1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le S&P-500 atteint un record de clôture, aidé par les tech

Wall Street a fini globalement dans le vert, le S&P 500 terminant sur un record, dopé par un bon indicateur de l'emploi américain et par les secteurs de la consommation et des technologies. La plupart des marchés européens ont terminé dans le rouge. Tesla a chatouillé son sommet historique.
  • À suivre ce vendredi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Ce vendredi, outre une nouvelle vague de résultats trimestriels, les investisseurs prendront également connaissance des données préliminaires pour les indices PMI de ce mois-ci.

  • Tesla et HP Inc ont grimpé

    Côté valeurs, Tesla  a été le principal catalyseur du Nasdaq, progressant de 3% au lendemain de la publication d'un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes de Wall Street, même si le constructeur automobile a prévenu que les perturbations dans les chaînes d'approvisionnement pourraient exercer une pression sur ses marges dans les trimestres à venir.  

    HP Inc  a, quant à lui, bondi de 6,9% à la suite du relèvement de son objectif de cours, après avoir fait état de prévisions revues à la hausse pour l'exercice fiscal 2022. 

  • Mattel confiante dans ses capacités d'approvisionnement pour Noël

    Mattel a relevé jeudi ses prévisions de ventes pour 2021, affirmant qu'elle surmonterait les perturbations de livraison à l'échelle du secteur pour annoncer une saison des fêtes forte, tirée par Barbie et Hot Wheels. 

    L'entreprise a accéléré sa production, contracté une plus grande capacité de fret maritime et obtenu l'accès à des ports supplémentaires pour maintenir l'approvisionnement pendant la période la plus cruciale de l'année pour les fabricants de jouets, a déclaré à Reuters le directeur général Ynon Kreiz.

    Alors que la demande de jouets n'a jamais été aussi forte, de graves goulets d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement mondiale ont menacé de vider les rayons des magasins pendant les fêtes de fin d'année, laissant les détaillants et les fournisseurs se démener pour trouver des moyens d'accélérer les expéditions de produits. 

  • Le chiffre d'affaires au T3 d'Intel manque les estimations des analystes

    Intel Corp  a fait état d'un chiffre d'affaires pour le troisième trimestre inférieur aux attentes de Wall Street, le fabricant de puces étant à la traîne par rapport à ses rivaux qui proposent des puces plus rapides pour répondre à la demande d'appareils informatiques pour le travail hybride.

    Les actions d'Intel, l'un des plus grands fabricants de puces électroniques au monde, ont chuté de 4% dans les premiers échanges d'après bourse.

    Le plan du patron d'Intel, Pat Gelsinger, qui vise à redonner un coup de jeune à l'entreprise, est largement considéré comme bénéfique à long terme, les actions ayant augmenté d'environ 11% cette année. Cependant, ses rivaux concepteurs de semi-conducteurs, comme Nvidia Corp et Advanced Micro Devices, prennent de l'avance et s'emparent de parts de marché. 

    Le chiffre d'affaires ajusté du troisième trimestre s'est ainsi établi à 18,1 milliards de dollars, manquant les estimations de 18,24 milliards de dollars.

    Intel anticipe toutefois des revenus pour le quatrième trimestre légèrement supérieurs aux attentes du marché. La société prévoit ainsi  un chiffre d'affaires d'environ 18,3 milliards de dollars pour le quatrième trimestre, contre une estimation moyenne des analystes de 18,25 milliards de dollars, selon les données IBES de Refinitiv.

    Le groupe californien a également annoncé que son directeur financier, George Davis, prévoyait de prendre sa retraite en mai 2022.

  • A Wall Street, le S&P 500 renoue avec les records

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé, le Dow Jones ayant fini dans le rouge après la publication des résultats d'IBM, mais le S&P-500 s'étant établi à un nouveau record dans le sillage des gains des grandes valeurs technologiques, dont Tesla.  

    L'indice Dow Jones a cédé 0,02%, ou 6,26 points, à 35.603,08 points. Le S&P-500, plus large, a pris 13,59 points, soit 0,30%, à 4.549,78 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 94,02 points (0,62%) à 15.215,70 points.

    Alors qu'il avait continué de grimper mercredi, atteignant un pic inédit en cours de séance, le Dow Jones a basculé dans le rouge après qu'IBM a publié un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes du marché. Le géant de l'informatique a chuté de 9,6% dans les échanges. 

    Le S&P-500 a lui terminé en hausse pour une septième journée consécutive, malgré le repli de son secteur de l'énergie alors que les prix du brut ont reculé sur fond de préoccupations à l'égard de la demande. "En grande partie, la séance a été sans risque, les gens se tournant de nouveau vers des secteurs plus défensifs" dont les géants technologiques, a commenté Chris Zaccarelli, directeur des investissements chez Independent Advisor Alliance, à Charlotte en Caroline du Nord. 

  • Wall Street finit globalement en hausse

    Dow Jones: -0,02%.

    S&P 500: +0,30%.

    Nasdaq Composite: +0,62%.

  • Le pétrole fait une pause, mais rien n'a changé sur le fond

    Les cours du pétrole ont nettement baissé, sous l'effet de prises de bénéfices après une cavalcade endiablée, mais les conditions restent réunies pour aller plus haut.  

    Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a cédé 1,41% ou 1,21 dollar à Londres par rapport à la clôture de la veille, pour finir à 84,61 dollars.  

    À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois, dont c'était le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a lui perdu 1,10% ou 92 cents, pour finir à 82,50 dollars.  

    Le WTI a ainsi repris son souffle après avoir enregistré neuf hausses en dix séances, de même que le Brent qui, s'il a connu un parcours plus sinueux, a néanmoins gagné plus de dix dollars le baril en un mois. "Même si certaines projections tablent sur 100 dollars, les prix actuels commencent à paraître élevés pour les opérateurs, qui ont toujours la tentation d'engranger des profits", a commenté, dans une note, Louise Dickson, analyste du cabinet Rystad Energy. 

  • Retour sur la tendance du jour

    La plupart des marchés européens ont terminé dans le rouge ce jeudi, alors que les valeurs liées aux métaux de base ont encore souffert. Retrouvez l'essentiel de l'actualité des marchés boursiers de la journée dans notre article complet ici. 


  • La Fed restreint fortement l'activité boursière de ses responsables

    La Banque centrale américaine (Fed) a annoncé de nouvelles règles, restreignant fortement les investissements sur les marchés autorisés à ses responsables après des divulgations sur des transactions effectuées par certains membres, ayant conduit à la démission de deux d'entre eux.  

    Ces nouvelles règles leur interdisent "d'acquérir des actions individuelles, de posséder des obligations spécifiques, des participations dans des titres d'agences publiques (directement ou indirectement) (comme les bons du Trésor, NDLR) ou d'acheter des produits dérivés". "Les responsables de la Fed ne pourront investir que dans des instruments de placements diversifiés, comme des fonds communs de placements", précise l'institution dans un communiqué.  

    Ces nouvelles conditions ont été mises en place à l'issue du passage en revue des règles d'éthiques lancé par la Fed. Plusieurs responsables, dont son président Jerome Powell, ont été mis en cause pour leurs transactions boursières importantes pendant la crise, avant des chutes du marché ce qui avait alimenté des soupçons de conflits d'intérêts. 

  • Les ventes de L'Oréal tirées par l'engouement pour le luxe au T3

    L'Oréal  a fait état d'une croissance meilleure qu'attendu de ses ventes au troisième trimestre, à la faveur d'une forte demande pour ses produits haut de gamme.  

    Le groupe français de cosmétiques, qui possède notamment la marque Lancôme, a enregistré une hausse de 13,1% de ses ventes de juillet à septembre, hors effets de change et acquisitions.  

    Cette expansion est supérieure au consensus cité par Deutsche Bank qui laissait entrevoir une croissance de l'ordre de 8%.  

    Si ses ventes en Chine lui ont une fois de plus permis de dégager une hausse à deux chiffres de ses ventes, soutenues notamment par ses soins capillaires et soins de la peau, elles ont parfois été pénalisées par les mesures de restrictions décidées çà et là. La Chine est devenue l'année dernière le deuxième marché de la planète pour les produits de beauté, derrière les Etats-Unis, selon une étude de l'institut de recherche Statista.

  • Vivendi bat le consensus au T3 après l'introduction en Bourse d'Universal

    Le groupe français de médias Vivendi , qui s'est séparé le mois dernier d'Universal Music Group après son introduction en Bourse, a fait état d'une hausse de plus de 10% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, grâce notamment à son activité de télévision payante Canal+.  

    Le chiffre d'affaires du groupe s'est élevé à 2,48 milliards d'euros, a indiqué Vivendi dans un communiqué. Le consensus des analystes Visible Alpha fourni par Jefferies était de 2,26 milliards d'euros.  

    Le Groupe Canal+, désormais principale unité de Vivendi, a vu son chiffre d'affaires progresser de 6,5% grâce notamment à son développement à l'international et à un bond de 35% des ventes de Studiocanal, qui produit et distribue les films de Canal+. Studiocanal a bénéficié de la réouverture des cinémas à la faveur du recul de la pandémie de COVID-19 et du succès de ses séries télévisées. 

    Avec une valorisation boursière d'environ 12 milliards d'euros, Vivendi ne pèse plus qu'un peu plus du tiers de sa valeur avant la scission avec Universal Music Group le mois dernier. 

  • Wall Street évolue en ordre dispersé

    Wall Street évolue toujours sans tendance claire, moins de deux heures avant sa clôture. Les investisseurs tentent de jauger les risques inflationnistes dans un contexte de ralentissement économique tout en épluchant des publications trimestrielles mitigées de sociétés cotées.

    L'indice Dow Jones recule ainsi de 0,36%, tandis que le S&P, plus large, évolue presque à l'équilibre. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, progresse de 0,35%. 

  • Le Bitcoin s'éffondre de 87% sur Binance US en raison d'un bug

    L'espace d'un instant, le prix du bitcoin a rapidement chuté d'environ 87% sur la plateforme d'échange de cryptomonnaies Binance US, passant de 65.000 dollars à 8.200 dollars. Un "flash crash" qui ne s'est pas répliqué sur les autres plateformes d'échanges, tandis que sur Binance US son prix est presque revenu immédiatement à son niveau antérieur. 

    "L'un de nos traders institutionnels nous a indiqué qu'il y avait un bug dans son algorithme de trading, ce qui semble avoir causé la liquidation ", a déclaré Binance US dans un communiqué envoyé par e-mail. "Nous continuons à examiner l'événement, mais nous avons compris du trader qu'il a maintenant corrigé son bug et que le problème semble avoir été résolu." 


  • La société qui doit fusionner avec le réseau social de Trump s'envole à Wall Street

    Digital World Acquisition Corp , qui a annoncé un projet de fusion avec le futur réseau social de l'ex-président américain Donald Trump, affolait les compteurs de Wall Street jeudi.  

    Le titre, qui s'échange sous le symbole DWAC au Nasdaq, bondissait de près de 270%. Il est monté jusqu'à 39,50 dollars alors qu'il avait terminé la séance de mercredi à 9,96 dollars. Face à l'extrême volatilité de l'action, les transactions ont même été brièvement suspendues quelques minutes.  

    Banni de Twitter, Facebook et YouTube pour avoir incité ses partisans à la violence avant l'assaut contre le Capitole en janvier, M. Trump a annoncé mercredi le lancement prochain de sa propre plateforme, qui s'appellera "Truth Social". 

  • EVS relève ses prévisions de revenus pour 2021

    Dans un communiqué publié après-bourse ce jeudi, EVS Broadcast Equipment  annonce que ses prévisions du chiffre d’affaires 2021 augmentent de 5 millions d’euros et devraient se situer entre 120 et 130 millions d’euros.

    Le spécialiste de la technologie vidéo en direct tablait, auparavant, sur un chiffre d’affaires de 115 à 125 millions d’euros pour l'ensemble de l'année. La société explique que l'augmentation du chiffre d’affaires est basée sur une accélération du rattrapage post-Covid et également sur une reprise continue des activités au niveau de tous les piliers de marché.

    Cependant, nous restons très vigilants par rapport à la pénurie mondiale au niveau de la chaîne d’approvisionnement.
    EVS

  • Cofinimmo continue son expansion en Finlande

    Cofinimmo  fait l'acquisition de la société qui développera une maison de repos et de soins à Helsinki, pour un budget d'investissement (terrain et travaux compris) d'environ 19 millions d'euros. 

    Les travaux devraient débuter au quatrième trimestre 2021 dans le cadre d’un projet turnkey, et la livraison du projet est prévue pour le premier trimestre de 2023, précise la société immobilière dans son communiqué. Le bail de type double net aura une durée fixe de 15 ans et demi.

    Le site, qui aura une superficie d’environ 3.900 m² et offrira 75 chambres de soins intensifs, est déjà pré-loué à Attendo , l'un des plus importants prestataires de soins aux personnes âgées en Scandinavie, coté en bourse. 

  • Onward Medical termine à l'équilibre

    Pour son premier jour de cotation en bourse, la medtech Onward Medical  a terminé en légère baisse de 0,08%, à 12,74 euros  

  • Le Bel 20 termine dans le rouge

    Le Bel 20 a clôturé sur une baisse de 0,57%. Melexis , Telenet et Colruyt  mènent la danse. Elia , Aperam et Umicore ferment la marche.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,57%

    AEX: +0,27% 

    CAC 40: -0,29%

    Résultats provisoires

  • Exmar va développer un transporteur de CO2

    Exmar  et Lattice Technology ont signé un accord sur le développement conjoint d'un nouveau type de navire pour le transport de CO2. 

    Ce navire entend répondre à la nécessité de décarboniser l'atmosphère et l'économie mondiale, qui dépend fortement de la sécurité d'approvisionnement en énergie. L'une des solutions rapides et prometteuses pour couvrir ces deux opportunités est le "Carbon Capture Utilization and Storage" (CCUS). Pour réaliser des projets CCUS durables, il sera nécessaire de transporter le CO₂ de manière économique et à très grande échelle.

    Le transporteur de CO2 aura une envergure de 40,500 m³ et sera également adapté au transport de LPG et d'ammoniac, précise la société dans son communiqué

     

  • L'euro est stable, le bitcoin reprend son souffle

    L'euro était stable (-0,04%) par rapport au billet vert à 1,1644 dollar vers 15h40. 

    Le bitcoin reprenait, quant à lui, son souffle (-0,80%) à 65.469 dollars. Il a atteint mercredi un nouveau record, à 66.976 dollars, porté par le lancement d'un produit financier à Wall Street lié à la cryptomonnaie. 

  • Le pétrole poursuit son reflux

    Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre reculait de 0,98% par rapport à la clôture de la veille, à 85 dollars à Londres vers 15h40.  

    À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de décembre, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, perdait 0,80% à 82,75 dollars. 

  • Les marchés mondiaux sur une ligne de crête

    Les marchés mondiaux étaient sur une ligne de crête face aux risques inflationnistes dans un contexte de ralentissement économique et face aux tourments du promoteur immobilier chinois Evergrande.  

    En Europe, Paris lâchait 0,28%, Londres 0,42%, Francfort 0,11% et Milan faisait du surplace vers 16h. À Bruxelles, le Bel 20 cédait 0,20%.  

    La Bourse de New York évoluait en légère baisse après avoir frôlé des records la veille pour le Dow Jones et le S&P 500: le Dow Jones lâchait 0,17%, le Nasdaq prenait 0,16%. 

  • Crocs accélère au T3, le titre s'envole

    Crocs  nous a sorti un troisième trimestre "exceptionnel". L'entreprise américaine de fabrication de chaussures a vu ses ventes augmenter de 73% pour atteindre 626 millions de dollars. Les bénéfices ont également accéléré pour atteindre 153 millions de dollars, soit 2,42 dollars par action. Les ventes en ligne ont augmenté de 69 %. 

    L'entreprise de Boulder, dans le Colorado, affirme pouvoir s'accommoder relativement bien des perturbations sur les chaînes d'approvisionnement. 

    Son titre s'envolait de 9%, peu après l'ouverture de Wall Street. 

  • Didi: +4,5%

    L'action du géant chinois des VTC Didi Global  grimpe de 4,5% à Wall Street. La raison? Une information selon laquelle Pékin a enjoint au groupe d'étudier une cotation à Hong-Kong. 

  • Tesla en route vers son record

    L'action du constructeur de voitures électriques Tesla prend près de 3% dans les premiers échanges en réaction à la publication la veille d'un excellent bulletin trimestriel, malgré les pénuries.

    Le titre de la société dirigée par Elon Musk évolue à présent autour de 887 dollars, soit son plus haut niveau de l'année et à 13 unités de son record absolu. 

  • IBM: -6,5%

    IBM  cède plus de 6,5% à l'ouverture de Wall Street.

    Le groupe a publié mercredi un chiffre d'affaires au troisième trimestre inférieur aux attentes du marché. Ses ventes ont notamment été pénalisées par une baisse des commandes de la division spécialisée dans la gestion des infrastructures informatiques des entreprises, qui va se séparer d'IBM.

  • Wework démarre en forte hausse pour son entrée en bourse

    WeWork ouvre à 11,28 dollars, soit une hausse d'environ 8%, lors de son entrée sur la Bourse de New York. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,20%

    S&P 500: -0,10%

    Nasdaq Composite: -0,07%

  • USA: recul des inscriptions au chômage à 290.000

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué aux Etats-Unis lors de la semaine au 16 octobre, à 290.000 contre 296.000 (révisé) la semaine précédente, a annoncé le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne 300.000 inscriptions au chômage.

    La moyenne mobile sur quatre semaines s'établit à 319.750 contre 335.000 (révisé) la semaine précédente.

  • American Airlines dégage des résultats meilleurs que prévu

    La compagnie American Airlines   a dévoilé des résultats meilleurs qu'attendu pour le troisième trimestre malgré la montée progressive du variant Delta du Covid-19 au cours de la période, qui a freiné la reprise du trafic aérien. "Le troisième trimestre a commencé très fort", a souligné la direction dans un message aux employés. "Le chiffre d'affaires grimpait alors que les entreprises retournaient au travail et que leurs employés retournaient dans les airs."

    Le groupe a bien dégagé un bénéfice net de 169 millions de dollars sur la période. Mais hors éléments exceptionnels, American Airlines a encaissé une perte de 641 millions de dollars, sa plus faible perte d'exploitation depuis le début de la pandémie. Rapporté par action, cette perte s'est élevé à 99 cents là où les analystes anticipaient une perte de 1,04 dollar.

  • Wall Street est attendue en légère baisse

    Wall Street est attendue en légère baisse, dans un contexte d'aversion au risque alimentée par des résultats d'entreprises contrastés et les difficultés du chinois Evergrande.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une baisse à l'ouverture de 0,3% pour le Dow Jones, qui a atteint un pic record mercredi, et un repli de 0,2% pour le S&P-500 et pour le Nasdaq.

  • La banque centrale turque abaisse de deux points le taux directeur

    La Banque centrale de Turquie a baissé de deux points son principal taux directeur, de 18% à 16%, suivant le souhait du président turc Recep Tayyip Erdogan opposé aux taux d'intérêt élevés. La baisse du taux directeur de la banque centrale intervient contrairement aux attentes du marché.

    La Banque centrale de Turquie avait déjà abaissé d'un point fin septembre son principal taux directeur.

  • Atos monte après le changement de DG et le point sur les partenariats

    Atos   a annoncé mercredi l'arrivée prochaine à la direction générale de Rodolphe Belmer, qui dirige actuellement l'opérateur de satellites Eutelsat, en remplacement d'Elie Girard, en poste depuis moins de trois ans. "Il y avait une vraie défiance envers Elie Girard de la part des investisseurs, qui le trouvaient un peu trop dans l'ombre de Thierry Breton (ex-DG du groupe aujourd'hui commissaire européen-ndlr), qui le trouvaient encore trop directeur financier dans son approche et pas assez visionnaire", explique un analyste. "Il fallait vite quelqu'un et le changement de management, c'est un stimulus assez facile".

    Le groupe a publié simultanément un chiffre d'affaires trimestriel de 2,67 milliards d'euros, stable en données publiées mais en recul de 2,3% en données organiques. Il a confirmé ses objectifs annuels, qu'il avait revus en baisse en juillet.

    Il a aussi évoqué des "discussions avancées" concernant sa division Unified Communications & Collaboration et plusieurs "marques d'intérêt" pour ses activités de centres de données. En juillet, il avait annoncé se mettre en quête de partenaires pour des activités représentant environ 20% de son chiffre d'affaires

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Chute de 28% en un mois pour cette medtech | Une biotech s'envole | Avis de brokers sur KBC, Elia, Umicore, Barco et une SIR (+Briefing)

  • Une biotech en feu à la Bourse de Bruxelles

    La biotech française Advicenne  a gonflé de plus de 20% en première partie de séance sans raison apparente. Le spécialiste des traitements pour les maladies rares nous refait-il le coup du mois de mai dernier? Advicenne avait alors pris subitement plus de 30% en séance, encore une fois sans raison apparente.

    Il s'est ensuite avéré que le marché avait réagi positivement au feu vert européen accordé à la biotech pour commercialiser le Sibnayal, son principal candidat médicament. Advicenne n'avait pas communiqué cette importante information dans l'immédiat. 

    Le Sibnayal est destiné aux patients atteints d’acidose tubulaire rénale distale. Il s’agit d’une maladie orpheline caractérisée par l’incapacité du rein d’excréter les acides issus du métabolisme et pour laquelle il n’y a pas de traitement approuvé. 

    Le Sibnayal attend encore l'aval des autorités sanitaires américaines, ce qui pourrait expliquer le coup de chaud du jour. Autre piste, Advicenne, qui a mis de l'ordre dans sa structure, n'a jamais caché son besoin de s'adosser à un partenaire de renom pour l'aider à commercialiser ses traitements. L'acolyte espéré a-t-il frappé à la porte du groupe français? 

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * TESLA a fait état mercredi d'un chiffre d'affaires sur la période juillet-septembre supérieur aux attentes de Wall Street et d'un nombre record de livraisons de véhicules sur le trimestre. Le constructeur a cependant indiqué que les perturbations dans les chaînes d'approvisionnement et l'ouverture de nouvelles usines pourraient exercer une pression sur ses marges. L'action recule de 1,3% en avant-Bourse.

    * IBM a publié mercredi un chiffre d'affaires au troisième trimestre inférieur aux attentes du marché, ce qui a fait chuter l'action de 4% dans les transactions après la clôture de Wall Street. Les ventes du groupe ont notamment été pénalisées par une baisse des commandes de la division spécialisée dans la gestion des infrastructures informatiques des entreprises, qui va se séparer d'IBM.

    * INTEL, MATTEL et CHIPOTLE publieront leurs résultats du troisième trimestre après la clôture de Wall Street.

    * AT&T, DOW et SOUTHWEST AIRLINES publieront leurs résultats du troisième trimestre avant l'ouverture de la Bourse de New York.

    * MODERNA, JOHNSON & JOHNSON, PFIZER , BIONTECH - La Food and Drug Administration, l'autorité sanitaire aux Etats-Unis, a autorisé mercredi l'utilisation des vaccins contre le COVID-19 développés par Moderna et par Johnson & Johnson pour la dose de rappel, indiquant par ailleurs que les Américains pouvaient choisir un vaccin différent de celui reçu initialement. Elle avait déjà autorisé l'utilisation, pour la dose de rappel, du vaccin mis au point par Pfizer avec BioNTech.

  • La course au cash de cette biotech belge passe par le Nasdaq

  • Les photos de l'entrée en bourse d'Onward Medical

  • KBCS retire Elia de ses favoris

    Le régulateur allemand BNetzA imposera un rendement inférieur aux entreprises de réseau à partir de 2024. En conséquence, les revenus qu'Elia  perçoit de sa filiale allemande 50Hertz vont diminuer. "C'est un revers pour 50Hertz et pour Elia en général", commente l'analyste Olivier Vandewoude de KBC Securities. "Nous ne nous attendions pas à ce que ce rendement, qui est l'élément principal de la redevance, chute si fortement."

    Il admet que les autres éléments de la redevance, qui restent à déterminer, peuvent atténuer l'impact, mais ils fermeront l'écart avec incapable de fermer le rendement actuel.

    Elia prévoit un rendement total des capitaux propres de 9 à 11% pour 50Hertz pour la période 2021-2023. Vandewoude pense qu'à partir de 2024, un return de 7 à 9% deviendra la nouvelle norme. C'est pourquoi sa recommandation passe d' "acheter" à "conserver".

  • Eurofins chute, la prévision annuelle d'Ebitda déçoit

    Le groupe de laboratoires scientifiques Eurofins   évolue en nette baisse à la Bourse de Paris. Le groupe, qui a fait son entrée le mois dernier au sein de l'indice phare de la Bourse de Paris, a fait état d'une hausse de 14,6% de son chiffre d'affaires au titre du troisième trimestre, à 1,63 milliard d'euros. Le groupe a relevé sa prévision de chiffre d'affaires à 6,35 milliards d'euros pour 2021, contre 6,15 milliards attendu précédemment, mais n'a pas revu son objectif d'Ebitda ni de flux de trésorerie disponible pour l'exercice 2021.

    "L'absence d'amélioration de l'Ebitda fait que le consensus sur le BPA (bénéfice par action) semble élevé", ont relevé dans une note les analystes de Jefferies.

  • Novartis étoffe son accord avec Pfizer/BioNTech pour le vaccin anti-Covid

    Le géant pharmaceutique suisse Novartis a signé un nouvel accord avec le laboratoire allemand BioNtech, partenaire de l'américain Pfizer, concernant le conditionnement de leur vaccin contre le Covid-19. Au moins 24 millions de doses de leur vaccin à ARN messager seront conditionnées en 2022 au terme de ce nouvel accord, a indiqué le groupe suisse dans un communiqué, sans toutefois en dévoiler les détails financiers.

  • Barco refond sa structure organisationnelle

    Le spécialiste de la technologie de l'image Barco   dévoile une nouvelle mouture de sa structure organisationnelle: les ventes des différentes régions seront incorporées dans les unités opérationnelles de l’entreprise avec la gestion des produits et la recherche et le développement.

    Parallèlement à cette révision de la structure organisationnelle, la composition de l’équipe de direction sera modifiée : trois membres du core leadership team démissionneront de leur fonction chez Barco pour poursuivre leur carrière en dehors de l’entreprise. "Ces changements au niveau de l’organisation sont destinés à améliorer la réactivité au marché et à pleinement habiliter les unités opérationnelles à exécuter les priorités stratégiques, au travers d’une responsabilisation ciblée", expliquent les co-CEO de Barco, An Steegen et Charles Beauduin, dans le communiqué.

  • KBCS relève son TP pour Sipef

    Michiel Declercq de KBC Securities ajuste son modèle après l'augmentation des prévisions annuelles chez Sipef  . Il pense qu'avec des prix de l'huile de palme atteignant un record de 1 400 dollars la tonne d'ici le milieu du mois, Sipef sera en mesure de vendre sa production restante à des prix encore meilleurs que le prix moyen de 1 057 $ la tonne atteint jusqu'à présent. Il relève donc sa prévision du prix de vente moyen de 1 002 $ à 1 070 $.

    L'analyste estime que l'action Sipef est toujours à la traîne par rapport à la remontée des prix de l'huile de palme. Il table désormais sur un bénéfice de 82,2 millions de dollars pour cette année contre 69 millions auparavant, sans compter la plus-value sur la vente de PT Melania. Il relève son objectif de cours de 61 à 68 euros et réitère sa recommandation à "acheter".

  • Les ventes d'Unilever tirées par les prix pour compenser l'envolée des coûts

    Le géant de l'agroalimentaire et des produits d'hygiène Unilever   a publié un chiffre d'affaires en progression de 4% au troisième trimestre, porté par les Etats-Unis et l'Asie. Le chiffre d'affaires, qui a atteint 13,5 milliards d'euros au troisième trimestre, a été tiré par la progression des prix. Mais le volume s'est replié, avec une performance encore anémique en Europe.

    "Nous prenons des mesures sur les prix pour compenser les coûts des matières premières et autres éléments", souligne Unilever dans un communiqué. L'environnement "reste volatil et les restrictions sur la vie quotidienne se poursuivent dans le monde à des degrés divers", ce qui a un impact sur les ventes et le comportement des consommateurs, selon le groupe.

  • Voici le briefing actions belges

    Goldman Sachs ajuste le tir sur Umicore | KBC dégrade Elia | Target relevé sur Sipef (+Briefing)

  • Le laboratoire Ipsen relève ses objectifs 2021 pour la 2e fois

    Ipsen  , fabricant du Smecta et troisième laboratoire pharmaceutique français, a revu à la hausse ses objectifs 2021, pour la deuxième fois en un an, après avoir enregistré une croissance de près de 15% de ses ventes au troisième trimestre. Le groupe prévoit une croissance de son chiffre d'affaires de 11% pour 2021, contre 8% précédemment annoncés en juillet, et une marge opérationnelle de 34% (contre 32% précédemment).

    Sur neuf mois, le chiffre d'affaires d'Ipsen dépasse les deux milliards d'euros, en hausse de 9,3% (+12,3% à taux de change constant) et tiré par la médecine de spécialité, ce qui lui permet de "revoir à la hausse, avec confiance, les objectifs financiers de cette année tout en restant focalisé sur la croissance à long terme", selon David Loew, directeur général, cité dans le communiqué.

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • Onward Medical: +2%

    Malgré une tendance générale négative, les premiers pas d'Onward Medical en bourse s'annoncent prometteurs. L'action gagne 2,1% à 13,02 euros, après être entrée au prix de 12,75 euros.

  • | OPENING BELL |

    AEX -0,50%

    CAC 40 -0,51%

    BEL 20 -0,74%

  • Telenet étend sa collaboration avec Ericsson en matière de 5G

    Telenet   a annoncé étendre son partenariat avec Ericsson. Suite à cette nouvelle extension du contrat existant, Ericsson sera responsable de la planification, de la conception et de l’optimisation du réseau, en plus du déploiement du matériel 5G et de l’intégration harmonieuse de cette nouvelle technologie au sein de l’infrastructure mobile actuelle.

    De plus, à partir du 1er juillet 2022, Ericsson reprendra également les activités de surveillance du réseau fixe de Telenet. Lire le communiqué

  • Barclays enregistre une performance "record" au T3

    La banque britannique Barclays   a vu son bénéfice net part du groupe quadruplé sur les neufs premiers mois de l'année comparé à 2020, porté par une performance "record" au troisième trimestre grâce à la réouverture de l'économie. Le bénéfice net a grimpé à 5,3 milliards de livres pour les neufs premiers mois de l'année, et à 1,4 milliard pour le seul troisième trimestre.

    Le directeur général James Staley a salué "des signes de reprise de la consommation et d'un environnement de taux plus favorable" dans le communiqué.

  • Hermès poursuit sa croissance "exceptionnelle" au T3

    Hermès   a maintenu sa croissance "exceptionnelle" au troisième trimestre en réalisant 2,367 milliards d'euros de ventes, soit une hausse de 40% par rapport à 2019 avant la pandémie, grâce à une forte progression sur "toutes les zones géographiques". Sur la période de juillet à septembre, l'activité a bénéficié du "redressement des ventes en Europe", d'une "accélération en Amérique" alors que l'Asie a conservé "une belle dynamique".

    Le chiffre d'affaires dépasse les consensus établis par les analystes interrogés par Bloomberg et Factset, qui tablaient respectivement sur 2,199 milliards d'euros et 2,209 milliards. Lire le rapport

  • Les investisseurs belges très optimistes

    Le baromètre ING des investisseurs a rebondi en septembre, à 121 points contre 116 points le mois précédent. Pas moins de 48 % des personnes interrogées estiment que l’économie s’est renforcée au cours des derniers mois, tandis que 26 % pensent le contraire. Pour l’avenir, l’optimisme reste de mise: près d’une personne sur deux (48 %) voit la situation s’améliorer encore.

    Concernant le marché boursier, les attentes sont même encore plus élevées: pas moins de 47 % voient les cours des actions grimper dans les trois prochains mois, contre 20 % seulement qui prévoient une baisse. Un tel optimisme boursier n’avait plus été constaté depuis 2015. Le rendement annuel moyen sur dix ans d’un investissement en actions attendu par les répondants a atteint 8 %, soit le niveau le plus élevé depuis novembre 2008.

    "Cette estimation semble très optimiste, sachant que d’un point de vue historique, les valorisations ne sont pas bon marché à l’heure actuelle et que, dans les périodes de taux bas, les rendements futurs des actions sont généralement faibles", a réagi Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING Belgique.

    8%
    Des investisseurs belges trop optimistes?
    Le rendement annuel moyen sur dix ans d’un investissement en actions attendu par les répondants du baromètre ING a atteint 8 %, soit le niveau le plus élevé depuis novembre 2008.

  • Le bénéfice de Volvo bientôt de retour à son niveau pré-Covid

    Le constructeur suédois de poids lourds Volvo Group a publié des résultats trimestriels en nette progression par rapport au troisième trimestre 2020, en dépit de la pénurie mondiale de semi-conducteurs qui pèse sur l'activité. Le bénéfice net est ressorti à un peu plus de 7 milliards de couronnes (704 millions d'euros) contre 5,7 milliards un an plus tôt. Il est légèrement inférieur aux 7,5 milliards du troisième trimestre 2019, avant la pandémie de Covid-19.

    Le chiffre d'affaires a lui progressé de 11% sur un an, à 85 milliards de couronnes (contre 98,7 milliards au troisième trimestre 2019). "Au cours du troisième trimestre 2021, la demande pour les produits et services du groupe Volvo était bonne sur la plupart des marchés du monde", résume son CEO Martin Lundstedt dans le rapport trimestriel.

  • Reprise de la cotation d'Evergrande, l'action chute

    Plus de deux semaines après sa suspension, la cotation du géant immobilier Evergrande reprend à la Bourse de Hong Kong. Le titre perd plus de 10%.

    Le conglomérat a annoncé mercredi soir l'échec des négociations avec Hopson, un autre promoteur chinois, pour la vente de 50,1% de sa filiale Evergrande Property Services Group pour environ 2,6 milliards de dollars (soit 2,2 milliards d'euros).

  • Mithra annonce le lancement d'Estelle en Belgique

    La biotech Mithra   annonce que son contraceptif oral combiné Estelle est désormais disponible en Belgique. Le produit est commercialisé en Belgique par Richter sous la marque Drovelis et par Ceres Pharma sous la marque Lydisilka. "Après le lancement réussi d'Estelle aux États-Unis, au Canada et dans plusieurs pays européens, nous sommes extrêmement heureux de voir le premier produit à base d'estetrol lancé dans notre pays où le projet a débuté et s'est développé avec succès", a commenté son CEO Leon Van Rompay dans le communiqué.

    La société rappelle que Richter a déjà lancé le contraceptif dans plusieurs pays européens, notamment l'Allemagne, l'Autriche, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la Belgique. Actuellement, le marché européen des contraceptifs est évalué à environ 1,6 milliard d'euros par an.

  • Orange Belgium augmente légèrement ses prévisions annuelles

    L'opérateur Orange Belgium  , filiale d'Orange , a fait état d'un chiffre d'affaires de 346,3 millions d'euros pour le troisième trimestre 2021, en hausse de 3,3% en glissement annuel. "Cela est attribuable principalement à l’amélioration du chiffre d'affaires sur les services mobiles et les services aux opérateurs", précise la société dans un communiquéLe groupe a ainsi attiré 37.00 clients de plus en trois mois, une croissance au-dessus de la fourchette anticipée par les analystes.

    L'EBITDAaL (EBITDA after lease) s'est de son côté amélioré de 8,1 %, à 96,7 millions d'euros. La marge d'EBITDAaL a atteint 27,9%. "La hausse du revenu sur les services facturés au client associée à la poursuite des efforts de maîtrise des coûts nous ont permis d'enregistrer un EBITDAaL exceptionnel pour ce trimestre", a souligné son directeur financier Antoine Chouc. "Compte tenu de ces résultats et de l’amélioration de la situation sanitaire, nous prévoyons de dépasser légèrement nos prévisions d'EBITDAaL."

  • Sipef bénéficie d'une hausse de production et de prix

    Au cours des neuf premiers mois, Sipef a observé un marché de l'huile de palme stable avec des prix élevés. Ils atteignent des sommets qualifiés de "sans précédent sur cette dernière décennie". Dans un communiqué, Sipef précise que ces prix devraient rester élevés au cours du dernier trimestre de 2021, voire au début 2022. 

    Au cours des neuf premiers mois de l'année, la production totale d'huile de palme du groupe a augmenté de 18,1%. Le groupe s'attend toutefois à une baisse des taux de croissance au quatrième trimestre. La croissance annuelle de production, attendue à plus de 10%, devrait toutefois être  largement dépassée (sauf effets climatiques exceptionnels).

    Le résultat annuel devrait atteindre 80 millions de dollars. Plus de 88% de la production d'huile de palme prévue a déjà été vendue. La position de la dette financière nette devrait, elle, être réduite de moitié à la fin de l'année, en raison des résultats exceptionnellement favorables et de la vente d'actifs.

  • 25 millions de dollars dans les caisses de MDxHealth

    A l’issue du 3e trimestre, MDxHealth une biotech spécialisée dans le diagnostic moléculaire du cancer de la prostate a dégagé un chiffre d’affaires de 5,5 millions de dollars en hausse de 23% par rapport au même trimestre de l’an dernier. Le nombre de tests ConfirMDx vendus a cru de 5% tandis que celui des SelectMDx s’est contracté d’un pourcent.

    Fin septembre, MDxHealth disposait de 24,7 millions de dollars dans ses caisses. Rappelons, à ce propos, que la société prépare son introduction sur le Nasdaq.

    La biotech signale également que son conseil d’administration a désigné Donnie Hardison (ex-Biotheranostics et ex-Good Start Genetics) comme administrateur indépendant non-exécutif.

  • Les marchés européens attendus dans le rouge

  • Nouveau record pour le bitcoin

    La plus célèbre des cryptomonnaies a franchi la barre symbolique des 65.000 dollars pour la première fois de son histoire, avant de refluer légèrement. Selon le site Coinmarketcap, la capitalisation du bitcoin s'élève à 1.225 milliards de dollars.

  • S&P-500 et Dow Jones grimpent alors que les résultats rassurent

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mercredi, le Nasdaq ayant marqué un léger repli tandis que le Dow Jones et le S&P-500 se sont rapprochés de leurs records, alors que les investisseurs ont été rassurés par les résultats trimestriels meilleurs qu'attendu publiés par des entreprises américaines. L'indice Dow Jones a gagné 0,43%, ou 152,03 points, à 35.609,34 points. Le S&P-500, plus large, a pris 16,56 points, soit 0,37%, à 4.536,19 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 7,41 points (0,05%) à 15.121,68 points.

    Si les entreprises américaines ayant publié leurs résultats ont mentionné les problèmes d'approvisionnement et la hausse des coûts, les investisseurs ont pour le moment été rassurés par la capacité de celles-ci à préserver leurs marges en répercutant les coûts aux clients, a commenté Jack Janasiewicz, gestionnaire de portfolio chez Natixis Investment Managers Solutions. "Ce qui compte, ce sont les résultats, et jusqu'à présent ce que nous avons vu est meilleur qu'attendu. Les marges tiennent", a-t-il déclaré. "La barre avait été placée assez bas en amont (de la saison des résultats) donc cela facilite les choses."

    Alors que seulement 14% environ des entreprises du S&P-500 ont publié leurs résultats trimestriels, les analystes s'attendent à une hausse sur un an de 33%, selon des données Refinitiv.

    33%
    Une saison de résultats meilleure que prévu?
    Alors que seulement 14% environ des entreprises du S&P-500 ont publié leurs résultats trimestriels, les analystes s'attendent désormais à une hausse sur un an de 33%, selon des données Refinitiv.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le Market Live de L'Echo, pour cette édition du jeudi 21 octobre 2021.

    Au programme du jour: la séance sera à nouveau placée sous le signe des résultats trimestriels. On attend notamment ceux de MDxHealth, Orange Belgium et Sipef.

    Par ailleurs, c'est la première journée de cotation pour Onward Medical. Rappelons que le prix a finalement été fixé dans le milieu de la fourchette initiale (11,75 euros-13,75 euros) soit 12,75 euros ce qui donnera une capitalisation boursière de 391 millions d’euros si l’option de surallocation est exercée intégralement.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés