1. Les marchés
  2. Live blog
live

Hausses en clôture en Europe, Bel 20 dopé aux résultats

La plupart des indices boursiers européens ont fini en hausse, dans l'espoir de soutiens monétaires supplémentaires. Le Bel 20 a progressé grâce aux résultats de plusieurs sociétés mais ING a freiné l'indice belge. La Banque d'Angleterre a maintenu ses taux inchangés.
  • Vos rendez-vous de demain

    Notre Market Live se termine, merci de l'avoir suivi!

    Voici le programme de la journée boursière de vendredi, avec les chiffres toujours très attendus sur l'emploi du mois dernier aux Etats-Unis:

    Bonne soirée et rendez-vous demain dès 7h30 pour un nouveau suivi en direct de l'actualité boursière!

  • La séance du jour en un clin d'oeil grâce à nos débriefings

    En Europe, les indices se sont orientés à la hausse après la publications de statistiques décevantes aux Etats-Unis, qui laissent espérer de nouvelles interventions de la Fed.

    A Bruxelles, le Bel 20 a bénéficié des hausses d'Argenx, Telenet et GBL, entre autres, alors qu'ING a freiné l'indice belge.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,77% à 3.729,97 points

    AEX: +0,07% à 572,46 points

    Cac 40: +0,70% à 5.557,41 points

    Dax: +0,53% à 12.253,15 points

    FTSE 100: -0,03% à 7.584,87 points

  • Les mauvaises nouvelles sont de bonnes nouvelles

    Les statistiques décevantes aux Etats-Unis débouchent sur des... hausses en Bourse.

    A l'approche de la clôture en Europe, les indices boursiers s'affichent désormais en progression, que ce soit aux Etats-Unis    ou en Europe   .

    En cause, des spéculations sur de futures nouvelles baisses de taux de la part de la Fed, compte tenu des indicateurs conjoncturels décevants publiés cet après-midi, en particulier au sujet de l'activité manufacturière aux Etats-Unis.

  • Plus nette baisse des dépenses dans la construction US depuis 7 mois

    Les dépenses de construction ont subi en juin leur baisse la plus forte depuis sept mois, les investissements dans l'immobilier privé ayant chuté à un plus bas de plus d'un an et demi.

    Le département du Commerce vient d'annoncer que les dépenses de construction avaient diminué de 1,3%, leur recul le plus marqué depuis novembre 2018. En mai, elles s'étaient contractées de de 0,5% et non de 0,8% comme annoncé en première estimation.

    Les économistes interrogés par Reuters projetaient une hausse de 0,3% en juin. Sur une base annuelle, ces dépenses accusent un recul de 2,1%.

  • L'activité dans l'industrie aux Etats-Unis déçoit

    L'indice ISM manufacturier de juillet est à 51,2 alors que les économistes attendaient 52 après 51,7 confirmé en juin.

  • Le taux américain à 10 ans revient sous le seuil de 2%

    Taux US à 10 ans intraday 2019-08-01 ©Bloomberg

  • Wall Street ouvre en légère hausse

    La Bourse de New York a débuté la séance sur une note légèrement positive. Dans les premiers échanges, le Dow Jones   prend 0,09% et le Nasdaq   gagne 0,19%.

  • La Bourse de Tel Aviv....

    ... cotée à la Bourse de... Tel Aviv.

    L’opérateur israélien a fait ses débuts sur ses propres tableaux de cotations. Il a mis en bourse 30% de son capital sur le marché, en levant 225 millions de shekels (58 millions d'euros). Le placement est un succès. Les actions ont grimpé de 32% à l'ouverture.

    La Bourse de Tel-Aviv se débat depuis plusieurs années avec la baisse des volumes d'échanges et l'augmentation de la réglementation gouvernementale. En se faisant coter, la Bourse de Tel-Aviv veut encourager les entreprises locales à se faire coter. De nombreuses sociétés israéliennes, dont le géant pharmaceutique Teva, probablement la plus connue, ont opté jusqu'à présent pour une cotation américaine.

     

  • General Motors dépasse les attentes

    General Motors (GM) annonce des résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre, marqués par une hausse de son profit en dépit d'un déclin de ses ventes de voitures aux Etats-Unis et en Chine, les deux premiers marchés automobiles au monde.

    Le bénéfice net a augmenté de 1,2% à 2,41 milliards de dollars, ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 1,64 dollar contre 1,43 dollar attendu en moyenne par les analystes.

    Le constructeur automobile a tiré profit d'une hausse des prix de ses pickups (camionnettes à plateau) et SUV aux Etats-Unis a par contré été pénalisé par une baisse des volumes de ventes de voitures : le chiffre d'affaires a diminué de 1,90% à 36,06 milliards mais il est supérieur aux 35,98 milliards anticipés.

  • Zalando : +14%

    L'action Zalando s'envole de 14% à 47,38 euros, après que le site internet allemand d'articles d'habillement a revu à la hausse ses prévisions de bénéfices annuels après un deuxième trimestre robuste, en dépit de commandes en moyenne moins grosses.

    Le chiffre d'affaires de Zalando a augmenté de 20%, à 1,6 milliard d'euros, pour un bénéfice opérationnel (ebit) de 101,7 millions d'euros, contre 94 millions d'euros un plus tôt.

    Pour l'ensemble de l'année, l'entreprise table sur un bénéfice opérationnel dans le haut de la fourchette précédemment évoquée de 175 à 225 millions d'euros.

  • La BoE prévoit un recul de la livre en cas de hard Brexit

    La Banque d'Angleterre (BoE) estime q'un Brexit sans accord se traduirait par une baisse de la livre et une croissance ralentie au Royaume-Uni, au moment où ce scénario se précise avec l'arrivée au pouvoir de Boris Johnson.

    "Dans le cas d'un Brexit sans accord, le taux de change de la livre reculerait probablement, l'inflation augmenterait et la croissance du PIB ralentirait", écrit la BoE dans le compte-rendu de sa réunion de politique monétaire.

  • L'essentiel de la tendance boursière - Update

    Les marchés actions européens repartent de l'avant, dans le sillage de la baisse des taux annoncée la veille par la Fed, même si celle-ci a livré un discours moins accommodant qu'espéré.

    Bruxelles gagne 0,66%, Paris 0,49% et Francfort 0,18% tandis qu'Amsterdam se déleste de 0,15%, plombée par le repli de 5% Royal Dutch Shell .

    Wall Street s'apprête de son côté à ouvrir dans le vert. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average progresse de 0,18%, l'indice élargi S&P 500 de 0,13% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,23%.

    "Après la forte chute de mercredi soir, les marchés américains devraient connaître un léger rebond à l'ouverture, même si la réticence de la Fed à s'engager de nouveau à réduire ses taux dans un proche avenir devrait limiter la hausse à court terme."
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

    La Chine a par ailleurs indiqué jeudi avoir acheté ces dernières semaines davantage de produits agricoles américains, une annonce perçue comme un geste de bonne volonté au moment où les deux pays ont repris leurs négociations commerciales.

    En matière d'indicateurs, les indices d'activité manufacturière publiés en zone euro et en Chine montrent une nouvelle contraction de l'activité.

    Enfin, la Banque d'Angleterre (BoE) a maintenu à l'unanimité, comme attendu, son taux directeur à 0,75% mais a abaissé sa prévision de croissance à 1,3% pour 2019 et 2020.

  • Statu quo pour la BoE qui abaisse ses prévisions de croissance

    La Banque d'Angleterre maintient à l'unanimité son taux directeur à 0,75%, mais elle réduit sa prévision de croissance à 1,3% pour 2019 et 2020.

  • "De facto un relèvement des prévisions annuelles de Telenet"

    Telenet grimpe de 2,43% à 45,58 euros dans un marché en hausse de 0,69%.

    Les analystes sont globalement satisfaits du rapport trimestriel de Telenet. ING maintient sa recommandation de "conserver" et son objectif de cours de 39 euros sur la valeur, même si l'analyste David Vagman souligne que Telenet relève finalement ses prévisions annuelles de chiffre d'affaires et d'Ebitda, en regard d'une base de comparaison 2018 remaniée.

    Degroof Petercam souligne la forte génération de flux de trésorerie tandis qu'un premier dividende intérimaire peut être attendu au quatrième trimestre, si le montant de la dette tend à correspondre à quatre fois le résultat brut d'exploitation. Le conseil reste à "conserver" pour un objectif de cours de 45 euros.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * QUALCOMM - L'action chute de 7% en avant-Bourse, en raison d'un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes et de prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice sur le trimestre en cours également inférieures au consensus. Le spécialiste des semi-conducteurs a de plus abaissé le nombre prévisionnel de smartphones dotés de puces modem qui
    seraient vendus cette année à 1,7-1,8 milliard d'unités contre 1,8-1,9 milliard précédemment.

    * THOMSON REUTERS a relevé jeudi ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice d'exploitation pour 2019 et 2020 après avoir publié une croissance organique au deuxième trimestre de 4%, supérieure aux attentes, sa plus forte depuis 2008.

    * ZYNGA - L'action du concepteur de jeux vidéo gagnait 1% en après-Bourse, ce dernier ayant relevé ses prévisions annuelles de chiffre d'affaires et de réservations à la suite de ses résultats du deuxième trimestre.

    * METLIFE - L'assureur vie a dégagé un bénéfice trimestriel doublé grâce à de fortes plus-values dans les produits dérivés, alors qu'au contraire les primes et honoraires ont chuté de 29%.

    * FITBIT - Le fabricant d'objets connectés portables anticipe au troisième trimestre un chiffre d'affaires inférieur aux attentes des analystes et a abaissé sa prévision de ventes annuelles, projetant une baisse des ventes de montres connectés et une baisse des prix de vente moyens. L'action perd 17% en avant-Bourse.

  • Shell: -4,7%

    Royal Dutch Shell abandonne plus de 4,6% à la Bourse de Londres, accusant l'une des plus fortes baisses du Footsie (+0,21%).

    Le groupe pétrolier Royal Dutch Shell a publié ce matin son plus faible bénéfice trimestriel en 30 mois, en raison de la baisse des prix du gaz et des marges de raffinage, un résultat bien en deçà des attentes.

    La hausse du niveau d'endettement complique également le programme de dividende de plus de 15 milliards de dollars et celui de rachat de ses actions, à hauteur de 25 milliards de dollars.

    La hausse de la génération de trésorerie - un signe d'amélioration des activités- a été le point positif de cette publication de résultats.

  • Telenet envisage un dividende intérimaire au quatrième trimestre

    Telenet , qui a vu son ratio dette /Ebitda légèrement s'améliorer, de 4,4x au 31 mars 2019 à 4,3x au 30 juin 2019, "grâce au solide cash-flow généré par les activités sous jacentes", envisage cette année de verser un premier versement intérimaire au quatrième trimestre. A condition d'atteindre d'ici là un ratio dette/Ebitda de 4, le milieu de la fourchette visée de 3,5 à 4,3 fois, précise l'opérateur télécom dans son communiqué.

     

  • Plus forte contraction du secteur manufacturier en 6,5 ans en zone euro

    L'activité du secteur manufacturier dans l'ensemble de la zone euro s'est contractée à son rythme le plus marqué depuis décembre 2012 en juillet avec la chute de la demande, montrent jeudi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle IHS Markit.

    L'indice PMI du secteur est ressorti à 46,5, un peu au-dessus de la première estimation de 46,4 mais en retrait par rapport à la marque de 47,6 du mois de juin. Il reste pour le sixième mois consécutif sous le seuil de 50 séparant contraction et expansion de l'activité.

    A 46,9 après 48,5 en juin, le sous-indice mesurant la production, qui est considéré comme un bon baromètre de l'évolution de l'activité économique dans son ensemble, est à un plus bas de plus de six ans.

     

    "La montée des inquiétudes géopolitiques, y compris les guerres commerciales et le Brexit, et les craintes d'une croissance économique plus faible aussi bien au sein de la zone euro qu'à l'international ont été largement citées comme ayant pesé sur la demande et plombé la confiance dans l'avenir."
    Chris Williamson
    Economiste d'IHS Markit

  • L'essentiel de la tendance boursière

    1. Les marchés pointent en ordre dispersé sous une nouvelle salve de résultats d'entreprises contrastés.
    2. La Fed a baissé ses taux mais refroidi les espoirs d'un cycle prolongé d'assouplissement monétaire.
    3. Amsterdam perd 0,52% et Londres 0,31% tandis que Bruxelles gagne 0,24% et Paris 0,16%.
    4. Royal Dutch Shell abandonne 4,5% après une baisse de son bénéfice trimestriel.
    5. Siemens perd 5,08% après avoir fait état d'un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes.
    6. London Stock Exchange gagne 5,37%, à un plus haut record, après avoir annoncé un accord pour racheter Refinitiv pour 27 milliards de dollars (24,2 milliards d'euros).
    7. Zalando, qui a relevé sa prévision de bénéfice annuel bondit de 10%.

  • Target changé pour Aperam chez Deutsche Bank

    L'analyste Bastian Synagowitz de Deutsche Bank réduit son prix cible sur Aperam à 33 euros contre 36 euros, mais reste à l'achat sur la valeur.

  • "Le lancement d'Evenity au Japon dépasse largement les attentes"

    Le lancement au Japon du nouveau médicament contre l’ostéoporose d'UCB /Amgen , Evenity (romosozumab) se déroule beaucoup mieux que prévu, indiquent les analystes de Kepler Cheuvreux, et même apparemment mieux que ce que la société de biopharmacie a prévu, précisent-ils.

    "Le groupe a réalisé des ventes de 42 millions de dollars au Japon au premier semestre 2019, malgré un lancement seulement en mars (et des ventes mondiales de 28 millions dollars au deuxième trimestre, hors effet de stock): le consensus anticipe des ventes mondiales d’Evenity pour l’année 2019 de 49 millions d'euros. Le lancement américain ne fait que commencer. Nous prévoyons que les ventes mondiales aux utilisateurs finaux d’Evenity atteindront près de 1 milliard d’euros d’ici 2024: nos estimations augmentent légèrement et se situent maintenant à près du double du consensus de 480 millions d’euros, bien que nous estimons que le consensus va augmenter très prochainement."

    "L’actualité d’Evenity est en train de devenir la deuxième raison pour laquelle nous détenons UCB, au-delà du bimekizumab, un médicament très prometteur pour le psoriasis. Nos prévisions plus élevées d'Evenity pour refléter le lancement prometteur au Japon nous amènent à augmenter notre prix cible pour UCB de 83 euros à 85 euros." La recommandation d'acheter est maintenue.

    UCB gagne 0,54% à 71 euros dans un marché en hausse de 0,34%.

  • "GBL évolue progressivement dans la bonne direction"

    Les analystes de Kepler Cheuvreux confirment leur recommandation de "conserver" et leur objectif de cours de 89 euros sur GBL , au lendemain de la publication des résultats semestriels.

    La conclusion des analystes : "Après un solide trimestre tiré par la reprise du marché, GBL a réalisé un deuxième trimestre solide, ce qui a permis à la valeur de l'actif net réévalué d’augmenter de 15,5% au cours du premier semestre pour atteindre 18,7 milliards. Parallèlement, le holding des familles Frère et Desmarais a vendu ses participations historiques (Total) et partiellement vendu Adidas, générant une plus-value de 744 millions d’euros. L'offre publique volontaire lancée sur les actions Parques Reunidos et l'acquisition récente de Webhelp confirment son désir d'accroître son exposition aux actifs non cotés. En tant que tel, GBL évolue progressivement dans la bonne direction."

    GBL gagne 1,89% dans un marché en hausse de 0,35%.

  • KBCS vise plus haut pour GBL et VGP

    KBC Securities relève son objectif de cours sur GBL à 95 euros contre 90 euros et remonte sa recommandation à acheter.

    Pour VGP , le prix cible passe à 85 euros contre 83 euros. Le conseil d'acheter est confirmé.

  • Le LSE offre 27 milliards de dollars pour Refinitiv

    Le groupe boursier britannique London Stock Exchange (LSE) annonce une offre de rachat du fournisseur de données financières Refinitiv pour une valeur d'entreprise de 27 milliards de dollars, qui lui permettrait de changer de dimension et devenir un rival du géant Bloomberg.

    Le LSE explique dans un communiqué s'être mis d'accord sur cette transaction avec les actionnaires de Refinitiv à savoir des fonds gérés par Blackstone et le groupe de médias et services américano-canadien Thomson Reuters.

    Ce rachat doit néanmoins encore obtenir une série de feux verts réglementaires et l'aval des actionnaires du LSE.

  • |Opening bell|

    Les marchés européens débutent dans le rouge, lestés par la forte baisse de Wall Street la veille, les investisseurs accueillant fraîchement la décision de la Fed qui, si elle a baissé ses taux comme prévu, ne s'est pas montrée particulièrement accommodante.

    • Bruxelles: -0,39%
    • Amsterdam: -1,09%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,27%
    • DJ Stoxx 600: -0,29%

    • Argenx: +2,20%
    • Telenet: +,018%

  • "La décision d'hier de la Fed a plus ou moins abouti comme prévu: la banque centrale américaine ayant abaissé ses taux de 25 points de base à 2,25%, soit sa première réduction de taux depuis 2008, tout en mettant fin au programme de réduction de son bilan de façon anticipée. Tous ceux qui s'attendaient à ce que la Fed fasse davantage ont fini par être déçus, ce qui, compte tenu de la vigueur de certaines données économiques américaines récentes, n'aurait dû surprendre personne."
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

  • La tendance négative se confirme en Europe

    Les marchés européens devraient ouvrir en baisse  : -0,55% pour l'indice Euro Stoxx 50; -0,23% à Paris et -0,51% à Francfort d'après les contrats à terme. La Bourse d'Amsterdam est attendue en repli de 0,8%.

  • Dossier spécial "Résultats de sociétés"

    Trimestriels d'Argenx, Proximus, Solvay, Telenet, Umicore... découvrez l'essentiel des résultats de sociétés déjà publiés dans notre dossier spécial.

  • Argenx à l'abri du besoin jusqu'en 2021

    Pour les six premiers mois de l'année, les dépenses en recherche et développement d'Argenx ont plus que doublé à 78 millions d'euros et elles vont encore grimper. Mais sa trésorerie de 944 millions d'euros lui permet d'appréhender l'avenir sereinement.

  • Briefing d'avant Bourse

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse, après les annonces de la Réserve fédérale, qui a baissé ses taux de 0,25% mais refroidi les espoirs d'un cycle prolongé d'assouplissement monétaire aux Etats-Unis.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,1% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,12% et le FTSE à Londres est attendu à l'équilibre.

    3. Du côté du commerce, les discussions entre les Etats-Unis et la Chine se sont achevées mercredi à Shanghai sans aboutir à de réel progrès. Les deux parties ont souligné le caractère "constructif" des négociations et ont convenu de se réunir à nouveau en septembre à Washington.

    4. Le marché prendra connaissance, dans la matinée, des enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achat (PMI) sur l'activité dans le secteur manufacturier en France, en Allemagne et en zone euro.

    5. La tendance en Europe sera par ailleurs dictée par de nouveaux résultats trimestriels, notamment ceux de Société générale, Veolia, ArcelorMittal ou encore Infineon Technologies.

    6. La Bourse de New-York a terminé mercredi en baisse après les annonces de la Réserve fédérale: l'indice Dow Jones et le S&P-500 ont accusé leur perte en pourcentage la plus élevée depuis le 31 mai avec des baisses respectives de 1,23% et 1,09%. Le Nasdaq Composite a laissé 1,19%.

    7. Sur le marché des changes, l'euro perd 0,23% à 1,1049 dollar, un plus bas depuis mi-mai 2017. La livre sterling recule de 0,2%, à un plus bas depuis mars 2017, toujours pénalisée par les inquiétudes sur le Brexit. La tendance pourrait toutefois évoluer avec la décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre attendue à 13h.

  • Des indices PMI, la BoE et une nouvelle fournée de résultats au menu

    Au menu de la séance de ce jeudi: une série d'indicateurs dont une rafale d'indices PMI, et le communiqué de politique monétaire de la Banque d'Angleterre.

    Du côté des entreprises, sont attendus les résultats du premier semestre de argenx et Telenet. A l’étranger, les investisseurs attendent les résultats trimestriels/semestriels d'Arcelor, Barclays, BMW, Infineon, ING, Siemens, Telecom Italia...

    Les marchés sont  fermés en Suisse.

  • Telenet fait mieux qu'attendu

    Le rapport trimestriel de Telenet vient de nous parvenir. Le chiffre d'affaires du groupe télécoms et médias s'est élevé à 635,6 millions d'euros au deuxième trimestre, bien mieux que les 623,5 millions attendus par les analystes.

    Le bénéfice brut d'exploitation (que Telenet appelle EBITDA ajusté sur une base remaniée) a augmenté de 2% pour atteindre 345,3 millions, également mieux que les 341,8 millions d'euros attendus par les analystes.

    Et les perspectives restent inchangées.

     

    ©Doc

     

  • La baisse du taux de la Fed, "un ajustement de milieu de cycle"

    Bonjour, bienvenue sur ce market live du jeudi 1er août 2019.

    La Réserve fédérale a abaissé hier mercredi son taux directeur de 25 points de base afin de renforcer l'économie américaine face aux risques mais son président Jerome Powell ne considère pas que cette décision soit le prélude à une série prolongée de réduction des taux d'intérêt.

    La faiblesse de la conjoncture mondiale, des tensions commerciales qui couvent et la volonté de raviver l'inflation expliquent que la banque centrale ait décidé, pour la première fois depuis la crise financière de 2008, de réduire son objectif de taux des Fed funds, d'un quart de point à 2,00%-2,25%.

    Nombre de traders attendaient toutefois une confirmation plus nette des détentes monétaires à venir.

    S'exprimant lors d'une conférence de presse faisant suite à la publication du communiqué, Powell a fait de cette baisse de taux un "ajustement monétaire de milieu de cycle", une formule qui n'implique pas qu'il y ait de réductions de taux prononcées en perspective.

    Wall Street a reculé après le communiqué et durant la conférence de presse de Powell et a terminé la séance sur des pertes appréciables. Le rendement de l'emprunt à deux ans , le plus sensible aux variations de taux, a monté à 1,88%.

    L'indice du dollar a atteint un pic de plus de deux ans, avec un gain de 0,5% environ sur la journée.

    L'Asie boursière affiche des pertes de l'ordre de 0,8% tandis qu'en Europe les marchés sont attendus en recul de 0,26% pour l'indice Euro Stoxx 50, de 0,22% pour Londres et de 0,12% pour Francfort.

     

    "Ce qui a mis le feu aux poudres, à mon sens, est une déclaration de Powell suggérant que ça allait bien comme ça."
    Jim Paulsen
    Analyste pour Leuthold Group

Plus sur Les Marchés

Echo Connect