1. Les marchés
  2. Live blog
live

"Seul Donald Trump peut faire remonter les marchés"

Les principaux indices actions ont terminé dans le rouge, les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine poussant une nouvelle fois les investisseurs à la prudence. Les spéculations vont bon train sur l'avenir de l'accord Opep+.
  • A l’agenda ce jeudi

    C’est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve jeudi pour une nouvelle séance.

    Au menu : les chiffres de l’inflation en Allemagne en mai, l’examen de la situation économique et monétaire de la Banque Nationale suisse, la production industrielle de la zone euro en mai, le rapport mensuel de l’Opep, et les prix import-export aux Etats-Unis en mai.

    Du côté des entreprises, Asit Biotech tient son assemblée générale. L’offre de rachat de Connect Group par IPTE au prix de 1,60 euro par action court jusqu’au 14 août. Dernier jour pour l’augmentation de capital d’Elia, au prix de 57 euros par action. A l’étranger, journée investisseurs pour Unibail – Rodamco, Imerys et Soitec.

  • Sequana Medical rejoint le Bel Small

    Sequana Medical rejoint l'indice Bel Small. Atenor et FNG NV sortent en revanche de cet indice, a annoncé Euronext Bruxelles dans un communiqué. 

  • Clôture des marchés européens

    Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge, en essuyant quelques prises de bénéfices dans un climat toujours sensible aux tensions commerciales sino-américaines.

    A la Bourse de Bruxelles, Colruyt signe la pire performance du jour, affecté par une dégradation de note de Goldman Sachs.

    Bel 20: -0,44%

    AEX: -0,20%

    CAC 40: -0,62%

    DAX: -0,33%

    FTSE100: -0,42%

    Euro Stoxx 50: -0,39%

  • La Norvège verdit son énorme fonds souverain

    Le fonds souverain de la Norvège, le plus gros au monde avec plus de 1.000 milliards de dollars d'actifs, va devenir sensiblement plus vert en se désengageant davantage, mais pas totalement, des énergies fossiles, a décidé le Parlement norvégien.
    Le fonds va probablement devoir se désinvestir de géants miniers fortement présents dans le charbon comme le suisse Glencore , l'australien BHP Billiton et l'américain Anglo American , et d'énergéticiens ayant largement recours à cette énergie fossile comme l'allemand RWE et l'italien Enel .
    C'est la conséquence d'un vote des députés qui ont adopté, sans surprise, une proposition présentée début avril par le gouvernement de droite en vue de durcir les critères de gestion du fonds.

  • Chute pour BAT

    British American Tobacco (BAT) , numéro deux mondial du tabac, a mis en garde contre la perspective d'une baisse plus prononcée des ventes de cigarettes dans le monde, principalement en raison du recul de la demande aux Etats-Unis, son principal marché, ce qui fait chuter le titre à la Bourse de Londres.
    Cet avertissement met en lumière les défis auxquels l'industrie du tabac doit faire face car les fumeurs, en particulier aux Etats-Unis, se tournent vers des substituts moins nocifs comme les cigarettes électroniques et les produits de vapotage.
    BAT, propriétaire des marques Lucky Strike et Dunhill, a dit s'attendre à ce que les volumes de l'industrie mondiale baissent d'environ 3,5% cette année, alors qu'il avait précédemment estimé la baisse à 3%.

  • Hausse surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis

    Les stocks de pétrole brut ont augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis contrairement aux anticipations des analystes, selon les chiffres publiés par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA). Lors de la semaine achevée le 7 juin, les réserves commerciales de brut ont augmenté de 2,2 millions de barils pour s'établir à 485,5 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une baisse de un million de barils. La production s'est quant à elle établie en moyenne à 12,3 millions de barils par jour, tout près de son record de 12,4 millions de barils par jour atteint une semaine auparavant.

  • Mattel bondit après le rejet de l'offre de fusion

    Le fabricant américain de jouets Mattel a rejeté une nouvelle offre de fusion de son compatriote MGA Entertainment, a annoncé le directeur général de ce dernier, Isaac Larian.

  • Wall Street ouvre en ordre dispersé

    Dow Jones +0,08%, Nasdaq -0,16%

  • USA: l'inflation de base inférieure aux attentes en mai

    Les prix de détail aux Etats-Unis n'ont que légèrement augmenté en mai, la hausse de ceux des produits alimentaires étant compensée par la baisse de ceux de l'essence, montrent les chiffres officiels, qui pourraient fournir un argument supplémentaire en faveur d'une baisse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale.

    • L'indice des prix à la consommation (CPI) a augmenté de 0,1% le mois dernier, a annoncé le département du Travail, après une hausse de 0,3% en avril. Sur un an, sa progression revient ainsi à 1,8% après +1,9% sur les 12 mois à fin avril. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,1% sur un mois et de 1,9% en rythme annuel.
    • L'inflation de base, c'est à dire hors produits alimentaires et énergie, ressort à 0,1% d'un mois sur l'autre pour le quatrième mois d'affilée. Sur les 12 mois à fin mai, cet indice "core" est en hausse de 2,0% contre +2,1% fin avril.
  • "La Fed doit remettre en question la hausse des taux"

    Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré lors d'un entretien télévisé que la Réserve fédérale devrait reconsidérer le dernier relèvement en date de ses taux d'intérêt, prématuré selon lui. "Je crois que la Fed est en train d'adopter une attitude plus prudente sur les taux et qu'elle reconsidère, de fait, la dernière hausse de taux en date, je crois que c'est une bonne chose", a-t-il dit sur Bloomberg TV. "Je crois qu'elle doit reconsidérer le sujet. Je crois qu'il est assez probable que la dernière hausse ait été, au mieux, prématurée."

    La banque centrale américaine a relevé ses taux d'intérêt pour la dernière fois en décembre, d'un quart de point, avant d'annoncer en janvier une pause dans le resserrement de sa politique monétaire.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * MEDIDATA SOLUTIONS perd 4,4% à 90,60 dollars dans les échanges d'avant-Bourse après l'annonce par Dassault Systèmes d'une OPA amicale de 5,8 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) sur le spécialiste des solutions logicielles dédiées aux essais cliniques. L'action, qui avait fortement monté en avril, déjà sur des rumeurs d'OPA de Dassault, avait clôturé mardi à 94,74 dollars, sous le prix de 92,25 dollars proposé par le français.

    * APPLE négocie le rachat d'une part importante de l'activité d'INTEL de fabrication de modems pour smartphones, en substance sa filiale allemande qui est l'ex-division de modems d'Infineon rachetée par Intel en 2011 pour 1,4 milliard de dollars, rapporte le site The Information

    * QUALCOMM perd 4% en avant-Bourse. La Commission fédérale du commerce (FTC) s'est opposée mardi aux efforts du fabricant de puces pour tenter d'obtenir de la justice le gel d'un récent arrêt antitrust en sa défaveur, le temps de l'examen de son appel.

    * KKR a lancé mercredi une offre de 6,8 milliards d'euros sur la maison d'édition allemande Axel Springer dans le but d'en devenir un actionnaire stratégique et dans le cadre d'un pacte d'actionnaires conclu notamment avec Friede Springer, la veuve du fondateur du groupe.

    * MATTEL grimpait de 8,2% après la clôture mardi à la suite d'informations selon lesquelles le fabricant de jouets a rejeté une offre non sollicitée de son concurrent non coté MGA Entertainment, fabricant des poupées Bratz. Isaac Larian, le patron de MGA, a confirmé par la suite ce rejet, qui fait suite à une précédente approche au printemps 2018. En un an, Mattel a perdu 37% de sa valeur.

    * TESLA avance de 2,4% en avant-Bourse. Le constructeur de voitures électriques dispose d'une "bonne chance" de réaliser un deuxième trimestre record "à tous les niveaux", a déclaré son directeur général, Elon Musk, mardi lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires.

    * PEPSICO - Le groupe britannique de produits de grande consommation Reckitt Benckiser a annoncé la nomination de Laxman Narasimhan, l'actuel directeur commercial chez PepsiCo, au poste de directeur général.

  • Salvini promet de ne créer aucun nouvel impôt

    Le vice-président du Conseil italien Matteo Salvini a déclaré que le gouvernement voulait pouvoir réduire les impôts et il a exclu tout relèvement de la TVA ou création de nouveau prélèvement obligatoire. La presse italienne avait auparavant rapporté que le gouvernment de coalition pourrait taxer les liquidités et objets de valeur mis à l'abri dans des coffres bancaires.

    Mais dans une vidéo publiée mercredi sur Facebook, il assure que "nous ne demandons pas d'argent à l'Europe". "Ce que nous demandons, c'est de pouvoir réduire les impôts des Italiens", a-t-il ajouté.

  • Ahold Delhaize et Kinepolis vont émettre de nouvelles obligations

  • Genfit dénonce une "confusion" avec l'échec de Cymabay

    La société de biotechnologies Genfit  repart à la hausse à la Bourse de Paris. La valeur a perdu 16,5% mardi, sa plus forte chute en une séance depuis mars 2015, dans le sillage de l'américain Cymabay (-45,45%) qui a dévoilé des résultats décevants pour une étude dans le traitement de la maladie du foie NASH.

    Dans une lettre adressée mardi soir à ses actionnaires, Genfit a toutefois rappelé que la comparaison entre les deux dossiers n'était pas valable et a regretté la "confusion" générée par l'annonce des données de Phase 2b de Cymabay. L'étude de Cymabay avait pour objectif principal la baisse de la quantité de graisse dans le foie, un critère que le groupe américain n'a pas atteint et qui n'est pas considéré comme pertinent par les autorités réglementaires, indique ainsi Genfit.

  • Chine: les ventes de voitures baissent pour le 11e mois d'affilée

    Les ventes de voitures neuves ont baissé à un rythme record en Chine en mai, une donnée susceptible d'exacerber les inquiétudes au sujet à la fois du ralentissement économique du pays et de l'impact de plus en plus important de la guerre commerciale en cours avec les Etats-Unis.

    Le premier marché automobile mondial s'est contracté de 16,4% en mai par rapport à la même période de 2018, accusant son onzième mois consécutif de repli, selon des chiffres publiés par l'Association chinoise des fabricants d'automobiles (CAAM), la fédération du secteur. La baisse avait été de 14,6% en avril et de 5,2% en mars.

    Selon Xu Haidong, secrétaire général adjoint de la CAAM, l'une des raisons de la chute des immatriculations du mois dernier tient au fait que les provinces du pays commencent d'ores et déjà à mettre en oeuvre les standards d'émission "China VI" alors que le gouverment a fixé 2020 comme date butoir. "Nous n'avons pas donné assez de temps aux manufacturiers pour se préparer", a-t-il ajouté, notant que la chaîne d'approvisionnement du secteur avait du mal à suivre les évolutions rapides du marché.

    ©BELGAIMAGE

  • Mattel rejette une nouvelle offre fusion de MGA Entertainment

    Le fabricant américain de jouets Mattel   a rejeté une nouvelle offre de fusion de son compatriote MGA Entertainment, a annoncé le directeur général de ce dernier, Isaac Larian. MGA Entertainment, fabricant des poupées Bratz, a fait cette proposition dans une lettre datée du 21 mai et adressée au directeur général de Mattel, Ynon Kreiz.

    Dans une réponse adressée à Isaac Larian en date du 7 juin, Bob Normile, le directeur juridique de Mattel, écrit que le conseil d'administration du groupe a conclu à l'unanimité que la proposition de MGA n'était "pas dans l'intérêt supérieur de Mattel et de ses actionnaires".

  • Adidas baisse à Francfort, GBL place 1,37 million d'actions

    Adidas   perd près de 3% à la Bourse de Francfort en réaction à une vente d'actions de la part de Groupe Bruxelles Lambert (GBL)  , l'un des principaux actionnaires du fabricant allemand d'articles de sport. 

    Le holding est en train de placer un dixième de sa participation de 7,5%, soit 1,37 million de titres, à un prix unitaire de 257,75 euros qui représente une décote de 1,7% par rapport à la clôture de mardi, ont dit des traders.

  • "Seul Donald Trump peut faire remonter les marchés"

    "Le rally s'est arrêté et la situation peut devenir un peu délicate maintenant car le marché pourrait commencer à penser - certains diront même réaliser - que la Réserve fédérale ne va pas nécessairement voler à la rescousse. Rappelez-vous que la Fed est en période de 'black-out'. Nous ne pouvons donc compter que sur Donald Trump pour tenter d'alimenter les marchés à la hausse"
    Neil Wilson
    chez Markets.com

  • Le point sur les marchés après l'ouverture

    • Les principales Bourses européennes évoluent en baisse dans la matinée, s'éloignant du pic de trois semaines touché la veille, toujours en proie aux craintes sur le commerce et le ralentissement de la croissance mondiale avant les chiffres très attendus de l'inflation aux Etats-Unis. À Paris, l'indice CAC 40 évolue en repli de 0,5% à 5.381,35 points. À Francfort, le Dax abandonne 0,52% et à Londres, le FTSE cède 0,45%.
    • Les marchés sont suspendus à la réunion de politique monétaire de la Fed la semaine prochaine bien que les investisseurs semblent davantage opter pour un assouplissement de la politique monétaire aux Etats-Unis à l'issue de la réunion prévue fin juillet.
    • L'indice Stoxx de la construction recule de 0,85%, pénalisé par le repli de LafargeHolcim qui cède 2,74% à Zurich après qu'un important actionnaire a réduit sa participation en plaçant 3,7% du capital à 48,70 euros par action alors que le titre avait clôturé mardi à 50,32 euros.
    • De loin la plus forte hausse du Stoxx 600, le titre Axel Springer s'envole de 12,14% après que le fonds KKR a annoncé le lancement d'une offre de 6,8 milliards d'euros sur la maison d'édition allemande dans le but d'en devenir un actionnaire stratégique.
    • Les cours pétroliers reculent de plus de 2% après l'abaissement par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) de ses prévisions de croissance de la demande mondiale en 2019. Les cours sont aussi plombés par l'annonce d'une augmentation inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis, selon les données de l'American Petroleum Institute (API).

  • Draghi: "L'Europe centrale très exposée au conflit commercial"

    Les économies d'Europe centrale sont peut-être plus exposées à la guerre commerciale compte tenu de leurs dépendance envers les flux commerciaux et de leur fréquente situation de mono-industrie, notamment autour de la construction automobile, a déclaré Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne.

    "Le modèle d'entreprise de l'Europe centrale et orientale est devenu vulnérable aux chocs concernant le commerce international et les conditions financières. L'effet des tarifs douaniers pourrait être amplifié dans la mesure où une proportion importante de marchandises passent les frontières à de multiples reprises au cours du processus de production."
    Mario Draghi
    président de la BCE

  • Advicenne annonce le succès de son entrée en Bourse à Bruxelles

    La biotech nîmoise Advicenne , spécialisée dans le développement de médicaments pour des maladies rares chez l'enfant et l'adulte, a annoncé avoir bouclé avec succès son entrée en bourse sur le marché réglementé d'Euronext Bruxelles. Il s'agit d'une cotation secondaire pour l'entreprise, déjà présente sur Euronext Paris.

    "À ce jour, les actions ordinaires d'Advicenne sont cotées sur Euronext Paris, son marché de cotation principal, et sur Euronext Bruxelles, avec des identifiants inchangés", indique la société dans un communiqué. "Cette cotation croisée illustre notre stratégie de développement à l'international", souligne Luc-André Granier, PDG et co-fondateur d'Advicenne.

  • Une tendance soutenue indirectement par les banques centrales

    "Une bonne partie des gains récents semble avoir reposé plus sur des anticipations d'une politique accommodante des banques centrales en ce qui concerne les prochaines décisions sur les taux d'intérêt que sur un quelconque optimisme sur les négociations commerciales, ce qui peut aider à expliquer l'incapacité des marchés à atteindre de nouveaux sommets"
    Michael Hewson
    chez CMC Markets

  • L'EIA abaisse sa prévision de demande mondiale de pétrole

    L'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a réduit sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour cette année et la prochaine, dans son rapport mensuel. Elle anticipe une hausse de la demande de 1,22 million de barils par jour (bpj) cette année, soit 160.000 bpj de moins que dans ses précédentes prévisions.

    L'EIA s'attend par ailleurs à une augmentation de 1,36 million de bpj de la production américaine cette année, à 12,32 millions de bpj - une prévision inférieure de 140.000 bpj à celle du rapport mensuel de mai. La prévision pour la hausse de la production en 2020 est relevée d'un millier de bpj à 94.000.

  • "La BCE prête à faire plus si le ralentissement s'accentue"

    La Banque centrale européenne maintiendra sa politique monétaire accommodante tant que l'inflation ne remontera pas dans la zone euro et pourrait même faire plus si le ralentissement actuel de l'économie devenait "un vrai coup de frein", a déclaré le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau.

    Tant que l'inflation ne reviendra à son objectif proche de 2%, "nous devons maintenir cette politique monétaire active, accommodante, ça veut dire des taux d'intérêt bas et des liquidités abondantes, et nous pouvons maintenir ces conditions aussi longtemps que nécessaire", a-t-il dit sur Cnews. Et "si le ralentissement actuel devait devenir un vrai coup de frein, nous pourrions faire davantage qu'aujourd'hui", a-t-il ajouté.

  • | OPENING BELL |

    AEX -0,39%

    CAC 40 -0,56%

    BEL 20 -0,62%

  • Goldman Sachs conseille de "vendre" vos actions Colruyt

    Goldman Sachs a abaissé sa recommandation sur Colruyt   à "vendre" contre "neutre" auparavant, invoquant le resserrement des marges. Le broker s'attend à une baisse des marges au second semestre 2019 et au premier semestre 2020. 

    "Nous constatons la combinaison d'une détérioration des conditions de marché et de sa prime de valorisation élevée, ce qui fait basculer les risques à la baisse"
    Goldman Sachs

    L'objectif de cours est fixé à 49 euros, ce qui implique une baisse de 27% par rapport au cours actuel.

  • Axel Springer fait entrer à son capital le fonds américain KKR

    Le groupe de médias allemand Axel Springer   a conclu un accord destiné à faire entrer à son capital le fonds américain KKR, qui devrait devenir le premier actionnaire du groupe via une offre publique d'achat. Annoncé dans un communiqué, ce plan est conforme au montage privilégié par Axel Springer et KKR lorsqu'ils avaient annoncé la semaine dernière être en négociations, ce qui avait fait bondir le titre.

    Dans le détail, Kohlberg Kravis Roberts (KKR) va offrir à tous les actionnaires d'Axel Springer de racheter leurs titres pour 63 euros par action en numéraire, soit une prime de 31,5% par rapport au cours moyen des trois derniers mois. KKR a par ailleurs conclu un accord distinct avec les deux principaux actionnaires d'Axel Springer: Friede Springer, veuve du fondateur du groupe qui détient 42,6% du capital, et le président du directoire Mathias Döpfner (2,8%).

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    • Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture, en l'absence d'avancée dans le volet commercial entre les Etats-Unis et la Chine et en attendant les chiffres de l'inflation aux Etats-Unis. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,25% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,29% et le FTSE à Londres reculerait de 0,25%.
    • Les marchés devront probablement patienter jusqu'au sommet du G20 à la fin du mois pour savoir ce que décideront les Etats-Unis en terme de stratégie commerciale face à la Chine. Entre-temps, les marchés sont suspendus à la réunion de la Réserve fédérale les 18 et 19 juin bien que les investisseurs semblent davantage opter pour une baisse de taux à l'issue de la réunion de juillet.
    • Les variations sont limitées sur le marché des changes où le dollar est stable face à un panier de devises de référence, restant proche de son plus bas de plus de deux mois touché vendredi sous l'effet des anticipations de baisse de taux de la Réserve fédérale.
    • Les cours pétroliers reculent de près de 2% après la baisse des prévisions de croissance de la demande mondiale en 2019 par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) et l'annonce d'une augmentation inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis, selon les données de l'American Petroleum Institute (API).

  • Dassault Systèmes rachète l'américain Medidata

    Dassault Systèmes   a annoncé le rachat de l'éditeur américain de logiciels pour le suivi d'essais cliniques Medidata pour un montant de 5,8 milliards de dollars. L'éditeur français de logiciels industriels précise dans un communiqué avoir offert 92,25 dollars par action, dans une transaction approuvée à l'unanimité par les deux conseils d'administration.

    En 2018, le chiffre d'affaires de Medidata s'est élevé à 636 millions de dollars.

  • "L'Opep proche d'étendre la réduction de la production"

    Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sont proches d'une reconduction des accords visant à réduire les pompages pour soutenir les prix, a déclaré le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis.

    En raison des stocks existants, ces accords devraient rester en place ou être prolongés "au moins jusqu'à la fin de l'année", a déclaré le ministre, Suhail bin Mohammed al Mazroui, en marge d'un forum économique à Montréal. L'Opep, la Russie et d'autres producteurs se sont entendus pour réduire leur production cumulée de 1,2 million de barils par jour depuis le 1er janvier et pour une durée de six mois.

  • "Il n'y a pas de tendance de fond" sur les marchés

    "Ce qui me préoccupe, c'est que le marché réagit essentiellement en fonction de l'actualité et que cette actualité est changeante. Il n'y a pas de tendance de fond."
    Jack Ablin
    directeur des investissements chez Cresset Capital Management

  • Chine: ralentissement de la hausse des prix à la production

    La hausse des prix à la consommation en Chine a accéléré en mai à son rythme le plus rapide en plus d'un an, mais la hausse des prix à la production a ralenti sous l'effet d'une faible demande des produits de base et du ralentissement de l'activité manufacturière, alimentant les inquiétudes sur la santé de l'économie chinoise.

    • L'indice des prix à la production (PPI) a progressé de 0,6% le mois dernier en rythme annuel, montrent les statistiques officielles, conforme aux attentes des analystes interrogés par Reuters après un gain de 0,9% en avril. Ces données, surveillées étroitement par analystes et investisseurs, sont considérées comme un baromètre de la demande industrielle.
    • L'indice des prix à la consommation (CPI) a progressé de 2,7% en mai sur un an, conforme au consensus mais à son rythme le plus élevé depuis février 2018, porté par la hausse des prix du porc.
  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal si vous voulez suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce mercredi 12 juin 2019.

    Au menu du jour: on attend aujourd'hui les chiffres de l'inflation en Chine, l'évolution des prix à la consommation aux États-Unis ainsi que les chiffres du budget fédéral. Par ailleurs, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), doit tenir un discours dans la matinée à l'occasion d'un colloque organisé par la BCE. Côté entreprises, Bone Therapeutics, Renault et Sipef tiennent leur assemblée générale ce mercredi. Soitec doit enfin publier ses résultats annuels après la clôture des marchés.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect