1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'Europe boursière attentiste en clôture, avant la Fed

Les principaux indices actions européens ont fini sans tendance ce mercredi. Les banques centrales restent à la manoeuvre avec un nouveau discours de Mario Draghi (BCE) et la réunion de la Fed. Chez nous, Colruyt a dégringolé à cause de perspectives peu encourageantes.
  • A l'agenda demain

    Notre couverture en direct des marchés de ce mercredi prend fin. Merci de l'avoir suivie!

    Voici les rendez-vous incontournables des investisseurs lors de la journée de demain, jeudi 20 juin, avec notamment les décisions de la Banque d'Angleterre et de la Banque du Japon, ainsi que la confiance des consommateurs européens.

    Bonne soirée et à demain dès 7h30 pour un nouveau suivi en live des marchés boursiers.

  • Les débriefings de la séance boursière du jour

    Séance indécise en Europe mais hausse plus nette qu'ailleurs en Bourse de Bruxelles, ce mercredi. La dégringolade de Colruyt n'a pas empêché le Bel 20 de monter plus que les autres indices européens, qui ont fini sans direction claire à cause de l'attentisme des investisseurs avant la décision de la Fed ce soir. L'"effet Draghi" qui avait fait bondir les actions hier s'est essoufflé.

    Les détails dans nos débriefings de la séance du jour:

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,36% à 3.525,56 points

    AEX: +0,22% à 561,45 points

    Cac 40: +0,16% à 5.518,45 points

    Dax: -0,19% à 12.308,53 points

    FTSE 100: -0,53% à 7.403,54 points

  • Les commentaires apparemment non concertés du président de la BCE Mario Draghi sur de nouvelles mesures de politique monétaire sont un signal inquiétant pour l'intégrité de la Banque centrale européenne. La sortie unilatérale de Draghi semble aussi être une tentative du président de la BCE d'envoyer des signaux pour la période qui suit son mandat, ce qui sera difficile à corriger pour son successeur. Cette prise de position est plus que discutable.
    Hans Michelbach
    Porte-parole du parti conservateur allemand CDU/CSU à la commission budgétaire du Bundestag

  • Les résultats d'Adobe bien reçus à Wall Street

    Le titre Adobe  progresse de 3,65% en ce moment en Bourse de New York.

    Hier soir, le groupe technologique a annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes grâce entre autres à la croissance de ses activités de médias numériques, qui incluent son produit phare, Creative Cloud.

  • Wall Street en très légère hausse à l'ouverture

    La Bourse de New York débute sur une timide progression. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,09% et le Nasdaq  prend 0,21%.

  • Renault n'envisage pas de diminuer sa participation dans Nissan

    Le directeur général de Renault  , Thierry Bolloré, a déclaré lors d'un déplacement en Inde que le constructeur français ne réfléchissait "pas du tout" à une réduction de sa participation dans Nissan, a indiqué Reuters.

    Le dirigeant a par ailleurs déclaré qu'il n'y avait pas de nouvelle offre sur la table en vue d'une éventuelle reprise des discussions avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA).

  • Le point sur les marchés

    Wall Street est attendue pratiquement inchangée et les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé au lendemain d'une forte hausse, les marchés financiers évitant de prendre de nouvelles prises de position à quelques heures des décisions très attendues de la Réserve fédérale américaine. À Paris, le CAC 40 gagne 0,07% à 5.513,45 points, au plus haut depuis le 3 mai. À Francfort, le Dax grignote 0,02%. Londres sous-performe, avec un recul de 0,29% pour le FTSE 100, pénalisé par le secteur du transport aérien.

    • Du côté des technologiques, dont l'indice prend 0,09%, les valeurs des semi-conducteurs profitent d'avis favorables de Morgan Stanley sur ASML (+0,88%) et STMicroelectronics (+2,76%).
    • A la baisse, Air France-KLM perd 2,32%; HSBC a abaissé sa recommandation sur la valeur à "conserver" en disant s'attendre à d'autres avertissements sur résultats dans le secteur après celui de Lufthansa (-1,01%).

    Les rendements des emprunts d'Etat de la zone euro remontent au lendemain d'une séance de forte baisse qui a amené le dix ans allemand à un plus bas historique et le dix ans français en territoire négatif pour la première fois. Le rendement du Bund reprend un peu plus de trois points de base à -0,289% et le français près de quatre points à 0,047%.

  • Des activistes pressent Alphabet de se scinder

    Des actionnaires activistes veulent pousser Alphabet  , la maison mère de Google, à se scinder en plusieurs entités avant d'y être contraint par les autorités. SumOfUs, une ONG américaine qui milite pour limiter le pouvoir des grandes entreprises, devrait présenter une motion en ce sens lors de l'assemblée générale du groupe prévue ce mercredi à Sunnyvale, en Californie.

    "Les autorités aux Etats-Unis et en Europe restent préoccupés par le pouvoir d'Alphabet au regard des restrictions imposées aux monopoles", peut-on lire dans cette motion. "Nous pensons qu'une réduction volontaire stratégique de la taille du groupe pourrait apporter aux actionnaires plus de valeur qu'une vente d'actifs imposée par les autorités de régulation." La proposition n'a quasiment aucune chance d'être adoptée car les deux fondateurs du géant d'internet, Larry Page et Sergey Brin, contrôlent 51,3% des votes.

  • Apple étudie un transfert partiel de sa production hors de Chine

    Apple   a demandé à ses principaux fournisseurs d'estimer le coût du transfert de 15% à 30% de leurs capacités de production de la Chine vers l'Asie du Sud-Est, dans la perspective de la restructuration de sa chaîne d'approvisionnement, rapporte la publication Nikkei Asian Review. La requête du groupe de Cupertino s'inscrit dans le contexte de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis mais un accord entre Pékin et Washington ne le conduirait pas à changer de position.

    Apple a invité les principaux assembleurs d'iPhone, Foxconn , Pegatron et Wistron, celui du MacBook Quanta Computer, le fabricant d'iPad Compal Electronics et ceux d'AirPods, Inventec, Luxshare-ICT et Goertek, à étudier les différentes options en dehors du pays. Parmi les pays envisagés pour assembler l'iPhone figurent l'Inde, le Vietnam, l'Indonésie et la Malaisie, indique le Nikkei, qui évoque aussi le Mexique.

  • "Les marchés enivrés par les banques centrales"

    Les marchés financiers vivent sous la dépendance de banques centrales extrêmement accommodantes, au point d'ignorer des risques bien réels, dit-on chez Amundi Asset Management. "Les marchés sont enivrés par les banques centrales et un peu 'shootées' à l'argent abondant et peu cher", a déclaré mercredi Vincent Mortier, directeur adjoint des gestions chez Amundi.

    "La conviction sous-jacente est que l'inflation restera basse pendant très longtemps, que les taux resteront bas pendant très longtemps, voire pour toujours, et que les banques centrales seront amenées à prolonger le cycle presque à l'infini."
    Vincent Mortier
    directeur adjoint des gestions chez Amundi

    Les largesses des banques centrales aveuglent les marchés, selon Vincent Mortier. "Quand on est saoul, on a tendance à ignorer les risques, qui sont pourtant bien présents".

  • Fitch abaisse la note de Sanofi à A+

    Fitch a abaissé la note de crédit à long terme de Sanofi   de "AA-" à "A+", avec perspective stable.

    Cette dégradation reflète la détérioration de l'endettement financier du groupe pharmaceutique français à la suite d'importantes acquisitions en 2018, alors qu'il se repositionne stratégiquement sur les activités de spécialités pour compenser le déclin des soins primaires, indique l'agence de notation dans un communiqué.

  • L'euro stable face au dollar en attendant la Fed

    L'euro   se stabilise face au dollar, au lendemain d'une baisse provoquée par des propos du président de la Banque centrale européenne et en attendant la conclusion plus tard dans la journée d'une réunion de la Réserve fédérale américaine. Cela n'avait pas manqué de faire réagir Donald Trump qui a regretté une politique qui donne un "avantage injuste" à l'Union européenne face aux Etats-Unis en faisant chuter l'euro face au dollar.

    Pour autant, la réaction de l'euro est restée plutôt timide au vu de l'annonce de Draghi, selon Lee Hardman et Fritz Louw, analystes pour MUFG. Ce "manque de réaction", selon eux, pourrait s'expliquer par la fin de la réunion de la Fed, qui devrait "signaler que des baisses de taux arrivent bientôt", et par le fait que "l'euro est déjà très faible face au dollar". De l'autre côté de l'Atlantique, l'humeur est en effet également à la prudence.

  • GB: l'inflation ralentit un peu en mai

    La baisse des tarifs aériens et des prix des voitures a entraîné le retour de l'inflation britannique au niveau de l'objectif de la Banque d'Angleterre le mois dernier. Les prix à la consommation ont augmenté en mai de 2% par rapport à l'année précédente, en baisse par rapport à 2,1% en avril, a annoncé l'Office des statistiques nationales. L'inflation sous-jacente a également ralenti, passant de 1,8% à 1,7%.

  • Les réunions de l'Opep repoussées aux 1er et 2 juillet

    Les réunions de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (Opep) prévues les 25 et 26 juin à Vienne ont été reprogrammées aux 1er et 2 juillet, a annoncé l'organisation après plusieurs jours de tractations avec ses partenaires et en son sein.

    L'Opep a indiqué sur son site que sa réunion semestrielle se tiendrait le 1er juillet dans la capitale autrichienne, suivie d'une réunion avec ses partenaires, dont la Russie, le lendemain. "Ces dates sont confirmées", a indiqué un porte-parole de l'organisation à l'AFP. La réunion, destinée à fixer des niveaux de production et à peser sur les prix du brut, avait initialement été programmée pour avril.

    ©REUTERS

  • Steinhoff recule après l'annonce de mauvais chiffres en 2018

    Le titre du distributeur sud-africain Steinhoff  , propriétaire de l'enseigne d'ameublement Conforama en France, recule nettement dans les premiers échanges à la Bourse de Francfort, après la publication de ses résultats annuels qui font apparaître une perte nette de 1,2 milliard d'euros en 2018. 

    Le groupe avait retardé la publication de ses résultats annuels après la découverte de malversations comptables pour un montant total de 6,5 milliards d'euros entre 2009 et 2017. L'exercice 2017 s'était soldé par une perte de 3,7 milliards d'euros, déjà en raison de ce scandale.

  • Altice réagit à une cession évoquée de la régie pub Teads

    Altice Europe  a ouvert en nette hausse à la Bourse d'Amsterdam avant d'effacer ses gains, à la suite d'une information des Echos selon laquelle la régie publicitaire spécialisée dans le digital Teads, acquise en 2017 par le groupe européen de télécoms et de médias, serait en vente.

    "Même s'ils s'en cachent, les dirigeants d'Altice cherchent bien à s'en séparer", écrit le quotidien économique à propos de la régie Teads. "Selon nos informations, plus d'une dizaine de fonds d'investissement dont sept anglo-saxons, comme CVC, KKR, Cinven et Blackstone sont dans la course", poursuit-il, ajoutant qu'un groupe britannique de presse, ainsi qu'un opérateur télécoms et un géant du digital américains suivent aussi de près le dossier.

  • "La hausse pourrait se prolonger tant les rendements obligataires sont au tapis"

    "Hier, les actions européennes ont profité d'un jeu de vases communicants. L'effondrement des taux en zone euro après le discours de Mario Draghi a incité les investisseurs à privilégier les actifs plus risqués. La hausse de (mardi) pourrait se prolonger tant les rendements obligataires sont au tapis désormais, mais elle paraît largement artificielle en Europe...Si la BCE est prête à agir, c'est parce que les perspectives sont orientées à la baisse et non pas à la hausse"
    Tangi Le Liboux
    stratégiste du courtier Aurel BGC

  • Airbus constate une accélération des commandes

    Airbus   constate une accélération des commandes après un début d'année 2019 timide, a déclaré mercredi Guillaume Faury. S'exprimant lors d'une rencontre avec des investisseurs à l'occasion du salon du Bourget, le président exécutif d'Airbus a aussi affirmé qu'un Brexit sans accord nuirait aux performances du groupe l'an prochain.

    "Nous avons été très clairs sur les potentielles conséquences négatives d'un Brexit dur ou d'un Brexit sans accord. Nous constatons que la probabilité d'un Brexit sans accord est élevée et qu'elle est peut-être en train d'augmenter", a-t-il dit. "Si nous avons un Brexit sans accord inapproprié et mal géré d'ici fin octobre (...) cela pourrait avoir un impact sur le début de 2020".

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,17%

    CAC 40 +0,04%

  • L'Italie et les USA au coude-à-coude sur le marché obligataire

  • Umicore finalise l'émission d'un placement privé de dette

    Umicore   annonce avoir finalisé avec succès l’émission d’un placement privé de 390 millions d'euros de dette aux Etats-Unis. L’offre a été largement sursouscrite et a attiré l’intérêt marqué à la fois des investisseurs institutionnels ayant participé au placement initial d’Umicore en 2017 et de nouveaux investisseurs.

    La transaction est composée:

    • une tranche de 7 ans pour un montant de 50 millions d'euros arrivant à échéance en septembre 2026
    • une tranche de 10 ans pour un montant de 230 millions arrivant à échéance en septembre 2029 
    • une tranche de 12 ans pour un montant de 110 millions arrivant à échéance en septembre 2031

    "Grâce à la finalisation réussie de cette offre de placement privé, Umicore prolonge encore la maturité de sa dette, à des conditions fixes historiquement basses", indique la société dans un communiqué.

  • La Bourse de Tokyo termine en très nette hausse

    La Bourse de Tokyo a terminé en forte hausse, retrouvant des couleurs après la confirmation d'une rencontre entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping au G20 d'Osaka la semaine prochaine. Les investisseurs ont par ailleurs apprécié des propos du président de la Banque centrale européenne (BCE) ouvrant la voie à une baisse des taux d'intérêt. C'est au tour de la Réserve fédérale américaine de s'exprimer ce mercredi.

    A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 1,72% (+361,16 points) à 21.333,87 points, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a progressé de 1,74% (+26,60 points) à 1.555,27 points.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    • Les Bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture, autour de leurs pics de six semaines atteints la veille, l'approche des annonces de la Réserve fédérale suscitant la prudence des investisseurs. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait ouvrir à l'équilibre (-0,01%), le Dax à Francfort prendrait 0,1% et le FTSE à Londres gagnerait 0,03%.
    • L'attention est désormais pleinement tournée vers la Réserve fédérale (Fed) dont le marché attend qu'elle maintienne le statu quo sur ses taux à l'issue de sa réunion de deux jours, mais qu'elle ouvre la voie à une baisse de taux en 2019.
    • Des nouvelles encourageantes sur le front du commerce ont également favorisé la bonne tenue des marchés mardi et devrait continuer à les soutenir ce mercredi: Donald Trump a annoncé qu'il rencontrerait son homologue chinois Xi Jinping au prochain sommet du G20, les 28 et 29 juin à Osaka.
    • Le rendement des emprunts d'Etat américains à 10 ans est en légère hausse, autour de 2,072%, après être descendu la veille à 2,016%. Un niveau qu'il n'avait pas atteint depuis septembre 2017.

  • Colruyt augmente son dividende

    L'exercice décalé 2018-2019 de Colruyt   a été marqué par une légère croissance, ressort-il des chiffres annuels du groupe belge publiés mardi après-Bourse. Le bénéfice net de l’entreprise est de 384 millions d’euros, soit légèrement au-dessus du consensus des analystes de Bloomberg, qui tablaient sur 370,5 millions d’euros de bénéfice.

    Notons que le dividende proposé par Colruyt sera de 1,31  euro pour son exercice écoulé contre 1,22 euro l’année passée.

  • Gimv lance une émission obligataire

    Le holding flamand Gimv  annonce le lancement, à partir de ce vendredi, d'une émission d'obligations à 7 et 12 ans d'un montant nominal entre 150 et 250 millions d’euros. Ces obligations seront émises sous la forme d'une offre publique d'achat en Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg. À noter que les obligations à 7 ans seront accessibles aux investisseurs particuliers. 

    La société entend utiliser cet argent frais pour financer la croissance de Gimv et des sociétés de son portefeuille, tout en conservant un niveau de liquidité suffisant tout au long du cycle d'investissement (compte tenu notamment de la jeunesse du portefeuille d'investissement). Lien vers le communiqué

  • Une baisse des taux en Europe dès septembre?

    Suite au discours du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, de plus en plus d'intervenants de marché s'attendent à une baisse de taux cette année. Ils estiment désormais à plus de 70% la probabilité d'une annonce dans ce sens après la réunion de septembre.

  • Divisions et doutes à la BCE

    Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) se sont montrés divisés après le discours du président de l'institution, Mario Draghi, suggérant de nouvelles mesures de soutien qui n'ont pas encore été débattues par le Conseil des gouverneurs.

    Des conversations avec six personnes présentes à Sintra montrent que certains membres du Conseil ne s'attendaient pas à un message aussi offensif et qu'il n'y a pas encore de consensus sur les prochaines étapes. Les sources, directement informées de l'évolution des discussions, ont dit que la possibilité d'une baisse de taux et celle de nouveaux achats d'actifs n'avaient été mentionnées que le mois dernier et n'avaient pas fait l'objet d'un débat en profondeur, la priorité allant aux nouveaux prêts à taux bas au banques de la zone euro, les TLTRO.

    Plusieurs ont aussi expliqué que le Conseil ne disposerait que de peu d'informations nouvelles d'ici à sa prochaine réunion et qu'il serait donc difficile de justifier des conclusions différentes de celles annoncées le 6 juin.

  • Japon: baisse des exportations pour un sixième mois consécutif

    Les exportations japonaises ont connu en mai un déclin pour le sixième mois consécutif, alors que les livraisons d'équipements de semi-conducteurs et des pièces automobiles à destination de la Chine se sont affaiblies, soulignant les pressions constantes auxquelles fait face l'économie nippone, qui dépend de la demande extérieure.

    D'après les données publiées par le ministère des Finances, les exportations japonaises ont diminué le mois dernier de 7,8% en rythme annuel, après un déclin de 2,4% en avril. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une diminution de 7,7%.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal si vous voulez suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce mercredi 19 juin 2019.

    Au menu du jour: les banques centrales, les banques centrales et les banques centrales. La Banque du Japon démarre sa réunion de politique monétaire pour deux journées de travail. Le forum annuel de la Banque centrale européenne (BCE) prend fin ce mercredi avec un discours de son président Mario Draghi à 16h pour clôturer l'événement. Mais les investisseurs attendent surtout la fin de la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui doit se prononcer sur ses taux à 20h. Son président Jerome prendra ensuite la parole à 20h30.

    Côté entreprises, le groupe américain Oracle doit présenter ses résultats trimestriels après la clôture de Wall Street. 

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Echo Connect