1. Les marchés
  2. Live blog
live

La place de Solvay dans le CAC 40 menacée | New York s'inquiète pour ses techs

L'Europe boursière a terminé une nouvelle fois en baisse alors qu'à Wall Street Facebook et Twitter ont continué de mettre le Nasdaq sous pression. Seule société belge présente dans le CAC 40, Solvay voit son siège dans cet indice convoiter par Dassault Systèmes.
  • New York s'inquiète pour ses techs

    Comme la veille, Facebook (-2,78%) et Twitter (-5,87%) ont mis le Nasdaq sous pression ce jeudi. L'indice à dominante technologique a enchaîné une troisième séance dans le rouge, lâchant 0,91% à un peu plus de 7.922 points. En cause, l'annonce par la justice US d'une réunion le 25 septembre visant à déterminer si les géants de l'internet étouffent intentionnellement les échanges d'idées, ce qui fait craindre une accrue du secteur au lendemain d'auditions de dirigeants de Twitter et Facebook au Congrès au sujet des manipulations qui ont affecté les réseaux sociaux notamment lors de la campagne présidentielle américaine de 2016.

    Le Dow Jones a pris 0,08% pour finir aux portes des 26.000 unités. Il est parvenu à engranger les points grâce à la bonne tenue de ses valeurs industrielles comme Boeing (+1,33%). A l'inverse, le S&P 500, lesté par les techs et le secteur de l'énergie, a perdu 0,37%.

    Ford (-0,63%) a perdu du terrain après le rappel de près de 2 millions de voitures en Amérique du Nord, en raison d'un défaut au niveau des ceintures de sécurité sur les sièges avant pouvant causer un incendie.

  • Wall Street termine en ordre dispersé, le Nasdaq plombé par les techs

    La Bourse de New York a fini sur une note irrégulière jeudi, avec les valeurs technologiques à nouveau en difficulté mais une bonne tenue des industrielles qui a permis au Dow Jones de surnager. L'indice des 30 grandes valeurs a gagné 22,20 points, soit 0,09%, à 25.997,19. Le S&P-500, plus large, a perdu 10,47 points ou 0,36% à 2.878,13 unités. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 0,90% à 7.923,25 points.

     

  • Le pétrole recule

    Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse jeudi sur le marché new-yorkais Nymex après l'annonce d'un gonflement des stocks d'essence aux Etats-Unis, qui a éclipsé le recul plus fort que prévu des réserves de pétrole.

    Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 95 cents, soit 1,38%, à 67,77 dollars le baril et le contrat novembre sur le Brent de mer du Nord a cédé 77 cents ou 1,00% à 76,50 dollars. Les deux contrats avaient pourtant progressé le matin, soutenus par le repli du dollar et la perspective d'une demande de carburant en hausse aux Etats-Unis. "En l'espace d'une semaine l'attention du marché est passée de l'offre à la demande et la forte baisse des actions, obligations et devises des marchés émergents fait craindre un impact sur la demande à moyen et long termi", explique Ole Hanson, analyste chez Saxo Bank. "Il y avait une belle dynamique la semaine dernière mais qui s'est brisée avec le test manqué des 80 dollars."

  • Brederode: beau premier semestre

    Le groupe d'investissement financier Brederode a réalisé un beau premier semestre en termes de résultat. Celui-ci s'est élevé à 139,81 millions d'euros, en progrès de 53,2% par rapport à la période correspondante de 2017. Par action, ce résultat se monte à 4,77 euros (+53,4%). 

    Les deux segments d'activités du groupe, à savoir le Private Equity d'une part, et celui des titres cotés d'autre part, ont contribué à ce résultat dans des proportions différentes. Le premier à hauteur de 92,27 millions contre 15,14 millions il y a un an, et le second à hauteur de 50 millions d'euros contre 80 millions d'euros.

    Pour l'ensemble de l'exercice 2018, Brederode reste optimiste. "Du fait de sa vocation d’investisseurinternational en capital risque, les résultats futurs continueront d'être influencés par l'évolution de la conjoncture politico-économique du monde. Le Conseil d'administration est d'avis que sauf événement négatif majeur, les perspectives pour l'exercice restent favorables", écrit Brederode dans le communiqué publié ce jeudi soir.

    Par action, les capitaux propres s'élèvent à 67,10 euros  contre 63,22 euros.

  • Actions biotechs pas très en forme à Bruxelles

    La Bourse de Bruxelles a tenté, mais en vain, une reprise. Son indice Bel 20 qui a évolué dans une marge plutôt étroite de 16 points, a clôturé en baisse de 0,53% à 3.651,88 points.

    Parmi les quelques valeurs à avoir réussi à évoluer contre la tendance, Telenet a gagné 2,29% à 47,4 euros et bpost de 0,52% à 13,45 euros. Du côté des valeurs orientées à la baisse, les biotechs ont signé les moins belles prestations. Argenx a perdu 2,6% à 78,8 euros et Galapagos 3,57% à 80,5 euros.

    Hormis une petite poignée d’entre elles comme Biocartis (+ 4,15% à 12,04 euros) et Asit Biotech (+ 2,11% à 82,4 euros), les valeurs biotech ont aussi été les moins bien loties en dehors du bel 20. Genkyotex (-6,6% à 1,5 euro) et Celyad (-2,92% à 24,64 euros) par exemple comptent parmi les plus forts reculs.

    Aedifica a progressé de 2,1% à 82,4 euros. Fort de résultats annuels au beau fixe, la société immobilière réglementée (SIR) souhaite prendre pied dans un quatrième pays. Pour ce faire, elle compte prochainement augmenter son capital de 300 millions d’euros. Ce sera la quatrième fois depuis 2014 qu’Aedifica émettra de nouvelles actions.
    Aedifica a aussi indiqué être en mesure de réaliser un bénéfice par action ajusté de 3,45 euros lors de son exercice 2018-19, en progrès de 6,2% sur celui de l’exercice écoulé..

    Econocom a aussi communiqué sur l’évolution de ses affaires au premier semestre. Ce groupe a confirmé une contraction (-41% à 34,2 millions d’euros) de son ebitda ajusté entre janvier et juin. Dans le même temps, sa dette nette a bondi de 93% pour atteindre 395 millions d’euros. L’action qui avait largement anticipé ces nouvelles ces dernières semaines, est montée de 0,34% à 2,944 euros.

    Du côté des "penny stocks"

    Au rayon des "penny stocks", ces actions qui cotent sous 1 euro, Hamon qui avait bondi de 9,4% mercredi, a encore pris 0,22% à 0,47 euro. Le groupe industriel Hamon a fait part d’une hausse de 65% de son niveau des commandes ces six derniers mois à 203 millions d’euros.

    KKO International a cédé 0,48% à 0,41 euro. L’entreprise active dans la production innovante de cacao, va transférer, en date du 22 août 2018, son siège social à Paris suite à l’autorisation de l’Assemblée Générale extraordinaire du 18 mai. La double cotation Paris/Bruxelles sera maintenue.

  • Le taux à 10 ans russe à plus de 9%

    Pour la première fois depuis mai 2016, le rendement de la dette russe à 10 ans se situe au-dessus de 9%.

  • Apple peut acquérir Shazam

    La Commission européenne a donné jeudi son feu vert au projet de rachat par Apple de l'application mobile Shazam, qui permet d'identifier des chansons, estimant qu'il ne réduirait pas le choix des consommateurs de musique en streaming.

     

  • Vers une sortie prochaine de Solvay de l'indice CAC 40?

    Selon les analystes de Cantor Fitzgerald, Solvay pourrait bien prochainement céder son siège dans le CAC 40 à la société active dans la technologie (logiciels de conception 3D entre autres)  Dassault Systèmes. Le risque de Solvay d'être éjecté du CAC 40 ne fait pas suite à la décision de son CEO -depuis mai 2012- Jean-Pierre Clamadieu de quitter prochainement son poste pour Engie. Elle est le fait de la valeur du flottant du capital de ces deux sociétés (des actions de ces sociétés qui peuvent être échangées en Bourse).

    L’action de cette dernière qui fait partie du CAC Next 20, un indice considéré comme un réservoir de valeurs susceptibles de monter un jour dans le CAC 40, progresse  de 45% depuis le début de cette année. Ce qui lui permet d’afficher une valeur boursière nettement plus élevée pour la partie de son capital qui peut être échangée en Bourse, que celle de Solvay.  Solvay accuse une perte de 4,3% depuis la fin de 2017.

    Tenant compte de l’ensemble des actions  existantes constituant leur capital, Dassault Systèmes vaut 33,9 milliards d’euros et Solvay 11,8 milliards.

  • Wall Street sans boussole

    La Bourse de New York hésite à l'ouverture d'une séance rythmée par une série d'indicateurs économiques, sur fond de craintes lancinantes quant à l'évolution des négociations commerciales en cours.

    Un peu plus d'une heure après le début des échanges, l'indice Dow Jones affichait un repli modeste de 0,1% à 25.947,67 points, et le S&P 500 de 0,51% à 2.874,0 points. Sur le Nasdaq, le Composite se contractait de 0,61% à 7.946,1 points.

    Dans le Dow Jones, Boeing (+0,96% à 350 USD), Cisco (+0,78% à 47,68 USD) et Visa (+0,78% à 143,78 USD) menaient les hausses. A l'inverse, Chevron (-0,9% à 117,87 USD), Pfizer (-0,76% à 41,53 USD) et Apple (-0,56% à 250 USD) signaient les moins belles prestations.

  • L'Italie se préparerait à une émission obligataire en dollars

    L'Italie a entamé les préparatifs de son premier emprunt obligataire libellé en dollar depuis huit ans, et discute avec des banques d'investissement d'une modification des règles de garantie pour faciliter l'opération, a appris Reuters de plusieurs sources.

    Rome cherche à diversifier ses sources de financement, particulièrement à l'extérieur de la zone euro, dans la perspective d'une possible augmentation de ses besoins d'emprunt
    pour financer les promesses électorales de la coalition au pouvoir.

    Un responsable du ministère de l'Economie a déclaré que le gouvernement discutait avec des banques d'une modification des règles applicables aux transactions de produits dérivés liées à la nouvelle émission.

    Cette modification permettrait de faciliter la gestion d'une émission en dollar par les banques et plus généralement les émissions en devises étrangères du Trésor italien.

  • Aedifica au sommet

    Aedifica signe la sixième meilleure performance du jour à la Bourse de Bruxelles. Elle affichait en milieu d'après-midi une hausse de 3% à 83,1 euros.

    La SIR (Société immobilière réglementée) a fait part de résultats annuels encourageants (3,25 euros par action) dans la soirée de mercredi. Pour 2018-19, Aedifica prévoit une nouvelle progression de ses résulats. Le gestionnaire de maisons de repos entre autres se sent en mesure de réaliser un bénéfice par action ajusté de 3,45 euros, en progrès de 6,2%

    En marge de la publication de ses résultats 2017-18, Aedifica a indiqué souhaiter prendre pied dans un quatrième pays. Pour ce faire, il compte prochainement augmenter son capital d'un montant de 300 millions d'euros. Ce sera la quatrième fois depuis 2014 qu’Aedifica émettra de nouvelles actions.

  • Wall Street opte pour le vert à l'ouverture

     

    - Dow Jones: +0,18% à 26.019,55 points

    - S&P 500   : +0,01% à 2.888,71 points

  • L'accélération de la productivité US confirmée

    La productivité aux Etats-Unis a confirmé son accélération au 2e trimestre, affichant son rythme le plus fort en plus de trois ans, selon une seconde estimation du département du Travail publiée jeudi.

    D'avril à juin, la productivité a progressé de 2,9%, la meilleure cadence depuis le 1er trimestre 2015.

    Au 1er trimestre, la productivité n'avait avancé que de 0,3%.

  • Le secteur privé US a nettement mois embauché en août

    Le secteur privé aux Etats-Unis a nettement moins embauché en août, et moins que prévu par les analystes, mais le marché demeure dynamique, selon les données de l'enquête mensuelle d'ADP publiées jeudi.

    Quelque 163.000 nouvelles embauches sont intervenues dans le seul secteur privé alors que les analystes misaient sur 186.000 nouveaux postes.

    L'enquête de la firme de fiches de paie ADP a en outre révisé en baisse le chiffre de juillet, qui montre finalement 217.000 créations d'emplois, contre 219.000 initialement estimés.

  • Wall Street devrait ouvrir proche de l'équilibre

    Les futures sur indices new-yorkais préfigurent une ouverture stable, voir en légère baisse pour le Nasdaq, mais la tendance à Wall Street pourrait être influencée par les nombreux indicateurs économiques attendus avant la cloche, parmi lesquels l'enquête mensuelle ADP sur l'emploi privé (à 14h15), à la veille du rapport mensuel du département du Travail.

    L'indice Dow Jones est attendu stable (+0,02%), tout comme le S&P 500 (-0,04%).

    Le Nasdaq par contre devrait entamer la séance en baisse de 0,12%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Facebook, Twitter, Tesla...

    * FACEBOOK, TWITTER et leurs concurrents pourraient à nouveau souffrir en Bourse après l'annonce par le département de la Justice d'une réunion le 25 septembre afin de déterminer si les géants de l'internet "étouffent intentionnellement les échanges d'idées".

    * CITIGROUP pourrait annoncer jeudi un remaniement de son activité de banque d'investissement, selon le site d'information Business Insider.

    * NETFLIX prend 1,7% en avant-Bourse à 347,06 dollars après un relèvement par RBC de son objectif de cours, à 440 dollars.

    * TESLA reprend 1,7% en avant-Bourse après avoir cédé mercredi près de 3%. L'action a perdu un quart de sa valeur depuis le 7 août, date à laquelle, son PDG, Elon Musk, a évoqué un retrait de la cote, projet auquel il a depuis renoncé.

    * AMERICAN EXPRESS - Les pratiques tarifaires de l'activité d'opérations de change du spécialiste des cartes de crédit fait l'objet d'une enquête du FBI, selon le Wall Street Journal, qui cite des sources proches du dossier.

    * EXXON MOBIL a signé un accord préliminaire portant sur la construction d'un complexe pétrochimique en Chine et sur un investissement dans un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le pays, le tout représentant plusieurs milliards de dollars.

  • Le point sur les marchés

    Le commerce et les émergents freinent l'appétit pour le risque

    1. Les principales Bourses européennes évoluent prudemment dans un climat toujours défavorable aux actifs risqués avec la crainte d'une aggravation des tensions commerciales dans un contexte de plus en délicat pour les économies émergentes.

    2. Amsterdam cède 0,32% et Bruxelles 0,25%. Paris gagne 0,26% et Francfort 0,11%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,06% et le Stoxx 600 est à l'équilibre.

    3. Safran prend 6,10%, la plus forte hausse du CAC40 et du Stoxx 600, après avoir annoncé jeudi un net relèvement de ses prévisions de résultats annuels dans le sillage d'un premier semestre meilleur que prévu.

    4. Altran perd 7%, les investisseurs s'inquiétant d'un flux de trésorerie disponible inférieur aux attentes, contrairement au reste des résultats du premier semestre globalement en ligne avec les prévisions.

    5. Les craintes concernant les tensions commerciales et les économies émergentes pèsent en Asie : l'indice MSCI des pays émergents (-04%) signe sa septième séance consécutive de baisse, portant à 21% son repli depuis son pic de janvier.

    6. Les investisseurs seront attentifs à la publication, avant l'ouverture de Wall Street, du rapport du cabinet ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis - qui préfigure le rapport officiel attendu vendredi - et l'indice ISM des services pour le mois d'août.

    7. Sur le marché obligataire, la détente se poursuit sur les rendements des emprunts d'Etat italiens, le taux des BTP à 10 ans reculant encore de trois points de base à 3,05%.

  • Dassault Systemes pourait remplacer Solvay dans le Cac 40

    Dassault Systemes pourait remplacer Solvay dans l'indice parisien Cac 40, selon les analystes de Cantor Fitzgerald.

    Ils n'attendent pas de modification pour l'indice AEX, à moins qu'Euronext ne décide de retirer Gemalto ,  malgré le report au début de l'année prochaine de l'accord de l'Autorité européenne de la concurrence, dans le cadre de l'offre de reprise par Thalès.

  • Berenberg retire BNP Paribas de sa liste des valeurs à vendre

    Après la forte baisse des prix depuis le pic de l’année dernière, Berenberg a retiré BNP Paribas de sa liste des valeurs à vendre. Dans une mise à jour tout aussi volumineuse que sombre sur le secteur bancaire français, l’analyste Andrew Lowe décrit BNP Paribas comme étant "la valeur la moins à éviter", avec une recommandation "neutre" est un objectif de cours de 52 euros.

    Le commentaire en quelques mots: "La dette de la banque est inférieure à celle de ses rivaux et le service à la clientèle est assez bon en termes de génération de capital. La direction obtient également de meilleurs résultats que ses rivaux en termes d'économies de coûts ce qui peut contribuer à compenser l'évolution décevante des revenus attendus."

    Par ailleurs, le groupe bancaire français a annoncé une nouvelle réduction de sa participation au capital de sa filiale américaine First Hawaiian, dont il ne détiendra plus que 18% des parts à l'issue de cette opération.

    BNP Paribas gagne 0,72% dans un marché en hausse de 0,36%.

  • Exmar sous pression avant ses résultats

    Après le message annonçant le départ du directeur de la succursale LNG, la compagnie de transport de gaz naturel Exmar reste sous pression à l'approche des chiffres semestriels, ce soir après la clôture. L'action perd près de 4%.

    Bart Lavent était responsable de l'activité GNL depuis 2006. Lavent, avec le PDG Nicolas Saverys, cherchait depuis des années un locataire pour le navire mastodonte Caribbean FLNG, une usine flottante de LNG.

  • Altran : -5,31%

    Altran perd plus de 5% en Bourse, les propos rassurants du groupe sur les problèmes rencontrés chez Aricent ne suffisant pas à éclipser un repli plus prononcé que prévu du flux de trésorerie disponible au premier semestre.

    Le reste des résultats du premier semestre est globalement en ligne avec les prévisions.

    L'action du spécialiste des services d'ingénierie et de recherche et développement a d'abord gagné près de 4% dans les tout premiers échanges.

  • "Depuis les tout derniers jours d'août, un double phénomène semble apparaître sur les marchés. D'abord la bourrasque qui frappe les marchés émergents deviendrait moins spécifique et s'élargirait. Ce qui pousse à s'interroger sur le risque d'une généralisation. Ensuite, ce stress de marché s'étend aux pays développés. Même les indices actions américains sont contaminés."
    Hervé Goulletquer, de LBPAM

  • Le point sur les marchés

    Le commerce et les émergents réduisent l'appétit pour le risque

    1. Les principales Bourses européennes évoluent prudemment dans un climat toujours défavorable aux actifs risqués avec la crainte d'une aggravation des tensions commerciales dans un contexte de plus en délicat pour les économies émergentes.

    2. Amsterdam cède 0,39% et Bruxelles 0,27%. Francfort (-0,09%) est à l'équilibre. Paris gagne 0,16%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro cède 0,17% et le Stoxx 600 perd 0,2%.

    3. Dans ce contexte, l'indice Stoxx des ressources de base cède 0,84% tandis que l'une des rares hausses sectorielles est pour les services aux collectivités (+0,84%), compartiment traditionnellement défensif.

    4. Contre la tendance, Safran prend 5,91%, la plus forte hausse du CAC40 et du Stoxx 600, après avoir annoncé jeudi un net relèvement de ses prévisions de résultats annuels dans le sillage d'un premier semestre meilleur que prévu.

    5. Les craintes concernant les tensions commerciales et les économies émergentes pèsent en Asie : l'indice MSCI des pays émergents (-0,37%) s'achemine vers sa septième séance consécutive de baisse, portant à près de 12% son repli depuis le début de l'année.

    6. Les investisseurs seront attentifs à la publication, avant l'ouverture de Wall Street, du rapport du cabinet ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis - qui préfigure le rapport officiel attendu vendredi - et l'indice ISM des services pour le mois d'août.

    7. Sur le marché obligataire, la détente se poursuit sur les rendements des emprunts d'Etat italiens, le taux des BTP à 10 ans reculant encore de quatre points de base à 2,9%.

  • Le bitcoin dégringole de 1.000 dollars en quelques heures

    La valeur du bitcoin est en forte baisse pour la deuxième séance consécutive. Elle a perdu plus de 1.000 dollars en 14 heures et elle se négociait jeudi matin sur la plateforme Bitstamp 6.253 dollars. Les autres cryptomonnaies (Ehter, XRP, EOS ...) sont aussi sous pression.

    Selon Coinmarketcap, la valeur des 1.900 monnaies virtuelles a fondu de 240 milliards à 202 milliards de dollars depuis mercredi.

    "Business Insider" explique le mouvement de baisse par la décision de Goldman Sachs de geler son projet d'ouvrir une salle de marché de destinée au courtage de cryptomonnaies.

  • "Le bond du déficit commercial américain à 50,1 milliards de dollars semble avoir convaincu les marchés que la perspective de taxes douanières supplémentaires est quasiment inévitable."
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

  • L'Ifo relève sa prévision de croissance pour l'Allemagne

    L'institut d'études économiques Ifo relève sa prévision de croissance de l'économie allemande pour 2018, à 1,9%, contre 1,8% auparavant, au vu de sa performance meilleure que prévu au premier semestre.

    "Nous connaissons actuellement en Allemagne une forte reprise économique", relève Timo Wollmershaeuser, économiste de l'institut munichois, dans un communiqué. "Elle sera largement alimentée par la consommation privée cette année et la prochaine, grâce à la hausse de l'emploi et la forte croissance des revenus", ajoute-t-il.

    L'institut anticipe une croissance de 1,9% en 2019 et de 1,7% en 2020.

  • Avis de brokers sur Aedifica

    Aedifica progresse de 1,24% à 81,70 euros dans les premiers échanges. Le spécialiste des maisons de repos a publié mercredi après la clôture des solides résultats annuels et des plans d'expansion très ambitieux, incluant une augmentation de capital de 300 millions d'euros.

    > Kepler Cheuvreux relève la forte croissance des revenus locatifs (+16%) et le solide pipe-line de nouveaux projets (pour 459 millions d'euros), qui assurent l'avenir. Le broker relève son conseil à "conserver" et son objectif de cours de 72 à 81 euros. "Malgré un secteur intéressant et de bonnes prévisions, l'action est correctement valorisée".

    > En prenant en compte les projets d'expansion, la cession partielle d'appartements, l'augmentation de capital, lees analystes de KBC Securities recommandent désormais d'accumuler le titre contre conserver. Le prix cible est de 87 euros contre 83 euros.

    Au prix actuel, l'action se négocie avec un prime de 50% par rapport à la valeur nette des actifs. En d'autres mots : le cours intègre déjà en grande partie la croissance future.

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens reculent, dans un marché gagné par la nervosité face à l'accumulation des risques, de la crise commerciale à celle des monnaies.

    • Bruxelles: -0,14%
    • Amsterdam: -0,35%
    • Francfort: -0,36%
    • Paris: -0,11%
    • DJ Stoxx 600: -0,25%

    • Aedifica : +0,99%
    • Biocartis : +4,15%
    • Eckert & Ziegler Bebig : +3,39%
    • Hamon : + 3,66%

  • Biocartis séduit aux Etats-Unis

    La biotech Biocartis a vendu 149 mini-labos de diagnostic au cours du premier semestre. Le nombre de cartouches utilisées a été plus que doublé. Fin juin, ses liquidités s'élevaient à 91,3 millions d'euros.

    La biotech signale que lors des six premiers mois de l’année, elle a significativement étendu sa base de clients aux Etats-Unis. Cela lui a permis de réaliser des placements "solides" de mini-labos avec un volume potentiel de cartouches prometteur.

  • "Une escalade du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis pourrait être imminente, le calendrier est quelque peu flou et cela justifie la prudence même si le dollar baisse."
    Les analystes de JP Morgan

  • Nouveau recul des commandes industrielles en Allemagne

    Les commandes passées à l'industrie allemande ont diminué de 0,9% sur un mois en juillet, après avoir déjà reculé de 3,9% en juin, selon une estimation publiée jeudi par l'office fédéral des statistiques Destatis.

    Cette statistique ressort bien en dessous du pronostic des économistes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un rebond de 2,2%.

    La déception sur cet indicateur instable mais très suivi, qui donne un avant-goût de l'activité industrielle, intervient dans un contexte international toujours plombé par les tensions commerciales.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Commerce et émergents alimentent toujours la nervosité

    1. Les Bourses européennes devraient ouvrir sur une note prudente, dans le sillage d'un repli généralisé sur les marchés d'actions depuis plusieurs jours sur fond de craintes d'escalade des tensions commerciales et de difficultés accrues pour certains pays émergents.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait céder 0,07% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,08% et le FTSE à Londres perdrait 0,04%.

    3. Washington et Ottawa ont repris les pourparlers pour tenter de dégager un terrain d'entente sur la refonte de l'Accord de libre-échange nord-américain (Alena) après l'échec de la première phase de discussions. Concernant la Chine, le président américain Donald Trump a dit n'être pas encore prêt à signer un accord commercial avec Pékin mais il a ajouté que les négociations se poursuivaient.

    4. La période de consultations publiques sur le projet américain de taxer pour 200 milliards de dollars (171 milliards d'euros) de produits chinois importés aux Etats-Unis prend fin ce jeudi. Donald Trump pourrait alors décider de l'entrée en vigueur de ces nouveaux droits de douane, au risque de représailles chinoises.

    5. Les difficultés de certaines économies émergentes, comme la Turquie, l'Argentine, l'Afrique du Sud ou encore l'Indonésie, qui se sont ajoutées au resserrement monétaire de la Fed plombent les actifs émergents. L'indice MSCI des pays émergents (-0,53%) s'achemine vers sa septième séance consécutive de baisse, portant à près de 12% son repli depuis le début de l'année.

    6. A Wall Street, des craintes sur une réglementation plus restrictive pour les géants de l'Internet se sont ajoutées aux tensions commerciales en cours. Le Nasdaq a ainsi perdu plus de 1% alors que les dirigeants de Twitter et Facebook ont témoigné devant le Sénat au sujet de leurs réponses aux tentatives d'influence étrangère lors de la présidentielle 2016.

    7. Les investisseurs seront attentifs à la publication, avant l'ouverture de Wall Street, du rapport du cabinet ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis - qui préfigure le rapport officiel attendu vendredi - et l'indice ISM des services pour le mois d'août.

     

  • Tokyo finit en baisse de 0,4%

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,41% jeudi dans le sillage du repli de Wall Street et des autres indices en Asie, sur fond de craintes sur le commerce international et sur les pays émergents.

    L'indice Topix, plus large, a cédé 0,74%.

  • Résultat positif dans une des études de Galapagos

    Ce ne sont pas encore LES résultats des tests que tout le monde attend avec impatience, mais c'est toujours une bonne nouvelle pour Galapagos . Le géant belgo-néerlandais de la biotechnologie annonce de bons résultats pour la deuxième phase des essais cliniques sur le filgotinib dans le traitement de la maladie de Bechterev.

    La maladie de Bechterev n'est que l'un des nombreux fronts sur lesquels Galapagos utilise son filgotinib potentiel. Les investisseurs ont particulièrement hâte de connaître les résultats de l'étude de la troisième et dernière phase de recherche (FINCH 2) sur le filgotinib dans la lutte contre les rhumatismes. Ceux-ci sont attendus cet automne. L'optimisme sur le filgotinib a fait passer la capitalisation boursière de Galapagos au-dessus de 5 milliards d'euros cet été.

  • Aedifica, Econocom, Hamon... quelques valeurs belges à suivre

    Aedifica - Fort de résultats annuels au beau fixe, la société immobilière réglementée (SIR) Aedifica souhaite prendre pied dans un quatrième pays pour diversifier encore le risque géographique. Et devenir un ‘pure-player’ sur le segment de l’immobilier de santé. Une nouvelle ligne de 300 millions d’euros d’argent frais- la plus importante augmentation de capital lancée dans le secteur - pourrait être levée d’ici 2019 pour permettre à la SIR d'atteindre ses objectifs. → Notre article

    Bebig - Eckert & Ziegler BEBIG SA (BEBIG) et Eckert & Ziegler Strahlen- und Medizintechnik AG (EZAG) examinent actuellement l'opportunité de proposer à leurs actionnaires la fusion des deux sociétés. L'opération envisagée serait une fusion transfrontalière par absorption de BEBIG par EZAG. À la suite de la fusion, les actions BEBIG seraient annulées et radiées d'Euronext Brussels et les actionnaires de BEBIG se verraient attribuer des actions EZAG, qui sont cotées sur la bourse de Francfort.

    Econocom -  Les résultats semestriels publiés ce mercredi soir par Econocom confirment les sombres estimations avancées en juillet dernier. Pour rappel, le spécialiste franco-belge de l'IT avait envoyé un sérieux avertissement sur ses résultats, ce qui lui avait valu la plus forte chute de son cours (-32,16%) depuis son introduction en Bourse. Pour les six premiers mois de l'année, l'entreprise affiche une perte nette de 3,7 millions d'euros. Un an plus tôt les comptes étaient dans le vert avec un bénéfice de 31,9 millions d'euros. Le résultat opérationnel courant plonge de 42% sur un an à 34 millions d'euros. → Notre article

    Hamon - En marge de la publication de ces résultats pour le premier semestre 2018, le groupe industriel wallon Hamon s’est réjoui de l’excellent niveau des commandes qu’il a enregistrées ces six derniers mois. Celles-ci s’élèvent à 203 millions d’euros, soit une augmentation de 65% par rapport à la même période l’année dernière. Et ce dans un contexte difficile vu les conditions de marché difficiles en Asie et aux Etats-Unis. "Ce constat résulte d’une stratégie visant, d’une part, les projets de taille moindre avec un accent particulier sur le service après-vente à haute valeur ajoutée, et d’autre part, les efforts entamés visant une plus grande diversification des marchés", indique le groupe basé à Mont-St-Guibert. → Notre article

  • A suivre ce jeudi 6 septembre

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Commandes à l'industrie / juillet

    Etats-Unis
    • 14h15 Enquête ADP sur l'emploi privé / août
    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 01/09
    • 14h30 Productivité, coûts du travail (révisé) / T2
    • 16h Indice ISM des services / août
    • 16h Commandes à l'industrie / juillet

    Suède
    • 9h30 Décision de politique monétaire de la Riksbank

    → ENTREPRISES

    Belgique
    Résultats du S1 avant bourse
    • Biocartis
    • Care Property Invest
    • Sofina

    Résultats du S1 après bourse
    • Brederode
    • Exmar
    • Home Invest Belgium
    • Thrombogenics

  • Bonjour!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo. Ne bougez plus, vous êtes au meilleur endroit pour assister à cette séance de Bourse du jeudi 6 septembre.

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content