1. Les marchés
  2. Live blog
live

Prises de bénéfices sur les marchés

Les marchés européens terminent en baisse tiraillés entre des statistiques économiques rassurantes et la flambée de contaminations au coronavirus aux États-Unis. Atenor prend pied aux Pays-Bas. Acacia Pharma dopé au ByFavo.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi pour une nouvelle séance.

    Au programme: les statistiques économiques, principalement les commandes à l'industrie en Allemagne, l'ISM des services aux États-Unis et les ventes au détail en zone euro, monopolisent l'agenda. Trading update trimestriel de Samsung Electronics.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les marchés d'actions européens ont terminé en légère baisse,  les investisseurs évitant de prendre des risques en l'absence des marchés américains, dans un contexte sanitaire anxiogène. 

    La Bourse de New York était quant à elle exceptionnellement fermée vendredi, à la veille de la fête nationale américaine.  "La séance d'aujourd'hui ne se comprend que par rapport à la séance d'hier", commente Daniel Larrouturou, gérant actions de Dôm Finance. 

    Le CAC 40 a perdu 0,84%, le Dax 0,64% et le Stoxx 600 0,78%

    Le Bel 20 a reculé de 0,27%. Acacia Pharma a flambé de 11,13%.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,27%

    AEX: -0,37%

    CAC 40: -0,84%

  • L'offre de Thermo Fisher sur Qiagen pourrait être augmentée

    La pandémie de coronavirus a stimulé les perspectives de Qiagen et une prise de contrôle par Thermo Fisher n'a plus de sens à moins que l'offre ne soit considérablement augmentée, a déclaré vendredi à Reuters l'un des dix principaux actionnaires du fabricant allemand de tests génétiques. Thermo Fisher a accepté début mars d'acheter Qiagen pour 11,5 milliards de dollars alors que la société américaine cherche à renforcer son activité de diagnostic de santé. Qiagen a connu une forte demande de produits liés aux tests de coronavirus et a commencé à expédier un test de diagnostic rapide pour COVID-19 aux États-Unis fin mars. Il a dépassé ses objectifs avec une croissance des ventes nettes de 9% au premier trimestre et prévoit une croissance d'au moins 12% pour le deuxième trimestre. "Le monde a radicalement changé depuis la publication de l'offre le 3 mars", a déclaré à Reuters l'un des dix principaux actionnaires de Qiagen sous couvert d'anonymat. "Les perspectives autonomes sont bien meilleures que l'offre actuelle", a déclaré l'actionnaire, ajoutant que Qiagen valait plus de 20% de plus que l'offre de Thermo Fisher de 39 euros par action. Thermo Fisher n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

  • Rolls Royce cherche à lever des fonds (sources)

    Rolls-Royce , le constructeur britannique de moteurs à réaction, explore des options pour lever des fonds afin de se fortifier contre un ralentissement de l'industrie aérospatiale, selon des sources proches du dossier. La société basée à Londres en est aux premières étapes de l'examen de ses possibilités, y compris la vente d'actions et la cession d'actifs, selon ces sources.

    La cession de l’unité ITP Aero de Rolls-Royce serait à l’étude. Le constructeur pourrait rechercher entre 1,5 milliard de livres sterling (1,9 milliard de dollars) et 2 milliards de livres sterling si elle décide de procéder à une offre d'actions. Il n'a pas discuté de chiffres précis et les détails pourraient changer, selon les sources.

  • La Bourse de Moscou va proposer des transactions sur les actions américaines

    La Bourse de Moscou lancera le 17 août la négociation des 20 actions les plus liquides de l'indice américain S&P 500, a déclaré vendredi le porte-parole de la bourse. La Bourse de Moscou a déclaré le mois dernier qu'elle offrirait l'accès aux actions américaines, un projet qui a été ralenti par les sanctions occidentales. La plus grande bourse de Russie ajoutera plus de noms du S&P 500 plus tard cette année, prévoyant de négocier les actions en roubles russes.

  • Wirecard remonte grâce à Deutsche Bank

    Deutsche Bank , la première banque allemande a déclaré jeudi réfléchir à la manière de venir en aide à la filiale bancaire du prestataire de paiements Wirecard   après le dépôt de bilan de la maison mère dans le cadre d'un énorme scandale financier.

  • La bourse chinoise au plus haut niveau en cinq ans

    L'indice chinois CSI 300 a clôturé ce vendredi à son plus haut niveau depuis juin 2015, alors que dans le même temps, le secteur des services affiche la plus forte reprise en dix ans, selon l'indice PMI de juin.

    Les investisseurs estiment que l'économie chinoise va surmonter assez rapidement le choc du coronavirus.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes reculent, après avoir beaucoup grimpé jeudi, marquant une pause sur fond d'inquiétudes quant à l'évolution de la crise sanitaire alors que Wall Street est fermée à la veille de la fête nationale américaine.

    Les replis varient entre -0,34% à Amsterdam et -0,97% à Paris. L'Euro Stoxx 50 plie de 0,86% et le Stoxx 600 de 0,74%.

    Les places européennes ont gagné entre +2% et +3% jeudi soutenues par les espoirs de reprise économique confortées par les chiffres meilleurs que prévu de l'emploi aux États-Unis.

    Si les PMI définitifs chinois et en zone euro plaident également pour une amélioration de la conjoncture, ils traduisent toujours une contraction de l'activité du secteur privé et ne parviennent pas à soutenir la tendance haussière de la veille.

    Au-delà de l'absence de Wall Street pour un week-end prolongé, la prise de risque est par ailleurs limitée en Europe par la flambée des nouvelles infections signalée aux États-Unis, où un record a été à nouveau recensé jeudi avec plus de 55.000 cas.

    "Je pense que les taux d'infection et les craintes de fermetures localisées ont douché une partie de l'enthousiasme. Nous avons trois éléments maintenant: les espoirs d'un vaccin, de bons indicateurs dans la plupart des pays mais aussi une augmentation des infections ce qui peut rendre nerveux."
    Kit Jukes de chez Société générale

  • Orange Belgium a conclut un contrat de football "intelligent"

    ING se réjouit de la coopération annoncée hier par Orange Belgium avec la chaîne sportive Eleven Sports pour la diffusion de matchs de football belges de première division.

    "Il s'agit d'une initiative intelligente pour combler l'écart avec Proximus et Telenet dans le domaine de la télévision", déclare l'analyste David Vagman.

    "En tant que challenger, Orange Belgium peut arriver sur le marché avec une proposition intéressante. Il veut proposer le football à un prix démocratique afin que les consommateurs n'aient pas à payer pour des forfaits supplémentaires onéreux", ajoute Vagman.

    L'analyste souligne qu'il ne s'agit pas d'un contrat d'exclusivité. Proximus et Telenet peuvent également conclure un contrat avec Eleven Sports dans les prochains mois ou semaines.

    La recommandation d'achat est maintenue tout comme l'objectif de cours de 29 euros.

  • ING reste fan de Solvay mais réduit son objectif de cours

    ING adapte son modèle de valorisation de Solvay pour refléter la nouvelle réalité Covid-19 qui pose des difficultés supplémentaires dans les secteurs de l'automobile et de l'aérospatiale auxquels Solvay fournit, entre autres, des revêtements chimiques.

    Il en résulte une réduction de l'objectif de cours de 120 à 90 euros. Le conseil d'achat est maintenu.

    Solvay a perdu 30% depuis janvier et est à la traîne par rapport à ses homologues du secteur en raison de son statut de valeur mal aimée, déclare l'analyste Stijn Demeester.

    "Nous reconnaissons les risques: un moteur de croissance plus faible, moins de génération de cash, l'absence d'une stratégie de désinvestissement majeure et une structure complexe. Cependant, ces risques sont déjà pris en compte dans le prix", constate l'analyste qui salue la restructuration que la PDG Ilham Kadri entreprend chez Solvay. "Sur la base de ces changements structurels, l'action Solvay reste attractive", explique Demeester.

    Solvay perd 2,6% à 71,46 euros dans un marché en baisse de 0,35%.

  • Update | Le point sur la tendance

    Les indices européens pointent en baisse en milieu de journée, dans un marché où l'évolution de la crise sanitaire outre-Atlantique limite la prise de risque malgré un contexte relativement favorable sur le plan économique.

    L'absence d'impulsion de Wall Street, fermée ce vendredi en cette veille de fête nationale, ajoute à l'attentisme des intervenants.

    Les pertes varient entre 0,20% à Amsterdam et 0,9% à Paris. L'Euro Stoxx 50 cède 0,70% et le Stoxx 600 0,58%.

    La majorité des secteurs s'inscrit en baisse. Seules les valeurs du commerce de détail (+0,17%) et les technologiques (+0,48%) engrangent quelques points.

  • L'action Delivery Hero prend 6% à Francfort

    Le spécialiste de la livraison de repas commandés en ligne Delivery Hero gagne 6% à Francfort après un quasi-doublement de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre.

  • "L'approbation du Byfavo ajoute un deuxième atout au portefeuille d'Acacia Pharma"

    Voici les commentaires des analystes de Degroof Petercam après l'annonce, ce vendredi matin, d'Acacia Pharma dont le Byfavo (Remimazolam) a reçu l'approbation de la FDA (voir post de 08h34):

    > À la suite de l'approbation du candidat principal Barhemsys en février 2020, l'approbation du Byfavo ajoute un deuxième atout au portefeuille de produits autorisés d'Acacia Pharma pour le marché américain, pour lequel nous prévoyons des ventes potentielles (aux États-Unis) pouvant aller jusqu'à 150 millions de dollars.

    > Compte tenu du chevauchement des centres ciblés pour Byfavo et Barhemsys, des synergies devraient s'appliquer car l'entreprise pourra capitaliser sur sa force de vente Barhemsys pour le déploiement commercial de Byfavo, tous deux prévus pour le second semestre.

    > Ces éléments réduisent le risque pour la société, ce qui ne se reflète pas dans le cours de l'action d’aujourd’hui.

    > Malgré l'injection de trésorerie nette de 10 millions d'euros déclenchée par l'approbation annoncée aujourd'hui et qui aidera à financer le lancement du produit, nous pensons que la société cherchera des ressources de financement supplémentaires dans un proche avenir pour soutenir pleinement sa stratégie commerciale.

    > Nous attendons les commentaires de la conférence téléphonique concernant l'impact potentiel du Covid-19 sur les lancements de produits.

    > En raison de l'approbation de la FDA, nous relevons les chances de succès du Byfavo de 80% à 95%, portant la contribution à hauteur de 90 millions d'euros (1,3 euro par action), contre 76 millions (1,1 euro) avant. Cela se traduit par un objectif de cours relevé à 6,2 euros contre 6 euros.  Degroof Petercam réitère sa recommandation d'achat sur Acacia Pharma.

  • Degroof Petercam sur Cofinimmo

    L'acquisition d'un complexe de soins par Cofinimmo aux Pays-Bas (voir post de 7h53) est "significative", puisqu'elle représente plus de 1% de la valeur totale du portefeuille, indique l'analyste Herman van der Loos de Degroof Petercam. Elle devrait avoir un petit impact mais malgré tout matériel et positif sur les résultats compte tenu du faible coût actuel de la dette.

    L'analyste compte ajuster ses estimations pour la société immobilière ces prochains jours. D'ici là la recommandation reste à "conserver" avec un objectif de cours de 135 euros.

    Cofinimmo perd 0,32% à 123,20 euros.

  • Indices PMI | L'activité dans le secteur français des services renoue avec la croissance

    L'activité dans le secteur français des services a renoué avec la croissance en juin après la contraction des trois mois précédents, montrent les résultats définitifs de l'enquête d'IHS Markit.

    L'indice PMI sectoriel est remonté à 50,7, après 31,1 en mai, dépassant la première estimation, publiée en cours de mois, qui l'avait donné à 50,3. Il traduit ainsi une progression de l'activité pour la première fois depuis février.

    L'indice PMI composite, qui conjugue les résultats des enquêtes dans les services et dans l'industrie manufacturière, ressort à 51,7, contre 32,1 en mai et 51,3 en première estimation.

    "Si la reprise a été avant tout tirée par les industriels, les fournisseurs de services ont aussi enregistré une croissance de leur activité. Ceci dit, les chiffres par sous-secteurs montrent que les entreprises qui dépendent des relations en face à face, comme les hôtels et les restaurants, continuent de souffrir."
    Eliot Kerr
    Economiste d'IHS Markit

  • Indices PMI | La faiblesse de la demande freine la reprise en Allemagne

    La faiblesse de la demande ralentit la reprise de l'activité du secteur allemand des services, montre l'enquête mensuelle d'IHS Markit.

    L'indice PMI sectoriel s'est certes redressé à 47,3, après 32,6 en mai, dépassant même une première estimation qui l'avait donné à 45,8, mais il continue de traduire une contraction de l'activité.

    Le PMI composite, qui rassemble les données des enquêtes dans les services et dans l'industrie manufacturière, reste, lui aussi, inférieur au seuil de 50 puisqu'il ne remonte qu'à 47,0, après 32,3 en mai et 45,8 en estimation "flash".

    "Le relâchement du confinement a redonné de l'air à certains pans de l'économie, mais l'enquête PMI de juin suggère que l'activité reste fortement déprimée, en raison notamment d'une faiblesse persistante de la demande. L'activité à l'export constitue un aspect particulièrement faible des données récentes, donc la réouverture des frontières devrait donner un élan supplémentaire à la reprise."
    Phil Smith
    Principal économiste d'IHS Markit

  • "L'expansion d'Atenor aux Pays-Bas n'est pas une surprise totale"

    Les analystes de KBC Securities réagissent à l'investissement annoncé par Atenor aux Pays-Bas.

    Le groupe immobilier a fait ses premiers pas aux Pays-Bas avec l'acquisition de 50% de TBMB, une société néerlandaise qui possède et développe un bâtiment de 58.000 mètres carrés à La Haye.

    L'expansion aux Pays-Bas n'est pas une surprise totale, car Atenor analysait déjà des projets dans la région pendant 2 ans, indique Joachim Vansanten et Wido Jongman de KBC Securities. Ils estiment que le projet contribuera à hauteur de 12 euros par action au bénéfice brut d'Atenor dans les années à venir.

    La recommandation de "conserver" est maintenue, avec un objectif de cours de 70 euros.

    Atenor progresse de 1,08% à 56,20 euros.

  • Indices PMI |Reprise progressive mais incomplète en zone euro

    La contraction de l'activité du secteur des services dans la zone euro s'est nettement atténuée en juin grâce à la levée partielle des mesures de confinement dans la plupart des pays de la région, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de l'institut ISH Markit auprès des directeurs d'achats du secteur.

    L'indice PMI sectoriel est remonté à 48,3 après 30,5 en mai, dépassant nettement la première estimation qui l'avait donné à 47,3 le mois dernier.

    La demande a toutefois encore reculé et les entreprises ont continué de réduire leurs effectifs, pour le quatrième mois d'affilée.

    L'indice PMI composite de la zone euro, qui rassemble services et industrie manufacturière, est remonté à 48,5 après 31,9 en mai et 47,5 en estimation "flash", se rapprochant du seuil de 50 au-dessus duquel il traduit une croissance de l'activité globale du secteur privé.

     

    "L'amélioration du climat des affaires nourrit l'espoir de voir le PIB renouer avec la croissance au troisième trimestre."
    Chris Williamson
    Economiste en chef d'IHS Markit

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices européens marquent le pas, dans un marché qui dérive sans tendance claire entre les nouvelles rassurantes sur l'économie et les préoccupations sur le plan sanitaire.

    La bourse de Londres est à l'équilibre, tout comme l'indice Bel 20 (-0,04%). Le Cac 40 perd 0,16%, mais le Dax à Francfort gagne 0,18%.

    Globalement, l'Euro Stoxx 50 est stable (+0,03%) tout comme l'indice Stoxx 600 (+0,06%).

    Les variations sectorielles sont plus marquées: les technos et les valeurs du commerce de détail gagnent respectivement 0,86% et 0,74%. Les financières (assureurs et banques) cèdent une partie du terrain gagné la veille en cédant 0,8%.

  • Acacia Pharma: +16,36%

    La biotech Acacia Pharma flambe quelques minutes après l'ouverture de la séance, le titre ayant été réservé à la hausse.

    Le titre gagne 16,36% à 3,45 euros.

    La biotech anglo-américaine spécialisée, notamment, dans les anti-vomitifs à destination des hôpitaux, a reçu l'approbation de la FDA pour son BYFAVO (remimazolam).

    Cette approbation va contribuer à renforcer les ressources financières d'Acacia Pharma, indique la biotech dans son communiqué.

    La société va ainsi recevoir une ligne de crédit de 25 millions d'euros de son partenaire néerlandais Cosmo Pharmaceuticals. En retour, Acacia Pharma effectuera un paiement initial de 30 millions d'euros pour la licence de BYFavo à Cosmo, comprenant 15 millions d'euros en espèces et 15 millions d'euros en actions ordinaires Acacia Pharma. Les 10 millions d'euros de trésorerie nette qu'Acacia Pharma recevra aideront au financement du lancement du ByFavo sur le marché américain.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,33%
    Bruxelles: +0,22%
    Francfort: n.c.
    Paris: +0,24%

    Euro Stoxx 50: +0,29%
    Stoxx 600: +0,24%

    Atenor: +0,72%
    Cofinimmo: +0,16%
    Acacia Pharma:n.c.
    Qfg: +4%

  • Le Nasdaq célèbre la fête nationale américaine avec un nouveau record

    Le Nasdaq poursuit la chasse aux records pour le 4 juillet, la fête nationale américaine. C'est ce qui ressort d'un indicateur Bloomberg qui compare le panier d'actions du Nasdaq, le Nasdaq 100, à l'indice élargi S&P 500, le baromètre de réference à Wall Street.

    Ce baromètre pointait à 3,3 jeudi soir. C'est juste mieux que le 3,29 du 10 mars 2000, lors du pic de la folie dotcom sur le Nasdaq. Rappelons que le Nasdaq 100 affiche un gain de 18% depuis le début de l'année, contre un repli de 3% pour le S&P 500 (ce qui n'est pas si mal compte tenu de la situation économique des États-Unis).

    L'explication? Le Nasdaq regorge de sociétés technologiques qui, non seulement, offrent une bonne résistance à la crise du coronavirus et qui sont même florissantes. Pensez notamment à Zoom Video, l'action la plus performante du Nasdaq 100 avec 285% de progression depuis le début de l'année.

  • La FDA approuve le remimazolam d'Acacia Pharma

    Acacia Pharma , la biotech anglo-américaine spécialisée, notamment, dans les anti-vomitifs à destination des hôpitaux, a reçu l'approbation de la FDA pour son BYFAVAO (remimazolam).

    Il s'agit d'un sédatif intraveineux à effets très rapide. Il est utilisé pendant les procédures médicales invasives d'une durée de maximum 30 minutes, telles que la coloscopie ou la bronchoscopie.

    Dans un communiqué, Acacia affirme que, chaque année, quelque 25 millions d'interventions de ce type sont effectuées aux États-Unis. 

    Le BYFAVAO est donc la seconde molécule de la société validée par la FDA. En février dernier, la biotech recevait l'aval pour la mise sur le marché de son produit phare, le Barhemsys. 

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient ouvrir sur une note prudente. Les contrats à terme signalent une ouverture en hausse de 0,21% pour l'EuroStoxx50, de 0,36% à Londres, de 0,26% à Francfort et de 0,10% à Paris.

    Jeudi, les marchés d'actions ont été portés par les chiffres supérieurs aux attentes de l'emploi aux États-Unis, qui sont venus conforter une série d'indicateurs encourageants sur la reprise de l'économie mondiale.

    En Chine, l'activité du secteur des services a progressé en juin à son rythme le plus important depuis plus d'une décennie, selon l'indice PMI calculé par Caixin/Markit publié ce vendredi.

    Les indices PMI pour les services en Europe, attendus dans la matinée, devraient également confirmer une amélioration de l'activité en juin.

    Mais ces indicateurs continuent de se heurter à la dégradation de la situation sanitaire dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis où plus de 55.000 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été confirmés jeudi, soit le plus important bilan quotidien rapporté au niveau mondial depuis le début de la pandémie.

    Les investisseurs pourront se montrer d'autant moins enclins à prendre des initiatives que Wall Street sera fermée ce vendredi, à la veille de la fête nationale.

  • Quest for Growth cote 36% sous sa valeur liquidative

    La société d'investissement de Louvain Quest for Growth affiche une valeur d'inventaire de 7,96 euros par action pour juin. Hier, l'action a clôturé à 5,12 euros. Cela équivaut à une décote de 35,7% sur la valeur liquidative du portefeuille d'investissement.

    Au début de l'année, cette décote était de 27%.

  • L'Allemagne clôt le contentieux de la BCE avec la justice

    Les députés allemands, dans le sillage du gouvernement, ont apporté jeudi soir leur soutien aux programmes d'aide de la Banque centrale européenne à la zone euro, pour clore un conflit avec la justice qui menaçait leur avenir.

    Une motion en ce sens a été adoptée à main levée par une très large majorité des députés présents dans l'hémicycle, en réponse aux critiques émises le 5 mai dans un arrêt retentissant par la Cour constitutionnelle allemande sur les rachats massifs de dette de la BCE au pic de la pandémie de coronavirus.

    Les juges suprêmes avaient jugé excessifs et pas assez "proportionnés" des programmes de rachats massifs de dette de la BCE sur les marchés (2.600 milliards d'euros depuis 2015) et exigé que l'institut monétaire, mais aussi les autorités allemandes, s'expliquent et prouvent le contraire dans un délai de trois mois.

  • Cofinimmo acquiert un complexe de soins aux Pays-Bas

    Le groupe Cofinimmo a fait l’acquisition du complexe de soins "Residentie Moermont" à Bergen op Zoom, pour un montant de 46 millions d'euros.

    Le bâtiment date de 2010 et il offre plus de 220 unités de soins réparties sur une superficie hors-sol de plus de 16.000 mètres carrés.

    La durée du bail présente une durée résiduelle de 14 ans.

    Le rendement locatif brut est d’environ 5%.

  • Atenor met un pied aux Pays-Bas

    Dans le cadre de sa stratégie d’expansion internationale, Atenor a conclu un accord pour l’acquisition de 50% des actions de la société néerlandaise TBMB, qui détient les droits de propriété et de développement d’un projet situé à l’angle des rues Verheeskade et Lulof à La Haye.

    Ce projet comprend la démolition des bâtiments obsolètes existants et une nouvelle construction d’environ 58.000 mètres carrés de surface résidentielle, dont le rez-de-chaussée sera occupé par des commerces.

    Cette acquisition constitue un premier projet immobilier sur le marché néerlandais pour le promoteur belge coté en bourse.

  • L'Asie progresse | L'Europe donnée en repli | Wall Street "portes closes"

    Bonjour! Nous voici en route pour un nouveau Market Live, l'endroit rêvé pour ne rien rater de l'actualité boursière.

    Ce vendredi 3 juillet, les  marchés asiatiques ont le vent en poupe, grâce aux solides chiffres sur l'emploi US et à l'accélération de l'activité manufacturière en Chine.

    La bourse du Japon gagne 0,25%, celle de Hong Kong 0,68% tandis qu'à Shanghai on observe une hausse de 0,96%.

    L'indice des directeurs d'achats (PMI) pour le secteur manufacturier chinois, calculé par le cabinet IHS Markit pour le groupe de médias Caixin, s'est établi à 51,2 points le mois dernier, contre 50,7 en mai. Un niveau supérieur à 50 témoigne d'une expansion de l'activité manufacturière et, en deçà, il traduit une contraction. L'indice s'était effondré en février à 40,3 avec la paralysie du pays provoquée par le Covid-19.

    Malgré ces statistiques encourageantes, une flambée des cas de coronavirus aux États-Unis invite à la prudence en faisant planer le doute sur la reprise économique outre-Atlantique.

    Ceci explique sans doute pourquoi l'Europe devrait ouvrir sur une note prudente, voir en léger recul.

    L'Euro Stoxx 50 est ainsi attendu en baisse de 0,21% tandis que le Dax est donné stable.

    Wall Street a fini jeudi en hausse, avant de fermer pour trois jours en raison de la fête nationale américaine du 4 juillet. Le Dow Jones a gagné 0,36%, le S&P 500 0,45% et le Nasdaq 0,52%.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés