1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'escalade des tensions commerciales plombe les marchés

Les investisseurs étaient frileux dans un contexte d'intensification de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et le reste du monde. Des deux côtés de l'Atlantique, les marchés ont terminé dans le rouge.A Bruxelles, Telenet, Genkyotex et Asit Biotech étaient recherchées.
  • Le résumé de la séance à New York

    A New York comme en Europe, la cote était lourdement pénalisée par le repli des valeurs technologiques alors que l'administration Trump s'apprête à dévoiler des mesures pour interdire certains investissements chinois dans des groupes US.

    Les premières victimes sont les valeurs du Nasdaq, plutôt en forme ces dernières semaines. Les ténors du secteur que sont Amazon (-3,06%), Facebook (-2,67%), Apple (-1,49%) ou encore Netflix (-6,47%) ont pâti des velléités protectionnistes du président. Les sociétés chinoises cotée à Wall Street ont aussi bu la tasse avec un recul de 5,24% pour Ali Baba et 4,95% pour Weibo.

    Malgré un rebond en fin de séance dû aux éclaircissements d’un conseiller de Trump, l'indice à dominante technologique a perdu plus de 160 unités (-2,09%) pour retomber sous les 7.600 points.

    McDonalds (-2,88%), Boeing (-2,27%) et Caterpillar (-2,40%) ont souffert des probables futures restrictions au marché chinois, donnant un coup d'assommoir au Dow Jones (-1,33% à 24.252,80 points). L'indice vedette et le Nasdaq ont a effacé tous leurs gains du mois.

  • Wall Street termine dans le rouge

    Dow Jones: -1,33% à 24.253,34 points

    Nasdaq: -2,09% à 7.532,01 points

    S&P 500: -1,37% à 2.717,72 points

    résultats provisoires

  • Le pétrole finit en baisse à New York, augmentation de l'offre en vue

    Les cours du pétrole ont terminé en repli sur le marché new-yorkais Nymex, effaçant une partie de leurs gains de vendredi, dans la perspective d'une augmentation de la production de l'Opep et ses alliés d'un million de barils par jour (bpj).

    > Le contrat août sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 50 cents, soit 0,73%, à 68,08 dollars le baril, après avoir progressé de 4,64% vendredi. Le recul du baril de WTI est freiné par l'interruption de la production d'un important gisement canadien. Le Brent a reculé de son côté de 82 cents (-1,09%) à 74,73 dollars, après avoir bondi de 3,42% vendredi.

  • Engie lorgne des actifs au Portugal

    Engie figure parmi les candidats qui envisagent de lancer une offre sur la branche énergies renouvelables du portugais EDP, rapporte l'agence Bloomberg, ce qui pourrait modifier la donne pour China Three Gorges (CTG) qui a soumis une offre pour la totalité du groupe.

    Engie prépare avec ses conseillers des offres potentielles pour tout ou partie d'EDP Renovaveis, dont la valorisation s'élève à 7,3 milliards d'euros, écrit l'agence en citant des sources proches du dossier. Le groupe français est surtout intéressé par le portefeuille d'actifs américains mais il envisage de présenter une offre pour la totalité de l'activité énergies renouvelables, selon Bloomberg.

    Les candidats se préparent dans l'éventualité d'un succès de l'offre du chinois CTG, qui serait amené à vendre certains actifs afin de s'assurer du feu vert des autorités de la concurrence, toujours selon Bloomberg. Engie, poursuit l'agence, pourrait même s'associer avec le groupe chinois pour racheter des actifs et favoriser l'autorisation de l'opération aux Etats-Unis.

  • Comment Trump prépare sa nouvelle offensive commerciale

    Le Président américain veut empêcher les investissements chinois dans des entreprises technologiques US. Une mesure qui divise à Washington et qui contraste avec son approche du cas ZTE.

  • Ontex a acquis 173.218 de ses propres actions

    Ontex a annoncé dans un communiqué avoir acquis 173.218 de ses propres actions le 14 juin, le résultat d'un excercice partiel d'un accord de rachat futur. 

  • Les tensions commerciales pèsent à nouveau sur les marchés

    Le regain de tensions commerciales a de nouveau lourdement pesé sur les marchés d'actions lundi, les investisseurs redoutant une escalade du conflit entre les Etats-Unis et leurs principaux partenaires susceptible de pénaliser la croissance économique mondiale. 

    Le Stoxx 600 s'est replié de 2,07% pour retomber à un plus bas depuis la mi-avril.  Wall Street, la tendance est aussi nettement négative. A l'heure de la clôture en Europe, le Dow Jones se replie de 1,37%, le S&P 500 abandonne 1,40% et le Nasdaq Composite perd 2,12%. A New-York comme en Europe, la cote est notamment pénalisée par le repli des valeurs technologiques alors que l'administration Trump s'apprête à dévoiler des mesures pour interdire certains investissements d'entreprises chinoises dans des entreprises technologiques américaines. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a précisé lundi dans une déclaration sur Twitter que les restrictions à venir sur les investissements ne portaient pas uniquement sur la Chine mais s'appliqueraient "à tous les pays qui tentent de voler notre technologie". Le Stoxx 600 des techs a perdu 2,81% et le S&P 500 Information technology chute de 2,34%. 

    Autre victime de ces tensions commerciales, le compartiment automobile a souffert de la menace formulée vendredi soir par Donald Trump d'instaurer des droits de douane de 20% sur la totalité des voitures assemblées en Europe et importées aux Etats-Unis. Le Stoxx des valeurs automobiles a reculé de 2,43%, au plus bas depuis neuf mois. 

    Plus fort repli sectoriel en Europe, le compartiment des ressources de base a terminé sur une chute de 3,75% dans le sillage de la baisse des matières premières, en raison là aussi du regain d'aversion au risque suscité par les tensions commerciales.

  • Les Bourses européennes terminent dans le rouge

    Bel20 -1,41%

    AEX: -2,41%

    DAX: -2,04%

    CAC40: -1,92%

    FTSE100: -2,10%

    Eurostoxx50: -1,49%

  • Netflix tombe sous 400 dollars

    Netflix est fort chahuté parmi les valeurs technologiques 

  • Le point sur les marchés après l'ouverture de Wall Street

    En Europe, le secteur automobile (-1,90%) est l'un des principaux moteurs de la baisse générale des marchés actions:l'indice Stoxx 600 cède 1,3%, le CAC 40 à Paris 0,88% et le Dax à Francfort 1,73%.

    A Wall Street, le secteur automobile, qui avait déjà souffert vendredi de la menace de Donald Trump de surtaxer les voitures européennes importées sur le marché américain, est de nouveau à la peine: Fiat Chrysler perd 0,94% et General Motors 0,68%.
    Harley-Davidson abandonne 0,57%; le constructeur de motos a prévenu que le relèvement des droits de douane européens lui coûterait plus cher qu'estimé auparavant et précisé qu'il allait délocaliser une partie de sa production hors des Etats-Unis pour y échapper.

    La perspective de voir s'ouvrir un nouveau front dans le conflit commercial entre Washington et Pékin pèse sur le secteur des semi-conducteurs: Intel abandonne 1,53%, AMD 1,14% et Micron Technology 4,8%.

  • Des GAFA en baisse

    Apple  chute aussi

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones -0,56%

    Nasdaq -0,81%

  • Turbulences sur l'action Air France-KLM

    Les compagnies KLM et Delta Airlines, respectivement filiale et actionnaire d'Air France-KLM s'insurgent contre la candidature de Philippe Capron à la tête du groupe franco-néerlandais, rapporte lundi la radio BFM Business.

    Selon elle, la compagnie néerlandaise, la compagnie américaine Delta - actionnaire à hauteur de 9% environ - et dans une moindre mesure la compagnie chinoise China Airlines, elle aussi actionnaire à 9% environ, ont engagé un bras de fer sur la nomination du futur PDG.

    "Ils déplorent ce choix car il n'est pas un professionnel de l'aérien et n'a jamais été PDG", rapporte BFM, citant un bon connaisseur de la situation.

    L'action Air France-KLM perd -2,8% à 7,49 euros, portant à 45% environ son recul de puis le début de l'année.

  • "Cette escalade des tensions commerciales ne faiblira pas d'ici le 6 juillet, date à laquelle les Etats-Unis et la Chine ont prévu de s'appliquer mutuellement des droits de douane majorés."
    Franklin Pichard
    Directeur général de Kiplink Finance

  • Le point sur les marchés en début d'après-midi

    Les tensions commerciales alimentent l'aversion au risque

    1. Les Bourses européennes évoluent en nette baisse, les tensions commerciales internationales continuant d'alimenter l'aversion au risque des investisseurs.

    2. Vers 13h45, Londres 1,33%, Amsterdam 1,26% et Paris 0,82%. À Francfort, le Dax, plus sensible aux questions commerciales en raison de la forte pondération des valeurs exportatrices et de l'automobile, abandonnait 1,3%. L'indice DJ Stoxx 600 perdait 1,16%.

    3. A Wall Street, les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse de l'ordre de 0,5% à 0,8%.

    4. Washington a confirmé dimanche que le président américain Donald Trump souhaitait interdire certains investissements chinois dans des entreprises technologiques américaines et empêcher de nouveaux transferts de technologie vers la Chine. Donald Trump a menacé vendredi d'instaurer des droits de 20% sur la totalité des voitures assemblées en Europe et importées aux Etats-Unis.

    5. En Europe, l'indice Stoxx de l'automobile chute de 2%, pour retomber à son plus bas niveau depuis septembre 2017. Les craintes de guerre commerciale pèsent également sur les ressources de base (-2,2%) et la technologie (-1,6%), un repli qui devrait se prolonger également à Wall Street.

    6. Aux valeurs en Europe, le spécialiste italien des câbles Prysmian chute de 8,2%, la plus forte baisse du Stoxx 600, après avoir abaissé vendredi sa prévision d'excédent brut d'exploitation annuel en raison des surcoûts du projet de câble sous-marin WesternLink.

    7. Le rendements des obligations souveraines italiennes à 10 ans grimpe de dix points de base, à 2,812%, après la percée du mouvement d'extrême droite La Ligue aux élections municipales de dimanche.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les valeurs technos US à surveiller

    * Les valeurs TECHNOLOGIQUES pourraient souffrir des informations selon lesquelles le Trésor américain travaille à un texte pour interdire certains investissements d'entreprises chinoises dans des sociétés technologiques américaines et empêcher de nouveaux transferts de technologie vers la Chine. Les fabricants de semi-conducteurs sont en première ligne et reculent en avant-Bourse. AMD perd 1,9%, MICRON TECHNOLOGY 1,8% et INTEL 2,7%.

    * Les SOCIÉTÉS CHINOISES cotées à New York reculent également. ALIBABA perd 1,9%, JD.COM cède 1,5% et le réseau social Renren chute de 12,3%.

    * GENERAL ELECTRIC est sur le point de conclure la cession de ses activités de gaz industriels au groupe de capital-investissement Advent International pour trois milliards de dollars (2,6 milliards d'euros) ou plus, a rapporté dimanche le Wall Street Journal en citant des sources proches du dossier.

    * XERIUM TECHNOLOGIES - Le groupe autrichien d'équipements industriels Andritz a annoncé lundi avoir conclu le rachat de l'américain pour 833 millions de dollars en numéraire, soit 13,50 dollars par action, plus du double du cours de clôture de vendredi.

  • Worldline recule, Kepler Cheuvreux n'est plus à l'achat

    Worldline accuse l'une des plus fortes baisses en Bourse de Paris après l'abaissement de la recommandation de Kepler Cheuvreux, qui juge que le spécialiste des paiements devrait désormais privilégier l'intégration de ses dernières acquisitions.

    Le titre abandonne 5,57% à 49,86 euros en regard d'un Cac 40 en repli de 0,86%. Il s'achemine ainsi vers sa pire séance depuis le 19 février.

    Six semaines après l'annonce par Worldline du rachat du suisse Six Payment (SPS) pour 2,3 milliards d'euros, Kepler Cheuvreux a abaissé sa recommandation sur la valeur d'"acheter" à "conserver" tout en portant son objectif de cours de 51 à 53 euros.

    L'intermédiaire rappelle que le cours de Worldline a triplé en trois ans, une envolée accompagnée d'un doublement des multiples de valorisation.

  • Le boom de l'économie allemande est terminé

    Le boom de l'économie allemande est terminé, ce qui veut dire que cette dernière revient sur une trajectoire normale de croissance, a dit l'économiste en chef de l'institut de conjoncture Ifo dont l'indicateur du climat des affaires pour le mois de juin, publié lundi, montre une détérioration de la confiance des chefs d'entreprise.

    Les tensions commerciales alimentées par le président américain Donald Trump et le ralentissement de la croissance mondiale ont contribué au regain de pessimisme des dirigeants d'entreprise, a déclaré Klaus Wohlrabe à l'occasion d'un entretien à Reuters.

    L'indice du climat des affaires calculé par l'Ifo s'est établi à 101,8 contre 102,3 en mai, mois pour lequel il a été révisé en hausse de 0,1 point.

    Le chiffre de juin est toutefois légèrement supérieur aux prévisions des économistes interrogés par Reuters qui l'attendaient à 101,7.

  • Erytech Pharma: -22%

    La société biopharmaceutique Erytech Pharma a annoncé dimanche soir le retrait de sa demande de commercialisation de son traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), jugeant son potentiel commercial trop limité au regard des importants investissements encore à consentir.

    L'action perd plus de 22% ce matin à Paris.

  • ABN Amro positf sur CFE

    Les analystes Thijs Berkelder et Philip Ngotho notent que beaucoup de nouveaux pays ont fait leur entrée dans l'énergie éolienne offshore au cours des dernières semaines. "La France, Taïwan, l'Inde, la Turquie, la Lituanie et les Etats-Unis envisagent de développer à court terme une capacité comparable à celle qui a été installée dans le monde (19 GW)."

    En parallèle, l'Union européenne va également plus loin: la cible pour les énergies renouvelables est récemment passé "d'au moins 27%" à 32% d'ici 2030.

    Dans ce contexte, CFE , en tant que spécialiste européen de premier plan dans l'installation de parcs éoliens offshore - via sa fille DEME - est bien placé pour augmenter substantiellement cette activité. L'année dernière, elle représentait déjà 47% des ventes.

    L'analyste a un conseil d'achat pour CFE et un objectif de cours de 117,50 euros.

    L'action CFE gagne 0,56% à 106,80 euros dans un marché globalement en baisse de 0,37%.

  • Le point sur les marchés

    1. Les principales Bourses européennes évoluent dans le rouge, toujours pénalisées par l'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses grands partenaires, Chine en tête.

    2. Dernier épisode en date de la montée des tensions entre Washington et Pékin, l'administration Trump a confirmé les informations du Wall Street Journal selon lesquelles le département du Trésor travaille à un texte qui encadrerait les investissements aux Etats-Unis des entreprises détenues à au moins 25% par des
    capitaux chinois.

    3. Aux alentours de 10h15, Amsterdam cédait 0,87%, Francfort 0,83%, Paris 0,66%. Londres rétrogradait de 1,20%, sous l'influence du recul des valeurs pétrolières. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 lâchait 0,75%.

    4. Tous les secteurs sont dans le rouge, et comme c'est régulièrement le cas lorsque les préoccupations commerciales dominent la tendance sur les marchés, les secteurs des matières premières (-1,20%) et de l'automobile (-1,02%) sont les plus affectés,. Les technos cèdent pour leur part 1,06%.

    5. Les banques (-1,42%) souffrent quant à elles du recul continu des rendements obligataires alimenté par l'aversion au risque et le repli sur les actifs jugés les plus sûrs.

    6. Les marchés turcs, eux, saluent l'annonce de la réélection de Recep Tayyip Erdogan à la présidence de la Turquie et la victoire annoncée de son parti, l'AKP, aux législatives. La Bourse d'Istanbul prend 1,86%, la livre turque s'apprécie de 2% face au dollar et à l'euro et les obligations d'Etat libellées en dollars montent, selon les données Thomson Reuters.

    7. Aux valeurs en Europe, le spécialiste italien des câbles Prysmian chute de 4,7%, la plus forte baisse du Stoxx 600, après avoir abaissé vendredi sa prévision d'excédent brut d'exploitation annuel en raison des surcoûts du projet de câble sous-marin WesternLink.

  • Le moral des entrepreneurs allemands a reculé

    Le moral des entrepreneurs allemands a reculé en juin à 101,8 points, contre 102,3 points le mois précédent dans un contexte international commercial tendu, selon le baromètre Ifo publié lundi.

    Basé sur le sondage d'environ 7.000 entreprises, cet indicateur très suivi, qui permet d'avoir un avant-goût de l'activité économique dans les mois à venir, est ressorti légèrement au-dessus des attentes (101,6 points) des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.

  • Un nouveau produit candidat pour Asit Biotech

    Asit Biotech gagne 1,38% à 3,68 euros. La société biopharmaceutique a sélectionné un nouveau produit candidat hdm-ASIT+ pour le marché à fort potentiel du traitement de l‘allergie aux acariens.

    Asit biotech dispose désormais d’un portefeuille de 3 produits candidats sélectionnés sur la base de sa plateforme ASIT+ pour les allergies avec les plus fortes prévalences : la rhinite allergique aux pollens de graminées, l’allergie à l’arachide et l’allergie aux acariens.

  • ING parmi les plus fortes baisses à Bruxelles

    ING évolue en baisse de 1% à 12,54 euros.

    La banque néerlandaise, qui est sous le coup d'une enquête par des procureurs néerlandais dans une enquête criminelle de blanchiment d'argent et de corruption qui pourraient entraîner d'importantes amendes, a déclaré lundi qu'il attendait plus d'informations sur le calendrier de toutes les "conséquences" plus tard cette année.

  • Genkyotex: +6,75%

    Genkyotex bondit de 6,75% à1,74 euro dans les premières transactions.

    La biotech a annoncé avant l'ouvertue des marchés qu'elle avait étendu son accord de licence pour la plate-forme Vaxiclase avec le Serum Institute of India (SII), le plus grand fabricant mondial de vaccins, afin d'inclure des pays industrialisés.

    L'accord initial, signé en 2015, couvrait uniquement les marchés émergents.

    Suite à l’élargissement de l’accord à l’ensemble des pays industrialisés, Genkyotex peut désormais recevoir 100 millions d'euros supplémentaires, portant le montant total de l’accord à environ 150 millions d'euros sous forme de paiement initial et de paiments d’étape de développement et commerciales.

    Genkyotex est également éligible aux paiements de redevances sur les ventes.

    Les nouveaux territoires couverts par l'accord élargi comprennent les États-Unis, le Canada, les États membres de l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Vaxiclase est une plateforme technologique idéale pour les immunothérapies contre de multiples
    maladies infectieuses ou cancers et SIIPL l'utilise pour développer un vaccin contre la coqueluche.

  • Telenet: +6%

    Telenet : +6% dans les premiers échanges après l'activation de son nouveau programme de rachats d'actions pouvant aller jusqu'à 300 millions d'euros.

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens démarrent la semaine du mauvais pied, pénalisés par le recul des cours du pétrole, après l'accord de l'Opep sur l'augmentation de la production, et par les menaces d'une guerre commerciale ouverte entre les Etats-Unis et le reste du monde.

    La tendance des indices en début de séance:

    • Bruxelles: -0,61%
    • Amsterdam: -0,81%
    • Francfort: -0,58%
    • Paris: -0,65%
    • DJ Stoxx 600: -0,62%

  • Des indices de confiance et l'inflation en zone euro au menu de la semaine

    Dans ce contexte de tensions commerciales, plusieurs indicateurs seront à suivre de près la semaine prochaine.

    En premier lieu, l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne pour le mois de juin, qui sera publié lundi matin. Il s'était stabilisé en mai à 102,2 points mais selon les données compilées par Bloomberg, les analystes s'attendent à un repli de l'indice, à 101,8 points. "Les nuages s'amoncellent sur l'économie allemande", dont le moteur industriel "a commencé à tousser en début d'année", a d'ailleurs averti cette semaine Timo Wollmershäuser, responsable de la macroéconomie au sein de l'Ifo.

    Mardi, les investisseurs pourront s'intéresser à l'indice de confiance du consommateur américain. Celui-ci devrait par contre se stabiliser à 128 points. Suivront jeudi l'indice GfK du moral des ménages en Allemagne et les indices du climat des affaires et du sentiment économique en zone euro. Et on terminera la semaine avec l'indice PMI de Chicago et l'indice de confiance du Michigan.

    Les Banques centrales resteront à l'esprit des investisseurs avec la publication mercredi des chiffres sur la masse monétaire M3 et le crédit au privé en zone euro, ainsi que du rapport de stabilité financière de la Banque d'Angleterre. Jeudi, seront dévoilées les conclusions de l'évaluation des fonds propres bancaires par la Réserve fédérale américaine. Mais c'est surtout l'inflation en Allemagne et en zone euro, publiées respectivement jeudi et vendredi, qui sont attendues. Les analystes tablent sur une légère hausse, à 2%. Soit précisément le niveau visé par la Banque centrale européenne.

    Côté entreprises, quelques résultats sont attendus cette semaine. Accenture, Nike et H&M doivent publier leurs chiffres trimestriels jeudi. Vendredi, ce sera au tour de Warehouses Estates Belgium et de Constellation Brands.

  • Tokyo perd 0,8%, le yen pèse

    La Bourse de Tokyo clôture la séance en baisse de 0,79%, la vigueur du yen pénalisant les valeurs exportatrices.

    L'indice Nikkei a perdu 178,68 points à 22.338,15 points et le Topix, plus large, a cédé 16,56 points (0,95%) à 1.728,27 points.

    Le yen s'apprécie de 0,5% face au billet vert, à 109,42 yens pour un dollar.

    Des poids lourds de la cote ont souffert, notamment SoftBank, qui a perdu 2,37%.

  • Le pétrole recule en Asie

    Les cours du pétrole reculent en Asie où les investisseurs digérent les implications de l'accord de compromis conclu par l'Opep pour augmenter la production en réponse à une demande internationale croissante.

    → Le baril de "light sweet crude" (WTI), la référence américaine du brut, pour livraison en août, perd 23 cents, à 68,35 dollars.

    → Le baril de Brent de la mer du Nord, principale référence sur le marché mondial, pour livraison en août également, reculait de 1,45 dollar à 74,10 dollars.

    Les cours avaient bondi initialement à l'annonce de l'accord vendredi.

    Lors d'une réunion à Vienne, l'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a avalisé avec la Russie et ses autres partenaires une hausse de la production, jugée trop "vague" cependant par les spécialistes.

    Le groupe de 24 pays, qui assure plus de 50% de la production mondiale, entend remplir collectivement "à 100%" les quotas de production qu'il avait décidés fin 2016 mais qui ne sont pas atteints en pratique.

    Selon l'Arabie saoudite et la Russie, cela représenterait une hausse "d'un million de barils par jour" mais ce chiffre ne figure pas dans le document officiel final.

     

    "La décision de l'Opep de renforcer la production enlève quelques incertitudes sur les prochaines décisions des premiers producteurs mondiaux. Mais techniquement, le marché du brut reste baissier."
    Margaret Yang Yan
    Analyste chez CMC Markets à Singapour

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Les indices européens signalés dans le rouge

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en baisse dans le sillage des marchés asiatiques, la menace d'une guerre commerciale ouverte entre les Etats-Unis et le reste du monde réduisant l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien le Dax à Francfort et le FTSE à Londres pourraient perdre chacun jusqu'à 0,6% à l'ouverture.

    3. Donald Trump souhaite interdire certains investissements d'entreprises chinoises dans des sociétés technologiques américaines et empêcher de nouveaux transferts de technologie vers la Chine, a indiqué dimanche un responsable gouvernemental, confirmant une information du Wall Street Journal.

    4. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo perd 0,5% à l'approche de la clôture tandis que l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) cède 0,6%.

    5. Sur le marché des changes, le dollar se stabilise face à un panier de devises de référence. L'euro se traite autour de 1,1650 dollar.

  • Telenet veut racheter jusqu'à 300 millions d'euros de ses propres actions

    Telenet débute aujourd’hui un programme de rachat d’actions.

    En vertu de ce programme, l'opérateur télécom peut racheter à tout moment jusqu’à 7,5 millions d’actions pour un montant maximum de 300 millions d'euros jusqu’au 28 juin 2019.

    Telenet réglera ce programme par le biais de ses soldes de trésorerie existants et futurs ainsi que des liquidités disponibles non-utilisées dans le cadre de sa facilité d’emprunt renouvelable (revolving credit facility).

  • La livre turque progresse, les marchés asiatiques en baisse

    La majorité des actions asiatiques reculent ce matin, de concert avec les contrats à terme sur indices boursiers américains et le yen progresse alors que les investisseurs évaluent les perspectives de tensions commerciales persistantes entre les États-Unis et la Chine.

    Les actions japonaises baissent en raison de la hausse du yen, et les marchés reculent également baissé à Hong Kong et en Australie, à la suite de rapports selon lesquels l'administration Trump prépare de nouvelles mesures pour freiner les investissements chinois.

    La livre turque grimpe de 1,1% face au dollar après la victoire de Recep Tayyip Erdogan lors de l'élection du week-end.

    Dans la première d'une série d'élections clés dans les marchés émergents, Erdogan a emporté l'élection présidentielle avec 53% des voix contre 31% pour son plus proche challenger, sur base de 98% des bulletins de vote, selon l'agence de presse gouvernementale Anadolu.

  • A l'agenda du lundi 25 juin

    Les investisseurs d'aujourd'hui attendent principalement l'indice de la confiance des entreprises allemandes, mesuré par l'indicateur Ifo, qui est publié à 10 heures. Les économistes s'attendent à un léger affaiblissement à 101,8 selon Bloomberg, contre 102,2 en mai.

    C'est le dernier jour de la réouverture de l'offre publique d'achat de Gfi Informatique sur RealDolmen. A l'issue de la première période, Gfi détenait 88,92% des actions de RealDolmen.

     

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 10h Indice Ifo du climat des affaires/juin

    Etats-Unis
    • 16h Ventes de logements neufs / mai

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Cofinimmo: souscription à l’augmentation de capital. 13 actions donnent droit à une nouvelle, contre 93,40 euros. Jusqu’au 27 juin
    • RealDolmen: offre de rachat prolongée par GFI au prix de 37 euros par action. Jusqu’au 25 juin
    • Sapec: offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin

    Etats-Unis
    • Premier procès mettant en cause le RoundUp (Bayer, Monsanto), un herbicide controversé contenant du glyphosate soupçonné d'être cancérigène

  • Good morning!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo. Ne bougez plus, vous êtes au bon endroit pour assister, aux premières loges, à cette séance de Bourse du lundi 25 juin.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés