1. Les marchés
  2. Live blog
live

"La réunion de la BCE a montré quelques imitations du dernier débat présidentiel aux Etats-Unis"

Les Bourses européennes ont fini dans le vert en fin, surmontant le passage à vide observé durant la conférence de presse de Mario Draghi, qui a balayé les spéculations concernant une réduction des rachats massifs de dettes, mais laissé les marchés sur leur faim.
  • CLOSING BELL

    Bel 20 +0,31% à 3610,40 pts 

    CAC 40 +0,44% à 4540,12 pts

    DAX 30 +0,52% à 10.701,39 pts 

  • "Ce serait aller trop loin pour appeler cela l'américanisation de la zone euro. Mais le résultat de la réunion de la BCE d'aujourd'hui a montré quelques imitations du débat présidentiel de la nuit dernière aux États-Unis; au moins en termes de déclarations mémorables. Que ce soit sur le tapering, l'extension du QE ou les solutions au problème de la pénurie d'actifs disponibles, la BCE maintient le suspens. Au moins jusqu'à la réunion de décembre."
    Carsten Brzeski
    Chief Economist ING

  • Hausse inattendue des reventes de logements aux Etats-Unis

    Les reventes de logements aux Etats-Unis ont solidement rebondi en septembre, à la surprise des analystes, selon les chiffres publiés jeudi par l'Association nationale des agents immobiliers américains (NAR).

    Leur nombre s'est établi à 5,47 millions en rythme annualisé, soit une hausse de 3,2%.

    Les analystes prévoyaient qu'elles se situent à 5,30 millions, ce qui représente une stagnation par rapport au chiffre du mois d'août qui a été révisé en baisse.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: -0,22%
    • S&P 500: -0,20%
    • Nasdaq Composite: -0,21%
  • L'euro brièvement au-dessus de 1,10 dollar

    Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) n'a débattu lors de sa réunion de politique monétaire ni d'un arrêt de son programme d'achats d'actifs sur les marchés, ni d'une prolongation de celui-ci, a déclaré jeudi Mario Draghi, le président de l'institution.

    Il a également ajouté que la politique monétaire actuelle n'était pas prévue pour durer éternellement.

    L'euro est repassé brièvement au-dessus de 1,10 dollar, à 1,1039, après ces déclarations.

    Les indices actions européens sont pour leur part orientés à la baisse.

     

    ©Doc

  • L'activité dans la région de Philadelphie ralentit en octobre (Fed)

    L'activité manufacturière de la région de Philadelphie a ralenti sa course en octobre, selon l'indice de l'antenne locale de la Réserve fédérale (Fed) publié jeudi.

    L'indicateur s'est établi à 9,7 points, restant solidement en territoire positif mais cédant 3,1 points en un mois après en avoir gagné près de 11 en septembre. Les analystes tablaient sur une chute bien plus marquée de 7,3 points.

    L'indice mesure la perception que les industriels de la troisième plus importante région de la Réserve fédérale ont de la conjoncture à travers l'activité de leur entreprise. Il s'était affiché en territoire négatif sur 9 des 14 derniers mois, a souligné la Fed de Philadelphie.

    En octobre, les nouvelles commandes et les livraisons se sont très nettement rétablies, gagnant respectivement 14,9 et 24,1 points en un mois.

    Les entreprises continuent globalement d'être optimistes sur les perspectives des six prochains mois, selon la Fed.

  • DRAGHI - IL EST CLAIR QUE NOUS DIRONS EN DÉCEMBRE CE QUE LA BCE FERA DANS LES MOIS SUIVANTS

  • EURUSD > 1,10

  • DRAGHI - UN TAPERING N'A PAS ÉTÉ ÉVOQUÉ AUJOURD'HUI

  • DRAGHI - LA POLITIQUE MONÉTAIRE ACTUELLE NE PEUT DURER ÉTERNELLEMENT

  • DRAGHI - UN CHANGEMENT DE POLITIQUE N'A PAS ÉTÉ ÉVOQUÉ

  • Les indices actions en baisse durant la conférence de Mario Draghi

    • Bruxelles: -0,25%
    • Amsterdam: -0,22%
    • Francfort: -0,19%
    • Paris: -0,13%
    • DJ Stoxx 600: -0,46%
  • DRAGHI - AUCUN SIGNE JUSQU'À PRÉSENT D'UNE TENDANCE HAUSSIÈRE DE L'INFLATION SOUS-JACENTE MAIS L'INFLATION SE REDRESSERA SANS
    DOUTE DANS LES MOIS À VENIR

  • It's Draghi time!

    Début de la conférence de presse de Mario Draghi. Pour la suivre en direct, c'est par ici:

     

  • Le Qatar, l'Arabie saoudite et des chinois prêt à investir dans Deutsche Bank

    Deutsche Bank accélère ses gains. Selon Manager Magazin, le Qatar, le fonds souverain d'Arabie saoudite et des investisseurs chinois seraient prêts à augmenter leur participation dans la banque allemande à 25%, dans le cas d'une augmentation de capital.

    L'info n'est pas vraiment neuve, selon le blog spécialisé ZeroHedge. Mais cela a le mérite de soutenir le cours de l'action.

     

  • "La remontée des rendements obligataires menace les valorisations des actions"

    "On note qu'au cours des 18 derniers mois environ, les BPA (bénéfice par action) sur 12 mois glissants ont été orientés à la baisse en Europe alors que les ratios cours/bénéfice augmentaient en réaction à la baisse des rendements obligataires", commente Sharon Bentley-Hamlin, d'Aubrey Capital Management.

    "Le problème, c'est que la remontée des rendements obligataires menace les valorisations des actions, notamment celles des actifs à détention longue et des alternatives aux obligations comme les 'utilities', l'immobilier, les biens de grande consommation et les télécoms."

  • Les taux appelés à rester bas pendant longtemps, dit la BCE

    La Banque centrale européenne (BCE) n'a pas modifié ses taux directeurs, comme prévu, et n'a pas changé non plus les modalités de son programme de rachats d'actifs de 1.740 milliards d'euros.

    Le taux de refinancement reste donc à 0,0%, le taux de prêt marginal à 0,25% et le taux de facilité de dépôt, devenu son principal taux directeur, à -0,40%.

    Les marchés attendent à présent la traditionnelle conférence de presse du président Mario Draghi à 12h30 GMT pour expliquer ces décisions et donner des indications sur le programme de rachat d'actifs, dont l'évolution devrait sans doute être décidée en décembre.

    La BCE a dit ce jeudi que ce programme, de 80 milliards d'euros mensuels, était censé durer jusqu'en mars 2017, voire au-delà si nécessaire, et en tout cas jusqu'à ce qu'elle perçoive un ajustement soutenu de la trajectoire d'inflation compatible avec son objectif pour cet indicateur économique, qui est d'un petit peu moins de 2%.

    L'inflation, actuellement de 0,4%, n'atteindra pas ce niveau avant fin 2018 ou début 2019, selon les propres prévisions de la banque centrale.

    Elle a également répété qu'elle s'attendait à ce que ses taux directeurs restent à leur niveau actuel voire à un niveau plus bas pour une période prolongée et bien au-delà de l'horizon des achats d'actifs nets.

  • La BCE laisse son principal taux directeur inchangé à 0%

    La BCE laisse son principal taux directeur inchangé à 0%, un plus bas niveau historique auquel il a été abaissé en mars, a annoncé jeudi après-midi un porte-parole de l'institution.

    Comme escompté, l'institution monétaire de Francfort n'a pas non plus modifié son taux de prêt marginal, abaissé à 0,25% en mars, ni son taux de dépôt, porté en territoire négatif pour la première fois en juin 2014 et qui stationne désormais à -0,40%.

    Le président de la BCE, Mario Draghi, tient une conférence de presse à 12H30 GMT.

  • BCE - LE CONSEIL DES GOUVERNEURS CONTINUE DE PENER QUE LES TAUX DE LA BCE RESTERONT À LEURS NIVEAUX ACTUELS OU PLUS BAS POUR UNE PÉRIODE PROLONGÉE, ET BIEN AU-DELÀ DE L'HORIZON DES ACHATS D'ACTIFS NETS

  • BCE - LES ACHATS MENSUELS DE 80 MDS DOIVENT DURER JUSQU'À LA FIN MARS 2017, VOIRE AU-DELÀ SI NÉCESSAIRE ET EN TOUS LES CAS JUSQU'À AJUSTEMENT SOUTENU DE LA TRAJECTOIRE D'INFLATION

  • BCE - LE TAUX REFI RESTE À 0,00%, LE TAUX DE PRÊT MARGINAL À 0,25% ET LE TAUX DE DÉPÔT À -0,40%

  • LA BCE NE MODIFIE PAS SES TAUX DIRECTEURS

  • Le point sur les marchés à la mi-journée

    1. Les Bourses européennes évoluent en ordre dispersé mais dans des marges étroites à mi-séance, l'attente des annonces de la Banque centrale européenne (BCE) et une série de résultats ou de prévisions de sociétés décevants freinant le marché.

    2. La BCE ne devrait pas modifier ses taux d'intérêt à l'issue de sa réunion de politique monétaire et les investisseurs attendent surtout la conférence de presse que son président, Mario Draghi, donnera à 12h30 GMT.

    3. L'autre sujet de préoccupation du jour était le troisième et dernier débat entre les deux principaux candidats à la présidentielle américaine mais il s'est déroulé sans réelle surprise et, selon un sondage CNN réalisé juste après, la candidate démocrate, Hillary Clinton, l'a emporté sur le républicain Donald Trump pour une majorité des personnes interrogées.

    4. Aux valeurs, Nestlé abandonne du terrain, l'une des plus fortes contributions au repli du Stoxx 600, après la révision à la baisse de sa prévision de croissance organique pour l'ensemble de cette année.

    5. Publicis chute, conséquence de la perte de plusieurs budgets aux Etats-Unis, tandis que Lufthansa bondit après avoir relevé sa prévision de bénéfice.

  • "Sipef moins cher que ses pairs"

    La Banque Degroof Petercam se concentre sur l'aspect positif des résultats de Sipef. La faible production d'huile de palme est un facteur négatif, mais elle devrait se redresser au quatrième trimestre, alors que les effets climatiques négatifs d'El Nino se réduisent, estime la banque. Dès lors, les prix de l'huile de palme devrait évoluer de manière positive.

     

    "Nous réitérons notre recommandation d'achat et un prix cible de 57 euros. A 13,5 fois les bénéfices pour 2017, Sipef se négocie toujours avec une décote significative par rapport à ses pairs."
    Hans D'Haese
    Analyste de la Banque Degroof Petercam

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • L'euro se stabilise face au dollar, avant la BCE

    L'euro se stabilisait face au dollar jeudi, dans un marché prudent après le dernier débat des candidats avant l'élection présidentielle du 8 novembre aux États-Unis et avant la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

    Tous les économistes s'accordent pour dire que le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne va laisser inchangés les taux d'intérêt -déjà à leur plus bas historique-, et le dispositif de soutien à la croissance.

    Vers 11h20, l'euro valait 1,0972 dollar contre 1,0973 dollar mercredi soir.

    "Le dernier débat présidentiel aux États-Unis n'a eu qu'un faible impact sur le marché des changes", observait Lee Hardman, analyste chez Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ.

    Selon des analystes, l'avance, déjà confortable avant le débat, de la candidate démocrate Hillary Clinton face au républicain Donald Trump a été confortée.

    Ainsi, "des ajustements ont été effectués sur le marché des changes pour ne laisser qu'un risque minime d'une victoire de Donald Trump" pour qui le débat de mercredi n'a pas changé la donne, notait M. Hardman.

    D'ailleurs, le peso mexicain, qui évolue ces derniers mois comme un baromètre des chances de M. Trump, "est monté à son plus haut niveau en six semaines" face au dollar, relevait Neil Wilson, analyste chez ETX Capital.

    "Sa force est liée au fait que les marchés croient fermement en la victoire de Hillary Clinton", poursuivait M. Wilson.

    Cependant, même si une victoire de Mme Clinton est vue comme positive pour les marchés car elle s'inscrirait dans une continuité politique, certains observateurs se demandent si la faible réaction du dollar ne pourrait pas être liée à des craintes d'un virage plus à gauche.

    "Certaines des politiques énoncées par Mme Clinton lors du dernier débat, notamment des hausses d'impôts, des changements au système de santé et un soutien aux énergies renouvelables, pourraient déstabiliser les marchés à long terme", prévenait Kathleen Brooks, analyste chez City Index.

  • Jefferies et HSBC ajustent le tir sur RTL

    Jefferies plus optimiste pour RTL , avec une recommandation d'"acheter" la valeur contre "conserver" jusqu'ici. L'objectif de cours reste à 80 euros.

    Chez HSBC, le prix cible passe à 78 euros contre 77 mais l'avis reste à "conserver".

  • AB InBev dégradée par SocGen

    Les analystes de Socgen réduisent leur avis sur AB InBev à "conserver" contre "acheter", estimant que l'entreprise va réduire son dividende à 1 euro pour 2016 contre une estimation de 3,78 jusqu'ici.

    L'impact de la réduction du dividende pourrait toutefois être compensé par une augmentation des perspectives de synergies, actuellement attendue à 1,4 milliards de dollars, signale SocGen.

  • Jefferies relativise l'annonce d'Ablynx

    Jefferies relativise l'annonce d'Ablynx ce matin. Pour rappel, AbbVie a décidé de ne pas prendre en licence le vobarilizumab d'Ablynx, utilisé pour le traitement des patients atteints d’arthrite rhumatoïde.

    Le broker reste à "acheter" sur la valeur avec un objectif de cours de 21 euros.

     

    "Le flou avait régné jusqu'à présent sur le fait que le Vobarilizumab était un 'must have' pour AbbVie pour remplacer le Humira. AbbVie détient encore la possibilité de prendre une licence sur le Vobarilizumab utilisé pour le traitement du lupus érythémateux disséminé."
    Les analystes de Jefferies

     

    L'annonce passe mal par contre auprès des investisseurs. L'action a perdu jusqu'à 17,41% à 9,011 euros en début de séance. Le titre dégringole pour l'instant de plus de 18%.

  • Publicis chute, sur des résultats décevants

    L'action Publicis signe la plus forte baisse du CAC 40 après avoir fait état d'un troisième trimestre jugé décevant, en particulier aux Etats-Unis. Le titre dégringole de plus de 5%, dans des volumes atteignant déjà 73% de leur moyenne quotidienne sur les trois derniers mois sur Euronext.

     

    "Bien que certaines régions (Europe, LatAm) aient très bien marché, Publicis est souvent considéré comme un 'US-Proxy', alors -4% dans cette région fait mal."
    Conor O'Shea de Kepler Cheuvreux

     

    Publicis s'est également montré prudent pour 2017 face aux incertitudes que pourraient provoquer plusieurs scrutins politiques, notamment en France, et à la poursuite des turbulences liées au Brexit.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (20 oct) - KBC, AB InBev, Ahold Delhaize, Ablynx, Atenor, Sipef, Wereldhave Belgium https://t.co/cEW1sT6bRH pic.twitter.com/BVl2R63ME9— Stéphane Wuille (@stephanewuille) October 20, 2016

  • Le point sur les marchés à l'ouverture

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé et dans des marges étroites, l'attentisme limitant les variations dans l'attente des annonces de la Banque centrale européenne (BCE) sur sa politique monétaire tandis qu'une série de résultats décevants et d'avertissements de grandes sociétés cotées pèse sur la tendance.

    2. La BCE ne devrait pas modifier ses taux d'intérêt à l'issue de sa réunion de politique monétaire et les investisseurs attendent surtout la conférence de presse que son président, Mario Draghi, donnera à 12h30 GMT, au cours de laquelle il pourrait leur fournir des indices sur d'éventuelles modifications à venir des modalités de son programme d'achats d'actifs sur les marchés.

    3. L'autre sujet de préoccupation du jour était le troisième et dernier débat entre les deux principaux candidats à la présidentielle américaine mais il s'est déroulé sans réelle surprise et, selon un sondage CNN réalisé juste après, la candidate démocrate, Hillary Clinton, l'a emporté sur le républicain Donald Trump pour une majorité des personnes interrogées.

    3. Aux valeurs, Publicis chute et signe l'une des plus fortes baisses du Stoxx 600, après une croissance organique quasi-nulle au troisième trimestre, conséquence de la perte de plusieurs budgets aux Etats-Unis. Le groupe publicitaire entraîne dans sa chute son concurrent
    britannique WPP .

    4. Nestlé cède du terrain également, après avoir abaissé sa prévision de croissance organique pour l'ensemble de cette année.

    5. A la hausse, Lufthansa bondit après avoir relevé mercredi soir sa prévision de bénéfice en expliquant notamment que les réductions de capacité commençaient à porter leurs fruits.

  • "La réunion de la BCE cet après-midi sera l'occasion pour Mario Draghi de réitérer que la banque centrale est clairement engagée à poursuivre son plan d'achats d'actifs jusqu'en mars 2017 au moins, calmant les inquiétudes quant à un risque de durcissement de sa politique monétaire, que la remontée du pétrole, les décisions récentes de la Banque du Japon, et plusieurs rumeurs par voie de presse ont entretenues."
    Les économistes de Crédit Mutuel CIC.

  • KBCS réduit son target pour Ablynx

    KBC Securities réduit son objectif de cours sur Ablynx à 18 euros contre 19,50 avant. Le rating reste à "acheter".

  • Ablynx dans les cordes

    Ablynx chute en bourse. AbbVie a décidé de ne pas prendre en licence le vobarilizumab d'Ablynx qui achève avec succès sa phase II. Ablynx recherche un nouveau partenaire.

    Malgré tout, Ablynx signale qu'il va entamer la fin de la phase II et rencontrer les régulateurs aux Etats-Unis et en Europe pour son nanobody vobarilizumab. Il s'agit de préparatifs pour le lancement de la phase III pour les patients atteints d'arthrite rhumatoïde. Les premiers patients devraient être choisis à la fin de 2017.

    La phase IIb a démontré que le vobarilizumab avait un effet fort et durable sur les signes et symptômes de la maladie, explique Ablynx ainsi qu'un excellent profil de sécurité et de tolérabilité.

  • Tokyo au plus haut depuis fin avril

    La Bourse de Tokyo a fini en progression de 1,39% jeudi, à son plus haut niveau de clôture depuis près de six mois, dans le sillage de Wall Street la veille et après le troisième et dernier débat présidentiel américain, qui n'a pas remis en cause le scénario privilégié par les marchés.

    L'indice Nikkei a gagné 236,59 points à 17.235,50 points, au plus haut depuis le 27 avril, et le Topix, plus large, a pris 13,60 points (+1%) à 1.370,80 points.

    Le débat entre Hillary Clinton et Donald Trump a tourné à l'avantage de la candidate démocrate selon un sondage réalisé pour CNN, 52% des personnes interrogées lui attribuant la victoire contre 39% pour son rival républicain.

    "Le marché a quasiment anticipé la victoire de Clinton. Mais nous avons tous appris du Brexit que les sondages et les intentions de vote peuvent se retourner à la dernière minute. Il ne faut pas faire preuve de trop d'optimisme."
    Hikaru Sato
    Analyste technique chez Daiwa Securities

     

    L'action Mitsubishi Motors, qui avait bondi de 7,9% mercredi sur des informations selon lesquelles le PDG de Nissan Motor, Carlos Ghosn, prendrait la présidence du constructeur automobile, a été volatile. Le titre a ouvert en baisse à la suite d'une prévision de perte sur l'exercice en cours, puis est repassée dans le vert, pour terminer sur un gain de 2,68%.
     

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,10%
    • Amsterdam: -0,036%
    • Francfort: +0,09%
    • Paris: +0,06%
    • DJ Stoxx 600: -0,14%
  • Bonjour!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés