1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street inquiète de rétorsions contre les USA

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé ce vendredi, terminant une semaine tendue sur un apaisement des inquiétudes quant aux risques d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et l'étranger.
  • Wall Street inquiète de rétorsions contre les USA

    La Bourse de New York a clôturé sans direction ce vendredi après une ouverture en baisse, les marchés tentant d'évaluer les conséquences pour les Etats-Unis de taxes sur les importations d'acier et d'aluminium souhaitées par l'administration Trump. Le Dow Jones a perdu 0,29% à 24.538,06 points. Le Nasdaq a pris 1,08% à 7.257,87 points. Le S&P 500a avancé de 13,58 points à 2.691,25 points.

     De nombreux groupes internationaux déjà chahutés jeudi ont de nouveau tangués, alors que dans un même temps, les groupes de métaux n'ont pas été forcément gagnants. Les producteurs américains d'acier et d'aluminium, qui avaient nettement grimpé jeudi, ont évolué en ordre dispersé ce vendredi. US Steel a cédé 1,35% à 45,39 dollars, tandis que Century Aluminium a pris 2,25% à 20,94 dollars. Alcoa, qui avait à peine décollé la veille (+0,22%), a avancé de 1,09% à 45,56 dollars.

    De son côté, le constructeur aéronautique Boeing a lâché 1,55% à 344,67 dollars après avoir déjà perdu 3,46% la veille, alors que le constructeur automobiles General Motors a fini en baisse de 0,9% à 37,43 dollars.

  • Wall Street termine sans direction

    • Le Dow Jones a perdu 0,19% à 24.562,37 points.
    • Le Nasdaq a pris 1,08% à 7.257,87 points.
    • Le S&P 500 a avancé de 10,8 points à 2.688,35 points.
  • Le pétrole rebondit à la fin d'une semaine difficile

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse ce vendredi, rebondissant à la faveur d'un repli du dollar à la fin d'une semaine marquée par les inquiétudes sur la vigueur de la production américaine.

    A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a clôturé à 64,37 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit 54 cents de plus que jeudi soir. Sur la semaine il a perdu 4%.

    Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'avril a gagné 26 cents pour finir à 61,25 dollars. Sur la semaine il a abandonné 3,6%.

  • Résumé de la séance boursière en Europe

    Les valeurs industrielles, de l’automobile et des matières premières, entre autres, ont subi des ventes dans la crainte des conséquences d’une possible guerre commerciale mondiale.

    Et si le thème dominant de cette année était le retour du protectionnisme? C’est ce que certains investisseurs européens se sont dit vendredi, après l’annonce, la veille, du président américain Donald Trump au sujet de futures taxes à l’importation sur l’aluminium et l’acier. Les craintes d’un ralentissement des échanges économiques dans un contexte de guerre commerciale mondiale ont décidé certains à réduire leur exposition aux actions. Ce mouvement défensif a affecté, en général, une grande majorité de titres cotés et, en particulier et encore davantage, les cours des entreprises susceptibles d’être affectées par les taxes américaines envisagées.

    Dans cette logique, les secteurs de l’industrie (-2,44%), de l’automobile (-2,28%), des matières premières (-2,96%), de la technologie (-2,11%) et de la construction (-2,58%) figurent parmi les pires performances de la séance boursière de vendredi en Europe. Même le secteur bancaire a souffert (-2,57%), lui qui est devenu très dépendant de la conjoncture à cause de marges comprimées par les faibles taux d’intérêt.

    Aucune place financière n’a été épargnée par ce vaste mouvement de repli. À Paris, le Cac 40  a perdu 2,39%. À Londres, le FTSE 100  a abandonné 1,47%. À Francfort, le Dax  a reculé de 2,23%. L’indice boursier allemand est fortement pondéré en valeurs industrielles, bancaires et de l’automobile.

    Les plus forts reculs au sein du Dax reviennent à Commerzbank  (-3,62%), Siemens  (-3,36%), ThyssenKrupp  (-4,08%), ProsiebenSat.1  (-3,10%), ainsi que Deutsche Bank  (-3,09%).

    Parmi les composants du Cac 40, ce sont LafargeHolcim  (-7,86%), Safran  (-4,63%), ArcelorMittal  (-3,70%) et Engie  (-3,69%) qui ont particulièrement pesé.

    Au sein du FTSE 100, les valeurs minières Anglo American  (-3,10%) et Rio Tinto  (-3,76%) ont souffert.

    Sur les marchés nordiques, le constructeur automobile Volvo  a chuté de 3,98%, le producteur d’aluminium Norsk Hydro  a perdu 0,91%, le sidérurgiste Outokumpu  a abandonné 4,78% et la banque Nordea  a fléchi de 2,57%. Sur tous ces marchés, les hausses ont été extrêmement rares. Merci M. Trump…

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -1,89% à 3.869,18 points

    AEX: -2,05% à 518,72 points

    Cac 40: -2,39% à 5.136,58 points

    Dax: -2,23% à 11.918,87 points

    FTSE 100: -1,47% à  7.069,90 points

  • Les taxes américaines toucheront tous les pays

    Donald Trump "semble" avoir annoncé que les droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium s'appliqueraient à tous les pays, a déclaré vendredi le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross,interrogé sur CNBC.

  • Les marchés alourdissent leurs pertes

    Depuis l'ouverture de Wall Street, la tendance négative s'intensifie. Les actions européennes perdent à présent 2%, d'après l'indice Stoxx 600. En bourse de Bruxelles, le Bel 20   subit lui aussi un recul de l'ordre de 2%.

  • Confiance des consommateurs américains supérieure aux prévisions

    Aux Etats-Unis, la confiance des consommateurs est supérieure à la prévision moyenne des économistes. L'indice de confiance mesurée par l'Université du Michigan s'est établi à 99,7 en février, selon la version définitive publiée ce vendredi, contre un consensus de 99,5 et une première estimation de 99,9.

  • Wall Street ouvre en nette baisse

    Wall Street chute à l'ouverture: le Dow Jones  perd 0,96% et le Nasdaq  1,13%.

  • Les marchés accélèrent leurs pertes, inquiets d'une guerre commerciale

    Inquiètes d'une guerre commerciale après les annonces protectionnistes de Donald Trump, les Bourses européennes accentuaient leur recul à la mi-journée, Paris perdant même brièvement plus de 2%.

    Vers 14h30, Francfort cédait 2,19%, Paris 1,90%, Amsterdam 1,77%, Bruxelles 1,50% et Londres 1,11%.

    Wall Street est attendue en baisse (-1% pour le Dow Jones, -0,74% pour le S&P 500 et -1,20% pour le Nasdaq).

    La chute a été "initiée par le déclenchement d'une guerre commerciale par le président américain", ont souligné les experts de Mirabaud Securities Genève.

    La menace jeudi du président américain Donald Trump d'imposer dès la semaine prochaine de fortes taxes sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis, laissant poindre le risque d'une guerre commerciale, a suscité des réactions indignées dans le monde et fragilisé les marchés boursiers.

    Sur le terrain des valeurs, les titres liés à la sidérurgie et à la métallurgie étaient logiquement pénalisés. ArcelorMittal reculait ainsi de 3%. Eramet s'enfonçait de 6%. Le nickel et le manganèse, dont il est producteur, entrent dans la composition de l'acier.

    Le secteur de l'aéronautique, gros consommateur d'acier, souffrait également, à l'instar de Safran (-3,53%) ou encore d'Airbus (-3,30%). Scénario identique pour le secteur automobile qui rétrogradait de 2,13%.

    Vallourec était à l'inverse un des rares titres à surnager (+1,07%) dans le sillage de ces annonces américaines. Le fabricant de tubes sans soudure dispose d'une forte implantation aux États-Unis, qui devrait le prémunir davantage que ses concurrents d'une forte hausse des tarifs de l'acier et de l'aluminium.

  • 4,54 MLN EUR
    Nouvelle campagne des bons d'Etat
    Le montant total des souscriptions au bon d'Etat à 10 ans (4 mars 2018-2028; 0,90%) effectuées au 01/03/2018 s’élève à 4.545.400,00 EUR, selon un communiqué de l'Agence fédérale de la Dette.

  • Atlantia prend 15,5% d'Eurotunnel, l'action bondit

    L'action Getlink (ex-groupe Eurotunnel) gagne 8,33% à 11,31 euros après l'annonce de l'entrée d'Atlantia au capital.

  • "Les Etats-Unis ont annoncé les premiers droits de douane sur l'acier depuis les années 1980, ce qui pourrait conduire à une guerre commerciale mondiale."
    Les analystes de Kepler Cheuvreux

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * GAP est parvenu à réduire sa dépendance à sa marque d'entrée de gamme Old Navy durant le trimestre des fêtes de fin d'année, ce qui a permis au groupe américain de prêt-à-porter de publier jeudi des ventes à périmètre comparables nettement supérieures aux attentes. Le titre a bondi de près de 9% à 34,50 dollars dans les échanges après la clôture.

    * NORDSTROM - Le distributeur de vêtements et d'accessoires haut de gamme a réalisé au cours du trimestre des fêtes de fin d'année des ventes à magasins comparables nettement supérieures aux attentes mais son bénéfice net ajusté s'est en revanche révélé inférieur aux prévisions. Le titre a cédé 1,4% dans les échanges après la clôture.

    * GENERAL MOTORS prévoit de supprimer 5.000 emplois en Corée du Sud, soit environ 30% des effectifs, mais y maintiendra la production au niveau actuel si Séoul accepte son projet d'investissement de 2,8 milliards de dollars (2,3 milliards d'euros), d'après un document consulté par Reuters. Le groupe a annoncé vendredi que les ventes de véhicules avaient été divisées par deux en février dans le pays.

    * Les VALEURS SIDÉRURGIQUES et AUTOMOBILES pourraient de nouveau réagir au projet de Donald Trump d'imposer des droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium. En avant-Bourse, le titre FIAT CHRYSLER AUTOMOBILES perd 3,4% et FERRARI cède 1,7%.

    * BIOGEN et ABBVIE ont annoncé vendredi le retrait de leur médicament contre la sclérose en plaques dans le monde entier en raison de problèmes de sécurité.

    * EQUIFAX a annoncé un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes malgré les 26,5 millions de dollars de coûts liés au piratage informatique qui a affecté au total plus de 147 millions de ses clients l'an dernier.

    * JD.COM perd 5,6% en avant-Bourse après avoir annoncé un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes en raison d'une forte concurrence lors des fêtes de fin d'année.

    * WELLS FARGO a déclaré jeudi que quatre de ses administrateurs prendraient leur retraite, un an avant la date prévue, lors de l'assemblée générale des actionnaires le 24 avril. La banque poursuit le renouvellement de son conseil d'administration depuis la découverte de la création de faux comptes bancaires.

    * MICROCHIP TECHNOLOGY MICROSEMI - Microchip a annoncé jeudi l'acquisition de son compatriote Microsemi, fournisseur d'équipements de semiconducteurs pour les secteurs militaire et aérospatial, pour environ 8,35 milliards de dollars (6,8 milliard d'euros). Le montant de 68,78 dollars par action déboursé par Microchip représente une prime d'environ 7% par rapport au cours de clôture de Microsemi jeudi. Les deux titres gagnaient environ 5% dans les transactions après la clôture.

    * AMERICAN OUTDOOR BRANDS chutait de plus de 18% en après-Bourse en raison d'une prévision de bénéfice trimestriel inférieure aux attentes.

  • Wall Street attendue en baisse

    Les contrats à terme sur les principaux indices américains signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,4% à 0,7% après une baisse de plus de 1% jeudi en clôture.

    L'annonce par le président américain de l'application prochaine de droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium suscite l'inquiétude des responsables politiques en Asie comme en Europe.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (->13h30)

  • Topo boursier de mi-séance

    Trump inquète les investisseurs, les sidérurgiques sous pression

    1. Trump et son plan acier, élections en Italie, vote du SPD allemand sur leur participation à la coalition allemande... les marchés actions ont beaucoup d'informations à digérer ce vendredi.

    2. En milieu de séance, tous les grands indices européens pointent en forte baisse. Francfort recule de 2,20%, Paris de 1,85%, Amsterdam de 1,81% et Londres de 1%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrograde de 1,56%.

    3. Les craintes de guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses partenaires, après la volontée affichée par Trump d'imposer des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium, plombent le secteur européen des produits de base (valeurs minières, de la sidérurgie). Il perd 2,26%.

    4. Les entreprises utilisant de l'acier, dont les coûts de fabrication devraient augmenter, sont aussi pénalisées, à l'instar de l'aéronautique et de l'automobile. Safran et Airbus reculent respectivement de 3,30% et de 3,18% après le recul de 3,48% de Boeing la veille à Wall Street.

    5. Le compartiment automobile européen accuse la plus forte baisse sectorielle, avec une chute de 2,33%.

    6. La crainte d'une guerre commerciale susceptible de freiner la croissance économique américaine pèse sur le dollar. L'euro gagne 0,42% à 1,2318 dollar.

    7. Le marché obligataire profite de son statut d'actif refuge dans un contexte de marché nerveux, qui favorise la baisse des rendements. Celui du Bund allemand à 10 ans  évolue en baisse de trois points de base, à 0,607%.

  • Kuroda (BoJ) évoque une sortie de la politique ultra-accommodante

    Le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a évoqué vendredi pour la première fois l'éventualité d'une sortie de la politique monétaire ultra-accommodante si l'inflation atteignait l'objectif de 2% au cours de l'année fiscale se terminant le 31 mars 2020.

    Ses propos ont entraîné une nette appréciation du yen contre le dollar et une hausse des rendements des emprunts d'Etat japonais (JGBs).

    "Les membres du conseil de la BoJ s'attendent à ce que la hausse des prix atteigne 2% dans le courant de l'exercice fiscal 2019. Si cela se produit, il n'y a aucun doute que nous examinerons et discuterons une sortie" des mesures de politique monétaire ultra-accommodantes, a déclaré Haruhiko Kuroda devant la Diète.

  • NIBC revoit sa copie sur Ahold Delhaize

    NIBC relève son conseil sur Ahold Delhaize à "acheter" contre "neutre". L'objectif de cours esrt de 22 euros.

  • Plus de 90 milliards de bénéfices en 2017 pour les entreprises du CAC 40

    Les entreprises du CAC 40 ont dégagé l'an dernier plus de 90 milliards d'euros de bénéfices net cumulés, un chiffre en forte progression comparé à 2016, selon un décompte provisoire réalisé vendredi par l'AFP.

    Avec la publication vendredi des résultats de LafargeHolcim, le bénéfice de 39 des 40 sociétés du CAC 40 (Engie publiera ses résultats le 8 mars) atteint 92,95 milliards d'euros.

    Cela représente une hausse de 21,6% comparé au bénéfice total de 76,47 milliards d'euros qu'avaient dégagé ces 39 entreprises l'an dernier.

    Le chiffre d'affaires cumulé a crû de 5,7% à 1.252 milliards d'euros (1.185 milliards en 2016).

  • Degroof Petercam réduit de deux euros son target sur Proximus

    Degroof Petercam reduit son conseil sur Proximus à 30 euros contre 32. La recommandation reste à "conserver".

  • "Entre les interrogations au sujet de la politique monétaire de la Fed et le nouveau front ouvert par Donald Trump, qui relance les craintes d'une guerre commerciale après l'annonce de la mise en place de droits de douane sur l'acier et l'aluminium, qui s'apparentent clairement à des mesures protectionnistes, les marchés ont beaucoup d'informations à digérer."
    Les stratégistes du courtier Aurel BGC

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Trump enfonce les marchés, la sidérurgie sous pression, indécision sur le marché obligataire

    1. Les bourses européennes baissent en début de matinée, les investisseurs s'inquiétant d'un bras de fer commercial entre les Etats-Unis et le reste du monde après la menace agitée par Donald Trump d'imposer des taxes sur les importations d'aluminium et d'acier.

    2. Aux alentours de 10h, Francfort perdait 1,72%, Amsterdam 1,43%, Paris 1,36% et Londres 0,58%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 rétrogradait de 1,05%.

    3. Le président américain a évoqué jeudi l'imposition de tarifs douaniers de 25% pour l'acier et de 10% pour l'aluminium, au risque d'entrer en conflit avec ses principaux partenaires commerciaux et suscitant l'inquiétude sur tous les marchés mondiaux.

    4. Par ailleurs, la fébrilité était de mise "avant le scrutin italien et l'annonce des résultats du vote par correspondance des adhérents du SPD à l'accord de coalition négocié avec la CDU/CSU en Allemagne", ont complété les stratégistes de Aurel BGC.

    5. Les valeurs sidérurgiques signent la plus forte baisse sectorielle en Europe (-2,23%) après le secteur automobile (-2,49%). Parmi celles-ci, le groupe sidérurgique russe Evraz baissait de 3%. Les compagnies minières n'étaient guère mieux loties: Anglo American s'enfonçait de 1,81%, Rio Tinto de 1,53% et BHP Billiton de 1%. Certaines sociétés du secteur de la défense et de l'aéronautique étaient aussi en franc repli telles Rolls-Royce (-1,21%) et Airbus (-2,37%).

    6. ArcelorMittal cédait 3,52%. Le géant mondial de la sidérurgie et son rival japonais Nippon Steel & Sumitomo Metal (NSSM) ont annoncé vendredi un accord pour acquérir ensemble le groupe indien Essar Steel, dans le cadre de la procédure de liquidation de l'entreprise.

    7. Le titre Vallourec grimpe de 1,2%vendredi, porté par l'annonce de prochains nouveaux droits de douane aux Etats-Unis sur les importations d'acier et d'aluminium, un projet susceptible de favoriser les producteurs de tubes en acier haut degamme face à leurs concurrents  chinois.

    7. Par ailleurs, quelques résultats d'entreprises dominaient la tendance. Lafarge a annoncé une perte nette de 1,6 milliard de francs suisses (1,38 milliard d'euros) en 2017, contre un bénéfice de 1,7 milliard un an plus tôt, plombé par des dépréciations d'actifs.

    8. A la Bourse de Bruxelles, Proximus se démarquait avec un bond de 4,14% après l'annonce d'une progression de son chiffre d'affaires domestique sous-jacent et de sa base de clients. Le dividende est maintenu à 1,50 euro et le groupe télécom projette de verser le même montant pour ses résultats 2018 et 2019.

    9. Le marché obligataire est tiraillé entre les craintes de poussée inflationniste, qui tirent les rendements à la hausse, et son statut d'actif refuge dans un contexte de marché nerveux, qui favorise la baisse des taux. En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans évolue en baisse de près de trois points de base, à 0,614%, un plus bas depuis la fin janvier.

    10. L'euro est stable à 1,2278 dollar.

     

  • Dividende exceptionnel chez Roularta

    La deuxième partie de l'année dernière aura été particulièrement chargée pour le groupe de médias Roularta . Il a vendu sa participation de 50% dans Medialaan au Persgroep et a acquis, auprès de celui-ci, un niveau identique au sein de Mediafin qui édite les journaux L’Echo et De Tijd. Le feu vert de l’Autorité belge de la concurrence est toujours attendu concernant ce deuxième volet.

    La première opération, la vente de Medialaan, a déjà généré une plus-value de 145 millions d’euros en janvier 2018. Cela va donner lieu à la distribution d’un dividende intérimaire exceptionnel de 5 euros brut par action.

    En ce qui concerne les chiffres annuels, Roularta fait état de ventes en baisse de 7,1% à 256,8 millions d’euros. L’Ebitda a fléchit de 15 millions d’euros entre 2017 et 2016, à 1,9 million. Au final, le résultat net se traduit par une perte de 13 millions d’euros contre un bénéfice de 20,3 millions un an plus tôt.

  • L'action Proximus accélère

    Proximus accélère ses gains et prend plus de 6% à 27,96 euros, dans la foulée de ses résultats annuels. Voir aussi le post de 8h42.

  • LafargeHolcim chute après une lourde perte

    Le titre du géant des matériaux de construction LafargeHolcim perdait plus de 4% vendredi matin à la Bourse de Paris, pénalisé par une lourde perte en 2017.

  • ©Doc

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens ouvrent en nette baisse, après l'annonce par Donald Trump de lourdes taxes à venir sur les importations d'aluminium et d'acier.

    • Bruxelles: -0,42%
    • Amsterdam: -0,86%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,83%
    • DJ Stoxx 600: -0,68%

  • Chiffre d'affaires doublé pour Mithra

    Mithra fait état d'un chiffre d'affaires de 46,25 millions d'euros contre 22,47 millions un an auparavant. Mithra explique cette progression "essentiellement par les produits de licence relatifs aux accords de partenariats conclus avec de grands acteurs de la santé des femmes".

    Et l'avenir s'annonce positif pour Mithra. "À partir de 2018 et au-delà, nous prévoyons une croissance significative de nos revenus, au vu du potentiel des partenariats E4 (Estetrol) dans les territoires stratégiques que sont les États-Unis et l'Europe." Les recettes récurrentes devraient aussi être générées via la production de produits candidats. Enfin, 2018 sera marquée par d'importants résultats d'études cliniques pour le Donesta et Estelle.

  • L'IPO d'Acacia dans le bas de la fourchette de prix

    La société de biotechnologie britannique Acacia Pharma s'introduira la semaine prochaine à 3,6 euros par action sur Euronext Brussels. C'est le bas de la fourchette de prix de 3,6 à 4,6 euros dans laquelle les actions ont été offertes. Acacia a levé 40 millions d'euros grâce à cette opération.

    L'argent provenant de l'introduction en bourse devrait aider Acacia Pharma à mettre Baremsis sur le marché et à soutenir d'autres dépenses de recherche.

    Baremsis est un moyen de réduire les nausées et les vomissements après une opération sous anesthésie.

    Acacia est la première société s'introduire sur Euronext Brussels cette année.

  • Proximus table sur une légère croissance en 2018

    Proximus a été particulièrement performant dans le secteur des TIC au cours des trois derniers mois de 2017. Avec une croissance de près de 10%, cette division a enregistré 20 millions d'euros de chiffre d'affaires de plus que prévu.

    Les ventes aux consommateurs restent inférieures aux attentes. La télévision s'est bien comportée, mais la forte concurrence sur mobile d'Orange et de Telenet s'est traduite par moins d'abonnés que les analystes ne l'avaient prévu.

    Le chiffre d'affaires total est en baisse de 0,9% sur le trimestre, à 1,47 milliard d'euros. Le contrôle des coûts a permis au bénéfice brut d'exploitation (EBITDA) de progresser de 1% à 445 millions d'euros. Le bénéfice net est en retrait de 9,8% à 137 millions d'euros.

    L'opérateur télécom s'attend pour 2018 à des revenus stables et à un Ebitda en légère progression. Il maintient ses prévisions en matière de dividende.

    Proximus va distribuer un dividende total stable de 1,50 euro par action et a confirmé que, comme communiqué en décembre 2016, il projetait de verser un dividende brut du même montant pour ses résultats de 2018 et 2019.

    Pour l’exercice en cours, le groupe dirigé par Dominique Leroy table sur un chiffre d’affaires pratiquement stable et sur une légère croissance de son Ebitda. Les investissements devraient tourner autour d’un milliard d’euros contre 1,09 milliard l’an dernier.

  • Avis de broker sur AB Inbev

    SBG Securities relève son conseil sur AB InBev à "acheter" contre "conserver". L'objectif de cours est de 110 euros contre 115.

  • Berenberg flashe sur MDxHealth

    Les analystes de Berenberg ont publié ce matin avec un rapport positif sur MDxHealth , un producteur de tests de diagnostic moléculaire pour les urologues.

    Ils prévoient une croissance moyenne du chiffre d'affaires de 45% par an pour la période 2017-2020, ce qui devrait rendre l'entreprise rentable dans trois ans. La hausse des ventes ira de pair avec une augmentation des marges brutes: de 68% en 2018 à 77% en 2021.

    L'année dernière, la part a été durement touchée car MDxHealth n'a pas pu fournir des prévisions sur ses affaires. Berenberg estime que cela offre une opportunité d'achat, puisque la diversification des clients, des produits et par région devrait s'améliorer en 2018. Le broker allemand attribue dès lors une recommandation d'achat et un objectif de cours de 6,10 euros.

    Les analystes préviennent en même temps que la croissance de MDxHealth pourrait ne pas se dérouler sans heurt. Des facteurs tels que la météo, le remboursement des tests par les assureurs de santé et la disponibilité dans les hôpitaux peuvent semer le trouble, tout comme la concurrence et les prix.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    L'Europe attendue dans le rouge, crainte de guerre commerciale

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en baisse, dans le sillage de Wall Street, les craintes d'une guerre commerciale en réaction au programme de Donald Trump pour l'acier américain ayant pris le relai des inquiétudes sur le rythme du resserrement monétaire aux Etats-Unis.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,6% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 1% et le FTSE à Londres abandonnerait 0,6%.

    3. Le président américain a annoncé jeudi que les Etats-Unis imposeraient la semaine prochaine des droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium afin de défendre une industrie sidérurgique américaine "décimée par des décennies de commerce inéquitable".

    4. Les valeurs sidérurgiques pourraient réagir à l'annonce par Donald Trump de nouveaux droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium.

    5. La crainte d'une guerre commerciale susceptible de freiner la croissance économique américaine pèse sur le dollar, en repli de 0,15% face à un panier de devises de référence. L'euro en a profité pour repasser au-dessus de 1,2250 dollar mais reste sous pression avant le résultat des scrutins en Italie et en Allemagne.

  • Bpost met ses fournisseurs sous pression

    Bpost demande à ses fournisseurs de lui reverser 2% des montants facturés au cours de l’an dernier. "C’est du chantage", réagit un fournisseur. "Une situation win-win", rétorque bpost.

  • Ablynx démarre la phase II d'une étude sur le RSV au Japon

    Ablynx annonce qu'elle démarré la phase II de la recherche d'une étude au Japon avec l'ALX-0171 pour des enfants hospitalisés avec une infection au virus respiratoire syncytial (RSV).

    L'étude porte sur 60 bébés. Les premiers ont reçu une dose. L'étude évaluera l'impact de quatre injections. Les résultats seront publiés au second semestre de l'année prochaine.

    Les nouvelles sur le pipeline ont maintenant peu d'impact sur le cours de la société de biotechnologie de Gand, alors qu'Ablynx a été reprise par la société pharmaceutique française Sanofi, qui offre 45 euros par action. Depuis lors, l'action est proche du prix offert. L'OPA devrait démarrer réellement au deuxième trimestre.

  • Pas de dividende sur Smartphoto

    Le groupe de services photo Smartphoto ne distribuera pas de dividende comme les années précédentes. C'est ce qui ressort des résultats annuels.

    Ces chiffres confirment les données précédemment publiés: une croissance du chiffre d'affaires de 1,1% à 45,6 millions et un résultat brut d'exploitation (EBITDA) de 6,5 millions (+ 44,5%). L'Ebitda a progressé grâce à une "meilleure efficacité marketing" et aux effets des synergies liées à l'acquisition de néerlandais Webprint.

    Au cours des dernières années, Smartphoto a progressivement déplacé ses activités du tirage des photos vers les livres photos et surtout les cadeaux photos, où le groupe obtient une marge plus élevée.

    Le PDG Stef De Corte s'attend à une croissance du chiffre d'affaires d'au moins 10% cette année dans un marché en déclin. "C'est de l'ambition. Cela devrait fonctionner ", a-t-il déclaré il y a un mois.

  • Retour sur la séance à Wall Street

    La Bourse de New York a fini en nette baisse après l'annonce par Donald Trump de nouveaux droits de douane américains sur l'acier, qui a fait surgir le spectre d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses principaux partenaires.

    Cette crainte s'ajoute aux inquiétudes déjà existantes quant au rythme du resserrement monétaire aux Etats-Unis, qui ont rendu la séance particulièrement volatile avant même l'annonce du président américain.

    L'indice Dow Jones a chuté de 420,22 points (-1,68%), à 24.608,98. Le Standard & Poor's 500, plus large et principale référence des investisseurs, a cédé 36,16 points, soit 1,33%, à 2.677,67. Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a pour sa part fini en baisse de 1,27%, soit 92,448 points à 7.180,561.

    Les actions des entreprises du secteur sidérurgique ont grimpé, telles AK Steel (+9,5%), US Steel (+5,75%) et Nucor (+3,26%), mais globalement, ces barrières douanières pourraient faire grimper les coûts de fabrication du reste de l'industrie américaine et de grands groupes comme Boeing, United Technologies ou Caterpillar en ont souffert, avec des reculs d'environ 3%.

     

    "La bombe, ç'a été l'annonce sur les droits de douane proposés pour les secteurs de l'acier et de l'aluminium. Ça aide une dizaine de titres de ces secteurs mais cela soulève le spectre de guerres commerciales et les guerres commerciales n'aident pas le marché d'actions."
    Peter Tuz
    Président de Chase Investment Counsel



  • A suivre ce vendredi 2 mars 2018

    Les principaux événements à l'agenda du  vendredi 2 mars 2018.

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Ventes au détail / janvier

    Etats-Unis
    •16h Indice de confiance du Michigan (définitif) / février

    Japon
    • Inflation / janvier

    Zone euro
    • 11h Prix à la production / janvier


    → ENTREPRISES

    Autriche
    • Andritz: résultats 4T et 2017 (ingénierie et équipements industriels)

    Belgique

    Résultats 2017 avant Bourse

    • Mithra Pharmaceuticals
    • Proximus
    • Roularta
    • Smartphoto

    Résultats 2017 après Bourse

    • Bois Sauvage

    Finlande
    • Rovio: résultats 2017 - (11h)

    France
    • Gemalto: résultats 2017
    • Salon International de l'Agriculture (SIA) du 24 février au 4 mars - Paris Expo Porte de Versailles - 1 Place de la Porte de Versailles (15e)

    Royaume-Uni
    • London Stock Exchange: résultats annuels

    Suisse
    • LafargeHolcim / résultats du T4

  • Tokyo chute après l'annonce de taxes américaines

    La Bourse de Tokyo a clôturé en forte baisse, les investisseurs se délestant des valeurs de la sidérurgie et de l'automobile après l'annonce de l'imposition par les Etats-Unis de droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

    Donald Trump a annoncé jeudi que les Etats-Unis imposeraient la semaine prochaine des droits de douane de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium afin de défendre une industrie sidérurgique américaine "décimée par des décennies de commerce inéquitable".

    L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 2,50% (-542,83 points) à 21.181,64 points, également pénalisé par le renforcement du yen.

  • Good morning!

    Nouvelle édition du Market Live. Nous sommes le vendredi 2 mars. Bonne journée à toutes et tous!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect