1. Les marchés
  2. Live blog
live

Légère baisse des indices boursiers européens en clôture

Les marchés européens ont fini en légère baisse cet après-midi, à cause des craintes pour la croissance économique mondiale. En Bourse de Bruxelles, Umicore a évolué contre la tendance grâce à un important contrat. AB InBev n'a pas convaincu avec son IPO asiatique. Colruyt a séduit un courtier.
  • A l'agenda mercredi

    Voici la fin de notre Market Live du jour. Merci de l'avoir suivi!

    Nous vous proposons encore de jeter un coup d'oeil aux principaux rendez-vous de demain sur les marchés boursiers. On attend notamment un discours de Benoît Coeuré (BCE) et les chiffres de ventes de logements neufs aux USA.

    Bonne soirée et à demain dès 7h30 pour un nouveau suivi en direct de l'actualité boursière!

  • Voici les débriefings de la séance boursière du jour

    Les inquiétudes pour la croissance économique ont continué à peser sur les échanges des marchés boursiers européens, ce mardi. A contre-courant, des valeurs du transport aérien et du tourisme ont à nouveau bénéficié de spéculations après la faillite de Thomas Cook.

    En Bourse de Bruxelles, les ventes ont également pris le dessus. Mais Umicore a évolué contre la tendance grâce à l'annonce d'un important contrat. Par contre, AB InBev a reculé après avoir annoncé les résultats de l'IPO de ses activités asiatiques à Hong Kong.

  • Bénéfice semestriel en hausse pour Miko

    Active dans le café et la production d’emballages en plastique, Miko  a dégagé à l’issue du premier semestre un chiffre d’affaires en hausse de 6,5% à 114,5 millions d’euros.  Il est en hausse de 18% dans la division café mais en recul pour l’activité emballage.

    Pour l’ensemble de la société, l’Ebit et l’Ebitda  ont augmenté respectivement de 5,7 % et de 23,4 % à 8,4 et 17 millions d’euros.

    Le bénéfice net, pour sa part, s’est élevé à 5,6 millions d’euros ce qui représente une augmentation de 6,7%.

    La direction de Miko s’estime très satisfaite des résultats du premier semestre mais ne formule aucune prévision précise pour le reste de l’année.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,41% à 3.678,16 points

    AEX: +0,03% à 574,84 points

    Cac 40: -0,04% à 5.628,33 points

    Dax: -0,19% à 12.318,57 points

    FTSE 100: -0,47% à 7.291,43 points

  • Le Nasdaq dans le rouge

    La Bourse de New York change partiellement de cap. Le Nasdaq , qui avait entamé la séance sur une note positive, est à présent en baisse de 0,25%. Le Dow Jones  se maintient de justesse en territoire positif et prend 0,1%.

  • Brève baisse du dollar après le mauvais indice de confiance

    L'indice de confiance du consommateur américain, très en dessous des attentes, a brièvement fait grimper l'euro face au dollar en cours de séance. Le cours de change euro-dollar est ensuite revenu à son niveau d'avant la publication de cette statistique. Les investisseurs sont à l'affût des indicateurs conjoncturels à cause des craintes d'une dégradation de la situation économique mondiale.

    Euro-dollar intraday 2019-09-24 ©Bloomberg

  • Total gâte ses actionnaires

    Le groupe pétrolier Total  a décidé d'accélérer la croissance de son dividende. Il ambitionne désormais de le faire croître de 5 à 6% par an. Voilà qui devrait ravir les investisseurs à l'affût de rendement.

  • Hausse moins élevée que prévu des prix de l'immobilier aux USA

    Les prix de l'immobilier dans les 20 principales métropoles des Etats-Unis ont augmenté de 2,0% sur un an en juillet, selon l'étude mensuelle S&P/Case-Shiller. Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une augmentation de 2,2%.

  • La confiance des consommateurs américains baisse plus que prévu

    Le moral des ménages américains a subi en septembre une dégradation plus marquée qu'attendu, montrent mardi les résultats de l'enquête mensuelle du Conference Board.

    L'indice de confiance du consommateur a reculé à 125,1 après un chiffre révisé à 134,2 pour le mois d'août alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un repli plus limité, à 133,5.

  • Plongeon de BlackBerry

    L'action BlackBerry , cotée à New York, subit une lourde chute ce mardi. Le groupe canadien a fait part d'un chiffre d'affaires trimestriel décevant et de prévisions inférieures aux attentes.

  • Indécision en Europe

    Alors que Wall Street    a débuté la séance en territoire positif, les marchés européens ont effacé leurs gains du début de la journée. A deux heures de la clôture, les principaux indices boursiers du Vieux Continent sont à présent indécis.

    • A Bruxelles, le Bel 20  perd 0,10%.
    • A Paris, le Cac 40  maintient un gain de 0,25%.
    • A Francfort, le Dax  est quasiment inchangé.
    • A Londres, le FTSE 100  recule de 0,4%.

    Les investisseurs sont partagés entre, d'une part, les craintes pour la croissance économique après les mauvais indices PMI publiés lundi et, d'autre part, les espoirs d'une détente dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York est bien orientée en ce début de séance. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,31% et le Nasdaq  avance de 0,43%.

  • Probablement pas d'IPO d'Aramco cette année

    L'Arabie saoudite ne va probablement pas introduire en bourse sa compagnie pétrolière Aramco cette année après l'attaque de deux de ses sites pétroliers le 14 septembre, ont dit à Reuters deux sources directement informées. Cette introduction en bourse (IPO), qui pourrait être la plus importante jamais réalisée dans le monde, est un pilier du plan élaboré par le prince héritier Mohammed ben Salmane pour réduire la dépendance du royaume au pétrole, diversifier son économie et attirer des investissements étrangers.

    L'opération, déjà reportée l'an dernier, était désormais attendue en novembre, ont dit les sources. Elle devait porter sur 1% du capital et être effectuée sur la Bourse de Ryad.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * ALPHABET - Google n'a pas à appliquer le "droit à l'oubli" numérique dans le monde entier, a jugé mardi la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) dans le cadre du contentieux entre le géant américain et la Commission nationale informatique et liberté (Cnil) française.

    * L'initiative lancée en 2017 par FACEBOOK, TWITTER , Youtube et MICROSOFT visant à retirer le contenu extrémiste sur internet va devenir une structure de surveillance indépendante qui travaillera à "répondre plus vite et de manière plus coordonnée" pour empêcher des attaques comme celle de Christchurch, a annoncé lundi la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern.

    * APPLE - Jefferies entame son suivi avec une recommandation à l'achat et un objectif de cours de 260 dollars. L'action prend 0,77% à 220,40 dollars en avant-bourse.

    * STARBUCKS - Le Tribunal de l'Union européenne a donné gain de cause, ce mardi, à Starbucks qui contestait les 30 millions d'euros réclamés par la Commission européenne pour des arriérés d'impôts aux Pays-Bas.

    * UBER a reçu une licence de deux mois seulement pour exercer à Londres, l'autorité des transports de la capitale britannique (TfL) refusant le renouvellement pour cinq ans que sollicitait le service de VTC.

    * SNAP prend 2,3% en avant-bourse après un relèvement de recommandation à "achat" par Guggenheim.

  • Le point sur la séance

    Wall Street est attendue en légère hausse et les bourses de la zone euro montent à mi-séance après la confirmation par Washington de la reprise prochaine des discussions ministérielles avec Pékin sur le commerce, tandis que la livre sterling s'apprécie après la décision de la Cour suprême britannique annulant la suspension du Parlement, qui remet en cause un Brexit dès le 31 octobre.

    → Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais préfigurent une ouverture de Wall Street en hausse d'environ 0,2%.

    → En Europe, le CAC 40 à Paris gagne 0,24% à 5.644,39 points tandis qu'à Francfort, le Dax prend 0,07%, freiné entre autres par Volkswagen, et qu'à Londres, le FTSE 100 recule de 0,11%, les valeurs exportatrices souffrant de l'appréciation de la livre sterling. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,18%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,19% et le Stoxx 600 de 0,23%.

    En Europe, les secteurs défensifs assurent une nouvelle fois un soutien à la tendance générale sur les marchés d'actions: l'indice Stoxx des services aux collectivités ("utilities") gagne 0,71%, celui de la santé et de la pharmacie 0,76%, celui de l'alimentation 0,56%. Les valeurs du transport aérien et du tourisme (+1,03%) restent orientés à la hausse après la faillite de Thomas Cook. Lufthansa, Ryanair et TUI prennent entre 2,6% et 4,4%.

    À la baisse, le compartiment cyclique de l'automobile cède 1,24%. À Francfort, Volkswagen perd 2,82% après l'annonce de la mise en examen du président du directoire et de celui du conseil du surveillance du groupe dans le dossier des tromperies sur les émissions des moteurs diesel.

  • Les deux patrons de Volkswagen mis en examen

    Le président du directoire de Volkswagen   Herbert Diess et le président du conseil de surveillance Hans Dieter Pötsch ont été mis en examen pour manipulation de marché dans le cadre du scandale des émissions polluantes des moteurs diesel du constructeur allemand, a annoncé le parquet de Brunswick. Les deux dirigeants, ainsi que l'ancien président du directoire Martin Winterkorn, lui aussi mis en examen, sont accusés d'avoir volontairement tardé à informer les investisseurs de l'impact financier de ce scandale, a déclaré le parquet.

  • La Banque d'Espagne abaisse ses prévisions de croissance

    La Banque d'Espagne a abaissé ses prévisions de croissance pour cette année et les deux suivantes en évoquant un ralentissement des investissements et de la consommation. L'institut d'émission vise désormais une progression de 2% du produit intérieur brut (PIB) cette année, contre 2,4% lors de sa précédente estimation.

    La banque centrale, qui voit la croissance de l'Espagne ralentir à 0,4% au troisième trimestre après 0,5% au deuxième, a également abaissé ses prévisions de croissance pour 2020 et 2021, à 1,7% et 1,6% respectivement, contre des estimations précédentes de 1,9% et 1,7%. "Le scénario central d'évolution de l'activité économique est sujet à des risques baissiers significatifs", écrit la Banque d'Espagne, qui cite notamment le ralentissement de l'économie européenne, la perspective d'un Brexit sans accord et les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

  • S'attaquer aux Pays-Bas permettrait à Colruyt de compenser l'arrivée de Jumbo

  • Facebook rachète une start-up dont la technologie peut lire les intentions du cerveau

    Facebook   a acquis la start-up CRTL-labs, qui a développé un bracelet capable de transmettre des consignes depuis le cerveau directement vers un ordinateur. Selon des médias américains, le réseau social aurait déboursé un milliard de dollars. Le bracelet "capture vos intentions et vous pouvez alors partager une photo avec un ami simplement en y pensant", illustre Andrew Bosworth, qui dirige le Reality Labs de Facebook.

  • La Cour suprême juge la suspension du Parlement britannique "illégale"

  • Le pétrole baisse alors que les espoirs s'amenuisent sur un accord sino-américain

    Les prix du pétrole baissent alors que les espoirs se réduisent quant à la possibilité d'un accord prochain entre la Chine et les États-Unis pour mettre fin au conflit commercial. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre vaut 64,20 dollars à Londres, en baisse de 0,88% par rapport à la clôture de lundi.

    "Le marché du pétrole recule tout comme celui des métaux, craignant que les responsables chinois et américains ne réussissent à trouver un accord en octobre, et ce malgré les commentaires positifs sur les négociations."
    Ipek Ozkardeskaya
    analyste chez London Capital Group

    De plus, le contexte général est plutôt baissier, remarque Neil Wilson, analyste pour Markets.com, qui relève que "le marché croule sous les réserves et la demande reste en berne"."Sur le court terme, il y a beaucoup d'informations contradictoires sur l'attaque saoudienne et sur la vitesse à laquelle les Saoudiens pourront rétablir leur production, donc il est difficile de savoir quel sera l'impact sur l'offre".

  • Allemagne: le moral des entrepreneurs remonte légèrement

    Le moral des entrepreneurs allemands s'est repris légèrement en septembre, malgré le spectre persistant d'un ralentissement économique sur fond de guerre commerciale, révèle le baromètre ifo. Ressortant à 94,6 points, contre 94,3 le mois précédent, cet indicateur qui donne un avant-goût de l'activité économique est basé sur un sondage mensuel effectué auprès d'environ 9.000 entreprises allemandes. Les analystes interrogés par le service financier Factset tablaient aussi sur une hausse, mais moins marquée, à 94,4 points. 

    "Les perspectives pour les prochains mois continuent de se dégrader, mais la tendance baissière marque une pause", note Clemens Fuest, président de l'institut munichois. L'indice ifo masque de fait une situation contrastée, avec un recul net dans le secteur de l'industrie et du commerce et une nette reprise en ce qui concerne les services.

  • Villeroy juge la reprise du QE injustifiée pour l'heure

    François Villeroy de Galhau, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a critiqué la décision de l'institution de Francfort de reprendre ses rachats d'actifs obligataires, jugeant cette initiative injustifiée dans les conditions actuelles. "Je n'étais pas en faveur d'une reprise des rachats nets d'actifs cette fois-ci parce que je pensais que des rachats supplémentaires ne sont pas nécessaires à l'heure actuelle - et j'insiste sur le 'à l'heure actuelle'", a-t-il déclaré dans un discours en anglais à la Paris School of Economics, en évoquant, notamment, le niveau très bas des taux d'intérêts à long terme.

    Le gouverneur de la Banque de France, qui n'est généralement pas considéré comme faisant partie des "faucons", a ainsi ajouté ses critiques à celles des tenants d'une politique monétaire plus restrictive, comme ses homologues allemand, autrichien et néerlandais.

    ©AFP

  • Degroof Petercam passe à l'achat sur Colruyt

    Degroof Petercam a relevé sa recommandation sur Colruyt   à "acheter" contre "conserver" auparavant. "Depuis que Colruyt a présenté des perspectives prudentes le 18 juin, le cours de l’action a été corrigé de 30%, ce qui l'a ramené à une valorisation presque identique à celle de ses pairs. Cependant, nous estimons que cette valorisation ne reflète pas entièrement les actifs cachés de la société et la création de valeur potentielle grâce à une politique de développement plus agressive" , explique Fernand de Boer.

    L'objectif de cours reste à 56 euros.

  • Umicore bondit en tête du Bel 20

    Séance de fête pour Umicore  , qui a annoncé lundi soir la signature d'un accord stratégique d'approvisionnement avec LG Chem (filiale du groupr LG spécialisée dans la pétrochimie). Lire notre article

    Une annonce aussi bien saluée par les investisseurs que par les analystes. KBC Securities a relevé son objectif de cours à 40 euros (cf. post de 08h52).

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,26%

    AEX +0,15%

    BEL 20 +0,11%

  • France: le climat des affaires s'améliore légèrement (Insee)

    Le climat des affaires s'est légèrement amélioré au mois de septembre en France, gagnant quatre points dans le commerce de détail, mais perdant un point dans l'industrie manufacturière, a rapporté l'Insee dans un communiqué. L'indicateur, calculé à partir des réponses des chefs d'entreprises des principaux secteurs d'activité marchande, a gagné un point par rapport au mois d'août pour se situer à 106 points. Le climat des affaires reste ainsi au dessus de sa moyenne de longue période, qui est de 100, rappelle l'Institut national des statistiques.

    D'après l'organisme public, l'indicateur a rebondi de quatre points dans le commerce de détail, à 104 points contre 100, après une chute de cinq points le mois précédent. Il a gagné un point dans les services comme dans le bâtiment. En revanche, pour le deuxième mois consécutif, les perspectives se sont dégradées d'un point dans l'industrie.

  • KBCS ajuste son tir sur Umicore

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour Umicore   à 40 euros contre 38 euros précédemment."Un contrat pluriannuel d’approvisionnement en matériaux pour cathodes NMC à LG Chem, pour un total de 125 000 tonnes, semble être un progrès important. Nous saluons cette annonce qui devrait contribuer à apaiser les inquiétudes du marché quant à la position concurrentielle de la société dans le secteur des cathodes", explique l'analyste Wim Hoste. La recommandation reste à "accumuler".

  • Tokyo finit en légère hausse, portée par l'espoir sur le commerce

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse modérée, soutenue par l'annonce de la reprise prochaine du dialogue entre les Etats-Unis et la Chine sur le commerce. L'indice Nikkei a gagné 0,09% à 22.098,84 points et le Topix, plus large, a pris 0,42% à 1.622,94 points. Ce dernier indice a touché en séance un plus haut de cinq mois à 1.625,77.

  • Total accélère la croissance du dividende à 5-6% par an

    Total   a annoncé avoir décidé d'accélérer la croissance de son dividende pour les années à venir et s'être donné comme orientation une augmentation du dividende de 5% à 6% par an, au lieu de 3% par an comme annoncé précédemment. Le groupe pétrolier, qui tient une réunion ce mardi avec les investisseurs à New York, déclare que, dans ce cadre, le conseil d'administration proposera un troisième acompte sur dividende 2019 de 0,68 euro par action (+6%).

  • Japon: contraction de l'activité manufacturière pour le 5e mois consécutif

    L'activité du secteur manufacturier au Japon s'est contractée en septembre, à son rythme le plus rapide en sept mois, montrent les résultats préliminaires de l'enquête réalisée par Markit/Jibun Bank auprès des directeurs d'achats. La version "flash" de l'indice PMI manufacturier s'est établie à 48,9 en septembre en données corrigées des variations saisonnières, en baisse par rapport à août (49,3 en lecture définitive), mais reste pour un cinquième mois consécutif sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

    • La version "flash" de l'indice PMI des services s'est établie en septembre à 52,8 en données corrigées des variations saisonnières, après 53,3 en lecture définitive le mois précédent.  
    • La version "flash" de l'indice PMI composite calculée par Markit/Jibun Bank, qui regroupe les secteurs manufacturier et des services, a ralenti en septembre à 51,5, contre 51,9 en lecture définitive en août.
  • La Banque centrale chinoise "pas pressée" de réduire les taux

    La Chine a indiqué qu'elle ne comptait pas changer de politique monétaire malgré l'essoufflement de sa croissance, au moment où plusieurs banques centrales ont abaissé leurs taux d'intérêt pour soutenir l'économie. "Il y a bien une pression baissière sur l'ensemble de l'économie mondiale. L'économie chinoise - et tout le monde a récemment vu les chiffres - a également connu un ralentissement", a concédé lors d'une conférence de presse le patron de la Banque centrale chinoise, Yi Gang. "Mais notre jugement d'ensemble est que l'économie chinoise se situe toujours dans une fourchette raisonnable".

    "L'économie chinoise se situe toujours dans une fourchette raisonnable"
    Yi Gang
    président de la Banque centrale chinoise

    Le grand argentier chinois a par ailleurs démenti tout projet de lancement d'une cryptomonnaie qui pourrait concurrencer le projet de monnaie virtuelle de Facebook, le libra. "Nous n'avons pas de calendrier" pour cela, a précisé M. Yi, contredisant des informations publiées récemment dans la presse chinoise.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en hausse timide à l'ouverture avec l'espoir de la reprise prochaine du dialogue entre Washington et Pékin sur le commerce, un dossier qui pèse sur les marchés mondiaux depuis un an et demi. Les craintes persistantes pour la santé de l'économie mondiale devraient toutefois tempérer l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres gagneraient chacun autour de 0,3% en début de séance.

    Les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis reprendront dans deux semaines, a déclaré le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin. Accompagné du représentant au Commerce, Robert Lighthizer, il rencontrera une délégation chinoise emmenée par le vice-Premier ministre Liu He. "Ces informations donnent un petit coup de fouet au moral, mais les marchés ne sont pas optimistes pour autant", commente Masahiro Ichikawa, stratège senior pour Sumitomo Mitsui DS Asset Management.

    Sur le front des devises, le dollar progresse très légèrement face à un panier de référence et l'euro se stabilise juste en dessous de 1,10 dollar.

  • Solvay accroit sa production de carbonate de soude et de bicarbonate

    Le groupe chimique Solvay   augmentera de 600 kilotonnes sa capacité de production de carbonate de soude à base de trona sur son site de Green River, dans le Wyoming aux Etats-Unis, pour répondre à la croissance de la demande mondiale sur le long terme dans diverses applications. 

    Il augmentera également de 200 kilotonnes sa capacité de production de bicarbonate de sodium dans son usine de Devnya en Bulgarie, pour répondre à l'augmentation de la demande liée au développement de traitements des gaz de combustion pour améliorer la qualité de l'air. Les investissements cumulés s'élèvent à 185 millions d'euros et seront répartis sur trois ans. Lien vers le communiqué

  • AB InBev fixe le prix pour l'IPO de ses activités asiatiques

    AB InBev   a précisé, cette nuit, le prix final de l’introduction à la Bourse de Hong Kong de Budweiser APAC, sa filiale Asie-Pacifique. Il se situe dans le bas de la fourchette proposée qui était comprise entre 27 et 30 dollars de Hong Kong. L'opération devrait rapporter un montant brut d’environ 5 milliards de dollars.

    Pour mémoire, le brasseur dispose également d'une option de surallocation, qu'il peut exécuter dans les 30 jours, pour vendre jusqu'à 217,8 millions d'actions supplémentaires. Si cette option est pleinement exercée, le total des fonds réunis pour AB InBev atteindra 5,75 milliards de dollars et le brasseur belge contrôlera environ 87% de Budweiser Brewing, a-t-il précisé dans un communiqué.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Et bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pourrez suivre "minute par minute" les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 24 septembre 2019.

    Au menu ce mardi: les investisseurs pourront se mettre sous la dent quelques nouvelles statistiques, notamment en France et en Allemagne. L'indice Ifo du climat des affaires sera particulièrement suivi alors que la première économie européenne est au bord de la récession. Les analystes tablent sur une stabilisation de l'indice, à 94,5 pour le mois de septembre, après 94,3 en août. La composante des anticipations est attendue à 92 (contre 91,3 en août) et celle des conditions actuelles à 97 (contre 97,3 en août). 

    Les regards seront également tournés vers le Royaume-Uni, où la Cour suprême doit statuer sur la légalité de la décision du Premier ministre Boris Johnson de suspendre le Parlement.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Echo Connect