1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine dans le rouge

Les Bourses américaines ont glissé en fin de séance, terminant en territoire négatif. Les marchés européens ont repris de larges couleurs ce mercredi, aidés par le rebond de Wall Street et le repli de l'euro sous 1,23 dollar.
  • New York vacille et termine dans le rouge

    Les Bourses américaines ont terminé dans le rouge après une journée agitée ce mercredi, alors que les valeurs technologiques et de l’énergie ont chuté.

    Le Dow Jones, qui a évolué dans une fourchette de plus de 500 points, a cédé 0,08% à 24.893,35 points. Le S&P 500 a légèrement fléchi (-0,51% à 2.681,52 points) après deux jours de mouvements importants. Les valeurs technologiques ont chuté de 1%, tirant le Nasdaq vers le bas, qui a reculé de 0,90% à 7.051,98 points.

    Wynn Resorts a grimpé de 8,64% à 177,32 dollars après la démission du magnat du casino Steve Wynn en tant que directeur général suite à des accusations d’agressions sexuelles.

    L’action Snap a bondi de 47,58% à 20,75 dollars mercredi à Wall Street, dopée par un chiffre d’affaires trimestriel supérieur au consensus et par une accélération de la croissance des usagers actifs de l’application Snapchat, la première depuis son introduction en Bourse il y a près d’un an. Sa dernière variation était de 22% à 17,16 dollars, un peu au-dessus de son prix d’IPO de 17 dollars.

  • Fin du live

    Voici la fin du market live, on se retrouve demain pour une nouvelle journée sur les marchés! 

  • New York termine dans le rouge

    Dow Jones -0,08% 24.912.77 points

    S&P 500 -0,50% 2.681,63 points

    Nasdaq -0,41% 7086,01

  • Le pétrole termine en fort recul à New York

    Le prix du pétrole a terminé en forte baisse mercredi à New York, touché par une production américaine hebdomadaire de brut au-delà de 10 millions de barils par jour et par un accroissement des stocks.

    Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars, référence américaine du brut, a cédé 1,60 dollar pour clôturer à 61,79 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions ont clôturé en nette hausse ce mercredi, reprenant de larges couleurs après un début de semaine difficile. Le repli de l’euro sous 1,23 dollar a également soutenu la tendance européenne.

    "C'est terminé en ce qui concerne le brutal mouvement à la baisse mais ce que nous avons vu nous rappelle que nous sommes dans une phase post-traumatique", analyse Rick Meckler, président de la société d'investissement LibertyView Capital Management. "Nous assistons maintenant à une sorte de lutte entre d'un côté les traders de court terme qui ont profité de la baisse pour acheter et qui tentent une sortie avant un nouveau repli, et de l'autre les gens qui sont plus confiants parce qu'ils pensent que le marché a touché le fond". 

    Le Footsie britannique a progressé de 1,93%, le Cac 40 de 1,82% et le Dax allemand de 1,60%. Tous les indices sectoriels ont terminé en hausse, avec en tête le secteur des services financiers.

    Les résultats de Fagron et Melexis salués

    Après avoir ouvert sur un rebond de 1,22%, le Bel 20 a maintenu son cap haussier tout au long de la séance grâce à la remontée de la totalité de ses valeurs. L’indice phare de la Bourse de Bruxelles a ainsi clôturé sur une progression de 2,45%, à 3.991,90 points.

    Dans le trio de tête, bpost a bondi de 4,79% à 27,56 euros. La banque américaine Morgan Stanley a relevé sa recommandation à "surpondérer" contre "neutre" précédemment, estimant que le groupe devrait être un des bénéficiaires de meilleurs prix en Belgique et de coûts de main-d’œuvre plus faibles. La valeur rejoint les favoris du broker pour le secteur postal. L’objectif de cours passe de 26 euros à 31 euros.

    Sur le marché élargi, Fagron s’est envolé de 17,10% à 12,19 euros. La société de parapharmacie a fait état de ventes en hausse de 3,6% à 436,9 millions d’euros et d’un ebitda récurrent en hausse de 5,7% à 95,7 millions d’euros. Des chiffres supérieurs aux attentes des analystes. "Ces solides résultats soulignent les capacités de génération de free cash flow solides et stables de Fagron. Bien que la montée en puissance de l’usine de Wichita semble être un peu plus lente que prévu, la société affirme qu’elle est toujours sur la bonne voie et estime qu’elle pourrait encore accélérer sa croissance en 2018 avec la nomination d’un nouveau directeur de l’Amérique du Nord", a commenté Frank Claassen, de Degroof Petercam. L’analyste est passé à l’achat sur la valeur. Son objectif de cours grimpe à 13 euros contre 11,5 euros auparavant.

    Melexis (+9,56% à 90 euros) a également fait mieux qu’attendu par le marché. Pour 2017, son chiffre d’affaires a progressé de 12% à 511,7 millions d’euros. Son résultat net s’affiche à 111 millions d’euros (soit 2,75 euros par action), une hausse de 15%. Lire notre article

    Le groupe Orange Belgium (-2,38% à 15,56 euros) a par contre fait moins bien que prévu pour ses résultats annuels. Son chiffre d’affaires affiche une légère progression (+0,8%), à 1,25 milliard d’euros. Pour l’exercice 2018, Orange Belgium anticipe un ebitda ajusté réduit et compris entre 280 et 300 millions d’euros. En cause toujours, les pertes de revenus sur les MVNO et le règlement européen sur l’itinérance.

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +2,45%

    FTSE-100 (Londres) +1,93%

    AEX +1,93%

    CAC 40 +1,82%

    DAX +1,60%

  • Chipotle chute à Wall Street, baisse de la fréquentation

    Chipotle Mexican Grill (CMG)  chute à Wall Street après avoir fait part la veille d'une baisse de la fréquentation de ses restaurations au quatrième trimestre et prévenu que la situation n'allait pas s'arranger avant le second semestre.

    La chaîne de burritos peine à surmonter une série de scandales sanitaires depuis 2015 qui ont entaché sa réputation et provoqué la désaffection de ses restaurants, dont la fréquentation a diminué de 3% au quatrième trimestre. A la différence de nombreuses chaînes de restauration rapide, Chipotle a choisi de relever ses tarifs d'environ 5% en 2017. McDonald's par exemple a gagné des parts de marché en misant en janvier sur de nouveaux menus à bas prix à un, deux ou trois dollars.

  • USA: Hausse moins forte que prévu des stocks de pétrole

    Les stocks américains de pétrole brut ont augmenté la semaine dernière mais moins fortement que prévu, selon les données publiées par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

    Les stocks de brut ont augmenté de 1,9 million de barils à 420,25 millions pendant la semaine au 2 février. Les économistes attendaient en moyenne une hausse de 3,2 millions de barils .

    Les stocks d'essence ont augmenté de 3,4 millions de barils à 245,47 millions, soit plus que la hausse de 459.000 barils anticipée par les économistes. Les réserves de produits distillés, qui incluent le fioul domestique, ont progressé de 3,9 millions de barils. Le marché attendait au contraire une baisse de 1,4 million.

    Le taux d'utilisation des capacités des raffineries a augmenté de 4,4% à 92,5%.

  • "C'est terminé en ce qui concerne le brutal mouvement à la baisse mais ce que nous avons vu nous rappelle que nous sommes dans une phase post-traumatique". "Nous assistons maintenant à une sorte de lutte entre d'un côté les traders de court terme qui ont profité de la baisse pour acheter et qui tentent une sortie avant un nouveau repli, et de l'autre les gens qui sont plus confiants parce qu'ils pensent que le marché a touché le fond"
    Rick Meckler
    président de LibertyView Capital Management

  • | OPENING BELL |

    Wall Street a ouvert en légère baisse ce mercredi: le Dow Jones recule de 0,06%, le S&P 500 de 0,18% et le Nasdaq de 0,42%

  • Le ministère allemand des Finances passe à gauche, un tournant

    Le prochain ministère des Finances en Allemagne est promis aux sociaux-démocrates, marquant une rupture avec l'ère du conservateur Wolfgang Schäuble, très rigoriste gardien de l'orthodoxie budgétaire dans son pays et en Europe.

    Les Finances étaient depuis huit ans la chasse gardée du parti démocrate-chrétien d'Angela Merkel.

    L'abandon de ce portefeuille-clé dans la première économie européenne illustre à sa manière l'affaiblissement politique de la chancelière: elle a dû faire de grandes concessions aux sociaux-démocrates pour arracher un accord de coalition et rester au pouvoir.

    Le départ en décembre de l'ex-titulaire du poste des Finances, Wolfgang Schaüble, resté en mémoire dans de nombreux pays européens comme celui qui tenta d'exclure la Grèce de la zone euro au pire de la crise de la dette, avait déjà annoncé "un vrai changement de mentalité chez les dirigeants allemands", note Frédéric Ducrozet, économiste chez Pictet Wealth Management.

    Son remplacement par un social-démocrate constitue une étape supplémentaire.

    Cette "prise de guerre" devrait aider la direction du parti social-démocrate à convaincre sa base d'approuver une nouvelle coalition avec la droite, la troisième depuis 2005, en dépit des fortes réserves des militants en interne.

    "Ce changement est une importante surprise mais il faut être mesuré sinon il risque d'y avoir des déçus, la realpolitik va reprendre très rapidement le dessus", pronostique toutefois M. Ducrozet.

  • "Après chaque épisode de baisse marquée, il y a quelques moments de soulagement pendant lesquels ceux qui ont plus d'appétit pour le risque ramassent des actions. Les fortes variations des marchés américains mardi suggèrent que le retour à la normale n'est pas encore acquis et certains investisseurs voient dans la hausse d'aujourd'hui un épisode de calme avant la prochaine tempête."
    David Madden
    Analyste de CMC Markets UK

  • Wall Street attendue en repli

    La Bourse de New York était attendue en repli, malgré son rebond de la veille qui a permis d'effacer une partie des pertes drastiques de la journée de lundi, ayant entraîné un effet domino sur les marchés dans le monde.

    Vers 14h30, le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, perdait 0,32%. Celui du Nasdaq, à dominante technologique, cédait 0,33% et celui de l'indice élargi S&P 500 0,46%.

    Les investisseurs prendront connaissance des stocks hebdomadaires de pétroles brut et du crédit à la consommation pour le mois de décembre.

    En ce qui concerne les entreprises, la saison des résultats se poursuit.

    Après la séance, le constructeur automobile Tesla publiera ses résultats annuels et le groupe de médias 21st Century Fox donnera ses chiffres pour le deuxième trimestre de son exercice décalé 2017/2018.

  • Melexis va fortement investir

    135 millions. C'est le montant substantiel que Melexis va investir dans ses usines en France et en Bulgarie au cours des cinq prochaines années pour soutenir la croissance mondiale.

    Et Melexis est en plein essor. Le spécialiste des capteurs pour voitures a augmenté ses ventes de 11% au dernier trimestre, à 132,7 millions d'euros. C'est un peu mieux que les 132 millions d'euros attendus par les analystes. Et ce malgré un dollar en chute libre - la devise dans laquelle environ la moitié des contrats sont facturés - qui a dépassé la croissance de 4 points de pourcentage.

    "Comme en 2016, nous avons progressé en 2017 deux fois plus vite que le marché", explique Françoise Chombar, PDG de l'entreprise.

  • Avis de broker sur Bpost

    Morgan Stanley passe à "surpondérer" sur Bpost , contre "pondération neutre". L'objectif de cours est désormais de 31 euros contre 26 jusqu'ici.

  • Fagron distribue un dividende et envisage des acquisitions

    La société de para-pharmacie Fagron  qui sort, depuis peu, d’une passe difficile s’est dotée depuis quelques mois d’un nouveau CEO, Rafael Padilla. On attendait de celui-ci qu’il explicite sa stratégie de développement. C’est désormais chose faite à l’occasion de la publication des résultats annuels du groupe. "Nous nous concentrerons sur une forte croissance organique soutenue par des acquisitions des nos marchés clés", a-t-il indiqué.

    Le CEO siégera désormais au conseil d’administration.

    Malgré cette stratégie "buy-and-build", Fagron a décidé de distribuer un dividende de 0,10 euro brut.

    Quant aux chiffres de l’année, ils sont globalement légèrement supérieurs aux attentes.

  • KBC Securities vise 8 euros plus haut pour Melexis

    KBC Securities relève son objectif de cours sur Melexis à 100 euros contre 92. La recommandation reste à "acheter".

  • Degroof Petercam relève son conseil sur Fagron

    Degroof Petercam relève son conseil sur Fagron à "acheter" contre "conserver" avec un objectif de cours à 13 euros contre 11,5 jusqu'ici.

  • Melexis un quart plus haut

    Ceux qui ont acheté Melexis à 72 euros à l'occasion de la vague de ventes sur les marchés il a exactement 24 heures ont maintenant un bénéfice de plus de 25%. Le fabricant de puces pour le secteur automobile a ouvert en hausse de 9,98% à 90,35 euros, après les résultats et les perspectives solides.

  • Snap bondit de 24% après ses résultats

    L'action Snap a gagné jusqu'à 24% mercredi dans les transactions électroniques avant l'ouverture de Wall Street, dopée par un chiffre d'affaires trimestriel supérieur au consensus et par une accélération de la croissance des usagers actifs de l'application Snapchat, la première depuis son introduction en Bourse il y a près d'un an.

    Sa dernière variation était de 22% à 17,16 dollars, un peu au-dessus de son prix d'IPO de 17 dollars en mars 2017.

    A la clôture de mardi, l'action était en retrait de 17% par rapport à ce prix.

    Certains analystes restent prudents.

    "Un bon trimestre ne change pas notre point de vue fondamental qui veut que Snap a encore beaucoup à faire pour mériter un multiple à prime."
    Brent Thill
    Analyste de Jefferies

  • L'UE rehausse sa prévision de croissance

    La Commission européenne a rehaussé mercredi ses prévisions de croissance pour la zone euro, tablant désormais sur 2,3% pour cette année et 2,0% pour l'an prochain. Le 9 novembre, l'exécutif européen avait dit s'attendre à 2,1% pour 2018 et 1,9% en 2019.

    "L'économie européenne a surpassé les attentes et sa croissance devrait rester soutenue l'année prochaine", a commenté le vice-président de la Commission européenne pour l'euro, Valdis Dombrovskis.

  • "Le rendement américain à dix ans reste proche des 2,8%, tandis que le Vix (l'indice de la peur) demeure élevé, autour de 30, ce qui suggère que le calme relatif des 18 derniers mois est terminé, et que nous sommes désormais prêts pour davantage de mouvement sur les marchés."
    Neil Wilson, analyste chez ETX Capital

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    Le point sur les marchés en milieu de séance

    1. Les indices actions européens évoluent en hausse prudente, un rebond encouragé par la clôture positive de Wall Street la veille et des propos jugés rassurants d'un responsable de la Réserve fédérale américaine sur le risque inflationniste. La volatilité reste élevée cependant.

    2. En milieu de séance, l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 gagne 0,60%. Amsterdam gagne 1%, Londres 0,70%, Francfort 0,52% et Paris 0,33%.

    3. A Bruxelles, l'indice Bel20 engrange 1,16%, entraîné par Bpost dont l'action représentative bondi de 5,6% après des commentaires favorables de Morgan Stanley. En vue également, Fagron bondit de 14,8% et Melexis de 7,6% dans la foulée de leurs résultats trimestriels.

    4. Sur les marchés obligataires, l'heure est à l'apaisement. Le Bund allemand à 10 ans est stable à 0,688%. Le Treasuries à 10 ans baisse de 4 points de base à 2,76%, après avoir atteint 2,88% lundi.

    5. Sanofi lâche 1,7%. Sanofi a annoncé un recul de ses résultats au quatrième trimestre 2017, sur lesquels pèse notamment une charge liée aux difficultés de son vaccin contre la dengue, qui fait l'objet d'une polémique sur ses effets potentiellement négatifs.

    6. Wall Street est attendue en baisse, de l'ordre de 0,9% selon les contrats à terme.

    7. Les investisseurs seront attentifs aux interventions publiques de plusieurs autres responsables de la banque centrale américaine: Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas, William Dudley, son homologue de New York, Charles Evans (Chicago) et John Williams (San Francisco).



  • Problèmes techniques résolus

    Les problèmes techniques affectant la diffusion des cours sur notre site sont résolus. Merci pour votre  patience!

  • Merrill Lynch en soutien de BNP Paribas

    Le titre BNP Paribas profite ce matind'une recommandation de BofA Merrill Lynch. Le broker a relevé sa recommandation de "neutre" à "acheter" et porté son objectif de cours de 68 à 75 euros, soit
    un potentiel de hausse de 18,6% sur la clôture de mardi.

  • Problème dans la diffusion des cours

    Nous rencontrons actuellement des problèmes techniques dans la diffusion des cours de Bourse. Nous mettons tout en oeuvre pour les résoudre le plus rapidement possible.

  • ABN Amro, Sanofi et Fnac Darty en vue en Europe

    • ABN Amro - ABN Amro cède 2,29% en dépit d'un bond de 63% de son résultat net, certains analystes s'inquiétant des distributions de liquidités après les déclarations du groupe bancaire néerlandais sur sa volonté de renforcer son bilan.

    L'analyste d'ING, Albert Ploegh, souligne le pronostic conservateur en matière de distribution du dividende. La grande banque néerlandaise entend reverser "au moins 50%" de ses bénéfices, mais le consensus des analystes tablait sur plus de 60% dans les années à venir. "Nous nous attendons donc à ce que le consensus des anaystes baisse", a-t-il précisé.

    • Sanofi   - Parmi les autres grands groupes ayant publié leurs comptes en début de journée, Sanofi, en net repli dans les premiers échanges, est repassé dans le vert pour gagner 0,83%. Le groupe a publié avant l'ouverture des résultats trimestriels en baisse, notamment en raison d'une charge liée aux difficultés de son vaccin contre la dengue.

    • Fnac Darty - Fnac Darty prend quant à lui 4,82% après le rachat de 11% du capital par le courtier en assurances SFAM, qui devient ainsi le deuxième actionnaire du groupe français de distribution en reprenant les parts du fonds Knight Vinke.

  • Le point sur les marchés en matinée

    Le point sur les marchés en début de matinée

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en hausse prudente, un rebond encouragé par la clôture positive de Wall Street la veille et des propos jugés rassurants d'un responsable de la Réserve fédérale américaine sur le risque inflationniste.

    2. Aux alentours de 10h15, Amsterdam gagne 0,79%, Londres 0,62%, Paris 0,38% et Francfort 0,33%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 de 0,61%. Ce dernier a enchaîné sept séances consécutives dans le rouge, abandonnant au total 6,9%.

    3. Les contrats à terme sur Wall Street suggèrent un nouveau repli de près de 0,9% ce mercredi, une perspective qui explique la faible ampleur du rebond européen.

    4. La volatilité reste en outre nettement supérieure à ses niveaux des derniers mois. A Wall Street, l'indice Vix a dépassé la barre de 50 mardi avant de finir à 31,47, contre à peine plus de 14 il y a une semaine. Son équivalent pour l'EuroStoxx se replie quant à lui de 18,58% à 24,57 après un pic à plus de 32 mardi.

    5. Du côté des emprunts d'Etat, les rendements confirment leur repli après la forte hausse des dernières semaines qui a déclenché la correction sur les actions: le dix ans américain, qui avait dépassé 2,88% lundi, est repassé sous 2,77% et le dix ans allemand évolue autour de 0,7% alors qu'il frôlait 0,77% vendredi.

    6. Les investisseurs seront attentifs aux interventions publiques de plusieurs autres responsables de la banque centrale américaine ce mercredi: Robert Kaplan, le président de la Fed de Dallas, William Dudley, son homologue de New York, Charles Evans (Chicago) et John Williams (San Francisco).

    7. Sur les marchés actions, le rebond profite à la quasi-totalité des secteurs, mais davantage aux compartiments les plus sensibles aux taux, comme les télécoms (+1,25%) et les services aux collectivités (+0,84%).

  • Accord de gouvernement en Allemagne

    Les conservateurs de la chancelière allemande Angela Merkel et les sociaux-démocrates ont trouvé après un dernier marathon nocturne de négociations un accord pour former un gouvernent de coalition en Allemagne, ont annoncé mercredi plusieurs médias allemands.

    La chaîne de télévision publique ARD, le magazine de référence Der Spiegel et le quotidien le plus lu du pays Bild ont fait part d'un "accord sur un contrat de coalition", affirmant que les derniers désaccords avaient été levés. Les derniers différends concernaient la répartition des portefeuilles ministériels, la réforme de la santé et l'encadrement des contrats de travail à durée déterminée.

     

  • Nomura clôt son produit d'investissement 'Short VIX'

    Après l'effondrement de Wall Street lundi soir, la maison de change Nomura a liquidité son produit d'investissement qui permettait aux investisseurs - beaucoup de particuliers japonais - de parier contre une flambée de la volatilité.

    Les détenteurs du produit ont reçu 1.144 yens, soit 96% de moins qu'avant lundi.

     

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens repartent à la hausse, reprenant des couleurs après le rebond de Wall Street.

    • Bruxelles: +0,87%
    • Amsterdam: +0,95%
    • Francfort: +0,73%
    • Paris: +0,48%
    • DJ Stoxx 600: +0,73%

  • Les chats vidéo font leur grand retour

    Les chats vidéo font leur grand retour sur le site de L'Echo.

    Chaque mercredi midi, venez poser vos questions à des  conomistes/stratégistes/analystes financiers sur les marchés boursiers et la macroéconomie. Pour cette première édition, nous recevrons Bernard Keppenne (Chief Economist chez CBC Banque) avec qui nous parlerons de la situation économique aux États-Unis et en Europe.

    Vous pouvez dès à présent poser toutes vos questions via ce lien

     

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Le point avant l'ouverture des marchés

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture, dans la foulée du rebond de Wall Street la veille.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 1,3% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 1,1% et le FTSE à Londres avancerait de 0,6%.

    3. Les indices européens ont perdu plus de 2% mardi sur fond de correction généralisée des marchés d'actions en raison des craintes d'un resserrement monétaire accéléré des banques centrales.

    4. Wall Street a connu une nouvelle séance agitée mardi mais a finalement réussi à rebondir au lendemain du plus fort recul depuis six ans et demi du Dow Jones et du S&P-500. Le Dow Jones a repris 2,33% et le S&P-500 a regagné 1,74%.

    5. L'indice Vix de la volatilité a grimpé jusqu'à 50,30 mardi avant de redescendre à 29,98 en clôture.

    6. En Asie, la séance a débuté sur un net rebond mais les Bourses de la région ont peu à peu effacé leurs gains avec la baisse affichée par les contrats à terme sur les indices américains. Le Nikkei à Tokyo a terminé en hausse de 0,16% après avoir gagné jusqu'à 3,4% en séance.

    7. Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans évolue autour de 2,76% après un pic à 2,885% lundi.

    8. Les investisseurs seront attentifs à l'intervention de Charles Evans, le président de la Fed de Chicago, sur les conditions économiques et la politique monétaire à 17h15.

    9. L'euro évolue sur une note stable face au dollar, à 1,2388.

  • Le Dow Jones reprend de l'élan

    Les Bourses américaines ont finalement repris de l’élan hier mardi, oscillant entre territoire positif et négatif durant une séance volatile, au lendemain d’une journée panique durant laquelle le Dow Jones et le S&P 500 ont connu leurs plus fortes baisses d’une journée en plus de six ans.

    L’indice vedette Dow Jones de la Bourse New York a enregistré mardi une différence de plus de 1.000 points entre son plus haut et son plus bas.

    Le Dow a avancé de 2,33% à 24.912,77 points. Le S&P 500 a progressé de 1,74% à 2.695,14 points et le Nasdaq a pris 2,13% à 7.115,88 points.

    Parmi les valeurs en vue, l'opérateur boursier CBOE, propriétaire de l'indice Vix, a chuté de 10,41%. Trois ETF Vix inversés, pariant sur la poursuite d'une faible volatilité, ont été arrêtés après de lourdes pertes la veille.

     

  • A suivre ce mercredi 7 février

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Production industrielle / décembre
    Chine
    • Réserves de change / janv.

    → ENTREPRISES

    Australie
    • Rio Tinto / résultats annuels

    Danemark
    • Carlsberg / résultats du T4

    Japon
    • SoftBank / résultats du T3
    • Mazda / résultats du T3

    Pays-Bas
    • ABN Amro / résultats du T4
    • NXP Semiconductor / résultats du T4

    ENTREPRISES

    Belgique

    Résultats 2017 avant Bourse de:
    • Melexis
    • Orange Belgium
    • Fagron
    • Intervest Offices & Warehouses: résultats 2017 (après Bourse)
    • Hamon: possibilité de souscrire à l’augmentation de capital. Un droit de préférence pour six actions nouvelles, au prix de 0,50 euro par action. Jusqu’au 9 février inclus

    Etats-Unis
    • Twenty-First Century Fox / résultats du T2 (après Bourse)
    • Tesla: résultats du T4

    France
    • Sanofi / résultats annuels
    • Vinci / résultats annuels

    Italie
    • Unicredit: résultats T4

    Royaume-Uni
    • GlaxoSmithKline / résultats du T4

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre les principaux événements de cette séance de bourse du mercredi 7 février 2018.

  • Tokyo finit en petite hausse

    La Bourse de Tokyo a fini en petite hausse, après son plongeon de la veille, dans une tentative de rebond dans la foulée de Wall Street.

    L'indice Nikkei a gagné jusqu'à 3,4% en séance avant d'effacer une bonne partie de ses gains alors que les contrats à terme sur les indices américains sont en baisse.

    Le Nikkei a clôturé en hausse de 35,13 points (+0,16%) à 21.645,37 points et le Topix, plus large, a pris 6,50 points (+0,37%) à 1.749,91 points.

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content