1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'Europe et Wall Street surfent sur de bons résultats d'entreprises | Amazon chute après Bourse suite à des résultats décevants

Les marchés américains et européens ont clôturé en progression grâce à de bons résultats d'entreprises. Mais en Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a reculé à cause d'une chute d'AB InBev dont les chiffres ont déçu. Amazon chute après Bourse suite à des résultats trimestriels décevants.
  • À suivre ce vendredi 30 juillet

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Ce vendredi, les investisseurs auront droit à une nouvelle fournée de résultats. À Bruxelles, Bekaert, Proximus et Umicore sont attendus avant bourse. Côté statistiques, l'agenda est tout aussi fourni avec notamment l'indice des prix "core PCE" de juin, la mesure de l'inflation privilégiée par la Fed.

  • Amazon anticipe au un chiffre d'affaires inférieur aux attentes au 3e trimestre

    Amazon a annoncé ce jeudi anticiper pour la période juillet-septembre des ventes inférieures aux attentes de Wall Street, alors que les consommateurs commencent à nouveau à se rendre en boutiques avec le déconfinement, après un recours massif au commerce en ligne l'an dernier avec la crise sanitaire. Dans les échanges d'après-clôture, le titre du groupe a reculé de 5%.

    Amazon dit s'attendre pour le trimestre en cours à des ventes entre 106 milliards et 112 milliards de dollars, ou une progression de 10% à 16%, tandis que les analystes anticipaient des ventes nettes de 118,90 milliards de dollars selon des données IBES de Refinitiv. Le géant du commerce en ligne a aussi publié des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, un fait rare, alors que Walmart et Target ont renforcé leur présence en ligne. Le chiffre d'affaires d'Amazon sur la période avril-juin a progressé de 27% à 113 milliards de dollars, soit sous la prévision des analystes qui ressortait en moyenne à 115 milliards de dollars selon des données IBES de Refinitiv.

  • Wall Street finit en hausse sous l'effet des résultats

    La Bourse de New York a fini en hausse ce jeudi, le S&P 500 et le Dow Jones ayant atteint des pics inédits durant la séance, sous l'effet de résultats trimestriels et de prévisions solides, alors que des données indiquent que l'économie américaine s'est rétablie à son niveau d'avant-crise sanitaire du coronavirus. Le Dow Jones a gagné 0,44% à 35.084,53 points. Le S&P 500 a pris 0,42% à 4.419,15 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 0,11% à 14.778,26 points. Des données officielles publiées dans la journée montrent que l'économie américaine a progressé de manière solide au deuxième trimestre, portant le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis au-delà de son pic d'avant-crise sanitaire, même si sa croissance a été moins importante que ne l'anticipaient les analystes.

    Les investisseurs ont aussi constaté "des résultats vraiment solides aujourd'hui", a commenté Peter Tuz, président de Chase Investment Counsel. Dans un communiqué publié à l'issue de deux jours de débats, la Réserve fédérale américaine (Fed) avait déclaré mercredi que l'heure n'était pas encore venue de resserrer ses mesures de soutien massives à l'économie. Les secteurs du S&P 500 les plus sensibles, comme les finances et l'énergie, ont été parmi les plus performants au cours de la séance, tandis que celui de l'immobilier s'est établi à un record. Côté valeurs, Ford a bondi après avoir relevé sa prévision de bénéfice pour l'année. En revanche, Facebook a décliné au lendemain de l'annonce d'une vraisemblable décélération de son chiffre d'affaires au deuxième semestre. Tesla a été l'un des principaux catalyseurs du S&P 500, de même qu'Apple, qui a effacé ses pertes de la veille.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a pris 0,44% à 35.084,73 points.

    Le Nasdaq a gagné 0,11% à 14.778,26 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,42% à 4.419,13 points.

  • Le pétrole profite du dollar faible, se rapproche de ses plus hauts

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse ce jeudi, profitant toujours d'une baisse des réserves aux Etats-Unis ainsi que d'un dollar affaibli, pour se rapprocher de leurs récents sommets.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a terminé en hausse de 1,75% ou 1,31 dollar, à 76,05 dollars, à Londres. A New York, le baril de WTI a lui progressé de 1,71% ou 1,23 dollar, à 73,62 dollars.

  • Robinhood débute à 38 dollars, exactement son prix d'IPO

    Pour ses débuts à Wall Street, l'action Robinhood cote exactement à son prix d'IPO, à savoir 38 dollars, selon l'agence Bloomberg.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,35% à 4.219,24 points

    AEX: +1,39% à 758,08 points

    Cac 40: +0,37% à 6.633,77 points

    Dax: +0,45% à 15.640,47 points

    FTSE 100: +0,88% à 7.078,42 points

  • Pas de forte hausse du dividende chez TotalEnergies

    "Une forte augmentation du dividende ne serait pas raisonnable. La hausse du dividende sera liée à l'augmentation structurelle des cash-flows."
    Patrick Pouyanné
    Patron de TotalEnergies

  • Robinhood attendue stable

    38 $
    Cours attendu de Robinhood à ce stade
    L'action Robinhood, qui doit faire ses premiers pas à Wall Street aujourd'hui, est attendue stable à 38 dollars, indique l'agence Bloomberg. Le prix d'IPO (initial public offering) a été fixé à 38 dollars.

  • Baisse surprise des ventes de logements aux USA en juin

    Les contrats de vente de logements existants aux États-Unis ont diminué en juin alors que les prix de l'immobilier ont progressé.

    Selon les données de la National Association of Realtors (NAR), l'association nationale des agents immobiliers, l'indice des ventes de logements anciens a diminué de 1,9% à 112,8. Les économistes interrogés par l'agence Reuters avaient anticipé une augmentation de 0,3% en moyenne.

  • Le deuxième semestre sera plus compliqué pour les résultats d'entreprises, selon BofA

    Selon les calculs de Bank of America, sur environ un tiers de sociétés cotées en Europe qui ont déjà publié leurs résultats trimestriels, 63% ont dépassé les prévisions de bénéfice par action et 67% ont fait mieux que prévu au point de vue des ventes, ce qui devrait faire du deuxième trimestre 2021 le meilleur en plus de dix ans en ce qui concerne les chiffres d'affaires.

    Mais, avertit la banque d'affaires américaine, la croissance des bénéfices par action devrait avoir atteint un sommet et devrait s'essouffler au deuxième semestre, parce que les effets de base (comparaison d'un an à l'autre) représenteront davantage un défi durant cette période.

    BofA note aussi que le nombre de mentions de l'inflation dans les résultats des sociétés du Stoxx 600  s'est envolé de 400% en un an.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York débute la séance en territoire positif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones   gagne 0,58% et le Nasdaq   avance de 0,19%.

  • "La saison des résultats est solide. Les entreprises de la zone euro dépassent les attentes de 25% au niveau de leurs bénéfices et de 5% au niveau de leur chiffre d’affaires. Aux États-Unis, les surprises à la hausse sont de 20% pour les bénéfices et de 5% pour le chiffre d’affaires. Les perspectives sont positives, ce qui est reflété par une révision haussière des estimations pour le 3e trimestre. Le nombre net de révisions à la hausse reste positif pour toutes les régions."
    Patrick Moonen
    Stratégiste principal chez NN Investment Partners

  • Coup de mou du dollar après plusieurs stats US inférieures aux attentes

    L'euro monte à 1,1884 dollar (+0,36%) après des données globalement décevante pour l'économie US, avec un PIB et des données sur l'emploi US en deçà des attentes.

    > La croissance du PIB US ressort à 6,5% en rythme annuel au deuxième trimestre contre 8,5% attendu.
    > Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué aux Etats-Unis lors de la semaine au 24 juillet, à 400.000 contre 380.000 escompté.
    > Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités s'est élevé à 3,269 millions lors de la semaine au 17 juillet contree 3,196 millions espéré.

  • le fondateur des camions électriques Nikola inculpé de fraude

    Trevor Milton, fondateur de Nikola Corp , a été inculpé de trois chefs d'accusation de fraude par le bureau du procureur des États-Unis à Manhattan dans le cadre d'une enquête sur le fabricant de camions électriques en difficulté, selon CNBC.

    L'homme qui a démissionné de son poste de président en septembre, est accusé d'avoir fait des déclarations trompeuses et mensongères concernant "presque tous les aspects de l'entreprise", selon un acte d'accusation du grand jury rendu public ce jeudi.

    Dans les échanges avant-bourse à Wall Street, l'action Nikola chutait de plus de 6% dans la foulée.

  • Recul des inscriptions au chômage à 400.000

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué aux Etats-Unis lors de la semaine au 24 juillet, à 400.000 contre 424.000(chiffre révisé) la semaine précédente, a annoncé jeudi le département du Travail.

    Les économistes attendaient en moyenne 380.000 inscriptions au chômage.

    Les inscriptions de la semaine au 17 juillet ont été révisées en hausse par rapport à une estimation initiale de 419.000.

  • La croissance du PIB US plus faible que prévu

    La croissance de l'économie américaine est restée solide au deuxième trimestre alors que l'important soutien budgétaire et la vaccination de la population contre le Covid-19 ont stimulé les dépenses en services liés aux voyages.

    Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 6,5% sur la période avril-juin en rythme annualisé, montre jeudi la première estimation du département du Commerce.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance plus importante, de 8,5%, après une progression de 6,4% sur les trois premiers mois de l'année.

    L'indice des prix de base dit "core PCE", très surveillé par la Réserve fédérale, affiche de son côté une hausse de 6,1% en rythme annuel alors que le consensus le donnait à +5,9% après +2,5% au premier trimestre.


  • Quelques valeurs à suivre à Wall Street

    * FACEBOOK a annoncé qu'il anticipait une décélération importante de la croissance de son chiffre d'affaires au cours des troisième et quatrième trimestres, faisant reculer son titre d'environ 3,5% dans les échanges avant l'ouverture de Wall Street.

    * QUALCOMM a annoncé prévoir pour cette année une hausse des ventes de ses puces pour les téléphones 5G à 10 milliards de dollars contre 6 milliards sur l'exercice annuel précédent, le groupe étant parvenu à atténuer ses problèmes d'approvisionnements dans un contexte de pénurie mondiale de semi-conducteurs. L'action prend 2,8% dans les échanges en avant-Bourse.

    * FORD MOTOR a relevé mercredi sa prévision de bénéfice pour l'ensemble de l'année après avoir fait état d'un résultat trimestriel meilleur que prévu, ce qui fait bondir l'action de près de 5% dans les échanges en avant-Bourse.

    * AMAZON publie ses résultats après la clôture de la Bourse de New York. Le géant américain du commerce en ligne a par ailleurs signé des contrats d'achat d'électricité avec TotalEnergies portant sur un engagement de 474 mégawatts de capacité de production renouvelable aux États-Unis et en Europe.

    * COMCAST a publié jeudi un chiffre d'affaires supérieur aux attentes de Wall Street au titre du deuxième trimestre à la faveur d'un rebond des ventes publicitaires et d'une réouverture des parcs à thème, qui ont été affectés par la pandémie de Covid-19. L'action prend 2,4% en avant-Bourse.

    * MERCK & CO a publié jeudi un bénéfice ajusté conforme aux prévisions, qui est ressorti à 1,31 dollar par action sur le trimestre clos en juin. L'action prend 0,7% en avant-Bourse.

    * UBER TECHNOLOGIES - Le conglomérat japonais SoftBank a vendu environ 45 millions de ses titres détenus dans le géant américain du VTC, a déclaré à Reuters mercredi une source proche du dossier. L'action Uber reculait de 4,6% en après-Bourse.

    * BOEING - Airbus s'est attaqué jeudi à l'une des activités les plus rentables de son rival américain en annonçant le lancement d'une version cargo de son avion commercial A350, misant sur le fait que l'explosion du commerce sur internet pendant la pandémie ne se résumerait pas à un feu de paille.

  • L'inflation allemande s'accélère

    La hausse des prix s'est accélérée en Allemagne en juillet, dépassant largement l'objectif fixé par la Banque centrale européenne, montre jeudi la première estimation de Destatis, l'office fédéral de la statistique.

    L'indice des prix à la consommation calculé aux normes européennes (IPCH) a augmenté de 3,1% sur un an alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 2,9%.

    D'un mois sur l'autre, l'inflation ressort à 0,5%, précise Destatis, un chiffre conforme au consensus Reuters.

    La BCE se fixe désormais un objectif d'inflation dans la zone euro symétrique de 2% en rythme annuel.

  • Robinhood à Wall Street: ça passe ou ça casse !

    C’est le "D-Day" pour Robinhood. La célèbre application de trading américaine doit faire ses premiers pas sur le Nasdaq ce jeudi après-midi, sous le symbole "HOOD". Une opération qui sera surveillée à plus d'un titre.

  • "Didi envisage de se retirer de la Bourse de New York"

    Le groupe chinois, visé par les autorités de Pékin qui ont notamment demandé au début du mois le retrait de son logiciel de VTC des magasins d'applications, envisage de se retirer de la Bourse de New York, rapporte jeudi le Wall Street Journal. Didi a cependant démenti envisager un tel projet.

    L'action, qui s'envolait de 47,7% avec environ 4,5 millions de titres échangés, a réduit ses gains à 14,5% en avant-Bourse.

  • AstraZeneca explore "différentes options"pour son activité vaccin

    AstraZeneca explore différentes options pour l'avenir de son vaccin contre le Covid-19 et espère plus de clarté sur la question d'ici la fin de 2021, a déclaré jeudi un dirigeant du groupe pharmaceutique anglo-suédois à Reuters.

    "Nous explorons différentes options", a déclaré à Reuters Ruud Dobber, vice-président exécutif et président de la Business Unit BioPharmaceutique d'AstraZeneca, en faisant référence à l'activité vaccins.

    "Avant la fin de l'année, nous aurons plus de clarté (...). Si vous me demandez si les activités de vaccins sont une activité durable pour AstraZeneca pour les cinq ou dix prochaines années, cette grande question stratégique est en cours de discussion", a-t-il ajouté.

  • Update 2 | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés actions pointent dans le vert, au lendemain de la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui s'est montrée toujours aussi accommodante, et en pleine assimilation d'une salve de résultats d'entreprises.

    Les gains varient entre 0,45% à Francfort et 1,04% à Amsterdam. L'Euro Stoxx 50 avance de 0,53% et le Stoxx 600 de 0,46%.

    En Asie, les indices chinois ont rebondi, alors que Pékin cherche à rassurer les investisseurs après son tour de vis visant le secteur éducatif privé. Hong Kong a pris 3,3%, se reprenant pour la seconde séance consécutive tandis que Shanghai a gagné 1,49%. La Bourse de Tokyo est également montée de 0,73%.

    La Bourse de New York est signalée en ordre dispersé. L'indice Dow Jones progresserait de 0,3%. Le S&P ouvrirait stable tandis que le Nasdaq perdrait 0,28%.

    L'agenda du jour s'annonce dense: estimation de la croissance du second trimestre et nouvelles demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux Etats-Unis ou encore inflation allemande.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Targets relevés sur Solvay et Melexis | Les résultats d'AB InBev, Telenet et argenx sanctionnés (+Briefing)

  • Danone en tête d'affiche à Paris

    Danone bondit de l'ordre de 5%, parmi les meilleures progressions à la bourse de Paris.

    Le géant agroalimentaire a annoncé jeudi le lancement d'un programme de rachat d'actions allant jusqu'à 800 millions d'euros d'ici la fin de l'année, une marque d'optimisme alors que le groupe se prépare à l'arrivée de son nouveau directeur général et à la réorganisation de son conseil d'administration.

    Le propriétaire des eaux Evian et Badoit et des yaourts Activia en effet indiqué que la plupart des membres de son conseil d'administration quitteront leurs fonctions d'ici à 2023, dont l'ex-PDG Franck Riboud, quelques mois après l'éviction de son successeur Emmanuel Faber.

    Il a aussi réitéré son objectif de renouer au second semestre avec une croissance rentable après avoir affiché une progression de 6,6% de son activité au deuxième trimestre, supérieure à la croissance de 5,1% attendue par les analystes.

  • Les raisons de la chute d’AB InBev

  • Kepler Cheuvreux vise plus haut pour Cofinimmo

    Les résultats semestriels diffusés par Cofinimmo mercredi soir sont légèrement meilleurs que Kepler Cheuvreux ne l'avait prévu. Le courtier souligne que le taux d'endettement est de 48,2% après un semestre d'investissement chargé, de sorte qu'il peut y avoir un besoin de capitaux frais. Cofinimmo dispose pour cela de diverses options, précise l'analyste, telles que les obligations convertibles ou la vente d'une partie de l'activité d'immeubles de bureaux.

    L'analyste a adapté son modèle. Cela se traduit par un nouvel objectif de cours de 156 euros (contre 147 euros précédemment). La recommandation reste à "acheter".

    Cofinimmo engrange 0,29% à 136,60 euros dans un marché en baisse de 0,56%.

  • La reprise de l’économie belge s’est poursuivie au deuxième trimestre

    Avec une croissance de 1,4 %, la reprise de l’économie belge s’est poursuivie au deuxième trimestre de 2021, indique la BNB. Au premier trimestre, la croissance a été de 1,1%.

    L’activité n’a cependant toujours pas retrouvé son niveau d’avant la crise, souligne la Banque nationale, puisque l’évolution demeure négative (-2,5 %) en comparaison du quatrième trimestre de 2019.

  • KBCS relève l'objectif de cours de Solvay

    Solvay a publié des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre et a relevé ses prévisions pour le résultat brut d'exploitation sous-jacent, note Wim Hoste, analyste chez KBC Securities. Il va augmenter un peu ses estimations. Il maintient son conseil d'accumuler et relève son objectif de cours de 115 à 120 euros.

    Solvay fait appel à lui pour sa combinaison de positions de leadership solides, d'un potentiel d'auto-assistance significatif, d'un potentiel de transformation stratégique et d'une valorisation attractive, selon Wim Hoste.

    Solvay progresse de 1,32% à 115,45 euros dans un marché en baisse de 0,60%.

  • KBCS abaisse son objectif de cours Ontex

    La reprise des bénéfices d'Ontex est quelque peu retardée, mais elle finira par arriver, selon l'analyste de KBC Securities Wim Hoste. Il continue d'apprécier l'important potentiel d'auto-assistance d'Ontex - que la nouvelle équipe de direction débloquera - et sa valorisation attrayante. Il réitère son conseil d'achat mais abaisse son objectif de cours de 16 à 14 euros.

    Ontex gagne 1,66% à 9,48 euros dans un marché en baisse de 0,57%.

  • KBCS: "D'Ieteren affiche encore un important écart de valorisation"

    D'Ieteren est dans l'actualité boursière ce matin, non pas en raison de la publication de résultats mais en raison d'un relèvement d'objectif de cours chez KBC Securities.

    Les analystes Michiel Declercq et Wim Hoste rappellent l'investissement – ​​tant attendu et substantiel – dans TVH Parts et le changement d'actionnariat chez Belron, dans lequel le spécialiste de la réparation de pare-brise est valorisé 21 milliards d'euros. Jusqu'à présent, les analystes de KBCS estimaient Belron à 12 milliards d'euros.

    Ils arrivent à la conclusion que l'acquisition de TVH Parts s'intègre très bien dans le portefeuille de D'Ieteren et contient encore beaucoup de valeur non découverte.

    Alors que la valorisation de Belron peut leur sembler exagérée, ils pensent que la nouvelle base d'actionnaires peut encore soutenir la croissance.

    Le cours de l'action D'Ieteren a réagi positivement à la valorisation élevée de Belron, mais cette réaction n'a été dans l'ensemble que modeste, notent-ils. Cela signifie qu'il reste encore un important écart de valorisation à combler. Autrement dit, il y a encore beaucoup de potentiel de hausse pour D'Ieteren.

    Les analystes s'attendent à ce que l'écart se rétrécisse à mesure que les volumes se normalisent chez Belron. C'est pourquoi ils maintiennent leur recommandation d'achat et leur objectif de cours de 190 euros.

    D'Ieteren gagne 0,45% à 133,10 euros.

  • Matinée en dents de scie pour AstraZeneca

    L'action AstraZeneca affiche une évolution en dents de scie ce matin à Londres. Le titre a perdu jusqu'à 1,50% en début de matinée pour ensuite redresser la tête. Il gagne 0,19% à 8.282 pence dans un marché londonien en hausse de 0,65%.

    Le laboratoire pharmaceutique a annoncé que les ventes de son vaccin contre le Covid-19 avaient atteint 1,17 milliard de dollars au cours du premier semestre, et relevé ses prévisions. Ce chiffre correspond à la livraison d'environ 319 millions de doses dans le monde, que le groupe vend à prix coûtant sans profit.

    Les ventes ont représenté 572 millions de dollars en Europe, et 455 millions dans les pays émergents, selon un communiqué du groupe suédo-britannique.

    Le chiffre d'affaires du groupe sur la période a progressé de 23% sur un an à 15,5 milliards de dollars et le bénéfice net part du groupe de 40% à 2,1 milliards.

    Le groupe qui a relevé ses prévisions pour l'année entière souligne que des progrès dans son portefeuille de produits en développement et la récente acquisition d'Alexion soutiennent sa croissance à plus long terme.

  • Titan Cement reste sur des perspectives positives pour 2021

    Titan Cement affiche pour son premier semestre des recettes consolidées en hausse de plus de 4% à 821,1 millions d'euros. Le groupe évoque une demande accrue dans la plupart des marchés et un environnement de prix favorable.

    L'EBITDA a atteint 142,6 millions d'euros (+4,2%, voire +10,3% en devises locales). Cette hausse a toutefois été freinée par l'augmentation des coûts énergétiques et des taux de fret. Le bénéfice net a plus que doublé à 58 millions d'euros contre 22,4 millions d'euros un an auparavant, aidé, lui, par la baisse significative des charges financières.

    "Pour placer ces chiffres en contexte, il faut noter que la plupart des pays où le Groupe opère n’avaient pas fait partie des pays les plus durement touchés au début de la pandémie l’année passée et que nos résultats du premier semestre 2020 avaient été résilients et avaient même marqué une progression par rapport au premier semestre 2019", lit-on dans un communiqué.

    Que réserve le reste de l'année au groupe cimentier? Il table sur une activité de construction résiliente espérant que les fondamentaux du marché ainsi que les principaux moteurs de la demande soient en place pour soutenir la croissance. "Dans le même temps, la rentabilité d'exploitation est freinée par la flambée des coûts d'énergie et de fret, ainsi que par des goulets d'étranglement au niveau d'approvisionnement, provoqués en partie par le brusque raffermissement de l'activité."

    Il maintient ainsi ses perspectives positives pour 2021.

  • L'indice Stoxx 600 au record grâce à Airbus | Les pétrolières en forme | Airbus, Nestlé et Crédit Suisse délaissées

    L'indice Stoxx 600 a inscrit un record historique début de matinée, porté par l'annonce de solides résultats dans le secteur des matières premières, le relèvement par Airbus de ses objectifs et d'autres résultats d'entreprises bien accueillis, tandis que les inquiétudes concernant les mesures réglementaires de la Chine s'estompent.

    L'indice paneuropéen Stoxx 600 progresse de 0,31% à 463,12 points, après un sommet historique à 463,51 points un peu plus tôt.

    L'équipementier télécom finlandais Nokia bondit de 8,06% après avoir relevé ses perspectives pour l'ensemble de l'année car il bénéficie d'un net redressement de son activité.

    Airbus , monte de 2,55%. Le plus grand constructeur d'avions au monde a fortement relevé ses prévisions de livraisons et de bénéfices pour l'année entière.

    Les sociétés françaises TotalEnergies et Royal Dutch Shell , cotées au Royaume-Uni, grimpent de respectivement 1,6% et 3%, après avoir annoncé des rachats d'actions, la forte hausse des prix du pétrole et du gaz ayant stimulé leurs bénéfices.

    Le géant alimentaire Nestlé et le brasseur Anheuser-Busch InBev reculent après leurs résultats. Nestlé réduit toutefois ses pertes à 0,26% après avoir cédé 3,4% en début de séance. AB InBev recule pour sa part de 6% après avoir encaissé une baisse de 8,07%.

    Credit Suisse lâche 3,7%. La banque suisse a annoncé une baisse de près de 80% de son bénéfice au deuxième trimestre, reflet des retombées de l'effondrement d'Archegos.

  • Voici le briefing actions belges

    AB InBev trinque | Avis de brokers sur Solvay et Ontex | Déception pour Telenet et argenx (+Briefing)

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices actions européens entament la séance en petite hausse, après une décision de la banque centrale américaine, la Fed, tout en digérant un tsunami de résultats d'entreprises.

    Paris gagne 0,6%, Amsterdam avance de 0,51% et l'indice Stoxx 600 bonifie de 0,26%.

    Contre la tendance, l'indice Bel 20 cède 0,38% pénalisé par le net repli d'AB InBev.

    AB InBev chute de 6,23% - Au deuxième trimestre, le premier brasseur mondial a battu les attentes des analystes en termes de volumes et de chiffre d'affaires, mais y a échoué de peu en termes d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et de bénéfice par action. Voir post de 7h52.

    Ontex cède 1,18% - Si le fabricant de produits d'hygiène personnelle a vu son chiffre d'affaires progresser (+4,5%) sur le deuxième trimestre de l'année, il affiche par ailleurs un recul de 7% sur le premier semestre dans son ensemble, quand l'ebitda a déchanté, là, sur les deux périodes, avec respectivement un recul de 14% et 20%. Voir post de 8h21.

    Solvay gagne 1,23%  - Avec un Ebitda en hausse de 37% à 602 millions d'euros, le groupe chimique Solvay bat les attentes et retrouve son niveau de 2019. Un signal suffisamment bon pour que l'entreprise relève ses prévisions sur l'année. Voir post de 7h03.
     
    Telenet grimpe de 0,25%- L'opérateur télécom est parvenu à réaliser un chiffre d'affaires en hausse au deuxième trimestre, après la contraction du premier. Telenet a confirmé ses prévisions pour l'ensemble de l'année. Voir post de 7h52.

    UCB bonifie de 1,42% -  Le groupe biopharmaceutique belge maintient ses prévisions pour l'ensemble de l'année après avoir sensiblement surpassé les attentes des analystes au deuxième trimestre. Voir post de 7h51.

  • |Opening bell|

    Amsterdam:+0,44%
    Bruxelles: -0,27%
    Paris: +0,64%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,28%
    DJ Stoxx 600: +0,27%

    AB InBev: -5,5%
    Argenx: +0,47%
    Cofinimmo: +0,95%
    Ontex: +0,11%
    Solvay: +0,57%
    Telenet: +0,68%
    UCB: +0,18%

  • Le bénéfice de Crédit Suisse dégringole

    Credit Suisse a fait état jeudi d'une baisse de 78% de son bénéfice net au deuxième trimestre, sous l'effet des pertes accusées lors des récents scandales Archegos et Greensill.

    La deuxième plus grande banque de Suisse a annoncé un bénéfice net de 253 millions de francs suisses (234,81 millions d'euros), en deçà des prévisions des analystes qui tablaient sur 334 millions de francs suisses.

  • Elia conclut un contrat de liquidité

    Le gestionnaire de réseau Elia a conclu un contrat de liquidité avec Exane BNP Paribas, selon un communiqué. Exane BNP Paribas se voit confier le mandat d'acheter et de vendre des actions Elia sur le marché réglementé d'Euronext Bruxelles.

  • Robinhood attendue pour ses premiers pas à Wall Street aujourd'hui

    Le courtier en ligne Robinhood s'apprête à faire ses premiers pas à la Bourse de New York jeudi dans une opération qui valorise l'application préférée des jeunes boursicoteurs américains à environ 32 milliards de dollars.

    L'action Robinhood sera cotée sur le Nasdaq sous le signe "HOOD".

    Le groupe va émettre quelque 52,37 millions de titres au prix de 38 dollars l'unité, selon un communiqué diffusé mercredi soir. Une fois les frais retirés, il récupérera 1,89 milliard de dollars d'argent frais.

  • Ontex en souffrance au premier semestre

    Si Ontex a vu son chiffre d'affaires progresser (+4,5%) sur le deuxième trimestre de l'année, il affiche par ailleurs un recul de 7% sur le premier semestre dans son ensemble, quand l'ebitda a déchanté, là, sur les deux périodes, avec respectivement un recul de 14% et 20%.

    Résultat, la patronne du fabricant de langes, Esther Berrozpe, s'est dite "pas satisfaite". Et d'expliquer que, "dans un contexte d'augmentation sans précédent du coût des matières premières, ces résultats démontrent clairement la nécessité d'un renforcement urgent et significatif de l'activité d'Ontex".

    Cela tombe bien puisque les regards sont tournés vers l'intéressée qui doit boucler une revue stratégique autour des activités de la société. Un exercice "sans tabou", comme elle le dit elle-même, dans l'idée de "simplifier", qui devrait d'ailleurs désormais être "accéléré", apprend-on.

    L'on rappellera par contre que la question urgente de l'endettement - on parle d'un boulet de 845 millions d’euros qui, fin de l’année dernière, représentait 3,6 fois l’ebitda - a, elle, trouvé une réponse. En plus d’un accord avec ses banques portant sur un total de 470 millions d’euros, le groupe coté sur Euronext Bruxelles annonçait fin juin notamment le lancement d’une offre obligataire. Elle porte sur un montant de 580 millions d’euros sous la forme de dette senior libellée en euros avec échéance en 2026.

    Esther Berrozpe se dit enfin "convaincue qu'avec les efforts de toutes les équipes, nous pourrons tenir nos engagements pour ramener le groupe sur une base financière saine d'ici 2023, tout en continuant à travailler sur un plan stratégique à long terme pour libérer le plein potentiel d'Ontex".

  • Solvay retrouve sa forme d'avant-crise et relève ses prévisions

    Avec un Ebitda en hausse de 37% à 602 millions d'euros, le groupe chimique Solvay bat les attentes et retrouve son niveau de 2019. Un signal suffisamment bon pour que l'entreprise relève ses prévisions sur l'année.

  • Telenet voit son chiffre d'affaires grimper à nouveau au deuxième trimestre

    Telenet  est parvenu à réaliser un chiffre d'affaires en hausse au deuxième trimestre, après la contraction (-1%) du premier trimestre attribuée aux clients en partance. Les ventes ont ainsi augmenté de près de 4% grâce à une augmentation des revenus totaux d'abonnement au câble et gsm et à une forte reprise des revenus de publicité et de production. Pour autant, sur les six premiers mois de l'année dans leur ensemble, la croissance est limitée, là, à 1%, soit 1,29 milliard d'euros.

    La tendance positive du bénéfice est par contre plus marquée encore: le bénéfice d'exploitation a augmenté de 3% à 312,5 millions d'euros. Le bénéfice net grimpe même de 14% à 211,7 millions d'euros en raison d'une baisse significative des charges financières nettes.

    Dans le communiqué de l'opérateur, le directeur financier Erik Van den Enden indique par ailleurs que la croissance du chiffre d'affaires ralentira au second semestre en raison de la base de comparaison moins favorable (soit une levée de confinement strict au troisième trimestre 2020).

    Telenet réitère ses prévisions pour l'ensemble de l'année: 1 % de chiffre d'affaires en plus et 1 à 2 % de croissance de l'excédent brut d'exploitation (ebitda) ajusté, le tout sur base ajustée..

  • AB InBev bat les analystes sur ses volumes et son chiffre d'affaires

    Au deuxième trimestre, le premier brasseur mondial a battu les attentes des analystes en termes de volumes et de chiffre d'affaires, mais y a échoué de peu en termes d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et de bénéfice par action. Il a néanmoins réussi à hisser son chiffre d'affaires au-delà du niveau du deuxième trimestre 2019, c'est-à-dire avant la pandémie.

    AB InBev a vu ses volumes totaux augmenter de 20,8% (croissance interne) à 144,8 millions d'hectolitres du premier avril au 30 juin 2021, alors que le consensus des analystes tablait sur une hausse de 19,4%. Son chiffre d'affaires s'est établi à 13,54 milliards de dollars contre 10,29 au 2e trimestre 2020 (en pleine pandémie), soit une progression de 27,6% alors que les analystes avaient misé sur 24,1%. Le brasseur a enregistré une croissance des revenus de 3,2% par rapport au 2e trimestre 2019 et ce, "malgré les impacts liés au COVID-19 qui se font toujours ressentir", souligne-t-il dans son communiqué.

    Le groupe belgo-brésilien a réalisé un Ebitda normalisé en hausse de 31% à 4,84 milliards de dollars, à comparer avec 3,41 milliards un an plus tôt; le consensus des analystes s'était fixé à +35,3%. Le bénéfice normalisé par action a atteint 0,95 dollar et le bénéfice sous-jacent par action 0,75 dollar alors que les analystes attendaient 0,99 et 0,78 dollar.

     

  • UCB fait mieux qu'attendu

    Un chiffre d'affaires de 2,78 milliards d'euros (+7%), dopé par la "croissance durable" de ses produits phares, un excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté de 843 millions (+8%), un bénéfice par action de 3,40 euros: les performances comptables d'UCB  au premier semestre surpassent sensiblement les attentes des analystes.

    Le groupe biopharmaceutique belge maintient ses prévisions pour l'ensemble de l'année. Il table toujours sur un chiffre d’affaires de l’ordre de 5,45 à 5,65 milliards d'euros. UCB maintient aussi ses ambitions de croissance pour 2025: le chiffr d'affaires devrait atteindre au moins 6 milliards d'euros.



  • Les marchés asiatiques au rebond

    Les bourses chinoises tentent un rebond après le vif mouvement de vente provoqué par l'annonce d'une nouvelle réglementation dans le secteur privé du soutien scolaire.

    Selon des sources proches du dossier, le régulateur boursier chinois a tenu mercredi soir une réunion avec les dirigeants des principales banques d'investissement mondiales dans le but de calmer les nerfs des marchés financiers.

    L'indice CSI 300 des grandes capitalisations progresse de 1,42% mais accuse encore un recul de plus de 5% depuis le début de la semaine. Le Hang Seng avance de 3,07% et Shanghai bonifie de 1,28%.

    A Tokyo, l'indice Nikkei se relance également, soutenu par une série de bons résultats dont ceux de Nissan. Mercredi après la clôture de la Bourse, le constructeur automobile a annoncé ce que les investisseurs espéraient en vain depuis des lustres: un retour à la rentabilité au premier trimestre, et des bénéfices net et opérationnel en vue pour son exercice annuel en cours 2021/22, qui se terminera fin mars prochain.

  • Atenor, Cofinimmo et Miko

    Quelques valeurs à suivre puisqu'elles ont publié un communiqué hier après la clôture.

    > Atenor . La société de promotion immobilière a annoncé la passation des actes et la vente définitive de la société NGY Properties, propriété de Hermes Business Campus à Bucarest, à Avdentum Group, une société de gestion de fonds d’investissement spécialisée dans les investissements immobiliers en Europe centrale et orientale.

    > Cofinimmo . La SIR cotée à Bruxelles et reprise au sein de l'indice Bel 20 a annoncé un résultat net des activités clés, part du groupe, de 103 millions d'euros, soit une hausse de 17% sur un an. De quoi lui permettre de revoir sa prévision de résultat annuel à 7 euros par action et de confirmer sa prévision d'un dividende en hausse pour l’exercice 2021, à 6 euros brut par action.

    > Miko . Le spécialiste du service café, coté sur Euronext Bruxelles, a porté son intérêt dans la société néerlandaise Maas de 25 % à 92 %. L’intérêt de 25% a été pris fin mars de cette année. Les parts sont repris du fond d’investissement Nimbus. Les actions restantes seront détenues par le management.

  • Le matelas d'argenx atteint 2,73 milliards de dollars

    Le résultat d'exploitation total d’argenx au 1er semestre a augmenté de 453,2 millions de dollars pour le semestre clos le 30 juin 2021 pour atteindre 487,5 millions de dollars, contre 34,3 millions de dollars un an plus tôt.

    Cette augmentation est principalement due à la comptabilisation du prix de la transaction suite à la résiliation de l'accord de collaboration avec Janssen, entraînant la comptabilisation de 315,1 millions de dollars et la clôture de la collaboration stratégique pour l'efgartigimod avec Zai Lab, entraînant la comptabilisation de 151,9 millions de dollars de revenus de collaboration.

    Les dépenses opérationnelles sont,elles, passées de 257,2 millions de dollars à 403,5 millions.

    Au final, argenx a dégagé un bénéfice de 63,2 millions de dollars contre une perte de 226,6 millions un an plus tôt.  

    Au 30 juin, les liquidités s’élevaient à 2,73 milliards de dollars contre 2 milliards fin 2020. L’augmentation du cash provient en grande partie de l’offre globale de 1,1 milliard de dollars lancée en février.

    Sur la base des plans actuels de financement des dépenses d'exploitation et des dépenses d'investissement prévues, argenx continue de s'attendre à ce que sa consommation de trésorerie en 2021 double environ par rapport à 2020.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère baisse, la Réserve fédérale ayant apporté peu d'éléments aux investisseurs concernant la trajectoire future de sa politique monétaire et avant une séance marquée par une avalanche de résultats d'entreprises.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,24% pour le Dax à Francfort, de 0,13% pour le Cac 40 parisien, de 0,09% pour le FTSE à Londres et de 0,21% pour l'EuroStoxx 50.

    Mercredi, Wall Street a évolué sur une note volatile et fini en ordre dispersé alors que les investisseurs prenaient connaissance des annonces de politique monétaire de la Fed.

    Dans son communiqué, la banque centrale américaine a noté des "progrès" vers l'atteinte de ses objectifs économiques, semblant s'approcher du moment où elle pourrait commencer à procéder à un "tapering", à savoir la réduction de ses achats massifs de titres.

    Certains analystes estiment que la Fed a ainsi ouvert la voie à une annonce concernant le "tapering" lors de sa  prochaine réunion, prévue le 22 septembre.

    Toutefois, le président de la Fed Jerome Powell, qui s'exprimait peu après lors d'une traditionnelle conférence de presse, s'est montré plus prudent en estimant que le marché de l'emploi avait encore "du chemin à parcourir" avant que la banque centrale ne procède au resserrement de ses mesures de soutien.

    Les annonces de la Fed sont intervenues alors que sera publiée à 14h30 la première estimation du produit intérieur brut américain au deuxième trimestre, qui devrait montrer une accélération de la croissance à 8,5% selon le consensus Reuters.

  • Solvay relève ses prévisions d'Ebitda et de cash-fow libre pour 2021

    Les résultats de Solvay viennent de nous parvenir. Le groupe chimique belge annonce relever sa prévision d'Ebitda sous-jacent et de flux de trésorerie disponibles pour l'ensemble de l'année, après des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, marqués par une forte demande et des réductions de coûts.

    L'estimation de l'Ebitda sous-jacent pour l’année est portée dans une fourchette comprise entre 2,2 et 2,3 milliards (contre 2,0 à 2,2 milliards précédemment), et le Free Cash flow est porté à environ 750 millions d'euros (contre 650 millions d'euros précédemment), indique Solvay.

    Pus d'informations dans quelques minutes.

  • ABInBev, Solvay, UCB... Tir groupé de résultats belges

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live". Plusieurs résultats d'entreprises cotées à Bruxelles figurent au programme ce matin. AB InBev, Ontex, Solvay ou UCB communiqueront ainsi leurs résultats trimestriels.

    A suivre également: l'inflation en Allemagne, le PIB US et les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis.

    Les investisseurs auront aussi à digérer une salve de publications de résultats ailleurs en Europe, dont ceux à Paris de Total, Sanofi, Orange, Airbus, Accor, EDF, Unibail-Rodamco, Carrefour, Safran, entre autres. En Europe, Nestlé, Volkswagen ou encore AstraZeneca publieront également leurs comptes.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés