1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'Europe boursière finit en hausse | Colruyt a soutenu le Bel 20

Les indices boursiers européens ont fini en hausse, grâce à des achats à bon compte après trois séances négatives d'affilée. À Bruxelles, Colruyt a rassuré et Asit biotech a fait le point sur l’étude pivot de phase III sur le gp-ASIT+. La Bourse de New York s'est orientée à la baisse.
  • Vos rendez-vous de demain

    Voici déjà la fin de notre suivi en direct de la séance boursière du jour. Merci de l'avoir suivi!

    Pour préparer au mieux la dernière séance de la semaine, voici l'agenda de vendredi pour les investisseurs, avec au menu, entre autres, les indices du climat des affaires et du sentiment économique en zone euro.

    Nous vous souhaitons une bonne soirée et vous donnons rendez-vous dès demain matin pour un nouveau Market Live.

  • Voici les débriefings du jour

    Les actions européennes ont été jugées attrayantes après trois séances négatives d'affilée. Plusieurs avertissements sur résultats ont animé la séance, dont ceux de Salzgitter, Ericsson et IAG.

    En Bourse de Bruxelles, Colruyt s'est hissée en tête des hausses grâce au ton optimiste de sa direction à l'assemblée générale de mercredi. Euronav a bénéficié d'une hausse soudaine des tarifs de fret maritime.

  • Voici pourquoi Euronav a bondi ce jeudi

    L'action Euronav  s'est envolée de 8,93% ce jeudi en Bourse de Bruxelles.

    Ce bond du titre du transporteur maritime est due à une forte hausse des coûts du fret via des tankers pétroliers sur les marchés internationaux. Et pour cause: les Etats-Unis ont décidé d'appliquer des sanctions financières à la société de transport chinoise COSCO Shipping Tankers, qui est soupçonnée par la Maison Blanche de violer les sanctions contre l'Iran en transportant du pétrole venant de ce pays.

    Cette décision semble avoir semé la panique parmi les courtiers en navires de transport, soudain obligés d'annuler leurs commandes passées auprès de la compagnie sanctionnée et de se reporter sur des concurrents, dont Euronav.

    "Il y a beaucoup de panique à ce sujet", a indiqué un courtier en tankers basé à Oslo, interrogé par l'agence Bloomberg. "Des navires modernes sont disponibles mais il est juste difficile de les obtenir."

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,51% à 3.697,73 points

    AEX: +0,75% à 577,72 points

    Cac 40: +0,66% à 5.620,57 points

    Dax: +0,44% à 12.288,54 points

    FTSE 100: +0,84% à 7.351,08 points

  • L'Iran enrichit de l'uranium, risque de regain de tensions géopolitiques

    L’Iran a commencé à enrichir de l'uranium au moyen de centrifugeuses perfectionnées, franchissant une nouvelle étape de son désengagement de l'accord de 2015, annonce l’Agence internationale de l’Energie atomique, citée par l'agence Reuters.

  • Ventes immobilières supérieures aux attentes aux Etats-Unis

    Les promesses de vente dans l'immobilier ancien aux Etats-Unis ont augmenté plus que prévu en août, profitant de la baisse des taux hypothécaires, a annoncé jeudi la Fédération nationale des agents immobiliers (National Association of Realtors, NAR).

    L'indice de la NAR a atteint 107,3, en hausse de 1,6%, alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient une progression de 0,9%.

  • Wall Street s'oriente à la baisse

    Après une ouverture proche de l'équilibre, la Bourse de New York est à présent en territoire négatif. Après une demi-heure de cotation, le Dow Jones  perd 0,15% et le Nasdaq   cède 0,45%.

    Les investisseurs américains s'inquiètent des effets possibles des derniers rebondissements dans l'affaire qui conduit la Chambre du Congrès à entamer une procédure d'impeachment contre le président Donald Trump. La Chambre a publié les déclarations d'un lanceur d'alerte selon lesquelles la Maison Blanche a tenté de bloquer la publication de l'enregistrement de la conversation entre le président des Etats-Unis et son homologue ukrainien.

  • Vers des droits de douane américains de 7,5 milliards de dollars sur les produits européens

    L'OMC autorisera les États-Unis à imposer des droits de douane annuels d'environ 7,5 milliards de dollars sur les produits européens dans le cadre du conflit sur les subventions dans le domaine de la construction aéronautique, selon des sources citées par l’agence Reuters.

  • Achats à prix bradés

    Après trois séances négatives d'affilée en Europe, certains investisseurs jugent que les cours boursiers ont trop corrigé. Sur la plan macroéconomique, rien n'a en effet fondamentalement changé: les risques sont les mêmes et les perspectives de croissance demeurent, même si elles sont mitigées.

    Dès lors, on assiste à des achats à bon compte, ce jeudi. Plusieurs commentateurs des marchés attribuent cela aux déclarations de la Chine et des Etats-Unis qui donnent de l'espoir au sujet de la reprise des négociations des deux puissances sur le commerce en octobre.

    Mais, plus fondamentalement, les prix des actions semblent bradés aux yeux de certains. Il est vrai que l'indice EuroStoxx 50  avait perdu plus de 1,6% en trois jours, tandis que les indices Cac 40  et Dax  avaient quant à eux reculé de 1,9% dans ce laps de temps.

  • Wall Street indécise à l'ouverture

    La Bourse de New York entame la séance quasiment inchangée. Dans les premières transactions, le Dow Jones  grimpe de 0,14% mais le Nasdaq  perd 0,09%.

  • UBS mise sur la France

    L'économie française offre une meilleure résistance que d'autres aux tensions commerciales et son marché d'actions présente des opportunités aux investisseurs, bien que ce facteur soit déjà largement intégré dans les cours, estiment les experts d'UBS.

    Nous nous attendons à une forme de résilience de la demande intérieure française grâce à un marché du travail robuste, soutenu par des réformes structurelles et davantage de stimulation budgétaire.
    Les stratégistes d'UBS

    Sur les 67 valeurs que couvre UBS, 40 bénéficient d'une recommandation à l'achat et deux seulement, Vallourec et Dassault Systèmes, sont conseillées à la vente. UBS dit préférer les valeurs françaises qui bénéficient d'une demande intérieure vigoureuse et en distingue trois en particulier: Accor, Carrefour et Gecina.

  • USA: la croissance confirmée à 2% pour le 2e trimestre

    La croissance de l'économie américaine a été confirmée à 2% au deuxième trimestre, tirée par la consommation mais la dégradation des investissements des entreprises s'est avérée plus importante qu'annoncé précédemment, selon une dernière estimation publiée par le département du Commerce. Le net ralentissement de l'expansion de la première puissance économique du monde par rapport au premier trimestre (3,1%) est ainsi confirmé.

    Il est toutefois conforme aux attentes des analystes. De plus, ce rythme de croissance reste relativement soutenu, tiré par la progression des dépenses de consommation: +4,6% (-0,1 point). Dt/fc

  • Salzgitter abaisse également ses prévisions

    Salzgitter  , le deuxième sidérurgiste allemand après Thyssenkrupp  , a sabré dans ses perspectives pour l’année, citant l’augmentation des provisions pour pertes sur prêts et des coûts de restructuration. Le groupe augmentera les provisions pour risques d’environ 140 millions d’euros (153 millions de dollars) au 30 septembre, ce qui devrait lui faire craindre une perte avant impôts d’un montant moyen de 2 millions d’euros cette année. Il tablait auparavant sur un bénéfice avant impôts de 125 millions à 175 millions d’euros.

  • Wall street devrait ouvrir en territoire positif

    Wall Street est attendue en légère hausse à l'ouverture et les bourses européennes progressent à mi-séance, des déclarations rassurantes sur le commerce permettant aux investisseurs de revenir prudemment sur les actifs risqués.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse modérée: le Dow Jones, le S&P-500 et le Nasdaq devraient prendre entre 0,1% et 0,3%.

  • L'action MDxHealth est suspendue

    La FSMA vient d'annoncer la suspension du cours de MDxHealth   depuis 13h55, dans l'attente des résultats d'un placement accéléré de nouvelles actions. 

  • Les marchés sont "gagnés par l'optimisme"

    "Les indices boursiers avaient démarré prudemment, mais ont ensuite pris de la hauteur au cours de la séance, gagnés par l'optimisme au sujet du commerce sino-américain. Nous avons déjà entendu de tels commentaires auparavant, mais l'humeur n'en est pas moins meilleure"
    David Madden
    analyste de CMC Markets

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * FACEBOOK - Le département américain de la Justice (DoJ) va ouvrir une enquête sur des soupçons d'infraction à la législation antitrust visant le groupe, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

    * PG&E - Un groupe de créanciers obligataires a annoncé mercredi être prêt à investir 29,2 milliards de dollars (27 milliards d'euros) dans la compagnie d'électricité dans le cadre de la restructuration engagée après les incendies qui l'ont conduite à déposer son bilan.

    * TESLA gagne près de 1% dans les transactions en avant-bourse après le relèvement des estimations de livraisons de RBC.

    * LIBERTY GLOBAL - Les autorités antitrust suisses ont donné leur accord au projet de rachat d'UPC, filiale de Liberty Global, par Sunrise Communications pour 6,3 milliards de francs (5,8 milliards d'euros).

    * BEYOND MEAT - L'action du producteur de "burgers végétaux" bondit de 10% dans les échanges en avant-bourse après l'annonce par MCDONALD'S de tests d'un nouveau sandwich utilisant ses produits.

    * WHIRLPOOL - JPMorgan a relevé sa recommandation à "surpondérer" contre "neutre".

  • Imperial Brand abaisse ses prévisions et dévisse en bourse

    Le groupe de tabac britannique Imperial Brands   a annoncé dans un communiqué qu'il abaissait ses prévisions de bénéfices pour son exercice décalé en cours à cause des problèmes rencontrés par les cigarettes électroniques aux Etats-Unis, où l'environnement législatif se durçit. "Au vu d'un marché difficile pour les produits de nouvelle génération - le terme utilisé par le groupe notamment pour les produits de vapotage - aux Etats-Unis et le changement de nos prévisions de résultats en Afrique, Asie et Australie, le chiffre d'affaires pour l'année s'achevant le 30 septembre est maintenant attendu en hausse de 2%" contre 2,5% prévus auparavant.

    "Ce n'est pas un bon moment pour être une entreprise de cigarettes électroniques. Les pressions politiques et législatives se multiplient", estime Russ Mould, analyste de la société de courtage AJ Bell. "Les sociétés de tabac comme Imperial Brands ont tout misé sur le vapotage et d'autres alternatives sans fumée (...) et même si le public passe lentement des cigarettes aux produits sans combustion, il y a des critiques croissantes à cause des craintes sur le grand nombre de jeunes qui vapotent et des dangers potentiels pour la santé".

  • Le pétrole en hausse, doutes sur le rétablissement de la production saoudienne

    Les prix du pétrole montent en cours d'échanges européens, le marché doutant des annonces selon lesquelles la production saoudienne était entièrement rétablie. "Selon plusieurs sources, (...) un niveau de production normal a été entièrement rétabli en Arabie saoudite, deux semaines après les attaques et donc beaucoup plus tôt que prévu", a expliqué Carsten Fritsch, analyste chez Commerzbank.

    "L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), à travers son secrétaire général Mohammed Barkindo, accepte cette évaluation, mais nous ne pouvons vérifier ces assertions". Il est "possible que l'Arabie saoudite mette ses réserves et importations récentes à disposition" pour revenir à son niveau d'offre antérieur à l'attaque.
    Carsten Fritsch
    analyste chez Commerzbank

  • La livre baisse après la tourmente lors du retour du Parlement

    La livre sterling baisse face aux principales valeurs, au lendemain d'un retour mouvementé des députés britanniques au Parlement et du flou qui règne toujours sur l'issue du Brexit. Le retour des députés a pesé sur la livre, ceux qui espéraient que "la décision de la Cour suprême sur la prorogation altère les positions du gouvernement" ayant vu leurs espoirs "anéantis", a expliqué Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

  • Un Italien pour remplacer un Français au directoire de la BCE

    L'Italien Fabio Panetta est l'unique candidat pour remplacer le Français Benoît Coeuré au directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a annoncé le président de l'Eurogroupe, Mario Centeno, alors que l'institution monétaire de Francfort est en pleine fronde interne. Numéro deux de la Banque d'Italie et âgé de 60 ans, il est prétendant à la succession au 1er janvier 2020 pour être responsable de la politique monétaire pour les opérateurs de marché et des cryptomonnaies.

    Cette annonce survient à un moment délicat pour la BCE, avec la démission, mercredi, d'une membre allemande de la direction, Sabine Lautenschläger, alors que la contestation ne cesse d'enfler contre la politique de large soutien à l'économie conduite par l'institution.

  • Zone euro: la croissance des crédits au secteur privé continue d'accélérer

    La croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro au secteur privé a continué d'accélérer en août, a indiqué la Banque centrale européenne (BCE), qui a décidé, en septembre, un paquet de mesures de soutien à l'économie. Les crédits aux entreprises non financières et aux ménages européens, ajustés de certaines opérations strictement financières, ont progressé de 3,8% en août sur un an, après 3,7% en juillet, relevé d'un dixième de point, et 3,5% en juin.

    • Dans le détail, la croissance des prêts octroyés aux entreprises industrielles et commerciales s'est établie à 4,3% sur un an, après 4,0% en juillet, également rehaussé d'un dixième de point. 
    • La croissance des crédits aux ménages s'est, elle, inscrite à 3,4%, inchangée sur un mois, et reste tirée par les prêts à la consommation (+6,1% sur un an en données non ajustées). 
    • La masse monétaire M3, agrégat utilisé par la BCE comme un indicateur avancé de l'inflation, a augmenté de 5,7% en août, contre 5,1% en juillet, abaissé d'un dixième de point, et 4,5% en juin.
  • L'action Trigano plonge, les camping-cars pèsent

    L'action Trigano   chute en bourse au lendemain de la publication de résultats trimestriels inférieurs aux attentes, pénalisés par des perturbations dans la production de camping-cars. Le groupe a publié mercredi un chiffre d'affaires en baisse de 9,4% sur le quatrième trimestre (juin-août) de son exercice 2018-2019 en raison d'une chute de 12,5% des ventes de camping-cars, ajoutant qu'il allait chercher à "adapter sa capacité de production ainsi que le niveau de ses coûts" aux évolutions de la demande.

    "La production restera impactée au T1 en lien avec le réaménagement des sites", lit-on dans la note de Portzamparc. "Toutefois, le management se veut confiant quant à sa capacité à retrouver un niveau normatif des stocks." L'intermédiaire réduit sa prévision de marge opérationnelle pour l'exercice 2019-2020 à 9,3% contre 9,8% précédemment.

    ©ONLY FRANCE

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en hausse jeudi matin après des déclarations conciliantes de la Chine sur le conflit commercial avec les Etats-Unis, qui l'emportent sur les craintes de nouvelles tensions sur ce front hypersensible et sur une série d'avertissements sur résultats au Royaume-Uni.

    →  À Paris, le CAC 40 gagne 0,63% à 5.618,90 points. À Francfort, le Dax prend 0,51% et à Londres, le FTSE 100 avance de 0,43%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,37%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,51% et le Stoxx 600 de 0,51%. 

    Les investisseurs restent cependant à l'affût de nouvelles informations sur le risque de nouveaux droits de douane américains visant des produits européens. Selon Bloomberg en effet, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) s'apprête à autoriser Washington à imposer de nouveaux tarifs douaniers touchant huit milliards de dollars (7,3 milliards d'euros) de produits européens, dans le luxe et l'aéronautique entre autres.

    • À la baisse, le secteur des produits de grande consommation cède 0,14%, pénalisé, notamment, par la chute de 9,61% du fabricant de cigarettes tabac Imperial Brands après un avertissement sur ses résultats. 
    • Autres groupes britanniques sanctionnés après des "warnings", IAG, propriétaire de British Airways et Iberia, cède 2,08% et Pearson 16,33%. 
    • Dans le secteur bancaire, le groupe néerlandais ABN Amro décroche de 8,57% après l'ouverture d'une enquête sur des soupçons d'infraction à la loi anti-blanchiment.
  • "La Chine en contact étroit avec Washington"

    La Chine est en contact étroit avec les États-Unis afin de préparer au mieux les négociations commerciales d'octobre, a déclaré le ministère chinois du Commerce. Les entreprises chinoises ont effectué des achats importants de soja et de porc américains, a souligné le porte-parole du ministère Gao Feng ajoutant que ces achats étaient exemptés de droits de douanes.

    • Les négociations commerciales sino-américaines doivent reprendre à Washington dans la semaine du 7 octobre, a annoncé lundi le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin. 
    • Un accord commercial avec la Chine pourrait être conclu plus tôt qu'on ne le pense, a déclaré mercredi Donald Trump à la presse, après avoir fustigé la veille les méthodes de Pékin à la tribune de l'Onu.
  • Degroof Petercam ajuste sa note sur Colruyt

    Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour Colruyt   à 58 euros contre 56 euros précédemment. La recommandation reste à "acheter".

  • Airbus cible d'une série de cyberattaques

    Airbus   a été ces derniers mois la cible de plusieurs attaques informatiques lancées en passant par des sous-traitants du constructeur, a appris l'AFP en enquêtant auprès de plusieurs sources sécuritaires, qui soupçonnent ces opérations d'espionnage industriel d'être pilotées depuis la Chine. De sources concordantes, ces cyberattaques ont tour à tour visé le groupe français de conseil en technologie Expleo (ex Assystem), le motoriste britannique Rolls-Royce  , et deux sous-traitants français d'Airbus que l'AFP n'a pas identifiés.

    Les sources consultées par l'AFP restent prudentes et refusent d'attribuer formellement cette série d'attaques, tout en s'accordant à dire que les soupçons pèsent sur des hackers chinois.

  • Après IAG, au tour de Pearson de lancer un "profit warning"

    Pearson   a averti que son bénéfice d'exploitation ajusté annuel devrait se situer au bas de la fourchette indicative donnée précédemment de 590 à 640 millions de livres sterling, en raison notamment d'une baisse plus marquée que prévu de ses ventes sur le marché de l'éducation aux États-Unis.

  • Colruyt porté par KBCS

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour Colruyt   à 45 euros contre 39 euros précédemment. La recommandation reste à "réduire".

    Le broker a également augmenté son objectif de cours pour Fluxys Belgium   à 28 euros contre 26 euros auparavant. La recommandation reste à "conserver".

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 -0,16%

    BEL 20 -0,22%

  • IAG, propriétaire de British Airways, avertit sur ses résultats

    Le groupe de compagnies aériennes IAG   a émis un avertissement sur ses résultats annuels après des grèves de pilotes ayant entraîné l'annulation de milliers de vols chez British Airways. IAG prévoit désormais un bénéfice d'exploitation inférieur de 215 millions d'euros à celui de l'an dernier pour 2019 alors qu'il l'attendait auparavant stable. Le revenu unitaire devrait, pour sa part, légèrement baisser à changes constants alors qu'il le voyait stable jusqu'à présent.

    IAG, qui a enregistré un bénéfice de 3,49 milliards d'euros l'an dernier, a estimé l'impact financier des grèves des pilotes de British Airways à 137 millions d'euros. Il a évoqué un impact supplémentaire de 33 millions d'euros lié aux "menaces de grèves" des employés de l'aéroport londonien d'Heathrow.

    ©AFP

  • Pendant ce temps, sur le marché des changes

    L'"indice dollar" mesurant les variations de la devise américaine face à un panier de monnaies de référence abandonne 0,1% et l'euro remonte autour de 1,0950.

  • ABN Amro visée par une enquête pour blanchiment d'argent

    La banque ABN Amro  est visée aux Pays-Bas par une enquête pour blanchiment d'argent et financement du terrorisme, a-t-elle annoncé. "ABN Amro va coopérer pleinement à l'enquête", a dit l'établissement, sans fournir de précisions.

    Le parquet des Pays-Bas a pour sa part déclaré qu'ABN Amro était accusée de manquements en matière de lutte contre le blanchiment d'argent. La banque a signalé des transactions suspectes trop tard, voire pas du tout, et n'a pas suffisamment surveillé ses clients, a ajouté le parquet.

  • A Tokyo, le Nikkei finit en petite hausse

    La Bourse de Tokyo a fini en légère hausse, portée par un optimisme prudent sur l'issue des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. L'indice Nikkei a gagné 0,13% à 22.048,24 points et le Topix, plus large, a pris 0,2% à 1.623,27 points. Ce dernier a gagné jusqu'à 1% en matinée pour atteindre, à 1.635,88 points, son plus haut niveau depuis le 5 décembre de l'an dernier.

    La tendance a été soutenue principalement par les secteurs cycliques comme la sidérurgie (+2,41%) et le transport maritime (+1,14%).

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues proches de l'équilibre à l'ouverture, la prudence reprenant le dessus quant à l'issue des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine après l'espoir suscité la veille par les dernières déclarations de Donald Trump sur le sujet.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait débuter la séance pratiquement inchangé, tandis que le Dax à Francfort gagnerait cinq points, soit moins de 0,1%, et que le FTSE à Londres céderait six points.

    Donald Trump a soulagé les marchés mercredi en déclarant qu'un accord commercial avec la Chine pourrait être conclu "plus tôt" que les observateurs ne le pensent. Le président américain a aussi affirmé que Pékin avait réalisé d'importants achats de produits agricoles américains. Autre nouvelle jugée rassurante: la signature d'un accord de libre-échange partiel entre les Etats-Unis et le Japon, qui se traduira, entre autres, par une baisse des droits de douane sur un certain nombre de produits agricoles américains et d'équipements industriels japonais.

    Mais, beaucoup d'investisseurs préfèrent attendre des résultats concrets avant d'applaudir ce type de déclarations.

  • Ericsson lance un avertissement sur résultats

    Ericsson a annoncé que ses résultats du troisième trimestre seraient grevés par une charge exceptionnelle de 12 milliards de couronnes suédoises (1,12 milliard d'euros environ) liée à des enquêtes aux Etats-Unis sur des soupçons d'infraction à la réglementation anti-corruption.

  • Rallye veut six mois de plus pour établir son plan de sauvegarde

    Rallye  , la maison mère de Casino   sous procédure de sauvegarde depuis fin mai en raison de ses grandes difficultés financières, a annoncé mercredi vouloir prolonger de six mois la période d'observation dédiée à l'établissement d'un plan de sauvegarde de l'entreprise. Rallye et ses holdings Foncière Euris, Finatis et Euris "annoncent leur intention de solliciter l'extension de la période d'observation de six mois avec l'objectif d'obtenir une homologation des plans par le Tribunal au plus tard à la fin du premier trimestre 2020", indiquent les propriétaires de Casino dans un communiqué.

    Cette annonce survient après une rencontre entre ces derniers et leurs partenaires bancaires "afin de leur présenter les principes de leurs projets de plans de sauvegarde élaborés avec le concours des administrateurs judiciaires."

  • Un nouveau broker en soutien pour Engie

    Citigroup a repris le suivi de la valeur Engie   avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours fixé à 16,70 euros.

  • Asit biotech fait le point sur le gp-ASIT+

    Asit biotech   fait le point sur son étude clinique de phase III avec le gp-ASIT+ et confirme le passage aux étapes suivantes. La dernière visite du dernier patient (DVDP) a été effectuée après la saison des pollens de graminées de 2019. Plus de 600 patients se sont présentés sur les sites de l’étude clinique pour le suivi post-traitement, ce qui indique que l’objectif de 470 patients évaluables, nécessaire pour réaliser les analyses statistiques, devrait être atteint.

    La société prévoit d’annoncer les premiers résultats d’efficacité sur gp-ASIT+, comme prévu, en décembre 2019. Lien vers le communiqué

    La Société prévoit d’annoncer les premiers résultats d’efficacité sur gp-ASIT+™, comme prévu, en décembre 2019.
  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous informer "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 26 septembre 2019.

    À l'agenda: un discours du président de la BCE Mario Draghi, ainsi que plusieurs statistiques aux États-Unis. Entre le déficit commercial, les stocks des grossistes, les promesses de ventes de logements, les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage et la troisième estimation de la croissance du PIB au deuxième trimestre, les investisseurs auront de quoi se mettre sous la dent.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Echo Connect