1. Les marchés
  2. Live blog
live

KBC et ING font repartir le Bel 20 à la hausse

Les marchés européens ont clôturé en nette hausse ce mercredi, effaçant une partie des pertes enregistrées la veille. Les prix pétroliers ont vivement rebondi à l'annonce de tensions au Moyen-Orient. À Bruxelles, les banques ont soutenu la tendance.
  • Fin du Market Live

    Le "Market Live", c'est terminé pour aujourd'hui! On se retrouve demain, à partir de 07h30, pour une nouvelle édition.

    À l'agenda: de nombreux résultats d'entreprises sont au programme, avant et après l'ouverture des marchés. Les investisseurs suivront aussi la publication d'indices PMI manufacturiers en zone euro ou encore les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux États-Unis.

    À demain!

  • Résumé de la séance

    Retour au vert pour les principaux indices actions en Europe, portés notamment par le rebond des prix pétroliers. "Après deux séances difficiles, la séance a été un peu meilleure", notamment grâce à "la tentative de stabilisation des cours du pétrole", même si "la situation risque de rester compliquée, car la demande ne va pas exploser du jour au lendemain" dans le contexte actuel, a résumé Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

    Le CAC 40 a progressé de 1,25%, le Dax allemand de 1,61% et le Footsie britannique de 2,3%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté pris 1,80%.

    À Bruxelles, le Bel 20 a terminé sur un bond de 1,45% à 2.950,37 points. Parmi les rares valeurs en baisse, Solvay a reculé de 1,52% à 66,12 euros et UCB de 1,24% à 82,96 euros.

    Le titre Barco a bondi de 4,01% à 137,50 euros malgré un chiffre d'affaires inférieur aux attentes pour le premier trimestre. Le groupe spécialisé dans les technologies de l’image a vu ses revenus baisser de 2,9% à 235,7 millions d’euros. Mais la plupart des analystes restent confiants.

    L'action Aedifica a été suspendue en cours de séance. La société immobilière a annoncé le lancement d'une augmentation de capital via un placement privé d’un maximum de 2,46 millions d’actions nouvelles. Elle espère récolter environ 220 millions d'euros, qui lui permettront notamment de refinancer l’acquisition d’Hoivatilat.

  • Clôture des marchés européens

    AEX +2,80%

    BEL 20 +1,45%

    CAC 40 +1,25%

  • USA: nouvelle hausse des stocks de pétrole

    Les stocks américains de pétrole brut ont augmenté la semaine dernière pour atteindre leur plus haut niveau depuis mai 2017, montrent les données publiées par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Les stocks de brut ont augmenté de 15 millions de barils à 518,6 millions sur la semaine au 17 avril, un chiffre globalement en ligne avec les attentes des économistes qui prévoyaient en moyenne une progression de 15,2 millions.

    • Les stocks au terminal de Cushing, dans l'Oklahoma, référence pour les contrats à terme sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) ont atteint leur plus haut niveau depuis novembre 2017 avec une hausse de 4,8 millions de barils la semaine dernière, a précisé l'EIA.  
    • En dépit d'une augmentation nettement moins importante que prévu (+1,0 million de barils), les stocks d'essence ont quant à eux atteint un niveau record à 263,2 millions de barils.
  • Facebook s'associe au puissant conglomérat indien Reliance Industries

    Facebook   a annoncé un investissement de 5,7 milliards de dollars dans Jio Platforms, qui va lui donner le contrôle de 9,99% de cette filiale numérique du conglomérat Reliance Industries et lui permettre de s'implanter dans le marché du e-commerce en Inde. Il s'agit d'un des plus grands investissements étrangers réalisés en Inde, qui fera de Facebook le premier actionnaire minoritaire de Jio Platforms, propriété de Mukesh Ambani, l'homme le plus riche d'Inde.

    Facebook a expliqué que cet investissement devait lui permettre de conjuguer "la puissance de WhatsApp", sa messagerie, à Jio Platforms, et ce pour générer de la croissance. L'Inde est le premier marché du groupe californien, avec environ 400 millions d'utilisateurs.

  • Air France-KLM proche d'un accord sur un plan d'aide

    Le groupe Air France-KLM  s'est rapproché d'un accord sur un plan de secours de 10 milliards d'euros appuyé par des garanties publiques, a appris Reuters auprès de plusieurs sources, après que la France a accepté de revoir à la hausse ses garanties sur les prêts qui doivent permettre au groupe de surmonter la crise du coronavirus.

    Paris est prêt à garantir désormais 90% voire davantage des prêts bancaires dont Air France a absolument besoin pour traverser la crise, contre 70% à l'origine, ont précisé deux personnes proches du dossier.

  • Le WTI américain accélère son rebond

  • "La zone euro vouée à la pire récession de son histoire"

    L'économie de la zone euro est déjà entrée dans la pire récession de son histoire, montre une enquête de Reuters auprès d'économistes, et la situation pourrait encore se dégrader en raison du maintien des mesures de confinement en vigueur dans la plupart des pays de la région.

    L'enquête, réalisée entre le 14 et le 22 avril, prédit une contraction de 3,1% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro au premier trimestre et de 9,6% au deuxième, du jamais vu. Ces chiffres étaient de 3,3% et 9,3% respectivement dans une enquête similaire publiée le 3 avril. La région renouerait avec la croissance à partir du troisième trimestre avec un rebond de 5,2% du PIB sur juillet-septembre et de 2,9% sur octobre-décembre (contre 6,0% et 2,0% dans l'enquête précédente).

    Mais 95% des économistes interrogés reconnaissent que les risques entourant leurs prévisions pour le second semestre sont surtout orientés à la baisse.

    "Plus la récession sera profonde, plus elle durera, plus il y aura un risque de voir le potentiel d'offre de l'économie compromis car la probabilité que les salariés soient au chômage et que les compagnies déposent le bilan sera élevée. La réponse politique a jusqu'à présent été moins décisive. C'est pourquoi nous ne nous attendons pas à retrouver rapidement les prévisions de croissance antérieures."
    Spyros Andreopoulos
    économiste senior pour l'Europe chez BNP Paribas

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en nette hausse : Dow Jones +1,8%, S&P 500 +1,9% et Nasdaq +1,9%

  • Le pétrole reprend des couleurs et entraîne Wall Street à la hausse

    Le pétrole rebondi de plus de 10%, récupérant une partie des pertes importantes encaissées ces derniers jours et après une séance de négociation volatile qui a vu le baril de pétrole Brent tomber à son plus bas niveau en plus de 20 ans.

    > Le West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en juin gagne 15,64%, pour se négocier à 13,39 dollars le baril. Plus tôt dans la session, le WTI s'était échangé à 10,26 dollars.

    > Le baril Brent gagne 7,14% à 20,71 dollars, après avoir déjà chuté en dessous de 16 dollars un peu plus tôt.

    Ces progressions doivent être relativisées, compte tenu de la baisse de plus de 70% du pétrole cette année.

    Les contrats à terme sur Wall Street renforcent leur progression dans la foulée. Le Dow Jones est attendu en hausse de 1,5%, le S&P de 1,6% et le Nasdaq de 1,4%.

  • Placement privé pour Aedifica, l'action est suspendue

    Aedifica annonce sa volonté de réaliser une augmentation de capital par le biais d'un "accelerated bookbuilding".

    La SIR entend émettre un maximum de 2.460.115 nouvelles actions dans le cadre d'une procédure accélérée de constitution d’un livre d’ordres auprès d'investisseurs institutionnels internationaux. Sur la base du cours de clôture des actions du 21 avril 2020 (90,40 euro/action), l'opération rapportera un montant maximum brut de 222,4 millions d'euros. L'opération débute immédiatement. Les résultats seront publiés dans un communiqué de presse, qui devrait être publié "le ou vers le 23 avril 2020".

    L'objectif principal de l'offre est double:

    • Refinancer partiellement l'acquisition de Hoivatilat;
    • Renforcer le bilan en diminuant le taux d’endettement.
  • Suspension de l'action Aedifica

    L'action Aedifica est suspendue dans l'attente d'un communiqué de l'émetteur, selon un communiqué de la FSMA.

  • Les futures US bien orientés | Netflix, Texas Instruments et Snap à suivre

    Les contrats à terme sur Wall Street progressent, laissant entrevoir une ouverture en hausse d'un peu plus de 1%. Le Dow Jones a cédé mardi 2,67%, le S&P 500 a perdu 3,07% et le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 3,48%.

    Les onze indices sectoriels composant le S&P 500 ont tous reculé d'au moins 1,6%, le secteur de l'énergie clôturant sur un nouveau repli, le septième en huit séances, sur fond d'effondrement des cours du pétrole.

    Le Sénat des Etats-Unis a voté par ailleurs mardi un plan d'aide d'environ 500 milliards de dollars supplémentaires pour aider les petites et moyennes entreprises et soutenir les hôpitaux face à la crise issue de la pandémie de coronavirus. Le texte pourrait être soumis au vote à la Chambre des représentants, à majorité démocrate, dès jeudi.

    Quelques valeurs à suivre:

    > Netflix gagne 0,5% en avant bourse. Le groupe qui a publié ses résultats après la clôture mardi a attiré deux fois plus de nouveaux abonnés que prévu au premier trimestre.

    > Texas Instruments a fait état mardi de résultats meilleurs que prévu au titre du premier trimestre, mais prévoit un bénéfice et un chiffre d'affaires en deçà des attentes pour le trimestre en cours. Le titre gagne 2% dans les échanges avant-Bourse.

    > Snap a gagné 20% mardi dans les échanges après la clôture de Wall Street après avoir publié un chiffre d'affaires trimestriel et un nombre d'usagers de son application Snapchat supérieurs aux attentes.

    > United Airlines a l'intention de procéder à une augmentation de capital pour lever un milliard de dollars afin de renforcer son bilan pendant la crise du coronavirus. Cette émission de titres se fera au prix de 26,50 dollars par action, soit un rabais de 4,9% par rapport à la clôture mardi.

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • "La prime avec laquelle se traite KBC est pleinement justifiée"

    "En analysant le secteur bancaire à travers le filtre du coût du crédit, nous préférons les institutions financières disposant des meilleures réserves pour absorber les pertes les plus sévères, qui ne rencontrent aucun problème structurel et qui ont un profil de risque faible", indique Jefferies.

    KBC ressort "clairement gagnant" de cette analyse, précise le broker. Ce dernier ajoute que le groupe sortira de la crise avec un capital bien au-dessus des exigences initiales, prêt à croître à nouveau et à récompenser ses actionnaires. "Cela justifie clairement la prime de 13% avec laquelle se négocie actuellement KBC", estime-t-il.

    L'action gagne 3,02% à 43,65 euros.

  • Pourquoi Barco grimpe après des ventes décevantes?

  • Accalmie sur le front pétrolier

    Les marchés pétroliers semblent se calmer, malgré l'angoisse des conséquences de la pandémie de coronavirus sur la demande mondiale et la saturation des capacités de stockage qui en découle.

    > Le contrat à terme en juin sur le baril de Brent, qui a fini en recul de 24% mardi, perd 1,09% à 19,12 dollars. Il a perdu jusqu'à 17,33% à 15,98 dollars un peu plus tôt en matinée.

    > Le cours du baril de brut américain (West Texas Intermediate, WTI) de même échéance, qui a fini en baisse de 43% mardi, recule légèrement, autour de 11,5 dollars (-0,23%).

    "Un baril à moins de 10 dollars, voire négatif, n'intéresse plus personne et cela provoque de nombreuses tensions sur le marché du pétrole mais également des conséquences possibles sur l'économie globale. Les Etats-Unis, qui ont investi massivement dans le pétrole non conventionnel durant ces dernières années, pourraient voir des faillites à répétition de producteurs de pétrole indépendants".
    Vincent Boy
    Analyste marché chez IG France

  • De la dette "junk" bientôt dans le bilan de la BCE?

    Les responsables politiques de la Banque centrale européenne tiendront une vidéoconférence mercredi soir, pour discuter de l'opportunité d'accepter la dette notée "junk" mise en garantie par des emprunteurs, selon Bloomberg qui se base sur "des sources proches du dossier".

    La vidéoconférence intervient alors que certaines obligations souveraines et d’entreprises pourraient bientôt être rétrogradées au rang d'obligations pourries, en raison du coût de la lutte contre la pandémie de coronavirus.

    Vendredi, S&P Global Ratings devrait revoir la cote de crédit de l'Italie, qui se situe actuellement à deux crans au-dessus de la catégorie investissement avec une perspective négative. Un déclassement serait une étape vers l'exclusion potentielle de la troisième économie de la zone euro des programmes de refinancement et d'achat d'actifs de la BCE, ce qui précipiterait une crise.

    "Cela changerait la donne, si la BCE décidait d'accepter des obligations indésirables en garantie. Passer de ne jamais vouloir toucher aux obligations junk à accepter d'en discuter est une preuve supplémentaire qui montre que la BCE fait vraiment un effort supplémentaire."
    Piet Christiansen
    Chief strategist chez Danske Bank

  • Covid-19: la Gimv anticipe un impact négatif de 10% sur son portefeuille

    Dans un trading update Covid-19, la Gimv confirme le versement d'un dividende brut de 2,5 euros en juillet. L'assemblée générale est prévue pour le 24 juin. Les actionnaires pourront choisir entre une distribution en espèces ou en actions. Un dividende optionnel n'est pas rare chez Gimv.

    Cependant, malgré un démarrage prometteur en 2020, la très forte baisse du marché boursier en mars, due à l'épidémie de coronavirus, a eu un impact direct sur le résultat du portefeuille non réalisé au quatrième trimestre de l'exercice (se terminant le 31 mars 2020).

    Pour l'ensemble de l'exercice, la Gimv suppose au stade actuel un résultat de portefeuille négatif de 10%.

  • "VGP pourrait donner des idées à Aedifica"

    Kepler Cheuvreux réagit au trading update Covid-19 d'Aedifica .

    Les maisons de soins infirmiers continuent d'être opérationnelles, générant ainsi des flux de trésorerie, notent les analystes. Le principal impact a été observé dans les crèches pour enfants en Finlande (7% du portefeuille) où les taux d’occupation sont tombés à un niveau très bas, ajoutent-ils. Il pourrait y avoir des retards dans les travaux de construction, mais Aedifica n'a pas modifié ses prévisions pour l'année, confirmant ainsi son ambition de distribuer un dividende de 3 euros par action. Selon les analystes, trois éléments méritent d'être retenus:

    1) La valorisation devrait rester stable;
    2) Un crédit pont de 300 millions d'euros et de 150 millions de livres sterling arrivant à échéance en octobre 2020 ont été prolongés de 12 mois;
    3) L’augmentation de capital de 200 millions d’euros de VGP pourrait donner quelques idées à la direction d'Aedifica, compte tenu de la prime actuelle par rapport à la valeur nette d'inventaire de la société (environ 40%).

    La recommandation est confirmée à "acheter" avec un objectif de cours de 140 euros.

  • Aedifica, Barco, KBC, WDP en tête de peloton à Bruxelles

    L'indice Bel 20 gagne 1% à 2.937,30 points en début de matinée, soutenu par Barco, WDP et KBC qui progressent de plus de 3%.

    Barco gagne 3,86%. Le groupe spécialiste de l'image a retiré ses prévisions 2020 et s'attend à une baisse de 10 à 15% de son chiffre d'affaires au premier semestre. Il confirme la distribution d’un dividende de 2,65 euros par action.

    WDP avance de 3,58%. Premier trimestre positif pour la SIR, qui néamnoins (société immobilière réglementée) revoit à la baisse ses anticipations pour son exercice 2020. Elle a également annoncé des développements en Roumanie.

    KBC bonifie de 3,40%. Jefferies a confirmé sa recommandation d'achat sur l'action. L'objectif de cours est réduit à 66,60 euros contre 77,50.

    VGP perd 3,43% (101,60 euros) au lendemain d'une augmentation de capital de 200 millions d'euros via un placement privé. Les nouvelles actions ont été émises au prix de 100 euros par unité.

    Proximus perd 0,35%. Le dividende final de 1 euro brut est payé aujourd'hui.

    Aedifica gagne 2,65%. La société immobilière a indiqué qu'elle ne s'attend pas à des changements significatifs dans ses estimations du résultat de l'EPRA pour la période de 12 mois allant du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020. La SIR a l'intention de distribuer un acompte sur dividende aux actionnaires sur la période du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020, avec paiement en novembre 2020.

    Ahold Delhaize progresse de 1,55% à 22,95 euros. L'analyste de Goldman Sachs, Robert Joyce, augmente les conseils d'Ahold Delhaize de "conserver" à "acheter". Le prix cible est de 25,95 euros.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens sont bien orientés, en dépit du plongeon du cours du brut et des inquiétudes concernant les répercussions du krach pétrolier. Les gains varient entre 0,36% à Paris et 1,11% à Amsterdam. L'Euro Stoxx 50 et le DJ Stoxx 600 gagnent 0,8%.

    Hormis les valeurs du commerce de détail (-0,35%), l'ensemble des autres compartiments de la cote progresse. Les technos prennent 1,86%, l'immobilier 1,82% et les bancaires 1,59%.

    Quelques mouvements significatifs en Europe:

    > Randstad gagne 3,8%. Le spécialiste néerlandais du travail temporaire a fait état d'un bénéfice d'exploitation en chute de près d'un tiers au premier trimestre et anticipe un deuxième trimestre encore plus difficile.

    > Akzo Nobel bondit de 6,8%. Le groupe néerlandais de peintures et de revêtements s'attend à une baisse de son chiffre d'affaires trimestriel plus importante que prévu initialement à cause des mesures de confinement adoptées pour ralentir la propagation du coronavirus.

    > Kering perd 6%. Le groupe a annoncé une baisse de 16,4% de ses ventes à données comparables au premier trimestre, pénalisées par le recul de Gucci et des autres grandes marques de luxe du groupe, très exposé à la Chine, frappée de plein fouet par l'épidémie de coronavirus.

    > Heineken cède 1,22%. Le deuxième brasseur mondial a annoncé un recul de 14% des ventes de bière au mois de mars, avec une forte baisse dans toutes les régions en raison de la pandémie de coronavirus.

    > ASML International prend 2,4%. Le fournisseur néerlandais pour le secteur des semi-conducteurs a revu mardi ses perspectives de chiffre d'affaires trimestriel en baisse en raison des risques liés à la pandémie de coronavirus.

  • Voici le briefing actions belges

  • |Opening bell|

    • Amsterdam: +0,85%
    • Bruxelles: +1%
    • Paris: +0,22%
    • Francfort: n.c.

    • Euro Stoxx 50: +0,92%
    • DJ Stoxx 600: +0,89%

    • Aedifica:+3,65%
    • Ahold Delhaize: +1,59%
    • Barco: +5,9%
    • Proximus: +1,15%
    • VGP: -1,72%
    • WDP: +3%

    • Heineken: -0,26%

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes devraient ouvrir en hausse mercredi après leur chute de la veille, en dépit du plongeon continu des cours du brut.

    Les contrats à terme signalent une hausse de 0,95% pour le CAC 40, de 1,16% pour le Dax à Francfort et de 0,86% pour le FTSE à Londres.

    Les investisseurs réagiront à de nombreux résultats d'entreprises.

  • Heineken passe le dividende intérimaire

    Heineken, le deuxième plus grand brasseur du monde a annoncé une baisse de 14% des ventes de bière en mars, avec de fortes baisses dans toutes les régions, la pandémie Covid-19 ayant entrainé la fermeture des bars et des restaurants à travers le globe.

    Le brasseur des bières Heineken, Tiger et Sol et Strongbow cidre avait déjà laissé entendre que les volumes de bière seraient inférieurs de 2% au premier trimestre, avec une baisse de 4% des volumes globaux, cidres et boissons gazeuses.

    Le deuxième trimestre devrait être pire, avec des conséquences également durant la seconde moitié de l’année, l'impact sur l'économie de la pandémie de Covid-19 perdurant.

    Heineken ne paiera pas son habituel acompte sur dividende. L'entreprise a l'habitude de verser environ un tiers du dividende après la publication des chiffres semestriels d'août. Le dividende final déjà promis de 1,04 euro brut pour l'exercice 2019, qui sera mis en paiement en mai, est maintenu.

  • Aedifica | FNG | VGP

    Retour sur les communiqués publiés mardi après la clôture des marchés.

    Aedifica - La société immobilière a indiqué qu'elle ne s'attend pas à des changements significatifs dans ses estimations du résultat de l'EPRA pour la période de 12 mois allant du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020. Du fait qu'elle souhaite prolonger l'exercice en cours jusque décembre, la SIR a l'intention de distribuer un acompte sur dividende aux actionnaires sur la période du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020, avec paiement en novembre 2020.

    FNG - Le groupe de mode FNG, propriétaire de Brantano, reporte la publication de son rapport annuel. FNG fait référence à des retards dans les travaux d'audit. FNG n'a pas encore publié de communiqué de presse sur les résultats du dernier exercice.

    VGP - VGP a clôturé avec succès son augmentation de capital de 200 millions d'euros via un placement privé. Les nouvelles actions ont été émises au prix de 100 euros par unité. Ce qui représente une décote de 4,58% par rapport au dernier cours de l'action au 21 avril 2020 (104,8 euros).

  • Opinion | Faut-il pleurer la chute du Bel 20?

    Le 12 mars dernier, le BEL 20 enregistrait sa plus forte baisse (-14,21%) depuis sa création en mars 1991. De nombreux médias en ont fait leur gros titre. La tonalité dramaturgique ne manque pas d’alerter le lecteur: profane ou expert, il comprend que la chute du BEL 20 est une mauvaise nouvelle, sans doute annonciatrice d’événements désagréables (panique, chômage, austérité…). Mais est-ce vraiment le cas ?

    La réponse ici

  • Barco s'attend à une forte contraction au premier semestre

    Du trading update de Barco , les investisseurs retiendront surtout les perspectives sombres. Le groupe spécialiste de l'imagerie abandonne ses perspectives optimistes pour 2020 (une croissance du chiffre d'affaires d'au moins 5% et une marge bénéficiaire à 15%) en raison de la crise liée au Covid-19.

    Le PDG Jan De Witte ne s'exprime que sur les six premiers mois, la seule période sur laquelle il y a encore un peu de visibilité. La contraction du premier trimestre devrait engendrer une baisse des revenus entre 10 et 15% environ au premier semestre. La division "Divertissement" (Entertainment) a été la plus impactée. C'est elle qui fournit des projecteurs et des écrans pour les cinémas et les grands événements, deux secteurs touchés de plein fouet par la pandémie de coronavirus.

    L'entreprise spécialiste de l'imagerie confirme la distribution d’un dividende de 2,65 euros par action.

  • Ahold Delhaize sur la liste d'achat de Goldman Sachs

    L'analyste de Goldman Sachs, Robert Joyce, augmente sa recommandation d'achat sur Ahold Delhaize de "conserver" à "acheter". Le prix cible est de 25,5 euros, ce qui représente un potentiel de hausse de 13%.

    Selon Bloomberg, Ahold Delhaize compte désormais 17 conseils d'achat contre 8 conseils de conserver et 5 conseils de vente.

  • Warning de WDP

    Premier trimestre positif pour WDP . Néanmoins, la SIR (société immobilière réglementée) revoit à la baisse ses anticipations pour son exercice 2020. "Pour 2020, WDP prévoit un résultat EPRA de 0,95 à 1 euro par action (contre 1 euro auparavant), poussé par des retards attendus dans la livraison des projets en cours ainsi que par une augmentation prévue de la provision pour créances douteuses", lit-on dans un communiqué.

    WDP annonce aussi des plans d'expansion en Roumanie. À cet effet, elle a bouclé, en collaboration avec l'IFC, membre du groupe de la Banque mondiale, un financement d'environ 205 millions d'euros. "Cette augmentation de la dette soutiendra WDP Roumanie dans la réalisation de ses objectifs, visant un portefeuille passant de 500 millions à 1 milliard d'euros tout au long de 2019-23".

  • Netflix, grand gagnant prudent du "Grand confinement"

    Le "Grand confinement" a renforcé la position de leader de Netflix , qui compte désormais 183 millions d'abonnés, mais le géant du streaming reste prudent quant à son avenir suite aux incertitudes liées à la pandémie de coronavirus et à la concurrence croissante de ses rivaux.

    La plateforme a séduit 15,8 millions de nouveaux abonnés payants de janvier à mars, contre 9,6 millions sur la même période l'année dernière, d'après son communiqué de résulats publié mardi.

    Une accélération que le groupe qualifie de "temporaire", en lien direct avec les mesures de distanciation sociale prises dans le monde pour enrayer la progression du Covid-19.

    "C'est un record de nouveaux abonnés. Cela vient des nouveaux ménages, mais aussi d'anciens adeptes qui avaient résilié leur contrat."
    David Sidebottom
    Analyste chez Futuresource

  • L'or noir de qualité Brent voit rouge

    Le contrat à terme sur le baril de pétrole Brent pour livraison en juin chute de 16% à 16 dollars, après avoir déjà chuté de 24% mardi, un plus bas depuis 21 ans. De son côté, le WTI (West Texas Intermediate) perd 9%, après une baisse de 24% mardi.

  • Proximus lance la saison des détachements de coupons

    Chez Proximus , le dividende final de 1 euro brut est payé aujourd'hui, ce qui pourrait peser sur l'action.

    Par la même occasion, l'opérateur télécom donne le coup d'envoi de la "saison des coupons" à la Bourse de Bruxelles. Une saison nettement moins fructueuse alors que de nombreuses entreprises ont réduit le dividende.

  • Vers une début de séance irrégulier en Europe

    Bonjour,  notre "Market live" du mercredi 22 avril 2020 démarre ici. Merci de nous suivre!

    > Les marchés asiatiques pointent en ordre dispersé, toujours pénalisés par la faiblesse des prix du pétrole qui témoigne d'une économie mondiale en panne. La bourse de Shanghai est à l'équilibre mais Hong Kong perd 0,25% et, à Tokyo, l'indice Nikkei lâche 1,31%.

    > En Europe, les marchés européens devraient ouvrir en ordre dispersé et proche de l'équilibre. Le Dax se tasserait de 0,01% tandis que Londres et l'Euro Stoxx 50 gagnerait respectivement 0,4% et 0,5%.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés