1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street déstabilisée par un chiffre de l'emploi décevant | L'Europe boursière en forme estivale

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé, déstabilisée par des créations d'emplois décevantes dans le secteur privé en juillet aux Etats-Unis. Les bourses européennes avaient quant à elles terminé en hausse, les investisseurs capitalisant sur une saison de résultats positive.
  • A l'agenda ce jeudi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Vague de résultats en avant bourse, principalement en Allemagne et à Bruxelles. Sont notamment attendus les chiffres d'Adidas, d'Ascencio, de Bayer, de KBC ou encore de Zalando.

  • Avec la reprise de l'économie, Uber voit les passagers revenir dans ses voitures

    Le leader mondial de la réservation de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) a vu les courses de passagers reprendre de l'élan au deuxième trimestre avec la reprise progressive de l'économie tandis que les livraisons continuent de faire recette. Il prévoit toujours que ces opérations deviennent rentables au quatrième trimestre. Le groupe dégage encore la majeure partie de ses revenus avec les livraisons de repas d'Uber Eats, qui ont décollé dès le début de la propagation du Covid-19: les réservations brutes pour cette activité (essentiellement les recettes avant déductions des taxes, péages ou diverses rémunérations des chauffeurs) ont progressé de 85% au deuxième trimestre pour atteindre 12,9 milliards de dollars. Mais les réservations brutes pour les trajets, qui avaient plongé avec les confinements et le télétravail avant de commencer à montrer des signes de reprise au premier trimestre, ont bondi de 184% en un an à 8,6 milliards de dollars.

    L'application comptait fin juin 101 millions de consommateurs actifs au moins une fois par mois, contre 55 millions il y a un an. Le chiffre d'affaires d'Uber a doublé pour atteindre 3,93 milliards de dollars. "Nous avons investi dans la reprise en investissant dans les chauffeurs", a souligné le directeur général d'Uber Dara Khosrowshahi, dans le communiqué: le nombre de chauffeurs et coursiers actifs mensuels aux États-Unis a augmenté de près de 420.000 entre février et juillet. Uber voit ses opérations continuer à perdre de l'argent: il a enregistré une perte nette avant intérêts, impôts et amortissements de 509 millions de dollars.

    C'est 150 millions de plus qu'au premier trimestre. L'action du groupe reculait de 7% dans les échanges électroniques à la Bourse de New York. Mais Uber pourrait dégager un bénéfice ajusté avant intérêt, impôt et amortissement au quatrième trimestre, a assuré le directeur financier Nelson Chai dans un communiqué. A la faveur de la réévaluation de ses parts dans les groupes chinois Didi et américain Aurora à hauteur d'environ 1,9 milliard de dollars, Uber a toutefois enregistré un bénéfice net de 1,1 milliard de dollars au deuxième trimestre.

  • Wall Street déstabilisée par un chiffre de l'emploi décevant

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé ce mercredi, seul le Nasdaq enregistrant des gains, alors que des données ont montré un ralentissement du nombre de créations d'emploi aux Etats-Unis le mois dernier et que le constructeur automobile General Motors a plongé après l'annonce de ses résultats trimestriels. Le Dow Jones a cédé 0,92% à 34.792,67 points. Le S&P 500 a perdu 0,46% à 4.402,66 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 0,13% à 14.780,53 points.

    Neuf des onze principaux secteurs du S&P 500 ont reculé, notamment celui de l'énergie, après la publication des résultats de l'enquête mensuelle d'ADP indiquant un nombre de créations d'emploi inférieur aux attentes dans le secteur privé américain en juillet. En revanche, la croissance de l'activité du secteur des services aux Etats-Unis a atteint le mois dernier un pic inédit, selon des données publiées dans la journée, suggérant un rétablissement élargi de l'économie américaine et contribuant à la bonne tenue du Nasdaq.

    Dans un contexte d'incertitude pour le secteur automobile, notamment à cause de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, General Motos a publié un bénéfice au deuxième trimestre inférieur aux attentes et vu son titre chuter de 8,9%. L'action de son rival Ford a aussi décliné, de 5,0%. Les géants technologiques comme Amazon et Facebook ont, eux, progressé, confirmant une tendance constatée lorsque les taux d'intérêt sont bas.

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a perdu 0,92% à 34.793,06 points.

    Le Nasdaq a avancé de 0,13% à 14.780,53 points.

    Le S&P 500 a cédé 0,46% à 4.402,69 points. 

  • Le pétrole plonge après les stocks américains

    Les prix du pétrole ont plongé ce mercredi après une hausse inattendue des réserves commerciales de brut aux Etats-Unis, signe d'inquiétude sur la solidité de la demande, le marché ignorant les tensions entre Américains et Iraniens dans le Golfe.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a chuté de 2,03 dollars ou 2,80% à 70,38 dollars à Londres, par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de septembre a cédé 2,41 dollars ou 3,41% à 68,15 dollars.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +0,74%

    AEX: +0,81%

    CAC 40: +0,33%

  • Hausse surprise des stocks de pétrole aux Etats-Unis

    Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont grimpé de façon surprise la semaine dernière, selon les chiffres publiés par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

    Selon ce rapport hebdomadaire, les stocks de brut ont gonflé de 3,6 millions de barils (MB), à 439,2 MB, pour la semaine close le 30 juillet, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur un repli de 3 millions de barils. 

  • Le montant total des comptes d’épargne belges au plus haut

    En juin, l’encours des comptes d’épargne belges a atteint 299,7 milliards d’euros, selon des statistiques publiées mercredi par la Banque nationale de Belgique (BNB). Il s’agit d’un record absolu.

    Durant le mois de juin, les particuliers ont déposé un peu plus de 700 millions d’euros supplémentaires sur leurs livrets.

    Depuis début 2021, les Belges ont mis de côté plus de 4,3 milliards d’euros, après avoir déjà fait grimper le montant total des carnets d’épargne de 13 milliards l’année dernière, une progression en grande partie due à l’épargne forcée liée aux restrictions imposées durant la crise sanitaire. Le livret reste populaire malgré des rendements au plancher.

  • Le taux US à dix ans réagit aux propos de Clarida (Fed)

    La Réserve fédérale est sur la bonne voie pour commencer à augmenter les taux d'intérêt en 2023 si l'économie se comporte comme le prévoient les décideurs politiques, a déclaré le vice-président de l’institution Richard Clarida.

    "Les conditions nécessaires pour relever la fourchette cible du taux des fonds fédéraux auront été réunies d'ici la fin de l'année 2022", a-t-il déclaré dans le texte d'un discours prononcé lors d'un webinaire organisé par le Peterson Institute for International Economics.

    Cette annonce a fait bondir le rendement du taux américain à dix ans.

  • Que se passe-t-il avec le taux US à dix ans ?

    Le rendement du taux américain a dix ans est brutalement passé de 1,13% à 1,18%. En laissant bouche bée les analystes.

  • Bond de 65% de Robinhood

    Le titre Robinhood monte en flèche depuis l'ouverture de Wall Street, grâce au buzz sur Reddit. Les particuliers regroupé sur les forums de discussion de la plateforme ont jeté finalement leur dévolu sur le titre. 

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones (-0,45%), Nasdaq (-0,10%) 

  • Sanction pour General Motors

    General Motors a relevé mercredi sa prévision de bénéfice pour l'ensemble de l'année après avoir renoué avec un bénéfice au deuxième trimestre, qui est toutefois ressorti en deçà des attentes.

    Le bénéfice net du groupe au deuxième trimestre s'élève à 2,8 milliards de dollars (2,36 milliards d'euros), soit 1,90 dollar par action, contre une perte de 806 millions de dollars, ou 56 cents par action, un an auparavant.

    Le titre du constructeur reculait de 3,7% dans les transactions en avant-Bourse à Wall Street, les analystes ayant tablé sur un bénéfice trimestriel plus élevé à 2,23 dollars, selon le consensus IBES/Refinitiv.

  • Le rendement US à 10 ans tombe sous les 1,14%

    Le rendement US à 10 ans tombe sous les 1,14% dans le sillage des chiffres de l'enquête ADP montrant que les entreprises ont créé moins d'emplois que prévu en juillet alors que des obstacles à l'emploi persistent malgré une amélioration de l'économie.

    Le 10 ans US est tombé à 1,1274% juste avant la publication de la statistique pour remonter à 1,137.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * CVS HEALTH a annoncé mercredi une baisse de 6,5% de son bénéfice trimestriel, en raison de la hausse des frais médicaux.

    * PFIZER - La Food and Drug Administration américaine vise à approuver complètement le vaccin contre le covid-19 de Pfizer et BioNTech d'ici début septembre, a rapporté le New York Times.

    * ACTIVISION BLIZZARD anticipe un chiffre d'affaires ajusté pour le trimestre en cours au-dessus des attentes du marché, misant sur une forte demande pour ses franchises "Call of Duty" et "Candy Crush", a annoncé le groupe mardi soir. L'action de l'éditeur de jeux vidéos gagne 6% en avant-Bourse.

    * AMGEN - La biotech américaine a déclaré que ses revenus trimestriels avaient augmenté de 5% mais la baisse des visites médicales devrait affecter ses ventes sur le reste de l'année.

    * LOCKHEED MARTIN a annoncé mardi être à la recherche d'un nouveau directeur financier après la démission de Kenneth Possenriede pour des raisons personnelles.

    * LYFT, le rival californien d'UBER, a affiché, trois mois avant l'objectif fixé, un bénéfice trimestriel ajusté, mais a toutefois mis en garde contre la pénurie de puces et la propagation du variant Delta.

    * OCCIDENTAL PETROLEUM a fait état d'un bénéfice ajusté au deuxième trimestre après avoir accusé une perte au trimestre précédent, soutenu par la hausse des prix du brut, l'assouplissement des restrictions de voyage et l'augmentation de la vaccination contre le COVID-19.

    * UNITEDHEALTH - Le département américain de la Justice envisage un éventuel procès afin de bloquer l'accord de rachat de Change Healthcare pour près de 8 milliards de dollars, a rapporté le site The Information.

    * ROYAL CARIBBEAN GROUP - La division du groupe, Royal Caribbean International, a annoncé que l'entièreté de sa flotte reprendrait la navigation d’ici au printemps 2022.

    * MATCH GROUP, propriétaire de Tinder, a annoncé mardi que la reprise économique sur certains de ses marchés asiatiques "importants" avait du retard sur les États-Unis et l'Europe, faisant baisser son titre de 4% dans les échanges après la clôture.

  • Les chiffres de l'enquête ADP ratent le coche

    Le secteur privé aux États-Unis a créé 330.000 emplois en juillet, un chiffre bien inférieur aux attentes, probablement en raison du manque de main-d’œuvre et de matières premières, montrent mercredi les résultats de l'enquête mensuelle du cabinet spécialisé ADP.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 695.000 créations d'emplois.

    Le chiffre de juin a été, en outre, révisé en baisse à 680.000 par rapport à celui de 692.000, annoncé initialement.

    L'enquête ADP est publiée deux jours avant le rapport mensuel du département du Travail, qui devrait, selon le consensus de Reuters, marquer une augmentation des créations d'emplois non-agricoles, à 880.000.

  • Les bénéfices des sociétés du Stoxx 600 devraient enregistrer une croissance historique

    Les bénéfices des sociétés du Stoxx 600 devraient avoir grimpé de 139,6% en avril-juin, selon les données IBES de Refinitiv, ce qui marquerait une croissance historique.

     

    +139,6%
    Croissance record pour les bénéfices des sociétés
    Les bénéfices des sociétés du Stoxx 600 devraient avoir grimpé de 139,6% en avril-juin, selon les données IBES de Refinitiv, ce qui marquerait une croissance historique.

  • Vers une ouverture stable à Wall Street

    Les contrats à terme suggèrent pour l'instant une ouverture stable ou en léger repli de Wall Street. L'indice Dow Jones se tasserait de 0,10% et le S&P 500 de 0,06% tandis que le Nasdaq grignoterait de 0,04%.

  • "Les données sur l'emploi du jour vont dicter la tendance du marché"

    L'euro recule légèrement face au dollar américain, en amont de la publication d'un rapport sur l'emploi du secteur privé américain, indice de l'état de ce marché avant la publication des données officielles vendredi.

    La devise européenne cède 0,07% à 1,1854 dollar pour un euro.

    "Les données sur l'emploi du jour vont dicter la tendance du marché", estime Ipek Ozkardeskaya, analyste chez SwissQuote.

    L'enquête ADP sur les créations d'emploi dans le secteur privé sera publiée vers 14h15.

    Pour les cambistes, un bon indicateur signifie que la Banque centrale américaine (Fed) a potentiellement moins besoin de soutenir l'économie, et qu'elle peut envisager de remonter ses taux, ce qui rend le dollar plus attractif.

    Mais "il faut bien comprendre qu'une seule donnée ne peut pas changer la politique de la Fed", assène Thu Lan Nguyen, analyste chez Commerzbank.

    Elle rappelle que même les membres de l'institution les plus prêts à normaliser leur politique monétaire évoquent deux rapports sur l'emploi consécutifs solides avant de pouvoir le faire.

    Par ailleurs, le rapport ADP diffère parfois du rapport officiel sur l'emploi, qui sera publié vendredi. Le taux de chômage de juillet pourrait avoir encore reculé, à 5,6%, avec près d'un million d'emplois créés.

  • Commerzbank sanctionné, Thales, Société Générale et Stellantis récompensés

    Commerzbank chute de 5%, parmi les plus fortes baisses de l'indice DJ Stoxx 600. La seconde banque allemande a fait état ce matin d'une perte nette de 527 millions d'euros au deuxième trimestre, dans la lignée d'un important plan de départs volontaires, mais aussi à cause d'effets exceptionnels.

    Le groupe bancaire a ainsi dû inscrire à fin juin 511 millions d'euros de provisions pour couvrir notamment les départs de salariés, pendant qu'elle force son virage numérique et ferme des centaines d'agences. Toutefois, "nous progressons bien et notre transformation pour rendre la banque profitable se déroule comme prévu", a martelé Manfred Knof, patron de la banque depuis janvier.

    Au rayon des gagnants, Thales avance 1,32%, le marché saluant la cession au conglomérat industriel japonais Hitachi de l'activité liée à la numérisation de systèmes ferroviaires, dont la valeur d'entreprise s'élève à 1,66 milliard d'euros. Le groupe souhaitant en effet se recentrer sur l'aérospatial, la défense et la sécurité numérique.

    Les titres Société Générale (+2%) et Stellantis (+2,6%), qui avaient mené la danse mardi après avoir révisé à la hausse leurs prévisions pour 2021, se distinguent et continuent d'être récompensés par les investisseurs.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Avis de brokers sur WDP, argenx, Umicore et Aperam | Deux "shorteurs" ciblent une SIR  (+Briefing) 

  • Qu'attendre de KBC demain ?

    À 7 heures demain matin, KBC présentera ses résultats du deuxième trimestre. Il y a un an, le groupe bancaire et d'assurance a enregistré des provisions substantielles pour des prêts potentiellement problématiques liés au coronavirus. Selon le consensus que KBC lui-même entretient, les analystes tablent logiquement sur une forte reprise du résultat net: à 739 millions d'euros, contre 210 millions au deuxième trimestre 2020.

    L'amélioration du climat boursier se traduirait par une forte reprise des commissions sur les ventes de fonds d'investissement, entre autres, de 388 à 443 millions d'euros. Les revenus nets d'intérêts se stabiliseraient à 1,08 milliard d'euros. Une banque tire ces revenus de son cœur de métier, qui consiste à recycler les dépôts à court terme en prêts à long terme. Ceux-ci sont sous la pression de la politique continue de taux zéro de la Banque centrale européenne.

    Mais il y a encore un espoir d'amélioration. Le PDG Johan Thijs a en effet une échappatoire au taux zéro européen: Prague, la capitale du marché secondaire du groupe. La banque centrale tchèque a recommencé à relever ses taux d'intérêt en juin pour réduire l'inflation. Précisément demain, quelques heures après la publication du rapport trimestriel de KBC, une deuxième hausse des taux en trois mois suivra presque certainement.

    Grâce à ce "Printemps de Prague", les analystes prédisent que Thijs pourra relever ses perspectives demain. KBC a prévu jusqu'à présent des produits d'intérêts nets d'environ 4,3 milliards d'euros pour l'ensemble de 2021. Grâce à la banque centrale tchèque, cela semble désormais un peu trop conservateur: les analystes tablent déjà sur 4,36 milliards d'euros.

    Enfin, KBC confirmera presque certainement également que les investisseurs recevront un dividende "économisé" de 2 euros par action pour 2020 au quatrième trimestre, maintenant que la BCE a levé les restrictions sur les distributions aux actionnaires.

  • Robinhood indiqué en forte hausse en avant bourse

    L'action Robinhood décolle de 9,55% à 51,27 dollars dans les échanges d'avant bourse, après avoir déjà progressé de 24,2% à 46,80 euros mercredi. Le titre s'échange donc au-dessus de son prix d'IPO de 38 dollars. Cotée pour la première fois le 29 juillet, le titre a connu des séances difficiles juste après son introduction en bourse.

  • Les ventes au détail augmentent encore en juin

    Les ventes au détail dans la zone euro ont continué d'augmenter en juin, même si de façon moins marquée qu'en mai, lorsque les consommateurs ont afflué dans les commerces après l'assouplissement des mesures sanitaires.

    Les ventes au détail des 19 pays de la zone euro ont augmenté de 1,5% par rapport à mai et de 5,0% sur un an, selon des données publiées mercredi par Eurostat. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 1,7% sur un mois et de 4,5% en rythme annuel.

    Les ventes au détail ont particulièrement progressé en Irlande, en Allemagne et en Lettonie, concernés en juin par une levée des restrictions. Elles ont en revanche reculé à Malte, en Autriche, au Portugal et dans les pays du Benelux.

    En mai, les ventes au détail de la zone euro avaient augmenté de 4,1% d'un mois sur l'autre. Ce chiffre a été révisé à la baisse, l'estimation initiale ayant donné une progression de 4,6%.

  • Ce que le marché attend des résultats trimestriels de bpost

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes poursuivent leur progression, en dépit des inquiétudes concernant la propagation du variant Delta, les publications des entreprises continuant de soutenir la tendance ce qui a permis à l'indice Stoxx 600 d'atteindre un plus haut à 468,09 points en début de matinée avant de ralentir à 467,84 (+0,53%).

    Bruxelles gagne 0,45%, Paris 0,51%, Francfort 0,69% et Amsterdam 0,78%.

    Les techs et les valeurs du transport et des loisirs signent les meilleures progressions, avec des gains de respectivement 1,62% et 1,50%, selon les indices Stoxx de référence.

    Les investisseurs ont pris connaissance en cours de matinée des chiffres de l'activité dans le secteur privé de la zone euro. Celle-ci s'est accélérée en juillet, atteignant son niveau le plus élevé en 15 ans, la levée des restrictions sanitaires et le déploiement de la vaccination ayant favorisé une reprise dans les services.

    Pour le reste de la séance, le marché attend l'indice ISM aux Etats-Unis pour le secteur des services ainsi qu'à l'enquête du cabinet ADP sur les créations d'emploi dans le secteur privé, prélude au rapport mensuel sur l'emploi attendu vendredi.

    Les données sur l'emploi américain donneront une indication sur la rapidité des progrès du marché du travail américain, que la Fed veut substantiels avant de resserrer sa politique monétaire en réduisant ses rachats massifs d'actifs.

    "Tant que le nombre de nouveaux emplois créés est supérieur à 500-600.000, les investisseurs devraient se diriger en confiance vers le rapport mensuel sur l'emploi (NFP) vendredi", estime Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote. En revanche, des chiffres plus forts devraient "renforcer l'idée que la Fed passera à l'étape de réduction de son soutien monétaire plus précocement", ce qui pourrait faire pression sur les actions américaines, selon elle.

    En juin, l'économie américaine avait créé plus d'emplois que prévu, soit 850.000 postes.

  • JP Morgan fan de WDP

    JP Morgan Cazenove a publié un rapport sur les valeurs immobilières européennes. Le spécialiste de l'immobilier logistique WDP fait partie de ses favoris. Les analystes relèvent leur objectif de cours de 38 à 40 euros, avec un conseil de "surpondérer".

    JP Morgan Cazenove souligne une très forte demande d'entrepôts, qui devrait augmenter en raison de la montée en puissance du commerce électronique et de la nécessité de devenir moins dépendant des livraisons de dernière minute et des importations en provenance de Chine. De plus, WDP a la réputation de surprendre positivement.

    La semaine dernière, la société a relevé ses prévisions pour l'année entière.

    JP Morgan est moins optimiste pour les valeurs néerlandaises de l'immobilier commercial Wereldhave (la société mère de Wereldhave Belgium) et Unibail-Rodamco-Westfield. Malgré un objectif de cours un peu plus élevé, la recommandation de "sous-pondérer" est d'actualité.

  • L'activité de la zone euro croît à son rythme le plus rapide en un peu plus de 15 ans

    L'activité de la zone euro a augmenté à son rythme le plus rapide en un peu plus de 15 ans en juillet, la forte croissance de la production manufacturière complétant une expansion accélérée de l'activité de services, selon l'indice IHS Markit PMI.

    Mais les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement et les pénuries de main d'oeuvre ont provoqué une vive hausse des prix des intrants et la crainte de nouvelles mesures sanitaires pour freiner la propagation du variant Delta pèse sur l'optimisme ambiant.

    L'indice composite final des directeurs d'achat (PMI) d'IHS Markit, considéré comme un bon indicateur de la santé économique, a grimpé à 60,2 le mois dernier contre 59,5 en juin, son plus haut niveau depuis juin 2006, bien au-dessus de la barre des 50 séparant la croissance de la contraction, bien que légèrement inférieur une estimation "flash" de 60,6.

    Avec la réouverture d'une plus grande partie du secteur des services, l'indice PMI du secteur est passé à 59,8 contre 58,3 en juin, en deçà de l'estimation préliminaire de 60,4 mais toujours sa lecture finale la plus élevée depuis juin 2006.

    "Le secteur des services en Europe reprend vie. L'assouplissement des restrictions de virus et la poursuite des progrès de la vaccination stimulent la demande pour une grande variété d'activités, en particulier dans le tourisme, les voyages et l'hôtellerie", a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez IHS Markit.

     

  • JDE Peet, Hugo Boss, IMCD et Commerzbank... Les valeurs en vue en Europe

    À Amsterdam, JDE Peet est en hausse de 6% après ses résultats semestriels. Les investisseurs semblent soulagés que le spécialiste du café ait confirmé ses prévisions annuelles.

    Toujours à Amsterdam, IMCD gagne 7%. Le distributeur de produits chimiques a vu sa croissance s'accélérer au deuxième trimestre. De plus, son résultat d'exploitation a augmenté de près de moitié.

    Prosus reprend 3%, après le repli de ces dernières heures, grâce à la reprise de l'action Tencent à Hong Kong.

    À Francfort, Hugo Boss gagne 1,3% après les chiffres semestriels. La chaîne de vêtements a répété la prévision annuelle: 30 à 35% de croissance du chiffre d'affaires.

    Commerzbank qui fait état d'une perte au deuxième trimestre chute de 4,4%.

  • Voici le briefing actions belges

    Targets relevés sur Umicore, Aperam, une biotech et une SIR | Deux "shorteurs" ciblent Cofinimmo (+Briefing)

  • "Pas de surprise dans les résultats d'Hyloris"

    Le trading update publié ce matin par Hyloris (post de 7h29) ne contient pas de surprise, indiquent Lenny Van Steenhuyse et Thomas Vranken de KBC Securities, la compagnie faisant état de progrès conformes aux attentes.

    L'entreprise reste rentable et bien capitalisée pour poursuivre sa stratégie d'expansion, précisent-ils.

    L'objectif de cours de 15 euros et la recommandation d'achat sont confirmés.

    L'action de la biopharma, spécialisée dans la reformulation de médicaments existants, progresse de 2,2% à 13,90 euros, dans un marché en hausse de 0,67%.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes poursuivent sur leur lancée positive du mois d'août, capitalisant sur une saison de résultats positive. L'indice DJ Stoxx 600 gagne 0,53% et l'Eur Stoxx 50 0,56%.

    "Il semble qu'il y ait moins de craintes envers les économies en Europe, où les niveaux de vaccination sont élevés, bien qu'il y ait des signes montrant que l'activité économique pourrait avoir atteint un pic à court terme", observe Michael Hewson, analyste pour CMC Markets.

    Dans ce contexte, les investisseurs suivront de près les indices d'activité PMI et ISM en Europe et aux Etats-Unis pour le secteur des services.

    Mais le rapport mensuel sur les créations d'emplois dans le secteur privé pour juillet (enquête ADP), susceptible d'influencer la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, "pourrait rapidement changer l'humeur du marché", prévient Ipek Ozkardeskaya, analyste pour Swissquote.

    La Fed attend des progrès vers les objectifs de plein emploi et de stabilité des prix avant de resserrer sa politique monétaire.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,54%
    Bruxelles: +0,47%
    Paris: +0,43%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,55%
    DJ Stoxx 600: +0,50%

    Umicore:+0,9%
    Hyloris: +2,2%
    Thales: +1,1%
    Commerzbank: -2,2%
    Ahold Delhaize: -0,68%

  • Commerzbank, Thales, Ryanair... Quelques valeurs à suivre en Europe

    * THALES a signé un accord en vue de céder son activité de signalisation ferroviaire au japonais Hitachi Rail, pour une valeur d'entreprise de 1,66 milliard d'euros, confirmant une information publiée par Reuters mardi.

    * COMMERZBANK , en pleine restructuration, a fait état mercredi d'une perte nette de 527 millions d'euros au deuxième trimestre.

    * RYANAIR a indiqué mercredi que son trafic en juillet avait doublé sur un an, à 9,3 millions de passagers.


  • QfG boucle la cession d'HalioDx

    La société de diagnostic génomique Veracyte a finalisé l'acquisition d'HalioDx évoquée dans le communiqué de presse de Quest for Growth du 1er juin 2021. HalioDx est une société française non cotée de diagnostic en immuno-oncologie basée à Marseille en France. Quest for Growth s’est investi dans la société en 2017.

    La clôture de la transaction a un impact positif supplémentaire sur la valeur nette d’inventaire de Quest for Growth d’environ 1,8 million d’euros, soit 0,11 euro par action. Ce montant sera inclus dans le calcul de la valeur nette d’inventaire à la fin d’août, qui sera publié le 2 septembre 2021.

    L’impact positif total de la vente d'HalioDX sur la valeur nette d’inventaire de Quest for Growth en 2021 est estimé à environ 7,5 millions d’euros, soit 0,45 euro par action.

  • Plus de contrat de liquidité sur l'action Orange Belgium

    Orange Belgium annonce aujourd'hui que le conseil d'administration a décidé de résilier le contrat de liquidité avec Kepler Cheuvreux. Le contrat avec Kepler Cheuvreux, qui a débuté le 1 août 2019, se terminera le 2 septembre 2021.

    Rappelons que si Orange Belgium est encore coté, c'est contre la volonté des principaux actionnaires français, les actionnaires minoritaires ayant refusé l'offre de reprise de 22 euros par action, qualifiée de trop économe.

    Malgré l'échec de l'OPA, Paris contrôle désormais 77% de l'opérateur télécom belge, contre 53% auparavant. Il y a donc beaucoup moins de titres librement négociables disponibles, ce qui a donc réduit la liquidité de l'action.

  • Les entreprises belges lèvent 219 millions d'euros grâce au dividende optionnel

    Les sociétés cotées à la bourse de Bruxelles ont renforcé leur bilan de 219,3 millions d'euros, par le biais de dividendes optionnels. Le groupe immobilier Cofinimmo en a le plus profité en récoltant 64,8 millions.

    Ceux qui ont systématiquement opté pour les actions au lieu du cash cette année réalisent désormais un bénéfice de 16,5%.

  • Solvac ex dividende

    Solvac , la monoholding au-dessus de Solvay , détache aujourd'hui un coupon brut de 3,26 euros. Il s'agit du même dividende intérimaire qu'il y a un an.

  • Avis de brokers sur Umicore

    HSBC relève son objectif de cours sur Umicore à 61 euros, contre 56 euros. Berenberg, de son côté, vise désormais 62 euros, contre 60 jusqu'ici. La recommandation d'achat est confirmée par les deux brokers.

    Umicore a clôturé mercredi à 54,22 euros, en hausse de 1,2%.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère hausse à l'ouverture, dans le sillage de Wall Street, de solides publications d'entreprises permettant de contrebalancer les inquiétudes relatives à la propagation du variant Delta du coronavirus et à la pression réglementaire en Chine.

    Les contrats à terme signalent une hausse de 0,21% pour le Dax à Francfort, de 0,24% pour le FTSE à Londres et de 0,26% pour l'EuroStoxx 50.

    A Wall Street, le S&P 500 a fini sur un record de clôture mardi soir, soutenu notamment par la progression d'Apple (+1,26%) et de Eli Lilly (+3,8%), en dépit du repli du secteur des jeux vidéos sur fond de craintes de régulation par Pékin.

    Les investisseurs, qui restent très attentifs à l'évolution de la pandémie sous l'effet du très contagieux variant Delta, suivront ce mardi les indices d'activité PMI et ISM en Europe et aux Etats-Unis pour le secteur des services.

    Autre statistique très attendue, la publication à 14h15 du rapport du cabinet ADP sur les créations d'emplois en juillet aux Etats-Unis, prélude au rapport officiel qui sera publié vendredi.

    L'évolution du marché du travail outre-Atlantique est une donnée clé pour la trajectoire de la politique monétaire de la Réserve fédérale. La semaine dernière, le président de la banque centrale Jerome Powell a dit vouloir voir "des chiffres solides sur l'emploi" avant d'entreprendre une réduction des achats mensuels d'actifs.

  • Perte supérieure aux attentes pour Commerzbank

    La seconde banque allemande Commerzbank a fait état, mercredi, d'une perte nette de 527 millions d'euros au deuxième trimestre, en raison de provisions liées à des départs volontaires et de recettes en recul à cause d'effets exceptionnels.

    Le groupe bancaire a dû inscrire à fin juin 511 millions d'euros de provisions pour couvrir notamment les départs de salariés, pendant qu'elle force son virage numérique et ferme des centaines d'agences.

    Les analystes sondés par Factset prévoyaient, en moyenne, une perte de 398 millions d'euros.

    La banque avait dégagé un bénéfice de 183 millions d'euros un an auparavant.

  • Le fisc belge réclame 380 millions d'euros à Ahold Delhaize

    Le conflit fait rage entre le fisc belge et le groupe de supermarchés néerlandais coté Ahold Delhaize . Notre administration fiscale réclame à la maison mère de Delhaize, Albert Heijn et Bol.com, un montant pouvant grimper jusqu’à 380 millions d’euros, ce qui correspond à près de quatre fois les bénéfices réalisés par les magasins Delhaize l’an dernier et au chiffre d’affaires total des magasins Albert Heijn belges en 2019. En cause: le propriétaire néerlandais du groupe a absorbé les magasins Delhaize américains sans payer de taxes.

  • Programme chargé pour Hyloris au second semestre

    Hyloris a dégagé, à l’issue du premier semestre, des revenus de 1,15 million d’euros contre 102.000 euros un an plus tôt. Les frais d’exploitation ont bondi de 149% à 9 millions d’euros ce qui donne, au final, une perte de 8,2 millions (+120%).

    Fin juin, la trésorerie de la biopharma spécialisée dans la reformulation de médicaments existants atteignait 53,5 millions d’euros contre 66,8 millions un an plus tôt.

    Pour le reste de l’année, Hyloris entend ajouter dans son portefeuille trois nouveaux produits candidats reformulés ou réutilisés par le biais d'accords de licence ou de coentreprises. La société liégeoise attend également le résultat de deux études cliniques en cours et en lancera deux nouvelles. Enfin, concernant le Maxigesic IV, un traitement de la douleur non opioïde, elle poursuit son déploiement en Europe et dans le reste du monde et va soumettre une demande de nouveau médicament à la FDA.

    Hyloris rappelle que son ambition est d'étendre son portefeuille à 30 produits candidats et commercialisés d’ici 2024.

  • À l'agenda ce mercredi

    Nouvelle salve de résultats avec les chiffres de Commerzbank, General Motors, Ford, Hyloris, Uber ou encore JDE Peet's. Côté macroéconomique, les investisseurs suivront les indices PMI des services en zone euro ou l'enquête ADP sur l'emploi aux États-Unis.

     

  • Les marchés chinois soutenus par un bon indicateur, Tokyo contre la tendance

    Les marchés actions asiatiques progressent pour la plupart, suivant les gains observés mardi à Wall Street où l'indice S&P500 a atteint un record de clôture, sous l'effet des gains d'Apple et des valeurs du secteur de la santé, malgré les inquiétudes sur la propagation du variant Delta du coronavirus qui ont nuancé le tableau optimiste dessiné par les solides résultats trimestriels. Le Dow Jones a gagné 0,80%, le S&P 500 a pris 0,82% et le Nasdaq a avancé de 0,55%.

    Les bourses chinoises profitent aussi du rebond inattendu de l'activité dans les services en juillet, malgré un regain épidémique et les inondations qui ont frappé le centre du pays, selon un indicateur indépendant publié ce matin.

    L'indice d'activité dans les services des directeurs d'achat (PMI), calculé par le cabinet IHS Markit et publié par le groupe de médias Caixin, s'est établi à 54,9 le mois dernier contre 50,3 points en juin.

    Pour sa part, l'indice composite PMI de Markit-Caixin, qui agrège services et industrie manufacturière, a également rebondi à 53,1 en juillet contre 50,6 points en juin. Même, si l'activité manufacturière est tombée en juillet à son plus bas niveau depuis 15 mois, à 50,3 points contre 51,3 points en juin.

    Hong Kong progresse de 1,57%, portée aussi par le rebond du secteur technologique après les déboires de Tencent la veille. Le géant
    chinois rebondit de 3,14%. Shanghai avance de 0,56%. L'indice CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises avance de 0,48%.

    En revanche, l'indice Nikkei de la bourse de Tokyo recule de 0,3% alors que le niveau des nouvelles infections au Covid-19, au Japon, continue d'être très élevé par rapport à ce que le pays a connu lors des vagues précédentes, surtout dans la région du Grand Tokyo.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés