nous ne pensons pas que l'économie mondiale va tomber dans la récession. Une grande partie des mauvaises nouvelles sont déjà dans les cours, ce qui offre des opportunités aux investisseurs."
    Geoff Lewis
    Responsable de la stratégie de Manulife Asset Management à Hong Kong

    Le "Super Tuesday", la conjonction des primaires et caucus dans 12 Etats américains, n'a réservé aucune surprise aux marchés, Hillary Clinton côté démocrate et Donald Trump côté républicain sortant nettement vainqueurs de la journée.

  • Tokyo bondit de 4%

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a bondi de 4,11%, tiré vers le haut par des statistiques américaines qui ont enthousiasmé Wall Street et donné du tonus au dollar face au yen.

    L'indice des 225 valeurs vedettes a gagné 661,04 points à l'issue des échanges, à 16.746,55 points, retrouvant des couleurs après un début d'année exécrable.

    L'indice élargi Topix de toutes les valeurs du premier tableau a progressé quant à lui de 3,75% (+48,78 points) à 1.349,61 points.

  • Good morning!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

     

    ©arie kievit

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés