1. Les marchés
  2. Live blog
live

La BCE enfonce les banques du Bel 20 dans le rouge

Les banques sont rentrées bredouilles de la réunion de la BCE. Elles espéraient des indications plus concrètes sur les mesures pour compenser les effets des taux négatifs sur leurs comptes. Indivior dégringole. Avis de broker sur Telenet, UCB et VGP. Wall Street sans tendance.
  • A suivre ce jeudi 11 avril

    C'est ici que se termine notre suivi en direct des marchés. Merci de nous avoir accompagnés et rendez-vous ce jeudi pour une nouvelle séance. 

    A l'agenda:

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • Inflation (définitif) / mars

    Chine
    • Inflation / mars

    Etats-Unis
    • 14h30 Prix à la production / mars
    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 6 avril

    → ENTREPRISES

    Allemagne
    • Curetis: résultats annuels, à 8h

    Japon
    • Fast Retailing (Uniqlo) / résultats du T2

    Pays-Bas
    • Binck Bank : offre de reprise par Saxo Bank au prix de 6,35 euros par action. Jusqu’au 22 mai.

  • L'Europe en légère hausse après le ton accommodant de la BCE

    Les banques sont rentrées bredouilles de la réunion de la BCE. Elles espéraient des indications plus concrètes sur le nouveau programme de prêts géants aux banques ou encore des détails sur d'éventuelles mesures pour compenser les effets des taux négatifs sur leurs comptes. Mario Draghi a botté en touche sur ces deux sujets assez techniques, ce qui a mis les banques de la zone euro sous pression sur les marchés. L'indice sectoriel, dans le vert pendant toute la conférence de presse, s'est immédiatement contracté après les explications du président de la BCE et signe une des plus forts recul de la journée. 

    A l'exception de Londres, Madrid, Milan et Bruxelles, les principales places boursières en Europe sont tout de même parvenues à engranger les gains. 

    À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,25% à 5.449,88 points. Le Footsie britannique a cédé 0,05% et le Dax allemand a progressé de 0,47%. L'indice Euro Stoxx 50 affiche un gain de 0,22% et le Stoxx 600 une avancée de 0,26%. 

    A Londres, Tesco a pris 3,59%, la première chaîne de supermarchés britannique ayant annoncé une hausse plus marquée que prévu de son bénéfice opérationnel 2018-2019. Le champion britannique de l'e-commerce, Asos, s'est adjugé 7,84% après avoir maintenu ses prévisions annuelles de chiffre d'affaires, de marges et d'investissements, malgré la forte baisse de son bénéfice avant impôt au premier semestre de son exercice. 

    En revanche, à Paris, Carrefour a perdu 1,04%, plusieurs analystes ayant prévenu d'une faiblesse des ventes du groupe au premier trimestre. TF1 a grimpé pour sa part de 3,70% en réaction à l'annonce de la diffusion en exclusivité du Mondial de rugby 2019.

    -71,64%
    La chute d'Indivior
    Indivior, le groupe pharmaceutique britannique, a effectuée un plongeon de plus de 70% à la Bourse de Londres après que le département américain de la Justice l'a accusé de pratiques commerciales litigieuses pour doper les ventes du Suboxone Film, son principal médicament destiné à traiter la dépendance aux opiacés.

    A Wall Street, à la clôture en Europe, la Bourse de New York était relativement stable, en attendant le compte rendu de la réunion de la Fed. La baisse de Boeing contrebalance les gains du secteur technologique. Le Dow Jones cédait 0,06% à 26.136,02 points et le S&P 500 prenait 0,20% à 2.884,09 points, après avoir interrompu mardi une séquence de huit hausses d'affilée. Le Nasdaq Composite gagnait de son côté 0,53% à 7.951,13 points. 

  • Le résumé de la séance à Bruxelles

    Les investisseurs ont sanctionné UCB malgré son tour de force aux Etats-Unis. Les banques cotées à Bruxelles sont restées sur leur faim après le rendez-vous BCE du jour.

  • La clôture en Europe

    Bel 20: -0,31%

    Cac 40: +0,26%

    Dax: +0,51% 

    FTSE 100: -0,07%

    Euro Stoxx 50: +0,18%   

    DJ Stoxx 600: +0,22%

  • Hausse plus forte que prévu des stocks de pétrole brut

    Les stocks américains de pétrole brut ont enregistré la semaine dernière une hausse bien plus forte qu'attendu, alors que ceux d'essence et de produits distillés ont diminué, selon les derniers chiffres de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA)

    → Sur les marchés, les cours du brut ont conservé leurs gains, tandis que ceux de l'essence ont augmenté les leurs et que ceux des produits distillés n'ont pas varié, après la publication de ces chiffres.    

  • Draghi fait mal aux banques du Bel 20

    Le statu quo de la BCE, mais surtout son manque de visibilité pour compenser les effets de ses taux historiquement bas sur la rentabilité des banques a pesé sur KBC   et ING , pourtant très en vue en matinée.  

  • New York en légère hausse avant les "minutes" de la Fed

    La Bourse de New York a ouvert en territoire positif, en attendant le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine. Le Dow Jones gagne 0,13% à 26.184,41 points dans les premiers échanges et le S&P 500 prend 0,21% à 2.884,37 points, après avoir interrompu ce mardi une séquence de huit hausses d'affilée. Le Nasdaq Composite avance de son côté de 0,17% à 7.922,73 points.

    Peu avant l'ouverture de Wall Street, les marchés européens ont accentué leurs gains tandis que les rendements obligataires se sont détendus et que l'euro est tombé à son plus bas du jour en réaction au ton accommodant adopté par le président de la Banque centrale européenne (BCE) à l'issue de la réunion de politique monétaire.

    Levi's grimpe 

    La prudence est d'autant plus grande que la période de publication des résultats trimestriels commence vendredi avec les résultats de JPMorgan Chase et Wells Fargo.   

    Delta Air Lines prend 1,9% après des prévisions de bénéfice au deuxième trimestre supérieures aux attentes des analystes, tirant le secteur à la hausse.  

    Levi Strauss s'adjuge 8,3% en réaction aux premiers résultats trimestriels du groupe depuis son retour en Bourse. 

  • Plus forte hausse de l'inflation US en 14 mois

    Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont enregistré leur plus forte hausse depuis 14 mois en mars mais l'inflation sous-jacente demeure faible dans un environnement de ralentissement de la croissance locale comme au niveau mondial.

    > L'indice des prix à la consommation a augmenté de 0,4% par rapport au mois précédent, avec la hausse des prix de l'alimentation, de l'essence et des loyers. Sur un an, la hausse des prix à la consommation ressort à 1,9% après 1,5% en février, qui représentait un plus bas depuis septembre 2016. 

  • -0,021%
    Le rendement du Bund au plus bas de la séance
    Le rendement du Bund à 10 ans tombe à -0,021%, au plus bas de la séance, après que la BCE ait dit que les risques étaient orientés à la baisse.

  • Le FMI préoccupé par la dette des entreprises et des Etats

    L'accroissement de la dette des entreprises et des gouvernements ainsi que la hausse des emprunts risqués exposent l'économie mondiale au danger accru d'une récession, a mis en garde le Fonds monétaire international. Il faut dire que l'encours des obligations spéculatives a pratiquement doublé aux Etats-Unis et dans la zone euro depuis la crise financière de 2008, constate le FMI dans son rapport sur la stabilité financière dans le monde.

    L'institution internationale souligne aussi que la vulnérabilité du secteur des entreprises "semble forte dans environ 70% des pays d'importance systémique". Le Fonds estime donc que "si les conditions monétaires et financières restent accommodantes, l'endettement continuera probablement à augmenter en l'absence d'une intervention des pouvoirs publics, ce qui fait planer la menace d'un ralentissement plus marqué à l'avenir".

  • TF1 star à Paris grâce au rugby

    L'action de la chaîne de télévision TF1   caracole en tête de l'indice élargi SBF 120 (+4,85% à 8,65 euros). La chaîne va diffuser l'intégralité des 48 matches de la Coupe du Monde 2019 de rugby qui se déroulera au Japon du 20 septembre au 2 novembre.

  • L'inflation américaine accélère légèrement en mars

    Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont légèrement accéléré en mars à +0,4% par rapport à février, une hausse un peu supérieure aux attentes des analystes, du fait d'une hausse des prix de l'énergie et de l'alimentation.

    Les analystes s'attendaient à une hausse de 0,3%, pour l'indice des prix à la consommation CPI publié mercredi par le département du Travail. Hormis les secteurs très volatils de l'énergie et de l'alimentation, la hausse des prix mensuelle n'est que de 0,1%.

    Les rendements des Treasuries reculent après le Consumer Price Indice, tandis que l'indice dollar conserve des pertes modestes.

  • Wall Street attendue en hausse

    Wall Street est attendue en légère hausse, après la décision monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), le sommet européen sur le Brexit et le compte rendu de la dernière réunion monétaire de la Réserve fédérale américaine.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,2%, avec un S&P qui reste tout près de ses records de septembre.

    Les investisseurs attendent la conférence de presse de la BCE à 14h30, après l'annonce de son statu quo monétaire, une décision sans surprise. Les intervenants attendent d'éventuelles précisions que Mario Draghi pourrait donner quant au ralentissement de l'économie en zone euro. Ils seront également à l'affût de détails sur les modalités du prochain programme de prêts à bas taux pour le secteur bancaire (TLTRO).

  • Statu quo monétaire de la BCE

    La BCE maintient ses taux d'intérêt. Ils devraient rester au même niveau jusqu'à fin 2019 au moins.

    Le principal taux de refinancement a été maintenu à zéro tandis que les banques vont continuer à payer auprès de la BCE un intérêt négatif de 0,40% pour les liquidités dont elles n'ont pas l'utilité immédiate.

    La BCE continuera de réinvestir, en totalité les remboursements du principal des titres échus et achetés dans le cadre du programme de rachats d'actifs pour une période prolongée au-delà de la date à laquelle elle commencera à relever les taux. L'institution monétaire n'a pas fourni de détails sur son nouveau programme de prêts TLTRO.

  • Indivior: -76%; Reckitt Benckiser -6%

    Indivior chute de 76% après qu'un grand jury américain a inculpé mardi la société pharmaceutique Indivior pour avoir illégalement poussé les ventes de son traitement contre l'addiction aux opiacés et à l'héroïne, récoltant au passage des milliards de dollars.

    L'acte d'inculpation émis par le tribunal fédéral d'Abingdon (Virginie) indique qu'Indivior - qui faisait partie jusqu'en 2014 du groupe Reckitt Benckiser- a cherché à profiter de la profonde crise des opiacés touchant les Etats-Unis en exagérant notamment l'innocuité de son médicament Suboxone.

    Reckitt Benckiser chute de 6%.

  • Le point sur la tendance boursière - Update 2

    "Super mercredi pour les marchés" | BCE, Fed et Brexit au menu du jour

    1. Les marchés évoluent en hausse prudente, avant d'importants rendez-vous de politique monétaire et le sommet européen sur le Brexit.
    2. Les gains varient entre 0,43% à Francfort et 0,07% à Bruxelles. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 engrange 0,23%.
    3. Les investisseurs attendent la réunion de politique monétaire de la BCE et la publication des 'minutes' de la réunion des 19 et 20 mars de la Fed.
    4. Aux valeurs, Tesco prend 2,44%, la première chaîne de supermarchés britannique ayant annoncé une hausse plus marquée que prévu de son bénéfice opérationnel 2018-2019.
    5. Asos grimpe de plus de 10% après avoir maintenu ses prévisions annuelles de chiffre d'affaires, de marges et de dépenses d'investissements, malgré la baisse importante de son bénéfice semestriel avant impôts.
    6. TF1 monte de 5,70% en réaction à l'annonce de la diffusion en exclusivivité du Mondial de rugby 2019.
    7. Indivior Plc plonge de 80%. La Justice américaine accuse le groupe pharmaceutique britannique d'augmenter illégalement prescriptions pour son traitement contre la toxicomanie opioïde.

  • "Nous nous attendons à ce que VGP tire le meilleur parti de la hausse des loyers "

    Dans un rapport sur l'immobilier logistique, les analystes d'ING Pieter Runneboom et Jaap Kuin relèvent leur objectif de cours sur VGP de 79 à 85 euros. Leur recommandation reste à "acheter".

    Dans leur rapport, les analystes se concentrent principalement sur l’éventuelle hausse des loyers. Ils s'attendent à une progression dans un nombre limité de villes où le potentiel de développement est faible, voire inexistant. Cela est parfois dû à une politique de planification restrictive (comme à Munich), parfois à un épuisement des espaces (comme dans le port de Barcelone).

    Le promoteur de l’immobilier logistique VGP bénéficiera de cette tendance, selon ING. 50% de son portefeuille est exposé à Berlin, Francfort, Munich et Hambourg. VGP dispose également de réserves foncières en Allemagne (27% de la réserve foncière) et en Espagne (10%). "Nous nous attendons à ce que VGP tire le meilleur parti de la hausse des loyers pour ses développements." En glissement annuel, les nouveaux loyers par mètre carré ont déjà augmenté de 14%.

    VGP gagne 1,31% à 77,40 euros.

  • Kepler Cheuvreux relève l'objectif de cours de Telenet

    A l'issue d'un roadshow en compagnie du nouveau directeur financier de Telenet  , l'analyste de Kepler Cheuvreux a apporté une petite modification à ses estimations. Matthijs Van Leijenhorst s'appuie sur le dynamique positive constatée pour le nombre d'abonnés. Son objectif de cours passe ainsi de 43 à 44 euros avec une recommandation qui reste à "conserver". 

  • Asos : +14%

    Asos a fait état d'une chute de 87% de bénéfice imposable du premier semestre 2018-2019, sous le coup de ventes mitigées pendant la période des fêtes et des problèmes logistiques aux Etats-Unis, mais cela n'empêche le groupe britannique de prêt-à-porter en ligne de confirmer ses prévisions annuelles.

    Ceci a été bien accueilli par les investisseurs puisque le titre Asos bondit de 14%, portant la hausse depuis le début de l'année à quelque 57%. Mais la valeur accuse encore un repli de 19% avant un avertissement sur résultats annoncé en décembre.

    Le groupe, en pleine phase de lourds investissements dans des plate-formes technologiques et des infrastructures telles que des entrepôts et des centres de distribution, prévoit toujours pour 2018-2019 une croissance de ses ventes de 15% et une marge opérationnelle de 2%.

  • "Il ne faut pas s'attendre à un feu d'artifice"

    L'euro était stable face au dollar mercredi dans l'attente d'une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) qui ne devrait toutefois pas changer de cap sur sa politique monétaire.

    Aux alentours de 11h30, l'euro valait 1,1274 dollar contre 1,1263 dollar mardi soir.

    Concernant la réunion de la BCE à la mi-journée, "il ne faut pas s'attendre à un feu d'artifice", selon Neil Wilson, analyste pour Markets.com.

    Lors de sa dernière réunion en mars, l'institution européenne a déjà abaissé ses prévisions de croissance et d'inflation à l'horizon 2021 et repoussé à l'an prochain l'heure de relever ses taux, tout en lançant à compter de septembre un nouveau programme de prêts géants pour les banques.

    Le plus important aujourd'hui, selon Konstantinos Anthis, analyste pour ADS Securities, sera "ce que Mario Draghi, le président de la BCE, aura à dire concernant la croissance en zone euro et ses éventuels plans pour la stimuler".

  • Le point sur la tendance boursière - Update 1

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en hausse prudente avant d'importants rendez-vous de politique monétaire et le sommet européen sur le Brexit.

    2. Francfort gagne 0,43%, Amsterdam 0,40% et Paris 0,36%. Bruxelles est stable (+0,08%). L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 grimpe de 0,23%.

    3. Les Bourses européennes font donc preuve de résilience après avoir été refroidies la veille par l'abaissement des prévisions de croissance mondiale du FMI et un regain de tension entre les Etats-Unis et l'Union européenne dans le dossier des subventions à Boeing et Airbus.

    4. Les investisseurs attendent la réunion de politique monétaire de la BCE, avancée d'une journée en raison des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale.

    5. Les investisseurs seront également attentifs à la publication à 20h des 'minutes' de la réunion des 19 et 20 mars de la Fed.

    6. Aux valeurs, Tesco prend environ 0,5% la première chaîne de supermarchés britannique ayant annoncé une hausse plus marquée que prévu de son bénéfice opérationnel 2018-2019.

    7. Asos prend plus de 5% après avoir maintenu ses prévisions annuelles de chiffre d'affaires, de marges et de dépenses d'investissements malgré la baisse importante de son bénéfice semestriel avant impôts.

    8. TF1 grimpe pour sa part de 4,55% en réaction à l'annonce de la diffusion en exclusivivité du Mondial de rugby 2019.

  • L'Italie semble promise à la stagnation

    Le gouvernement populiste italien a relevé mardi soir ses prévisions de déficit public, tablant désormais sur 2,4% du PIB en 2019, ce qui risque de déclencher un nouveau bras de fer avec Bruxelles. Rome a également abaissé sa prévision de croissance pour 2019, tablant désormais sur une hausse de 0,2% du PIB (Produit intérieur brut) contre 1% précédemment.

    "Une menace croissante de récession en Italie n'échappera pas à la BCE au même titre que le conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis qui menace la croissance de l'Allemagne et de la zone euro dans son ensemble."
    Jasper Lawler
    Analyste chez London Capital Group

  • Jefferies maintient sa reco sur UCB

    L'analyste Peter Welford de Jefferies maintient sa recommandation sur UCB à "conserver" et son objectif de cours à 70 euros. Les nouvelles sur Evenity sont en ligne parfaite avec nos prévisions, indiquent l'analyste. Il anticipe un pic des ventes de 730 millions de dollars pour le traitement contre l'ostéoporose avec une probabilité de 85%. Cela représente 2 euros par action dans son modèle de valorisation.

  • KBCS ajuste le tir sur UCB

    KBC Securities réagit à la décision de la FDA d'approuver Evenity (Romozumab) d'UCB et Amgen, pour le traitement de l'ostéoporose chez les femmes ménopausées à haut risque de fracture.

    La réaction des analystes d'UCB :

    Avec l'approbation d'Evenity aux Etats-Unis - qui intervient après une approbation au Japon - nous anticipons une commercialisation du médicament en Europe, au Canada, en Australie, au Brésil et en Suisse. La décision pour l'Europe est encore attendue avant le milieu de cette année.

    Pour Evenity, nous anticipons le statut de Blockbuster, un médicament susceptible de générer pour plus d'un milliard de dollars de chiffre d'affaires par an - avec une répartition à parts égales entre UCB et Amgen. Comme nous n'anticipons pas de décision négative des autorités européennes, nous adaptons notre objectif de cours à six mois à 86 euros (contre 84 euros) avec une recommandation d'achat maintenue.

    Avant des nouvelles supplémentaires sur l'Evenity, UCB attend des résultats de tests indépendants de phase 3 sur le Bimekizumab utilisé dans le traitement du psoriasi d'ici la fin de l'année.

    UCB perd 1,03% à 77,14 euros dans un marché en hausse de 0,18%.

  • "Uber veut lever 10 milliards pour son IPO"

    La société de taxis Uber souhaite lever environ 10 milliards de dollars lors de son introduction en Bourse, ont indiqué des initiés à l'agence de presse Reuters. Ce qui ferait de l'introduction en Bourse d'Uber l'une des plus importantes jamais réalisés dans le domaine de la technologie.

    Uber serait valorisée de 90 à 100 milliards de dollars. Auparavant, les banquiers avaient déclaré qu'Uber pourrait valoir jusqu'à 120 milliards de dollars, avant de réviser cette estimation à la baisse après les débuts difficiles du concurrent Lyft sur le marché boursier.

    Uber espère une cotation à la Bourse de New York en mai.

    La société valait 76 milliards, selon le dernier tour de table en vue de financer des investissements.

  • | Opening Bell |

    Les indices actions ouvrent en ordre dispsersé, dans un marché qui digère les pessimistes prévisions macroéconomiques mondiales et les nouvelles menaces protectionnistes américaines.

    • Bruxelles: -0,08%
    • Amsterdam: +0,11%
    • Francfort: +0,12%
    • Paris: +0,18%
    • DJ Stoxx 600: +0,12%

  • "Les Bourses européennes devraient démarrer prudemment juste avant les événements à risque de ce super mercredi que sont l'annonce de politique monétaire de la Banque centrale européenne, le sommet spécial de l'UE sur le Brexit, le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE et les chiffres de l'inflation américaine."
    Jasper Lawler
    Analyste chez London Capital Group

  • Les obligations Aramco à la hausse sur le marché secondaire

    Hier, le géant pétrolier saoudien Aramco a vendu 12 milliards de dollars d’obligations à des investisseurs internationaux. La demande totale a dépassé 100 milliards de dollars, un record absolu. Aramco a réussi à obtenir un intérêt égal ou même inférieur à celui du gouvernement saoudien.

    A partir d'aujourd'hui, les obligations peuvent également être achetées sur le marché secondaire. Les prix progressent, alors le rendement baisse. Ce n'est pas une surprise compte tenu du nombre de demandes qui n'ont pas été satisfaites.

    Pour Aramco, l’obligation est une préparation à l’introduction en bourse prévue pour 2020 ou 2021.

  • "Volkswagen veut une participation importante dans JAC Motor"

    Volkswagen étudie la possibilité de prendre une participation majeure dans le constructeur automobile chinois JAC Motor, a appris Reuters d’une bonne source. JAC Motor est une filiale du groupe automobile Anhui Jianghuai et le partenaire de Volkswagen dans son entreprise commune pour les voitures électriques. Jusqu'à présent, le groupe automobile allemand n'est pas présent dans la capitale, JAC Motor.

  • A Tokyo, le Nikkei finit en baisse de 0,53%

    Le Nikkei à la Bourse de Tokyo a fini en baisse mercredi, affectée comme l'ensemble des grandes places boursières mondiales par la crainte d'un ralentissement de la croissance et les tensions entre les Etats-Unis et l'Europe sur le commerce.

    L'indice Nikkei a perdu 0,53% à 21.687,57 points et le Topix, plus large, a cédé 0,69% à 1.607,66 points.

    Le président américain Donald Trump a déclaré vouloir imposer à l'Union européenne des droits de douane sur 11 milliards de dollars (9,8 milliards d'euros) de produits exportés en représailles aux aides publiques dont bénéficie Airbus. En retour, la Commission européenne a dit travailler de son côté à de possibles mesures de rétorsion au sujet des subventions à Boeing.

     

    "Alors que se poursuivent les négociations entre les Etats-Unis et la Chine ces annonces font craindre que les Etats-Unis ne ciblent d'autres régions à l'avenir."
    Nobuhiko Kuramochi
    Stratège chez Mizuho Securities

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Les banques centrales au menu de la séance

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sur une note stable, dans un marché prudent avant la réunion monétaire de la Banque centrale européenne dans l'après-midi et le compte rendu de la réunion de mars de la Réserve fédérale américaine en fin de journée.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait grappiller 0,05% à l'ouverture, le Dax à Francfort prendrait 0,14% et le FTSE à Londres est attendu à l'équilibre.

    3. Les Bourses européennes feraient ainsi preuve de résilience après avoir été refroidies la veille par l'abaissement des prévisions de croissance mondiale du Fonds monétaire international et un regain de tension entre les Etats-Unis et l'Union européenne dans le dossier des subventions à Boeing et Airbus.

    4. La prudence sera le maître-mot avant la réunion de politique monétaire de la BCE, qui ne devrait pas modifier ses taux mais pourrait donner des indications quant au ralentissement de l'économie en zone euro.

    5. Les investisseurs seront également attentifs à la publication à 20h des 'minutes' de la réunion des 19 et 20 mars de la Fed, à l'issue de laquelle elle a annoncé qu'elle arrêterait de réduire son bilan en septembre et laissé entendre qu'elle renonçait à lever les taux cette année.

  • Bekaert, Cofinimmo, Intervest, UCB... quelques valeurs belges à suivre

    Bekaert - Bekaert a progressé de 16% ces huit dernières séances, contre 5% seulement pour l'indice Bel 20.

    Cofinimmo - La SIR a acquis le site d’immobilier de santé ‘Sionsberg’ à Dokkum, dans la province de Frise aux Pays-Bas, pour un montant d’environ 8 millions d'euros. → Le communiqué de Cofinimmo

    Intervest Offices & Warehouses - ING Bank a démarré la couverture du titre avec une recommandation de "conserver" et un objectif de cours de 26 euros. Allianz a réduit sa participation à 6,44% contre 7,75%.

    Nyrstar - Toujours pas de fumée blanche chez Nyrstar. L'action est suspendue depuis lundi.

    UCB - UCB et Amgen ont annoncé aujourd'hui que la FDA (Food and Drug Administration) américaine avait approuvé Evenity (romosozumab) pour le traitement de l'ostéoporose chez les femmes ménopausées à haut risque de fracture. → Le communiqué d'UCB

  • A suivre ce mercredi 10 avril

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • Conseil des gouverneurs de la BCE, réunion sur les taux à 13h45, conférence de presse à 14h30

    Autriche
    • Rapport mensuel de l’Opep

    Etats-Unis
    • 14h30 Prix à la consommation / mars
    • 20h Budget fédéral / mars
    • 20h Compte rendu de la réunion du FOMC des 19 et 20 mars

    Royaume-Uni
    • 10h30 Production industrielle, estimation du PIB / février
    • 10h30 Balance commerciale

    Zone euro
    • Conseil européen extraordinaire

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Wereldhave Belgium/ assemblée générale

    France
    • Airbus / assemblée générale
    • LVMH / CA du T1 (après Bourse)

    Pays-Bas
    • Ahold Delhaize/ assemblée générale
    • Binck Bank/ offre de reprise par Saxo Bank au prix de 6,35 euros par action. Jusq’au 22 mai.

    Royaume-Uni
    • Tesco

  • Crown plonge après le retrait de Wynn

    L'action du casinotier Crown Resorts dégringolait de près de 10% mercredi à la Bourse de Sydney après la décision soudaine de l'américain Wynn de renoncer à racheter l'australien.

    Le titre du groupe australien avait bondi de 20% mardi lorsque Crown avait annoncé des discussions sur une offre de reprise de plusieurs milliards d'euros. Mais quelques heures plus tard, Wynn Resorts annonçait son retrait à cause de la divulgation "prématurée" des négociations.

    La presse australienne s'était demandé si Crown n'avait pas annoncé les discussions dans l'espoir de susciter une guerre au plus offrant avec d'autres repreneurs susceptibles d'être intéressés.

  • Good morning !

    Bonjour et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit rêvé pour suivre les principaux événements de cette séance boursière.

Plus sur Les Marchés

Echo Connect