1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'Europe boursière finit en hausse, le Bel 20 fait exception | AB InBev, les télécoms et Colruyt ont pesé

Les marchés européens ont poursuivi leur remontée, les investisseurs s'étant focalisés sur les signaux de reprise économique malgré le regain de contaminations dans certaines zones hors Europe. Le Bel 20 a, lui, reculé, affecté par la chute de Colruyt et les baisses d'AB InBev et des télécoms.
  • Vos rendez-vous de jeudi

    Notre suivi en direct des marchés boursiers se termine, merci d'avoir suivi notre édition de ce mercredi.

    Voici encore quelques informations utiles, à savoir les principaux rendez-vous de demain. On attend notamment les résultats des TLTRO, ce prêts à long terme ciblés de la Banque centrale européenne, importants pour la relance de l'économie.

    Merci pour votre fidélité et à demain dès 7h30 pour un nouveau Market Live!

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,20% à 3.440,91 points

    AEX: +1,16% à 566,48 points

    Cac 40: +0,88% à 4.995,97 points

    Dax: +0,54% à 12.382,14 points

    FTSE 100: +0,17% à 6.253,25 points

  • Hésitations à Wall Street

    Après une ouverture en hausse, la Bourse de New York devient plus hésitante. Le Dow Jones  perd à présent 0,19% tandis que le Nasdaq  maintient une avancée de 0,32%.

  • Le Bel 20 passe dans le rouge

    Après avoir passé une bonne partie de la séance en hausse, l'indice vedette de la Bourse de Bruxelles  a perdu du terrain et perd désormais 0,5% environ.

    Alors que la chasse aux bonnes affaires profites à des actions telles qu'Umicore  et Barco , la chute de Colruyt  mais aussi les baisses d'AB InBev  et des télécoms   pénalisent l'indice belge.

  • Peugeot - Fiat Chrysler: la Commission entame une enquête en matière de concurrence

    La Commission européenne a entamé une procédure pour vérifier le respect des règles de concurrence dans le dossier de la fusion entre Fiat Chrysler Automobile  et Peugeot , d'après un communiqué que l'exécutif européen vient de publier.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York entame la séance sur une note positive. Dans les premiers échanges, le Dow Jones avance de 0,28% et le Nasdaq progresse de 0,47%.

  • Le secteur de la construction emmène la hausse

    Le secteur de la construction et des matériaux  mène la danse en Europe en avançant de 1,7%, meilleure performance sectorielle d'après l'indice de ce compartiment du Stoxx Europe 600 .

    Ces valeurs n'ont pas autant bénéficié de la remontée boursière que d'autres et leur valorisation reste en ligne avec leur moyenne de long terme. Selon Morgan Stanley, les perspectives sont favorables à ces entreprises à ce stade du cycle économique. La banque d'affaires conseille de "surpondérer" les valeurs de la construction et des matériaux. Citigroup note quant à elle qu'il existe un important arriéré de carnets de commande dans ce secteur, qui devrait soutenir sa reprise.

    Parmi les valeurs en vue dans ce domaine en ce moment, HeidelbergCement  gagne 3%, Saint-Gobain  prend 2% et LafargeHolcim  est en hausse de 1,25%.

  • Pétrole: la production de l'Opep a chuté en mai

    La production de l'Opep a chuté spectaculairement au mois de mai, les pays membres du cartel faisant bloc pour l'instant derrière l'accord trouvé pour soutenir les cours de l'or noir, déprimés par la crise du Covid-19. Leur production a reculé de 6,3 millions de barils par jour (mbj) sur un mois pour atteindre 24,195 mbj au mois de mai, selon des sources secondaires (indirectes) citées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport mensuel.

    • Arabie saoudite, chef de file de l'organisation, a fourni à elle seule un peu plus de la moitié de cet effort: ses extractions d'or noir ont reculé de 3,160 mbj sur un mois. 
    • Les Emirats arabes unis (-1,364 mbj) et le Koweït (-921.000 barils par jour) ont beaucoup moins pompé le mois dernier afin de soutenir les cours.
  • La Syrie dévalue sa monnaie sur fond de nouvelles sanctions américaines

    La Banque centrale syrienne a officiellement révisé à la baisse la valeur de la monnaie locale face au dollar, après des semaines de forte dépréciation sur le marché noir et sur fond de nouvelles sanctions américaines devant entrer en vigueur mercredi. Le taux de change officiel, appliqué depuis mars, a augmenté de 704 livres pour un dollar à "1.256 livres syriennes pour un dollar pour le financement des importations", a indiqué la Banque centrale dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

    En ce qui concerne les "transferts en provenance de l'étranger", le taux officiel a augmenté à 1.250 livres pour un dollar, est-il ajouté. Un dollar valait 47 livres avant la guerre déclenchée en 2011.

  • Air France prépare un plan de départs volontaires pour 8.300 postes

    Air France  , durement touchée par la crise du coronavirus, prépare un plan de départs volontaires portant sur 8.300 postes, rapporte l'agence Bloomberg, citant des sources au fait du projet. La compagnie aérienne française cherchera à obtenir le départ d'environ 300 pilotes, 2.000 personnels de cabine et 6.000 personnels au sol, précisent ces sources.

  • Wall Street devrait repartir de l'avant

    Wall Street est attendue en hausse, l'optimisme quant à l'amélioration de la conjoncture économique maintenant au second plan les inquiétudes sur la pandémie et les tensions diplomatiques.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,7% pour le Dow Jones et d'environ 0,6% pour le Nasdaq et le S&P-500.

  • Le consensus de résultats en Europe cesse de se dégrader

    Les perspectives d'évolution des bénéfices des entreprises européennes ont cessé de se dégrader après plusieurs mois de révision à la baisse pour intégrer l'impact de la crise du coronavirus, montrent les derniers chiffres compilés par Refinitiv. Le consensus donne désormais une chute de 51,9% sur un an des profits de l'indice Stoxx 600 au deuxième trimestre, alors que ce recul était estimé à 52,7% la semaine dernière.

    -51,9%
    des bénéfices européens au T2
    Selon les données compilées par compilés par Refinitiv, les analystes tablent en moyenne sur une chute de 51,9% des profits de l'indice Stoxx 600 au deuxième trimestre.

    Pour autant, le calendrier du retour attendu à la croissance bénéficiaire reste inchangé: les résultats publiés par les entreprises composant l'indice devraient encore reculer de 38,4% au troisième trimestre et de 18,8% au quatrième et il faudrait attendre le premier trimestre 2021 pour retrouver une évolution positive, avec une hausse attendue de 35,9%.

    Sur l'ensemble de 2020, les profits des entreprises composant le Stoxx 600 devraient chuter de 30,7% et leur chiffre d'affaires de 9,4%, précise Refinitiv.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * ORACLE - L'éditeur de logiciels d'entreprise a publié mardi un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes, les clients les plus durement touchés par la pandémie de coronavirus ayant reporté leurs achats. L'action perdait 4% dans les transactions en après-Bourse.

    * NORWEGIAN CRUISE LINE a annoncé mardi qu'il prolongeait la suspension de ses croisières jusqu'à la fin septembre en raison de la pandémie de coronavirus. L'action du groupe perdait 7% en après-Bourse, entraînant dans son sillage les concurrents CARNIVAL et ROYAL CARIBBEAN CRUISES en baisse de 5%.

    * TESLA recule dans les échanges en avant-Bourse après un article du Wall Street Journal selon lequel ses ventes en Californie ont chuté ces deux derniers mois. Le constructeur a par ailleurs annoncé avoir conclu un partenariat de trois ans avec le japonais Panasonic sur la fabrication et la fourniture de batteries pour son usine de production du Nevada.

    * QUALCOMM a annoncé mardi qu'il prévoyait d'intégrer la technologie 5G dans ses processeurs pour smartphones de milieu de gamme, qui devraient être sur le marché au second semestre.

    * FACEBOOK a annoncé mardi vouloir ajouter des avertissements aux publicités politiques partagées par ses utilisateurs sur leur fil, une réponse aux critiques mettant en cause des failles dans les mesures de transparence appliquées par le réseau social en période électorale.

    * UNITED AIRLINES a assoupli les conditions de son plan de départ volontaire pour inciter davantage de personnels de bord à opter pour cette option et éviter des licenciements, montre un document interne consulté par Reuters.

    * SOUTHWEST AIRLINES - La compagnie aérienne a annoncé mardi qu'elle maintiendrait la limitation des réservations sur ses vols au moins jusqu'à septembre afin de maintenir une distance physique entre les passagers.

    * CONOCOPHILIPS va reprendre une partie de sa production en Alaska après une interruption de plusieurs semaines en raison d'une baisse de la demande, a annoncé mardi une porte-parole du groupe pétrolier.

    * GROUPON, spécialisé dans les achats groupés, gagnait 4,5% en après-Bourse après avoir publié une perte moins importante que prévu au titre du premier trimestre.

  • HSBC reprend son plan de licenciements suspendu avec le coronavirus

    Le géant bancaire britannique HSBC   a décidé de relancer son plan de restructuration prévoyant 35.000 suppressions d'emplois dans le monde, après l'avoir suspendu un temps pendant la pandémie. Le directeur général du groupe, Noel Quinn, l'a annoncé dans un message interne envoyé au 235.000 salariés, dont le contenu a été confirmé à l'AFP par la banque. "Nous ne pouvons pas faire une pause indéfiniment dans les suppressions d'emplois", écrit-il, les estimant "même encore plus nécessaires aujourd'hui".

    En février, avant que le coronavirus ne devienne une pandémie, HSBC avait annoncé la suppression de 35.000 emplois en trois ans et une sévère réduction de voilure aux Etats-Unis et en Europe, afin de se concentrer davantage sur l'Asie.

  • Rebond des ventes de Kingfisher au T2

    Le groupe britannique Kingfisher  , propriétaire en France des enseignes Castorama et Brico Dépôt, a fait état d'un bond de 21,8% de ses ventes à périmètre comparable au deuxième trimestre, clos le 13 juin, à la faveur notamment d'une levée du confinement. Parallèlement, les ventes sur internet ont été multipliées par quatre depuis la mi-mars.

    Kingfisher n'a fourni aucune prévision pour l'exercice annuel 2020-2021 en raison, dit-il, des incertitudes liées à la crise du coronavirus.

  • Zone euro: la chute des prix de l'énergie freine l'inflation

    L'inflation dans la zone euro a encore ralenti en mai, comme attendu, en raison principalement de la baisse des prix de l'énergie, montrent les statistiques publiées par Eurostat. Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont diminué de 0,1% par rapport à avril et leur hausse en rythme annuel est revenue à 0,1% seulement, des chiffres conformes au consensus Reuters.

    Les taux annuels les plus faibles ont été observés en Estonie (-1,8%), au Luxembourg (-1,6%), à Chypre et en Slovénie (-1,4% chacun). Les taux annuels les plus élevés ont quant à eux été enregistrés en Pologne (3,4%), en Tchéquie (3,1%) et en Hongrie (2,2%). En Belgique, le taux était de -0,2%.

  • Euronext lance l'indice Euronext ESG 80

    Euronext   a annoncé plusieurs produits, services et initiative ESG, dont le lancement du nouvel indice Euronext ESG 80. Ce dernier regroupe 80 sociétés de la zone euro affichant de bons scores social et gouvernemental, mais aussi en pointe sur la transition vers une économie bas carbone. Lire le communiqué

  • "La pandémie reste un facteur baissier potentiel majeur pour les marchés à court et à moyen terme"

    "La question de la propagation du coronavirus continue d'inquiéter les investisseurs, avec le spectre de plus en plus prégnant d'une nouvelle vague. La pandémie reste un facteur baissier potentiel majeur pour les marchés à court et à moyen terme, en tout cas tant qu'il n'y aura pas de vaccin."
    Christopher Dembik
    responsable de la recherche économique chez Saxo Banque

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en hausse en début de séance, les dernières nouvelles sur le front de la pandémie de coronavirus et des foyers de tension géopolitique en Asie ne suffisant pas à remettre en cause le sentiment dominant d'optimisme pour la reprise économique.

    • À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,70%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 gagne 0,91%, le FTSE 100 prend 0,86% et à Francfort, le Dax avance de 0,62%. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,71%, le FTSEurofirst 300 de 0,75% et le Stoxx 600 de 0,64%.
    • Une fois de plus, la hausse profite à tous les secteurs en Europe mais plus particulièrement à ceux fortement exposés aux retombées de la pandémie et au rythme de la reprise. L'indice Stoxx européen de l'immobilier prend ainsi 1,68%, celui des banques 1,34% et celui de la distribution 0,78%.
    • Les rendements de référence de la zone euro sont en hausse de plus de deux points de base, un mouvement logique face à la progression des actions et qu'accentue l'imminence d'importantes adjudications, ce mercredi en Allemagne et jeudi en France. Celui du Bund allemand à dix ans remonte ainsi à -0,401% et son équivalent français à -0,0232%.
    • Le dollar efface une partie de sa hausse de mardi et l'indice qui mesure ses fluctuations face à un panier de devises de référence abandonne 0,11% au lendemain d'une progression de 0,26%. L'euro se traite autour de 1,1280 dollar.
    • Le marché pétrolier se stabilise après le repli du tout début de journée lié à l'annonce par l'American Petroleum Institute (API) d'une nouvelle hausse des stocks de brut, d'essence et de produits distillés aux Etats-Unis la semaine dernière. Le Brent abandonne 0,2% à 41,04 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,21% à 38,30 dollars.
  • Jean Liu, Tidjane Thiam et Emma Watson rejoignent le conseil d'administration de Kering

    Trois nouveaux administrateurs, dont l'actrice britannique Emma Watson et l'ex-directeur du Credit Suisse Tidjane Thiam, font leur entrée au sein du groupe français de luxe Kering    à l'issue du vote des actionnaires réunis en assemblée générale mardi. Lire le communiqué

  • KBCS ajuste son TP pour Colruyt et UCB

    KBC Securities a réduit son objectif de cours pour Colruyt   à 49 euros contre 50,50 euros précédemment. La recommandation reste à "conserver".

    Le broker a par contre relevé son objectif de cours pour UCB   à 119 euros contre 95 euros auparavant, tout en réitérant son conseil à "acheter".

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,10%

    CAC 40 +0,08%

    BEL 20 -0,18%

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes devraient reprendre leur souffle ce mercredi, les craintes d'une résurgence de l'épidémie de coronavirus et des tensions géopolitiques en Asie venant jeter un froid sur l'euphorie de la veille.

    • Les contrats à terme signalent une hausse de 0,27% pour le CAC 40 parisien à l'ouverture, de 0,31% pour le Dax à Francfort et de 0,39% pour le FTSE à Londres.
    • Le dollar est inchangé face à un panier de devises de référence et conserve ses gains acquis la veille après la parution de la statistique meilleure que prévu sur les ventes au détail aux Etats-Unis. De son côté, l'euro avance légèrement, autour de 1,1275 dollar, après avoir reculé de 0,5% mardi.
    • Signe du regain de prudence sur les marchés, le rendement des Treasuries à dix ans recule de plus de deux points de base, à 0,743%. En Europe, le taux du Bund allemand à dix ans est inchangé dans les premiers échanges, à -0,42%.
    • Les cours du brut évoluent en baisse après la publication des chiffres de l'Americain Petroleum Institute (API) qui ont montré une hausse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis. Le baril de Brent recule de 0,9% à 40,58 dollars et celui du brut léger américain (WTI) abandonne 1,4% à 37,84 dollars.
  • Atenor lance une augmentation de capital

    Atenor   annonce le lancement d’une augmentation de capital d’un montant maximum de 77,4 millions d’euros via l'émission de 1.407.769 actions ordinaires. Le prix d’émission a été fixé à 55 euros, ce qui représente une décote de 18,2% par rapport au cours de clôture de 67,2 euros de mardi. Quatre droits de préférence permettront de souscrire à une action nouvelle.

    La période de souscription débute demain, le jeudi 18 juin et s’étale jusqu’au 25 juin compris. Le placement privé des droits non exercés (scrips) se fera le 26 juin.

  • Le marché automobile européen a chuté de 52,3% en mai

    Les ventes de voitures en Europe ont subi une nouvelle chute en mai malgré l'assouplissement progressif des mesures de confinement dans plusieurs pays, a annoncé l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). Avec 581.161 véhicules vendus dans l'Union européenne, le marché automobile européen accuse un recul de 56,8% sur un an, précise-t-elle.

    • Parmi les quatre principaux marchés du continent, le recul le plus marqué a touché l'Espagne (-72,7%) tandis que le marché allemand reculait de 49,5%, le français de 50,3% et l'italien de 49,6%.
    • La baisse a touché presque uniformément tous les grands groupes automobiles en mai: Volkswagen a vu ses ventes plonger de 52,4% par rapport à mai 2019, PSA de 56,4%, Renault de 52,5%, Fiat Chrysler Automobiles de 55,3%.

  • Le vice-président de la Fed craint une inflation trop faible

    La crise du coronavirus tire l'inflation américaine vers le bas, a averti mardi soir le vice-président de la Réserve fédérale Richard Clarida, ce qui suggère que l'économie américaine pourrait avoir besoin d'une aide supplémentaire de la banque centrale et du Congrès pour se rétablir complètement.

    Les anticipations d'inflation, déjà faibles au début de la récession en février dernier, "risquent de tomber en deçà" d'une fourchette cohérente avec l'objectif d'inflation de 2% de la Fed, a déclaré Clarida dans des notes préparées pour une intervention devant la Foreign Policy Association à New York. "Je défendrai avec la plus haute priorité des politiques destinées non seulement à obtenir le maximum d'emploi, mais aussi des anticipations d'inflation bien ancrées cohérentes avec notre objectif", a-t-il ajouté.

  • Hyloris donne le coup d'envoi de son IPO

    Le moment est venu: l'introduction en bourse d'Hyloris, annoncée au début du mois, est désormais en bonne voie. La société pharmaceutique créée par Stijn Van Rompay souhaite lever entre 54 et 71 millions d'euros en émettant au moins 5 millions d'actions à raison de 10 à 11,5 euros chacune. En cas de forte demande, des actions supplémentaires - l'option de surallocation - peuvent être proposées.

    Les investisseurs peuvent souscrire à partir d'aujourd'hui, jusqu'au - sauf fermeture anticipée - 25 juin. La première cotation à Bruxelles est prévue pour le 29 juin.

  • Résultats en hausse et part de marché en baisse pour Colruyt

    Plus rentable, mais un peu moins présent sur le marché: ainsi peut-on résumer l'exercice décalé du groupe Colruyt  , clôturé le 31 mars dernier. Le distributeur de Hal a engrangé un bénéfice opérationnel (ebit) de 511 millions d'euros. Sur base comparable - sans tenir compte de la nouvelle norme IFRS 16, qui a entraîné des glissements comptables, et à période comptable équivalente en France -, il progresse de 5,5%.

    Le bénéfice net (431 millions d'euros) bondit même de 12,9% sur base comparable, et le bénéfice par action de 13,6% à 3,14 euros. Des performances qui incitent le conseil d'administration à proposer un dividende de 1,35 euro brut (+3%).

    À lire | Résultats en hausse et part de marché en baisse pour Colruyt

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pourrez suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce mercredi 17 juin 2020.

    La Bourse de New York a nettement rebondi mardi, profitant du soutien sans faille des banques centrales et d'un rebond plus fort qu'attendu de la consommation aux Etats-Unis, des facteurs qui ont pris le pas - au moins temporairement - sur les craintes d'une résurgence de la pandémie de coronavirus. L'indice Dow Jones a gagné 2,04% à 26.289,98 points. Le S&P-500 a pris 1,90%, à 3.124,74 points. Le Nasdaq Composite a avancé de 1,75% à 9 895,87 points.

    "Même si le Covid est dans toutes les têtes, du point de vue des marchés, tout est en train de repartir et ces statistiques solides suggèrent que la reprise est arrivée, plus rapidement qu'on ne l'espérait", note Ryan Detrick, stratège à LPL Financial à Charlotte, en Caroline du Nord.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés