1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les craintes de reconfinement pèsent sur les marchés d'actions

Les bourses européennes terminent en recul avec les craintes de reconfinement dans plusieurs pays et le risque sanitaire. Prosus se distingue à Amsterdam. Gamestop s'envole. Wall Street bascule dans le rouge.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mardi pour une nouvelle séance.

    Au programme: Premier jour de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed. Le forum de Davos se poursuit. Résultats d'American Express, LVMH, Microsoft, Starbucks, UBS...

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -1,51%

    AEX: -0,35%

    CAC40: 1,57%

    Stoxx 600: -0,90%

  • Moderna rassure sur l'efficacité de son vaccin

    Moderna s'envole sur le Nasdaq. Le groupe a déclaré qu'il pense que son vaccin COVID-19 protège contre les nouvelles variantes trouvées en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, bien qu'il testera un nouveau vaccin de rappel destiné à la variante sud-africaine après avoir conclu que la réponse des anticorps pourrait être diminuée.  La société a déclaré dans un communiqué de presse qu'elle n'avait trouvé aucune réduction de la réponse anticorps contre le variant trouvé en Grande-Bretagne. Contre le variant trouvé en Afrique du Sud, il a trouvé une réponse réduite mais croyait toujours que son schéma à deux doses fournirait une protection.

  • Qualtrics (SAP) vise une valorisation de 15 milliards de dollars à Wall Street

    Qualtrics, filiale de SAP spécialisée dans l'étude du comportement des consommateurs en ligne, vise une valorisation d'environ 15 milliards de dollars (12,3 milliards d'euros) lors de son introduction à la Bourse de New York.

    Le numéro un européen des logiciels professionnels a acquis il y a deux ans Qualtrics pour un montant de huit milliards de dollars. La filiale, qui a relevé lundi le prix de la fourchette de son IPO, prévoit d'entrer sur le Nasdaq sous le symbole "XM", en levant désormais jusqu'à 1,46 milliard de dollars en haut de cette fourchette, selon un avis de dépôt.

    A l'issue de l'IPO, SAP conservera dans les années à venir le contrôle de sa filiale, avait indiqué l'an dernier le président du directoire du groupe allemand, Christian Klein.

  • Le crédit bancaire et les marchés obligataires dans la mire de la BCE

    La BCE étudie avant tout l'évolution du crédit bancaire et celle des marchés obligataires pour mesurer les conditions financières dans la zone euro, explique son économiste en chef, Philip Lane. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a réaffirmé jeudi dernier l'engagement de l'institution à assurer le maintien de conditions financières "favorables" mais elle n'a pas précisé selon quels facteurs elle jaugeait leur caractère.

    "Naturellement, l'accent mis sur les conditions de crédit dans le système bancaire d'un côté et les marchés obligataires de l'autre correspond aux principales méthodes utilisées par les banques centrales en matière de pilotage des conditions financières", a dit Philip Lane.

    Les responsables de la BCE doivent débattre du sujet lors de leur réunion de politique monétaire de mars, ce qui pourrait les conduire à faire évoluer la manière dont la banque centrale répartit les achats d'obligations réalisés dans le cadre du programme d'achats d'urgence face à la pandémie, le PEPP.

    "Si des conditions de financement favorables peuvent être maintenues avec des flux d'achats d'actifs qui n'épuisent pas l'enveloppe sur l'horizon des achats nets du PEPP, l'enveloppe n'aura pas besoin d'être utilisée en totalité."
    Philip Lane
    Economiste en chef - BCE

  • Panne de courant pour l'action EDF

    Le cours d'EDF a dégringolé de jusqu'à 18% ce lundi à la Bourse de Paris après la publication d'informations par BFM Business évoquant un enlisement du projet de réorganisation "Hercule" en raison de négociations tendues avec la Commission européenne.

    Le gouvernement français les a rapidement minimisées, faisant légèrement remonter le titre: vers 15H20, l'action de l'énergéticien français perdait toutefois encore 15,18% à 10,50 euros, dans un marché en baisse de 1,27%.

    Le projet Hercule pourrait se traduire par une scission de l'électricien en trois entités: une entreprise publique (EDF bleu) pour les centrales nucléaires, une autre (EDF vert) cotée en Bourse pour la distribution d'électricité et les énergies renouvelables, et une troisième (EDF azur) qui coifferait les barrages hydroélectriques.

  • Tesla sur un nuage

    L'action Tesla vient de percer un nouveau plafond: elle a brièvement franchi les 900 dollars pour porter la capitalisation boursière du constructeur de voitures électriques à plus de 850 milliards de dollars. 

  • Record pour Apple

    L'action Apple gagne près de 4% vers 16 heures, évoluant à 144,46 dollars, soit un plus haut historique. Sur les douze derniers mois, Apple a gonflé de 80%. La marque à la pomme doit présenter ses résultats trimestriels cette semaine. 

  • Wall Street ouvre en ordre dispersé

    Le Nasdaq a ouvert à un niveau record, alors que les marchés se préparent pour une semaine chargée de résultats des entreprises technologiques, tandis que le Dow et le S&P 500 ont subi la pression d'une baisse des actions de Merck.  Le Dow Jones Industrial Average a reculé de 7,1 points, soit 0,02%, à l'ouverture à 30989,85. Le S&P 500 a augmenté de 10,2 points, ou 0,27%, à l'ouverture à 3851,68, tandis que le Nasdaq Composite a augmenté de 138,1 points, ou 1,02%, à 13681,211 points à l'ouverture.

  • Quelques valeurs à suivre à Wall Street

    * Merck & Co perd 1,2% en avant-Bourse après avoir annoncé l'arrêt du développement des deux vaccins contre le COVID-19 sur lesquels il travaillait, disant vouloir privilégier la recherche sur des traitements de la maladie. Pour BofA Global Research cette annonce n'est pas vraiment surprenante.

    * Microsoft, Apple, Facebook et Tesla prennent de 1,6% à 2,3% en avant-Bourse à l'approche de la publication dans la semaine de leurs résultats trimestriels. Wedbush a relevé par ailleurs son objectif de cours sur Apple, à 175 dollars contre 160 dollars.

    * Les compagnies aériennes pourraient souffrir des informations selon lesquelles Joe Biden, le nouveau président américain, s'apprête à durcir les conditions d'entrée sur le territoire américain afin notamment de freiner la propagation du variant identifié pour la première fois en Afrique du Sud.

    * AMD - L'action du concepteur de semi-conducteurs gagne 1,6% à 94,23 dollars dans les transactions en avant-Bourse après que RBC a relevé son objectif de cours à 105 dollars en expliquant s'attendre à des résultats trimestriels supérieurs au consensus, à un relèvement des prévisions et à une poursuite des gains de parts de marché.

    * Kimberly-Clark, qui produit les couches Huggies, prend 1,4% en avant-Bourse après avoir annoncé des prévisions de ventes annuelles supérieures aux attentes.

    * Blackberry - L'action cotée à Wall Street du groupe canadien prend près de 40% en avant-Bourse pour se diriger vers un pic de neuf ans dans le sillage d'un accord avec Facebook mettant fin à un litige portant sur des brevets.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue sur une note globalement positive à l'ouverture, soutenue par les espoirs sur le plan de relance américain, tandis que les bourses européennes reculent nettement à mi-séance, la hausse des contaminations par le coronavirus et la prolongation des mesures de confinement suscitant des inquiétudes quant au rythme de la croissance économique. Des inquiétudes alimentées par une statistique allemande où le climat des affaires s'est dégradé en janvier, selon l'enquête de l'institut Ifo. Son indice de référence a atteint son plus bas niveau depuis six mois, la deuxième vague de l'épidémie ayant interrompu la reprise.

    Les futures sur les indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse de 0,54% pour le Dow Jones, mais stable pour le S&P-500 et en progression de 0,9% pour le Nasdaq.

    En Europe, l'Euro Stoxx 50 de la zone euro perd 1,37% et le Stoxx 600 0,89%. Les pertes varient entre 0,36% à Amsterdam et 1,67% à Francfort.

  • La demande au rendez-vous pour l'IPO de Dr Martens et d'InPost

    Le célèbre chausseur britannique Dr. Martens a commencé lundi à prendre note des ordres pour son introduction en bourse de 1,3 milliard de livres (1,46 milliard d'euros) et, en une heure, il a reçu une demande suffisante pour couvrir toutes les actions disponibles, selon Bloomberg.

    La société polonaise de services postaux InPost a déclaré de son côté qu'elle fixerait le prix de ses actions au maximum de la fourchette initiale, tout en refermant le carnet d'ordres deux jours plus tôt que prévu. InPost devrait lever 3,2 milliards d'euros.

    Auto1 Group,  détenu par SoftBank, a lui aussi démarré le placement de l'équivalent de 1,6 milliard d'euros en actions.

    Le producteur de bateaux suédois Nimbus et Cordiant Digital Infrastructure, un fonds cherchant à investir dans la "plomberie d'Internet", doivent présenter les détails de leurs offres publiques aujourdhui.

    Ces cinq transactions pourraient rapporter jusqu'à 7,5 milliards de dollars combinés, soit environ un quart des 28 milliards de dollars levés lors des introductions en bourse sur les bourses européennes jusqu'en 2020, selon les données compilées par Bloomberg.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Avis de brokers sur Sofina, CFE, Umicore, Ageas, Barco et Aperam | Des "shorteurs" se renforcent sur Solvay et Ontex (+Briefing)

  • Gamestop: +44% en préouverture

    Les magasins de jeux vidéo GameStop , prisés des spéculateurs, s'envolent à Wall Street en avant-bourse, de 49% à 95,43 dollars, après une séance folle vendredi.

    Cible des spéculateurs, le titre de GameStop a grimpé de plus de 51% vendredi, pour finir à 65,01 dollars, un record. L'entreprise a même vu sa cotation suspendue à plusieurs reprises pendant la séance en raison d'une trop forte volatilité.

    Depuis le début de l'année, l'action est montée de près de 250%, du fait des achats massifs d'investisseurs ayant précédemment parié à la baisse sur le titre. GameStop fait, en effet, partie des entreprises de Wall Street les plus ciblées par la vente à découvert ("short selling").

    Effet collatéral de la poussée de GameStop à Wall Street, l'investisseur Andrew Left de Citron Research a décidé de ne plus diffuser ses analyses sur l'entreprise. Left, qui avait publié jeudi une vidéo sur YouTube où il jugeait l'action surévaluée, a reçu une avalanche de réactions négatives et parfois menaçantes.

    Dans sa vidéo l'investisseur mettait en avant la baisse des revenus de l'entreprise, sa dette importante ou encore le fait que la hausse du prix de son action était surtout due à sa popularité chez des boursicoteurs peu expérimentés.

    ©EPA

  • Les dividendes devraient rebondir de 15% en Europe cette année

    Les entreprises de l'indice MSCI Europe devraient verser à leurs actionnaires environ 330 milliards d'euros en dividendes cette année, après les avoir réduits à 290 milliards en 2020, selon une étude publiée par Allianz Global Investors. "À l'image de la situation économique, nous ne nous attendons pas à une évolution en forme de V pour le versement de dividendes de 2021 mais seulement à une reprise partielle par rapport à l'automne précédent", explique Jörg de Vries-Hippen, directeur des investissement actions Europe pour Allianz GI.

    Un peu moins de trois entreprises européennes sur quatre ont versé des dividendes l'année dernière, contre plus de 90% les années précédentes, selon l'étude, qui pointe de grandes différences d'un secteur à l'autre.

    • Les secteurs de la santé et des services aux collectivités ("utilities") ont ainsi pu augmenter leurs paiements pendant la crise et devraient continuer dans cette voie.  
    • Les entreprises de biens de consommation et de biens industriels cycliques, en revanche, ne pourront probablement augmenter leurs dividendes qu'une fois la reprise économique solidement généralisée, et des secteurs comme l'énergie et les services financiers pourraient continuer de souffrir.
  • "CFE occupe une excellente position dans l'éolien offshore mais..."

    Degroof Petercam relève son prix cible sur CFE à 90 euros, contre 85 euros, sur base des anticipations de résultats pour 2022. La recommandation passe d'acheter à conserver, "compte tenu du potentiel de hausse limité".

    "CFE occupe une excellente position dans l'éolien offshore, mais nous voyons de plus en plus de concurrence sur ce marché, dont une partie est structurelle", indique Luuk van Beek de Degroof Petercam.

    CFE perd 2,56%, à 83,80 euros.

  • La BCE crée un "centre du changement climatique"

    La BCE crée un centre d'expertise dédié au changement climatique, un sujet d'importance croissante pour l'économie et la politique monétaire, selon sa présidente Christine Lagarde. 

    Cette nouvelle unité sera opérationnelle "début 2021" et vise à "renforcer et fédérer les travaux de la BCE sur le climat", selon un communiqué de l'institution. Une dizaine de personnes au total vont y travailler en lien avec les équipes existantes dans toute la banque.

    Le centre rendra compte à la présidente de la BCE, qui a fait de la lutte contre le changement climatique une de ses priorités.

     

    La BCE compte également investir dans le nouveau fonds d'obligations vertes de la Banque des règlements internationaux. La BRI a annoncé, ce lundi, lancer un deuxième fonds d'obligations vertes pour les banques centrales, libellé cette fois en euros, afin de promouvoir les placements dans la finance durable.

    Le discours de Christine Lagarde:

  • Pourquoi EDF chute de 13%

    EDF chute en bourse sur fond de craintes d'un blocage du projet Hercule de réorganisation de ses activités et de son cadre réglementaire.

    L'action dégringole de 13%, à 10,79 euros, la plus forte baisse de l'indice large européen Stoxx 600, qui prend au même moment 0,09%. Elle se dirige ainsi vers sa pire séance depuis mars dernier.

    Le gouvernement français discute avec la Commission européenne d'une réforme de la régulation du nucléaire français qui s'accompagnerait d'une réorganisation d'EDF, connue sous le nom d'Hercule, censée améliorer les capacités d'investissement et de financement du groupe.

    Mais, selon BFMTV, les négociations traînent et ne pourront pas aboutir dans les semaines qui viennent. La chaîne ajoute que le projet Hercule rencontre trop d'obstacles pour aboutir cette année.

  • Clap de fin sur le Rallye Boursier

    Plus de 30.000 participants ont pris part à notre Rallye boursier depuis le 16 novembre dernier. Au départ, chaque joueur bénéficiait d'un capital fictif de 50.000 euros. Les plus doués sont encore parvenus à gonfler leur portefeuille en misant notamment sur les champions technologiques de Wall Street comme Netflix ou sur les biotechs à la Bourse de Bruxelles. 

    > Clap de fin sur le Rallye Boursier 

    Au final, les trois leaders du concours se tiennent dans un mouchoir de poche avec gains tournant autour des 70%, soit plus de 35.000 euros.  

    Dans les prochains jours, le jury, sous la supervision de l'huissier de justice Madame Ann Van den Daele, évaluera les classements et les portefeuilles selon les règles du concours. Il déterminera alors le classement final officiel du concours. Pour rappel, le vainqueur remportera un compte d’investissement chez notre partenaire MeDirect d’une valeur de 10.000 euros, bien réels. Le verdict est attendu d'ici le 4 février prochain. 


     

  • Indice Ifo | Le climat des affaires se dégrade en Allemange

    Le climat des affaires en Allemagne s'est détérioré plus nettement qu'anticipé en janvier et les perspectives d'évolution de l'activité se dégradent, montre, ce lundi, l'enquête mensuelle de l'institut d'études économiques Ifo.

    Son indice du climat des affaires a reculé à 90,1, après 92,2 en décembre, alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters tablaient sur un chiffre de 91,8.

    La composante du jugement des chefs d'entreprise sur leurs conditions actuelles d'activité a baissé à 89,2, après 91,3, et celle de leurs anticipations est revenue de 93,0 à 91,1.

    L'économie allemande semble se diriger vers une stagnation au premier trimestre.
    Klaus Wohlrabe
    Économiste de l'Ifo

     

    Les marchés européens n'ont que peu réagi à la publication de l'indice Ifo, restant orientés en hausse. L'indice DJ Stoxx 600 progresse de 0,13% dans le sillage des valeurs technos (+1%) et des valeurs liées aux matières premières (+0,73%). Le secteur des transports et loisirs se replient encore, lestés par la crise sanitaire et son cortège de restrictions.

  • L'euphorie autour Tencent place Prosus sur orbite

    Pas de discussion sur l'action la plus marquante de la bourse de Hong Kong aujourd'hui: Tencent a clôturé en hausse de près de 11% de plus, aidant, à lui seul, l'indice Hang Seng à grimper au-dessus de 30.000 points, à son plus haut niveau depuis la mi-2018.

    Citi a relevé, ce lundi, l'objectif de prix de Tencent de près d'un cinquième. Selon l'analyste Alicia Yap, l'application Weixin (mieux connue en anglais sous le nom de WeChat) peut plus que jamais soutenir la croissance future.

    Un autre facteur expliquant la vague d'achat, y compris de la part d'investisseurs de Chine continentale, est l'introduction en bourse imminente de Kuaishou Technology, une application de médias sociaux rivale de ByteDance, à laquelle Tencent participe. Kuaishou pourrait devenir la plus grande introduction en bourse sur Internet depuis Uber.

    Le bond de Tencent se reflète dans Prosus, la société holding des actifs technologiques du sud-africain Naspers qui a été introduite à la bourse d'Amsterdam en 2019. Tencent est de loin la participation la plus importante de Prosus.

  • Kepler fixe l'objectif de cours de Sofina à 280 euros

    Chez Kepler Cheuvreux, l'objectif de cours de Sofina  passe de 230 à 280 euros. Après la newsletter de la semaine dernière, l'analyste a revu son modèle. Sur la base des objectifs de cours actualisés des sociétés cotées en portefeuille et de l'évolution des marchés boursiers depuis le début de cette année, il est arrivé à une valeur liquidative de 267 euros par action.

    Il estime que Sofina, "après une année impressionnante montrant sa résilience" et renforçant encore son bilan, continuera de se traiter avec une prime. Il applique une prime de 5% sur sa valeur liquidative calculée et atteint ainsi un objectif de cours de 280 euros. Sa recommandation reste à "conserver".


  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés entament la semaine sur une note positive, les investisseurs portant leur attention sur les efforts de relance entrepris pour soulager l'économie américaine que sur la propagation des nouveaux variants de coronavirus.

    L'Euro Stoxx 50 gagne de l'ordre de 0,10% et l'indice Stoxx 600 de 0,18%.

    Amsterdam pointe en tête de peloton aidé par le gain de 2,52% de Philips après ses résultats du quatrième trimestre. Toujours à Amsterdam, Prosus bondit de 7,5%, dopé par l'envol de 11% de Tencent à Hong Kong, sa principale participation. La startup Kuaishou, concurrente de TikTok, soutenue par Tencent, souhaite lever 5,4 milliards de dollars via une introduction en bourse.

    Les valeurs technologiques sont recherchées, le compartiment signant la plus forte hausse en Europe avec un gain de 1,2%.

    ArcelorMittal gagne 1,4%. JPMorgan a relevé sa recommandation à "surpondérer".

    Siemens Energy prend 2,4% après ses chiffres annuels.

    Suez engrange 0,12% dans la foulée de ses résultats semestriels.

    Barco bonifie de 2% à 17,70 euros alors que KBC Securities a relevé son objectif de cours sur la valeur à 22 euros (contre 20).

    Aedifica (-1,41%) et AB InBev (-1,31%) signent les deux plus fortes baisses d'un Bel 20 en hausse de 0,17%.

  • L'effet Biden attendu en bourse

    Le plan de relance proposé par le président américain Joe Biden est vu positivement pour les marchés. Certains secteurs vont en profiter davantage que d'autres.

  • Voici le briefing actions belges

    Target relevé pour Umicore, Ageas et Barco | Des "shorteurs" se renforcent sur Solvay et Ontex (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: n.c.
    Bruxelles: +0,38%
    Paris:+0,31%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,36%
    DJ Stoxx 600: +0,52%

    Airbus: -1,41%
    Philips: +1,71%
    Suez: +0,73%

    Mithra: +2,44%

  • KBCS vise un peu plus haut pour Barco

    L'analyste Guy Sips, de KBC Securities, relève son objectif de cours sur Barco à 22 euros, contre 20 euros. La recommandation d'accumuler est maintenue.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère hausse, préférant porter leur attention sur les efforts de relance entrepris pour soulager l'économie américaine que sur la propagation des nouveaux variants de coronavirus.

    Le contrat à terme sur l'Euro Stoxx 50 progresse de 0,5%. Londres et Paris progresseraient de l'ordre de 0,4%. Francfort grimperait de 0,6% et Amsterdam de 0,9%.

    "Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin dans l'espoir que la Réserve fédérale américaine (Fed) intensifie dans deux jours son soutien à l'économie face à la résurgence des nouveaux cas de coronavirus", estime John Plassard, responsable de l'investissement chez Mirabaud. 

    La banque centrale américaine se réunira pour la première fois cette année, mardi et mercredi, une semaine après l'arrivée à la Maison-Blanche de Joe Biden qui a présenté un programme d'urgence de 1.900 milliards de dollars pour soulager l'économie.

    "Les marchés européens semblent prêts à ouvrir légèrement en hausse avec pour seul indicateur le baromètre allemand Ifo du moral des entrepreneurs en janvier et deux discours de la présidente de la BCE Christine Lagarde qui ne feront probablement que réitérer ses propos de la semaine passée", commente Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.

    Mme Lagarde débattra, aux côtés du ministre français de l'Économie Bruno Le Maire, de son homologue allemand Peter Altmaier et du patron de Goldman Sachs, de la manière de "restaurer la croissance économique" au premier jour du Forum économique mondial.

  • Airbus, Philips et Suez parmi les valeurs à suivre en Europe

    Quelques valeurs à suivre en Europe où les marchés sont attendus en légère hausse.

    Airbus a annoncé dimanche qu'environ 500 de ses salariés avaient été placés en quarantaine après la découverte de 21 cas positifs au nouveau coronavirus dans son usine de Hambourg. La société a dit être en train d'examiner les conséquences de cette mesure sur la production du site.   

    Philips a publié, ce lundi, un ebita en hausse de 7% au quatrième trimestre 2020 grâce à une forte demande pour ses équipements hospitaliers liée à la crise du coronavirus. Le groupe a réitéré sa prévision d'une croissance organique de ses ventes comprise entre 0 et 5% en 2021 et d'une amélioration de la marge opérationnelle de 60 à 80 points de base.

    Suez a dépassé ses objectifs au second semestre 2020, grâce, notamment, à ses baisses de coûts. Il a aussi indiqué qu'il se situait ainsi dans la trajectoire de son plan stratégique pour 2021 et 2022. Le groupe fera, par ailleurs, de nouvelles annonces dans les semaines qui viennent en matière de cessions d'actifs et de redéploiement des capitaux.

  • Home Invest et Atenor

    Retour sur un communiqué d'Home Invest Belgium publié vendredi soir, après la clôture des marchés, et dans lequel le spécialiste de l'immobilier résidentiel locatif annonce un nouveau projet de développement à Anderlecht (Bruxelles).

    La société a conclu un accord avec le promoteur immobilier Atenor  en vue de l’acquisition du terrain du Lot 4 de CITY DOX et de son permis d’urbanisme. "Le site, idéalement situé près de la Digue du Canal à Anderlecht, fait partie d'un projet d'envergure le long du canal Bruxelles-Charleroi, en plein redéveloppement", explique Home Invest.

    Le Lot 4 propose 171 unités de logements et 2.700 mètres carrés d’espace productif.

    L’investissement total, après construction, s’élèvera à près de 50 millions d'euros. La livraison du projet est attendue en 2023.

    Atenor indique que la cession du lot 4 impactera favorablement ses résultats 2021.

  • Corona-update pour Retail Estates

    Retail Estates , spécialiste de l'immobilier commercial situé en périphérie des villes, publie un corona-update. Celui-ci fait notamment état de la résilience des commerces de périphérie. La SIR annonce également que son chiffre d'affaires et le paiement des loyers se sont rétablis en grande partie après la fermeture. Enfin, la valeur du portefeuille immobilier est stable depuis trois trimestres.

  • CEWE, Roche, Accell... les 5 actions chouchous d'Yves Vaneerdewegh

    Yves Vaneerdewegh est membre du comité de direction de Capricorn Venture Partners, la société de gestion de Quest for Growth. Ses cinq actions préférées sont: CEWE, Mayr-Melnhof, Kerry, Roche et Accell.

    Lire aussi | Les 5 actions préférées d'Yves Vaneerdewegh

  • Semaine boursière importante en perspective

    Semaine boursière importante en perspective. Aujourd'hui, les investisseurs recevront les chiffres du baromètre allemand IFO qui devrait baisser à 91,3 après s'être établi à 92,1 en décembre. Mardi, la confiance des consommateurs américains, mesurée par le Conference Board, devrait atteindre 89,1, contre 88,6 en décembre.

    Mercredi, à 20h, heure belge, la Réserve fédérale (Fed) doit publier sa décision de politique monétaire. Le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, doit s'exprimer une demi-heure plus tard.

    Plusieurs résultats d'entreprises pourraient aussi influencer la tendance des marchés boursiers. En Europe, on attend notamment les chiffres annuels de LVMH (mardi après-bourse), KPN (mercredi matin), STMicroelectronics (jeudi matin) ou encore SAP (vendredi). En Bourse de Bruxelles, un membre du Bel 20, WDP, publiera ses chiffres vendredi matin.

    À Wall Street, le calendrier est chargé avec, entre autres, mardi, Johnson & Johnson et Microsoft (en soirée). Mercredi soir, ce sera au tour de Tesla, Facebook et Apple. Et il y aura encore McDonald's jeudi et Caterpillar vendredi, notamment. Les analystes auront du travail...

  • Du vert en vue en Europe, avec la relance US en soutien

    Bonjour! Les bourses européennes sont attendues en légère hausse à l'ouverture, les anticipations d'un plan de relance massif aux États-Unis l'emportant sur les craintes soulevées par la persistance du risque sanitaire.

    L'Euro Stoxx 50 devrait gagner 0,3%, tout comme Londres et Francfort. Paris ouvrirait en hausse de 0,2%.

    Plusieurs responsables de l'administration Biden ont exhorté, dimanche, les sénateurs américains à adopter le plan de relance de 1.900 milliards de dollars proposé par le nouveau président et destiné à faire face aux conséquences sanitaires et économiques de l'épidémie de coronavirus.

    "Nous ne pouvons pas attendre", a déclaré la porte-parole de la Maison-Blanche Karine Jean-Pierre à la presse. "Ce n'est pas parce que Washington a déjà été dans l'impasse auparavant qu'il faut continuer à l'être."

    La pandémie de Covid-19 a tué plus de 400.000 Américains et mis des millions de personnes au chômage.

    Joe Biden, qui a pris ses fonctions mercredi dernier, avait promis, lors de la campagne présidentielle, de s'attaquer énergiquement à la pandémie, alors que son prédécesseur Donald Trump avait été critiqué pour avoir minimisé la crise sanitaire et diffusé des informations contradictoires.

    Par ailleurs, la séance sera rythmée par l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne et par le baromètre de la confiance des entrepreneurs en Belgique. Peu de résultats d'entreprises figurent à l'agenda, à l'exception toutefois de Philips.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés