1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street s'extasie devant le rapport sur l'emploi

Les marchés américains se sont enthousiasmés ce vendredi pour un rapport montrant à la fois une forte hausse des créations d'emplois aux Etats-Unis en février et une progression modérée des salaires, faisant grimper le Nasdaq à un nouveau record.
  • A suivre ce lundi 12 mars

    C'est la fin de notre live. Merci à tous de nous avoir suivis et rendez-vous lundi! Voici d'ailleurs les principaux événements à l'agenda de ce lundi 12 mars.

    → ECONOMIE / FINANCE

    Zone euro
    • Réunion de l'Eurogroupe

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Automobile: conférence de presse d'Ernst & Young sur les investissements des constructeurs automobiles en usines de production dans le monde - (10h)

    France
    • Aufeminin: résultats annuels 2017

    Suisse
    • Salon international de l'automobile de Genève

  • Wall Street s'extasie devant le rapport sur l'emploi

    La Bourse de New York s'est enthousiasmée ce vendredi pour un rapport montrant à la fois une forte hausse des créations d'emplois aux Etats-Unis en février et une progression modérée des salaires, faisant grimper le Nasdaq à un nouveau record. Il a terminé en hausse de 1,79% à 7.560,81 points. Le Dow Jones a grimpé de 1,77% pour clôturer à 25.335,74 points. Le S&P 500 a pris 47,60 points à 2.786,57 points.

    Il y a un mois, les chiffres de l'emploi de janvier avaient créé un vent de panique sur les marchés actions en raison de données montrant que les salaires avaient enregistré leur plus forte progression sur un an depuis 2009.

    La banque d'affaires Goldman Sachs est montée de 1,66%. Son action a chuté, avant de se reprendre tout aussi rapidement, quand des informations de presse ont évoqué le possible départ de Lloyd Blankfein, son patron depuis douze ans, d'ici la fin de l'année.

    Les fabricants de jouets Hasbro (-2,06%) et Mattel (-7,11%) ont quant à eux souffert des déboires de la chaîne de magasins Toys R Us. Elle prévoirait de fermer tous ses magasins aux Etats-Unis.


  • Wall Street clôture en forte hausse

    • Le Dow Jones a gagné 1,59% à 25.290,76 points.
    • Le Nasdaq a pris 1,79% à 7.560,81 points.
    • Le S&P 500 a avancé de 43,17 points à 2.782,09 points.
  • Le pétrole termine en hausse de plus de 3% à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse de plus de 3% ce vendredi sur le marché new-yorkais Nymex, interrompant une séquence de deux journées de baisse, portés par la perspective d'un rencontre, encore impensable il y a quelques mois, entre le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Jong-un.

    • Le contrat avril sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,92 dollar, soit 3,19%, à 62,03 dollars le baril.
    • Le Brent a pour sa part pris 1,88 dollar (+2,96%) à 65,49 dollars.

    Sur l'ensemble de la semaine, les deux cours de référence de l'or noir ont respectivement pris 1,29% et 1,74%, refaisant une partie de leur chute la semaine précédente.

  • Résumé de la séance boursière en Europe

    Les bons chiffres de l’emploi aux Etats-Unis ont soutenu la hausse des indices boursiers européens. Le Dax a fait exception à cause d’une chute de Lufthansa.

    Des chiffres meilleurs que prévu sur l’emploi américain ont favorisé la hausse boursière en Europe. Le Cac 40  a gagné 0,39% et le FTSE 100  a pris 0,30%.

    Le Dax  (-0,07%) est resté à la traîne. En cause, une chute de 5,61% de Lufthansa, à 25,76 euros. La compagnie aérienne a annoncé avoir transporté 8,8 millions de passagers le mois dernier, soit 13% de plus sur un an. Insuffisant aux yeux de certains investisseurs.

    L’action Lagardère  a plongé de 7,32% à 22,30 euros. Le groupe de médias avait publié ses résultats annuels jeudi après la clôture boursière. Ce sont surtout les perspectives pour cette année qui semblent avoir déçu les investisseurs: Lagardère prévoit "un résultat opérationnel stable par rapport à 2017, à taux de change constant".

    Boskalis Westminster  a continué à reculer après son plongeon de plus de 10% de jeudi, dû à des prévisions décevantes à et la sortie prochaine de l’action de l’indice AEX. Vendredi, l’action du groupe de dragage et de services maritimes a cédé 2,23% à 26,28 euros.

    Merck  a rebondi de 1,06% à 78,48 euros. Le groupe pharmaceutique a bénéficié d’achats à bon compte après sa chute de plus de 4% de jeudi, due à l’anticipation d’une baisse de ses bénéfices cette année.

    Situation inverse pour Continental  qui a perdu 1,34% à 220,90 euros. L’action de l’équipementier automobile avait grimpé de 3% depuis le début de la semaine, à cause de spéculations sur ses résultats annuels, qui avaient reçu un bon accueil en Bourse de Francfort jeudi. Vendredi, le cours n’a pas résisté à des prises de bénéfices et à une note du courtier Independent Research qui a abaissé son objectif de cours de 245 à 240 euros. L’avis reste à "conserver".

    En Bourse d’Helsinki, Outokumpu  a perdu 1,22% à 6,49 euros. Présent aux Etats-Unis, l’aciériste devrait être l’un des bénéficiaires des tarifs douaniers de Trump. Mais le titre avait déjà grimpé de 3% depuis le début de la semaine et a subi des prises de bénéfices vendredi.

    À Copenhague, Vestas  a abandonné 1,93% à 431,50 couronnes. Le groupe danois est présent aux Etats-Unis où il importe de l’acier pour construire ses turbines d’éoliennes.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,32% à 3.987,04 points

    AEX: +0,36% à 537,14 points

    Cac 40: +0,39% à 5.274,40 points

    Dax: -0,07% à 12.346,68 points

    FTSE 100: +0,30% à 7.224,51 points

  • Lufthansa bat de l'aile, l'indice Dax à la traîne

    Le titre Lufthansa  chute en Bourse de Francfort, après publication de ses chiffres de fréquentation de février. Cette nette baisse pèse sur le Dax  qui reste à la traîne alors que le reste de l'Europe boursière est nettement en hausse.

    En février, la compagnie aérienne allemande Lufthansa a transporté environ 8,8 millions de passagers, soit 13% de plus que le même mois l'an dernier.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York a ouvert en nette hausse vendredi, après la publication de bons chiffres pour l'emploi américain en février. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  progressait de 0,65% et le Nasdaq  de 0,66%.

  • Carton plein pour l'emploi US

    Les créations d'emplois ont bondi aux Etats-Unis en février à leur plus haut niveau en un an et demi dépassant largement les prévisions des analystes tandis que le taux de chômage est resté stable à 4,1%.

    Selon le département du Travail vendredi, l'économie américaine en pleine forme, dopée notamment par les réductions d'impôts aux entreprises, a créé 313.000 emplois nets en données corrigées des variations saisonnières. C'est leur plus haut niveau depuis juillet 2016.

    Les analystes tablaient sur seulement 200.000 nouvelles embauches.

    Le taux de chômage reste à 4,1%, au même niveau que depuis cinq mois du fait d'une arrivée massive de nouveaux entrants sur le marché du travail. Le taux de participation à l'emploi a ainsi grimpé à 63% pour la première fois depuis septembre 2017.

    Les chiffres des deux mois précédents ont en outre été révisés en hausse de 54.000.

    Quasiment tous les secteurs ont fortement embauché. Le secteur de la production de biens a affiché 100.000 nouvelles embauches, un sommet depuis plus d'un an dont 61.000 pour le secteur du bâtiment et 31.000, un chiffre solide, pour les industries manufacturières.

    Le commerce de détail enregistre aussi un très bon score avec plus de 50.000 créations d'emplois qui compensent les mauvaises performances de décembre. "Pour les fêtes de fin d'année, ces industries avaient peu embauché, mais en conséquence elles ont moins réduit ces emplois saisonniers les mois suivants", a expliqué le ministère.

    L'emploi dans les services, avec 187.000 créations de postes, est aussi très robuste tandis que les emplois publics, dopés par les embauches dans les écoles dans les Etats, a grimpé à 26.000, un plus haut depuis juillet 2016.

    Elément de surprise, alors que dans ce marché de l'emploi qui devient de plus en plus étroit les employeurs sont censés offrir de meilleures rémunérations pour attirer ou garder leurs employés, les salaires n'ont guère augmenté.

    La hausse du salaire horaire pour le mois n'est que de 0,15% ce qui porte à seulement 2,6% l'augmentation annuelle, à peine au dessus de l'inflation.

  • Les créations d'emploi largement supérieures aux attentes aux USA

    Les créations d'emplois bondissent à 313.000 en février, contre 200.000 attendus.

    Le taux de chômage est inchangé d'un mois à l'autre à 4,1%, contre 4% attendu.

    Le salaire horaire moyen a progressé moins qu'attendu (+0,1% en donnée mensuelle contre +0,2 attendu; +2,6% en rythme annuel contre +2,8% espéré), ce qui veut dire un risque moins élevé d'inflation malgré le nombre de créations d'emploi.

    Les marchés actions européens accélèrent leurs gains. Francfort qui perdait 0,50% gagne désormais 0,41%. L'indice DJ Stoxx 600 qui était stable, avance de 0,52%.

    L'euro a bondi face au dollar, touchant un pic de 1,2313 avant de ralentir à 1,2307.

    Les contrats à terme sur Wall Street sont en nette hausse, de 0,4% pour le Dow Jones, de 0,25% pour le S&P 500 et de 0,3% pour le Nasdaq.

    Le rendement US à 10 ans gagne 3 points de base à 2,89%.

  • Wall Street annoncée stable

    Wall Street est pour l'instant annoncée stable, mais la tendance pourrait évoluer en fonction des chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis, dernier grand rendez-vous à l'agenda d'une semaine animée qui a jusqu'à présent été plutôt favorable aux actions.

    La prudence s'impose en effet avant la publication du rapport mensuel du département du Travail américain, dont l'édition de février avait déclenché un repli marqué des Bourses mondiales en raison d'une hausse plus marquée qu'attendu des salaires, qui avait alimenté les spéculations sur le resserrement de la politique monétaire de la Fed.

    Pour février, le consensus Reuters table sur une hausse de 0,2% sur un mois et de 2,8% sur un an du salaire horaire moyen, après une progression de 0,3% et 2,9% annoncée pour janvier.

    Les créations d'emplois, elles, sont attendues stables, à 200.000 et le taux de chômage à 4%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING a annoncé jeudi être en mesure d'absorber un rachat du brésilien Embraer sans menacer ses investissements dans ses propres activités, ni la distribution à ses actionnaires.

    * HASBRO et MATTEL perdaient respectivement 2,8% et 4,8% en après-Bourse à la suite d'une information selon laquelle le distributeur de jouets Toys 'R' Us se prépare à une possible liquidation si les négociations avec ses créanciers ne débouchent sur aucun accord lui permettant de sortir de la faillite, a indiqué à Reuters une source proche du dossier.

    * TESLA perd 1,6% en avant-Bourse après l'annonce du départ de son directeur de la comptabilité, Eric Branderiz, pour raisons personnelles.

    * NETFLIX - L'ancien président américain Barack Obama est en discussions avancées avec Netflix pour produire un ensemble d'émissions haut de gamme, a annoncé jeudi le New York Times, citant des sources familières du dossier.

    * WYNN RESORTS a accepté de verser 2,6 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) pour clore une procédure judiciaire engagée par le japonais Universal Entertainment. L'accord met fin à six ans de querelle entre le magnat des casinos Steve Wynn et son ancien associé Kazuo Okada. Le titre Wynn Resorts prend 2,2% en avant-Bourse.

    * KOHL'S - Cowen and Company relève son conseil sur le titre du distributeur à "surperformer" contre "performance de marché" et remonte l'objectif de cours à 74 dollars contre 66 dollars.

    * INSYS - Le titre du laboratoire pharmaceutique perd 6% en avant-Bourse après la publication d'une perte trimestrielle plus importante que prévu et d'un chiffre d'affaires inférieur aux attentes.

  • "Les créations d'emplois s'annoncent solides en ce début d'année. Les chefs d'entreprise anticipant une accélération de l'activité économique et des difficultés de recrutement, ils ont accéléré leurs embauches. Mais les investisseurs devraient focaliser leur attention sur l'évolution du salaire horaire moyen, qui reste l'élément clef pour les anticipations d'inflation et de politique monétaire."
    Les analystes d'Aurel BGC

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    La prudence est de mise avant l'emploi US

    1. Les marchés actions européens sont sur la défensive, les investisseurs retenant leur souffle avant les chiffres mensuels de l'emploi américain, et plus particulièrement la composante sur les salaires.

    2. Peu avant 12h, l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 (+0,03%) est stable, tout comme Paris (+0,05%) et Amsterdam (+0,06%).

    3. Francfort est en recul de 0,56%, avec Continental (-2,4%), en queue de peloton. Le titre subit des prises de bénéfices après avoir été porté la veille par son bilan financier 2017 et son optimisme pour l'année en cours.

    4. L'officialisation des droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium pèse sur le compartiment européen de l'automobile (-0,83%), plus forte baisse sectorielle.

    5. Les investisseurs peuvent difficilement se rabattre sur les résultats d'entreprises. Parmi les quelques annonces de ce matin, le titre du groupe diversifié et de médias Lagardère cède près de 8% à la Bourse de Paris vendredi, pénalisé par des incertitudes sur les cessions d'actifs qu'il négocie ainsi que par ses prévisions pour 2018.

    6. A Bruxelles, les résultats de Keyware, Resilux et Ter Beke se traduisent par des baisses de respectivement 5%, 2,5% et 1,2%. Option publiera les siens après la clôture, à 20h.

  • La loi sur la taxe sur les comptes-titres publiée au Moniteur belge

    La "loi introduisant une taxe sur les comptes-titres" a été publiée au Journal officiel vendredi. Il entrera en vigueur le samedi 10 mars.

     

  • Le marché joue au flipper avec Agfa-Gevaert

    Les investisseurs jouent au flipper avec l'action Agfa-Gevaert .

    Ce matin, le titre perd 4%, après avoir chuté de 7% mercredi et rebondi de 5,7% jeudi.

  • Et Option?

    Selon le calendrier d'Option , l'entreprise en difficultés financières publie aujourd'hui ses résultats de 2017. D'habitude, Option publie ses résultats avant bourse.

    Pas aujourd'hui cependant. Après vérification, Option communiquera ses chiffres après bourse, aux alentours de 20h.

    L'action a été particulièrement négociée ces dernières semaines, par des spéculateurs mais également par le fondateur de l'entreprise Eric Van Zele.

  • "La normalisation monétaire de la BCE va rester très lente et elle peut néanmoins s'apparenter à une bonne nouvelle car cela signifie que l'économie est suffisamment solide pour supporter un retrait des politiques ultra-accommodantes."
    Tangi Le Liboux
    Stratège chez Aurel BGC

  • Le recul de la production industrielle allemande n'inquiète pas

    La production industrielle a baissé de manière inattendue en Allemagne en janvier, pour un deuxième mois d'affilée, et les exportations ont également reculé, montrent les statistiques publiées vendredi, signes supplémentaires d'un possible ralentissement de la première économie de la zone euro en début d'année.

    Les analystes n'y voient toutefois pas un ralentissement structurel et attribuent largement ce repli à un facteur saisonnier. L'activité économique marque traditionnellement le pas en Allemagne en hiver en raison de longues périodes de vacances.

    La production industrielle allemande a reculé de 0,1% en janvier, a annoncé le ministère de l'Economie, alors que le consensus Reuters prédisait une hausse de 0,5% après une contraction de 0,5% en décembre.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Prudence avant l'emploi US

    1. Les principales Bourses européennes évoluent sur une prudente à l'issue d'une semaine dense et avant la publication du rapport sur l'emploi aux Etats-Unis.

    2. Aux alentours de 10h15, Amsterdam (-0,07%) et Bruxelles (+0,07%) pointaient stables. Paris abandonnait 0,13% et Francfort 0,43%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 évoluaient autour de l'équilibre.

    3. Les investisseurs tentaient d'évaluer la portée de l'annonce d'une possible rencontre entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, après des mois de rhétorique guerrière entre les deux pays.

    4. Ce spectaculaire développement dans le dossier nord-coréen a été annoncé jeudi soir à la Maison blanche et a été accueilli avec un enthousiasme modéré sur les marchés en Asie.

    5. L'annonce sur la Corée du Nord est intervenue après la promulgation jeudi soir par Donald Trump des déclarations imposant des droits de douane sur les importations américaines d'aluminium et d'acier. La position relativement souple adoptée par l'administration Trump a permis de quelque peu rassurer les investisseurs.

    6. Ll'officialisation des droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium pèse sur le compartiment européen de l'automobile (-0,57%), plus forte baisse sectorielle.

    7. Dernier rendez-vous important de la semaine, la publication, à 14h30, du rapport mensuel sur les créations d'emploi aux Etats-Unis pour le mois de février, et de sa composante, très attendue, sur le salaire horaire moyen. C'est ce même indicateur qui avait provoqué début février la brutale correction sur les marchés.

  • Lagardère chute, les résultats déçoivent les analystes

    Les actions de Lagardère , le groupe français de médias derrière Paris Match et Europe 1 chutent de 6,2% à 22,58 euros, après des résultats annuels jugés décevants les analystes.

    Le groupe diversifié et de média Lagardère a dégagé en 2017 un bénéfice net en hausse de 2,3% à 179 millions d'euros, a-t-il indiqué jeudi dans un communiqué.

    Le résultat opérationnel courant groupe, l'indicateur privilégié par Lagardère, a progressé de 2,1% à 403 millions d'euros, et de 6,7% hors effets de périmètre et de change, selon le communiqué de groupe, qui précise que cet indicateur devrait rester "stable" en 2018, à taux de change constant.

    "L'année 2017 a en ligne avec les attentes au niveau de l'EBITA (résultat avant intérêts, impôts et amortissements), mais inférieur aux attentes au niveau du bénéfice net. Les prévisions pour 2018 sont conformes aux attentes et les flux de trésorerie de 2017 étaient faibles", écrivent les analystes de Barclays.

    Le broker a réduit ses estimations de bénéfices sur Lagardère et maitenu un rating "pondération neutre" sur l'action, ajoutant que la cession d'actifs par Lagardère seraient un facteur déterminant pour le comportement futur de l'action.

    Jeudi, Arnaud Lagardere n'a pas exclu la vente du magazine Elle, mais il a exclu la vente de son hebdomadaire Paris Match et de la radio Europe 1.

  • Keyware et Resilux attaqués

    Keyware et Resilux perdent respectivement 4% (à 1,54 euros) et 2% (à 141 euros) dans les premiers échanges, sur fond de résultats visiblement mal accueillis par les investisseurs.

  • | Opening Bell |

    Les marchés actions européens ouvrent en baisse, avant le rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis et sur fond de tensions commerciales mondiales après la confirmation des taxes américaines sur l'acier et l'aluminium.

    • Bruxelles: -0,08%
    • Amsterdam: -0,11%
    • Francfort: -0,14%
    • Paris: -0,16%
    • DJ Stoxx 600: -0,08%

  • KBCS se penche sur Resilux et RTL Group

    KBC Securities ajuste son objectif de cours sur Resilux à 155 euros contre 161 et sur RTL Group à 75 euros contre 77. La recommandation reste à "accumuler" pour les deux valeurs.

  • 200.000 créations d'emploi et un taux de chômage à 4%

    Le gouvernement américain publiera ajourd'hui à 14h30 les chiffres officiels de l'emploi pour février.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendent en moyenne à 200.000 créations d'emploi le mois dernier, comme en janvier, dont 191.000 dans le privé. Ils prévoient un taux de chômage à 4%, contre 4,1% en janvier.

    Ils s'attendent à une progression de 2,8% du salaire horaire moyen le mois dernier sur un an, après 2,9% en janvier, ce qui pourrait apaiser les craintes d'une accélération vive de la hausse des salaires et de l'inflation.

  • Recul inattendu de la production industrielle

    La production industrielle a baissé en janvier, alors que les économistes l'attendaient en hausse, montrent les données publiées par le ministère de l'Economie, signe supplémentaire d'un ralentissement industriel dans la première économie de la zone euro en début d'année.

    La production industrielle a reculé de 0,1% en janvier, alors que le consensus Reuters prédisait une hausse de 0,5% après une contraction de 0,5% en décembre.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Hésitation en vue, prudence sur la Corée et avant l'emploi US

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues sans tendance claire à l'ouverture, les investisseurs ayant à digérer un flot de nouvelles avec la volonté affichée par Donald Trump de rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et les annonces du président américain sur les tarifs douaniers, sans oublier le message délivré jeudi par la Banque centrale européenne.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort perdraient moins de 0,1% à l'ouverture, le FTSE à Londres ouvrant pour sa part à l'équilibre.

    3. Les Bourses asiatiques ont salué avec un enthousiasme mesuré la perspective d'une rencontre entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

    4. Le conseiller sud-coréen à la sécurité nationale, Chung Eui-yong, a annoncé jeudi lors d'un déplacement à la Maison blanche que Kim Jong-un avait fait part de son impatience de rencontrer Donald Trump et qu'il s'engageait à suspendre son programme nucléaire.  Washington a toutefois accueilli cette annonce avec méfiance, la Corée du Nord n'ayant pas tenu par le passé les engagements pris sur la scène internationale.

    5. La Bourse de New York a terminé jeudi en légère hausse après une courte hésitation, Donald Trump paraissant avoir assoupli sa position sur les tarifs douaniers. Le président américain a signé jeudi soir les déclarations imposant des droits de douane sur les importations américaines d'aluminium et d'acier, précisant qu'ils n'entreraient pas en vigueur avant quinze jours. Il a aussi souligné que les Etats-Unis restaient ouverts à leur modification ou leur retrait pays par pays.

    6. Les investisseurs américains prendront connaissance à 14h30 de la statistique mensuelle sur les créations d'emplois aux Etats-Unis, un indicateur particulièrement sensible dans un contexte d'interrogation sur l'évolution des politiques monétaires des grandes banques centrales.

     

  • Année de transition pour Keyware, donc année en recul

    L'exercice 2017 s'est soldé pour Keyware par un changement de cap stratégique. D'entreprise entièrement dédiée au service, elle a évolué vers une entreprise de développeur de logiciels. "La base de cette transformation a été faite en 2017 par l’acquisition d’EasyOrder et de Magellan," explique la société dans un communiqué. Elle ajoute que ces acquisitions vont lui permettre dès 2018 d'accroître ses revenus de manière récurrente. 

    Pour 2017, Keyware fait état d'un chiffre d'affaires stable de 18,73 millions d'euros. L'Ebitda recule à 3,72 millions d'euros (-28,7%) pour un bénéfice net qui se tasse de plus de 62% à 1,17 million d'euros. 

    "De 2012 à 2016, Keyware a vu son chiffre d’affaires doubler et son Ebitda quadrupler. En 2017, Keyware a intégré les sociétés EasyOrder et Magellan et a élaboré un plan de transformation pour se repositionner en tant que développeur de logiciels. Cela signifie qu’un tiers des effectifs de Keyware sont des concepteurs de logiciels, ce qui est une explication pour la croissance inférieure en 2017", explique-t-on chez Keyware.

  • Ablynx, Realdolmen, RTL Group... quelques valeurs à suivre

    ABLYNX - FMR LLC a réduit sa partication dans Ablynx à 3,70% des droits de vote contre 5,92% avant.

    REALDOLMEN / GFI Informatique - GFI Informatique a déposé son dossier auprès de la FSMA pour son offre de reprise sur Realdolmen, à 37 euros par titre. Elle est conditionnée à l'obtention de 75% des droits de vote. GFI peut déjà compter sur le soutien des actionnaires QuaeroQ et la famillie Colruyt qui détiennent ensemble 21,94%.

    RTL GROUP - Les analystes de ScoGén ont réduit leur conseil sur la valeur à "conserver" contre "acheter". L'objectif de cours sst de 75 euros contre 77 euros avant.

  • Ter Beke augmente son dividende à 4 euros

    Ter Beke se montre satisfait de son exercice 2017. "Ter Beke cueille les premiers fruits des reprises", lit-on dans un communiqué.
    → Le chiffre d'affaires consolidé ressort à 508,6 millions d'euros (+21,5%): +6,4 pour la division "charcuterie" et +58% pour la division "plats cuisinés". 
    → L'Ebitda est de 38,4 millions (+1,8%) pour un Ebit de 22 millions (+21%)
    → Le résultat net se monte à 23,7 millions d'euros (+36,4%)

    Ter Beke propose donc un dividende brut accru de 14,3% à 4 euros .

  • A suivre ce vendredi 9 mars

    Voici les principaux événements à l'agenda de ce vendredi 9 mars.

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Production industrielle / janvier

    Chine
    • Inflation / février

    Etats-Unis
    • 14h30 Statistiques des créations d'emploi, taux de chômage, salaires pour le mois de février

    Japon
    • Fin de la réunion de politique monétaire de la BoJ

    Royaume-Uni
    • 10h30 Production industrielle / janvier
    • 10h30 Balance commerciale / janvier

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    •  IBT : salon mondial du tourisme

    Belgique

    Résultats 2017
    • Ter Beke
    • Option

    France

    Résultats 2017
    • Auchan
    • Eurazeo

    • CGG
    • Spie

    Italie
    • Résultats 2017 de Prada

    Suisse
    • Salon international de l'automobile de Genève

  • Ebitda divisé pratiquement par 2 pour Resilux

    Resilux a publié ses résultats annuels hier soir après bourse. Voici les éléments principaux:

    • Le chiffre d'affaires de Resilux s'affiche à 328,7 millions d'euros en 2017 contre 293,7 millions un an auparavant. 
    • L'Ebitda est lui aussi en baisse, à 17,9 millions d'euros. Il était de 30 millions pour l'année 2016.
    • Le résultat net s'élève à 7,8 millions d'euros en 2017, alors qu'il était de 20,2 millions au 31 décembre 2016.
    • Resilux va distribuer un dividende brut de 2 euros par action.

    Le groupe s'attend en 2018 à une nouvelle croissance de sa production, en tant que résultat de ses capacités de production supplémentaires. Le groupe s'attend aussi à un résultat opérationnel en hausse en 2018, vu sa croissance et ses acquisitions l'année dernière. Resilux indique qu'il devrait investir environ 14 millions d'euros cette année, en excluant les bâtiments et les projets spéciaux.

  • Tokyo finit en hausse, soutenue par la Corée

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,47%, les investisseurs japonais réagissant favorablement à la volonté affichée par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un de suspendre son programme nucléaire et d'essais balistiques.

    L'indice Nikkei a gagné 101,13 points à 21.469,20 points et le Topix, plus large, a pris 5,53 points (0,32%) à 1.715,48.

    Donald Trump est prêt à rencontrer Kim Jong-un d'ici au mois de mai après la proposition du leader nord-coréen d'organiser un sommet historique entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, a annoncé jeudi un haut responsable sud-coréen.

    Kim Jong-un s'est engagé à suspendre à son programme nucléaire, a ajouté le conseiller sud-coréen à la sécurité nationale, Chung Eui-yong, lors d'une visite à Washington.

  • Good morning!

    Nouvelle édition du Market Live. Nous sommes le vendredi 9 mars. Bonne journée à toutes et tous!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content