1. Les marchés
  2. Live blog
live

La macro rassure les marchés

Les principales Bourses européennes évoluent dans le vert ce mardi. Elles sont notamment soutenues par la confiance des entrepreneurs en Allemagne qui a dépassé les pronostics. Chez nous, UCB reprend des couleurs, même si les brokers ont ajusté leur avis.
  • Résumé de la séance

    Les principaux indices ont globalement clôturé en légère hausse en Europe, portés de bons indicateurs d'activité en Allemagne et en zone euro. Le climat des affaires en Allemagne s'est entre autres amélioré plus qu'attendu en mai, permettant à l'indice Ifo, l'un des baromètres économiques les plus suivis du pays, d'atteindre son plus haut niveau depuis 1991.

    Le Cac 40 a progressé de 0,47%, le Dax allemand de 0,31%, tandis que  le Footsie britannique a reculé de 0,15%. Le secteur technologique a signé la meilleure progression en Europe (+1,36%), boosté par le bond de Nokia. Le groupe finlandais a vu son action s’envoler de 6,43% à la Bourse d’Helsinki après avoir réglé les litiges avec Apple et signé un accord de licence moyennant le versement par l'Américain d'une importante somme en numéraire.

    Ajustements des analystes sur UCB

    Hésitant à l’ouverture, le Bel 20 a rapidement repris de la hauteur avant de clôturer sur une progression de 0,49% à 3.914,82 points. L’action UCB a encore reculé de 0,43% à 62,50 euros au lendemain de sa chute de 18,04%. Plusieurs brokers ont revu à la baisse leur recommandation sur le groupe biopharmaceutique. Citi a par exemple abaissé sa note à "neutre" contre "acheter" auparavant. Son objectif de cours est en outre réduit d'un tiers et passe de 98 euros à 65 euros.

    De son côté, Berenberg a fixé son objectif de cours à 72 euros contre 77 euros précédemment. "UCB présentera maintenant une modification à la demande qui est en cours d'examen par les autorités sanitaires américaines (FDA). Elles pourraient demander des études de sécurité supplémentaires ou émettre une approbation avec un label restreint. Comme nous avons postposer la date de lancement d’un an et avons réduit notre risque d’approbation (de 90% à 25%), nous avons modifié notre objectif de cours". La recommandation est maintenue à "conserver".

    Le holding Ackermans & van Haaren (+0,03% à 151,05 euros) a souscrit 629.268 nouvelles actions ordinaires dans le cadre de l'augmentation de capital de Sipef (+2,47% à 65,10 euros), portant ainsi sa participation à 30,25% contre 27,65% avant. L'investissement total d'AvH dans le cadre de cette opération s'élève à 35,7 millions d'euros. "Nous pensons que cela montre la confiance d’AvH envers la stratégie de l'entreprise. Au prix actuel de l'action, Sipef représente désormais environ 3,9% de la valeur nette du portefeuille (NAV) du holding", ont commenté les analystes de KBC Securities.

    Sur le marché élargi, Biocartis a grimpé de 0,33% à 10,58 euros. La biotech a lancé un nouveau test pour sa plateforme de diagnostic Idylla, visant le cancer colorectal. "La société exécute son plan de développement comme prévu, renforçant son offre de base en oncologie", a réagi Stéphanie Put de la banque Degroof Petercam, qui a réitéré sa note à "acheter".

    La société Mithra (+0,21% à 9,12 euros) a annoncé que le Mithra CDMO a reçu l’approbation des Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) pour la ligne de production de Myring, un anneau vaginal contraceptif hormonal combiné.

  • Nouvelle acquisition pour Sioen

    Le groupe belge de textile Sioen  a fait savoir après-Bourse qu'il avait mis la main sur l’entièreté du capital du britannique James Dewhurst, une opération estimée à 44 millions de livres (environ 51 millions d'euros).

     

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +0,49%

    CAC 40 +0,47%

    DAX +0,31%

    AEX +0,06%

  • Le S&P au défi de redonner un contenu à son indice télécoms

    L'indice S&P du secteur américain des télécommunications est-il encore pertinent ? Certains investisseurs se posent aujourd'hui la question et ses créateurs n'excluent pas de le modifier car ce baromètre d'un secteur clé ne compte plus que quatre valeurs, contre 14 il y a quelques années. Et ce nombre pourrait tomber à trois seulement avec le rachat annoncé de Level 3 par CenturyLink.

    Après des années de concentration et de diversifications, le marché américain des télécoms n'a en effet plus grand-chose à voir avec ce qu'il était lors de la création de l'indice en 1996.

    "Le secteur des télécoms a évolué". "Nous débattons de l'impact de cette évolution sur le marché et nous prévoyons de consulter les investisseurs dans un avenir proche."
    David Blitzer
    président du comité des indices chez S&P Dow Jones Indices

    A la différence des dix autres indices sectoriels S&P, celui des télécoms est aujourd'hui devenu si étroit qu'il n'existe aucun fonds indiciel (ETF) permettant de suivre sa performance, car un fonds détenant aussi peu de titres ne respecterait pas les obligations réglementaires.

    Aujourd'hui, le S&P des télécoms ne représente plus que 2% de la capitalisation totale du S&P-500, contre 9% au plus haut en 1999.

  • USA: baisse plus forte que prévu des ventes de maisons neuves

    Les ventes de maisons neuves aux Etats-Unis en avril ont ralenti plus que prévu, a annoncé le département du Commerce.

    En données corrigées des variations saisonnières et en rythme annualisé, le nombre de transactions s'est élevé à 569.000, chutant de 11,4%. Le chiffre de mars a été révisé en hausse à 642.000.

  • USA : indice PMI flash estimé en hausse en mai

    La croissance de l'activité dans le secteur privé américain accélère légèrement ce mois-ci, au vu de l'indice PMI composite de IHS Markit qui passe de 53,2 en avril à 53,9 en mai, en estimation flash.

    HS Markit précise que cette croissance plus rapide de l'activité est tirée par le secteur des services, qui fait plus que compenser la plus faible progression de la production manufacturière depuis septembre 2016.


  • |Wall Street: opening bell|

    Dow Jones: +0,17%

    S&P 500: +0,14%

    Nasdaq Composite: +0,25%

  • AkzoNobel: PPG n'a pas dit son dernier mot

    Le groupe américain PPG a assuré mardi préférer négocier le rachat du spécialiste néerlandais de la peinture AkzoNobel, au lendemain d'une action en justice menée par le fonds activiste Elliott visant à pousser le numéro un du secteur à considérer l'offre.

    "PPG reste très intéressé à poursuivre un accord consensuel, négocié de manière privée et substantiel avec AkzoNobel", a déclaré le PDG du groupe américain, Michael McGarry, lors d'une conférence de presse à Amsterdam."Cela a toujours été notre désir et cela reste notre désir", a-t-il ajouté.

    Lundi, le fonds activiste américain Elliott Advisors et au moins sept autres groupes d'actionnaires ont demandé à la Cour d'Amsterdam d'ordonner la tenue d'une assemblée extraordinaire des actionnaires avant le 1er juin afin de voter l'éventuel licenciement du président du conseil de surveillance, Antony Burgmans, jugé réticent à un rachat.

    AkzoNobel, qui commercialise notamment la marque Dulux, a rejeté début mai la troisième offre de PPG, valorisant l'entreprise à 26,3 milliards d'euros, dette nette et intérêts minoritaires inclus, a rapporté M. McGarry. Pour le groupe néerlandais, cette offre "sous-évaluait" AkzoNobel, était néfaste pour l'emploi et a été rejetée unanimement par le conseil, selon M. Burgmans.

    La Cour d'Amsterdam devrait rendre lundi son jugement quant à la tenue d'une assemblée extraordinaire des actionnaires.

  • Perquisitions chez Daimler

    Le parquet de Stuttgart a perquisitionné mardi plusieurs locaux de Daimler , dans le cadre d'une enquête ouverte en mars contre des employés du constructeur automobile allemand soupçonnés de tromperie sur les émissions polluantes de voitures, a annoncé Daimler.

    Le groupe affirme "coopérer pleinement avec les autorités", sans vouloir s'exprimer davantage sur une procédure en cours. 

    Le parquet de Stuttgart a mandaté ce mardi 23 enquêteurs et environ 230 agents des services de la police criminelle du Land de Bade-Wurtemberg pour opérer des perquisitions dans onze bâtiments appartenant au constructeur et situés dans le Bade-Wurtemberg, à Berlin, en Basse-Saxe et en Saxe, a précisé le parquet. 

    La justice rappelle avoir lancé en mars son enquête visant des "employés connus et inconnus de Daimler AG sur des soupçons de fraude et de publicité criminelle en relation avec une éventuelle manipulation de post-traitement des gaz d'échappement pour les voitures diesel". 

    ©Photo News

  • Wall Street attendue en hausse

    Selon les contrats à terme sur les trois principaux indices américains, Wall Street devrait ouvrir sur une hausse comprise entre 0,14% et 0,20%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street


    >APPLE a annoncé mardi le règlement de son litige avec Nokia sur des brevets et conclu avec le groupe finlandais un nouvel accord commercial.

    >ALPHABET - Waymo, la filiale du groupe spécialisée dans les véhicules autonomes, est un candidat possible à une scission et pourrait être valorisée plus de 70 milliards de dollars (62 milliards d'euros), estiment les analystes de Morgan Stanley, ajoutant qu'un tel potentiel n'est pas intégré dans le cours d'Alphabet.

    >MERCK & CO - L'autorité britannique de la concurrence a officiellement accusé mardi le groupe pharmaceutique d'abus de position dominante visant à freiner laconcurrence des versions similaires du Remicade, son traitement vedette de la polyarthrite rhumatoïde.

    >TOLL BROTHERS a annoncé mardi une hausse de 40% de son bénéfice trimestriel, soutenu par la croissance de son activité, et fait état d'un bond de 26% de ses commandes, qui l'a conduit à revoir à la hausse sa prévision de ventes pour l'exercice en cours.

    >REGENERON et SANOFI ont annoncé lundi que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis avait autorisé la mise sur le marché américain de Kevzara (sarilumab),le traitement de la polyarthrite rhumatoïde développé conjointement par les deux groupes, un produit considéré comme ayant un fort potentiel malgré une vive concurrence sur ce segment de marché.

    >TAKE-TWO INTERACTIVE SOFTWARE plongeait de plus de 10% dans des échanges d'après-Bourse après que Rockstar Games, un studio détenu par l'éditeur de jeux vidéo, a annoncé lundi un report de six mois de son jeu "Red Dead Redemption 2".

    >AGILENT a fait état de résultats trimestriels meilleurs que prévu tout en annonçant des prévisions annuelles supérieures aux attentes. Le titre du groupe spécialisé dans les technologies médicales gagnait près de 4% en après-Bourse.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • Vivendi en légère hausse après l'annonce de la possible IPO d'Universal

    Le président du directoire de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine, a annoncé au Wall Street Journal qu'une introduction en Bourse partielle de sa filiale Universal Music Group, boostée par les revenus du streaming, était envisagée. Une annonce qui fait légèrement remonter le titre de la maison mère.

    Pour rappel, Universal est la plus grosse majors, détenant à elle seule près de 39% des parts de marchés des ventes de productions musicales dans le monde.


  • Le point sur les marchés

    1. L’attentat de Manchester qui a causé la mort de 22 personnes n’influence pas les marchés financiers. En fin de matinée, les principaux indices européens évoluaient dans le vert.
    2. Le moral des entrepreneurs en Allemagne a bondi en mai, dépassant nettement les pronostics des économistes.
    3. Le Bel 20 progresse de 0,70% grâce au léger rebond de l’action UCB (+3,5%) et à la bonne tenue de financières comme KBC (+2%) et ING (+1,3%).
    4. Le directeur scientifique d’UCB a vendu des actions du groupe quelques jours avant la dégringolade du titre. Avant de crier au délit d’initié, je vous conseille de lire l’article ci-dessous.
    5. L’euro est en hausse face au dollar.
  • Le directeur scientifique d'UCB a vendu des titres juste avant la dégringolade

    On ne pourra y voir qu’un hasard du calendrier à moins qu’une éventuelle investigation du gendarme des marchés financiers ne démontre le contraire. Un hasard de calendrier dont ne peut que se féliciter le directeur scientifique d’UCB, Ismael Kola, qui quelques jours avant la déculottée que l’action a subie lundi (-18%) a vendu des titres de son groupe pour un montant total de 3,85 millions d’euros ce qui lui a permis d’engranger une plus-value de 2,2 millions d’euros signale LaLibre.be.

    Avant de crier au délit d’initié, il faut savoir que ces transactions intervenues le 15 mai dernier, soit sept jours avant l’annonce de la découverte d’un risque cardiaque lié au romosozumab, sont le fruit de l’exercice d’options d’achat accordées dans le cadre de plans de rémunération entre les années 2010 et 2013 à un prix variant entre 28 et 48 euros. Or, il se peut qu’un calendrier précis soit lié à l’exercice de telles options.

    Ensuite, selon Laurent Schots le porte-parole d’UCB, Ismael Kola ne pouvait pas être au courant des résultats une semaine plus tôt. "Ismail Kola a sollicité la semaine dernière la possibilité d’exercer ses options. Il a confirmé ne pas avoir été en possession d’informations privilégiées. Toutes les procédures internes d’approbation ont été respectées et Ismail Kola a exercé ses options le 15 mai, explique le porte-parole. Les résultats de l’étude Arch ont été communiqués à UCB le samedi 20 mai et publiés dans un communiqué de presse le dimanche 21 mai à minuit."

    Ismael Kola. ©Dries Luyten

  • Bond du moral des entrepreneurs allemands

    Le moral des entrepreneurs en Allemagne a bondi en mai, dépassant nettement les pronostics des économistes, selon le baromètre mesuré par l'institut Ifo et publié mardi.

    Cet indicateur, très regardé en Allemagne et dans l'ensemble de la zone euro, est ressorti à 114,6 points en mai, son plus haut niveau depuis 1991, après avoir atteint un niveau révisé de 113 points en avril, a annoncé l'institut qui réalise ce baromètre mensuel en interrogeant environ 7.000 entreprises.

  • Nokia et Apple enterrent la hache de guerre

    Nokia et Apple ont réglé leur contentieux sur l'utilisation de brevets appartenant au groupe finlandais, et signé un accord de licence moyennant le versement par l'Américain d'une importante somme en numéraire.

    Nokia et Apple ont "réglé tous leurs litiges de propriété intellectuelle et signé un accord d'octroi de licence de brevets courant sur plusieurs années", ont indiqué les deux groupes. Nokia va percevoir un "paiement d'avance en numéraire" puis "des revenus supplémentaires au cours de la période couvrant cet accord" qui prévoit également la fourniture par le finlandais de produits d'infrastructure et de services, ont-ils précisé.

  • Le début de séance en 5 points

    1. L’attentat qui a frappé une salle de concert à Manchester faisant 22 morts et 59 blessés n’affecte pas les marchés européens.
    2. Après une ouverture en repli, les principaux indices européens ont rapidement effacé leurs pertes pour opter pour une légère hausse. Le Bel 20 progressait de 0,12.
    3. Plusieurs analystes financiers ont revu à la baisse leurs prévisions sur UCB . Le titre progressait de 0,8% vers 9h20.
    4. AvH a franchi le seuil de 30% dans le capital de Sipef dans le cadre de l’augmentation de capital de cette dernière mais ne lancera pas d’OPA.
    5. L’euro est en légère hausse face au dollar.
  • Les analystes sanctionnent UCB

    Plusieurs brokers ont réduit leur recommandation sur UCB ainsi que leur objectif de cours:

    ->Citi a abaissé sa recommandation à "neutre" contre "acheter" avant. L'objectif de cours est réduit d'un tiers et passe de 98 euros à 65 euros.

    ->Credit Suisse a abaissé sa recommandation à " neutre " contre " surperformer " avant. L’objectif de cours passe de 78 euros à 68 euros.

    ->JP Morgan a abaissé sa recommandation à " neutre " contre " surpondérer " avant. L’objectif de cours passe de 80 euros à 65 euros.

    ->Berenberg a réduit son objectif de cours à 72 euros contre 77 euros avant. La recommandation reste à " conserver "

  • Retour au calme pour UCB

    Dans les premières transactions, l’action UCB semblait avoir mis un terme à sa dégringolade de la veille. Le titre progressait même très légèrement (+0,21%).

  • |Opening bell|

    Bel 20: -0,13%

    CAC 40:-0,16%

    Euro Stoxx 50:-0,24% 

  • UCB n'est plus dans les petits papiers de Citi

    Citi a abaissé sa recommandation sur UCB à "neutre" contre "acheter" avant. L'objectif de cours est réduit d'un tiers et passe de 98 euros à 65 euros. 

  • La Bourse de Tokyo finit en baisse de 0,33%

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse mardi, le secteur aérien ayant notamment été pénalisé parles craintes sur le trafic mondial et le tourisme après l'explosion dans un concert à Manchester qui a fait au moins 22 morts.

    L'indice Nikkei a perdu 65 points (-0,33%) à 19.613,28 points et le Topix, plus large, a cédé 2,43 points (-0,16%) à 1.565,22 points.

    Le compartiment des transporteurs aériens a perdu 1,73%, avec un repli de 2,27% pour Japan Airlines et de 1,23% pour ANA Holdings.

  • AvH franchit la barre des 30% dans Sipef

    Le holding Ackermans & van Haaren (AvH) a souscrit 629.268 nouvelles actions ordinaires dans le cadre de l'augmentation de capital de Sipef de 88,9 millions de dollars portant ainsi sa participation à 30,25% contre 27,8% avant. L'investissement total d'AvH dans le cadre de cette augmentation de capital s'élève à 35,7 millions d'euros.

    La loi oblige de lancer une offre publique d'achat, une fois le seuil de 30% franchi. Mais dans ce cas-ci, AvH ne doit pas lancer d’offre sur Sipef parce que le franchissement du seuil de 30% résulte d’une augmentation de capital. 

    En effet, en vertu de l'article 52, §1er, 5°, de l’arrêté royal du 27 avril 2007 relatif aux offres publiques d'acquisition, " l'obligation de lancer une offre, telle que définie dans la section Ire, ne s'applique pas dans le cas d'une acquisition qui est réalisée dans le cadre de la souscription à une augmentation de capital, avec droit de préférence, d'une société, décidée par l'assemblée générale. "

     

     

  • Stabilité attendue à l'ouverture

    • Les principales Bourses européennes sont attendues sur une note inchangée mardi à l'ouverture, l'explosion qui s'est produite lundi soir dans une salle de concert à Manchester ayant surtout pour l'heure un impact sur la livre sterling.

    • Les opérateurs de marché surveilleront par ailleurs au cours de la séance de nombreuses statistiques, et notamment les indicateurs d'activité PMI flash pour le mois de mai en zone euro et aux Etats-Unis.  

    • D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,09% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,05% et le FTSE à Londres avancerait de 0,12%.

    • L'explosion qui s'est produite lors d'un concert à Manchester - un acte qualifié de terroriste par la police britannique et qui se produit à deux semaines d'élections législatives au Royaume-Uni- a eu peu d'impact sur les places boursières en Asie. "Nous pourrions voir un peu de nervosité liée à la menace terroriste mais cela devrait être limité", estime Shane Oliver, directeur de la stratégie d'investissement chez AMP Capital. "Depuis le 11 septembre, l'impact des évènements terroristes sur les marchés s'est amenuisé".

    • La Bourse de Tokyo recule de 0,21% à l'approche de la clôture. Le Kospi à Séoul progresse en revanche de 0,84% et l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) est pratiquement inchangé.

    • Lundi soir, Wall Street a fini en hausse modérée, grâce notamment à la bonne tenue du compartiment technologique et des valeurs liées à la défense dopées par les méga-contrats d'armement signés au cours du week-end entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite.

    • L'explosion à Manchester a surtout fait réagir la livre sterling , en baisse de 0,25% face au yen et de 0,12% face au l'euro. La devise britannique recule aussi légèrement face au dollar. Le billet vert reste faible face à un panier de devises de référence et face à l'euro, la monnaie européenne évoluant toujours à des plus hauts depuis six mois.

    • Sur les marchés pétroliers, les cours du brut pâtissent de quelques prises de bénéfices après avoir nettement progressé dans l'anticipation d'une prolongation de l'accord de réduction de la production lors de la réunion des pays de l'Opep et de certains pays non membres du cartel jeudi à Vienne. Le prix du pétrole a aussi réagi à la proposition du président américain Donald Trump, dans le cadre des discussions sur le budget au Congrès, de vendre la moitié des réserves stratégique de pétrole des Etats-Unis.

  • Lundi noir pour UCB

    Les inquiétudes liées à la sécurité du romosozumab révélées dans une étude de phase 3 pour le traitement de l'ostéoporose sur les femmes ménopausées a sévèrement affecté le titre UCB qui a perdu près de 20% hier à la Bourse de Bruxelles.

    Lisez ci-dessous, l'analyse de mon collègue Marc Collet.

  • Au moins 19 morts dans un attentat à Manchester

    Au moins 19 personnes ont été tuées et plus d'une cinquantaine d'autres ont été blessées lundi à Manchester dans ce que la police britannique qualifie d'acte terroriste et que deux sources américaines soupçonnent être un attentat suicide.

    ©REUTERS


  • Le coin des biotechs

    Deux biotechs cotées à Bruxelles ont publié des communiqués de presse ce matin.

    ->Biocartis a annoncé le lancement d’un nouveau test pour sa plateforme de diagnostic Idylla. Ce test vise le cancer colorectal. Le communiqué.

    ->Mithra signale que le Mithra CDMO a reçu l’approbation des Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) pour la ligne de production de Myring, un anneau vaginal contraceptif hormonal combiné, composé de copolymères d’éthylène-acétate de vinyle (EVA). Le communiqué.

  • Bonjour à toutes et tous!

    Et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'observatoire idéal pour ne rien rater de cette séance de Bourse du mardi 23 mai 2017. 

     

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés