1. Les marchés
  2. Live blog
live

La livre et les marchés bondissent sur des espoirs d'accord de Brexit

Les indices boursiers ont accéléré leurs gains en clôture, alors qu'un projet d'accord de Brexit était annoncé en bonne voie. La livre sterling a bondi après des informations rapportant que des responsables européens entrevoyaient un possible projet d'accord.
  • Vos rendez-vous boursiers de mercredi

    Notre Market Live va prendre fin, merci de nous avoir suivis!

    Nous vous proposons de jeter un coup d'oeil à l'agenda de demain, où figurent notamment les résultats de Bank of America (avant l'ouverture de Wall Street):

    Merci pour votre fidélité et RDV dès 7h30 demain pour un nouveau suivi en live de l'actualité des marchés!

  • Voici les débriefings du jour

    La fin de la séance boursière a été animée, avec de soudains achats d'actions dûs à des propos de responsables européens rapportés par la presse au sujet de la possibilité d'obtenir rapidement un projet de texte d'accord de Brexit.

    En Bourse de Bruxelles, les valeurs bancaires ont soutenu le Bel 20 en clôture, tandis qu'au sein de l'indice belge, seules Umicore et Barco ont reculé. D'Ieteren a bondi.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +1,18% à 3.757,24 points

    AEX: +0,81% à 579,87 points

    Cac: +1,05% à 5.702,05 points

    FTSE 100: -0,03% à 7.211,64 points

  • Un projet d'accord de Brexit mercredi matin?

    Le journal britannique The Guardian rapporte qu'un projet de traité pourrait être publié mercredi matin, citant des sources haut placées de l'Union européenne et du Royaume-Uni. L'accord prévoirait le principe d'une frontière douanière au niveau de la mer d'Irlande.

  • Les indices européens au plus haut du jour à l'approche la clôture

    Bel 20 : +1,3%

    AEX : +0,9%

    Cac 40 : +1,3%

    Dax : +1,5%

    FTSE 100 : +0,03% (la hausse de la livre sterling  (+1,2% face à l'euro) pèse sur les exportateurs britanniques)

  • Un projet d'accord de Brexit serait en vue, les marchés bondissent

    L'agence Bloomberg cite deux sources officielles de l'Union européenne affirmant que les négociateurs de l'UE et du Royaume-Uni s'approchent d'un texte préliminaire et sont optimistes sur la possibilité d'une avancée avant la fin de la journée.

    Toute conclusion d'un projet de document légal d'accord de Brexit dépend de l'accueil qui lui sera réservé côté britannique: le Premier ministre Boris Johnson ne devrait donner son feu vert que s'il pense qu'il aura le soutien du Parlement, ce qui implique l'accord crucial du parti unioniste nord-irlandais DUP.

    Indice Stoxx Europe 600 Intraday 15/10/2019 ©Bloomberg

  • Vous reprendrez bien un peu d'assouplissment monétaire?

    La Fed pourrait choisir de fournir un assouplissement supplémentaire à l'avenir mais ces décisions seront prises d'une réunion à l'autre.
    James Bullard
    Président de la Fed de Saint-Louis

  • Résultats globalement bien accueillis à Wall Street

    La saison des résultats trimestriels des entreprises cotées en Bourse de New York débute bien.

    Parmi les composants du Dow Jones, en ce début de séance, United Healthcare  bondit de 6%, JPMorgan  grimpe de 1,7% et Johnson & Johnson  avance de 1,1%. Ces trois groupes ont publié des résultats en progression.

    Par contre, Goldman Sachs , dont les chiffres sont inférieurs aux attentes, perd 2,8%.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York est bien orientée en début de séance. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,38% et le Nasdaq  progresse de 0,33%.

  • Citigroup: résultats meilleurs que prévu au 3T

    Citigroup a annoncé des résultats trimestriels meilleurs que prévu malgré un environnement de taux d'intérêt bas défavorables aux marges dans les activités classiques de prêts et de dépôts, mais ses coûts ont augmenté alors que la banque américaine s'était engagée à les réduire drastiquement pour améliorer sa rentabilité.

    • Le bénéfice net a progressé de 6,3%, à 4,91 milliards de dollars, lors des trois mois achevés le 30 septembre, ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 2,07 dollars, contre 1,95 dollar attendu en moyenne par les analystes. 
    • Le chiffre d'affaires est ressorti à 18,57 milliards de dollars, en hausse de 1%, supérieur aux 18,55 milliards anticipés, a précisé la banque dans un communiqué.
  • Goldman Sachs enregistre un troisième trimestre mitigé

    La banque d'affaires Goldman Sachs a annoncé des résultats trimestriels mitigés, marqués par une baisse des commissions perçues par les banquiers d'affaires alors que les traders ont retrouvé le sourire.

    • Le bénéfice net a certes augmenté de 17,8% à 1 milliard de dollars lors des trois mois achevés le 30 septembre, mais rapporté par action et ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, il est de 4,79 dollars, inférieurs aux 4,81 dollars attendus en moyenne par les analystes.
    • Le chiffre d'affaires trimestriel a, lui, diminué de 5,6% à 8,32 milliards de dollars, meilleur que les 8,31 milliards escomptés, selon un communiqué.
    ©REUTERS

  • Wall Street devrait ouvrir en hausse

    Wall Street est attendue en légère hausse et les bourses européennes, Londres exceptée, progressent à mi-séance, soutenues par l'optimisme quant à l'issue des discussions sur le Brexit, qui l'emporte pour l'instant sur les doutes entourant le dossier du commerce USA-Chine.

    → Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais préfigurent une progression d'environ 0,3% à l'ouverture.

  • JPMorgan Chase dépasse les attentes au 3T

    La banque JPMorgan Chase a annoncé des résultats trimestriels meilleurs que prévu malgré un environnement de taux d'intérêt bas affectant les marges dans les activités classiques de prêts et de dépôts, mais son PDG Jamie Dimon a averti que la croissance américaine "a ralenti légèrement".

    • Le résultat net a augmenté de 8,35%, à 9,08 milliards de dollars, lors des trois mois achevés le 30 septembre, ce qui s'est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 2,68 dollars, contre 2,45 dollars attendus en moyenne par les analystes. 
    • Le chiffre d'affaires a, lui, progressé de 7,3%, à 29,3 milliards de dollars, supérieurs aux 28,49 milliards anticipés, selon un communiqué.
  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * CITIGROUP, GOLDMAN SACHS, JPMORGAN CHASE et WELLS FARGO doivent publier leurs résultats du troisième trimestre avant l'ouverture.

    * JOHNSON & JOHNSON - Le géant de la pharmacie et de la santé a relevé ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice par action pour l'ensemble de cette année. Le titre gagne 1,7% dans les échanges en avant-bourse.

    * UNITEDHEALTH prend 2,7% en avant-bourse après avoir annoncé un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes et relevé ses prévisions pour l'ensemble de l'année grâce aux bonnes performances de sa principale activité d'assurance et de sa division Optum, qui intègre la gestion des ordonnances.

    * BLACKROCK, le premier gérant de fonds mondial, a annoncé un bénéfice trimestriel meilleur que prévu en raison du succès de ses fonds obligataires dans un contexte d'incertitudes sur la croissance économique mondiale.

  • Légère remontée du taux de chômage au Royaume-Uni

    Le taux de chômage au Royaume-Uni est remonté à 3,9% lors des trois mois terminés fin août, a indiqué le Bureau national des statistiques (ONS), soulignant que le marché du travail montrait des signes d'essoufflement à l'approche du Brexit. Fin juillet, le taux de chômage était tombé à 3,8%, au plus bas depuis plus de quarante ans. Fin août, il restait un peu plus bas qu'un an auparavant (4,0%), précise l'ONS.

    Les salaires ont, en revanche, augmenté de 1,9% sur un an, hors inflation, dans un pays familier des emplois précaires et peu payés. "Le marché britannique a montré des signes de ralentissement lors des trois mois achevés en août 2019" comparé aux trois mois terminés fin juillet, avec un repli du niveau d'emploi et une hausse du niveau d'inactivité notamment, commente l'ONS.

  • L'indice Zew se stabilise plus ou moins en octobre

    Le moral des investisseurs allemands, calculé par l'institut Zew, est tombé à -22,8 en octobre contre -22,5 en septembre. Les économistes interrogés par l'agence Reuters tablaient sur une baisse plus importante, à -27,0.

    Le sous-indice du jugement des investisseurs sur la situation économique actuelle s'est dégradé plus que prévu à -25,3 après -19,9 le mois précédent et -26,0 attendu par le consensus. "L'accord récent dans le conflit commercial opposant les Etats-Unis et la Chine ne semble pas diminuer le scepticisme économique à ce stade", a déclaré Achim Wambach, le président de l'institut ZEW, en référence à l'accord partiel trouvé vendredi dernier entre les deux pays.

  • Volkswagen suspend sa décision sur une nouvelle usine en Turquie

    Le groupe automobile Volkswagen   a annoncé avoir suspendu sa décision sur la construction d'une nouvelle usine en Turquie, se disant "préoccupé" après le début de l'offensive turque en Syrie. "La décision sur la nouvelle usine a été repoussée par le directoire", a indiqué un porte-parole du constructeur. "Nous observons la situation de près et voyons l'évolution actuelle avec préoccupation."

    Le groupe automobile avait décidé "ces derniers mois" d'installer en Turquie son nouveau site de production d'Europe de l'Est, et non en Roumanie ou en Bulgarie, selon le quotidien Handelsblatt. L'usine représente un investissement estimé entre 1,2 et 1,5 milliard d'euros et devrait employer quelque 4.000 personnes.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes ont ouvert en hausse, soutenues par un regain d'espoir sur l'issue du Brexit bien que les incertitudes sur le commerce entre Chinois et Américains restent dans toutes les têtes.

    → À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,58% à 5.675,81 points. À Francfort, le Dax prend 0,43%, à un plus haut de près de trois mois. À Londres, le FTSE prend 0,12%, freiné par la hausse de livre. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,68%, le FTSEurofirst 300 de 0,62% et le Stoxx 600 de 0,52%.

    Il est encore possible de trouver cette semaine un accord sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, même si cette tâche est de plus en plus difficile, a déclaré ce mardi matin le négociateur européen en chef, Michel Barnier. Cette déclaration a permis de rassurer les investisseurs, juste avant l'ouverture du marché, sur l'issue du Brexit. Les Britanniques doivent mettre sur la table de nouvelles propositions pour sortir de l'impasse, a rapporté peu après la chaîne de télévision publique irlandaise RTE.

    La livre sterling gagne environ 0,4% face au dollar et à l'euro.

  • Madrid révise en baisse ses prévisions de croissance

    Le gouvernement espagnol a révisé légèrement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2019 et 2020 sur fond de ralentissement économique mondial.

    Dans ses prévisions budgétaires quadri-annuelles soumises à la Commission européenne, le gouvernement socialiste, qui expédie les affaires courantes jusqu'aux élections du 10 novembre, a indiqué tabler sur une croissance de 2,1% cette année, contre 2,2% attendu auparavant. Pour 2020, il mise sur 1,8%, contre 1,9% auparavant. La croissance s'est établie à 2,4% l'an dernier.

    "Malgré le ralentissement provoqué par des facteurs extérieurs et par l'incertitude internationale, l'Espagne croît plus que la moyenne de la zone euro", souligne le gouvernement alors que, dans ses dernières prévisions publiées en septembre, la Banque centrale européenne (BCE) a indiqué s'attendre à une croissance de 1,1% cette année et de 1,2% en 2020.

  • Fraude chez Wirecard?

    Selon le Financial Times, la fintech allemand Wirecard   aurait des "pratiques suspectes de comptabilité". Les feuilles de calcul internes à la société, ainsi que la correspondance entre les principaux membres de l’équipe financière de Wirecard, indiqueraient un effort concerté pour gonfler frauduleusement les ventes et les bénéfices des entreprises Wirecard à Dubaï et en Irlande, ainsi que pour éventuellement induire en erreur EY, le premier auditeur de Wirecard.

  • Degroof Petercam ajuste le tir sur D'Ieteren

    Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour D'Ieteren   à 63 euros contre 53 euros précédemment. La recommandation reste à "acheter".

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,74%

    CAC 40 +0,72%

    BEL 20 +0,68%

  • France: l'inflation confirmée à 0,9% en septembre

    Le rythme de l'inflation a ralenti en septembre en France, la hausse des prix à la consommation sur un an s'établissant à 0,9% après 1,0% en août, selon les données publiées par l'Insee. Ces chiffres définitifs confirment l'estimation provisoire publiée à la fin du mois dernier. L'évolution sur un an de l'indice des prix harmonisé selon les normes européennes IPCH - qui permet des comparaisons avec les autres pays de la zone euro - a également été confirmée à +1,1%, après +1,3% en août.

    Les évolutions sur le seul mois de septembre de l'indice des prix à la consommation en France (IPC) et de l'IPCH ont été confirmées à -0,3% pour l'IPC et -0,4% pour l'IPCH.

  • "Un accord sur le Brexit est toujours possible cette semaine" (Barnier)

    Un accord de divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne est encore possible cette semaine, même si cela est de plus en plus difficile, a déclaré le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier. Des déclarations qui font bondir la livre sterling.

  • "L'accord entre les USA et la Chine reste flou"

    "Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse malgré les incertitudes qui règnent concernant les règlements commerciaux entre Washington et Pékin. Rappelons ici qu'à part la promesse de ne pas relever les tarifs américains sur 250 milliards de dollars de biens chinois le 15 octobre et les promesses chinoises d'acheter des produits agricoles américains en 'masse', le reste de 'l'accord' reste très flou."
    Mirabaud Securities Genève

  • Les tensions commerciales, la nouvelle norme?

    Selon la dernière enquête de Bank of America-Merrill Lynch, les gestionnaires de fonds restent particulièrement prudents sur les tensions commerciales. La majorité d'entre eux estiment même qu'elles ne disparaîtront jamais.

  • À Tokyo, le Nikkei finit en hausse de 1,9%

    Fermée lundi pour cause de jour férié, la Bourse de Tokyo a fini en nette hausse en réaction à l'accord commercial partiel trouvé entre les États-Unis et la Chine vendredi dernier. L'indice Nikkei a gagné 1,87% à 22.207,21 points, à un plus haut de trois semaines, et le Topix, plus large, a pris 1,56% à 1.620,20 points.

    La hausse du marché actions a également été alimentée par des anticipations de demande pour la reconstruction des zones sinistrées après le passage du typhon Hagibis qui a touché une grande partie du centre et de l'est du Japon. Le secteur du transport maritime, sensible à la question commerciale, prenait 2,9% en fin de séance, et celui de la construction 2,43%.

    ©REUTERS

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture, et les investisseurs devraient rester prudents face aux incertitudes sur le commerce et le Brexit.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,12% à l'ouverture, le Dax à Francfort prendrait 0,11% et le FTSE à Londres grappillerait 0,08%.

    Les cours du pétrole sont en baisse, la chute des prix à la production chinois (cfr post de 07h28) s'ajoutant aux incertitudes sur l'évolution du conflit commercial USA-Chine. Le baril de Brent perd 0,79% à 58,88 dollars et celui de brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) recule à 53,21 dollars (-0,71%).

    Du côté des emprunts d'État, le marché obligataire américain a rouvert ce mardi au lendemain d'un jour férié. Le rendement des Treasuries à 10 ans perd six points de base à 1,692%, effaçant une partie des gains engrangés vendredi sur des anticipations d'un accord commercial entre les États-Unis et la Chine.

  • Les dernières transactions d'initiés à Bruxelles

    Selon les données de la FSMA, le CEO d'Exmar   Nicolas Saverys a vendu quelque 485.163 actions vendredi dernier, au prix de 5,08 euros l'unité. Ce qui représente un montant total de 2,4 millions d'euros.

    Luc Tack, CEO de Tessenderlo   et Picanol  , a de son côté acheté 1.200 actions Tessenderlo le même jour au prix de 28,48 euros l'unité. Soit 34.176 euros au total.

  • Immo Moury détache son coupon

    Immo Moury , groupe immobilier scindé en 2008 de Moury Construct  , cote aujourd'hui ex-dividende de 2,3 euros brut. Le rendement net du dividende est de 3%. Lien vers le calendrier financier

    Immo Moury investit presque exclusivement en Wallonie, et plus particulièrement à Liège et dans ses environs. Deux immeubles à Liège ont été achetés au cours de l'exercice écoulé. Son portefeuille est composé d’un ensemble d’immeubles industriels, d’immeubles commerciaux, d’immeubles résidentiels et d’actions de Cofinimmo   et de Befimmo  .

  • L'investisseur particulier belge moins pessimiste

    Les investisseurs particuliers belges sont restés pessimistes en septembre. Mais moins qu’en août, selon le Baromètre mensuel d’ING, qui évalue leur moral.

  • Chine: plus important déclin des prix à la production en trois ans

    Les prix à la production en Chine ont décliné en septembre à leur rythme le plus important depuis plus de trois ans, mettant en exergue la nécessité pour Pékin d'engager des mesures supplémentaires de soutien à l'économie face à l'affaiblissement de la demande sur fond de pressions commerciales américaines. D'après les statistiques officielles, l'indice des prix à la production (PPI) a chuté le mois dernier de 1,2% en rythme annuel, soit son déclin le plus important depuis juillet 2016. Il s'agit toutefois d'une diminution conforme à celle attendue par les économistes interrogés par Reuters.

    Certains analystes disent s'attendre à l'annonce à la fin du mois de nouvelles mesures de soutien, alors que les perspectives ne sont pas franchement optimistes malgré la volonté d'apaisement affiché par Washington à l'issue du dernier cycle de négociations commerciales avec Pékin en fin de semaine dernière.

  • Chine: le porc fait bondir l'inflation au plus haut depuis 6 ans

    L'inflation en Chine a atteint 3% en septembre en rythme annuel, soit son niveau le plus élevé depuis six ans, selon des statistiques officielles. Ce score est légèrement supérieur aux prévisions des analystes, qui tablaient en moyenne sur une hausse de 2,9% des prix à la consommation, selon l'agence financière Bloomberg. Il s'agit du niveau le plus élevé de l'inflation depuis octobre 2013.

    Les prix du porc, viande la plus consommée du pays, ont connu une nouvelle flambée (+69,3% sur un an après +46,7% au mois d'août), a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS). Hors alimentaire, l'inflation est à un niveau bas en raison d'un effondrement des prix de l'énergie (-12,1% pour les carburants), relève Martin Lynge Rasmussen, analyste pour Capital Economics. "L'indice des prix à la consommation devrait continuer de s'accélérer ces prochains mois" en raison des difficultés d'approvisionnement en porc, prévient-il.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pouvez suivre en direct les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 15 octobre 2019.

    À l'agenda de cette nouvelle séance: les investisseurs prendront connaissance de l'inflation en Chine, des chiffres sur l'emploi au Royaume-Uni, du sentiment des investisseurs allemands, et des nouvelles prévisions mondiales du FMI. Côté entreprises, la saison des résultats du 3e trimestre démarre réellement à Wall Street avec Citigroup, Goldman Sachs, JP Morgan et Wells Fargo.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Echo Connect