1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'Europe en repli | Le Bel 20 résiste grâce aux banques | D'Ieteren s'envole

Le doute a miné les marchés européens, les investisseurs s'interrogeant sur les annonces de la Fed qui a assoupli son objectif d'inflation. Bruxelles fait exception et termine dans le vert. Wall Street grimpe encore. L'euro monte.
  • Au menu la semaine prochaine

    C'est ici que se referme notre Market Live. Merci de nous avoir suivis et à la semaine prochaine! 

    > L'agenda du lundi 31 août 

  • ANALYSE | Les machines à cash de la Bourse de Bruxelles

    Le coronavirus a érodé en moyenne deux tiers des bénéfices, mais ce recul est compensé par une accélération de la réduction des coûts et un rush sur les liquidités. Qui s’est bien protégé? Et qui fut la chair à canon? Cinq enseignements d'une saison des résultats peu ordinaire. 

    Lire | Les machines à cash de la Bourse de Bruxelles 

     


    ©Mediafin
  • REVUE HEBDO | Wall Street poursuit sa course aux records sous l'impulsion de la Fed

    Semaine positive pour les grands indices européens et américains. Les investisseurs ont assisté à plusieurs événements historiques dont un changement dans la stratégie de la Fed. 

    "Le changement dans la politique d'inflation de la Fed est historique. (...) Si l’idée est de laisser l’inflation dépasser les 2% et d’augmenter les anticipations d’inflation, il est possible que les observateurs obligataires reviennent sur les marchés."
    FRANK VRANKEN
    CHIEF STRATEGIST CHEZ PUILAETCO
  • Les tops et les flops de la journée en Europe

    Hit-parade de l'indice Euro Stoxx 50

    TOP
    • BNP Paribas 37,8 +3,6%
    • Société Générale 14,15 +3,09%
    • ING Groep 7,07 +1,8%
    • Munich Re 245,3 +1,66%
    • Safran 102,25 +1,29%
    FLOP
    • Deutsche Post 38,24 -3,12%
    • Bayer 55,03 -2,67%
    • Enel 7,62 -2,32%
    • Intesa Sanpaolo 1,8 -2,11%
    • UNILEVER 48,98 -2,08%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 28/08/2020 à 18h01
  • L'essentiel de la séance boursière européenne

    À la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 s'est adjugé 0,25% à 3.378,6 points. De son côté, l'indice paneuropéen Euro Stoxx 50 a baissé de 0,44% à 3.316,47 points.

    Aperçu à 18 h

    • BEL 20+0,25%
    • CAC 40-0,26%
    • DAX-0,48%
    • Footsie-0,61%
    • AEX-1,0%
    • Euro Stoxx 50-0,44%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 28/08/2020 à 18h01
  • Le Bel 20 dans le vert grâce aux financières

    Le Bel 20 a grimpé de 0,25% pour se fixer à 3.378,6 points. Sur les 20 actions qui le composent, 8 étaient en hausse et 10 en baisse. 2 valeurs sont restées inchangées.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • KBC  49,54 +3,4%
    • ING  7,07 +1,8%
    • Ageas 36,64 +1,19%
    • WDP 29,61 +0,87%
    • Telenet 33,4 +0,78%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Ackermans & van Haaren 121,3 -2,65%
    • Barco 17,65 -1,21%
    • AB InBev 49,6 -1,2%
    • Proximus 16,82 -1,15%
    • Colruyt 53,52-1,15%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 28/08/2020 à 17h45
  • Europe | Closing bell

    BEL 20: +0,25% 
    CAC 40: -0,26% 
    AEX: -1,00% 
    DAX: -0,39% 
    FTSE 100: -0,35% 
    Stoxx 600 Europe: -0,35% 

    Résultats provisoires 

  • Elon Musk entre dans le club des fortunes à 12 chiffres

    Selon le classement des milliardaires de Forbes (mis à jour en temps réel), le patron de Tesla a vu la valeur nette de ses revenus dépasser les 100 milliards de dollars. C'est principalement en raison de la montée en puissance de l'action du constructeur auto qu'Elon Musk est parvenu à réaliser cette prouesse. L'homme détient 21% de son entreprise et le cours de Tesla a été multiplié par 5 depuis le début de l'année. 

    Elon Musk reste toutefois loin de l'homme le plus riche du monde, à savoir Jef Bezos, le CEO d'Amazon, dont la fortune flirte avec les 200 milliards de dollars. 

  • Apple au-dessus de 500$ et Tesla de 2.000$ avant le coup de ciseaux

    Apple et Tesla signent respectivement des hausses de 0,62% et de 1,93% peu avant 17 heures pour porter leurs titres au-delà des 500 dollars et des 2.000 dollars. Lundi, leurs titres seront divisés par quatre pour Apple et par cinq pour Tesla. 

    Depuis l'annonce de leur "split", fin juillet, pour le fabricant de l'iPhone et le 11 août pour le constructeur auto, les deux actions ont sérieusement gagné du terrain à Wall Street: +30% pour Apple et +66% pour Tesla. 

    Pour rappel, cette opération de scission n'aura aucun impact (fiscal) pour les investisseurs belges. 

  • Assez d'huile dans le moteur de l'économie US

    +1,9%
    Les dépenses des ménages US
    Les dépenses des ménages, qui représentent plus des deux tiers de l'activité économique des États-Unis, ont augmenté de 1,9% le mois dernier contre 1,6% attendu par le consensus.

  • Amélioration plus forte que prévu du moral des ménages américains

    Le moral des ménages américains s'est amélioré plus nettement qu'estimé initialement en août, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. Son indice de confiance a progressé à 74,1 après 72,5 en juillet et une première estimation publiée il y a deux semaines à 72,8. Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient une confirmation de ce chiffre.

    La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a augmenté à 82,9 après 82,8 le mois précédent alors que la première estimation annonçait une dégradation à 82,5. Celle des perspectives a avancé à 68,5 contre 65,9 en juillet. La première estimation la donnait à 66,5. 

  • 5e record consécutif à l'ouverture pour le S&P 500

    L'indice new-yorkais reprenant les 500 plus grandes valorisations boursière à Wall Street n'en finit plus de monter. Il a démarré ce vendredi sur un gain de 0,29% pour flirter avec les 3.500 points, niveau brièvement dépassé en séance ce jeudi. C'est la cinquième fois d'affilée que le S&P 500 entame les échanges sur un record. 

    ©Bloomberg

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,40% 
    S&P 500: +0,37% 
    Nasdaq Composite: +0,54% 

  • Des hackers bloquent encore les transactions à la Bourse de Nouvelle-Zélande

    Des cyberattaques ont contraint le marché boursier néozélandais (NZX) à interrompre les échanges pour le quatrième jour consécutif vendredi, et l'agence de renseignement du pays a été appelée à l'aide pour combattre ces failles de sécurité.

    Ces attaques par déni de service perturbent les réseaux informatiques en les inondant de trafic. Cela a conduit à des suspensions temporaires des échanges tous les jours depuis mardi. Vendredi, l'interruption des transactions est intervenue malgré la mise en place par le NZX de mesures supplémentaires pour maintenir la connectivité avant l'ouverture du marché.

  • Contraction record du PIB canadien

    -38,7%
    Chute du PIB canadien au 2T
    L'économie canadienne s'est contractée de 38,7% en rythme annuel au deuxième trimestre, un résultat sans précédent dû aux contraintes imposées aux activités économiques par la pandémie de Covid-19. Des baisses ont été enregistrées dans tous les secteurs y compris dans les dépenses des ménages, les investissements des entreprises, le commerce et le tourisme.

  • Restructuration chez Coca-Cola

    Coca-Cola annonce un plan de restructuration de ses effectifs qui comprendra des suppressions d'emplois volontaires.

    L'action du géant des boissons, dont la capitalisation boursière est de 207 milliards de dollars, augmente de 1% dans les échanges avant-bourse.

    L'entreprise va proposer des forfaits de départ volontaire aux employés admissibles, à commencer par environ 4.000 travailleurs aux États-Unis, au Canada et à Porto Rico qui ont été embauchés le ou avant le 1er septembre 2017. Les départs volontaires devraient limiter le nombre de licenciements qui suivront.

    Coca-Cola prévoit que son programme global d'indemnités de départ coûtera à l'entreprise entre 350 et 550 millions de dollars.

    Le fabrication de boissons gazeuses comptait environ 86.200 employés dans le monde au 31 décembre, dont plus de 10.000 aux États-Unis.

    Du côté des opérations, neuf nouvelles divisions remplaceront 17 unités commerciales et se concentreront sur la mise à l'échelle plus rapide de nouveaux produits et l'élimination de la duplication des ressources.

     

    ©BLOOMBERG NEWS

  • Les bancaires dans le peloton de tête en Europe

    Les valeurs bancaires pointent en tête des plus fortes hausse en Europe.

    L'indice DJ Stoxx 600 des banques gagne 1,89%, selon l'indice sectoriel de référence. Il est suivi par celui des assurances (+1,09%).

    La montée des rendements obligataires dans le sillage des annonces de la Fed profite aux valeurs financières.

  • Goldman Sachs a versé 2,5 milliards à la Malaisie pour solder l'affaire 1MDB

    Le géant de la finance américain Goldman Sachs a versé à la Malaisie 2,5 milliards de dollars dans le cadre d'un accord à l'amiable qui fait suite au vaste scandale de corruption 1MDB, annoncent les autorités malaisiennes.

    L'accord conclu en juillet prévoit des compensations totales de 3,9 milliards de dollars et met fin aux poursuites de la Malaisie contre Goldman Sachs, accusé d'avoir aidé aux détournements de fonds.

    Dans le détail, il prévoit un versement en liquide de 2,5 milliards de dollars et la garantie qu'au moins 1,4 milliard de fonds détournés du fonds 1MDB seront récupérés.

  • Vers une légère hausse à Wall Street à l'ouverture

    Wall Street est attendue en légère hausse à l'ouverture, alors que les investisseurs digèrent les annonces de la Réserve fédérale, qui profitent au secteur bancaire.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture des indices de référence de la Bourse de New York en hausse, de 0,44% pour l'indice Dow Jones, de 0,3% pour le S&P et stable pour le Nasdaq.

    L'évolution des dépenses des ménages américains et l'indice des prix dit "core PCE", qui est la mesure d'inflation la plus surveillée par la Réserve fédérale, seront publiés à 14h30.

  • Les principales valeurs à Wall Street

    > Apple / Tesla - Les actionnaires d'Apple recevront quatre actions par titre détenu à la clôture de vendredi, le multiple passant à cinq pour Tesla.

    > Dell Technologies - Dell Technologies a fait état, jeudi, d'une baisse moins prononcée que prévu de son chiffre d'affaires trimestriel et d'un bénéfice supérieur aux attentes grâce au succès de ses petits ordinateurs portables et de ses logiciels liés au télétravail. RBC a relevé sa recommandation sur le titre à "surperformer".

    > GAP a fait état, jeudi, d'une hausse surprise de ses ventes trimestrielles à magasins comparables, portée par la progression des ventes en ligne de ses marques Old Navy et Athleta. L'action prenait plus de 4% dans les échanges après la clôture de jeudi.

  • D'Ieteren toujours digne d'achat pour les analystes

    Chez ING comme chez KBC, la recommandation reste à l'achat sur le titre D'Ieteren. Les analystes soulignent la bonne maîtrise des coûts du holding bruxellois.

  • Norwegian Air Shuttle quadruple ses pertes au 1er semestre

    La compagnie à bas coûts Norwegian Air Shuttle chute de 7,7% à la Bourse d'Oslo après avoir quasiment quadruplé ses pertes au premier semestre, conséquence de la pandémie de Covid-19 qui a paralysé le secteur du transport aérien.

    La troisième compagnie low cost européenne a essuyé une perte nette semestrielle de 5,4 milliards de couronnes (515 millions d'euros), contre 1,4 milliard un an plus tôt. Sur le seul deuxième trimestre, elle a perdu 1,5 milliard de couronnes.

    Sans surprise, son chiffre d’affaires semestriel s’effondre, pour sa part, de 65% sur un an, à 7,14 milliards de couronnes.

    Norwegian a échappé à la faillite grâce à un plan de sauvetage qui lui a permis de convertir une partie de sa dette considérable en actions nouvelles, remplissant ainsi les conditions fixées par le gouvernement norvégien pour l'octroi de garanties, qui ont totalisé 3 milliards de couronnes.

  • Les bancaires maintiennent l'indice Bel 20 la tête hors de l'eau

    La progression des valeurs bancaires maintient l'indice Bel 20 la tête hors de l'eau, alors que les autres principaux indices européens s'inscrivent en baisse.

    KBC bondit de 3,6% et ING de 2,16% dans un marché en hausse de 0,23% et ralentit par Galapagos (-1,93%) ou encore Avh (-1,7%) et Argenx (-1,53%).

    Hors Bel 20, les investisseurs réagissent aux résultats publiés ce matin avant bourse, avec des fortunes diverses pour les actions représentatives. Au rayon des baisses, Ter Beke cède près de 4%, Recticel , Balta et CFE lâchent de l'ordre de 3%. À l'opposé, Eurocommercial et D'Ieteren avancent de respectivement 10% et 6,7%.

  • L'inflation a légèrement augmenté en Belgique

    L'inflation a légèrement accéléré en Belgique, passant de 0,60% en juin à 0,73% en juillet, indique Statbel dans un communiqué ce vendredi.

    En juillet, les principales hausses de prix ont concerné les carburants, les billets d'avion, le poisson et les fruits de mer, les chambres d'hôtel ainsi que les restaurants et les cafés.

    Les médicaments, le gaz naturel, les voyages à l'étranger et les city-trips, les légumes et les loyers privés ont, par contre, exercé un effet baissier sur l'indice.

    L'indice des prix à la consommation du mois de juillet s'élève à 109,76 points, une hausse de 0,24 point par rapport à juin.

    L'indice santé a augmenté de 0,11 point pour atteindre 110,16 points. L'inflation calculée sur la base de l'indice santé passe de 0,94% à 1,00%.

  • ING à propos de CFE

    L'analyste d'ING Tijs Hollestelle est quelque peu préoccupé par les perspectives à long terme de CFE .

    "Même si l'impact direct de la pandémie corona sur l'activité de dragage et le marché de l'énergie éolienne offshore semble limité, on ne sait pas quelles en seront les conséquences à moyen et long terme. Le carnet de commandes de DEME offre une visibilité pour au moins les six prochains mois et jusqu'au premier semestre 2021. Mais le marché du pétrole et du gaz était déjà en difficulté avant le coronavirus et les conditions de marché actuelles restent faibles. Nous avons une vision neutre sur l'action."

    La recommandation de "conserver" est confirmée avec un objectif de cours de 61 euros.

    CFE perd 2,85%, à 61,30 euros, dans un marché en hausse de 0,48%.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent sur une note irrégulière, pénalisées par les interrogations des investisseurs face aux annonces faites la veille par la Réserve fédérale et par la montée de la monnaie unique qui pèse sur les valeurs exportatrices.

    Amsterdam et Francfort perdent de l'ordre de 0,35%. Paris est à l'équilibre. Bruxelles gagne 0,48%.

    L'Euro Stoxx 50 se tasse de 0,07% et le Stoxx 600 perd 0,18%.

    La plupart des secteurs reculent, avec un repli marqué pour les valeurs de la technologie.

    Les bancaires tirent leur épingle du jeu, avec un gain de plus de 2% pour le compartiment, à la faveur de la remontée des rendements obligataires dans le sillage des annonces de la Fed.

    Le dollar recule face à un panier de devises de référence, dont l'euro qui remonte vers 1,19 dollar (+0,6%).

  • Séance difficile pour Bayer

    Bayer perd plus de 3% après avoir reconnu qu'il y avait des "obstacles" dans la mise en oeuvre de l'accord de 11 milliards de dollars conclu aux États-Unis pour mettre fin aux procédures lancées contre son herbicide Roundup.


  • D'Ieteren toujours digne d'achat pour KBC Securities

    KBCS résume les résultats de D'Ieteren : "Un résilient Belron, une performance conforme au marché pour la division Auto et des résultats impactés pour Moleskin".

    Malgré la fermeture de certaines des activités principales de D'Ieteren, l'impact global reste acceptable car le groupe a pu mettre en oeuvre des mesures de réduction des coûts, soulignent les analystes Wim Hoste et Michiel Declerq. "Comme nous voyons des signes d'amélioration, nous réitérons notre recommandation d'achat et notre objectif de cours de 61 euros sur base d'une sous valorisation".

    D'Ieteren progresse de 5,48% à 53,90 euros.

  • ... et CFE

    "Nous restons prudents sur la dynamique à court terme pour le marché du dragage, ce qui se reflète dans notre objectif de cours de 75 euros", indique Bart Cuypers, analyste chez KBC Securities. "Le carnet de commandes reste toutefois bien fourni pour traverser la période actuelle, tout en restant positif pour le moyen et long terme. En considérant la position de leader de CFE dans le marché compétitif mais en plein essor de l'éolien offshore, représentant une valorisation qui n'est pas encore prise en considération, nous maintenons notre conseil d'accumuler". L'objectif de cours est de 75 euros.

    CFE perd 3,96% à 60,60 euros.

  • KBC Securities sur AvH...

    La réaction des analystes de KBC Securities Michiel Declercq et Jason Kalamboussis aux résultats d'AvH: "AvH a publié de solides résultats pour sa division bancaire. Le fait que le groupe ait décidé de reprendre le versement d'un dividende est également un signal positif envoyé par le management. La valeur nette d'inventaire est actuellement d'environ 114 euros par action. Nous réitérons notre recommandation de 'conserver' avec un objectif de cours de 131 euros".

  • Eurocommercial envisage de verser un dividende

    Eurocommercial Properties envisage de verser un dividende intérimaire en novembre. Le propriétaire du Woluwe Shopping Center prendra sa décision en fonction des résultats du troisième trimestre.

    Au premier semestre, la société immobilière a plutôt bien résisté. Ses revenus locatifs ont baissé de 1,3% à 176,3 millions d'euros.

    L'action gagne 9,13% à 10,28 euros, après un pic à 10,84 euros (+15,07%) en début de séance.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens reculent globalement dans les premiers échanges, les investisseurs demeurant indécis sur l'interprétation à donner au discours du président de la Fed jeudi.

    Francfort gagne 0,17% mais Amsterdam perd 0,7%, Paris 0,45% et Bruxelles 0,20%.

    L'Euro Stoxx 50 lâche 0,51% et l'indice Stoxx 600 0,42%.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,06%
    Bruxelles: +0,39%
    Paris: +0,20%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,14%
    DJ Stoxx 600: +0,12%

    IBA: -6,4%
    Recticel: -4,31%
    Balta: -3,57%
    Eurocommercial: +11,47%
    D'Ieteren: +7,44%
    CFE: +3,8%
    Banimmo: +2,84%
    Tessenderlo: +3%
    AvH: +1,36%

  • Le Nikkei chute brutalement; le Premier ministre Shinzo Abe s'apprête à démissionner

    Coup de tonnerre politique au Japon: le Premier ministre nationaliste Shinzo Abe, 65 ans, prévoit d'annoncer ce vendredi son intention de démissionner en raison de problèmes de santé, affirment plusieurs médias nippons sans citer de source.

    Selon la chaîne de télévision publique NHK, le chef du gouvernement, rattrapé par son ancienne maladie chronique intestinale, a exprimé son "intention de démissionner pour éviter de perturber la scène politique nationale".

    L'indice Nikkei, qui était en hausse à la mi-séance, porté notamment par les valeurs financières, a clôturé en baisse de 1,41%.

  • Ventes en légère baisse pour Ter Beke au premier semestre

    Le produit des ventes du groupe alimentaire Ter Beke a légèrement baissé (-0,7%) au premier semestre 2020 par rapport aux six premiers mois de 2019, à 356,2 millions d'euros.

    "La pandémie de Covid-19 a provoqué une légère baisse du chiffre d'affaires du groupe. En raison des différentes mesures de fermeture, le groupe, notamment dans sa division 'plats préparés', a été confronté à une baisse considérable des ventes dans le canal de la restauration/catering, (...), et la consommation de plats préparés a diminué temporairement dans l'ensemble du canal européen retail", commente Ter Beke vendredi dans un communiqué.

  • NN Group détient 10% de Fagron

    L'ex-Nationale Nederlanden, désormais dénommée NN Group , détient une participation de 10,04% dans le spécialiste des préparations pharmaceutiques Fagron .

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture, les investisseurs reprenant confiance dans les actifs risqués après avoir accueilli, jeudi, avec scepticisme la nouvelle stratégie de la Réserve fédérale qui laisse augurer un maintien prolongé de taux d'intérêt quasi nuls aux États-Unis et une tolérance accrue à une inflation supérieure à 2%.

    D'après les premiers contrats à terme, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres pourraient gagner autour de 0,5% en début de séance.

    La tendance en Europe pourrait évoluer avec la publication d'une nouvelle estimation du produit intérieur brut (PIB) de la France au deuxième trimestre (à 8h45) puis de l'indice "core PCE" aux États-Unis, la mesure d'inflation privilégiée par la Fed (14h30).

    La campagne pour l'élection présidentielle américaine de novembre reste en toile de fond, Donald Trump ayant formellement accepté jeudi sa nomination comme candidat du Parti républicain en s'en prenant à son rival démocrate Joe Biden. Il a déclaré qu'une victoire de celui-ci aurait pour effet d'exacerber les tensions raciales et la crise sanitaire secouant les États-Unis.

  • Record historique pour le carnet de commandes de CFE

    L'entrepreneur CFE , propriétaire de la société de dragage DEME et filiale d'AvH, a vu son chiffre d'affaires diminuer de près d'un cinquième à 1,49 milliard d'euros au cours des six derniers mois. Selon le groupe, les deux départements - tant la construction que le dragage - ont été touchés par la crise sanitaire. Une crise qui a obligé DEME à ramener de nombreux équipages chez eux avec des avions charter.

    L’ebitda, qui tient compte de la plus-value de cession de la participation dans le parc éolien Merkur (63,9 millions d’euros), ressort à 160 millions d’euros (-23%). Il représente 10,7% du chiffre d’affaires.

    Le carnet de commandes s’établit à son plus haut niveau historique: 4,3 milliards d’euros au 30 juin 2020, contre 3,75 milliards d’euros au 31 décembre 2019.

    Au cours du premier semestre, DEME a engrangé trois commandes majeures: la liaison Fehmarnbelt (le plus long tunnel routier et ferroviaire immergé du monde qui reliera le Danemark à l’Allemagne), le tunnel de la liaison Oosterweel (tunnel immergé sous l’Escaut à Anvers d’une longueur de 1.800 m) et le projet Sea Channel au Nord de la Russie, dans l’estuaire du fleuve Ob.

  • Avh attend "une nette amélioration de ses résultats"

    La société holding Ackermans & van Haaren , qui détient notamment des participations dans CFE , a réalisé un bénéfice net de 56,3 millions d'euros au premier semestre 2020 (S1 2019: 104,0 millions d'euros, sns compter 108,9 millions d’euros de plus-values).

    Au second semestre, Avh attend "une nette amélioration de ses résultats".

    Le conseil d'administration proposera à une assemblée générale extraordinaire de procéder à la distribution d'un dividende de 2,32 euros par action au quatrième trimestre 2020.

    Jan Suykens, CEO et Président du comité exécutif: "Au cours de l'année la plus mouvementée et la plus volatile que l'économie mondiale ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale, le modèle diversifié d’AvH a démontré sa validité et sa résilience. Le carnet de commandes de DEME a atteint un niveau record de 4,3 milliards d'euros. Les clients de Delen Private Bank et de la Banque J.Van Breda & Co ont confirmé leur confiance dans ces deux institutions financières, avec un afflux brut de presque 2 milliards d’euros, si bien qu’au 30 juin 2020, le total des actifs sous gestion s’approchait à nouveau des 50 milliards d'euros."

    AvH a décidé de distribuer un dividende sur l’exercice 2019 par le biais d'un dividende intérimaire de 2,32 euros, identique au dividende de l'exercice 2018.

  • Recticel: "La tendance à la reprise se poursuit"

    Le chiffre d'affaires de Recticel a chuté de 17,5%, à 474,3 millions d'euros, au premier semestre par rapport à l'année dernière. Cela signifie que le groupe chimique affiche des performances inférieures aux attentes des analystes qui anticipaient une baisse du chiffre d'affaires de 14%.

    Le bénéfice brut d'exploitation (ebitda) a diminué de 44,9% au cours des six premiers moi,s à 19 millions d'euros, conforme aux attentes.

    Après un point bas en avril 2020, les ventes ont repris en mai et juin, constate le PDG Olivier Chapelle. Cette tendance à l'amélioration s'est poursuivie en juillet, ajoute-t-il.

    Grâce aux transactions liées à la cession de la participation dans la joint-venture Eurofoam et à la cession partielle de la division Automotive Interiors, le groupe a terminé le deuxième trimestre avec une trésorerie nette positive de 11,4 millions d'euros.

    Sous réserve de l'absence d'impacts supplémentaires du Covid-19, la dynamique de reprise observée au deuxième trimestre et au mois de juillet conduit Recticel à anticiper pour le deuxième semestre un chiffre d'affaires et un ebitda au même niveau qu'en 2019 en ce qui concerne les activités poursuivies.

  • "Le lockdown global a eu un impact significatif sur Balta"

    Le groupe de tapis Balta vient de publier des chiffres trimestriels. Son chiffre d'affaires a diminué de 24,2% à 266,4 millions d'euros. Le bénéfice brut d'exploitation a diminué de moitié, à 18,3 millions d'euros, et la marge brute est passée de 10,6 à 6,9%.

    "Le deuxième trimestre de 2020 a été difficile pour Balta en raison des lockdowns liés au Covid-19 qui ont eu un impact négatif. Les résultats ont été les plus durement touchés en avril, avec une tendance à l'amélioration à partir de la mi-mai qui s'est poursuivie en juin", indique Cyrille Ragoucy, PDG et président du conseil d'administration de Balta.

  • Aucun impact du Covid-19 sur les revenus locatifs de Banimmo

    Banimmo a bouclé le premier semestre sur une perte de 2,18 millions d'euros, contre 3,14 millions au 30 juin 2019.

    Ses revenus locatifs se sont élevés 1,9 million d'euros, une légère augmentation par rapport au 30 juin 2019 (1,8 million).

    La société immobilière ne note "aucun impact Covid-19 sur les revenus locatifs". Quant au planning des chantiers en cours, la pandémie a eu un impact "limité".

    Le taux d’occupation du portefeuille immobilier au 30 juin 2020 s’élève à 83,74%, une nette diminution de 7,8% par rapport au 31 décembre 2019, suite au départ d’Unilever de l’immeuble Networks Forest (précédemment Diamond Building).

  • Les activités de D'Ieteren reprennent des couleurs

    Dans un contexte difficile, les sociétés de la galaxie D'Ieteren ont réussi quelques prouesses, a indiqué le CEO Francis Deprez. Belron a ainsi légèrement amélioré sa marge au premier semestre. En Belgique, la part de marché de D'Ieteren Auto, qui importe les marques du groupe Volkswagen, est en hausse à 23,02% contre 22% l'année passée.

    "Au premier semestre, on a réussi à générer un cash flow de 439 millions d’euros. Le cash au niveau du groupe est à 1,45 milliard d’euros", souligne aussi le CEO. "Le mois de juin a vu une augmentation des ventes de 11% et nous observons la même tendance en juillet et août", a-t-il ajouté.

    Malgré tout les ventes combinées du groupe ont baissé de 18,4% au premier semestre et le résultat consolidé ajusté avant impôts (part du groupe) de 103,9 millions d'euros est en baisse de 41,2% sur une base comparable.

  • L'Europe donnée en hausse | La Fed en soutien

    Bonjour! Bienvenue sur notre "Market live" du vendredi 28 août, l'endroit rêvé pour ne rien rater de l'actualité boursière.

    Les marchés européens sont attendus en hausse, de 0,36% pour l'Euro Stoxx 50, au lendemain du discours de Jerome Powell. Le patron de la Fed a dévoilé une nouvelle stratégie visant à ramener les États-Unis au plein emploi et à favoriser la remontée de l'inflation, des objectifs ambitieux dans une période marquée par une croissance et une inflation faibles qui semblent appelées à persister.

    Cette nouvelle approche prévoit que la Fed visera une inflation de 2% en moyenne sur la durée, si besoin en laissant filer pendant "un certain temps" les prix à la hausse pour compenser des périodes d'inflation inférieures à l'objectif.

    "Cette 'nouvelle stratégie' pourrait conduire la Fed à maintenir des taux quasi nuls plus longtemps encore qu'anticipé jusqu'à présent. On constate ainsi que Jerome Powell a pris à bras le corps les nouvelles données économiques induites par la crise sanitaire et est prêt à s’adapter à une inflation qui pourrait être ponctuellement plus élevée que 2% sans pour autant augmenter les taux directeurs. C’est très positif pour le marché des actions", a déclaré John Plassard chez Mirabaud.

     

    "Cette nouvelle stratégie de la Fed est très positive pour le marché des actions."
    John Plassard
    Analyste chez Mirabaud Securities

     

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés