1. Les marchés
  2. Live blog
live

Fort rebond de l'emploi US | L'Europe dans le rouge | UCB et Argenx pèsent sur le Bel 20

Les chiffres de l'emploi ont largement dépassé les attentes, confirmant que la première économie mondiale est sur de bons rails. Les marchés ont d'abord réagi positivement à cette statistique avant de courber l'échine. À Bruxelles, les biotechs et UCB ont ralenti le Bel 20.
  • "La BCE devra se montrer convaincante cette semaine"

    Ce qu'il faut suivre la semaine prochaine, selon Vincent Juvyns (JPMorgan AM)

  • Au menu la semaine prochaine

    AGENDA | La réunion de la Banque centrale européenne jeudi retiendra l'attention sur les marchés. Les résultats de sociétés vont continuer de pleuvoir. 

    > À suivre la semaine prochaine 

    C'est ici que se referme notre Market Live. Merci de nous avoir suivis et rendez-vous lundi au même endroit! 

  • Nouvelle séance agitée en Europe

    Les grands indices européens ont perdu du terrain ce vendredi. Le FTSE 100 de Londres (-0,31%) a limité la casse grâce au soutien de ses valeurs pétrolières. Celles-ci ont profité de la forte hausse des cours du brut après l'accord conclu par les pays de l'Opep+ pour prolonger la limitation de leur production.

    Le CAC 40 de Paris a lâché 0,82% et son homologue allemand, le Dax, a perdu 0,97%. Les échanges étaient nerveux avec des indices qui ont changé à plusieurs reprises de direction.

    Les investisseurs ont applaudi les chiffres de l'emploi US bien meilleurs que prévu sans pour autant lâcher des yeux les taux obligataires américains, le rendement à 10 ans atteignant même son plus haut niveau de l'année à 1,62% dans la foulée du rapport mensuel américain sur l'emploi surprenant.

    Les autres statistiques du jour, plutôt favorables, ont quelque peu limité les pertes des marchés européens. Les commandes passées à l'industrie allemande sont reparties à la hausse en janvier, et le déficit commercial de la France s'est tassé à 3,7 milliards d'euros. 

    À l'heure de la clôture en Europe, les marchés américains étaient coincés dans le rouge avec un Nasdaq (-0,83%) particulièrement mal en point. Ils avaient avant cela changé plusieurs fois de direction. 

  • ING a gonflé de 10% cette semaine

    Hit-parade de l'indice Bel 20 depuis la semaine dernière

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • ING  9,96+10,21%
    • Ageas50,26+8,18%
    • AB InBev50,47+6,34%
    • Solvay105,35+4,2%
    • Barco20,96+3,05%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • WDP26,98-4,8%
    • Aedifica97,2-5,63%
    • Cofinimmo121,0-5,76%
    • UCB77,54-5,94%
    • Argenx239,0-13,9%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

    Rédigé par Quotebot le 05/03/2021 à 17h52

  • Argenx, Galapagos et UCB, les trois perdants du jour sur le Bel 20

    L'indice Bel 20 a trébuché de 1,02% à 3.769,14 points. Sur les 20 actions qui le composent, 5 étaient en hausse et 15 en baisse. 

    > Le débriefing de la séance à Bruxelles 

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • ING  9,96+1,6%
    • Ackermans & van Haaren132,9+0,91%
    • Ageas50,26+0,78%
    • Colruyt49,47+0,55%
    • Proximus16,68+0,06%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Argenx239,0-5,53%
    • UCB77,54-3,68%
    • Galapagos69,2-3,05%
    • WDP26,98-2,6%
    • Cofinimmo121,0-1,63%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

    Rédigé par Quotebot le 05/03/2021 à 17h43

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -1,02% 
    CAC 40: -0,82% 
    AEX: -0,58% 
    DAX: -0,73% 
    FTSE 100: -0,02% 
    Stoxx 600 Europe: -0,63% 

    Résultats provisoires 

  • Le baril de Brent au-dessus de 69 dollars

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai prend 2,47% à Londres à 69,24 dollars. Dans le même temps, le baril américain de WTI pour avril gagnait 3,37% à 65,98 dollars. La décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés de l'Opep+ de n'augmenter leur production que de manière marginale avait fait bondir les cours de près de 5% la veille. 

    Les pétrolières en profitent. Peu avant la clôture Total gagnait 2,22% à 41,46 euros, TechnipFMC 2,71% à 7,57 euros et CGG 7,81% à 1,16 euro.  Chevron occupait le haut du Dow Jones avec un gain de 2,83%. Idem pour BP et Shell sur le marché londonien. 

  • Tesla voit la concurrence se rapprocher

    L'action Tesla recule de près de 7% vers 17 heures à Wall Street. Le cours du fabricant de voitures électriques a flanché de 30% depuis son record en intraday du 25 janvier dernier. La capitalisation boursière de Tesla a ainsi fondu de plus de 250 milliards d'euros pour redescendre sous la barre des 500 milliards.

    Dans le même temps, les grands constructeurs allemands ont repris des couleurs et rendent l'écart de capitalisation boursière avec Tesla un peu moins blessant (voir graphique). Volkswagen est ainsi repassé au-dessus des 100 milliards de euros de capitalisation boursière. 

  • "L'heure est au rééquilibrage des portefeuilles pour les investisseurs"

    Revue de la semaine avec Vincent Juvyns (JPMorgan AM)

  • L'or brille un peu moins

    L’or est tombé à son plus bas niveau en neuf mois après des données sur l’emploi aux États-Unis. Des chiffres qui ont soutenu le dollar et les rendements du Trésor américain, poussant les lingots dans le rouge. C'est la troisième baisse hebdomadaire consécutive pour le métal jaune. L'once d'or s'échangeait vers 16h30 à 1.698,66 dollars après être tombé à son plus bas niveau depuis le 8 juin un peu plus tôt dans la séance.  

  • New York salue les chiffres de l'emploi US

    La Bourse de New York a ouvert en hausse vendredi, saluant les chiffres bien meilleurs qu'attendu de l'emploi aux Etats-Unis en février, qui rassurent les investisseurs sur la vigueur de la reprise et relèguent pour l'instant au second plan les préoccupations liées à la hausse des rendements obligataires.

    Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 0,76%, le S&P 500 progresse de 0,62% et le Nasdaq Composite, qui a pris 0,5% dans les premiers échanges, recule de 0,08%.  

    L'économie américaine a créé 379.000 emplois non-agricoles le mois dernier, a annoncé une heure avant l'ouverture le département du Travail, qui a en outre revu en nette hausse le chiffre de janvier. Cette bonne surprise, qui conforte le scénario d'une reprise soutenue de l'économie, incite les investisseurs à revenir à l'achat après la baisse provoquée jeudi par les déclarations jugées décevantes de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, sur les risques liés à la remontée des rendements des emprunts d'Etat.

    Ce mouvement est pourtant loin d'être remis en cause: le rendement des bons du Trésor à dix ans a même atteint 1,626% juste après la publication du rapport sur l'emploi, son plus haut niveau depuis près de 13 mois.

    Sa hausse profite entre autres aux valeurs bancaires: Bank of America gagne 2,26%, JPMorgan Chase 1,24%, Goldman Sachs 0,83%.

    Les compagnies pétrolières bénéficient quant à elles de la hausse des cours du pétrole: Chevron s'adjuge 2,45% et Exxon Mobil 2,43%. L'indice S&P du secteur de l'énergie (+2,97%) évolue au plus haut depuis un peu plus d'un an.

    A la baisse, le groupe de grande distribution Costco perd 1,78% après des résultats trimestriels inférieurs aux attentes du marché.  

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,89% 
    S&P 500: +0,97% 
    Nasdaq Composite: +0,88% 

  • Le point sur la tendance

    Les principaux marchés européens retrouvaient des couleurs dans la foulée des chiffres américains sur l'emploi, beaucoup plus élevés qu'attendu. Les échanges sont nerveux, les indices du continent européen ayant dans un premier temps réagi négativement à la statistiques américaine qui a donné un coup de fouet aux rendements obligataires. 

    Vers 15 heures, le Bel 20 ne perd plus que 0,09% avec ING (+1,65%) en tête des hausses. Le Stoxx 600 Europe a changé de direction pour afficher un gain minime (+0,02%). 

  • Reprise de cotation de Xior, l'augmentation de capital pleinement souscrite

    Xior   a publié les résultats définitifs de son offre publique de souscription. L'opération a été pleinement souscrite. 4.209.288 nouvelles actions seront émises pour un montant de 178,89 millions d'euros. Les droits non exercés ont été vendus lors d’un placement privé au prix unitaire de 83 centimes. La SIR spécialisée dans les kots pour étudiants procède ainsi à sa quatrième augmentation de capital publique en 5 ans de présence sur le marché bruxellois. 

    Son action, suspendue le temps de procéder au placement des nouvelles actions, a redémarré peu avant 15 heures sur un gain de 0,11% à 46,75 euros. 

  • L'emploi US beaucoup plus dynamique qu'attendu en février

    L'économie américaine a créé beaucoup plus d'emplois que prévu en février sur fond de montée en puissance de la campagne de vaccination contre le coronavirus comme des mesures de relance de l'administration Biden.

    Le département du Travail a recensé 379.000 créations de postes non-agricoles le mois dernier et a révisé à 166.000 le chiffre de janvier. Les économistes interrogés par l'agence Reuters prévoyaient en moyenne 182.000 emplois créés après les 49.000 annoncés initialement pour janvier.

    Le taux de chômage, calculé sur la base d'une enquête distincte de celle sur les créations d'emplois, a reculé à 6,2% alors qu'il était attendu inchangé à 6,3%. Il est toutefois jugé sous-estimé, car une part importante des personnes interrogées se classent comme "employés mais absents" et non "sans emploi".  

    Sur les marchés, le rendement des Treasuries à 10 ans a touché un plus haut depuis février 2020 à 1,626%, les chiffres favorables de l'emploi renforçant les craintes de voir monter l'inflation.

     

    Du côté des devises, le dollar accélérait face à un panier des principales monnaies internationales. Wall Street, attendue en hausse avant la publication des chiffres de l'emploi, a brutalement changé de direction. Le Nasdaq est passé dans le rouge et tant le Dow Jones que le S&P 500 limitent la casse. 

    En Europe, les indices, qui étaient quelque peu remonté en direction de l'équilibre, ont creusé leurs pertes une fois la statistique dévoilée. 

  • L'horeca US donne des ailes aux chiffres de l'emploi

    Le nombre de nouvelles embauches aux États-Unis s'affiche en février à 379.000 unités, alors que le marché s'attendait à un chiffre tournant autour des 200.000. De ses 379.000 nouveaux emplois, 286.000 jobs concernent l'horeca. 

  • Le discounter russe Fix Price va lever 2 milliards de dollars à la Bourse de Londres

    La chaîne russe de magasins discount Fix Price va lever deux milliards de dollars pour son introduction à la Bourse de Londres, un record pour une entreprise russe depuis plus de dix ans, et notamment depuis le début des sanctions internationales contre le pays (prises en 2014 dans le cadre de la crise ukrainienne).

    Face à une importante demande des investisseurs, le groupe a fixé, ce vendredi, le prix par action dans le haut de la fourchette, à 9,75 dollars, ce qui lui permettra de lever 2 milliards de dollars et donnerait au groupe une capitalisation boursière de 8,3 milliards de dollars. Il s'agit de la plus importante introduction en bourse d'un groupe russe depuis celle de Rusal, qui avait levé 2,2 milliards de dollars à Hong Kong en 2010.

    Fix Price est une chaîne vendant des produits variés dont le coût n'excède pas 250 roubles (2,80 euros au taux actuel) dans plus de 4.000 magasins situés en Russie et dans l'ex-bloc soviétique. Le groupe n'a cessé de croître ces dernières années, et surtout depuis le début de la pandémie en 2020.

  • Wall Street dans l'attente

    La tendance est hésitante sur les marchés d'actions américains dans l'attente des chiffres mensuels de l'emploi. Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais préfigurent pour l'instant une hausse d'environ 0,2% pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 et de 0,1% pour le Nasdaq, mais la tendance s'est déjà inversée à plusieurs reprises.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Conseil d'achat pour CFE et Roularta | Target relevé sur Ageas, Bekaert, Resilux et Jensen | Xior suspendue (+Briefing)

  • Le pétrole finit la semaine en trombe porté par l'approche prudente de l'Opep+

    Les prix du pétrole continuent sur leur lancée pour atteindre de nouveaux records en plus d'un an, une hausse alimentée par l'augmentation moins importante que prévu de l'offre de l'Opep+ à partir d'avril.

    Les analystes envisageaient des divergences entre les deux poids lourds de l'alliance - la Russie et l'Arabie saoudite -, ainsi qu'une hausse de la production d'or noir plus prononcée. Mais le deuxième sommet de l'année rassemblant les ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés s'est déroulé sans heurts et a débouché, jeudi, sur une ouverture modérée du robinet de brut à compter du mois prochain.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING a approché plusieurs banques en vue d'obtenir une nouvelle facilité de crédit renouvelable de quatre milliards de dollars, selon une personne proche du dossier, alors que le constructeur d'avions est confronté à un ralentissement prolongé de la demande en raison de la pandémie de Covid-19.

    * GAP prévoit un retour à la croissance de ses ventes cette année grâce à sa marque Athleta et au rebond de la fréquentation de ses magasins. Le groupe d'habillement gagnait 4,4% hors séance après la clôture jeudi soir.

    * BROADCOM reculait de 1,4% dans les échanges après la clôture jeudi, après la publication des ventes trimestrielles de semi-conducteurs légèrement inférieures aux attentes en raison d'une pénurie dans le secteur.

    * COSTCO WHOLESALE - Le groupe de grande distribution accessible sur adhésion a publié, jeudi soir, un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes, mais son bénéfice est inférieur au consensus en raison de l'augmentation de ses coûts. Le titre perdait environ 1,6% dans les échanges hors séance.

    * CORELOGIC - COSTAR GROUP a retiré son offre d'achat du spécialiste de l'analyste de données sur le marché immobilier, qui devrait donc être repris par les sociétés de capital-investissement Stone Point Capital et InSight Partners pour environ six milliards de dollars.

  • BofA: "Encore des flux vers les actions malgré la volatilité"

    Les flux vers les actions ne se tarissent pas malgré les tensions sur le marché obligataire qui ont entraîné de lourdes pertes à Wall Street et ouvert une "nouvelle ère de volatilité", lit-on dans une note publiée par Bank of America (BofA). Selon la banque d'investissement, qui analyse les données d'EPFR Global, les fonds d'actions ont enregistré des flux positifs de 22,2 milliards de dollars (18,6 milliards d'euros), dont 2,3 milliards dollars dans le secteur technologique et 2 milliards dans le secteur financier pendant la semaine au 3 mars.

    La chute du marché obligataire n'entraîne pas encore de changement de positionnement majeur chez les investisseurs, avec un record de 62,6% des clients de BofA investis en actions.

    22,2
    milliards de dollars
    Selon la banque d'investissement, qui analyse les données d'EPFR Global, les fonds d'actions ont enregistré des flux positifs de 22,2 milliards de dollars (18,6 milliards d'euros), dont 2,3 milliards dollars dans le secteur technologique et 2 milliards dans le secteur financier pendant la semaine au 3 mars.

  • Degroof Petercam passe à l'achat sur Roularta

    Degroof Petercam salue les chiffres annuels solides - y compris un dividende substantiel - de Roularta  . "Un second semestre solide grâce à un contrôle strict des coûts", résume le broker. Sa recommandation passe à "acheter", contre "conserver" auparavant, avec un objectif de cours de 15,50 euros. "Les investissements majeurs sont derrière nous, le bilan est sain et la valorisation est bon marché."

  • La Chine va davantage serrer la vis aux géants du numérique

    La Chine va durcir la réglementation encadrant les entreprises de la tech pour lutter plus efficacement contre les pratiques monopolistiques et les flux financiers qui font peser un risque sur le système financier, a annoncé le Premier ministre chinois Li Keqiang. "Les efforts seront renforcés [pour lutter] contre les situations de monopole et les flux de capitaux non réglementés" afin de garantir une concurrence saine, a-t-il déclaré sans donner plus de détails.

    Ces derniers mois, Pékin avait déjà commencé à renforcer son contrôle sur les géants du numérique en s'attaquant aux pratiques monopolistiques. Et en décembre, Alibaba, champion du commerce en ligne, faisait l'objet d'une enquête. Les régulateurs ont durci, par ailleurs, les règles sur le microcrédit en ligne, populaire auprès des Chinois et des petites entreprises qui peinent à obtenir des prêts auprès des banques traditionnelles.

  • Xior fait le point sur son augmentation de capital

    La société immobilière Xior   indique que 92,62% des 4.209.288 nouvelles actions ont été souscrites dans le cadre de son augmentation de capital. Les 1.552.825 actions restants seront maintenant vendues sous forme de Scrips dans le cadre d'un placement privé accéléré exempté avec composition d’un livre d'ordres. 

    Les résultats de l'opération seront publiés plus tard dans la journée. Lire le communiqué

  • Norsk Hydro vend ses produits laminés

    Le producteur norvégien d'aluminium Norsk Hydro a annoncé la cession de sa division "produits laminés", jugée insuffisamment rentable, au fonds américain KPS Capital Partners pour 1,38 milliard d'euros. Destinés à l'industrie automobile, la construction ou encore l'emballage, les produits laminés (tôles ou feuilles nées du passage entre deux cylindres) emploient quelque 5.000 salariés, pour la plupart en Allemagne.

    La cession "renforcera notre capacité à mettre en œuvre notre stratégie, renforçant notre position dans l'aluminium à faible émission de carbone, tout en explorant une nouvelle croissance dans des domaines où nos capacités correspondent aux méga-tendances mondiales", a commenté la directrice générale de Norsk Hydro, Hilde Merete Aasheim. Lire le communiqué

  • Resilux surfe sur des résultats records

    L'action Resilux  signe l'une des plus fortes hausses de la séance à la Bourse de Bruxelles. Le fabricant de préformes en PET pour l'industrie des boissons a publié, jeudi, des résultats records, malgré la contraction des ventes due à la pandémie. Lire le communiqué

    En réaction, KBC Securities a relevé son objectif de cours à 195 euros. "Resilux continue de promettre peu et de donner beaucoup", résume l'analyste Guy Sips. Il reconnaît que les perspectives pour 2021 - Covid-19 oblige - sont floues, mais est convaincu que les perspectives à long terme sont bonnes. "Grâce à une intégration verticale avec le recyclage des bouteilles en PET comme matière première pour la production, Resilux devient un acteur de plus en plus important de l'économie circulaire."

  • Voici le briefing actions belges

    Une biotech mal en point | "Achetez CFE" | Avis de brokers sur Roularta, Resilux et Jensen (+Briefing)

  • LSE poursuit l'intégration de Refinitiv

    Le chiffre d'affaires annuel de London Stock Exchange Group (LSE) a augmenté de 3%, à 2,1 milliards de livres (2,44 milliards d'euros), alors que son bénéfice d'exploitation ajusté a augmenté de 5%, à 1,1 milliard de livres sterling. Le groupe a déclaré qu'il verserait un dividende final de 51,7 pence par action, reflétant la bonne performance et la confiance sur les perspectives du nouveau groupe.

    L'opérateur de la Bourse de Londres a déclaré que sa filiale d'indices boursiers FTSE Russell et la plupart de ses autres services d'information seraient regroupés dans une nouvelle division de données et d'analyse, les données éclipsant les activités boursières traditionnelles. Lire le communiqué

  • Argenx: -7%

    L'action argenx   est une nouvelle fois lanterne rouge au sein du Bel 20  . La biotech a indiqué jeudi que son cash atteignait 1,627 milliard d'euros fin 2020. Elle n'a pas inclus le 1,15 milliard de dollars levé en février via une offre globale.

    Ses dépenses opérationnelles ont presque doublé, passant de 262,2 à 474,8 millions d’euros. Celles concernant plus précisément la recherche et le développement se sont élevées à 325,5 millions d’euros, en hausse de 127,8 millions d’euros.

    Lire notre article | Argenx ne parvient pas à convaincre

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 -0,60%

    BEL 20 -1,03%

    AEX -1,12%

  • Suspension de Xior...

    ... dans l'attente de la publication des résultats d'une vente de scrips par placement accéléré. 

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en repli à l'ouverture, dans le sillage de Wall Street et d'une nouvelle hausse des rendements des emprunts d'État américains après que Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale (Fed), a déclaré que l'institution n'envisageait pas de modifier sa politique monétaire en réaction aux tensions obligataires.

    → D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,68% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,56% et le FTSE à Londres de 0,72%.

    "Jerome Powell n'a pas réussi à rassurer alors que les marchés attendaient des mesures concrètes de la part de la Fed pour contrôler ou, a minima, ralentir la hausse des taux, synonyme de fortes craintes sur l'inflation à venir. Selon lui, la hausse généralisée des prix au-delà des 2% ne tiendra pas. Il n'y a pas eu de mesures annoncées, ce qui a propulsé les rendements US et a accentué la chute des marchés actions."
    Saxo Banque

    Après avoir pris huit points de base jeudi, le rendement des Treasuries à dix ans en gagne encore deux ce vendredi dans les échanges en Asie, à 1,5609%, après avoir atteint un peu plus tôt un pic d'une semaine à 1,583%. Dans le sillage du dix ans américain, son équivalent allemand gagne trois points de base à -0,286%.

  • Jensen-Group a vu son bénéfice net fondre de moitié à cause de la pandémie

    Retour sur les résultats de Jensen-Group  publiés hier soir. L'entreprise belgo-danoise, qui vend des systèmes de blanchisserie, a vu son chiffre d'affaires baisser de 26,2%, à 245,2 millions d'euros.

    Le groupe a ajusté sa capacité de production et licencié un quart de son personnel. Cela s'est traduit par 2,7 millions d'euros de coûts de restructuration. En partie à cause de cela, le bénéfice d'exploitation (ebit) a chuté de 44,4%, à 12,8 millions d'euros. La société propose toutefois un dividende de 0,25 euro par action. Lire le communiqué

  • Allemagne: hausse plus forte que prévu des commandes à l’industrie

    Les commandes à l'industrie allemande ont augmenté deux fois plus que prévu en janvier, la forte demande étrangère ayant plus que compensé la faiblesse de la demande intérieure de la première économie européenne, montrent les statistiques officielles. Les commandes à l'industrie ont progressé de 1,4% en données ajustées des variations saisonnières après une baisse de 2,2% (révisée) en décembre, selon les données de Destatis, l'office fédéral de la statistique.

    Les commandes domestiques ont diminué de 2,6% pendant le mois de janvier alors que celles provenant de l'étranger ont augmenté de 4,2%. La hausse atteint 3,9% pour les contrats de la zone euro.

  • Roularta renoue avec la distribution de dividendes

    Roularta clôt son exercice 2020 sur un résultat net (attribuable aux actionnaires) chutant de près de 45%, à 6 millions d'euros. Les revenus se sont tassés à 256 millions d'euros (-13,4%). La forte diminution du premier semestre a toutefois pu être compensée au 2e semestre. L'ebitda recule à 19,5 millions d'euros (-15,3%).

    Le groupe se dit affecté par la pandémie. Si le marché des lecteurs s'est affiché en progression, le marché de la publicité a évolué à contresens.

    Le conseil d'administration entend, par ailleurs, distribuer un dividende de 1 euro après un an de suspension. En 2020, le dividende de 0,50 euro n'avait pas pu être distribué pour cause d'incertitudes liées à la crise sanitaire.

  • QfG a profité du rally boursier de début d'année

    Comme au début de chaque mois, la société d'investissement Quest for Growth  a fait le point sur la valeur de son portefeuille. Sa valeur nette d'inventaire a atteint 9,43 euros par action au 28 février 2021, contre 9,14 euros fin décembre. Lire le communiqué

  • Hyloris franchit une nouvelle étape avec les analgésiques Maxigesic

    La biotech Hyloris  annonce que son partenaire AFT Pharmaceuticals a signé un accord de licence exclusif avec Aguettant pour Maxigesic IV, un nouveau traitement de la douleur non opioïde à double mode d'action administré par injection intraveineuse (IV), couvrant huit pays européens: Finlande, Norvège, Danemark, Suède, Islande, Espagne, Portugal et Pays-Bas. Les ventes dans ces pays devraient commencer au début de 2022.

    "Aguettant a une position forte dans les ventes aux hôpitaux de l'UE. Cet accord étend la présence de Maxigesic IV en Europe et élargit considérablement son marché adressable", souligne le CEO d'Hyloris, Stijn Van Rompay, dans un communiqué. À la suite de cet accord, le médicament contre la douleur dispose désormais de licences de vente dans 20 des 27 États membres européens.

  • Immobel limite les dégâts et maintient son dividende

    Durant le premier semestre, Immobel   a été, comme ses consœurs, solidement affectée par un ralentissement dû au confinement, de l’ordre de -10% sur ses objectifs de vente. "Mais heureusement, le second semestre a montré une reprise des ventes et des procédures de permis", tempère Marnix Galle, le président exécutif du groupe. 

    Au terme d'un second semestre rassurant, Immobel a même décidé d’accroître son dividende de 4%, pour le porter à 2,77 euros par action.

    Lire notre article | Immobel limite les dégâts et maintient son dividende

  • Marc Coucke veut mettre Ekopak en bourse

    Après l'annonce de l'intention de cotation du Club de Bruges mercredi, ce n'est pas son rival Anderlecht - en proie aux difficultés financières - que Marc Coucke veut voir monter sur Euronext Brussels. Non, l'entrepreneur flamand travaille en coulisse à une opération d'introduction en bourse du spécialiste de l'épuration industrielle Ekopak, a-t-on appris de bonne source.

    L'opération devrait permettre à Ekopak de lever plusieurs dizaines de millions d'euros au moins via l’émission d'actions nouvelles. Le calendrier n’est pas encore fixé, mais il nous revient que l'opération devrait intervenir avant l'été; en ce sens, Ekopak a changé adéquatement de forme juridique fin février déjà pour passer en société anonyme.

    Lire notre article |  Coucke veut mettre Ekopak en bourse
  • Les actions belges ont moins rapporté en 20 ans que les obligations

    Contrairement à ce que la plupart des gens pensent et à ce qui se passe ailleurs dans le monde, il valait mieux détenir des obligations d’État belges que des actions cotées sur notre bourse depuis le début de ce siècle. Les obligations ont procuré, en effet, un rendement moyen de 5,5% par an (après inflation), alors que les actions n’ont rapporté que 3,3% (dividendes inclus) toujours en moyenne annuelle. C’est la principale conclusion d’une étude des professeurs Elroy Dimson, Paul Marsh et Mike Staunton. Chaque année, ils calculent pour la banque d’affaires suisse Crédit Suisse les rendements à long terme de toutes sortes d’actifs.

  • La Chine se fixe un objectif de croissance du PIB modeste

    La Chine s'est fixé un objectif de croissance modeste de son Produit intérieur brut (PIB). "La Chine s'est fixé un objectif général de taux de croissance à plus de 6% pour cette année", a déclaré le Premier ministre Li Keqiang dans son rapport de travail pour 2021. "En fixant cet objectif, nous avons pris en compte la reprise de l'activité économique."

    Le PIB de la Chine a augmenté de 2,3% l'année dernière, la seule grande économie à avoir connu une croissance. Mais l'objectif pour 2021 est nettement inférieur au consensus des analystes, qui prévoient que la croissance pourrait dépasser les 8% cette année. "Pékin ne veut pas se fixer un objectif de croissance trop proche de 8,0% car il ne veut pas réduire l'objectif de croissance l'année prochaine", déclare Aninda Mitra, analyste chez BNY Mellon Investment Management, ajoutant que l'objectif de croissance modeste permettra aux autorités de mettre l'accent sur la qualité de la croissance plutôt que sur sa quantité.

    6%
    Une croissance modeste en Chine cette année?
    La Chine s'est fixé un objectif général de taux de croissance à plus de 6% pour 2021. Ce qui est nettement inférieur au consensus des analystes, qui prévoient que la croissance pourrait dépasser les 8% cette année.

  • Kuroda (BoJ) souligne la nécessité de maintenir les rendements obligataires à un niveau "stable et bas"

    Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a souligné la nécessité de maintenir les coûts d'emprunt à long terme à un niveau bas et stable pour soutenir une économie frappée par la pandémie de coronavirus. Pour mémoire, les marchés spéculent sur le fait que la BOJ élargira à 60 points de base, au lieu des 40 actuellement, la fourchette à laquelle elle permet aux rendements des obligations à 10 ans d'évoluer autour de son objectif de 0%.

    Haruhiko Kuroda a déclaré que la BOJ n'avait pas encore décidé si elle allait élargir cette fourchette, ajoutant qu'il fallait "beaucoup plus de débats" avant de prendre une décision. "C'est une décision difficile. L'économie reste sous pression avec la pandémie Covid-19", a déclaré Haruhiko Kuroda au Parlement. "Alors que nous devons améliorer les fonctions du marché obligataire, il est également important de maintenir la courbe des taux d'intérêt à un niveau bas stable pour le moment."

  • Powell juge que la politique accommodante de la Fed reste appropriée

    Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale (Fed), a confirmé le maintien d'une politique monétaire accommodante tant que l'économie et le marché de l'emploi aux États-Unis ne se seraient pas remis des répercussions de la pandémie de coronavirus, tout en affichant son calme face à la récente envolée des rendements des bons du Trésor.

    Avec le déploiement des vaccins et le soutien budgétaire de Washington, "il y a de bonnes raisons de penser que nous allons faire plus de progrès" vers les objectifs de la Fed, à savoir le plein-emploi et une inflation moyenne de 2%, a déclaré Jerome Powell lors d'un débat organisé par le Wall Street Journal, ajoutant que cela prendrait du temps.

    "Un changement du QE nécessitera des progrès réels vers la réalisation des objectifs. Un certain temps sera nécessaire pour réaliser des progrès substantiels."
    Jerome Powell
    Président de la Réserve fédérale

    Jerome Powell a déclaré que la hausse récente des rendements obligataires américains était "notable et a attiré l'attention". Il ne considère toutefois pas que les taux à long terme ont atteint un niveau tel que la Fed doive davantage intervenir sur les marchés pour les faire baisser, en augmentant, par exemple, les achats d'obligations. "Notre position politique actuelle est appropriée".

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, pour cette édition du vendredi 5 mars 2021.

    La Bourse de New York a fini en nette baisse jeudi, le Nasdaq ayant affiché un déclin d'environ 10% par rapport à son pic de février, alors que les remarques du président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, ont déçu des investisseurs préoccupés par la montée des rendements obligataires. L'indice Dow Jones a cédé 345,95 points (-1,11%) à 30.924,14. Le S&P-500, plus large, a perdu 51,25 points, soit 1,34%, à 3.768,47. Le Nasdaq Composite a reculé, de son côté, de 274,28 points (-2,11%), à 12.723,47 points.

    Ce matin, la tendance est à la prudence sur les places asiatiques. À Tokyo, le Nikkei 225 lâche 0,23%, tandis qu'à Hong Kong, l'indice Hang Seng grimpe de 0,24%.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés