1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les marchés européens et Wall Street trébuchent

Après un début de séance en franche hausse, les marchés européens ont effacé tous leurs gains initiaux, à cause des incertitudes concernant le variant Delta et le calendrier du resserrement des politiques monétaires. Wall Street termine la semaine dans le rouge.
  • Au menu ce lundi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Agenda extrêmement léger pour débuter la semaine. À noter que les marchés seront portes closes au Japon et en Chine et que le Dax "nouveau" sera effectif.

    
  • Le pétrole consolide après une semaine faste, le dollar n'aide pas

    Les cours du pétrole ont reculé ce vendredi, au terme d'une semaine où la plupart des indicateurs étaient au vert pour les prix, les opérateurs consolidant leurs gains et prenant en compte l'ascension du dollar.  

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, coté à Londres, a clôturé en baisse de 0,43% ou 33 cents, à 75,34 dollars. Quant au baril de WTI américain, pour le contrat à échéance en octobre, il a lâché 0,88% ou 64 cents, pour finir à 71,97 dollars.  

    Pour James Williams, du cabinet WTRG Economics, cette retraite est due à des prises de bénéfice, mais aussi au dollar, qui prend de la hauteur depuis deux semaines. À cela s'ajoute le rétablissement progressif des capacités de pompage des installations du Golfe du Mexique, près de trois semaines après le passage de l'ouragan Ida, souligne Nishant Bhushan, analyste du cabinet Rystad Energy. 

  • Wall Street termine en berne une semaine volatile

    La Bourse de New York a terminé en berne ce vendredi, les principaux indices perdant du terrain sur l'ensemble d'une semaine très volatile, en attendant une réunion monétaire de la Fed.  

    Selon des résultats provisoires à la clôture, l'indice Dow Jones a perdu 0,48% à 34.582,90 points. Le Nasdaq, à forte concentration technologique, a chuté de 0,91% à 15.043,97 points, tout comme le S&P 500 tombé à 4.432,84 points. 

  • "L'investissement durable n'a aucun impact. Il est même nuisible"

    INTERVIEW | En tant que responsable des investissements durables chez BlackRock, le plus grand gestionnaire de fonds au monde, Tariq Fancy pensait avoir les clés en main pour sauver notre société et la planète. Aujourd’hui, il est un des critiques les plus virulents de la hype "ESG". 

  • Au menu ce lundi

    Agenda extrêmement léger pour débuter la semaine. À noter que les marchés seront portes closes au Japon et en Chine et que le Dax "nouveau" sera effectif. 

  • La semaine se termine mal pour les actions

    Les Bourses européennes ont vécu vendredi une séance contrastée, terminant sur une baisse marquée après avoir passé la première partie de la journée dans le vert, tandis que Wall Street amplifiait son repli à mi-séance, tous secteurs confondus.

    Bruxelles a lâché 0,43%. À Paris, le CAC 40 perd en clôture 0,79% après avoir pris jusqu'à 1,12% et frôlé les 6.700 points. A Londres, le FTSE 100 a reculé de 1,19% et à Francfort, le Dax - dont la refonte sera effective lundi - a abandonné 1,03%.

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était elle aussi dans le rouge, le Dow Jones cédant 0,49%, le Standard & Poor's 500 0,69% et le Nasdaq Composite quasiment 1%. Tous les grands secteurs de la cote américaine évoluaient en territoire négatif, à commencer par les hautes technologies et les matières premières.

  • Semaine à oublier pour Umicore

    Performance sur la semaine écoulée

    • IndicesVar.%
    • Proximus+1,69%
    • Telenet+1,34%
    • KBC Groep+1,24%
    • UCB+1,21%
    • Cofinimmo+1,05%
    • Colruyt+0,87%
    • Ackermans & van Haaren+0,6%
    • AB InBev+0,5%
    • Argenx+0,39%
    • Aperam+0,2%
    • WDP+0,05%
    • Elia-0,66%
    • Ageas-1,34%
    • GBL-1,48%
    • Melexis-2,36%
    • Aedifica-3,08%
    • Solvay-3,4%
    • Galapagos-4,1%
    • Sofina-4,27%
    • Umicore-8,72%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
  • Bruxelles résiste mieux que ses voisines

    Les principaux marchés européens ont terminé en repli à la fin de la séance.
    Le CAC 40 a fini la séance en baisse de 0,79% à 6.570,19 points. L'indice AEX s'est déprécié de 1,09% à 789,49 points. À 4.133,21 points, le Bel 20 a reculé de 0,43%.

    Les indices européens

    • IndicesVar.%
    • BEL 20-0,43%
    • CAC 40-0,79%
    • AEX-1,09%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
  • Melexis et Solvay en queue de classement

    Le Bel 20 a laissé 0,43% pour se fixer à 4.133,21 points. Sur les 20 actions qui le composent, 6 étaient en hausse et 14 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Argenx280,1+2,71%
    • AB InBev48,99+1,22%
    • Galapagos47,19+1,08%
    • Cofinimmo134,8+0,52%
    • Colruyt47,49+0,17%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Melexis99,5-4,51%
    • Solvay105,15-2,5%
    • Aedifica113,3-2,33%
    • Umicore49,0-2%
    • Elia104,6-1,69%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,43% 
    CAC 40: -0,79% 
    AEX: -1,09% 
    FTSE 100: -0,93% 
    DAX: -0,96% 
    STOXX 600 EUROPE: -0,79% 

    Résultats provisoires 

  • Solvay revient à son niveau d'avril dernier

    Un des perdants du jour sur le Bel 20 n'est autre que Solvay, dont le titre a perdu plus de 3% ce vendredi pour retomber à son niveau du 22 avril dernier. 

     

  • Le point sur la tendance

    À moins d'une heure de la clôture des marchés européens, les indices boursiers perdent du terrain, les questions sur l'inflation, la reprise économique et les politiques des banques centrales continuant de secouer les investisseurs.

    Vers 16h40, les grandes places européennes lâchaient entre 0,5% et 0,9%. Du côté de Wall Street, la tendance était identique.

    Longtemps dans le vert, le Bel 20 a finalement cédé et perd 0,3% dans la dernière heure d'échanges, malgré la bonne tenue d'Argenx, AB InBev et Galapagos.

    Hors Bel 20, la cote bruxelloise a pu apprécier le début en fanfare d'Azelis. Le titre du distributeur chimique s'est envolé de 10% dans les premiers échanges.

  • Le moral des ménages US s'améliore un peu

    Le moral des ménages américains s'est légèrement amélioré depuis le début du mois de septembre, montrent les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan.

    Son indice de confiance a progressé à 71,0 après 70,3 en août. Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 72,0.

    La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a diminué à 77,1 après 78,5 le mois dernier.

    Celle des perspectives a au contraire progressé à 67,1 contre 65,1.

  • La remontée des rendements s'amplifie

    L'approche du week-end et celle des décisions de la Réserve fédérale découragent la prise de risque ce vendredi après-midi, tant à Wall Street qu'en Europe.

    Sur le marché des emprunts d'Etat, le rendement des bons du Trésor à dix ans, à 1,3753%, s'affiche en hausse de plus de trois points de base, amplifiant la remontée entamée jeudi après les chiffres meilleurs qu'attendu des ventes au détail aux Etats-Unis en août.

    Cette bonne surprise économique a relancé le débat sur l'opportunité pour la Fed d'entamer rapidement le "tapering", la diminution progressive de ses achats de titres sur les marchés, une question à laquelle la banque centrale devrait apporter de nouveaux éléments de réponse la semaine prochaine.

    Les valeurs technologiques, plus sensibles à l'évolution des taux d'intérêt, tirent le marché à la baisse: Intel abandonne 1,35%, Cisco Systems 0,71% et Microsoft 0,88%. 

  • L'incertitude fiscale et les techs pèsent sur la Bourse de New York

    Les actions américaines ont ouvert en baisse, les grandes entreprises technologiques étant les plus pénalisées, tandis que les incertitudes liées à la hausse de l'impôt sur les sociétés et à la prochaine réunion de la Réserve fédérale rendent les investisseurs nerveux.

    Dix minutes après les premiers échanges, le Dow Jones reculait de 0,05%. Les variations étaient plus importantes pour le S&P 500 (-0,22%) et le Nasdaq Composite (-0,33%).

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,13% 
    S&P 500: -0,18% 
    Nasdaq Composite: -0,16%  

  • Le pétrole reprend son souffle, forte hausse sur la semaine

    Les cours du pétrole reculaient légèrement ce vendredi après-midi, mais ils restaient en hausse marquée sur la semaine, les perturbations de la production aux Etats-Unis et la demande vigoureuse ayant redonné des couleurs au marché de l'or noir.  

    Vers 15h05 à Bruxelles, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 75,49 dollars à Londres, en baisse de 0,24% par rapport à la clôture de la veille. À New York, le baril de WTI pour octobre cédait 0,40% à 72,33 dollars. 

     Sur la semaine, le Brent montait de 3,52% et le WTI de 3,74%. Mercredi, la référence européenne avait atteint 76,13 dollars et l'américaine 73,14 dollars, des plus hauts depuis début août.  

    "Il y a clairement quelques prises de profits parce que nous sommes passés à un cheveu des plus hauts de l'été mercredi", commente Craig Erlam, analyste chez Oanda. La perturbation de la production du golfe du Mexique par l'ouragan Ida, qui a duré plus longtemps que prévu, a compensé la hausse des extractions décidée par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés (Opep+).  

    "Même si ces perturbations de la production sont temporaires, car les plateformes américaines vont redémarrer et l'Opep+ va continuer d'ouvrir le robinet, l'équilibre entre offre et demande devrait se resserrer d'ici la fin de l'année", commente Han Tan, analyste chez Exinity. 

     

  • Wall Street est attendue en légère baisse

    Wall Street est attendue en légère baisse, sur fond de repli des cours du pétrole.

    → Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en repli de 0,22% pour le Dow Jones, de 0,19% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,18% pour le Nasdaq.

  • Une bonne nouvelle pour le Jyseleca de Galapagos

    Galapagos   annonce que le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif pour le Jyseleca (filgotinib), un inhibiteur pour le traitement des patients adultes atteints de rectocolite hémorragique (CU) active modérée à sévère. Suite à cet avis positif, une décision finale de la Commission européenne est attendue plus tard cette année.

    "La décision d'aujourd'hui nous rapproche d'une nouvelle option de traitement pour les personnes vivant avec cette maladie chronique", se réjouit Walid Abi-Saab, Chief Medical Officer chez Galapagos. Lire le communiqué

  • "Pas de hausse des taux d'intérêt prévue par la BCE en 2023"

    La Banque centrale européenne (BCE) ne prévoit pas de hausse de taux d'intérêt dans la zone euro en 2023, a déclaré l'un des membres du Conseil des gouverneurs de l'institut d'émission, Pablo Hernandez de Cos.

    Ces commentaires interviennent après une information du Financial Times (cf. post de 12h09) selon laquelle l'économiste en chef de la BCE, Philip Lane, a révélé lors d'une réunion privée avec des économistes allemands que la banque centrale prévoyait d'atteindre son objectif d'inflation de 2% d'ici 2025. "La conclusion qui semble tirée de cet article, c'est que les taux d'intérêt pourraient augmenter en 2023, ce qui est clairement en avance sur ce que le marché attend aujourd'hui", a déclaré Pablo Hernandez de Cos, qui n'a pas souhaité faire de commentaire sur l'objectif d'inflation.

    "La conclusion apparente du journaliste n'est fondamentalement pas compatible avec nos indications sur la trajectoire future des taux d'intérêt (forward guidance)", a-t-il ajouté, expliquant que les trois conditions posées par la BCE avant tout relèvement de taux n'étaient pas remplies.

  • Cerberus envisagerait la reprise des parts de l'État allemand dans Commerzbank

    Commerzbank   grimpe à la Bourse de Francfort, porté par une information du Handelsblatt selon laquelle le fonds américain Cerberus envisagerait de reprendre la participation de 15,6% détenue par l'État allemand dans la banque. L'issue de cette opération dépendra largement du résultat des élections législatives du 26 septembre en Allemagne et de la composition du nouveau gouvernement fédéral.

    D'après le Handelsblatt, Cerberus n'a pas eu de discussions avec le gouvernement actuel au sujet de la reprise de sa participation dans Commerzbank, qui est toujours partiellement détenue par l'État après avoir été renflouée pendant la crise financière il y a plus de dix ans.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * APPLE et Google, filiale d'ALPHABET, ont retiré de leurs magasins d'applications en ligne une application mobile créée par Alexeï Navalny, a déclaré l'équipe de l'opposant russe, après que la Russie a accusé les géants du numérique basés aux États-Unis d'ingérence dans ses affaires intérieures.

    * INVESCO a engagé des discussions en vue d'une fusion avec les activités de gestion d'actifs de STATE STREET, a appris Reuters de source proche du dossier, confirmant une information du Wall Street Journal.

    * GAP a conclu un accord avec le distributeur britannique Next, qui exploitera la marque de mode américaine au Royaume-Uni et en Irlande à partir de 2022.

    * JPMORGAN CHASE & CO lancera, la semaine prochaine, sa banque en ligne Chase au Royaume-Uni, a confirmé le groupe.

  • L'euro se reprend un peu, la BCE dément un article sur sa politique monétaire

    L'euro  remonte légèrement face au dollar alors qu'un article du Financial Times affirme que la Banque centrale européenne (BCE) serait en route pour une hausse des taux en 2023, ce que dément l'institution.

    Le chef économiste de la BCE Philip Lane a affirmé lors d'un appel privé avec des banquiers allemands que la zone euro pourrait atteindre son objectif d'inflation à 2% en 2025, selon un article paru jeudi dans le quotidien économique. "Comme, selon la nouvelle stratégie de la BCE, l'institution ne remontera pas ses taux avant d'estimer que l'inflation atteindra son objectif sur les trois prochaines années, cela voudrait dire que l'institution pourrait remonter ses taux dès 2023", commente Thu Lan Nguyen, analyste chez Commerzbank.

    "La conclusion du Financial Times que nous pourrions remonter nos taux dès 2023 n'est pas en ligne avec nos prévisions actuelles", a rapidement démenti la BCE auprès des agences financières. "Peut-être que cette histoire reflète des tensions au sein de l'institution, avec certains économistes inquiets de voir l'inflation s'installer sur le long terme", estime Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

  • Le carnet d'ordres pour Azelis rempli en 30 minutes

    Le carnet d'ordres pour l'introduction en bourse d'Azelis   a été plein en une demi-heure, et ce, dans le haut de la fourchette de prix. C'est ce qu'a déclaré Vincent Van Dessel, PDG d'Euronext Brussels, à l'issue de la cérémonie de la cloche de l'introduction en bourse du distributeur de produits chimiques. Selon nos informations, l'opération a fini par être écrasée sept fois. Autrement dit: il y avait sept fois plus de demande que d'offre.

  • Zone euro: l'inflation confirmée à 3% en août

    L'inflation dans la zone euro a atteint en août son plus haut niveau depuis dix ans, en raison, principalement, de l'envolée des prix de l'énergie liée à la reprise économique mondiale, confirment les statistiques définitives publiées par Eurostat. L'indice IPCH des prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique a augmenté de 3,0% sur un an après +2,2% en juillet, des chiffres inchangés par rapport à la première estimation publiée le 31 août.

    Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis novembre 2011.

    • D'un mois sur l'autre, les prix ont augmenté de 0,4%. 
    • Hors énergie et produits alimentaires non transformés, l'inflation ressort à 1,6% en rythme annuel après 0,9% en juillet. 
    • Une mesure plus étroite encore de l'évolution des prix qui exclut également l'alcool et le tabac, ressort, elle aussi, à +1,6% sur un an, après +0,7% un mois plus tôt.

  • Nouveau directeur non exécutif chez Deceuninck

    Deceuninck , le fabricant de profilés PVC pour fenêtres et portes, a un nouveau directeur non exécutif. Il s'agit de Paul Van Oyen, qui sera coopté en tant qu'administrateur non exécutif indépendant. Il remplace Evelyn Deceuninck, qui a démissionné de son poste de directrice. Un départ pouvant être lié à la sortie de Willy et Arnold Deceuninck du capital de la société.

    Van Oyen est actuellement PDG du groupe de matériaux de construction Etex, mais prendra sa retraite à la fin de cette année. Selon Kepler Cheuvreux, Deceuninck accueille une force expérimentée qui est "un ajout précieux à l'équipe".

  • Carlos Tavares quittera le conseil d'administration d'Airbus en 2022

    Carlos Tavares, directeur général du constructeur automobile Stellantis  , quittera le conseil d'administration d'Airbus   l'année prochaine. "Cette décision personnelle permettra à Carlos Tavares de consacrer tout son temps professionnel pour mener Stellantis vers le succès, avec son équipe de direction, en cette période de transformation et d'évolution de l'industrie automobile", explique l'entreprise dans un communiqué.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en nette hausse ce vendredi, toujours soutenues par le secteur du tourisme et des loisirs, en dépit du recul des valeurs minières.

    → À Bruxelles, le Bel 20 prend 1,02%. Ailleurs en Europe, l'indice CAC 40 avance de 0,94%, le Dax prend 0,47% et à Londres, le FTSE gagne 0,31%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,89%, le FTSEurofirst 300 de 0,63% et le Stoxx 600 de 0,59%.

    • L'indice Stoxx 600 du tourisme et loisirs avance encore de 1,17%, l'une des plus fortes hausses sectorielles en Europe, et le groupe de tourisme TUI (+4,2%) figure parmi les meilleures performances du Stoxx 600.
    • Le suédois Dometic bondit de 4,55% après son offre d'achat sur Igloo, un fabricant américain de glacières et autres accessoires réfrigérants, pour 677 millions de dollars.
    • Autre valeur en vedette, Commerzbank grimpe de 4,26%, porté par une information du Handelsblatt selon laquelle le fonds Cerberus envisagerait de porter sa participation à 15,6%, contre environ 5% actuellement, dans la banque allemande. Ni Commerzbank ni Cerberus n'ont fait de commentaires.
  • Royaume-Uni: les ventes au détail reculent en août

    Les ventes au détail ont reculé en août au Royaume-Uni, la réouverture des restaurants et bars ayant pesé sur les achats de nourriture tandis que ceux de vêtements ont été découragés par le temps peu estival. Les ventes en volume au détail ont reculé de 0,9% en août sur un mois, après avoir déjà baissé de 2,8% en juillet (chiffre révisé), mais restaient 4,6% plus élevées qu'en février 2020, avant le plein impact de la pandémie, explique l'Office national des statistiques.

    Pour Oliver Vernon-Harcourt, directeur de la distribution pour Deloitte, les comportements des consommateurs se sont relativement stabilisés depuis la réouverture de l'économie et "ce que nous voyons, c'est la nouvelle normalité".

  • Un nouveau fan pour Kinepolis

    Kepler Cheuvreux a relevé sa recommandation pour Kinepolis   à "acheter", contre "conserver" auparavant. Le broker souligne 4 facteurs positifs:
    1) le rebond du nombre de visiteurs post-Covid est plus fort que prévu;
    2) les studios revoient déjà leur stratégie de double lancement (cinéma/VOD);
    3) la société est extrêmement bien préparée pour la grande réouverture, avec un degré de levier opérationnel plus élevé qu'historiquement;
    4) les attentes des analystes pour 2022.

    Son objectif de cours grimpe de 46 à 62 euros.

  • KBCS réduit son TP pour Miko

    KBC Securities a réduit son objectif de cours pour Miko  , passant de 165 à 145 euros. "Nous pensons que cette nouvelle norme de télétravail accru se traduira par un temps plus long pour que Miko déverrouille de la valeur." Sa recommandation reste toutefois à "acheter".

  • Une économiste belge en vue à la BCE

    Isabel Vansteenkiste a été nommée directrice générale du département Relations internationales et européennes à la Banque centrale européenne. Elle prendra ses fonctions le 1er novembre.

  • Azelis: 26,16 euros

    Le distributeur chimique Azelis   fait une entrée réussie à la Bourse de Bruxelles, avec un cours supérieur à son prix d'introduction de 26 euros. Sa première cotation affichait 26,16 euros (soit +0,61%) avant de rapidement prendre de la hauteur.

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,85%

    AEX +0,70%

    BEL20 +0,57%

  • Une séance sous le signe des 4 sorcières

    "Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin à quelques heures d'une très importante échéance des options (4 sorcières) qui devrait apporter son lot de volatilité. Cependant, l'esprit des investisseurs semble déjà être focalisé sur la réunion de la Fed de mercredi prochain..."
    John Plassard
    Responsable de l'investissement chez Mirabaud

  • Pas de retour à la normale avant 2025-2027 pour le trafic aérien?

    ADP   n'anticipe pas de retour à la normale du trafic aérien avant 2025-2027, a déclaré le PDG du groupe, Augustin de Romanet. "Nous demeurons dans nos perspectives entre 2025-2027", a-t-il dit à Radio Classique.

    Et d'ajouter que son groupe était particulièrement pénalisé par la situation du trafic en Asie et aux États-Unis, dans le contexte de la pandémie de Covid-19. "Le fait que les pays d'Asie et les États-Unis soient pour des raisons différentes quasiment fermés au trafic aérien international nous pénalise beaucoup".

    Le gestionnaire des aéroports parisiens a fait état, jeudi, d'une hausse de son trafic global à 10,8 millions de passagers sur le mois d'août par rapport à la même période il y a un an.

  • BNP Paribas Fortis a cédé 2% du capital d'Euronext

    BNP Paribas Fortis - filiale de BNP Paribas  - a annoncé avoir cédé 2,2 millions d'actions Euronext  au prix de 101 euros par action, représentant 2% du capital de l'opérateur boursier et un montant d'environ 220 millions d'euros. Le prix du placement, qui a été réalisé par voie de construction accélérée d’un livre d’ordres auprès d’investisseurs institutionnels, représente une décote de 4,08% par rapport au cours de clôture de la veille.

  • Le moral des investisseurs belges recule légèrement

    Après avoir fait du sur place à 123 points en juillet, le baromètre ING des investisseurs s'est de nouveau replié à 116 points en août. "Le recul est dû, entre autres, à une moins bonne perception de l'évolution de la conjoncture. Et cela s'explique probablement en grande partie par les ravages causés cet été par les inondations en Wallonie", explique Peter Vanden Houte, économiste en chef chez ING Belgique.

    Les attentes boursières restent cependant élevées: 39% des sondés estiment que les cours vont continuer de grimper dans les trois prochains mois, alors que 20% craignent plutôt une baisse. En quinze ans, la proportion d’investisseurs qui s’attendent à un rendement annuel de 10% du portefeuille d’actions a doublé pour passer de 10 à 21%. "Cet optimisme est surtout présent chez les plus jeunes. Chez les investisseurs de moins de 35 ans, ils sont, en effet, 32% à tabler sur des rendements annuels de plus de 10% sur les portefeuilles d'actions."

    Chez les investisseurs de moins de 35 ans, ils sont, en effet, 32% à tabler sur des rendements annuels de plus de 10% sur les portefeuilles d'actions. Cet optimisme s'explique vraisemblablement par le fait que de nombreux jeunes investisseurs n'ont encore jamais connu de longue période de correction sur les bourses.
    Peter Vanden Houte
    Économiste en chef chez ING Belgique

  • Nouvelle hausse en vue à l'ouverture

  • Biotalys a les caisses suffisamment remplies

    Cotée depuis le mois de juillet sur Euronext Bruxelles, l'agritech Biotalys se dote d'un président pour son conseil d'administration en la personne de Simon Moroney.

    Au rang des résultats, Biotalys note une hausse de ses revenus opérationnels à 831.000 euros. "La hausse provient principalement des subventions reçues pour soutenir l'activité de R&D de Biotalys. Celles-ci ont représenté 0,4 million d'euros au cours des six premiers mois (0,2 million d'euros sur la même période en 2020)", lit-on dans un communiqué.

    La perte opérationnelle grossit à 8,4 millions d'euros pour une perte nette accrue à 7,16 millions d'euros.

    Le cash-flow net utilisé pour les activités opérationnelles a augmenté de 2,1 millions d'euros à 7,3 millions d'euros. "Le financement issu de l'introduction en bourse en juillet 2021 (52,8 millions d'euros, NDLR) apporte à l'entreprise des fonds supplémentaires pour exploiter davantage le potentiel de sa plateforme propriétaire Agrobody Foundry."

    Biotalys s'attend aussi à obtenir, d'ici décembre, l'enregistrement aux États-Unis et dans l'Union européenne de l'Evoca, son traitement contre le mildiou et le champignon botrytis.

  • La vente de sa division d'emballage plastique booste le bénéfice semestriel de Miko

    Miko , l'entreprise familiale de Turnhout, a présenté, jeudi soir, d'excellents chiffres semestriels. Le résultat net s'élève à 44,1 millions d'euros, un chiffre sans précédent, grâce à la cession de la division emballages plastiques.

    Mais la division café s'améliore également progressivement. Le chiffre d'affaires a augmenté de 3,4% malgré l'impact continu de la pandémie. C'est pourquoi le CEO Frans Van Tilborg a un "bon pressentiment" pour le reste de l'année. Mais, la société néerlandaise de services de café, dans laquelle Miko a augmenté sa participation à 92% en juillet (contre 25% en mars), sera un moteur important. Lire le rapport semestriel

  • Universal Music entre en bourse dans un marché qui a retrouvé le bon tempo

    C’est à ce stade la plus grosse entrée en bourse de l’année en Europe. Le 21 septembre, Universal Music Group (UMG) quittera le giron de sa maison mère, le géant français des médias et du divertissement Vivendi, pour mener une existence autonome.

    Le n°1 mondial de l’industrie de la musique sera coté à Amsterdam sur base d’une valorisation de 33 milliards d’euros. Vivendi va distribuer 60% du capital à ses actionnaires, dont 18% reviendront directement à son patron, Vincent Bolloré, soit 5,9 milliards d’euros. 20% d’UMG avaient déjà été cédés au groupe chinois Tencent et 10% à la société d'investissement Pershing Square. Vivendi en conservera 10%.

  • Unifiedpost confirme sa feuille de route jusqu'en 2023

    Unifiedpost group   réitère ses prévisions après un premier semestre qui s'est soldé par une augmentation de 141% du chiffre d'affaires à 80,7%. Cette croissance est principalement due aux acquisitions réalisées."Au cours des six premiers mois de l’exercice, le groupe a dépensé 15,3 millions d’euros en R&D (dont 57% ont été capitalisés et 43% passés en charges), soit 30% du chiffre d’affaires total de l’activité numérique", lit-on dans un communiqué.

    Les frais généraux et administratifs ont donc progressé à 18,6 millions d’euros. La perte nette se réduit de 17 millions à 11 millions. Quant aux caisses d'Unifiedpost, elles permettent de "financer le développement futur". Une trésorerie et des équivalents de trésorerie de 25,1 millions d’euros plus 28,7 millions d’euros supplémentaires sont disponibles".

    Forte de ces résultats, la fintech envisage toujours, pour 2021, une croissance organique d'au moins 15% de son chiffre d’affaires généré par le traitement numérique. Pour les exercices 2022 et 2023, cette croissance devrait être respectivement de 25 et 30%. La direction réaffirme également son objectif de marge brute des produits de traitement numérique de +60% d’ici à 2023 et une marge d’ebitda ajusté qui devrait dépasser 25% d’ici à l’exercice 2023. 

  • Sofina surprend avec une émission obligataire

    Pour la première fois, Sofina  , le holding de la famille Boël, a émis des obligations. Il s'agit plus précisément d'obligations senior arrivant à échéance en 2028. L'opération a rapporté 700 millions d'euros, argent frais que la société utilisera pour de nouveaux investissements.

    "Ces nouveaux moyens financiers permettront à Sofina d’optimiser sa structure de capital principalement financée sur fonds propres, de saisir des opportunités d’investissement attractives tout en maintenant son engagement historique en faveur d’une gestion disciplinée et prudente du capital", a souligné son CEO Harold Boël dans le communiqué.

  • Azelis débarque à la Bourse de Bruxelles

    C’est finalement plus tôt que prévu qu’Azelis fait son entrée à la Bourse de Bruxelles. Le distributeur chimique n’était initialement attendu qu’au milieu de la semaine prochaine. Mais la période de souscription réservée aux seuls investisseurs institutionnels s’est clôturée anticipativement en raison du succès qu’elle a rencontré. La demande a d’ailleurs été telle que le prix d’introduction d’Azelis a été fixé, dans le même temps, à 26 euros, soit dans le haut de la fourchette annoncée il y a quelques jours à peine (entre 22 et 26 euros).

    À ce niveau de prix, la valorisation de la société équivaut à 6,2 milliards d’euros. Un montant considérable, qui en fait la plus importante introduction à la Bourse de Bruxelles depuis 2007.

    Lire notre article | Azelis arrive ce vendredi à la Bourse de Bruxelles

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce vendredi 17 septembre 2021.

    La Bourse de New York a terminé, jeudi, en ordre dispersé après la publication de statistiques économiques qui ont fait hésiter les investisseurs à l'approche de la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed). L'indice Dow Jones a cédé 0,18%, ou 63,07 points, à 34.751,32 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 6,95 points, soit -0,16%, à 4.473,75 points. Seul le Nasdaq Composite a terminé en territoire positif, gagnant 20,4 points (0,13%), à 15.181,92 points. "On a atteint un point où le sentiment des investisseurs pèse davantage sur le marché qu'une bonne statistique ne le soutient", a commenté Ross Mayfield, analyste en stratégie d'investissement chez Baird.

    "On a atteint un point où le sentiment des investisseurs pèse davantage sur le marché qu'une bonne statistique ne le soutient."
    Ross Mayfield
    Analyste en stratégie d'investissement chez Baird

    Ce matin, la tendance est globalement positive sur les marchés asiatiques: le Nikkei 225 gagne 0,52% à Tokyo et le Hang Seng prend 0,40% à Hong Kong, tandis que l'indice composite de la Bourse de Shanghai perd 0,59%.

    ©EPA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés