1. Les marchés
  2. Live blog
live

Hausse prudente en Europe | Aramco dope les pétrolières | ING plébiscitée

Les marchés européens commencent la semaine sur une bonne note, rassurés par le plan de relance américain. À Bruxelles, le Bel 20 a pu encore compter sur les valeurs financières, Ageas et ING étant boostés par des brokers. À mi-séance, Wall Street évolue en ordre dispersé.
  • Fin du direct

    C'est ici que se referme le MarketLive. Merci de nous avoir suivis et à demain! 

    L'agenda de ce mardi est aux couleurs de l'Allemagne, avec l'indice ZEW du sentiment économique et les résultats d'Hellofresh et de Zalando.  

  • Les financières soutiennent encore Bruxelles, l'Europe au petit trot

    L'indice Bel 20 a grimpé de 0,45% à 3.355,27 points. Des 20 actions qui le composent, 12 ont terminé dans le vert. Ageas et ING ont pris les devants. 

    Il y avait un parfum d'été sur les marchés européens ce lundi. Les indices ont fini sur une hausse modérée avec des volumes réduits et peu d'actualité à se mettre sous la dent.

  • Analyse | Aramco redonne espoir aux partisans d'une reprise en V

    Le secteur pétrolier va-t-il retrouver ses niveaux d'avant la pandémie à court ou moyen terme? Les récents commentaires de la compagnie saoudienne Aramco ont visiblement ravivé les espoirs de certains. 

  • Europe | Closing Bell

    Bel 20: +0,45% 
    CAC 40: +0,412% 
    AEX: -0,44% 
    DAX: +0,05% *
    FTSE 100: +0,33% *
    Stoxx 600:  +0,25%* 

    * Résultats provisoires 

  • Le S&P 500 à 1% de son record

  • La Fed fixe les besoins de fonds propres pour les grandes banques US

    La Réserve fédérale des États-Unis a annoncé le montant de fonds propres supplémentaires que les grandes banques devraient constituer, à la suite des résultats de tests de résistance face à divers scénarios de récession liés au coronavirus. Ces exigences de fonds propres supplémentaires, taillées sur mesure pour chaque banque - une première pour la Fed, s'appliqueront dès le 1er octobre.

    Goldman Sachs et Morgan Stanley se sont ainsi vu demander de produire des ratios de respectivement 13,7% et 13,4%, les plus hauts parmi les 34 banques soumises à ces "stress tests". Ces nouveaux coussins supplémentaires font suite aux résultats des tests de résistance publiés en juin, qui ont montré que les 34 établissements pourraient subir jusqu'à 700 milliards de dollars (624 milliards d'euros) de pertes sur créances dans le pire scénario d'une reprise en "W" après la crise.

    La Fed a également décidé de limiter les dividendes des grandes banques et de leur interdire les rachats d'actions jusqu'au quatrième trimestre au moins, afin de s'assurer qu'elles disposent de capitaux suffisants. Le nouveau ratio combine les exigences minimales de fonds propres de 4,5% et le nouveau "coussin de fonds propres de sécurité", qui est déterminé par la façon dont chaque banque se comporte en cas de grave récession économique. Ce coussin supplémentaire est d'au moins 2,5%, et peut grimper jusqu'à 7,8% dans le cadre de la Deutsche Bank aux États-Unis qui détient le ratio le plus élevé.

    Les entités bancaires américaines majeures doivent également faire face à une surcharge de capital supplémentaire pour leur rôle prédominant dans le système financier, allant de 1% à 3,5% pour JPMorgan Chase, la plus grande banque du pays.

  • Facebook travaille sur ses moyens de paiement

    Le plus grand réseau social au monde vient de mettre sur pied un groupe de travail pour développer Facebook Financial, F2 pour les intimes. F2, c'est le projet qui englobe toutes les applications de paiements que l'entreprise américaine envisage d'implémenter à ses différents produits (Facebook, Messenger, WhatsApp ou encore Instagram). 

    C'est David Marcus qui sera aux commandes de Facebook Financial. L'homme poursuivra en parallèle ses activités au sein de Novi, la structure de Facebook chargée de développer le Libra, la cryptomonnaie du groupe. 

  • McDo en justice contre son ancien patron

    Le géant américain du fast-food McDonald's accuse son ancien patron, congédié fin 2019 pour une liaison avec un membre du personnel, d'avoir menti à l'époque au conseil d'administration et le poursuit pour récupérer ses indemnités de licenciement. 

    40 millions $
    L’indemnité de départ
    Le conseil d'administration de McDonald's n'aurait pas accordé d'indemnités "si l'ancien CEO Easterbrook avait été congédié pour faute" en novembre 2019 et cherche donc à les récupérer. Selon le cabinet Equilar, l'ancien directeur général s'était alors vu attribuer l'équivalent d'un peu plus de 40 millions de dollars.

  • Sale temps en vue pour les primes à Wall Street

    Les employés de Wall Street doivent s'attendre à voir leur primes réduites à la portion congrue cette année et certains postes pourraient être supprimés, lit-on dans un rapport publié par le cabinet de consultants Johnson Associates et relayé par l'agence Reuters.

    Les banques sont confrontées à l'augmentation de leurs coûts avec l'explosion du chômage provoquée par la crise sanitaire qui leur impose des provisions de milliards de dollars pour risques de créances. Ces coûts devraient avoir un impact négatif sur les récompenses attribuées aux employés, à commencer par les bonus, lit-on dans le rapport, très suivi par les professionnels de la finance.

    Seuls les traders et les banquiers d'investissement impliqués dans les prêts aux entreprises pourraient voir leurs primes augmenter par rapport à l'an dernier, en raison respectivement de l'augmentation de la volatilité sur les marchés financiers et des besoins de financement des sociétés, selon le rapport de Johnson Associates. A l'inverse, ceux qui travaillent pour des fonds spéculatifs ("hedge funds"), dans la gestion d'actifs, le capital-investissement ("private equity") ou la banque de détail peuvent s'attendre à voir leurs bonus réduits de jusqu'à 30%.

    Les coûts en augmentation et la pression sur le bénéfice pourraient conduire les sociétés de gestion d'actifs et les banques à supprimer des emplois avant la fin de l'année ou début 2021, toujours selon le rapport. 

  • Wall Street en hausse prudente, les décrets de Trump en soutien

    Wall Street monte prudemment en début de séance, soutenue par une initiative de Donald Trump en faveur des chômeurs américains, mais les tensions entre Washington et Pékin freinent la progression des indices.

    L'indice Dow Jones gagnait 116,75 points, soit 0,43%, à 27.550,23 points et le S&P 500 progressait de 0,21% à 3.358,36 points après quelques minutes d'échanges. Le Nasdaq Composite prenait 0,23% à 11.036,22 points à l'ouverture.

    Les décrets signés samedi par le président américain pour apporter une aide financière aux millions d'Américains que l'épidémie de coronavirus a mis au chômage sont salués sans euphorie par les investisseurs, qui doutent d'un accord au Congrès en faveur de mesures de relance.

    L'environnement de marché reste troublé par ailleurs par les mesures prises par Donald Trump à l'encontre du géant chinois de la technologie Tencent, qui possède la messagerie WeChat, et de ByteDance, le propriétaire chinois de l'application TikTok. 

    Le dollar progresse légèrement face à un panier de référence et le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans cède un peu de terrain, autour de 0,548%.  

  • Claque pour Kodak en bourse

    Les actions d'Eastman Kodak plonge de 36% dans les premiers échanges à Wall Street alors que les autorités américaines ont gelé un prêt de 765 millions de dollars en faveur de l'entreprise pour l'aider à produire des ingrédients pharmaceutiques.  "Les récentes allégations d'actes répréhensibles soulèvent de graves préoccupations. Nous n'irons pas plus loin tant que ces allégations ne seront pas élucidées", indique dans un tweet la DFC, la Société américaine de financement du développement international. 

    L'examen du financement intervient alors que la Securities and Exchange Commission (SEC) enquêterait sur la manière dont la société a divulgué l'accord avec le gouvernement, selon un rapport du Wall Street Journal.

    L'enquête examinerait également les options d'achats d'actions qui ont été accordées au président exécutif James Continenza avant l'annonce.

    L'évolution du cours de l'action pose aussi question. La veille de l'annonce de la transaction, l'action a bondi de 25% et 1.645.719 actions ont été échangées, dépassant de loin le volume de négociation quotidien moyen de 236.479 pour l'année précédente, selon les données de FactSet.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,42% 
    S&P 500: +0,22% 
    Nasdaq Composite: +0,20%  

  • Wall Street | Les valeurs à suivre

    - TWITTER a approché le groupe chinois ByteDance, propriétaire de TikTok, pour exprimer son intérêt pour un éventuel rachat des activités de l'application vidéo aux Etats-Unis, a appris samedi Reuters de deux personnes proches du dossier. Il est toutefois loin d'être acquis que le réseau social soit en mesure de surenchérir face à Microsoft, ont ajouté ces sources. Dans les échanges en avant-Bourse, Twitter gagne 4,5%.

    - QUALCOMM fait pression sur le gouvernement américain pour qu'il renonce aux restrictions sur la vente de composants au groupe chinois Huawei Technologies placé sur une liste noire par les États-Unis, a rapporté samedi le Wall Street Journal.

    - BERKSHIRE HATHAWAY gagne 1,2% en avant-Bourse, la société d'investissement ayant vu son bénéfice trimestriel bondir de 87% malgré une dépréciation de 9,8 milliards de dollars du fait de la pandémie.

    - SIMON PROPERTY GROUP, premier exploitant américain de centres commerciaux, est en discussions avec AMAZON pour convertir des espaces de ventes anciennement occupés par J.C. Penney ou Sears Holdings en centres de distribution pour le géant du commerce en ligne, a annoncé dimanche le Wall Street Journal. En avant-Bourse, le titre Simon Property gagne 4,5%. 

    - MARRIOTT INTERNATIONAL a publié lundi une perte trimestrielle plus importante que prévu, la propagation du coronavirus ayant fait chuter les réservations dans l'industrie du tourisme. Le titre perd 1,6% en avant-Bourse.

    - FOOT LOCKER bondit de 21% dans les échanges avant l'ouverture après avoir surpris en publiant une augmentation de son chiffre d'affaires trimestriel à la faveur de la réouverture des magasins.  

  • Donald Trump veut faire des dépenses (Mnuchin)

    "Il y a une limite à ce que les États-Unis peuvent emprunter durant la crise, mais le président Trump veut faire des dépenses."
    Steven Mnuchin
    Secrétaire d'État US au Trésor

    L 'administration de Donald Trump et le Congrès américain pourraient conclure dès cette semaine un accord sur un nouveau plan de soutien à l'économie des Etats-Unis si les démocrates se montrent "raisonnables", a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Dans une interview accordée à CNBC, Steven Mnuchin a estimé qu'il existait une possibilité de compromis, tout en se refusant à dire quand pourraient reprendre les négociations.

    Dimanche, Mnuchin et la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s'étaient tous deux dits ouverts à une reprise des discussions. Faute d'avancées après plusieurs semaines de tractations, Donald Trump a signé samedi une série de décrets destinés à apporter une aide financière supplémentaire aux millions d'Américains que la crise sanitaire a mis au chômage. Les démocrates ont estimé que ces mesures seraient insuffisantes.

  • Série | Le portefeuille du débutant (1/3)

    Un compte-titres s'impose quand un particulier veut acheter des actions ou des obligations. Mais l'ouverture d'un compte-titres demande une certaine vigilance. 

    > Le compte-titres, à choisir avec précaution

  • Kepler Cheuvreux vise nettement plus haut pour Montea

    Kepler Cheuvreux relève l'objectif de cours de Montea de 87 à 100 euros. La recommandation est de "conserver".

    "Nous étions trop pessimistes sur le taux d'occupation", affirment les analystes. Il est resté stable à 99,3% au cours des six premiers mois, tandis que Kepler visait une baisse à 98%.

    Le broker note que les valorisations de Montea et de son collègue du secteur WDP sont parfaitement parallèles depuis dix-huit mois. Les tendances structurelles telles que l'avancée du commerce électronique font en sorte que le secteur est devenu moins cyclique. Les actions sont donc "à juste titre" chères.

    Montea gagne 0,21% à 97,10 euros.

  • Morgan Stanley relève le prix cible de l'ARD d'arGen-X

    Morgan Stanley relève le prix cible de l'ARD d'arGen-X à 281 dollars contre 258 dollars.  La recommandation reste à "surpondérer".

  • Vers une ouverture en hausse sans conviction à Wall Street

    Wall Street se dirige vers une ouverture en hausse sans conviction, des indicateurs chinois encourageants et un geste de Donald Trump en faveur des chômeurs américains ne parvenant pas à effacer les craintes soulevées par les tensions entre Washington et Pékin au sujet de la technologie.

    Les contrats à terme sur les indices de référence de la Bourse de New York indiquent une ouverture en hausse de 0,35% pour l'indice Dow Jones et de 0,10% pour l'indice S&P 500, mais stable pour le Nasdaq (+0,07%).

  • La livre turque poursuit sa chute

    La dégringolade de la livre turque se poursuit sur le marché des changes, alors que la devise avait déjà atteint vendredi son niveau le plus bas face au dollar et à l'euro.

    La livre turque s'échange à 7,4084 pour un dollar et à 8,7217 pour un euro.

    Selon des analystes, ce nouvel accès de faiblesse s'explique par les tensions entre la Turquie et la Grèce. Ankara a annoncé lundi qu'elle avait envoyé un navire pour mener des recherches d'hydrocarbures dans une zone disputée de la Méditerranée orientale riche en gaz naturel, au risque de raviver les tensions avec la Grèce voisine.

    En plus d'alimenter l'inflation en Turquie, l'affaiblissement de la livre alourdit le fardeau déjà écrasant de la dette libellée en devises étrangères qui pèse sur de nombreuses entreprises turques.

  • Fiesta pour Twitter en avant bourse

    Twitter a approché le groupe chinois ByteDance, propriétaire de TikTok, pour exprimer son intérêt pour un éventuel rachat des activités de l'application vidéo aux Etats-Unis, a appris samedi Reuters de deux personnes proches du dossier.

    Il est toutefois loin d'être acquis que le réseau social soit en mesure de surenchérir face à Microsoft , ont ajouté ces sources.

    Dans les échanges en avant-Bourse, Twitter gagne 5,6% et Microsoft perd 0,6%.

  • Les résultats du deuxième trimestre restent meilleurs que prévu

    Point d'étape de Morgan Stanley sur la saison des résultats. Une saison qui reste globalement meilleure que prévu: 52% des entreprises qui ont publié jusqu'à présent leurs chiffres trimestriels ont battu le consensus de 5% ou plus, pour 30% qui ont échoué à surprendre positivement. Cela donne un solde positif élevé de 22%, signe que les attentes du marché étaient trop faibles.

    En bourse, la réaction des cours reste négativement biaisée. Les actions des sociétés qui ont raté le consensus au niveau de leur bénéfice par action ont en moyenne sous performé de 0,8% le jour des résultats, tandis que celles ayant fait mieux que les attentes sont restées stables.

  • Suez: +3%

    L'action Suez gagne 3%, après une information de l'agence Bloomberg selon laquelle le groupe Schwarz, propriétaire des supermarchés Lidl, serait intéressé par le rachat de son activité de gestion de déchets en Europe continentale, une cession qui pourrait rapporter trois milliards d'euros au groupe français.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes pointent en ordre dispersé en fin de matinée, après la signature par Donald Trump d'un nouveau plan d'aide américain par décret et des indicateurs chinois rassurants dans un contexte de marché toujours dominé par les tensions entre Pékin et Washington.

    Amsterdam perd 0,22%, Francfort est l'équilibre mais Bruxelles et Paris gagnent de l'ordre de 0,4%.

    L'Euro Stoxx 50 engrange 0,24% et le Stoxx 600 0,26%.

    Samedi, après des semaines d'opposition entre républicains et démocrates, Donald Trump a décidé de contourner le Congrès américain en signant un plan de relance par décret pour apporter une aide financière aux millions d'Américains que l'épidémie de coronavirus a mis au chômage.

    "La signature par le président américain d'un certain nombre de décrets visant à atténuer la perte de l'allocation chômage supplémentaire de 600 dollars semble avoir réconforté les marchés qui croient, à juste titre ou à tort, qu'il y aura un accord à plus long terme dans les semaines à venir."
    Michael Hewson
    Analyste chez CMC Markets

    Dimanche soir, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, ont déclaré être ouverts à une reprise des discussions.

  • "L'action ING se traite avec une décote de 40 à 50% sur ses concurrentes".

  • Le moral des investisseurs de la zone euro retrouve ses niveaux d'avant la crise

    Le moral des investisseurs dans la zone euro a augmenté pour un quatrième mois consécutif en août, mais le faible niveau suggère que l'économie européenne, touchée par le coronavirus, est toujours en récession au troisième trimestre, selon l'enquête Sentix.

    L’indice Sentix pour la zone euro s’est amélioré à -13,4 contre -18,2 en juillet, son meilleur niveau depuis le début du confinement en février et supérieur aux prévisions du consensus de Reuters qui anticipait -15,1.

    L'indice de la situation actuelle est passé à -41,3 contre -49,5 en juillet. Il s'agit ici de son niveau le plus élevé depuis mars. Celui des anticipations est stable à 19,3 contre 19,5 le mois précédent.

  • "Les activités Personal Care de Domtar conviendraient parfaitement à Ontex"

    Kepler revient sur la lettre publiée vendredi par le hedge fund ENA Capital et par laquelle il demande des actions fortes chez Ontex (révision de la stratégie, élargissement de la restructuration, recherche d'alternatives stratégiques...).

    La performance de l'action a été vraiment décevante, illustrant le manque de confiance dans la santé financière à long terme de l'entreprise, souligne Kepler Cheuvreux.

    Un deal avec le groupe papetier américain Domtar, qui a mis en vente sa division "Personal Care" début juillet, "conviendrait parfaitement à Ontex", précise le broker.

  • La Juventus perd près de 8% en bourse après son élimination

    L'action du club de football Juventus Turin perd quelque 8% lundi matin à la Bourse de Milan, après son élimination par Lyon en 8e de finale de la Ligue des champions, après avoir dévissé de plus de 11%.

  • "ING reste l'un de nos favoris dans le secteur bancaire européen"

    Les valeurs financières tirent leur épingle du jeu sur Euronext Bruxelles. Ageas progresse de 3%, ING de 2,74% et KBC de 2,71%, dans un marché bruxellois en hausse de 0,87%.

    > Ageas voit sa recommandation relevée à "neutre" par Mediobanca contre "sous performance". L'objectif de cours reste à 38 euros. OddoBHF vise un peu plus haut, 45 euros contre 40, et maintient sa reco d'achat.

    > Les analystes Jefferies ont relevé leur objectif de cours sur KBC à 64,10 euros contre 62,60 euros. La recommandation d'achat est maintenue. Barclays reste à "pondération neutre" et un prix cible de 48 euros.

    > ING profite elle aussi de recommandations d'achat renouvelées chez Barclays, Berenberg, Jefferies et SocGen. Barclays et SocGen confirment leurs objectifs de cours à respectivement 8,40 euros et 8,50 euros. Jefferies ajuste son prix cible à 9 euros (8,80 euros) et Berenberg vise 8,40 euros (8 euros).

    "ING reste l'un de nos favoris dans le secteur bancaire européen", explique Jefferies après la publication des résultats trimestriels. "Après les chiffres du deuxième trimestre, les risques ont diminué. ING dispose de l'un des meilleurs coussins de fonds propres en Europe, avec un coussin de fonds propres inférieur de seulement 120 points de base à celui de KBC. Mais cela ne se reflète pas encore dans l'action qui se traite avec une décote de 40 à 50%.

     

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens progressent en début de matinée, réagissant à l'adoption par le président américain Donald Trump d'un plan d'aide par décret pour les personnes affectées par les conséquences économiques du coronavirus.

    Les gains varient entre 0,06% Francfort et 1,09% à Bruxelles.

    L'Euro Stoxx 50 progresse de 0,74% et le Stoxx 600 de 0,74%.

    Les bancaires, les pétrolières et les assureurs mènent la hausse en Europe, avec des gains de respectivement 2,17%, 1,99% et 1,87%.

  • Spie: +5%

    Jefferies relève sa recommandation à "acheter" sur Spie , groupe européen actif dans les services multi-techniques, contre "sous-performance" et porte son objectif de cours à 19,50 euros contre 10 euros.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,01%
    Bruxelles: +0,44%
    Paris: +0,27%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,18%
    DJ Stoxx 600: +0,22%

    Ascencio: +1,18%
    Befimmo: +0,13%
    Fountain: n.c.
    KBC: +1,60%

  • Befimmo octroie une emphytéose sur la Blue Tower

    Befimmo a conclu un accord portant sur l’octroi d’une emphytéose de 99 ans sur la Blue Tower pour un montant total d’environ 112 millions d'euros.

    La Blue Tower, située dans le quartier Louise à Bruxelles, est un immeuble de bureaux multi-locataires qui est entré dans le portefeuille de Befimmo en 2013. L’actif était à l’époque évalué à 78,5 millions.

    La transaction générera une plus-value nette d’environ 22 millions d'euros au second semestre de 2020.

    Le rendement de cession (exit yield) s’élève à 5,3%.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture après la signature par Donald Trump d'un nouveau plan d'aide américain par décret.

    Le Dax à Francfort pourrait gagner 0,82% à l'ouverture, le FTSE à Londres 0,83% et l'EuroStoxx de la zone euro 0,89%. Le CAC 40 parisien avancerait de 0,54% selon les premières indications disponibles.

    Samedi, après des semaines d'opposition entre républicains et démocrates, Donald Trump a décidé de contourner le Congrès américain en signant un plan de relance par décret pour apporter une aide financière aux millions d'Américains que l'épidémie de coronavirus a mis au chômage.

    Ses "executive orders" permettront notamment un gel des cotisations salariales et le versement d'une indemnité hebdomadaire de 400 dollars aux dizaines de millions de chômeurs, une allocation inférieure aux 600 dollars dont ils bénéficiaient jusqu'à fin juillet.

    Ce plan devrait être contesté en justice par les démocrates mais il devrait, dans un premier temps, soulager les investisseurs et soutenir la hausse des marchés.

  • Berkshire Hathaway achète Berkshire Hathaway

    Berkshire Hathaway, le véhicule de Warren Buffett, a publié samedi les résultats du deuxième trimestre.

    Un élément ressort de ce rapport: le conglomérat a fortement augmenté ses rachats d'actions à 5,1 milliards de dollars au deuxième trimestre portant le total sur six mois à 6,7 milliards.

    Le profit net a grimpé à 26,3 milliards de dollars, en forte hausse par rapport aux 14,1 milliards à la même période l'an dernier.

  • Ascencio vise un dividende stable

    Sauf imprévu significatif et sur base de son portefeuille immobilier actuel, les résultats prévisionnels pour l’exercice 2019/2020 devraient permettre la distribution d’un dividende brut comparable à celui de l’exercice précédent, a indiqué Ascencio vendredi après la clôture des marchés.

    Pour l'exercice 2018/2019, la SIR spécialisée dans l'investissement en surfaces commerciales en périphérie des villes a distribué un dividende de 3,50 euros brut par action (+2,9% sur un an).

    Ascencio a enregistré des revenus locatifs de 32,93 millions d'euros au troisième trimestre de son exercice décalé arrêté fin juin, en hausse de 5,7% sous l’effet de l’acquisition de 5 supermarchés Casino.

    L'EPRA Earnings a reculé de 4,9% à 20,84 millions d'euros, soit 3,16 euros par action contre 3,32 euros par action au 30 juin 2019.

  • Augmentation de capital pour Fountain

    Malmenée par la crise du Covid 19, Fountain estime qu'une augmentation de capital est nécessaire pour soutenir sa stratégie de croissance du chiffre d'affaires et lui permettre de surmonter les difficultés financières résultant de la pandémie.

    Cette augmentation de capital sera réalisée lors d'une assemblée générale qui sera convoquée dans les semaines à venir, selon un communiqué de l'entreprise.

    Fountain qui a fait cette annonce en marge de la publication de ses résultats 2019 précise par ailleurs qu'elle négocie des moyens financiers avec ses partenaires bancaires et autres institutions publiques comprenant un moratoire sur ses principaux financements bancaires, notamment auprès de la Région wallonne/Sogepa et de son actionnaire de référence QuaeroQ.

  • Jefferies relève son objectif de cours sur KBC

    Jefferies relève son objectif de cours sur KBC à 64,10 contre 62,60 euros, après les résultats trimestriels publiés jeudi dernier. La recommandation d'achat est maintenue.

    L'analyste Martina Matouskova se réfère principalement à la performance exceptionnellement solide des activités d'assurance. "Le modèle de banque et d'assurance de KBC a fait ses preuves pendant la pandémie, l'assurance représentant 80% des bénéfices."

     

    "Le modèle de banque et d'assurance de KBC a fait ses preuves pendant la pandémie."
    Martina Matouskova
    Analyste de Jefferies

     

    L'action KBC a clôturé vendredi à 50,10 euros.

  • Du vert en vue à l'ouverture en Europe

    Les marchés européens devraient ouvrir en hausse, de 0,43% pour l'Euro Stoxx 50, de 0,35% pour le Cac 40 et de 0,44% pour le Dax à Francfort.

  • Vers une semaine plus calme sur le front des résultats d'entreprises

    Bonjour! Bienvenue sur notre "Market live", l'observatoire idéal pour ne rien rater de l'actualité boursière et financière.

    Après les indices des directeurs d'achat (PMI), les investisseurs s'intéresseront cette semaine aux indices de confiance des investisseurs et des consommateurs. Ils prendront connaissance lundi de l'indice Sentix qui mesure le moral des investisseurs en zone euro.

    Mardi, place à l'indice ZEW qui évalue le sentiment des investisseurs allemands. Et vendredi, à l'indice de confiance de l'Université du Michigan.

    Côté entreprises, la saison des résultats commence à prendre fin. En Europe, on attend les chiffres trimestriels de Zalando et de HelloFresh mardi, de Just Eat et d'ABN Amro mercredi, ainsi que de Deutsche Telekom et d'Aegon jeudi. À Bruxelles, ce sera au tour de Belreca, Jensen-Group, Zenitel, Avantium, Sipef, Shurgard et Lotus Bakeries.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés