1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street soutenue par une Fed "patiente"

La Bourse US a terminé en forte hausse ce mercredi, applaudissant les résultats d'Apple et Boeing ainsi que le ton accommodant de la Fed après son statu quo sur les taux d'intérêt. Les marchés européens avaient, eux, fini en hausse, grâce notamment à la progression du secteur du luxe.
  • A suivre ce jeudi 31 janvier

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Ventes au détail / déc.
    • 9h55 Demandeurs d'emploi, taux de chômage / janvier

    Chine
    • Indices PMI officiels / janvier

    Etats-Unis
    • 14h30 Revenus et dépenses des ménages, indice PCE / décembre
    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 26 janvier
    • 15h45 Indice PMI de Chicago / janvier

    Zone euro
    • 11h PIB (estimation flash) / T4
    • 11h Taux de chômage / décembre

     

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Ascensio: assemblée générale
    • Genkyotex: trading update du quatrième trimestre
    • Global Graphics: offre de reprise à 4,25 euros par action par Congra Software

    Etats-Unis
    • DowDuPont / résultats du T4 (avant Bourse)
    • UPS / résultats du T4 (avant Bourse)
    • General Electric / résultats du T4 (avant Bourse)
    • Amazon / résultats du T4 (après Bourse)

    Finlande
    • Nokia / résultats du T4

    Royaume-Uni
    • Royal Dutch Shell / résultats du T4
    • Diageo / résultats semestriels
    • Unilever / résultats annuels

    Italie
    • Ferrari / résultats du T4

    Suède
    • H&M / résultats du T4

    Suisse
    • Roche / résultats du T4

  • Visa bat le consensus grâce à la croissance des volumes

    Visa a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes grâce à une croissance de 11% des volumes de transactions, des résultats salués par une hausse de plus de 2,4% de son action dans les transactions hors séance.

    • Le groupe américain de cartes de paiement a réalisé sur les trois derniers mois de 2018 un bénéfice net de 2,98 milliards de dollars, soit 1,30 dollar par action de catégorie A, contre 2,52 milliards (1,07 dollar/action A) un an plus tôt.
    • Hors éléments exceptionnels, son bénéfice par action ressort à 1,30 dollar, soit cinq cents au-dessus du consensus IBES-Refinitiv.
    • Son chiffre d'affaires total a progressé de 13,2% en un an à 5,51 milliards de dollars.
  • La prévision de chiffre d'affaires de Qualcomm conforme au consensus

    Qualcomm a présenté une prévision de chiffre d'affaires trimestriel conforme aux attentes de Wall Street et un accord commercial avec Huawei Technologies qui devrait soutenir ses revenus, des annonces saluées par une hausse de 4% de son action dans les transactions hors séance.

    Le groupe américain de semi-conducteurs prévoit pour le trimestre à fin mars un chiffre d'affaires de 4,4 à 5,2 milliards de dollars, une fourchette dont le milieu (4,8 milliards) correspond au consensus IBES-Refinitiv.

    Sur le trimestre octobre-décembre, il a réalisé un bénéfice net de 1,07 milliard de dollars, soit 87 cents par action, pour un chiffre d'affaires de 4,84 milliards, en baisse de 20% sur un an. Les analystes prévoyaient en moyenne un CA de 4,90 milliards.

  • Deuxième trimestre décevant pour Microsoft

    Le groupe informatique Microsoft a déçu les investisseurs avec ses résultats pour le deuxième trimestre, notamment pénalisé par le ralentissement du CA d'Azure.

  • Tesla promet d'être rentable en 2019 après des résultats mitigés

    Tesla passe dans le vert au 4e trimestre, mais dévoile un ensemble de résultats mitigé. Le constructeur prévoit néanmoins un bénéfice pour chaque trimestre de 2019.

  • Facebook dévoile des résultats meilleurs qu'attendu et bondit après-Bourse

    Les résultats du 4e trimestre du géant Facebook sont meilleurs que ce qui était attendu par les analystes. Le titre prenait presque 8% dans les échanges après la clôture à Wall Street.

  • Wall Street soutenue par une Fed "patiente"

    La Bourse US a clôturé en hausse ce mercredi, bien aidée par le ton accommodant de la Réserve fédérale qui a décidé de ne pas augmenter les taux d'intérêtLe Dow a pris 1,77% à 25.014,86 points. Le Nasdaq a gagné 2,20% à 7.183,08 points. Le S&P 500 a engrangé 1,50% à 2.679,54 points.

    Le patron de l'institution a estimé que les risques plaidant en faveur d'une hausse des taux d'intérêt avaient "faibli". Jerome Powell a également noté que "le mieux pour soutenir l'économie est de nous montrer patients dans l'évaluation des perspectives avant d'ajuster davantage notre politique" monétaire. Voilà le langage que les courtiers espéraient et qu'ils n'avaient pas obtenu lors de la précédente réunion de l'institution le 19 décembre. Le dollar a nettement reculé face à l'euro après ces annonces, à 1,1483 dollar pour un euro contre 1,1416 dollar juste avant.

    Avant les annonces de la Fed, les indices étaient déjà soutenus par les fortes progressions d'Apple (+6,83%) et Boeing (+6,29%) après leurs résultats trimestriels bien accueillis. Facebook (+4,32%), Tesla (+3,80%) et Microsoft (+3,34%) publiaient leurs résultats après la clôture.

  • Wall Street clôture en hausse

    • Le Dow Jones a pris 1,78% à 25.015,98 points.
    • Le Nasdaq a gagné 2,20% à 7.183,08 points.
    • Le S&P 500 a engrangé 1,56% à 2.681,30 points.
  • Le pétrole termine en hausse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse à New York, soutenus par la publication des chiffres hebdomadaires des stocks aux Etats-Unis, qui suggèrent des tensions sur l'offre au moment où le marché s'interroge sur la possibilité de nouvelles sanctions américaines visant le Venezuela.

    • Le contrat mars sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 92 cents, soit 1,73%, à 54,23 dollars le baril.
    • Le Brent a pris 33 cents (0,54%) à 61,65 dollars.

    Les stocks américains de pétrole brut ont augmenté moins qu'attendu la semaine dernière en raison d'un recul des importations et ceux d'essence ont diminué, selon les données publiées mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

    Les stocks de brut ont augmenté de 919.000 barils à 445,94 millions, bien moins que la hausse de 3,2 millions de barils prévue en moyenne par les économistes tandis que ceux d'essence reculaient de 2,24 millions à 257,38 millions alors que les économistes attendaient une augmentation de 1,9 million.

  • La Fed laisse les taux inchangés et promet d'être "patiente"

  • Econocom: résultat courant 2019 légèrement inférieur aux prévisions

    Le groupe de services informatique franco-belge Econocom a réalisé un chiffre d'affaires 2018 de 2,846 milliards d'euros, en hausse de 8%, avec un résultat courant légèrement inférieur à ses prévisions. Le résultat opérationnel courant s'élève à 115 millions d'euros, en-dessous de la dernière prévision d'octobre qui s'élevait à 120 millions d'euros.

    Au début de l'exercice, Econocom prévoyait encore un résultat opérationnel courant supérieur à celui enregistré en 2017 (154 millions d'euros). Mais le groupe a notamment pâti du "report de plusieurs contrats significatifs", selon les explications fournies à la mi-année.

    En 2018, la croissance du chiffre d'affaires (de 2,7% en organique) a souffert du recul de 1,6% ( à 1,356 milliard euros) des ventes de l'activité "Technology Management & Financing", "après une forte croissance sur les deux précédentes années" selon Econocom.

    Le chiffre d'affaires de l'activité "Services" a en revanche progressé de 15,5% à 1,042 milliards euros (5,4% en organique), tandis que celui de l'activité "Products & solutions" gagnait 26,8% (9,5% en organique) à 448 millions d'euros.

    "En 2019, la nouvelle direction sera particulièrement attentive à la génération de trésorerie ainsi qu'au maintien d'une forte discipline sur la gestion des coûts", a indiqué Econocom. Le groupe ambitionne de réaliser sur l'ensemble de l'année 2019 un résultat opérationnel courant de 128 millions d'euros, à périmètre constant.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les résultats supérieurs aux attentes de LVMH et l’optimisme du groupe français ont dopé les valeurs du luxe. Le secteur des ressources de base s’est également distingué.

    Les investisseurs veulent croire à tout signe d’une embellie conjoncturelle après la dégradation des indicateurs macroéconomiques des derniers mois. Mercredi, les résultats annuels de LVMH  ont apporté de l’eau au moulin de ceux qui tablent sur un rebond de la croissance économique. Les bons chiffres et l’optimisme du groupe de luxe ont dopé l’ensemble du secteur du haut de gamme. La hausse de 6,87% de l’action du détenteur des marques Louis Vuitton et Christian Dior a profité, entre autres, à Kering  (+ 3,32%), Hermès  (+ 3,06%) et Burberry  (+ 2,34%).

    Le regain d’optimisme s’est propagé parmi les autres valeurs cotées sur les places financières, ce qui a permis à la plupart des indices européens de clôturer en hausse. À Paris, le Cac 40  a gagné 0,95%. À Londres, le FTSE 100  a pris 1,58%. Le Dax  de la Bourse de Francfort a fait exception en baissant de 0,33%.

    L’indice boursier allemand a subi les conséquences de la chute de 13,29% de l’action Wirecard . Un article du Financial Times soulève des questions sur la fiabilité des pratiques comptables du groupe allemand spécialisé dans les paiements. Un responsable de l’entreprise aurait utilisé des contrats antidatés dans une série de transactions suspectes, affirme le journal après investigation. Wirecard a démenti cette information, la qualifiant de "fausse, inappropriée, trompeuse et diffamatoire". En attendant, en Bourse, le mal a été fait, les investisseurs ayant jugé qu’il n’y avait pas de fumée sans feu.

    Le secteur des ressources de base a soutenu la tendance globalement positive en Europe, grâce à la progression des cours de plusieurs métaux industriels, comme l’aluminium et le cuivre. Le prix du minerai de fer a également progressé, ce qui a bénéficié aux sidérurgistes. ArcelorMittal  a gagné 1,58%.

    L’action du groupe informatique français Atos  a bondi de 6,64% après l’annonce de la cession à ses actionnaires de 23,4% du capital de sa filiale Worldline.

    Le titre du groupe de chimie suisse Lonza  a chuté de 7,34% après l’annonce de la nomination d’un nouveau patron à sa tête.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,31% à 3.488,40 points

    AEX: +0,68% à 518,48 points

    Cac 40: +0,95% à 4.974,76 points

    Dax: -0,33% à 11.181,66 points

    FTSE 100: +1,58% à 6.941,63 points

  • Baisse des compromis de ventes de logements aux Etats-Unis

    Les promesses de ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont reculé en décembre, selon les données publiées mercredi par la Fédération nationale des agents immobiliers (NAR) qui confirment la faiblesse du marché en fin d'année.

    L'indice calculé par la NAR est tombé à 99,0, en repli de 2,2% par rapport au mois précédent. L'indice de novembre a été révisé à 101,2 au lieu de 101,4.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,5%.

  • Réserves de pétrole inférieures aux attentes aux Etats-Unis

    Les stocks américains de pétrole brut ont augmenté moins qu'attendu la semaine dernière et ceux d'essence ont diminué, selon les données publiées par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

    Les stocks de brut ont augmenté de 919.000 barils à 445,94 millions, bien moins que le gonflement de 3,2 millions de barils prévu en moyenne par les économistes.

    Les stocks d'essence ont décru de 2,24 millions à 257,38 millions alors que les économistes attendaient une hausse de 1,9 million.

  • Net rebond de l'action du brésilien Vale

    Le cours de l'action du géant minier Vale est en hausse de plus de 8% à la Bourse de Sao Paulo. Le premier groupe mondial de minerai de fer a annoncé un plan de réduction des risques pour éviter des tragédies comme la rupture d'un barrage minier vendredi, qui avait fait 84 morts et 276 disparus. Lundi, le titre de Vale avait perdu 24,5%, avant de reprendre 0,85% mardi.

  • McDonald's affecté par une baisse de la consommation aux Etats-Unis

    Résultats trimestriels mitigés pour McDonald's:

    → Les moins:

    • Recul de ses revenus en dépit de l'intérêt pour ses hamburgers des consommateurs britanniques, allemands, australiens, japonais et italiens.
    • Le chiffre d'affaires de 5,16 milliards, en baisse de 3,3% sur un an, est légèrement en dessous des attentes (5,17 milliards), affecté par la stratégie du groupe de passer sous franchise la plupart des restaurants gérés en propre et par des effets de change défavorables.
    • Les ventes ont progressé de 2,3% aux Etats-Unis, premiers contributeurs au chiffre d'affaires, moins que la hausse de 2,36% attendue. Elles étaient également en-dessous des attentes aux troisième et deuxième trimestres.

    → Les plus:

    • Le bénéfice net a plus que doublé sur un an, à 1,41 milliard de dollars, ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, de 1,97 dollar contre 1,89 dollar attendu en moyenne par les analystes.
    • Les ventes mondiales en restaurants comparables, ceux ouverts sans discontinuer lors des 13 derniers mois, ont augmenté de 4,4%, contre une hausse de seulement 3,9% attendue par les marchés, tirées par l'international (+5,2%) où le géant de la fast-food tente de moderniser ses restaurants.

    Sur l'ensemble de l'année, McDonald's a dégagé un bénéfice net de 5,9 milliards de dollars, en hausse de 14,1%, pour un chiffre d'affaires de 21,02 milliards, en baisse de 7,9%.

    McDonald's a aligné en 2018 sa deuxième année consécutive de hausse de la fréquentation, une première depuis 2012. Depuis l'arrivée aux commandes de Steve Easterbrook en 2015, McDonald's a effectué un virage à 180 degrés vers les aliments de meilleure qualité pour faire revenir les millions de clients perdus depuis 2012 par l'entreprise. Le groupe ne sert plus, par exemple, depuis 2016, de poulet élevé aux antibiotiques aux Etats-Unis. Il a également annoncé en décembre un plan visant à réduire la présence d'antibiotiques dans le boeuf utilisé pour ses burgers.

  • Wall Street ouvre en nette hausse

    La Bourse de New York a entamé la séance du jour sur une note très positive. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 1,06% et le Nasdaq  progresse de 0,95%.

  • Le secteur privé US a créé plus d'emplois que prévu

    Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 213.000 emplois en janvier, un chiffre nettement supérieur aux attentes, selon l'enquête mensuelle publiée mercredi par ADP.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne à 178.000 créations d'emplois dans le privé ce mois-ci aux Etats-Unis.

    Les chiffres officiels des créations d'emplois de janvier seront publiés vendredi par le département du Travail.

  • Wall Street se prépare à ouvrir en hausse

    Wall Street est attendue en hausse à l'ouverture dans des marchés financiers soutenus notamment par des résultats meilleurs que prévu d'Apple et de Boeing, attendant la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,46% à 1,0%.

    À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,72%. Le FTSE-100 gagne 1,84% à Londres mais le Dax perd 0,29% à Francfort. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,10% et le Stoxx 600 avance de 0,32%.

    La Fed doit annoncer à 20h sa décision sur les taux d'intérêt. Son président, Jerome Powell, donnera une demi-heure plus tard une conférence de presse au cours de laquelle il pourrait réitérer sa prudence vis-à-vis du ralentissement de l'économie américaine.

    Boeing s'adjuge 6,3% en avant-Bourse, après des résultats trimestriels et des prévisions pour 2019 meilleurs que prévu.

    De même, Alibaba prend 3,3% après ses bons résultats, malgré un ralentissement de la croissance de ses ventes.

  • Gefco suspend son projet d'IPO

    Le groupe de transport et de logistique Gefco, ancienne filiale de PSA, annonce le report de son introduction en Bourse en attendant une amélioration des conditions sur les marchés, confirmant une information de Reuters.

  • Curetis fait un pas en avant en Asie

    Le fabricant germano-néerlandais de laboratoires de poche pour examens médicaux rapides Curetis réalise une avancée sur le marché asiatique. Acumen Research Laboratories, partenaire de Curetis pour la région de l'ASEAN, a reçu le feu vert pour l'utilisation du kit de test HPN en Malaisie et en Thaïlande et du kit de test BCU en Thaïlande.

    Les deux tests sont capables de détecter en quatre à cinq heures un large panel d'agents patogènes et de marqueurs résistants aux antibiotiques, chez les patients hospitalisés susceptibles de présenter une pneumonie ou une infection sanguine.

    Selon Curetis, cette approbation constitue une étape importante pour l'expansion de Curetis dans la région ASEAN.

    Dans le communiqué de presse, Oliver Schacht, PDG de Curetis, a déclaré qu'il attendait bientôt le feu vert du service national de santé chinois pour le kit de test HPN de son minilabo Unyvero. Beijing Clear Biotech est partenaire de Curetis pour la commercialisation en Chine.

    Curetis bondit de 11,4%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    AMD, Apple, Juniper...

    * APPLE a publié mardi soir des résultats trimestriels légèrement meilleurs qu'attendu et son directeur général Tim Cook s'est montré optimiste sur l'issue des négociations commerciales sino-américaines. Le titre avance de 5,3% dans les échanges d'avant-Bourse.

    * ADVANCED MICRO DEVICES a annoncé mardi soir une croissance record pour son activité de puces pour centres de données et communiqué une prévision de chiffre d'affaires annuel supérieure aux attentes. L'action bondit de 8,8% dans les transactions électroniques avant-Bourse.

    * EBAY - Le spécialiste des enchères en ligne prévoit un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes après avoir publié mardi soir une croissance décevante du volume de ventes pendant les fêtes de fin d'année, éclipsant l'annonce de son premier dividende. Le titre recule de 0,53% en avant-Bourse.

    * AMGEN, le numéro un mondial des biotechnologies, a publié mardi soir des résultats supérieurs aux attentes mais ses prévisions prudentes pour le trimestre en cours ont déçu les analystes. L'action reculait de 2,6% à 187 dollars en après-Bourse.

    * NASDAQ a déclenché mercredi une bataille avec Euronext pour la prise de contrôle de la Bourse d'Oslo en annonçant le lancement d'une contre-offre sur Oslo Bors avec le soutien unanime du conseil d'administration de l'opérateur boursier norvégien.

    * JUNIPER NETWORKS chutait mardi de 8,2% à 25,65 dollars en après-Bourse. Le spécialiste des équipements de réseaux a publié mardi soir des résultats et prévisions inférieurs aux attentes, du fait de moindres dépenses de plusieurs de ses clients, et son chiffre d'affaires, à 1,18 milliard de dollars contre 1,22 milliard prévu, a manqué le consensus pour la première fois en huit trimestres.

    * BOEING publie ses comptes du quatrième trimestre avant l'ouverture. Les analystes anticipent un bénéfice par action en hausse de 49,5% à 4,57 dollars sur un chiffre d'affaires de 26,87 milliards, selon le consensus IBES Refinitiv.

    * MCDONALD'S publie ses résultats avant l'ouverture. Les analystes attendent en moyenne un bénéfice par action en hausse de 10,4% à 1,89 dollar mais un chiffre d'affaires en repli de 3,3% à 5,16 milliards de dollars, selon IBES Refinitiv.

    * AT&T publie également avant l'ouverture, tandis que les publications de FACEBOOK, MICROSOFT et TESLA, parmi d'autres, sont attendues après la clôture.

  • Les gilets jaunes n'ont pas plombé la croissance française

    Avec une croissance de 0,3% au cours du dernier trimestre 2018, la France a terminé l'année au même rythme qu'en été. Le chiffre peut paraître surprenant au regard de l'avertissement émis par la Banque centrale européenne. En décembre dernier, elle avait revu à la baisse la croissance en France, légitimant notamment cette dégradation par la contestation sociale menée par les Gilets jaunes chez nos voisins français. 


     

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    * Tous les indices progressent en Europe, sauf le Dax à Francfort, dans un marché prudent avant la Fed
    * Le Stoxx 600 gagne 0,14%, Paris 0,57% et Amsterdam 0,48% tandis que Francfort cède 0,30%
    * LVMH est bien entouré après ses résultats, ce qui dope le secteur du luxe en Europe
    * Atos, meilleure progression de l'indice Stoxx 600, est boosté par la cession des titres Worldline
    * Alten monte fortement après un chiffre d'affaires 2018 qui a grimpé de 14,4% à 2,27 milliards euros.
    * Siemens pénalise le Dax après un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes pour ses activités trimestrielles
    * La livre regagne du terrain au lendemain du vote sur le projet du Brexit
    * Décision de politique monétaire de la Réserve fédérale au programme

  • "Greenyard aura plutôt besoin de 80 à 140 millions d'euros"

    Berenberg a apparemment refait ses calculs concernant la situation financière de Greenyard . Le broker conclut maintenant qu'un investissement de 80 à 140 millions d'euros sera nécessaire pour renforcer le bilan. Dans un précédent rapport, l'estimation tournait autour de 50 à 70 millions d'euros.

    Le montant final de l'augmentation de capital dépendra bien entendu du produit de la vente d'activités non essentielles. Selon Berenberg, cela pourrait rapporter 70 millions.

    L’analyste Fraser Donlon maintient son conseil de "conserver" le titre, mais il réduit son objectif de cours de 8 à 4,50 euros.

    → Lire ou relire notre article sur Greenyard : "Greenyard devra lever entre 70 et 120 millions d'euros"

  • La livre sterling reprend des couleurs

    Après avoir chuté en plein débat sur le Brexit au Parlement britannique mardi, la livre sterling reprenait des couleurs mercredi face à l'euro et au dollar, les investisseurs étant par ailleurs dans l'attente d'une réunion de la Fed.

    Vers 11h, la livre sterling s'appréciait face à l'euro, à 87,20 pence pour un euro, contre 87,49 mardi soir. La livre progressait également face au billet vert, à 1,3109 dollar contre 1,3066 mardi soir, au lendemain d'un vote du Parlement européen sur le Brexit, qui avait fait chuter le cours de la monnaie britannique.

    "La livre a chuté parce que le vote laisse sur la table la possibilité d'un Brexit sans accord, mais elle ne s'est pas effondrée parce qu'il n'y a, à l'heure actuelle, pas d'alternative à l'accord de Theresa May. Nous n'en sommes pas encore au moment critique d'un no-deal."
    Neil Wilson
    Analyste pour Markets.com

    Les députés britanniques ont voté contre un Brexit sans accord mais cet amendement, adopté de justesse, n'est pas contraignant. Ils ont en outre donné mandat à la Première ministre Theresa May de modifier l'accord, mais l'Union européenne a martelé dans la foulée qu'il n'était pas renégociable.

    "Le déclin de la livre est limité car les marchés apparaissent plutôt optimistes sur l'avenir du Brexit. Les investisseurs pensent toujours qu'un hard Brexit sera évité à la fin. Mais cet optimisme est sans fondement, les risques sont toujours là."
    Minori Uchida
    Analyste à Tokyo pour MUFG Bank

  • "Il n'y a pas beaucoup de doutes sur l'issue de la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) qui va aboutir à un statu quo de politique monétaire. Le vrai enjeu de cette réunion va être d'apporter une réponse à une question lancinante du marché concernant un éventuel arrêt du quantitative tightening (réduction du bilan de la Fed), suite à la rumeur en ce sens véhiculée par le Wall Street Journal en fin de semaine dernière."
    Christopher Dembik
    Responsable de la recherche économique chez Saxo Banque

  • Le point sur les marchés

    Les valeurs du luxe brillent | La Fed en ligne de mire | Les négociations américano-chinoises se profilent

    Les indices actions pointent en ordre dispersé une heure après l'ouverture de la séance, dans un marché qui analyse une série de résultats d'entreprises. Paris gagne 0,58% et Amsterdam 0,34% tandis que Francfort perd 0,32%. La Bourse de Bruxelles est à l'équilibre, tout comme l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600.

    Les actions du secteur luxe se distinguent, inscrivant la deuxième meilleure progression sectorielle (+1,20%) après celle les valeurs liées aux matières premières (+1,23%). Le compartiment profite des solides résultats de LVMH qui rassurent les investisseurs.

    L'action LVMH bondit de 7%. Le conglomérat du luxe entraîne dans son sillage Christian Dior, Moncler, Kering, Hermès... dont les actions représentatives gagnent entre 2% et 5%.

    Le conglomérat industriel Siemens ne suscite guère l'enthousiasme après le recul de près de moitié de son bénéfice net au premier trimestre de son exercice décalé, pendant que son patron Joe Kaeser durcit le bras de fer avec la Commission européenne pour faire aboutir son mariage dans le rail avec Alstom.

    Atos bondit de 8%. Le géant informatique français va céder à ses actionnaires 23,4% de sa filiale de paiement électronique Worldline, conservant 27,4% du capital de l'entreprise, a-t-il indiqué dans un communiqué.

    Alten progresse de 8%, fort d'un chiffre d'affaires qui a grimpé de 14,4% à 2,27 milliards euros sur l'année 2018, dont une croissance organique de 12%.

    Le fabricant suisse d'ingrédients médicamenteux Lonza chute de plus de 7% après l'annonce du départ de son CEO Richard Ridinger en mars et des ventes inférieurs aux attentes.

    La société de télécommunications néerlandaise KPN était un autre perdant après résultats, en baisse de 3% après un bénéfice trimetriel inférieur aux attentes et indiqué que son cash-flow allait baissé cette année en raison de charges de restructuration.

  • Deutsche Bank "achète" Euronext

    Deutsche Bank initie la couverture d'Euronext avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 66 euros.

  • LVMH grimpe, dopé par ses résultats

    LVMH prend 4% à l'ouverture après l'annonce de résultats annuels en forte hausse. Dans son sillage, Kering prend 3% et Hermès gagne 1,5%.

    LVMH, le numéro un mondial du luxe, a annoncé mardi soir des résultats annuels en très forte hausse, portés par les performances de sa division mode-maroquinerie dont les ventes ont décollé en fin d'année malgré le ralentissement de la croissance chinoise et le mouvement des "Gilets jaunes" en France.

  • Euronext : -2,3%.

    Euronext perd 2,3% à l'ouverture après l'annonce d'une contre-offre du Nasdaq sur la Bourse d'Oslo.

  • Atos : +8%

    Atos monte de plus de 8% après l'annonce de la cession de 23,4% de Worldline .

  • Mithra : +3,9%

    Mithra ouvre en hausse de près de 4%, après le succès de l'Estelle aux Etats-Unis et au Canada.

  • | Opening Bell |

    Les marchés ouvrent sur la défensive, à l'orée d'une séance riche en indicateurs et au cours de laquelle la reprise des négociations commerciales sino-américaines et la décision de la Fed devraient focaliser l'attention des investisseurs.

    • Bruxelles: +0,10%
    • Amsterdam: +0,20%
    • Francfort: -0,07%
    • Paris: +0,44%
    • DJ Stoxx 600: -0,06%

  • Nasdaq défie Euronext sur la Bourse d'Oslo

    Le groupe Nasdaq annonce qu'il va soumettre une offre de rachat sur l'ensemble du capital d'Oslo Bors, d'un montant supérieur de 5% à celle d'Euronext, avec le soutien unanime du conseil d'administration de l'opérateur boursier norvégien.

    L'offre de Nasdaq valorise Oslo Bors 6,537 milliards de couronnes norvégiennes (environ 673 millions d'euros ou 770
    millions de dollars).

    Euronext a officiellement lancé le 14 janvier une offre entièrement en numéraire de 625 millions d'euros sur Oslo Bors.

  • Dividende spécial pour Volvo Group après une année record

    Le fabricant suédois de poids lourds Volvo Group a fait état d'un bénéfice net en hausse de 22% en 2018, une année qualifiée de "record" par le groupe.

    Le bénéfice net est ressorti à 25,3 milliards de couronnes (2,4 milliards d'euros) pour un chiffre d'affaires de 391 milliards de couronnes, en hausse de 17,5%.

    "2018 a été une année record pour le Groupe Volvo. Les poids lourds, les engins de chantier, Volvo Penta (moteurs marins) et les services financiers ont tous enregistré un bénéfice d'exploitation ajusté le plus élevé de leur histoire".

    Le conseil d'administration a proposé de verser un dividende ordinaire de 5 couronnes par action en 2019, contre 4,25 couronnes auparavant. Il propose également le versement d'un dividende extraordinaire de 5 couronnes par action. Les actionnaires recevront au total 10 couronnes par action.

  • Moody's relève la note d'Ageas

    L'agence de notation Moody's relève la note d'émetteur à long terme d'Ageas de Baa2 à A3. La perspective est stable. Un meilleur rating devrait permettre à Ageas d'emprunter à de meilleures conditions sur les marchés.

  • Briefing d'avant Bourse

    Les marchés donnés en ordre dispersé | La Fed en ligne de mire

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en ordre dispersé à l'ouverture pour une séance qui sera marquée par les tractations sur le Brexit et la reprise des négociations entre Washington et Pékin, en attendant les annonces de la Réserve fédérale (Fed).

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 1% à l'ouverture. Le Dax à Francfort reculerait de 0,14% et le FTSE à Londres prendrait 0,38%.

    3. La Fed doit annoncer à 20h sa décision sur les taux d'intérêt. Son président, Jerome Powell, donnera une demi-heure plus tard une conférence de presse au cours de laquelle il pourrait réitérer sa prudence vis-à-vis du ralentissement de l'économie américaine.

    4. Les négociations sur le commerce entre les Etats-Unis et la Chine entrent ce mercredi dans une phase décisive avec la venue à Washington d'une délégation menée par le vice-Premier ministre chinois Liu He, à un mois de la fin de la trêve décrétée par les deux plus grandes puissances économiques mondiales.

    5. Le dollar abandonne 0,1% face à un panier de devises de référence, les cambistes estimant que la Fed devrait rester prudente dans son discours.

    6. Les cours du pétrole sont toujours portés par l'annonce de sanctions des Etats-Unis à l'encontre de la compagnie pétrolière vénézuélienne PDVSA.

    7. LVMH, le numéro un mondial du luxe, sera surveillé à l'ouverture après avoir annoncé mardi soir des résultats annuels en très forte hausse, portés par les performances de sa division mode-maroquinerie.

  • Les fournisseurs d'Apple à surveiller

    AMS, Dialog Semiconductor, STMicroelectronics... les fournisseurs d'Apple pourraient réagir aux résultats trimestriels de la firme à la pomme.

    Face à une dégringolade inédite des ventes d'iPhone fin 2018, surtout en Chine, Apple s'est attaché mardi à convaincre qu'il avait d'autres relais de croissance pour l'avenir, au travers de services comme le paiement ou le streaming.

    Les services ont sur les trois derniers mois de 2018 - premier trimestre de l'exercice décalé d'Apple - rapporté 10,9 milliards de dollars, soit 19% de plus que fin 2017.

    Et l'activité est très rentable: la marge brute est de près de 63%, soit presque le double de la marge réalisée sur les appareils.

    Malgré cela, et comme le font remarquer les analystes depuis quelque temps déjà, Apple reste très dépendant de l'iPhone, qui a encore représenté plus de 60% de son chiffre d'affaires total (en baisse de 5% à 84,3 milliards de dollars).

    Apple a aussi publié un bénéfice net quasi-stable, à 20 milliards de dollars (-0,5%). Là encore, c'est une rareté, Apple ayant l'habitude de faire croître régulièrement son bénéfice net ces dernières années.

    L'action Apple s'est adjugée plus de 6% dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street.

  • Succès pour l'Estelle de Mithra aux Etats-Unis et au Canada

    Mithra a annoncé, ce matin, les premiers résultats positifs pour l’étude de phase III de son contraceptif oral Estelle aux Etats-Unis et au Canada. Il atteint avec succès le critère d’efficacité principal.

    L’efficacité est conforme aux attentes et en ligne avec un contraceptif hormonal récemment approuvé par l’agence américaine FDA et aussi avec le Lo-loestrin l’un des contraceptifs oraux combinés les plus vendus aux États-Unis, souligne la société liégeoise dans un communiqué.

  • A suivre ce mercredi 30 janvier

    → ECONOMIE / FINANCE

    Etats-Unis
    • Fin du FOMC de la Réserve fédérale, communiqué de politique monétaire à 20h
    •14h15 Enquête ADP sur l'emploi privé / janvier
    • 14h30 PIB (1re estimation) / T4
    • 16h Promesses de vente immobilières / décembre

    Japon
    • Ventes au détail / décembre

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Siemens: résultats du T1

    Belgique
    • Econocom: chiffre d’affaires 2018
    • Global Graphics: offre de reprise par Congra Software au prix de 4,25 euros par action. Jusqu’au 25 février

    Espagne
    • Santander: résultats du T4

    Etats-Unis

    Résultats du T4 avant Bourse de :
    • AT&T
    • Boeing
    • McDonald's

    Résultats du T4 après Bourse de :
    • Facebook
    • Microsoft
    • Qualcomm
    • Visa

    France
    • Elis / Chiffre d’affaires annuel

    Suède
    • Volvo: résultats du T4

    Suisse
    •Novartis / résultats du T4

  • Bonjour !

    En Europe, la séance sera marquée par une nouvelle salve de résultats avec les chiffres de Siemens, KPN, Banco Santander, Volvo et Novartis, entre autres. Même topo aux États-Unis, avec les performances des poids lourds tels que Boeing, Facebook, McDonald's et Microsoft. A suivre également, les données de la production du fabricant de véhicules électriques Tesla.

    Wall Street a clôturé mardi sur une note irrégulière, à l'issue d'une séance marquée par le rebond des valeurs industrielles avec 3M mais la baisse des valeurs technologiques. Apple a cédé 1% à l'issue de la séance mais son action représentative a ensuite gagné 6% dans les transactions d'après Bourse, la firme à la pomme ayant annoncé un bénéfice conforme aux attentes malgré une baisse de ses ventes d'iPhone.

    En Asie, les marchés sont mitigés avec une perte limitée à Tokyo (-0,5%), des marchés boursiers chinois quasi stables et des gains modérés à Sydney (+0,2%) et à Séoul (+0,6%).

    Les investisseurs attendent avec impatience la décision de la Fed en matière de taux d’intérêt et ses commentaires.

Plus sur Les Marchés

Echo Connect

Messages sponsorisés

n