1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street balancée entre Amazon et l'emploi

La Bourse de New York a clôturé ce vendredi en ordre dispersé une semaine de progression importante, le Nasdaq ayant toutefois été un peu affaibli lors de la dernière séance de la semaine par un plongeon d'Amazon. Quant à l'indice Bel 20, il a clôturé au-delà des 3.500 points.
  • A suivre ce lundi 4 février

    ECONOMIE / FINANCE

    Chine
    • 10h30 Marchés fermés en Chine (nouvel an chinois)

    Etats-Unis
    • 14h30 Commandes à l'industrie / novembre

    Zone euro
    • 10h30 Indice Sentix / février
    • 11h Prix à la production / décembre

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Global Graphics: offre de reprise à 4,25 euros par action par  Congra Software
    • Sequana Medical: souscription possible à l’IPO au prix de 8,5 à 9 euros. Jusqu’au 7 février, sauf clôture anticipée

    Etats-Unis
    • Alphabet / résultats du T4 (après Bourse)

  • Wall Street balancée entre Amazon et l'emploi

    La Bourse US a clôturé sans direction vendredi, accueillant positivement un "solide" rapport sur l'emploi, tandis que le Nasdaq a été plombé par un plongeon d'Amazon. Le Dow Jones a gagné 0,26% à 25.063,89 points. Le Nasdaq a perdu 0,25% à 7.263,87 points. Le S&P 500 a pris 0,09% à 2.706,53 points. 

     "Solide" est le mot utilisé par les analystes pour qualifier le rapport mensuel sur l'emploi, un rapport généralement très suivi par les marchés qui a montré que "la demande en travailleurs croît de manière rapide et que les hausses des salaires se poursuivent". Les Etats-Unis ont créé 304.000 emplois, bien au-dessus des prévisions des analystes qui misaient sur 160.000 embauches.

    De son côté, le Nasdaq a été affaibli par la chute de 5,38% d'un de ses membres éminents, Amazon, au lendemain de ses résultats trimestriels. Le géant du commerce en ligne, par ailleurs une des plus grandes capitalisations de Wall Street, a confirmé l'importance croissante de ses autres activités, en particulier le "cloud" ou la publicité, mais a été sanctionné en raison de prévisions jugées trop timides.

  • Wall Street finit sans direction

    • Le Dow Jones a gagné 0,24% à 25.059,14 points.
    • Le Nasdaq a perdu 0,25% à 7.263,87 points.
    • Le S&P 500 a pris 0,08% à 2.706,25 points.
  • Le pétrole termine en nette hausse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en forte hausse sur le marché new-yorkais Nymex, les bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis faisant espérer une hausse de la demande en carburant.

    Les sanctions américaines pesant sur les exportations du Venezuela ont également porté la tendance.

    • Le contrat mars sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,47 dollar, soit 2,73%, à 55,26 dollars le baril.
    • Le Brent à échéance en avril a pris à 1,91 dollars (3,14%) à 67,25 dollars.
  • Séance hésitante, mais finalement gagnante à Bruxelles

    De toute évidence, les investisseurs hésitent à pousser l’indice Bel 20 beaucoup plus haut. Pour sa dernière séance de la semaine et en même temps la première du mois de février, l'indice a évolué de façon très irrégulière d’un bout à l’autre de la journée.

    Après avoir évolué entre 3.486,96 et 3.511,89 points, c’est finalement sur un gain de 0,46% que le Bel 20 a achevé les transactions.

    Cette hésitation du marché augure-t-elle de séances moins favorables dans les semaines à venir? Peu d’experts qui ont encore en mémoire le sombre mois de décembre, ne prennent le risque de se prononcer sur ce point. Cela dit, alors que le Bel 20 vient de vivre un de ses plus beaux mois de janvier depuis son lancement en janvier 1991, il apparaît assez logique que les investisseurs soient tentés de prendre quelques bénéfices. L’indice Bel 20 avait engrangé un gain de 7,6% à l’issue du mois écoulé.

    WDP au sommet

    Près de la moitié des composants du Bel 20 ont réussi à engranger des gains. AvH (+ 1,5% à 141,8 euros), Sofina (+ 0,81% à 174,60 euros) et UCB (+ 1,53% à 76,80 euros) ont été les plus performants. À l’inverse, bpost (-1,44% à 7,88 euros), Ontex (-0,97% à 18,41 euros) et Proximus (-0,47% à 23,30 euros) les plus décevants.

    Hors Bel 20, WDP a gagné 4,39% et se hisse par la même occasion à un nouveau record historique de 133,20 euros. Le gestionnaire immobilier actif dans la logistique a annoncé une hausse de 7,2% des résultats sous-jacents de ses activités clés à 6 euros par action. Il confirme par ailleurs la distribution d’un dividende brut de 4,8 euros par action (+ 7%) pour 2018. Pour l’actuel exercice, il table sur un coupon brut de 5,2 euros.

    Pour la cinquième séance d’affilée, Greenyard cède du terrain. Le titre accuse un nouveau recul de 4,88% à 3,705 euros. Il porte à 53% ses pertes en huit jours.

    Enfin, au rayon des actions des sociétés actives dans la biotechnologie, Biocartis a cédé 1,31% à 12,04 euros. Sycomore Asset Mngt a réduit sa participation à moins de 5%. 

  • Wirecard s'effondre en Bourse

    Wirecard chute en Bourse après des informations de presse selon lesquelles un cabinet d'avocats externe engagé par la société de paiement allemande aurait trouvé des preuves d'irrégularités financières.

    Le titre signe la plus forte baisse de l'indice des valeurs européennes Stoxx 600, qui  avançait de 0,1% à ce stade.

    Selon le Financial Times,les conclusions préliminaires d'une enquête confiée par Wirecard à un cabinet d'avocats externe, ont révélé des faux en écriture et/ou des falsifications comptables.
    Wirecard a qualifié ses informations "d'inexactes, trompeuses et diffamatoires".

    Mercredi, le groupe allemand avait réagi de façon identique à un autre article du Financial Times faisant état de présumées malversations financières.
    De son côté, une porte-parole du parquet de Munich a déclaré que concernant Wirecard, une enquête sur une éventuelle manipulation de marché était en cours, mais qu'à ce stade il n'y avait pas de preuve que la société se soit livrée à des actes répréhensibles.

  • Wall Street satisfait des chiffres de l'emploi

    Un peu plus d'une heure après l'ouverture, la Bourse de New York affichait une orientation plus franchement positive, tirée à la hausse par l'annonce des bons chiffres des créations d'emploi le mois dernier.

    L'indice Dow Jones montait de 0,72% à 25.179,9 points et le S&P 500 de 0,44% à 2.716,02 points. Sur le Nasdaq, le Composite prenait 0,24% à 7.299 points.

    Parmi les principales variations, Amazon recule de 3,79%, à la suite de la publication d'une prévision de chiffre d'affaires pour le premier trimestre inférieure aux attentes des analystes. La baisse du géant du commerce en ligne pèse sur le Nasdaq, fortement pondéré en valeurs technologiques.

    Les producteurs pétroliers Chevron et Exxon gagnent respectivement 2,7% et 2%, après avoir dégagé une augmentation de leur bénéfice trimestriel à la faveur d'une augmentation des prix et de leur production. Le secteur de l'énergie gagne 1,3%. Egalement en hausse, le titre Merck prend 1,53%, le laboratoire américain ayant tiré profit de son anticancéreux Keytruda.

  • Des perspectives contrastées pour les FAANG

    Facebook, Amazon, Apple et Netflix ont publié leurs résutlats trimestriels, qui ont dépassé les attentes des analystes. Alphabet, la maison-mère de Google, publiera ses résultats le 4 février. Les prévisions des géants technologiques pour les mois à venir montrent un ralentissement de leurs activités, alors qu'ils sont désormais dans le collimateur des Etats. 

     

  • Le Dow Jones bien orienté à l'ouverture

    - Dow Jones: +0,33% à 25.082 points.

  • Les créations d'emploi US restent fortes, le taux de chômage victime du "shutdown"

    Les créations d'emplois sont restées solides en janvier aux Etats-Unis, avec 304.000 emplois non agricoles créés contre 165.000 attendus.

    Le taux de chômage remonte légèrement par contre à 4% en janvier à cause du "shutdown".

    Le salaire horaire moyen progressé de 3,2% sur un an.

    Au rang des bonnes nouvelles, le taux de participation au marché du travail a encore progressé pour atteindre 63,2%, son plus haut niveau depuis septembre 2013. Cela reflète généralement une confiance dans l'économie puisque davantage de personnes travaillent ou cherchent à travailler.

    Les futures sur Wall Street réduisent leurs pertes et repassent en territoire positif Le Dow Jones est attendu en hausse de 0,28% et le S&P 500 de 0,10%. Le Nasdaq réduit sa perte à -0,32%.

    L'euro a progressé face au dollar à 1,1483 contre 1,1471 avant la publication de la statistique.

  • WDP au-delà des 3 milliards d'euros de capitalisation boursière

    WDP gagne 3,45% à 132 euros, son plus haut niveau depuis son introduction en Bourse en 1999, après avoir annoncé ce matin son nouveau plan de croissance pour la période 2019-2023.

    La capitalisation boursière de l'entreprise a par ailleurs dépassé le cap des 3 milliards d'euros.

  • Wall Street donnée en baisse

    Wall Street est attendue globalement en baisse vendredi, avec un léger repli de 0,07% pour le Dow Jones, de 0,21% pour le S&P 500 et de 0,67% pour l'indice Nasdaq 100. La tendance pourrait encore évoluer après la publication mensuel de l'emploi américain à 14h30.

    En Europe, le rouge domine avec un repli de 0,15% à Amsterdam, 0,10% à Bruxelles, 0,15% à Bruxelles ou encore 0,26%à Francfort. Les indices PMI publié en matinée ont confirmé le ralentissement de l'économie.

    En Allemagne, l'activité du secteur manufacturier s'est contractée pour la première fois en plus de quatre ans en janvier. L'indice PMI italien a pour sa part accusé sa plus forte baisse mensuelle depuis 2013, alors que le pays est techniquement entré en récession économique, ce qui explique la nette hausse des rendements obligataires de la dette souveraine italienne.

    Chevron, ExxonMobil, Merck, Honeywell et Cigna publient leurs résultats avant l'ouverture de Wall Street.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Amazon, Symantec, Yum China...

    * AMAZON recule de 4,3% dans les échanges avant-Bourse à la suite de la publication d'une prévision de chiffre d'affaires pour le premier trimestre inférieure aux attentes des analystes. Le géant du commerce en ligne a dit prévoir des ventes nettes comprises entre 56 et 60 milliards de dollars pour janvier-mars, une fourchette inférieure au consensus moyen de 60,77 milliards de dollars, selon les données IBES de Refinitiv.

    * SYMANTEC prenait jeudi 5,4% dans les échanges après la clôture après avoir publié un chiffre d'affaires supérieur aux attentes de Wall Street pour le quatrième trimestre consécutif. Le groupe a aussi annoncé le départ de son directeur financier.

    * HONEYWELL - Le conglomérat industriel a dit vendredi prévoir pour 2019 un bénéfice par action situé entre 7,80 et 8,10 dollars, alors que le consensus IBES de Refinitiv le donne à 7,88 dollars.

    * YUM CHINA, l'opérateur des restaurants KFC et Pizza Hut en Chine prenait jeudi 6% après la clôture en réaction à l'annonce de ventes à périmètre constant au T4 supérieures aux attentes des analystes.

    * CIGNA - Le groupe d'assurance santé a annoncé vendredi prévoir pour 2019 un bénéfice courant par action ajusté situé entre 16 dollars et 16,50 dollars, alors que le consensus IBES de Refinitiv attend 16,75 dollars. Au quatrième trimestre, le BPA du groupe ressort en baisse à 55 cents contre 1,07 dollar un an plus tôt, malgré une hausse de 34,5% du chiffre d'affaires.

    * TESLA a annoncé vendredi le début des prises de commandes de la version la moins chère de sa Model 3 en Chine, un marché sur lequel il espère accélérer la croissance de ses ventes.

    * CHEVRON, EXXON MOBIL et MERCK & CO publient leurs résultats avant l'ouverture de Wall Street.

  • Caixa et Sabadell chutent après leurs trimestriels

    Les titres des banques espagnoles Banco de Sabadell et Caixabank chutaient de quelque 8% vendredi à la mi-journée à la Bourse de Madrid, les investisseurs sanctionnant des résultats inférieurs aux attentes.

    Sabadell, la cinquième banque espagnole, a vu son bénéfice 2018 plonger de 54% à 328,1 millions d'euros, toujours sous le coup du fiasco informatique intervenu l'an dernier chez sa filiale britannique TSB, dont les comptes ont de ce fait plongé dans le rouge.

    Le bénéfice net de Caixabank, la troisième banque du pays, a pour sa part reculé de 54% sur le seul quatrième trimestre, à 217 millions d'euros, en raison d'une hausse des provisions, liées à la fois à des départs en préretraite et à une transaction immobilière.

    Pénalisé par ses banques, l'indice Ibex à Madrid reculait de 0,8%, sous-performant les autres indices boursiers en Europe.

  • Le point sur les marchés - Update 2

    Prudence avant l'emploi US | Nette hausse des rendements italiens | Résultats d'Electrolux, JCDecaux, Deutsche Bank...

    1. Les indices actions européens pointent en ordre dispersé, avec des variations proches de l'équilibre. L'indice DJ Stoxx 600 grignote 0,09%. Francfort se tasse de 0,08% mais Paris gagne 0,18% et Amsterdam 0,16%.
    2. Les négociations USA-Chine ont fini sur une note positive mais sans accord.
    3. Les valeurs sensibles au commerce gagnent du terrain, minières en tête (+0,92% l'indice sectoriel Stoxx 600).
    4. Les rendements italiens progressent. L'activité manufacturière en Italie a subi en janvier sa quatrième baisse consécutive et la plus marquée depuis mai.
    5. Stats moroses aussi pour la zone euro avec le ralentissement de la croissance de l'activité manufaturière, la chute des commandes et le ralentissement de l'inflation.
    6. En Chine, l'activité manufacturière s'est de nouveau contractée.
    7. La séance est animée par les résultats d'entreprises (Electrolux, JCDecaux, Deutsche Bank, Caixa, Sabadell..).
    8. Le marchés attend les chiffres de l'emploi américain à 14h30.

     

  • Les rendements italiens grimpent après l'entrée en récession du pays

    Les rendements des emprunts d'Etat italiens sont orientés en nette hausse vendredi, l'entrée en récession économique de l'Italie relançant les craintes sur la soutenabilité de la dette du pays.

    Le rendement du BTP à dix ans progresse de près de 14 points de base, sa plus forte hausse journalière en un mois, à 2,72% alors qu'il avait touché la veille un plus bas de six mois. Celui des obligations à cinq ans monte de près de douze points de base, à 1,635%, au plus haut depuis plus d'une semaine, et le taux à deux ans prend dix points à 0,386%.

    Selon les statistiques officielles publiées jeudi, l'économie italienne s'est contractée pour le deuxième trimestre d'affilée sur les trois derniers mois de l'an dernier, ce qui caractérise une récession technique. Le produit intérieur brut (PIB) de la troisième économie de la zone euro a baissé de 0,2% après une contraction de 0,1% au troisième trimestre.

    "Il y a beaucoup de bruit autour de la récession technique et de ce que cela implique pour le dérapage du déficit budgétaire. Les chiffres des PMI ajoutent à la morosité économique et soulèvent des craintes que le déficit budgétaire ne soit pire que prévu.
    Lyn Graham-Taylor
    Stratège sur les taux chez Rabobank



    Le début 2019 s'annonce lui aussi compliqué avec une nouvelle contraction de l'activité du secteur manufacturier italien: l'indice PMI IHS Markit qui la mesure est tombé à 47,8 en janvier contre 49,2 en décembre, accusant sa plus forte baisse mensuelle depuis 2013.



  • L'inflation ralentit encore en zone euro

    L'inflation a poursuivi son ralentissement en janvier dans la zone euro, à 1,4%, contre 1,6% en décembre, selon les données provisoires diffusées vendredi par l'Office européen des statistiques, Eurostat.

    Ce chiffre est conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.

    Ce taux d'inflation annuel s'éloigne de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE), pour qui une inflation très légèrement inférieure à 2,0% sur un an est considérée comme un signe de bonne santé de l'économie.

  • Le Footsie franchit les 7.000 points

    La Bourse de Londres gagnait 0,50% à 7.003,94 points, sans faiblir après trois jours consécutifs dans le vert et dans l'attente du rapport sur l'emploi américain.

    La cote britannique est emmenée par le papetier Smurfit Kappa (+2,91%), l'entreprise minière Evraz (+2,53%) ou encore la société de capital-investissement 3i Group (+2,50%).

  • Un analyste dégrade sa reco sur Orange Belgium

    L'analyste Matthijs Van Keijenhorst abaisse sa recommandation sur Orange Belgium à "réduire" contre "conserver".

    L'objectif de cours passe à 15 euros contre 17 euros.

    Orange Belgium perd 2,87% à 16,24 euros dans un marché bruxellois en hausse de 0,24%.

  • Pourquoi Electrolux brille en Bourse

    Electrolux brille en Bourse après avoir annoncé coup sur coup la scission de son activité d'équipements destinés aux professionnels, un bénéfice d'exploitation trimestriel supérieur aux attentes et la perspective d'une atténuation de ses coûts en 2019.

    Le titre du fabricant suédois d'électroménager a pris la tête de l'indice paneuropéen Stoxx 600 dès l'ouverture avec un gain de plus de 10% à la Bourse de Stockholm. Il s'adjugeait encore quelque 9% après une heure de cotation.

    Le groupe a annoncé jeudi soir qu'il préparait la scission et la mise en Bourse d'Electrolux Professionnel, leader mondial des équipements de cuisines et de blanchisseries professionnelles. Electrolux prévoit ainsi de se scinder en deux sociétés cotées, une pour les appareils ménagers et une pour les équipements professionnels.

    Par ailleurs, Electrolux évalue autour de 2,0-2,4 milliards de couronnes l'impact négatif en 2019 des coûts des matières premières, des tarifs douaniers et des changes, alors qu'en octobre il avait estimé cet impact à trois milliards environ.

  • "Ce qui importe vraiment à ce stade pour le marché boursier, c'est que la banque centrale américaine mais aussi la BCE et la banque centrale chinoise soient sur un positionnement accommodant, ce qui stimule nettement le marché des actions."
    Christopher Dembik
    Responsable de la recherche économique chez Saxo Banque

  • Le point sur les marchés - Update 1

    Hausse timide en Europe | Des stats macro et l'emploi US au programme | Electrolux s'envole

    1. Les Bourses européens s'inscrivent en légère hausse, avec un gain de 0,22% pour l'AEX et le CAC40, de 0,31% pour le Bel20 et de 0,26% pour le Dax. L'indice Stoxx 600 gagne 0,30%.

    2. L'économie chinoise ne cesse de donner des signes de faiblesse. L'indice PMI manufacturier Caixin/Markit de l'activité manufacturière en Chine a connu en janvier sa plus forte contraction en trois ans.

    3. Les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine avancent lentement.

    4. Les investisseurs attendent les indices PMI définitifs pour le mois de janvier en zone euro. Mais le principal rendez-vous du jour sera la publication, à 14h30, de la statistique des créations d'emploi aux Etats-Unis pour le mois de janvier.

    5. La cote reste animée par de nombreuses publications de résultats d'entreprises. En tête du Stoxx 600, Electrolux s'envole de 18,7% après avoir fait état de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

    6. JCDecaux bondit de 7,57% en réaction à l'annonce d'une croissance organique de plus de 5% au dernier trimestre 2018.

    7. Deutsche Bank cède 2,79% après une perte plus forte qu'escompté au quatrième trimestre, ce qui n'a pas compromis néanmoins son retour à un bénéfice annuel en 2018.

  • Deutsche Bank se retourne à la baisse

    Après une ouverture en légère, le titre Deutsche Bank se retourne à la baisse. Le titre perd désormais 1,3% après avoir cédé jusqu'à 2,32% et gagné 1,19% en début de séance. Le compartiment est à l'équilibre (+0,02%) pour l'indice DJ Stoxx 600 sectoriel de référence.

    CaixaBank est lanterne rouge des bancaires en Europe. Le titre chute de 3,9% après un bénéfice net trimestriel inférieur aux attentes.

    Danske Bank progresse de 1,08%. Empêtré dans un scandale de blanchiment d'argent, le groupe bancaire danoise propose un dividende de 8,5 couronnes danoises (1,14 euro) par action au titre de l'exercice 2018, contre 8,64 couronnes attendues par le marché selon un consensus Reuters.

  • JCDecaux : +7%

    JCDeaux grimpe de plus de 7% à l'ouverture après son chiffre d'affaires du quatrième trimestre.

  • Deutsche Bank : +0,7%

    Deutsche Bank gagne 0,7% à l'ouverture après avoir renoué avec les bénéfices en 2018.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: +0,22%
    • Amsterdam: +0,23%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,22%
    • DJ Stoxx 600: +0,25%

  • Le KBC Securities du jour

    KBC Securities passe à "réduire" ("acheter") sur Adyen et à "accumuler" ("conserver") sur Materialise . L'objectif de cours est de respectivement 555 euros et 20 dollars.

    Les objectifs de cours de KPN et Smartphoto group sont modifiés à respectivemetnt 2,90 euros (2,75) et 16,25 euros (16,80). La recommandation est de respectivement "conserver" et "accumuler".

  • Deutsche Bank : +4% attendu à l'ouverture

    Deutsche Bank a renoué avec les bénéfices en 2018 après trois ans de résultats déficitaires, en dépit d'une perte plus importante qu'escompté au quatrième trimestre. Le bénéfice annuel ressort à 341 millions d'euros, contre une perte nette de 735 millions en 2017.

    D'après le courtier Lang & Schwarz, l'action est en hausse de plus de 4% dans les transactions en avant-Bourse.

  • Du vert en vue en Europe

    Les contrats à terme en légère hausse en Europe. L'Euro Stoxx 50 devrait progresser de 0,22% et Amsterdam de 0,13%. Paris (+0,03%) et Francfort (+0,09%) sont attendus en légère hausse.

  • WDP lance un nouveau plan de croissance

    Le groupe immobilier WDP a confirmé la distribution d'un dividende de 4,8 euros par action (+7%) au titre de l'exercice 2018. Pour 2019, il table sur un coupon brut de 5,2 euros.

    La SIR a, par ailleurs, décidé de mettre en oeuvre un nouveau plan de croissance 2019-2023 qui prend le relais du précédent qui s’étendait de 2016 à 2020. Elle vise ainsi, dans les cinq années à venir, un élargissement cumulé du portefeuille de 1,5 milliard d’euros pour atteindre 5 milliards d’euros.

    Notons enfin que Rik Vandenberghe devrait accéder à la présidence du conseil d’administration. Son mandat prendra cours le 24 avril 2019.

  • Premier bénéfice pour Deutsche Bank depuis 2014

    Le géant bancaire allemand Deutsche Bank annonce un bénéfice net de 267 millions d'euros en 2018, le premier depuis quatre ans, aidé par sa discipline sur les charges tandis que la baisse des revenus s'est poursuivie.

    Ce résultat est cependant inférieur aux attentes des analystes sondés par Factset, qui tablaient sur un solde de 505 millions d'euros.

    Sur le seul quatrième trimestre 2018, le groupe a accusé une perte nette de 425 millions d'euros, du fait d'un "environnement de marché difficile" et de "mauvaises nouvelles" autour de la banque, selon un communiqué.

  • Briefing d'avant Bourse

    Vers une ouverture stable | L'emploi US en ligne de mire | L'indice PMI Caixin chinois déçoit

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sans grand changement, la prudence étant de mise face aux négociations commerciales entre Washington et Pékin sur le commerce et à des indicateurs moroses en zone euro et en Chine.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait être inchangé à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,18% et le FTSE à Londres prendrait 0,05%.

    3. A l'issue de deux jours de discussions commerciales à Washington entre les responsables américains et une délégation chinoise menée par le vice-Premier ministre Liu He, Donald Trump a fait part de son optimisme.

    4. Ces discussions interviennent alors que l'économie chinoise ne cesse de donner des signes de faiblesse: selon l'indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit publié vendredi, l'activité manufacturière en Chine a connu en janvier sa plus forte contraction en près de trois ans.

    5. Les investisseurs seront attentifs à la publication dans la matinée des indices PMI définitifs pour le mois de janvier en zone euro. Mais le principal rendez-vous du jour sera la publication, à 14h30, de la statistique des créations d'emploi aux Etats-Unis pour le mois de janvier.

  • Tokyo finit quasi stable, Nintendo chute

    La Bourse de Tokyo a fini pratiquement inchangée vendredi et loin de ses plus hauts du jour, l'optimisme lié aux négociations commerciales sino-américaines ayant été balayé par l'annonce d'une contraction plus forte qu'attendu de l'activité manufacturière en Chine.

    L'indice Nikkei a gagné 0,07% à 20.788,39 points mais le Topix, plus large, a cédé 0,18% à 1.564,63 points.

    Le Nikkei est monté en début de séance à 20.929,63 points, son plus haut niveau depuis le 19 décembre, avant de céder du terrain en réaction à la publication de l'indice Caixin-Markit des directeurs d'achats du secteur manufacturier chinois, revenu à 48,3 en janvier, au plus bas depuis février 2016.

    Sur le front des valeurs, Nintendo a chuté de 9,19% à 30.720 yens. Le pionnier des jeux vidéo a certes publié des résultats confirmant son redressement et son patron Shuntaro Furukawa s'est félicité du succès "explosif" de certains titres, mais il a déçu les analystes en abaissant ses objectifs pour sa console Switch: il pense désormais vendre dans l'année 17 millions d'unités (au lieu de 20).

  • SocGen s'intéresse à AB Inbev

    SocGen entame le suivi d'AB InBev avec un conseil de "conserver" est un objectif de cours de 66 euros... ou encore un potentiel de baisse de 0,9% pour le titre.

  • Kepler Cheuvreux "achète" Oxurion

    Kepler Cheuvreux initie la couverture d'Oxurion NV, l'ex-Thrombogenics, avec une recommandation d'achat. Le prix cible est de 5,50 euros, soit un potentiel de hausse de 46% par rapport au dernier cours de clôture.

  • A suivre ce vendredi 1er février

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 9h55 Indice PMI IHS Markit manufacturier définitif / janvier

    Chine
    • Indice PMI Caixin-Markit manufacturier / janvier

    Etats-Unis
    • 14h30 Créations d'emploi, taux de chômage, salaires / janvier
    • 16h Dépenses de construction / décembre
    • 16h Indice ISM manufacturier / janvier
    • 16h Indice de confiance du consommateur de l'université du Michigan (définitif) / janvier

    Japon
    • Indice PMI IHS Markit manufacturier définitif / janvier

    Royaume-Uni
    • 10h Indice PMI IHS Markit manufacturier déf. zone euro / janvier
    • 10h30 Indice PMI IHS Markit manufacturier / janvier

    Zone euro
    • 11h Inflation zone euro (estimation flash) / janvier

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Deutsche Bank / résultats du T4
    • ThyssenKrupp / AG

    Belgique
    • Global Graphics: offre de reprise à 4,25 euros par action par  Congra Software
    • Sequana Medical: souscription possible à l’IPO au prix de 8,5 à 9 euros. Jusqu’au 7 février, sauf clôture anticipée
    • WDP: résultats 2018

    Etats-Unis
    • Chevron , Exxon Mobil / résultats du T4 (avantBourse)
    • Merck & Co / résultats du T4 (avant Bourse)

    Japon

    Résultats du T3 de :

    • Mitsubishi Motors
    • Honda Motors
    • Sony

  • Good morning !

    Bonjour et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit rêvé pour suivre les principaux événements de cette séance boursière.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés