1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street clôture en léger repli, le S&P reste proche de ses records

La Bourse US a conclu en repli ce mardi à l'issue d'une séance terne, après des records atteints la veille grâce aux bons chiffres de l'emploi et en attendant un rapport de la Fed mercredi. Les principaux indices actions en Europe ont, eux clôturé en hausse, portés par les espoirs dans la reprise.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Wall Street clôture en léger repli, le S&P reste proche de ses records

    Le S&P 500 a terminé en légère baisse ce mardi, mais près des plus hauts historiques atteints au cours des séances précédentes, dans un marché qui reste soutenu par les perspectives économiques favorables. Le Dow Jones a cédé 0,29% à 33 430,24 points, le S&P-500 0,10% à 4 073,94 points et le Nasdaq 0,05% à 13 698,38 points. Wall Street a salué les bons chiffres de l'emploi américain, qui se conjuguent à la publication lundi de l'enquête ISM sur l'activité dans les services, dont l'indice a atteint un niveau record.

    Autre bonne nouvelle sur le plan économique, le Fonds monétaire international a une nouvelle fois relevé ses prévisions de croissance mondiale et table désormais sur un rebond de 6% cette année. "Le cours des actions reflète le sentiment que l'économie va revenir à la normale plus tôt que prévu. Reste à savoir où nous en sommes dans ce processus", déclare Stephen Massocca, vice-président senior chez Wedbush Securities à San Francisco.

    Snap a grimpé de 5,12% après le relèvement de la recommandation d'Atlantic Equities, qui estime que le groupe propriétaire de Snapchat pourrait accroître significativement son chiffre d'affaires à moyen terme grâce notamment à la dynamique actuelle du marché publicitaire. Norwegian Cruise Line a gagné 4,61%, l'opérateur de croisières ayant annoncé une reprise de ses activités dans les Caraïbes et dans les îles grecques en juillet après une interruption d'un an à la suite de la pandémie de COVID-19.

  • Les marchés US terminent dans le rouge

    Le Dow Jones a perdu 0,29% à 33.430,77 points.

    Le Nasdaq a cédé 0,05% à 13.698,38 points.

    Le S&P 500 a lâché 0,10% à 4.073,94 points.

  • Une fin de séance positive sur les principaux marchés européens

    Les indices actions des principaux marchés d'Europe ont fini la séance sur une note positive.
    L'indice AEX s'est renforcé de 0,68% à 713,28 points. Le CAC 40 parisien s'est adjugé 0,47% à 6.131,34 points. À 3.942,78 points, le Bel 20 a grimpé de 0,11%.

    Les indices européens

    • IndicesVar.%
    • BEL 20+0,11%
    • AEX+0,68%
    • CAC 40+0,47%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
  • Clôture des marchés européens

    AEX +0,68%

    CAC 40 +0,47%

    BEL 20 +0,11%

  • Le FMI pointe la prise de risques excessifs sur les marchés

    Alors que les marchés boursiers ont connu une embellie fulgurante depuis le troisième trimestre 2020, anticipant une reprise économique mondiale rapide et la poursuite de l'aide des gouvernements, le FMI invite à la prudence. Le Fonds monétaire international a mis en garde contre la prise de risques excessifs sur les marchés qui alimente une survalorisation des actifs.

    Les mesures de soutien budgétaires des gouvernements ont permis de maîtriser les risques de déstabilisation financière mais elles peuvent aussi avoir "des conséquences fortuites", souligne l'institution dans son rapport sur la stabilité mondiale financière (GFSR) publié dans le cadre de ses réunions de printemps. 

    "Les cours atteignent aujourd'hui des niveaux nettement plus élevés que ce que laissent présager les modèles fondés sur les paramètres fondamentaux (...) avec des différences marquées selon la taille des entreprises et leur secteur d'activité".
    Le FMI

  • Xavier Niel continue de monter dans Unibail-Rodamco-Westfield

    Selon un document de l'autorités française des marchés, l'AMF, l'homme d'affaires Xavier Niel possède 15,5% du capital du groupe immobilier Unibail-Rodamco-Westfield. Il était devenu récemment le premier actionnaire du géant mondial de l'immobilier commercial avec une participation de 11,4%. Xavier Niel, propriétaire notamment d'Iliad-Free et du Monde, fait partie du top 10 des milliardaires en France avec une fortune estimée à 7,3 milliards d'euros. 

  • Wall Street reste proche de ses sommets

    La Bourse de New York remonte dans le vert après une ouverture négative.

    Vers 16 heures (HB), le Dow Jones (-0,05%) était pratiquement stable alors que le S&P 500 et le Nasdaq avançaient de 0,13% et 0,19%. Wall Street reste proche des plus hauts historiques atteints la veille après la publication d'indicateurs économiques qui rassurent les investisseurs sur la reprise de l'économie.

    La cote a en effet applaudi lundi la publication d'un rapport sur l'emploi meilleur qu'attendu et celle de l'enquête ISM sur l'activité dans le secteur des services, dont l'indice a atteint un niveau record. Ce mouvement favorise désormais des prises de bénéfices.

    L'heure reste néanmoins aux bonnes nouvelles sur le plan économique puisque le Fonds monétaire international a une nouvelle fois relevé ses prévisions de croissance mondiale et table désormais sur un rebond de 6% cette année. 

    Aux valeurs, Norwegian Cruise Line gagne 2,71%, l'opérateur de croisières ayant annoncé une reprise de ses activités dans les Caraïbes et dans les îles grecques en juillet après une interruption d'un an à la suite de la pandémie.

    Snap grimpe de 5,63% après le relèvement de la recommandation d'Atlantic Equities, qui estime que le groupe propriétaire de Snapchat pourrait accroître significativement son chiffre d'affaires à moyen terme grâce notamment à la dynamique actuelle du marché publicitaire.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones 0,22%, S&P 500 -0,11% et Nasdaq -0,08%

  • Audiovalley a limité la casse en 2020 et est confiant pour l'avenir

    Malgré le coup dur enregistré par le marché publicitaire en période de pandémie, Audiovalley   limité les dégâts en 2020. Si le spécialiste bruxellois de l'audio digital a vu son chiffre d'affaires terminer en recul de près de 11%, à 19,6 millions d'euros, il a enregistré, par contre, un excédent brut d'exploitation (ebitda) positif à 622.000 euros. Il était négatif de 548.000 euros un an auparavant.

    Lire aussi | Audiovalley a limité la casse en 2020 et est confiant pour l'avenir

  • Carrefour et Deliveroo élargissent leur partenariat à la France

    Carrefour   et Deliveroo   ont annoncé avoir étendu à la France leur partenariat pour des services de livraison rapide de courses à domicile, déjà en vigueur en Belgique, en Italie et en Espagne. Ce service sera lancé cette semaine à Paris, avant de s'étendre à une dizaine d'autres villes dans les prochains mois, précisent les deux groupes dans un communiqué.

    Carrefour "aujourd'hui leader sur la livraison de courses à domicile (...) vient (avec ce partenariat) renforcer son offre de livraison express de courses à domicile et étend cette offre aux principales villes européennes", peut-on lire dans ce communiqué.

  • Le FMI s'attend à la croissance économique mondiale la plus élevée depuis 1980

    Le Fonds monétaire international (FMI) relève une nouvelle fois ses prévisions de croissance pour l'économie mondiale, tablant désormais sur un rebond de 6% cette année grâce aux mesures monétaires et budgétaires sans précédent.

    Pour l'organisation basée à Washington, qui tablait il y a trois mois sur une hausse de 5,5% de l'activité économique en 2021, l'amélioration des perspectives mondiales est surtout à mettre au crédit des États-Unis, où la croissance pourrait atteindre 6,4% cette année, du jamais vu depuis le début des années 1980.

     
     

    Cette nouvelle prévision pour l'économie américaine a été relevée de 1,3 point de pourcentage depuis janvier et représente près du double de celle d'octobre.

    Pour l'économie mondiale, une croissance de 6% sur l'année serait la meilleure performance enregistrée depuis 1976. Mais elle succéderait à une chute de 3,3% en 2020, la pire contraction depuis la Seconde Guerre mondiale.

    Les Perspectives économiques mondiales actualisées du FMI, présentées à l'ouverture des réunions de printemps du Fonds et de la Banque mondiale, reflètent aussi une divergence très marquée des trajectoires de rebond entre les États-Unis et le reste du monde, ce qui s'explique par l'impact du plan de relance de 1.900 milliards de dollars (1.610 milliards d'euros) lancé par l'administration Biden.

    Les perspectives sont moins spectaculaires pour les autres grandes économies avancées, comme le Japon (3,3% de croissance attendue cette année), l'Allemagne (3,6%) ou la France (5,8%), des pays pour lesquels le FMI n'a que légèrement relevé ses prévisions.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING , RAYTHEON - Japan Airlines (JAL) a retiré de sa flotte, avec un an d'avance, ses 13 appareils 777 de Boeing équipés de moteurs Pratt & Whitney, propriété de Raytheon, dont l'utilisation avait été suspendue en février après la panne moteur subie par un avion similaire de la compagnie United.

    * MODERNA prend 1,1% en avant-bourse. Selon le Wall Street Journal, son partenaire CATALENT a signé un accord pour quasiment doubler sa production aux États-Unis du vaccin contre le Covid-19 développé par le laboratoire américain.

    * TESLA - Le fondateur et patron du constructeur de voitures électriques Tesla, Elon Musk, grimpe de la 31e à la 2e place dans le dernier classement mondial des milliardaires établi par Forbes et toujours dominé par le fondateur d'AMAZON , Jeff Bezos.

    * BLACKROCK et son concurrent canadien Brookfield Asset Management ne sont plus dans la course pour le rachat d'une participation dans l'activité d'oléoducs du géant saoudien Aramco, une transaction qui pourrait atteindre 10 milliards de dollars (8,5 milliards d'euros), selon deux sources au fait des négociations.

    * PHILLIPS 66 anticipe une perte au premier trimestre plus importante que prévu, évoquant la vague de froid historique qui a affecté ses activités dans le golfe du Mexique.

    * KKR - La société de capital-investissement a annoncé ce mardi avoir levé 15 milliards de dollars (12,7 milliards d'euros) pour son quatrième fonds Asie-Pacifique, le plus important à ce jour.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en légère baisse tandis que les bourses européennes grimpent ce mardi à mi-séance après une interruption de quatre jours pour les fêtes de Pâques, les perspectives de reprise de l'économie ravivant l'appétit des investisseurs pour le risque.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,1% à 0,24% après les records battus lundi par le Dow Jones et le S&P-500 grâce de bons indicateurs économiques.

    En Europe, les indices actions européens évoluent favorablement, avec des gains compris entre +0,07% pour l'indice Bel 20 et +1,18% pour l'indice Dax à Francfort. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 engrangent de l'ordre de +0,85%.

    L'Europe, où la plupart des marchés étaient fermés lundi, profite à son tour de la publication, aux États-Unis, d'un rapport sur l'emploi supérieur aux attentes et de celle d'un indice ISM des services à un plus haut record, qui indiquent que la première économie du monde rebondit grâce aux mesures de relance et à la vaccination.

    En Chine aussi, l'activité dans les services a progressé le mois dernier, mais les bourses du pays n'ont pas profité de la nouvelle en raison des craintes d'un resserrement de la politique monétaire.

  • "Proximus reste notre action la moins aimée du secteur"

    Credit Suisse réduit son objectif de cours pour Proximus de 19 à 18 euros. La recommandation est de "vendre" (sous-performance).

    "Les perspectives du marché belge des services de télécommunications s'améliorent, mais Proximus reste notre action la moins aimée du secteur", déclare l'analyste Jakob Bluestone.

    Il énumère trois raisons:

    (1) Par essence, Proximus reste un acteur FTTC (fiber to the curb, c'est-à-dire un réseau fibre optique haute performance qui n'arrive que jusqu'au trottoir et non dans la maison, NDLR) et continue ainsi à avoir un désavantage concurrentiel sur un marché qui, pour le reste, offre presqu'un accès universel au câble.

    (2) Orange Belgium continue de gagner des parts de marché avec une gamme à des prix compétitifs.

    (3) Le risque qu'un quatrième acteur entre sur le marché du mobile demeure, si le spectre 5G est mis aux enchères.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Avis de brokers sur Proximus et AB InBev | Une biotech bondit | Ekopak en ébullition (+Briefing)

  • Le chômage stagne en zone euro

    Le chômage dans la zone euro a stagné en février par rapport à janvier, touchant 8,3% de la population active, mais il a augmenté d'un point sur un an, a annoncé mardi l'office européen des statistiques.

    Le chiffre de janvier, initialement estimé à 8,1%, a été revu en hausse de 0,2 point, a précisé Eurostat.

    Parmi les moins de 25 ans, le taux de chômage a légèrement reflué à 17,3%, contre 17,4% en janvier (un chiffre revu en hausse de 0,3 point).

  • L'action Elia sous tension

    Elia signe une baisse assez spectaculaire de l'ordre de 5% (à 89,25 euros), de loin la plus forte baisse au sein de l'indice Bel 20.

    Maintenant que les investisseurs parient sur une reprise économique solide grâce à la réouverture des économies, le statut d'Elia en tant que valeur refuge (ses revenus sont décorrélés de l'évolution économique) est logiquement moins populaire auprès des investisseurs qui privilégient les actifs risqués.

    De plus, le rapport annuel d'Elia publié au début du mois dernier n'a pas convaincu, alors que d'importants travaux de maintenance sur le réseau allemand de 50Hertz pèseront sur le bénéfice en 2021. Juste avant les vacances de Pâques, ING a abaissé l'objectif de cours de 93 à 90 euros, avec une recommandation de "conserver".

    L'analyste d'ING Quiryn Mulder pense que l'action est devenue trop chère. Et ceci, certainement compte tenu du fait que le rendement du dividende est toujours de 1,8%, soit 60% de moins que les 4,7% qu'offrent en moyenne les "utilities" européennes.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en hausse et sur des niveaux records dans le sillage de Wall Street, les espoirs d'une accélération de la reprise économique mondiale avec les progrès de la vaccination contre le coronavirus ayant rendu l'appétit pour le risque aux investisseurs.

    Les gains varient entre +0,44% à Paris et +0,96% à Francfort.

    Contre la tendance, l'indice Bel 20 évolue en léger recul de 0,03%, neutralisé, notamment, par la chute de 5% d'Elia et le repli de 1,68% d'Umicore, et ce, malgré les gains d'Aperam (+3,8%) et de Melexis (+1,6%).

    L'indice EuroStoxx 50 et le Stoxx 600 sont en hausse de l'ordre de 0,7%.

    Après quatre jours de fermeture des marchés européens à l'occasion du long week-end de Pâques, les investisseurs applaudissent ainsi les chiffres mensuels de l'emploi aux États-Unis publiés vendredi, qui ont largement dépassé les attentes avec 916.000 postes créés, une bonne surprise à laquelle est venu s'ajouter lundi un indice ISM des services supérieur au consensus et au plus haut de son histoire à 63,7.

    "Les premiers indicateurs conjoncturels, retraçant l'activité économique aux États-Unis pour le mois de mars, sont impressionnants", écrit Hervé Goulletquer, stratégiste chez LBPAM.

    En outre, l'activité dans les services en Chine a rebondi en mars après un passage à vide le mois précédent, selon l'indice d'activité des directeurs d'achat (PMI) calculé par le cabinet IHS Markit.

    Si l'agenda économique du jour est maigre, les investisseurs surveilleront, à 14h30, les prévisions économiques actualisées du Fonds monétaire international (FMI).

  • BP atteint son objectif d'endettement, l'action carbure

    BP indique avoir atteint son objectif d'atteindre une dette nette de 35 milliards de dollars au premier trimestre 2021. C'est plus tôt que prévu, précise le géant pétrolier britannique dans son communiqué.

    BP explique que c'est grâce à l'encaissement plus rapide qu'escompté du produit de cessions et à une solide performance commerciale durant le premier trimestre.

    Le groupe ajoute qu'il fera le point prochainement sur ses résultats du premier trimestre et sur son programme de rachats d'actions.

    BP gagne 2,9% dans un marché londonien en hausse de 1,2%.

  • Ekopak: +36% depuis l'IPO

    Ekopak bondit de 18%, à 19 euros, c'est aussi 35,7% de plus que le prix d'IPO de 14 euros. L'entreprise de traitement de l'eau de Tielt est cotée depuis ce mercredi 31 mars sur Euronext Bruxelles.

  • Voici le briefing actions belges

    Conseil d'achat sur AB InBev | Ekopak a bondi de 26% depuis son IPO | Oxurion grimpe (+Briefing)

  • Credit Suisse: +1,8%

    Credit Suisse gagne 1,8% après avoir annoncé le remplacement de deux membres de sa direction et une baissede la rémunération de ses principaux dirigeants.

  • Air France-KLM passe dans le rouge

    Air France-KLM passe dans le rouge et perd 1,3%.

  • L'indice Stoxx 600 efface ses pertes liées à la pandémie

    Le DJ Stoxx 600 démarre la séance en hausse de 0,9%, à 436,13 points. L'indice retrouve et dépasse ainsi son plus haut de 433,90 points du 19 février 2020, un seuil atteint peu avant la dégringolade liée à la pandémie de Covid-19.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +1,18%
    Bruxelles: +0,40%
    Paris: +0,87%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,67%
    DJ Stoxx 600: +0,73%

    Air France-KLM:+2,06%

  • Vésale Bioscience vise la bourse

    Restructurée en trois entités, Vésale Pharma ouvre le capital de celle dédiée à la phagothérapie à de nouveaux investisseurs. Une IPO est prévue dans les trois ans.

  • "Pas de discussions entre Dolce & Gabbana et Kering"

    Dolce & Gabbana ne discute pas d'un éventuel rapprochement avec Kering , a déclaré l'administrateur délégué du groupe de mode italien dans une interview publiée dans la presse ce mardi.

    "Je peux absolument le démentir", a déclaré Alfonso Dolce, interrogé sur un mariage avec le propriétaire de Gucci.

    Il n'a toutefois pas exclu que son groupe participe à un "projet italien plus large" rassemblant plusieurs marques.

  • L'État français vole au secours d'Air France-KLM

    L'État français va accorder une nouvelle aide à Air France pour un montant allant jusqu'à quatre milliards d'euros, a annoncé, ce mardi, le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire.

    Cette recapitalisation prévoit la conversion du prêt d'État de trois milliards d'euros, déjà accordé par la France l'an dernier, en un instrument de capital hybride et une augmentation de capital pouvant aller jusqu'à un milliard d'euros. L'État va ainsi devenir le premier actionnaire du groupe Air France-KLM avec près de 30% du capital.

    La Commission européenne a donné son accord à une nouvelle aide en contrepartie de l'abandon de 18 créneaux horaires d'atterrissage et de décollage à Orly.

  • Oxurion s'assure un financement de 30 millions d'euros

    Basé à Paris, Negma Group va investir jusqu'à 30 millions d'euros dans Oxurion , une biotech belge spécialisée dans des thérapies visant l’arrière de l'oeil, en échange d'obligations convertibles.

  • "Achetez AB InBev"

    Le courtier américain Northeast Securities a démarré la couverture de l'ADR d'AB InBev avec une recommandation d'acheter. L'objectif de cours est de 74,22 euros, à mettre en regard d'un cours de 64,34 dollars pour l'ADR en clôture lundi soir.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture au sortir du long week-end pascal, Wall Street ayant montré la voie lundi avec des records de clôture sur fond d'espoirs d'une croissance vigoureuse de la première économie du monde.

    D'après les premières indications disponibles, l'Euro Stoxx 50 ouvrirait en hausse de 0,8%. Le Dax à Francfort prendrait 1,16%, l'AEX 1%, le Cac 40 0,75% et le FTSE 100 0,6%.

    Le climat général reste porté par des indicateurs économiques encourageants, en particulier aux États-Unis, et bénéficie, par ailleurs, de l'apaisement des rendements des emprunts d'État américains.

    La croissance de l'activité du secteur des services aux États-Unis a bondi à un niveau record en mars, montre l'enquête mensuelle de l'Institute for supply management (ISM) publiée lundi.

    Cette annonce est intervenue trois jours après celle de la création de plus de 900.000 emplois non agricoles en mars, toujours aux États-Unis, alors que les économistes interrogés par Reuters en prévoyaient en moyenne 647.000.

    "Dans l'ensemble, c'est bon pour l'économie mondiale et cela incite à se placer sur les paires de devises les plus cycliques et à acheter des actions", commente Kyle Rodda, analyste de marché chez IG à Melbourne. "Les rendements n'ont pas beaucoup bougé, ce qui a favorisé le secteur technologique."

  • Le pétrole reprend des couleurs

    Le repli du dollar et les espoirs pour la demande donnent un coup de pouce au pétrole, dont les deux contrats de référence sont orientés à la hausse.

    Le baril de Brent de mer du Nord prend 0,6%, à 62,52 dollars, et celui de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) gagne 0,7%, à 59,08 dollars.

    Les cours du pétrole ont fortement baissé lundi, au retour d'un week-end de trois jours, dans un marché continuant de digérer la décision prise la semaine dernière par les principaux pays exportateurs d'alléger progressivement leurs coupes de production.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a conclu à Londres à 62,15 dollars, en baisse de 4,18% (2,71 dollars). À New York, le baril américain de WTI pour le mois de mai a plongé de 4,56% (2,89 dollars), à 58,65 dollars.

  • Les têtes tombent chez Credit Suisse

    Face aux secousses Greensill et Archegos, Credit Suisse annonce le remplacement de deux membres de sa direction, la réduction de son dividende 2020 et une baisse de la rémunération de ses principaux dirigeants à la suite d'une perte estimée à 4,4 milliards de francs suisses (4,25 milliards d'euros) liée à la chute du fonds américain Archegos Capital.

    Lara Warner, directrice du contrôle du risque, et Brian Chin, directeur de la banque d'investissement, quittent leurs fonctions.

    Credit Suisse table désormais sur une perte avant impôt d'environ 900 millions de francs, les pertes liées au dossier Archegos ayant effacé la solide performance trimestrielle du groupe suisse.

  • À suivre cette semaine sur les marchés

    La semaine risque d'être calme sur les marchés. De nombreux intervenants sont absents en raison des fêtes de Pâques et peu de statistiques sont attendues.

    Du côté des résultats d'entreprises, la saison semble terminée. La biotech belge Nyxoah devait annoncer ses chiffres annuels lundi, mais elle a repoussé la date au 9 avril. La société de solutions de mobilité Europcar publiera, par contre, ses résultats mercredi.

    Sur le plan macroéconomique, les estimations des demandes d'allocations de chômage aux États-Unis seront publiées jeudi. Autre statistique au programme: l'indice PMI de services en mars est attendu pour la zone euro mercredi.

    Les prévisions pour l'économie mondiale du Fonds monétaire international seront toutefois scrutées, ce mardi, par les investisseurs. La directrice de l'institution, Kristalina Gueorguieva, a déclaré récemment s'attendre à une reprise économique à plusieurs vitesses, car les économies divergent entre les États-Unis et la Chine d'un côté, et les pays en développement à la traîne, de l'autre. Elle a aussi rappelé l'inquiétude du FMI sur la trajectoire de la pandémie de Covid-19 en raison des progrès de vaccination inégaux entre les pays. L'organisation a appelé les gouvernements à freiner les contaminations.

    Mercredi, la Réserve fédérale américaine publiera le compte rendu de sa réunion de politique monétaire du 17 mars. Elle avait alors relevé fortement ses prévisions économiques pour les États-Unis. Mais elle a laissé inchangé ses taux d'intérêt et n'a pas annoncé de mesures pour juguler la hausse des rendements obligataires américains, qui sont passés de 0,90% en quelques mois aux alentours de 1,7%.

  • L'Euro Stoxx 50 indiqué en hausse après les records à Wall Street

    Bonjour! Bienvenue sur notre "Market live". Les transactions reprennent ce mardi 6 avril sur Euronext Bruxelles, après le long week-end de Pâques.

    L'Euro Stoxx 50 est indiqué en hausse de 0,20% alors que le Dow Jones et le S&P 500 ont clôturé à des plus hauts lundi, soutenus par la publication d'indicateurs jugés rassurants pour l'état de l'économie. Ceux-ci laissent espérer que le pays s'apprête à enregistrer son expansion économique la plus forte en près de 40 ans.

    > L'indice Dow Jones a gagné 1,13%, à 33.527,19 points, un nouveau record.
    > Le S&P-500, plus large a pris 1,44%, à 4.077,78 points, signant, lui aussi, un plus haut historique.
     >Le Nasdaq Composite a avancé de 1,67%, à 13.705,59 points.

    La croissance de l'activité du secteur des services aux États-Unis a bondi à un niveau record en mars, montre l'enquête mensuelle de l'Institute for supply management (ISM) publiée lundi.

    Cette annonce intervient quelques jours après celle de la création de plus de 900.000 emplois non-agricole au mois de mars alors lors que les économistes interrogés par Reuters en prévoyaient en moyenne 647.000.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés