1. Les marchés
  2. Live blog
live

Juncker concède à Trump et fait décoller Wall Street

La Bourse de New York a fini en hausse ce mercredi, portée par des espoirs de détente commerciale entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Les marchés européens avaient auparavant clôturé dans le rouge. Barco au plus haut depuis 1999. Avertissements de Fiat Chrysler et General Motors.
  • A suivre ce jeudi 26 juillet

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Indice GfK du moral des ménages / août
    • Conseil des gouverneurs de la BCE, communiqué sur les taux à 13h45, conférence de presse à 14h30

    Etats-Unis
    • 14h30 Commandes de biens durables / juin

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Daimler / résultats du T2

    Belgique
    • AB InBev / résultats du T2
    • RealDolmen: offre de reprise à 37 euros par action par GFI. Jusqu’au 10 août
    • Tigenix/offre de reprise par Takeda à 1,78 euro par action. Dernier jour. Retrait de la cote après la clôture.

    Résultats S1:
    • Cofinimmo
    • Fin. Tubize
    • Quest for Growth
    • UCB
    • Ontex

    Finlande
    • Nokia / résultats du T2

    Japon
    • Nissan / résultats du T1

    Royaume-Uni
    • Royal Dutch Shell / résultats du T2
    • AstraZeneca / résultats du T2
    • Diageo / résultats du T2

    Espagne
    • Telefonica / résultats du T2

    Etats-Unis
    Résultats du T2 avant Bourse de :
    • American Airlines
    • Mastercard
    • McDonald's

    Résultats du T2 après Bourse de :
    • Amazon
    • Intel
    • Starbucks

    Suisse
    Résultats du T2 de:
    • Nestlé
    • Roche

  • Gilead revoit ses ambitions pour 2018 à la hausse

    La biotech américaine Gilead Sciences a annoncé le départ de son patron John Milligan à l'occasion de la parution de ses résultats du deuxième trimestre, meilleurs que prévu malgré la chute des ventes de ses médicaments contre l'hépatite C.

    Après 28 ans dans l'entreprise, Milligan quittera son poste à la fin de l'année. L'actuel président du conseil d'administration John Martin prévoit également d'abandonner sa fonction à l'arrivée du nouveau patron. L'action du groupe reculait de 2,43% dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse.

    Gilead a dégagé des résultats supérieurs aux attentes pour la période allant d'avril à juin. Le bénéfice net a plongé de 41% à 1,8 milliard de dollars sur un an, mais le bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, s'est élevé à 1,91 dollar, contre 1,56 dollar attendu en moyenne par les analystes.

    Le chiffre d'affaires, à 5,5 milliards de dollars, est également supérieur aux prévisions (5,21 milliards de dollars). Il a pourtant chuté de 21%. Gilead a par ailleurs révisé à la hausse ses prévisions de bénéfice par action et hors éléments exceptionnel pour 2018, désormais attendu dans une fourchette comprise entre 1,50 et 1,60 dollar à la faveur d'un taux d'imposition moins élevé.

  • PayPal voit son bénéfice trimestriel battre les estimations

    PayPal a publié un bénéfice au deuxième trimestre qui a battu les attentes des analystes, car la société a traité plus de paiements - 139 milliards de dollars de paiements au deuxième trimestre, en hausse de 29% par rapport à l'année précédente - pour les commerçants et les consommateurs. Le bénéfice net s'est établi à 526 millions de dollars au deuxième trimestre clos le 30 juin, contre 411 millions de dollars un an plus tôt.

    Les revenus sont passés de 3,13 milliards de dollars à 3,86 milliards de dollars. En excluant les éléments non récurrents, la société a gagné 58 cents par action, dépassant l'estimation moyenne des analystes de 57 cents, selon Thomson Reuters I / B / E / S.

    PayPal a également déclaré que son conseil d'administration avait approuvé 10 milliards de dollars de rachats d'actions.

    Le groupe a augmenté ses prévisions de revenus pour l'année entière passant de 15,2-15,4 à 15,3-15,5 milliards de dollars.

  • Visa au-delà des prévisions

    Visa , le plus grand réseau de paiement au monde, a dépassé les estimations des analystes pour son bénéfice du troisième trimestre, étant donné qu'une économie américaine en expansion encourage plus de gens à utiliser leurs cartes de crédit.

    • Le volume total des paiements a augmenté de 11% à 2,10 billions de dollars, les États-Unis, son plus grand marché, représentant environ 44% du total.
    • Les volumes transfrontaliers - la valeur des transactions effectuées à l'extérieur des États-Unis - ont connu une croissance de 11% au cours du trimestre.

    Les solides résultats de Visa reflètent la forte croissance trimestrielle des activités de cartes de crédit des grandes banques américaines, notamment JPMorgan Chase et Citigroup.

    Le bénéfice net de Visa a atteint 2,33 milliards de dollars au troisième trimestre clos le 30 juin, contre 2,06 milliards de dollars un an plus tôt. Les revenus d'exploitation nets ont augmenté de 15% pour atteindre 5,24 milliards de dollars.

  • Ford abaisse ses prévisions annuelles

    Ford a conclu une journée noire pour l'automobile américaine en prévenant qu'il allait engager une lourde restructuration devant se traduire par une charge de 11 milliards de dollars dans ses comptes dans les trois à cinq prochaines années. Le titre dévissait de près de 5% dans les échanges électroniques suivant la clôture à Wall Street.

    "L'équipe est en train de prendre des décisions difficiles."
    Bob Shanks
    Directeur financier

    Le constructeur automobile n'a pas dit si ces travaux d'Hercule allaient conduire à des suppressions d'emplois et à des fermetures d'usines. Il s'est contenté d'indiquer envisager de revoir le design de certains modèles, de réallouer ses liquidités vers les segments rentables et de réexaminer certains partenariats stratégiques. "L'équipe est en train de prendre des décisions difficiles", a simplement indiqué le directeur financier Bob Shanks, ajoutant que Ford allait abandonner des modèles de voitures non rentables.

    Fin avril, la marque à l'ovale bleu a décidé de ne plus investir dans les voitures compactes en Amérique du nord, région dominée par les grosses voitures. En Asie, et plus particulièrement en Chine, son portefeuille n'a pas été revu depuis longtemps, tandis qu'en Europe le groupe déplore un manque de productivité et un "manque d'efficacité", qui ont conduit à des pertes dans les deux régions lors du deuxième trimestre.

    Un coupable... Trump

    Ces éléments ont conduit Ford à abaisser son principal objectif financier annuel. Le bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, est maintenant attendu entre 1,30 et 1,50 dollar contre de 1,45 à 1,70 dollar auparavant Ford rejoint ainsi General Motors (GM) et Fiat Chrysler, qui ont revu en début de journée leurs ambitions à la baisse.

    ©AFP

    Les trois géants de Detroit, sanctionnés en Bourse, sont confrontés à des incertitudes liées à la guerre commerciale enclenchée par le président Donald Trump, qui a décidé d'imposer de nouveaux tarifs douaniers de 25% et 10% sur respectivement des importations d'acier et d'aluminium. Cette mesure, suivie par une riposte des pays affectés (Chine, Canada, Mexique et Union européenne notamment), a entraîné une flambée des prix de ces deux matériaux comptant pour plus de la moitié des composants d'une voiture.

    Le locataire de la Maison Blanche menace aussi de taxer lourdement des importations de voitures. Au deuxième trimestre, le bénéfice net de Ford a chuté de 48% à 1,07 milliard de dollars, tandis que le chiffre d'affaires a reculé de 2,4% à 38,92 milliards.

  • Facebook déçoit et chute après-Bourse

    Facebook a attiré moins d'utilisateurs que prévu et a dévoilé un chiffre d'affaires décevant au 2e trimestre. Le titre n'a pas tardé à dévisser à Wall Street.

    → Lire le compte-rendu

  • Juncker concède à Trump et fait décoller Wall Street

    Les marchés US ont fini en hausse ce mercredi, portés par des espoirs de détente commerciale entre les Etats-Unis et l'UE. Alors que le Dow naviguait autour de l'équilibre et que le Nasdaq et le S&P 500 n'étaient qu'en faible hausse, une information sortie dans la presse les a fait décoller. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, en visite à la Maison Blanche pour discuter du commerce avec le président américain, aurait fait d'importantes concessions pour éviter une guerre commerciale.

    Juncker aurait ainsi accepté que l'Union s'engage à importer davantage de soja, qu'elle réduise ses droits de douane dans l'industrie et qu'elle agisse davantage sur les exportations de gaz naturel liquéfiéA la clôture, le Dow a ainsi pris 0,68% à 25.414,10 points. Le Nasdaq a gagné 1,17% à 7.932,24 points. Le S&P 500 a avancé de 0,91% à 2.846,07 points.

    Les marchés étaient aussi bien orientés grâce à l'optimisme autour des résultats d'entreprises. Sur les 148 entreprises du S&P 500 qui ont publiés leurs résultats du 2e trimestre, près de 86% ont dépassé les prévisions de Wall Street, un record remontant à 1994.

  • Wall Street clôture en hausse

    • Le Dow Jones a gagné 0,64% à 25.404,12 points.
    • Le Nasdaq a pris 1,17% à 7.932,24 points.
    • Le S&P 500 a avancé de 0,71% à 2.840,33 points.
  • Le pétrole finit en hausse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé ce mercredi en hausse marquée sur le marché new-yorkais Nymex, les stocks de brut aux Etats-Unis étant tombés la semaine dernière à leur plus bas niveau depuis février 2015.

    • Le contrat septembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 78 cents, soit 1,14%, à 69,30 dollars le baril.
    • Au moment de la clôture du Nymex, le Brent prenait 49 cents (+0,67%) à 73,93 dollars.

    Les stocks américains de pétrole brut ont baissé de 6,15 millions de barils dans la semaine au 20 juillet, alors que les économistes attendaient une baisse de 2,3 millions de barils. Cette statistique a contribué à dissiper une partie des craintes relatives à un excédent d'offre sur le marché, qui ont pesé sur les cours ces dernières semaines.

  • Les tensions commerciales pèsent à nouveau sur les marchés

    Les Bourses européennes ont terminé la journée dans le rouge, dans un contexte de marché dominé par les craintes de conflit commercial, plusieurs entreprises ayant averti de l'impact des tarifs douaniers sur leurs résultats tandis que le compartiment automobile a été sous pression avant la rencontre entre Donald Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. 

    À Paris, le CAC 40 a reculé de 0,14% à 5.426,41 points. À Francfort, le Dax a cédé 0,87% et à Londres, le FTSE a lâché 0,66%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a abandonné 0,4%, l'EuroStoxx50 de la zone euro a perdu 0,43% et le Stoxx 600 s'est replié de 0,26%.

    Plus forte baisse sectorielle, le secteur automobile a chuté de 2,9% avant la rencontre prévue à Washington ce mercredi entre Jean-Claude Juncker et Donald Trump.La baisse s'est accentuée en fin de séance, des traders évoquant un article du Washington Post selon lequel Donald Trump est bien décidé à mettre en oeuvredes tarifs douaniers de 25% sur les importations automobiles des Etats-Unis. Ce sujet devrait être au coeur des négociations entre Jean-Claude Juncker et le président américain mercredi, mais les discussions s'annoncent donc difficiles. 

    Le compartiment automobile a aussi souffert du plongeon de Fiat Chrysler(-15,5%) en réaction à l'abaissement des objectifs pour 2018 intervenu peu après l'annonce du décès de Sergio Marchionne. Autre compartiment soumis aux tensions commerciales, l'indice européen des ressources de base a reculé de 0,83%. 

    A Paris, le groupe minier Eramet a décroché de 16,08% après avoir prévenu d'une visibilité "limitée" en raison des incertitudes liées aux tensionscommerciales qui augmentent la volatilité des matières premières.

    STMicroelectronics a perdu pour sa part 8,83%, en dépit de la publication de résultats en hausse pour le deuxième trimestre. Les prévisions du groupe ont été jugées timides et si STMicro a indiqué que l'impact des tensions commerciales était pour l'instant "négligeable" sur ses résultats, le fabricant de semi-conducteurs a dit surveiller de près la situation.

  • Plus haut historique pour Facebook

    L'action a touché un sommet avant la publication des résultats du deuxième trimestre du groupe, après Bourse.

  • Clôture en baisse sur les marchés européens

    Bel20: +0,01%

    CAC40: -0,25%

    AEX: -0,16%

    DAX: -1,03%

    FTSE100: -0,81%

    Stoxx 50: -0,58%

  • Fort recul des stocks de brut aux USA

    Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont affiché une baisse plus marquée que prévu la semaine dernière, les réserves d'essence et de produits distillés ayant également reculé, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).Lors de la semaine achevée le 20 juillet, les réserves commerciales de brut ont reculé de 6,1 millions de barils pour s'établir à 404,9 Mb, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg prévoyaient un repli plus modeste de 3 millions de barils après une hausse de 5,8 millions de barils la semaine dernière.

  • STMicroelectronics dégringole

    Le fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics (ST) a enregistré des résultats en croissance et conformes aux attentes au 2ème trimestre, ce qui ne l'a pas empêché de dévisser de plus 8% en Bourse.
    Le titre perd 8,38% à 18,85 euros, le marché semblant déçu que STMicroelectronics n'aie pas, comme son concurrent suisse AMS, surpassé ses prévisions pour les trois mois écoulés.

    Le bénéfice net a atteint 261 millions de dollars et le chiffre d'affaires a crû de 18% à 2,27 milliards de dollars au second trimestre, avec "une croissance à deux chiffres dans tous les groupes de produits", a souligné Jean-Marc Chery, le nouveau PDG du groupe. Ces résultats dépassent largement le consensus d'analystes de l'agence de données financières Factset, qui tablait sur un chiffre d'affaires de 1,9 milliard de dollars et un bénéfice net de 212 millions de dollars.

    A 613 millions de dollars, le chiffre d'affaires des capteurs et produits analogiques progressent de 10,7% sur an, mais reculent toutefois de 6,4% par rapport au premier trimestre. Ce déclin est lié à une baisse temporaire sur le marché des smartphones en général, a expliqué M. Chéry 

  • Les cours du pétrole remontent

    Les cours du pétrole sont montés avant les données hebdomadaires officielles sur les réserves américaines, la fédération professionnelle ayant déjà fait état d'une baisse des stocks de brut.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 73,87 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 43 cents par rapport à la clôture de mardi.Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance prenait 27 cents à 68,79 dollars une heure après son ouverture.

    Les marchés attendent la publication en cours de séance des données hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les stocks de pétrole des Etats-Unis arrêtés au 20 juillet après les très fortes variations observées au cours des semaines précédentes.Les analystes tablent sur une baisse de 3 millions de barils des stocks de brut, de 1,1 million de barils des réserves d'essence et d'une hausse de 550.000 barils de celles d'autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel), selon la médiane d'un consensus compilé par Bloomberg.µ

    L'API, dont les données sont jugées un peu moins fiables par les acteurs du marché, a fait état mardi soir d'une baisse de 3,16 millions de barils des stocks de brut, ainsi que d'une baisse très marquée des stocks d'essence (-4,87 millions de barils).

  • Le point sur les marchés après l'ouverture de Wall Street

    Wall Street a ouvert mercredi en ordre dispersé et sur de faibles variations, après des résultats jugés décevants pour Boeing et General Motors, ce dernier ayant acté l'impact négatif des tarifs douaniers sur son activité.
    Les investisseurs attendent par ailleurs la réunion prévue à Washington entre le président de la Commission européenne,Jean-Claude Juncker et le président américain Donald Trump.

    Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 64,08 points, soit un repli de 0,25%, à 25.177,86 points. Le Standard & Poor's 500, plus large,est pratiquement inchangé (+0,03%) à 2.821,20 points et le Nasdaq Composite prend 0,23% à 7.858,92 points.

    L'indice Dow Jones est notamment pénalisé par le repli de Boeing (-1,99%). L'avionneur américain a abaissé sa prévision de marges pour sa division défense en raison de coûts plus élevés sur le programme de l'avion ravitailleur KC-46.

    De son côté, le constructeur automobile General Motors a abaissé sa prévision de bénéfice pour 2018, évoquant la hausse des prix de l'acier et de l'aluminium due aux droits de douane imposés par l'administration Trump.
    L'action chute de 6,28%.

    Cet avertissement relance les inquiétudes autour des tensions commerciales et de leurs éventuels effets sur l'activité économique mondiale.

    Ceci pèse sur les Bourses européennes. Le Cac40 lâche 0,16% et le Dax 0,62%.

     

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones -0,18%, Nasdaq -0,02%

  • "Le marché fera peut-être la grimace ce soir si la rencontre entre le président de la Commission européenne et le locataire de la Maison-Blanche se révèle acrimonieuse, ce qui est assez probable."
    Les analyste de Aurel BGC

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les valeurs à suivre à Wall Street

    * GENERAL MOTORS perd 3,3% en avant-Bourse après avoir fait état d'un bénéfice trimestriel en repli et avoir revu à la baisse sa prévision de bénéfice annuel en raison de l'augmentation des coûts des matières premières.

    * FIAT CHRYSLER - L'action cotée à Wall Street du constructeur italo-américain, dont l'ancien patron Sergio Marchionne vient de mourir, perd plus de 7% en avant-Bourse après la publication de ses résultats trimestriels et la révision à la baisse de sa prévision de bénéfice ajusté annuel.

    * COCA-COLA a fait état mercredi d'un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes grâce au succès de ses sodas allégés en sucre.

    * AT&T a gagné en net 46.000 nouveaux abonnés mobiles au forfait mensuel au deuxième trimestre, alors que Wall Street n'en attendait que 14.000, selon le consultant FactSet, ce qui montre que le deuxième opérateur mobile américain parvient encore à trouver de la croissance dans un marché saturé.

    * ANTHEM a fait état mercredi d'un bénéfice trimestiel en hausse de 23% et a relevé dans la foulée sa prévision de bénéfice annuel.

    * TEXAS INSTRUMENTS, dont le directeur général Brian Crutcher a démissionné voici une semaine, a dit mardi prévoir un bénéfice et un chiffre d'affaires meilleurs que prévu au troisième trimestre grâce à la croissance des ventes de semiconducteurs employés dans les voitures et les machines industrielles.

    * APPLE - Le sud-coréen LG Display, un des grands fournisseurs d'Apple, a annoncé mercredi une réduction de 3.000 milliards de wons (2,3 milliards d'euros) de ses investissements d'ici à 2020 après avoir accusé une deuxième perte trimestrielle consécutive dans un contexte d'incertitudes sur l'évolution du marché mondial des smartphones.

    * QUALCOMM/NXP - L'offre de Qualcomm de racheter NXP pour 44 milliards de dollars (37,64 milliards d'euros) expire ce mercredi et attend toujours le feu vert des régulateurs chinois.

    * AMAZON a annoncé que Jason Ropell, qui dirigeait son activité de cinéma, allait quitter le groupe, ce qui pourrait signaler un virage d'Amazon Studios des films d'auteurs vers un cinéma plus commercial.

  • Wall Street attendue en baisse après les annonces de Boeing et de General Motors

    Boeing abandonne 3% dans les échanges d'avant Bourse, l'annonce d'une hausse de 25,5% à 2,2 milliards de dollars de son bénéfice trimestriel étant inférieur aux attentes.

    L'annonce de Boeing intervient quelques minutes après la révision à la baisse par General Motors de ses prévisions de résultats annuels. L'action du constructeur automobile chute de 5% en avant Bourse.

    Les contrats à terme sur Wall Street chutent, en réaction aux publications de Boeing et de General Motors.

    L'indice Dow Jones devrait ouvrir sur un recul de 0,45%, le S&P 500 de 0,23% et le Nasdaq 100 de 0,13%.

  • General Motors chute de 5% en préouverture

    General Motors dégringole de 5% dans les échanges d'avant Bourse.

    General Motors (GM) abaisse ses prévisions annuelles, invoquant la hausse des coûts des matières premières sur fond de nouvelles taxes sur les importations d'acier et d'aluminium imposées par l'administration Trump et la dévaluation "sans précédent" du real brésilien et du peso argentin.

    Le constructeur automobile américain ne table désormais plus que sur un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 6 dollars pour l'année contre une fourchette de 6,30 à 6,60 dollars, après avoir publié un bénéfice net de 2,39 milliards de dollars au deuxième trimestre, en hausse de 44% sur un an.

  • Fiat Chrysler: -10%

    Le constructeur automobile Fiat Chrysler , dont l'emblématique patron pendant 14 ans vient de décédé, revoit à la baisse une partie de ses objectifs pour 2018 après avoir enregistré une chute de son bénéfice net de 35% au deuxième trimestre.

    Le bénéfice net atteint 754 millions d'euros, nettement en dessous des attentes des analystes, qui tablaient sur 1,299 milliard d'euros, selon le consensus Factset Estimates.

    L'action perd 10% à la Bourse de Milan.

     

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    Les Bourses prudentes avant la réunion Trump Juncker

    1. Les Bourses européennes évoluent sans grand changement, les investisseurs devant digérer de multiples publications de résultats d'entreprises avant la réunion, très attendue, entre Donald Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

    2. À Paris, le CAC 40 est pratiquement inchangé (-0,03%). À Francfort, le Dax cède 0,41% et à Londres, le FTSE lâche 0,79%. L'indice DJ Stoxx 600 se replie de 0,18%.

    3. Les annonces européennes du jour sont diversement accueillies. A Paris, Seb (+10,92%), TF1 (+5,03%) et LVMH (+1,61%) sont salués après leurs publications trimestrielles.

    4. STMicroelectronics recule de 4,12% après la publication de ses comptes du deuxième trimestre, a indiqué que l'impact de ces tensions était pour l'instant "négligeable".

    5. De son côté, le groupe minier Eramet, qui décroche de 21,83%, a prévenu d'une visibilité "limitée" en raison des incertitudes liées aux tensions commerciales qui augmentent la volatilité des matières premières.

    6. Dans l'attente de connaître l'issue de la réunion entre Trump et Juncker, le secteur automobile est sous pression (-0,52%). Autre compartiment soumis aux tensions commerciales, l'indice des ressources de base recule de 1,14%.

    7. L'euro progresse légèrement face au dollar, évoluant juste en dessous du seuil de 1,17 dollar, les cambistes attendant également la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi. La banque centrale pourrait préciser jeudi le calendrier de sa prochaine hausse de taux ainsi que ses projets concernant le réinvestissements des obligations achetées dans le cadre du QE.

  • Barco au plus haut depuis 1999

    Barco bondit de 7,6% à 119 euros, signant sa quatrième consécutive de progression et retrouvant ses plus hauts niveaux depuis 1999.

    L'analyse Marc Hesselink d'ING a repris la couverture du titre avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 135 euros.

    "L'entreprise est sur la voie de réaliser une croissance organique et des marges plus élevées" explique Marc Hesselink. "Nous prévoyons un taux de croissance moyen du résultat opérationne de 15% entre 2017 et 2022." L'analyste met en avant les bonnes prévisions pour les différents marchés de niche de Barco. "Le cinéma digital est en marche pour un cycle remplacement. ClickShare reste le plus important outil sans fil pour les présentations d'entreprises, le département des salles de contrôles est en plein essor et dans les soins de santé il y a un solide flux de commandes..."

    Le CEO de Barco, Jan De Witte, a conquis de nombreux fans malgré des résultats semestriels peu convaincants. Au début de cette semaine, Berenberg a organisé un road show à Londres avec Barco, couplé à une recommandation d'achat.

  • L'emblématique patron de Fiat Chrysler, Sergio Marchionne, est décédé

    L'emblématique patron de Fiat Chrysler , Sergio Marchionne, est décédé, annonce le journal italien La Repubblica. A la veille du week-end, des conseils d'administration avaient désigné ses successeurs à la tête de Fiat Crysler et des autres postes qu'il occupait.

    Opéré à l'épaule fin juin, il a souffert de complications en série jusqu'à une nouvelle détérioration vendredi dernier. Il avait 66 ans.

  • Nette accélération du crédit aux entreprises et de M3 en juin

    La croissance du crédit aux entreprises a accéléré en juin à son rythme le plus élevé depuis la crise financière de 2008 et la hausse de l'agrégat monétaire M3, considéré comme un bon indicateur avancé de l'activité et de l'inflation, a aussi accéléré de manière inattendue.

    → Les prêts aux entreprises non financières ont augmenté de 4,1% le mois dernier sur un an contre +3,7% en mai, montrent les données mensuelles publiées mercredi par la Banque centrale européenne (BCE).

    → La croissance des crédits aux ménages a pour sa part atteint 2,9%, inchangée par rapport aux deux mois précédents.

    Quant au taux de croissance de l'agrégat monétaire M3, il s'est établi à 4,4% en rythme annuel en juin, après 4,0% en mai et un consensus de +4,0% également.

  • Le point sur les marchés

    Les résultats animent la cote, Juncker doit rencontrer Trump, spéculations sur Ageas

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé en début de séance, des résultats trimestriels diversement accueillis animant la cote dans l'attente de l'issue de la rencontre sur les tarifs douaniers prévue à Washington entre Donald Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

    2. Paris gagne 0,24%, mais Francfort cède 0,11%, Amsterdam 0,12% et Londres 0,33%. L'indice DJ Stoxx 600 (+0,01%) est à l'équilibre.

    3. Signe d'une certaine nervosité avant la rencontre entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker, les secteurs sensibles aux tensions commerciales baissent en Bourse en Europe. L'indice Stoxx des ressources de base abandonne 1,00%, l'automobile 0,76% et la technologie 0,63%.

    4. A Paris, l'une des plus fortes hausses du CAC 40 est pour LVMH qui prend 1,10% au lendemain de la publication de résultats semestriels en forte hausse, portés par le puissant moteur Louis Vuitton, qui tourne à plein régime y compris en Chine.

    5. PSA gagne encore 1,53%, porté par des relèvements de recommandation et d'objectif de cours par plusieurs intermédiaires au lendemain de la publication de résultats applaudis par le marché.

    6. La plus forte baisse de l'indice parisien est pour STMicroelectronics qui perd 3,16%, des analystes s'inquiétant pour les marges malgré la publication de résultats en hausse au deuxième trimestre.

    7. Par ailleurs, les résultats de SEB (+10,17%) sont bruyamment salués, ceux d'Eramet (-13,14%) lourdement sanctionnés.

    8. A Francfort, les résultats de Deutsche Bank se traduisent par un repli de 1,9% de l'action représentative.

    9. A Bruxelles, les spéculations d'une offre de Fosun sur Ageas dope l'action du groupe d'assurances qui bondit de 5,55%.

  • Le baromètre Ifo légèrement supérieur aux attentes

    Le moral des entrepreneurs allemands est resté quasiment stable en juillet à 101,7 points, contre 101,8 points le mois précédent, tandis que les attentes ont baissé dans un contexte de tensions commerciales internationales, selon le baromètre Ifo publié mercredi.

    Basé sur le sondage d'environ 9.000 entreprises, cet indicateur très suivi, qui permet d'avoir un avant-goût de l'activité économique dans les mois à venir, est ressorti légèrement au-dessus des attentes (101,5 points) des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.

     

    "Les entreprises sont un peu plus satisfaites de leur situation actuelle mais elles ont légèrement réduit leurs anticipations. L'économie allemande continue de croître mais à un rythme plus lent."
    Clemens Fuest
    Président de l'Ifo

  • "Lucerne n'est pas raisonnable"

    Telenet est "en désaccord total" avec son actionnaire minoritaire Lucerne et il trouve la deadline du 1er août "déraisonnable". C'est en substance le contenu de la lettre envoyée par l'opérateur télécom à Lucerne, selon Bloomberg.

    Pour mémoire: Lucerne exige avant la publication des résultats semestriels le 1er août la clarté sur la relation entre Telenet et Liberty , son principal actionnaire.

  • Kepler Cheuvreux relève son conseil sur Ageas

    Kepler Cheuvreux relève son conseil sur Ageas après l'intérêt potentiel de Fosun pour le groupe d'assurances. Le rating passe de "vendre" à "conserver" et l'objectif de cours est relevé à 40 euros contre 37,7, compte tenu "d'une probabilité plus importante d'un scénario de rupture".

  • Argenx: -2,55%

    Argenx perd 2,55%, lanterne rouge d'un indice Bel20 qui gagne 0,46% à 3.879,89 points.

    La biotech a indiqué ce matin que les données complètes du test de phase de l'Efgartigimod (FcRn) ont été publiées dans le Journal of Clinical Investigation. Pour rappel, Argenx teste le candidat médicament pour le traitement de plusieurs maladies immunes.

    Les données complètes de la phase I du candidat-médicament efgartigimod  sur des patients en bonne santé ainsi que les données précliniques sont maintenant accessibles au public sur le site Web de la JCI. Cela permettra un examen plus approfondi des propriétés du médicament, également en comparaison avec son avantage concurrentiel sur d'autres médicaments en cours de développement ciblant la même voie, indique Sandra Cauwenberghs, analyste chez KBC Securities. La recommandation est maintenue à "accumuler" avec un objectif de cours de 87 euros.

  • Ageas: +4,28%

    Ageas : +4,28% dans les premiers échanges, après des informations de Bloomberg indiquant un intérêt de la part de Fosun pour le groupe belge.

  • | Opening Bell |

    Les indices actions ouvrent en ordre dispersé, digérant une nouvelle série de résultats, dans l'attente de la rencontre entre le président américain Donald Trump et le chef de l'exécutif européen Jean-Claude Juncker visant à désamorcer le conflit commercial en cours.

    • Bruxelles: +0,16%
    • Amsterdam: -0,14%
    • Francfort: -0,07%
    • Paris: +0,19%
    • DJ Stoxx 600: +0,07%

  • KBCS sur Ageas

    "Il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives de ce qui semble n'être que spéculation à ce stade. Les rumeurs pourraient susciter un peu d'enthousiasme à la hausse. Pour le moment, nous ne modifions pas notre dossier d'investissement. Le rating conserver est confirmé avec un objectif de cours de 44 euros."
    KBC Securities

  • Tokyo aidée par les résultats américains

    La Bourse de Tokyo a clôturé dans le vert, saluant de solides résultats d'entreprises américaines, dans un climat attentiste avant une rencontre sous tension entre Donald Trump et le chef de l'exécutif européen Jean-Claude Juncker.

    L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 0,46%, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pris 0,38%.

  • Premiers signes d'amélioration chez Deutsche Bank

    Deutsche Bank annonce une baisse de 14% de son bénéfice net au deuxième trimestre qui marque toutefois un début d'amélioration pour la première banque allemande engagée dans une lourde restructuration.

    Deutsche Bank avait dit la semaine dernière s'attendre à publier des résultats trimestriels nettement supérieurs au consensus.

    Le bénéfice net sur la période avril-juin s'est établi à 401 millions d'euros contre 466 millions un an auparavant.

    La banque a stabilisé son produit net bancaire qui est ressorti stable par rapport à la période correspondante un an auparavant à 6,6 milliards d'euros. Il avait baissé de 10% au deuxième trimestre 2017.

    Les provisions pour litiges ont été ramenées à 1,4 milliard d'euros contre 1,9 milliard d'euros au trimestre précédent.

    "Nous conduisons d'importants changements dans nos activités principales comme promis, nous allons dans la bonne direction sur les coûts et la qualité de notre bilan est solide."
    Christian Sewing
    Président du directoire de Deutsche Bank

     

  • "Fosun envisage une offre sur Ageas"

    Ageas , la première compagnie d'assurance en Belgique, est dans le collimateur de Fosun, un mégaconglomérat chinois coté en Bourse, selon des sources de l'agence de presse Bloomberg. Chez Ageas, on indique n'avoir aucun indication d'un quelconque intérêt.

    Une prise de contrôle totale ou partielle, un partenariat avec un partenaire pour scinder l'entreprise ou simplement une augmentation de sa participation existante d'un peu plus de 3%. Selon des sources anonymes de l'agence de presse Bloomberg, presque tous les scénarios envisageables sont sur la table. Une décision finale n'a pas encore été prise, et il est également possible qu'il n'y ait pas d'accord du tout, indiquait Bloomberg mardi soir.

    Ageas affichait mardi soir une capitalisation boursière de 9,1 milliards.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Repli en vue en Europe, avant la rencontre entre Donald Trump et Jean-Claude Juncker

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en léger repli à l'ouverture après leur progression de la veille, les tensions commerciales revenant dans l'actualité avec la rencontre prévue à Washington entre Donald Trump et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre autour de 0,1% à l'ouverture, de même que le FTSE à Londres. Le Dax à Francfort reculerait pour sa part de 0,3%.

    3. Jean-Claude Juncker devrait tenter d'expliquer au président américain que la Commission européenne coordonne la politique commerciale des 28 Etats membres de l'UE et que Washington ne peut conclure un accord commercial avec un seul d'entre eux.

    4. En attendant l'issue de la rencontre de Washington, les résultats trimestriels devraient encore dicter le ton dans des marchés rassurés par la volonté affichée par Pékin de prendre des mesures pour relancer son économie.

    5. Les nouvelles venues de Chine continuent de porter les marchés asiatiques : la Bourse de Tokyo gagne 0,4% à l'approche de la clôture, l'indice composite de la Bourse de Shanghaï prend 1% et l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) progresse de 0,2%.

    6. Sur le marché des changes, le billet vert se stabilise face à un panier de devises de référence et l'euro perd un peu de terrain, autour de 1,168 dollar. Le yuan, lui, s'éloigne un peu d'un creux de 13 mois atteint la veille faceau dollar sur des anticipations de stimulation monétaire en Chine.

    7. Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans se stabilise autour de 2,94% après avoir atteint mardi un pic de six semaines à 2,973%. Ce taux a grimpé cette semaine sur des signaux paraissant annoncer une politique monétaire moins accommodante de la part de la Banque du Japon.

  • Agenda du mercredi 25 juillet

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 10h Indice IFO du climat des affaires/juillet

    Etats-Unis
    • 16h Ventes de logements neufs/juin

    Zone euro
    • 10h Masse monétaire M3 et crédit au secteur privé pour le mois de juin

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Deutsche Bank/résultats du T2

    Belgique
    • Global Graphics: résultats semestriels
    • RealDolmen: offre de reprise à 37 euros par action par GFI. Jusqu’au 10 août
    • Retail Estates: cotation ex-dividende
    • Tigenix/offre de reprise par Takeda à 1,78 euro par action. Jusqu’au 26 juillet

    Etats-Unis
    Résultats T2 avant Bourse de:
    • Boeing
    • General Motors
    • Coca-Cola
    • Ford
    • Procter & Gamble

    Résultats T2 après Bourse de:
    • Qualcomm
    • Visa
    • Facebook

    Italie
    • Fiat Chrysler Automobiles / résultats du T2

    Royaume-Uni
    • GlaxoSmithKline/résultats du T2

    Espagne
    • Santander/résultats du T2

  • Bonjour

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect