1. Les marchés
  2. Live blog
live

La crainte d'un plus grand impact de la crise a enfoncé les actions

Les marchés européens ont nettement baissé. Plusieurs banques ont réalisé des provisions qui font craindre un impact de la crise plus important que prévu. Le patron de la Fed a évoqué le risque d'un effet "durable" de la pandémie sur l'économie américaine.
  • Vos rendez-vous de jeudi

    Merci d'avoir suivi ce Market live et RDV dès demain matin pour une nouvelle couverture en direct de l'actualité boursière.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -3,07% à 2.973,77 points

    AEX: -1,59% à 512,19 points

    Cac 40: -2,85% à 4.344,95 points 

    Dax: -2,56% à 10.542,66 points

    FTSE 100: -1,51% à 5.904,05 points

  • Shell se dit en mesure d'augmenter son dividende après la crise

    Lors d'une conférence téléphonique avec des investisseurs en prélude à l'assemblée générale de Royal Dutch Shell , sa directrice financière, Jessica Uhl, a indiqué que le groupe pétrolier serait en "bonne position" pour augmenter la rétribution des actionnaires quand le marché se sera redressé.

    Shell avait été contraint de réduire son dividende le mois dernier, pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale. Le directeur général du groupe, Ben van Beurden, a signalé, en ce qui concerne le dividende, qu'il s'agissait "d'argent que nous n'avons pas encore".

  • Immobel: vers une décote de 8,45% lors du placement d'actions

    Selon Berenberg, qui intervient comme coordinateur et teneur de livre unique dans le placement privé de nouvelles actions d'Immobel ce mercredi, l'opération devrait être réalisée au prix de 65 euros par actions, ce qui représente une décote de 8,45% par rapport au cours de clôture de mardi.

    Rappelons que l'action Immobel est suspendue dans l'attente de l'annonce du résultat définitif de cette opération.

  • Wall Street ouvre en baisse

    La Bourse de New York a débuté la séance du jour en territoire négatif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  perd 1,2% et le Nasdaq  perd 0,8%.

  • La Fed n'envisage pas de taux négatifs

    "La vision du comité de politique monétaire sur les taux négatifs n'a pas changé. Ce n'est pas quelque chose que nous envisageons."
    Jerome Powell
    Président de la Réserve fédérale américaine

  • D'autres mesures probablement nécessaires, selon Powell

    Pour Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale des Etats-Unis, les dommages sur l'économie américaine dus à la crise sanitaire pourraient être "durables".

    "Un soutien budgétaire supplémentaire pourrait être coûteux, mais il en vaut la peine s'il permet d'éviter des dommages économiques à long terme et nous permet d'avoir une reprise plus forte", juge le patron de la Fed. Il souligne que la "reprise pourrait prendre un certain temps avant de s'accélérer" et estime que des aides supplémentaires seront probablement nécessaires pour combattre l'impact du coronavirus.

  • VGP s'étend à Giessen en Allemagne

    Le groupe immobilier VGP annonce qu'il prévoit la construction d'un nouveau parc d'activités à Giessen, dans l'État fédéral de Hesse, en Allemagne. À cette fin, VGP a acquis le terrain de 320.000 mètres carrés sur un ancien site de dépôt américain, devenu la zone industrielle "Am Alten Flughafen".

    VGP prévoit de développer le site selon le plan de développement existant et de déposer les premières demandes de construction en 2020.

    A partir du printemps 2021, les bâtiments seront construits, qui contiendront une surface locative de 150.000 mètres carrés.

    Il s'agit du quatrième projet de la société dans la région Mittelhessen.

  • Jerome Powell live

    A 15h, Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine est l'invité d'une téléconférence organisée par le Peterson Institute for International Economics.

    Il devrait bien sûr s'exprimer sur les retombées économiques de la pandémie mais pourrait aussi évoquer l'éventualité d'un recours de la Fed à des taux d'intérêt négatifs, objet de spéculations ces derniers jours et réclamé entre autres par Donald Trump mardi.

    Ci-dessous le lien pour suivre la téléconférence en direct.

     

    Peterson Institute for International Economics (PIIE)

  • Les tops et les flops en Europe

    > L'action JCDecaux abandonne 3,25%, la pandémie ayant fait chuter le chiffre d'affaires du groupe de communication extérieure de 14% au premier trimestre.

    > Natixis recule de 3,21%. Le financier allemand Lars Windhorst a conclu un accord pour racheter des actions et des obligations illiquides de H2O Asset Management, filiale de gestion du groupe, a rapporté le Financial Times.

    > Scor SE gagne 4,5% après la décision de son actionnaire Covéa de renoncer à l'acquisition de PartnerRe selon les termes initialement prévus, ce qui relance la spéculation sur un intérêt renouvelé du groupe d'assurance mutualiste pour le réassureur français.

    > Les banques ABN Amro et Commerzbank perdent respectivement 8% et 5% après la publication d'une perte plus importante que prévu au premier trimestre.   

  • Le point sur la tendance boursière - update

    Les indices européens creusent leurs pertes en milieu de séance, dans un marché où les investisseurs redoutent une nouvelle vague épidémique de Covid-19 et, en conséquence, de nouveaux contre-coups économiques.

    Les replis varient entre 0,74% à Amsterdam et 2,4% à Bruxelles où l'indice Bel20 repasse par la même occasion sous la barre des 3.000 points.

    Les opérateurs de marché seront attentifs à l'intervention, prévue à 15h, du président de la Réserve fédérale qui s'exprimera sur les problèmes économiques actuels.

    D'après David Madden chez CMC Markets, Jerome Powell pourrait profiter de l'occasion pour tuer dans l'oeuf les discussions concernant une éventuelle baisse de taux en territoire négatif.

    Le dossier commercial entre les Etats-Unis et la Chine continue par ailleurs d'inquiéter les investisseurs alors que l'administration Trump fait pression sur des fonds de retraite fédéraux pour geler les investissements dans des entreprises chinoises suspectées de violer les droits de l'homme ou de menacer la sécurité des États-Unis.

     

    "Le monde et les marchés financiers ne sont pas encore sortis de l'auberge. Ces dernières 48 heures, le comportement des investisseurs est passé de l'excitation face à la réouverture de l'économie à l'anxiété de voir les choses empirer."
    Ipek Ozkardeskaya
    Analyste pour Swissquote Bank

  • Maersk avertit d'une chute de 25% du transport mondial de conteneurs

    Le leader mondial du transport maritme de conteneurs, A.P.Moller-Maersk se prépare à une baisse historique de la demande, conséquence d'une économie mise en veilleuse suite à la pandémie de Covid-19.

    Le groupe qui contrôle environ un cinquième de la flotte mondiale utilisée pour transporter des marchandises par mer, a averti que les retombées de Covid-19 entraîneront une baisse des volumes pouvant atteindre 25% ce trimestre.

    L'avertissement de Maersk fait suite à un avertissement du mois dernier de l'Organisation mondiale du commerce, selon lequel la pandémie pourrait entraîner le pire effondrement des flux commerciaux internationaux depuis la Seconde Guerre mondiale.

  • Chute record de la production industrielle en mars

    La production industrielle de la zone euro a chuté de 11,3% en mars, le recul le plus spectaculaire jamais enregistré, en raison des mesures de confinement et d'interruption forcée de l'activité des entreprises prises pour tenter de freiner l'épidémie de coronavirus, montrent les statistiques officielles publiées mercredi.

    Par rapport à mars 2019, la baisse de la production atteint 12,9%, précise Eurostat.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une chute de 12,1% par rapport à février et de 12,4% en rythme annuel.

     

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • La Norvège bannit le charbon de ses investissements

    La liste noire du plus grand fonds souverain au monde s'allonge. La Banque de Norvège – qui contrôle ce fonds avec plus de 1.000 milliards de dollars d'actifs sous gestion – a annoncé ce mercredi qu'il n'investit plus dans 12 nouvelles sociétés pour des raisons éthiques.

    Sont notamment concernés des géants miniers comme le groupe suisse Glencore et le britannique Anglo American , mais aussi les producteurs d'électricité allemand RWE, australien AGL Energy et sud-africain Sasol.

    Lire aussi | Après le pétrole, la Norvège bannit le charbon de ses investissements


  • "La question se pose pour Ageas de vendre une division"

  • L'offre d'actions Immobel est intégralement souscrite

    Le placement privé accéléré d'actions Immobel a été intégralement souscrit, indique Berenberg, la banque chargée de l'opération. Plus de détails sous peu.

    Le groupe immobilier a annoncé avant l'ouverture des marchés son intention de lancer un placement privé accéléré d'environ 800.000 actions propres représentant plus ou moins 8% de son capital auprès d’investisseurs institutionnels. Au cours de clôture de mardi cela représente un montant de près de 57 millions d’euros.

    Le président exécutif et actionnaire principal Marnix Galle s’est engagé à participer au placement privé à hauteur de 2 millions d’euros. Indépendamment, sept membres de la haute direction se sont également engagés à soutenir la transaction.

    Les actions vendues donneront entièrement droit au dividende de 2019.

  • "IBA a rassuré sur sa position financière"

    Le management du spécialiste de la protonthérapie s'est montré rassurant sur la position financière de l'entreprise, constate David Vagman d'ING. C'est sans doute l'élément à retenir du trading update de ce matin, précise-t-il (voir post de 7h31).

    La direction estime ainsi que la situation financière d'IBA devrait rester confortable à moyen terme alors qu'un certain nombre de mesures de sauvegarde ont été mises en oeuvre pour préserver les liquidités.

  • La cour suprême allemande règle ses comptes avec la BCE

    La Cour constitutionnelle allemande règle ses comptes mercredi avec les institutions européennes qui l'ont attaquée pour avoir critiqué l'action de la Banque centrale européenne (BCE) dans un arrêt retentissant.

    "Notre message à la BCE est carrément homéopathique", s'est défendu Peter Huber, juge au sein de la plus haute juridiction allemande, dans une interview publiée par la Süddeutsche Zeitung, en réponse à la polémique.

    "Elle ne doit pas se considérer comme le +Maître de l'Univers+", assène-t-il, alors que la BCE, soutenue en cela par la Commission européenne, a rappelé qu'elle répondait seulement devant la justice européenne et non nationale.

    "Nous demandons seulement à la BCE d'assumer sa responsabilité face aux citoyens et de justifier" sa politique, "y compris auprès des personnes qui sont désavantagées par ses mesures", ajoute le magistrat, un des huit juges du collège qui a rendu son arrêt à une majorité de 7 voix contre une.

  • "Vendez Ahold Delhaize et regardez plutôt Tesco et Carrefour"

    UBS réduit son conseil sur Ahod Delhaize de "neutre" à "vendre".

    L'analyste Sreedhar Mahamkali réduit au passage sa recommandation sur l'action à 20 euros contre 21,3 euros, un potentiel de baisse de 13% par rapport au cours actuel. Les analystes s'inquiètent de la pression sur les marges aux Etats-Unis et sur une génération plus faible de trésorerie dans le futur. "Les investisseurs qui se focalisent sur la génération de trésorerie devraient plutôt regarder vers Tesco ou Carrefour ", ajoute-t-il.

    Ahold Delhaize perd 1,47% à 23,43 euros.

  • ABN Amro: KBC sabre son objectif cours

    "Vendez ABN Amro " indique KBC Securities après les chiffres publiés par l'institution financière néerlandaise ce matin. L'analyste Jason Kalamboussis réduit son objectif de cours à 9,5 euros contre 15 euros.

    La provision de 1,1 milliard d'euros prise au premier trimestre pour les créances douteuses est bien supérieure à nos attentes (883 millions) et à celles du consensus, précise Kalamboussis. Elle doit également être mise en regard d'un montant de 657 millions d'euros pour l'ensemble de l'année 2019.

    ABN a une exposition trop élevé aux marchés du pétrole et du gaz comparativement à sa taille, ajoute-il.

    Dans l'ensemble, le nouveau CEO doit changer la stratégie du groupe car, même au niveau de l'activité de la banque de détail, ABN Amro est très vulnérable à la baisse des taux d'intérêt en raison de l'absence de diversification.

    ABN Amro perd 6% à 6,28 euros, non loin de son plus bas historique du 24 avril à 6,234 euros.

  • Voici le briefing actions belges

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens pointent en nette baisse en début de matinée, avec des replis tournant autour de 2%. Les intervenants de marché s'inquiètent toujours d'une deuxième flambée de l'épidémie de Covid-19 après la réouverture progressive des économies.

    Aux Etats-Unis, les propos du Dr Anthony Fauci, l'un des principaux experts médicaux de la Maison blanche, mettant en garde contre une réouverture prématurée de l'économie américaine alors que l'épidémie n'est toujours pas maîtrisée dans plusieurs régions des Etats-Unis, ont fait pencher la balance vers plus de prudence de la part des investisseurs.

    La tendance est alourdie par le repli des valeurs bancaires, dans le sillage des annonces d'ABN Amro, de Commerzbank et de Deutsche Bank ainsi que la perspective de taux négatifs aux Etats-Unis. Le compartiment des bancaires cède 2,6%.

    D'une manière générale, les résultats publiés ce matin témoignent une nouvelle fois de l'impact dévastateur de la pandémie de Covid-19 sur les résultats des entreprises.

    Les autos cèdent 3,3% et le secteur des transports et loisirs lâche 3,36%.

    Les investisseurs attendent les données de la production industrielle en zone euro et un discours de Jerome Powell. Le président de la Fed pourrait donner des précisions sur l'état de l'économie américaine et sur la politique monétaire.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -1,23%
    Bruxelles: -1,25%
    Paris: -1,18%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -1,22%
    Stoxx 600: -0,97%

    Ageas: -0,12%
    Bekaert: +2,71%
    IBA: +3,06%
    Kinepolis: +0,45%

  • Briefing d'avant bourse

    Dans le sillage de Wall Street, les bourses européennes devraient ouvrir en nette baisse sur fond de regain d'inquiétudes face à la pandémie de coronavirus qui menace de reprendre de l'élan avec la fin progressive des mesures de confinement.

    Les contrats à terme signalent un repli de 1,46% pour l'EuroStoxx50, de 1,53% pour le Dax à Francfort et de 1,4% pour le Cac40 à Paris.

  • Kinepolis dispose de liquidités suffisantes face à la crise

    Le groupe Kinepolis , dont les cinémas sont fermés depuis mi-mars en raison de la pandémie, assure disposer "de liquidités suffisantes" pour faire face à cette crise, indique-t-il à la publication de ses résultats trimestriels.

    Au début de la pandémie de Covid-19, Kinepolis disposait de près de 70 millions d'euros de liquidités et d'une ligne de crédit de 120 millions d'euros.

    Le groupe est parvenu à faire passer de 70 à 80% la part variable de ses coûts opérationnels. Des efforts ont également été consentis au niveau du management.

    Aucun dividende ne sera versé et tous les investissements non-urgents ou pour lesquels aucun engagement n'avait encore été pris ont été annulés.

    Kinepolis a compté 8 millions de visiteurs dans ses cinémas au premier trimestre, ce qui est 9,1% de moins qu'au premier trimestre 2019.

    En Belgique, Kinepolis a totalisé 1,61 million de visiteurs, soit 12,7% de moins par rapport à la même période de 2019 mais jusqu'à la fermeture des cinémas à la mi-mars, la fréquentation était en augmentation de 2,9% dans notre pays

    Cette baisse de fréquentation a logiquement pesé sur la rentabilité et les bénéfices de Kinepolis, qui ne peut pas encore évaluer l'impact concret sur base annuelle de la crise du coronavirus.

  • Suspension d'Immobel

    Immobel lance un placement privé accéléré d'environ 800.000 actions propres représentant plus ou moins 8% de son capital auprès d’investisseurs institutionnels. Au cours de clôture de mardi cela représente un montant de près de 57 millions d’euros. Les actions vendues donneront entièrement droit au dividende de 2019.

    Le président exécutif et actionnaire principal Marnix Galle s’est engagé à participer au placement privé à hauteur de 2 millions d’euros. Indépendamment, sept membres de la haute direction se sont également engagés à soutenir la transaction.

  • Ageas annule ses prévisions 2020

    Le groupe assurentiel Ageas a enregistré un résultat net de 452 millions d’euros au premier trimestre. L’entreprise fait ainsi mieux que le consensus des analystes, qui misaient en moyenne sur un bénéfice net de 426 millions d’euros.

    Ageas tablait jusqu'ici sur un résultat net sous-jacent de 850 à 950 millions d’euros pour l’ensemble de l’exercice. Mais, "étant donné qu’un retour à la normale est peu probable à court terme, l’impact de la pandémie sur l’économie et les marchés financiers aura probablement encore un impact sur la performance et les résultats d’Ageas tout au long de l’année", estime Bart De Smet. "En conséquence de ces incertitudes externes, Ageas est dans l’impossibilité de confirmer ses prévisions de bénéfices pour 2020."

  • Shurgard ex-dividende

    Shurgard verse aujourd'hui son dividende final de 0,50 euro par action. Le spécialiste du stockage est "solide comme le roc": il n'y a pratiquement pas eu d'annulation de contrats de bail durant le lockdown.

  • L'Oréal et Volvo ajustent le dividende

    > L'Oréal a annoncé mardi renoncer à augmenter son dividende au titre de 2019, alors qu'il avait proposé de le relever de 10,4%, ainsi qu'à tout rachat d'actions cette année.

    > Le constructeur de poids lourds Volvo a pour sa part décidé de renoncer à distribuer un dividende au titre de 2019 en raison de l'incertitude liée à la pandémie de coronavirus.

  • ABN Amro affiche sa première perte depuis 2013

    ABN Amro Bank annonce sa première perte trimestrielle depuis 2013, le groupe néerlandais ayant provisionné 1,1 milliard d'euros pour couvrir les prêts à risque liés à la crise de Covid-19, à ses investissements dans le pétrole et à des pertes de trading.

    Les provisions ont poussé les comptes de la troisième banque néerlandaise dans le rouge à hauteur de 395 millions d'euros au premier trimestre, contre 191 millions d'euros estimés. La banque s'attend à comptabiliser 2,5 milliards d'euros de dépréciations pour l'ensemble de l'année.

  • Bekaert retarde le versement du dividende

    Le tréfileur Bekaert devrait afficher au titre du deuxième trimestre un chiffre d'affaires en recul, lit-on dans un communiqué. "Alors que l'ampleur de l'impact de la pandémie de Covid-19 sur l'économie mondiale est devenue visible, sa durée reste très incertaine. Nous n'avons dès lors aucune visibilité sur l’impact en année pleine sur nos marchés et nos activités." 

    Pour les trois premiers mois, il fait état d'un chiffre d'affaires (consolidé) réduit de 11% à 977 millions d'euros en raison des mesures de confinement et d'une baisse de la demande mondiale sur les marchés des pneumatiques et de l’automobile. 

    Les liquidités sont, elles, en hausse de plus de 190 millions d'euros pour un endettement stable à 2,1x l'EBITDA.

    A noter: Bekaert conserve son cash en retardant le versement du dividende de 0,35 euro de six mois, de mai à novembre. Le remboursement du prêt de la Banque européenne d'investissement est également reporté jusqu'à fin 2020.

  • TUI envisage de supprimer 8.000 postes | L'Ebit s'enfonce à -540 millions d'euros

    TUI AG annonce qu'elle pourrait supprimer jusqu'à 8 000 emplois pour réduire les coûts et ralentir ses activités, car les gens voyagent moins et favorisent d'autres endroits après l'épidémie de coronavirus.

    Le résultat opérationnel (Ebit) du groupe du premier trimestre a fondu à -540 millions d'euros contre -106 millions un an avant. Son chiffre d'affaires a reculé à 2,79 milliards d'euros, contre 3,1 milliards il y a douze mois.

    TUI AG ne fournit pas de prévisions pour 2020.

  • Jan Van Geet voit sa participation dans VGP augmenter

    Selon une déclaration de transparence, Jan Van Geet a vu sa participation dans VGP augmenter de manière mécanique au-dessus du seuil de notification de 40%. VGP a publié cette information dans le cadre des doubles droit de vote accordés par l'AG du 8 mai.

  • Texaf introduit le dividende optionnel

    Texaf a fait savoir que l'AG du 12 mai avait autorisé à l'unanimité l'autorisation d'octroyer un dividende optionnel.

    Les problèmes de sécurité au Congo sont par ailleurs largement résolus, a indiqué la société holding.

  • 1,1 milliard d'euros de commandes chez IBA

    Dans une déclaration intermédiaire publiée ce matin, IBA signale que la conduite des activités lors de ce premier trimestre reste solide avec néanmoins l’émergence de quelques retards inévitables dans les projets d’installation en raison de la pandémie.

    Tous les centres de protonthérapie d’IBA en opération continuent de traiter des patients. La division "Autres Accélérateurs" a vu également un début d’année solide avec trois nouvelles ventes à ce jour, ajoute le groupe tandis que le pôle Dosimétrie a continué de réaliser "de fortes performances au cours de ce premier trimestre".

    IBA précise toutefois que quelques perturbations dues au Covid-19 devraient avoir une incidence sur les activités Dosimétrie à l'avenir, reflétant l’impact constaté sur le marché de la radiothérapie.

    Le carnet de commandes s’élève à 1,1 milliard d’euros et de nouveaux appels d’offres continuent de progresser à l’échelle internationale.

    IBA estime que sa situation financière devrait rester confortable à moyen terme.

  • Les marchés sous pression | Ageas, Bekaert et Kinepolis dans le viseur

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 14 mai 2020.

    Les marchés restent sous pression ce matin, au lendemain d'une séance sous tension à Wall Street. Les investisseurs sont minés par l'inquiétude d'une nouvelle flambée de Covid-19, à mesure que les restrictions mises en place pour freiner la propagation de l'épidémie sont levées.

    La crainte d'un rebond de l'épidémie et donc d'un nouveau coup d'arrêt à l'économie, nourrie par les mises en garde du Dr Anthony Fauci devant le Sénat américain, a fini par prendre le pas sur la perspective de voir la levée partielle et progressive des mesures de confinement favoriser la reprise de l'activité.

    L'indice Dow Jones a perdu 1,89%. Le S&P-500, plus large, a cédé 2,05% et le Nasdaq Composite a reculé de 2,06%.

    En Asie, l'indécision dominion. La bourse de Shanghai cède 0,11% mais celle de Hong Kong avance de 0,24%. A Tokyo, l'indice Nikkei perd 0,4%.

    En Europe, les contrats à terme plaident pour une ouverture en ordre dispersé. L'Euro Stoxx 50 est donné en baisse de 1,5% mais Francfort progresserait de 0,7%.

    La séance sera animée par la publication de résultats trimestriels (Ageas, Bekaert et Kinepolis notamment à Bruxelles) et le détachement de coupon de Shurgard (0,50 euro), en attendant un discours du président de la Fed.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés