1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 a perdu plus de 5% en deux jours

Les marchés européens et américains n'ont pas réussi à rebondir au lendemain d'un lundi noir. À Bruxelles, toutes les valeurs du Bel 20 sont dans le rouge. Les chiffres de Greenyard salués.
  • Fin du Market Live

    C'est ici que nous clôturons ce "Market Live". Rendez-vous demain à partir de 07h30 pour une nouvelle édition.

    Au menu ce mercredi 26 février: l'agenda est principalement composé de résultats d'entreprises avec, pour la Belgique, les résultats annuels de MDxHealth et Solvay

    À demain!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions en Europe ont poursuivi leur chute, effaçant pour certains leurs gains depuis le début de l'année. "Le scénario de rebond rapide de l'activité économique au deuxième trimestre n'est plus privilégié par une majorité d'investisseurs", écrivent les analystes de Saxo Banque. "Tout porte à croire que l'impact économique de la crise va perdurer bien plus longtemps qu'initialement prévu", ajoutent-ils. "La seule certitude que nous avons à ce stade est que la fuite vers la liquidité et vers les valeurs refuge va perdurer".

    Le Dax allemand a reculé de 1,88%, le Cac 40 de 1,94% et le Footsie britannique de 1,94%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté lâché 1,76%. Tous les sous-indices sectoriels ont clôturé dans le rouge, tirés par les valeurs bancaires (-2,55%), les "utilities" (-2,25%) et l'assurance (-2,16%).

    À Bruxelles, le Bel 20  s'est enfoncé dans le rouge au fil de la séance pour clôturer sur un repli de 2,28% à 3.828,40 points. Lanterne rouge, Aperam a chuté de 3,71% à 28,57 euros, ING de 3,60% à 9,17 euros et Ackermans & van Haaren de 3,29% à 135,20 euros.

    Le titre Galapagos a cédé 1,63% à 223,90 euros suite à un changement de recommandation. La banque d'investissement américaine Cantor Fitzgerald a abaissé sa note pour les actions cotées à Wall Street (ADs) à "neutre" contre "surpondérer" auparavant, jugeant Galapagos correctement valorisée. Selon son analyste Eliana Merle, il est trop tôt pour accorder "un crédit substantiel" aux programmes d'arthrose, de fibrose pulmonaire idiopathique et Toledo (inflammation) de la société sur la base des données publiées jusqu'à présent. Son objectif de cours passe toutefois de 187 à 192 dollars.

    Hors Bel 20, Greenyard a bondi de 5,24% à 4,42 euros. La société a vu ses ventes grimper de 6,4%, à 983,7 millions d'euros, au cours du troisième trimestre de son exercice décalé 2019-2020. "Un solide trading update avec des revenus meilleurs que prévu. Nous sommes particulièrement satisfaits de la reprise de la croissance des volumes de produits frais, qui devrait conduire à un certain levier opérationnel" a souligné Fernand de Boer, analyste chez Degroof Petercam.

  • Telenet cède les activités de SFR-Coditel au Luxembourg

    Eltrona, câblo-opérateur luxembourgeois, reprend par voie de fusion les activités de l’entité SFR-Coditel au Luxembourg détenue par Telenet  . Cette fusion, accompagnée de l’émission de nouvelles actions en faveur de Telenet, signe le partenariat stratégique entre les actionnaires d’Eltrona et Telenet.

    En parallèle, le groupe Post Luxembourg, actionnaire depuis 1998 d’Eltrona, a décidé de céder sa participation de 34% à Telenet. Les actionnaires d’Eltrona détiendront 50 % +1 des actions et Telenet 50 % -1 de l’entité fusionnée. Lien vers le communiqué

  • Clôture des marchés européens

    AEX: -1,80%

    CAC 40 -2%

    BEL 20 -2,12%

  • Coronavirus: "Pas besoin de mesures monétaires"

    François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a jugé qu'il n'y avait actuellement pas besoin de prendre de nouvelles mesures de politique monétaire pour faire face aux conséquences de l'épidémie de coronavirus.

    L'épidémie aura des "conséquences négatives mais provisoires" sur l'économie, a-t-il estimé, lors d'une conférence sur la finance durable. "Il s'agit essentiellement d'un choc négatif du côté de l'offre et cela a pour conséquence que nous ne devrions pas exagérer le niveau d'adéquation d'une réponse de politique monétaire", a poursuivi François Villeroy de Galhau, ajoutant que la Banque de France allait probablement revoir à la baisse sa prévision de croissance pour l'économie française en 2020, actuellement de 1,1%.

  • USA: la confiance des consommateurs progresse peu en février

    La confiance des consommateurs aux Etats-Unis a très légèrement progressé en février, bien moins qu'attendu par les analystes, selon l'indice du Conference Board. L'indice s'est établi à 130,7 points contre 130,4 en janvier (indice révisé à la baisse), quand les investisseurs tablaient, eux, sur 132 points. Les consommateurs sont bien moins confiants que le mois dernier sur la situation actuelle, et l'indice s'établit à 165,1 points contre 173,9 en janvier.

    En revanche, ils sont plus optimistes pour les mois à venir, et l'indice grimpe à 107,8 points, contre 101,4 en janvier. "Malgré le recul de l'indice sur la situation actuelle, les consommateurs restent positifs sur les conditions présentes. Les attentes à court terme des consommateurs se sont améliorées, et, avec la solide croissance de l'emploi, cela peut être suffisant pour soutenir les dépenses et la croissance économique à court terme", a commenté Lynn Franco, directrice des indicateurs économiques au Conference Board, dans un communiqué.

  • USA: l'indice des prix Case-Shiller légèrement supérieur aux attentes

    Les prix de l'immobilier dans les 20 principales métropoles des Etats-Unis ont augmenté de 2,9% sur un an en décembre, un chiffre légèrement supérieur aux attentes, montre l'indice S&P/Case-Shiller. Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 2,8% sur un an, après une progression révisée à 2,5% pour novembre (+2,6% initialement).

    En données ajustées des variations saisonnières, les prix immobiliers dans les 20 principales métropoles ont été stables sur un mois, conformément au consensus, après une hausse de 0,1% en novembre.

  • Le prix de l'obligation pandémique de la Banque mondiale a chuté

    La Banque mondiale a émis deux obligations pandémiques de trois ans en juin 2017. Dans le cas d'une pandémie de coronavirus ou d'une autre maladie contagieuse, il utilisera une partie des recettes pour soutenir financièrement les pays touchés. Dans ce cas, les investisseurs ne récupèrent qu'une partie du capital investi.

    L'obligation pandémique à haut risque de 95 millions de dollars soutient les pays si l'épidémie affecte au moins deux pays, au moins 250 personnes meurent dans le pays d'origine et au moins 20 personnes meurent dans le deuxième pays. Le prix de cette obligation est tombé à 57% de la valeur nominale selon le journal économique Financial Times

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en hausse: Dow Jones +0,49%, Nasdaq +0,87%

  • Arkema pourrait revoir son portefeuille, le titre grimpe

    Arkema   bondit à la Bourse de Paris sur des informations selon lesquelles le groupe chimique français pourrait envisager de revoir son portefeuille d'activités sous la pression du fonds activiste américain Elliott Management, qui a construit une participation dans le groupe.

    Selon Bloomberg, Arkema pourrait céder son activité "verre acrylique", pour laquelle Elliott aurait exprimé un intérêt. Le groupe a annoncé en octobre dernier le projet de cession de son activité "polyoléfines fonctionnelles" au sud-coréen SK Global Chemical. L'opération, d'un montant de 335 millions d'euros, devrait être finalisée au deuxième trimestre 2020.

  • Engie: Isabelle Kocher part avec 3,3 millions d'euros

    Isabelle Kocher, dont le mandat de directrice générale d'Engie n'a pas été renouvelé, quitte le groupe avec 3,3 millions d'euros d'indemnités, selon des documents financiers publiés mardi.

    Le conseil d'administration d'Engie, maison mère d'Engie Electrabel, avait décidé début février de ne pas renouveler le mandat d'Isabelle Kocher, seule femme à la tête d'une entreprise du CAC 40, invoquant la "nécessité d'un nouveau leadership" pour approfondir la stratégie du groupe.

    Mme Kocher a accepté de quitter ses fonctions dès lundi, avant la fin de son mandat prévue en mai, démissionnant par la même occasion de son mandat d'administratrice.

    Engie perd 1,74% à 15,82 euros à Bruxelles où l'indice Bel 20 cède 0,71%

  • Jefferies n'est plus à l'achat sur Tesla

    Jefferies dégrade Tesla d'acheter à conserver, même si l'objectif de cours passe de 600 à 800 dollars. Le broker a besoin "d'un vision plus claire sur la rentabilité, particulièrement de le business des batteries".

  • Le point sur la tendance boursière - update

    > Les marchés d'actions restent nerveux après le coup de tabac de la veille
    > Les Bourses européennes sont reparties à la baisse après une brève tentative de rebond
    > Les contrats à terme sur Wall Street prennent entre 0,5 et 0,8%
    > En Europe, les indices perdent entre 0,3 et 0,6%
    > La majorité des secteurs en Europe pointent en baisse
    > Les bancaires affichent un repli sectoriel marqué, pénalisé par les anticipations de baisse de taux

  • "Résistez à la tentation d'acheter sur cette baisse"

    "Continuez à résister à la tendance à acheter cette baisse, c'est fois c'est vraiment différent", explique Mohamed El-Erian, économiste en chef chez Allianz dans une interview accordée à la chaîne d'affaires américaine CNBC:

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Boeing - La compagnie aérienne japonaise ANA Holdings va acheter 15 appareils 787 Dreamliners supplémentaires à Boeing au prix catalogue de cinq milliards de dollars (4,6 milliards d'euros), ce qui constitue la première commande décrochée par l'avionneur américain depuis le début de l'année. 

    * Thomson Reuters , a annoncé mardi la nomination comme PDG de l'ancien président de Nielsen Holdings Steve Hasker, qui succède à Jim Smith, en poste depuis 2012. Le groupe de médias et services a en outre dégagé un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes.

    * Expedia a annoncé lundi la suppression de 3.000 emplois, soit 12% de ses effectifs, dans le cadre d'un plan de rationalisation de ses activités.

    * Home Depot a fait état d'un chiffre d'affaires et d'un bénéfice par action supérieurs au consensus Refinitiv IBES au titre du quatrième trimestre et a relevé son dividende de 10%.

  • Un broker se vaccine contre la fièvre acheteuse qui touche Galapagos

  • Moderna: +15% en avant bourse

    L'action Moderna s'envole de 15% en avant bourse à Wall Street.

    La biotech a annoncé lundi après-midi que le vaccin expérimental mRNA COVID-19 de la société, connu sous le nom d'ARNm-1273, est prêt pour les tests sur l'homme. Le lot initial du vaccin a déjà été expédié à des chercheurs du gouvernement américain du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID). Les premiers essais cliniques devraient débuter vers la fin avril et les premiers résultats pourraient être disponibles courant juillet ou août.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les Bourses européennes continuent de reculer au lendemain d'un plongeon des marchés actions suscité par la peur d'un impact économique du coronavirus plus important que prévu.

    Les replis varient entre 0,58% à Londres et 1,6% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 cède 1,15% et le Stoxx 600 0,91%.

    Les "futures" de Wall Street indiquent quant à eux pour l'instant un rebond prudent à l'ouverture, compris entre 0,04% et 0,20%.

    Les inquiétudes ne sont pas prêtes de s'apaiser alors que l'épidémie continue de se propager.

    "Le scénario de rebond rapide de l'activité économique au deuxième trimestre n'est plus privilégié par une majorité d'investisseurs. Tout porte à croire que l’impact économique de la crise va perdurer bien plus longtemps qu’initialement prévu. La seule certitude que nous avons à ce stade est que la fuite vers la liquidité et vers les valeurs refuge va perdurer."
    Les économistes de Saxo Banque

  • IEP Invest reporte la publication de ses résultats

    IEP Invest , actionnaire principal d'Accentis avec une participation de 66%, reporte à "la semaine du 2 mars" la publication de ses résultats annuels, étant donné que le commissaire au compte n'a pas encore terminé son travail.

  • Les marchés retombent

    Le rebond observé en début de séance n'a pas tenu longtemps.

    Les indices européens repartent à la baisse, les craintes engendrées par la peur de voir le coronavirus se propager massivement hors de Chine incitant les investisseurs à délaisser les actifs les plus risqués.

    Les pertes varient entre 0,18% à Francfort et 0,65% à Bruxelles. L'indice Euro Stoxx 50 abandonne 0,46% et le Stoxx 600 0,39%.

    "Les indices européens ont tenté un rebond technique ce matin, comme cela est de coutume le lendemain d'une purge des marchés, le stress est cependant toujours de mise face au cocktail économique explosif que représente le virus".
    John Plassard
    Spécialiste de l'investissement chez Mirabaud

     

  • "La vente de la division Interior reste la pierre angulaire du scénario d'investissement pour Recticel"

    Dans une mise à jour avant la publication des résultats vendredi 28 février, l'analyste Nathalie Debruyne de Degroof Petercam réduit son objectif de cours sur Recticel à 8,2 euros par action contre 9,9, en raison de la pression à court terme sur les prix dans la branche "Insulation" et un scénario moins optimiste pour la cession de la division "Interior".

    A ce stade, la vente de la division "Interior" reste la pierre angulaire du scénario d'investissement pour Recticel, souligne l'analyste. Lors du dernier trading update trimestriel, Recticel avait laissé entendre une issue dans ce dossier pour 2019. Mais compte tenu du fait qu'il n'y a eu aucune annonce jusqu'à présent, Nathalie Debruyne s'attend à un nouveau retard dans le processus de vente, probablement en raison du coronavirus. En effet, le groupe dispose de quatre sites de production en Chine et les conditions actuelles ne sont pas favorables pour obtenir un bon prix de vente.

    Le conseil passe d'acheter à conserver, principalement pour refléter le risque d'un échec de la vente de la division "Automotive Interior".

  • Cofinimmo, Euronav et Melexis cibles de shorters

    > Syquant Capital SAS a relevé sa position vendeuse nette sur Cofinimmo de 12,19% à 237.813 actions Cofinimmo, ou 0,92% du capital de la société immobilière.

    > Citadel Europe LLP a réduit sa position vendeuse nette sur Euronav de 7,81% à 1,3 millions d'actions, ou 059% des actions du transporteur maritime.

    > Odey Asset Management LLP a réduit sa position courte nette sur Melexis de 11,01% à 391.880 actions, ou 0,97% des actions du fabricant de semi-conducteurs.

  • Prudential sous la pression d'un fonds activiste

    L'assureur britannique Prudential est sous pression du fonds activiste Third Point qui vient d'acquérir 5% du capital du groupe dont il demande la scission entre les activités asiatiques et américaines.

    Prudential a confirmé mardi dans un communiqué avoir reçu la veille une lettre de la société d'investissement américaine avec laquelle le groupe va engager le dialogue.

    Third Point, piloté par le milliardaire Daniel Loeb, a révélé avoir pris une participation d'environ 5% dans le capital de Prudential, pour une valeur comprise entre 1 et 2 milliards de livres.

    L'action Prudential gagne 2,60% à 1.457,50 pence.

  • Les bourses européennes tentent de se reprendre

    Les bourses européennes ouvrent en hausse, essayant de regagner du terrain au lendemain d'un plongeon engendré par la peur de voir le coronavirus se propager massivement hors de Chine.

    Les gains varient entre 0,15% à Londres et 0,70% à Bruxelles. L'indice DJ Stoxx 600 bonifie de 0,42%.

    Hormis les valeurs  automobiles (-0,47% pour le Stoxx 600 sectoriel) et les bancaires (-0,09%), les autres compartiments progressent avec en tête les valeurs immobilières (+1,27%) et le secteur du tourisme (+1,09%).

    Au sein de l'indice Bel 20, Galapagos bondit de 3,3%. Argenx et Proximus suivent avec des gains de respectivement 1,66% et 1,16%. Hors indice, Greenyard qui a publié un trading update trimestriel avant l'ouverture gagne 10,48%.

  • |Opening bell|

    • Amsterdam: +0,61%
    • Bruxelles: +0,45%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,63%
    • Londres: +0,15%
    • Milan: n.c.

    • Euro Stoxx 50: +0,50%
    • DJ Stoxx 600: +0,59%

    • AB InBev : -0,87%
    • Galapagos : +3,69%
    • Greenyard : +10,47%

     

  • KBC Securities sur Greenyard

    Les analystes de KBC Securties, Alan Vandenberghe et Guy Sips jugent "encourageant le trading update publié par Greenyard " qui confirme "la dynamique du chiffre d'affaires". Cependant, "sans un aperçu sur l'évolution des marges ou du désendettement", les deux analystes restent prudents.

    La recommandation reste à "conserver" et l'objectif de cours est maintenu à 5,40 euros.

  • L'économie allemande a stagné au quatrième trimestre

    L'économie allemande a bien stagné fin 2019, le produit intérieur brut restant immobile (+0,0%) au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédent, a confirmé mardi Destatis, alors que le nouveau coronavirus devrait limiter le redémarrage de l'activité au premier trimestre de cette année.

    Le pays a en outre enregistré un excédent budgétaire en 2019 pour la huitième année d'affilée, de 49,8 milliards d'euros, certes inférieur au record de 2018, lorsque l'ensemble des administrations publiques avait réalisé un excédent de 62,4 milliards d'euros, a indiqué l'Office statistique dans un communiqué séparé.

  • La perspective d'un retour au calme se confirme

    Les contrats à terme se maintiennent à la hausse, de l'ordre de 0,6%, confirmant la perspective d'une reprise des marchés en Europe après le plongeon de la veille, occasionné par la crainte de voir le coronavirus se propager massivement hors de Chine.

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en hausse, après la forte baisse accusée la veille sur fond de craintes d'une possible pandémie de coronavirus.

    Le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,51% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,69% et le FTSE à Londres gagnerait 0,34%.

    Les contrats à terme sur les indices américains évoluent en hausse de 0,8 à 1%, laissant entrevoir un relatif retour au calme.

    Le retour au calme est aussi perceptible sur le marché pétrolier après la chute de 4% des prix du brut lundi. Le baril de Brent regagne 0,6% à 56,63 dollars et le baril de brut léger américain (WTI) avance de 0,4% à 51,65 euros.

    L'or est victime de prises de bénéfices après avoir touché un pic de sept ans la veille à 1.688,62 dollars l'once, dopé par le vif mouvement d'aversion au risque. Le métal jaune retombe mardi autour de 1.648 dollars l'once.

  • Croissance des ventes pour Greenyard

    Greenyard , le spécialiste des fruits et légumes frais et surgelés a vu ses ventes progresser de 6,4% au troisième trimestre à 983,7 millions d’euros.

    Pour les neuf premiers mois de son exercice décalé 2019/2020, elles s’élèvent à 2,95 milliards d’euros, soit une hausse de 1,7%. La croissance organique se limite à 0,8%.

    Cette progression depuis le début de l’exercice est la conséquence de la forte croissance (+7,9%) constatée dans la division "Long Fresh " souligne Greenyard qui publiera ses résultats annuel le 16 juin.  

  • Euronav vend le Suezmax Finesse

    Euronav anonce la vente du navire Suezmax Finesse pour 21,8 millions de dollars. Une plus-value de cession d'environ 8,3 millions de dollars sera enregistrée au cours du trimestre en cours. Le navire a été livré à ses nouveaux propriétaires.

    Avec cette transaction, Euronav a vendu l'un de ses plus anciens navires Suezmax, portant le solde total de sa flotte Suezmax à 26 navires (y compris les co-entreprises).

  • Bénéfice en hausse de 8% pour Accentis

    Le promoteur immobilier Accentis a vu ses revenus locatifs baisser de 5% en 2019 à 12,3 millions d'euros. Cela est dû à la fin des contrats avec Ahlers à Evergem et avec Eandis à Ypres. Accentis a enregistré une plus-value sur la vente de l'ensemble du site d'Evergem (61.000 euros). À la fin de l'année dernière, le taux d'occupation était de 98,11%, contre 99,16% fin 2018.

    Le bénéfice a augmenté de 8% à 7,87 millions d'euros. Ceci est principalement dû à une "variation positive de la juste valeur du portefeuille immobilier" de 3,3 millions d'euros.

    Accentis, comme d'habitude, ne versera pas de dividende.

  • "Vendez AB InBev"

    L'analyste Carlos Laboy d'HSBC réduit sa recommandation sur AB InBev d'acheter à réduire. L'objectif de cours est de 60 euros, ce qui implique une baisse de 6,4% par rapport au dernier cours.

  • Les marchés européens attendus en léger rebond

    Les marchés européens sont attendus en légère hausse, après la dégringolade de lundi, même si la situation sur le front du coronavirus est loin de rassurer les intervenants de marchés qui craignent des répercussions majeures de l'épidémie sur l'économie internationale. L'Euro Stoxx 50 est signalé en hausse de 0,71%, Londres de 0,46% et Francfort de 0,66%.

    En Asie, les places boursières tentent de se stabiliser. Le CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises perd 0,54%. Shanghaï cède 0,9%.

    La Bourse de Tokyo qui était fermée lundi, a dévissé de 3,3%.

    A Wall Street, le Dow Jones a connu sa pire séance en plus de deux ans avec une chute de 3,56%, le Nasdaq est tombé de 3,71% et le S&P 500 de 3,35%.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés