1. Les marchés
  2. Live blog
live

Lagarde (BCE): "L'économie européenne connaît une contraction sans précédent"

La BCE a décidé d'augmenter son arsenal de soutien à l'économie de la zone euro. Son programme de rachat d'obligations publiques et privées est gonflé de 600 milliards d'euros.Les marchés d'actions européens terminent en baisse. L'euro boosté. Nette détente des taux italiens.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve vendredi pour la dernière séance de la semaine.

    Au programme: L'agenda est plutôt léger mais il comporte une statistique importante: les données mensuelles de l'emploi aux Etats-Unis.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les Bourses européennes ont terminé en baisse jeudi et l'euro grimpe à un plus haut de trois mois après les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) sur une nouvelle augmentation de son soutien à l'économie de la zone euro face au choc provoqué par la pandémie de coronavirus. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,21% à 5.011,98 points, se maintenant de justesse au-dessus du seuil des 5.000 points franchi mercredi pour la première fois en trois mois. Le Footsie britannique a cédé 0,64% et le Dax allemand a perdu 0,45%. L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,24%, le FTSEurofirst 300 a reculé de 0,73% et le Stoxx 600 de 0,72%. Les places européennes s'accordent une pause après un début de semaine très positif qui les ont portées à des plus hauts depuis début mars. Elles ont fait un bref passage dans le vert pour saluer la décision de la BCE d'augmenter de 600 milliards d'euros, pour le porter à 1.350 milliards, le montant du "Programme d'achats d'urgence pandémique" (PEPP), un plan d'achats de dettes sur les marchés visant à faire baisser les coûts de financement des Etats, des entreprises et des ménages.

    Seule exception, le Bel 20 a terminé sur une progression de 0,66%, porté par le rebond des valeurs cycliques. Umicore termine en tête de l'indice avec un gain de 2,36%. Aperam a gagné 2,25%. Argenx s'est adjugé une hausse de 2,25%. Certains titres ont subi des prises de bénéfices. Ageas a perdu 0,62% et KBC 0,31%. 

    En Europe, les spécialistes de l'immobilier commercial, qui avaient profité à plein de la reprise progressive de l'activité dans plusieurs pays, ont souffert: Hammerson a perdu 13,65% et Unibail-Rodamco-Westfield 4,27%.

    Rémy Cointreau a bondi de 11,27%, la meilleure performance du Stoxx 600, après avoir relevé sa prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours en évoquant une évolution "plus favorable" de la consommation de spiritueux aux Etats-Unis.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: + 0,66%

    AEX: -0,39%

    CAC 40: -0,21%

  • L'indice FANG touche un record

    L'indice FANG, qui compte dans ses rangs Facebook, Apple, Amazon, Netflix et Alphabet, a touché un nouveau record en ce début de séance sur les marchés américains. 

  • Le point après l'ouverture de Wall Street

    La Bourse de New York évolue quasiment à l'équilibre en début de séance, reprenant son souffle après quatre séances de hausse d'affilée grâce aux espoirs de reprise économique, confortés par l'amélioration des indicateurs et le soutien de taille des banques centrales.  

    Le Dow Jones perd 17,66 points, soit 0,07%, à 26.252,23 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,08% à 3 120,27 points.  Le Nasdaq Composite cède  0,05% à 9.678,40 points peu après l'ouverture.  

    En Europe, les Bourses hésitent sur la direction à prendre après avoir salué la décision de la Banque centrale européenne d'accroître son soutien à l'économie.  La BCE a annoncé une augmentation de 600 milliards d'euros, à 1.350 milliards, du montant de son "Programme d'achats d'urgence pandémique" (PEPP).  "Cette décision met en évidence l'engagement de la BCE à renforcer la reprise. S'il reste des obstacles à surmonter, notamment pour parvenir à un accord unanime sur le fonds de relance, la réponse européenne a fait d'énormes progrès en très peu de temps," a commenté Jai Malhi, stratégiste chez JPMorgan Asset Management.  

    Aux Etats-Unis, l'annonce d'une nouvelle baisse des inscriptions au chômage n'a pas eu d'effet sur la tendance. Pour le première fois depuis le record de la mi-mars, le nombre de demandes d'allocations chômage est revenu sous la barre des deux millions mais il reste considérable.  Le marché suivra avec attention le rapport sur l'emploi de mai, prévu vendredi. Les économistes anticipent huit millions de suppressions de postes non-agricoles et un taux de chômage à 19,8%, un record depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. 

     Aux valeurs, American Airlines grimpe de 11,01% après avoir annoncé une nette augmentation du nombre de vols le mois prochain pour les liaisons domestiques et internationaux.  

    En tête du Dow Jones, l'avionneur Boeing gagne 4,52%.  

    Le courtier TD Ameritrade prend 3,55% après l'approbation par le département de la Justice de son rachat par Charles Schwab (+0,51%).

    En baisse, J.M. Smucker (-2,16%) et Cloudera (-8,35%) reculent après des prévisions décevantes. 

  • OPENING BELL

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,36%, Nasdaq -0,34%

  • Lagarde (BCE): "Nous n'avons pas discuté des junk bonds"

    Contrairement à la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne (BCE) n'investit pas dans des obligations dont les notes ont été dégradées en catégorie spéculative ("junk"). Sa présidente Christine Lagarde a confirmé ce jeudi que le Conseil des gouverneurs n'avait pas discuté de tels achats.

    Interrogée à propos de la décision du tribunal constitutionnel de Karlsruhe, Christine Lagarde indique en avoir pris note, tout en rappelant que l'action de la BCE tombe sous la juridiction de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE). "Je suis convaincue qu'une solution pourra être trouvée, compatible avec l'indépendance de la CJUE et de la BCE".

  • Une inflation limitée en zone euro

    La Banque centrale européenne (BCE) a également revu à la baisse ses prévisions en matière d'inflation. Elle table désormais sur une inflation de 0,3% en 2020 en zone euro (contre +0,8% selon la précédente prévision). L'inflation devrait être de 0,8% en 2021 et de 1,3% en 2022. Des chiffres encore en-dessous de l'objectif de la BCE, qui est une inflation autour de 2%.

  • Les vendeurs repassent à l'action | L'euro revient à 1,1239 dollar

    Les vendeurs repassent à l'action durant la conférence de presse de Christine Lagarde.

    L'indice DJ Stoxx 600 cède 1% et l'Euro Stoxx 50 0,86%.

    L'euro revient à 1,1239 dollar après être monté à 1,1272 dollar dans les minutes qui ont suivi la publication du communiqué de la BCE.

    Le rendement italien à 10 ans se tasse de 14 points de base, à 1,41%.

  • La BCE table sur un rebond au second semestre

    La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde a présenté les nouvelles projections économiques de l'institution monétaire. "La levée des mesures de confinement devrait permettre une reprise, mais l'ampleur et la rapidité de celle-ci sont incertaines", a-t-elle souligné durant sa conférence de presse.

    La BCE table désormais sur un repli du PIB de 8,7% en 2020 en zone euro. Mais elle prévoit une croissance de 5,2% en 2021 et 3,3% en 2022.

  • "Tesla va revoir les plans de son usine allemande"

    Pour étouffer les critiques des mouvements environnementaux, Tesla va retravailler les plans de son usine près de Berlin. Bloomberg l'a appris d'un politicien allemand local.

  • Les inscriptions au chômage US en ligne avec les attentes

    La semaine dernière, 1,877 millions de demandes d'assurance chômage ont été déposées aux États-Unis, signe que le pire est passé pour la crise de l'emploi liée aux coronavirus, mais le niveau de chômage reste obstinément élevé.

    Les économistes interrogés par Dow Jones attendaient 1,775 million de nouvelles demandes.

    Le nombre total d'inscrits depuis la dernière semaine de mars s'élève à plus de 42 millions de personnes.

    Les allocations au chômage, qui donnent une image plus claire du nombre d'Américains restant au chômage, ont totalisé 21,5 millions, soit un gain de 649.000 au cours de la semaine dernière.

  • Suivre la conférence de presse de la BCE en direct

    La conférence de presse de la BCE peut être suivie en direct via le lien dans le tweet ci-dessous:

  • L'euro boosté par la BCE

    La devise européenne bondit de 0,11% à 1,1245 dollar, après les décisions de politique monétaire de la BCE.

  • Nette détente des rendements italiens

    Le rendement italien à 10 ans chute de 15 points de base à 1,4%, sur l'annonce de la BCE.

    Son équivalent espagnol perd 5,6 points de base (à 0,55%) et au Portugal, la baisse est de 4,6 points de base (à 0,52%).

    Le rendement du Bund se tasse de 0,4 point, à -0,36%.

  • Les marchés d'actions peu impressionnés par la BCE

    Les marchés européens réagissent de manière modérée à la décision de la BCE d'augmenter de 600 milliards d'euros son programme de rachats d'obligations publiques et privées.

    Francfort perd 0,51%, Paris est à l'équilibre, tandis qu'Amsterdam gagne 0,11% et Bruxelles 0,56%.

    L'Euro Stoxx 50 engrange 0,24% et le Stoxx 600 se tasse de 0,09%.

  • La BCE augmente encore son bazooka monétaire

    Sans surprise, la Banque centrale européenne (BCE) a laissé ses taux inchangés ce jeudi. L'institution monétaire a décidé, par contre, de renforcer ses mesures de soutien, en augmentant de 600 milliards d'euros son programme d'achats d'urgence face à la pandémie (Pepp). C'est 100 milliards de plus qu'espéré par les analystes et investisseurs.

    1.350 milliards
    d'euros
    Le montant du programme d'achats d'urgence face à la pandémie (Pepp) de la BCE atteint désormais 1.350 milliards d'euros.

    Ce bazooka inédit, qui devait prendre fin en décembre, a en outre été prolongé jusqu'en juin 2021

    La BCE a aussi indiqué qu'elle allait réinvestir à leur échéance les titres participant au PEPP et ce "au moins jusqu'à la fin 2022".

  • Le point sur la tendance boursière

    1. Les marchés européens marquent le pas.
    2. Les investisseurs privilégient les prises de bénéfice après la hausse de ces derniers jours.
    3. Les replis varient entre 0,3% à Amsterdam et 0,67% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 perd 0,60% et le Stoxx 600 0,53%.
    4. Communiqué de la BCE à 13h45 et conférence de presse à 14h30.
    5. L'institution devrait annoncer une augmentation de plusieurs centaines de milliards d'euros de ses achats de titres sur les marchés, au risque de décevoir.
    6. Les inscriptions au chômage aux USA également à l'agenda.
    7. Wall Street est attendue en baisse, entre -0,13% et -0,5%.

  • Ahold Delhaize s'étend aux États-Unis

    Ahold Delhaize annonce que Food Lion, sa deuxième marque aux États-Unis par le chiffre d'affaires, achète 62 supermarchés BI-LO et Harveys auprès de Southeastern Grocers. Les magasins sont situés en Caroline du Nord, en Caroline du Sud et en Géorgie. Ils seront convertis en magasins Food Lion, dans le cadre de l'expansion continue de la marque dans le sud-est des États-Unis.

    La transaction avec Southeastern Grocers comprend aussi l'acquisition d'un centre de distribution supplémentaire à Mauldin, S.C.

    Les conditions financières de l'accord n'ont pas été divulguées et les prévisions financières d'Ahold Delhaize restent inchangées.

  • Pourquoi Care Property gagne 7% en bourse de Bruxelles

    Care Property Invest bondit de 7,2%, de loin la plus forte hausse de la bourse de Bruxelles. L'explication nous vient de Degroof Petercam: CP Invest va être intégrée dans l'indice FTSE EPRA Nareit Global Real Estate.

    L'indice vient d'être révisé - comme tous les mois - et Care Property y entrera le vendredi 19 juin, après la clôture. En pratique, ce sera donc à partir du lundi 22 juin.

    "L'inclusion dans l'indice se produit après de nombreux efforts de la part de l'entreprise", explique Degroof Petercam. L'inclusion de CP Invest a été retardée en raison du fait que le portefeuille de contrats de location-financement a longtemps été ignoré comme "activité immobilière pertinente". Ce sera désormais le cas.

    Degroof Petercam rappelle que l'inclusion dans l'indice EPRA a eu un impact très positif sur les sociétés belges récemment incluses.

    Care Property Invest confirme l'information de son inclusion dans l'indice. Elle publiera prochainement un communiqué de presse.

  • Les gagnants et les perdants de la matinée

    > Les secteurs qui avaient le plus bénéficié de la hausse des derniers jours subissent le plus les prises de bénéfice. Ceci explique le recul de 1,6% de l'indice Stoxx automobile, des banques (-0,73%) ou de l'assurance (-0,95%).

    > Les spécialistes de l'immobilier commercial, qui avaient profité à plein de la reprise progressive de l'activité dans plusieurs pays, souffrent: Hammerson chute de 11%, Klépierre  baisse de 2,2% et Unibail-Rodamco-Westfield  se replie de 0,7%.

    > À Francfort, les constructeurs automobiles accusent le coup de l'absence de prime à l'achat pour les véhicules 100% thermiques dans le plan de relance gouvernemental allemand. Daimler perd ainsi 3,4%.

    > À la hausse, Rémy Cointreau gagne 7%, la meilleure performance du Stoxx 600, après avoir relevé sa prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours en évoquant une évolution "plus favorable" de la consommation de spiritueux aux États-Unis.

  • Bryan Garnier s'intéresse à nouveau au dossier Celyad

    Bryan Garnier reprend la couverture du titre Celyad avec une recommandation d'achat et un objectif de cours de 18 euros.

    Le titre Celyad perd 4,5% à 10,20 euros.

  • IPO de ZoomInfo cet après-midi

    Aujourd'hui ZoomInfo fait ses premiers pas boursiers sur le Nasdaq. Il s'agit de la première introduction en bourse d'une société de logiciels américaine cette année à Wall Street. Le prix de référence a été fixé à 21 dollars par action, au-dessus de la fourchette de 19 à 20 dollars, laquelle avait déjà été revue à la hausse puisque qu'elle se situait au départ entre 16 et 18 dollars. ZoomInfo devrait récolter près d'un milliard de dollars.

    ZoomInfo (ticker: ZI) ne doit pas être confondu avec Zoom Video (ticker: ZM), actif dans la vidéoconférence et l'une des actions les plus branchées du moment. Il y a aussi Zoom Technologies (ZTNO), qui a été un temps confondue avec Zoom Video. Zoom Technologies est active dans les produits de communication électronique.

    ZoomInfo utilise l'intelligence artificielle pour traiter les données dans le but de soutenir les ventes et le marketing des entreprises. L'entreprise est dirigée par son fondateur Henry Schuck.

  • Le point sur la tendance boursière

    Après la forte progression de ces derniers jours, les vendeurs reprennent la main, dans l'attente d'une décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne et de ses prévisions économiques.

    Les pertes varient entre 0,37% à Amsterdam et 0,49% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 cèdent 0,48%.

    Le compartiment automobile abandonne 3%, lesté par Daimler (-4,7%), Volkswagen (-3%) et BMW (-1,4%).

    L'indice Bel 20 cède 0,8%, sous l'influence des financières. KBC, ING et Ageas perdent plus de 2,5%.

    UCB, qui est une des sociétés vedettes du Congrès européen de la rhumatologie, engrange 1,8%.

    Galapagos  avance de 1,6% après de bons résultats à long terme du filgotinib chez les patients rhumatismaux.

  • Argenx et D'Ieteren quittent la "Dynamic Top Pick List" de KBC Securities

    KBC Securities annonce une mise à jour de sa "Dynamic Top Pick List".

    D'Ieteren sort de la sélection, après la récente progression de l'action qui offre un potentiel de hausse limité.

    Argenx est sortie de la sélection le 27 mai.

    Sont également exclus de la liste: ASM International et Fugro.

    AB InBev, Ahold Delhaize, Barco, Basic-Fit, HAL Trust, NN Group, UCB, VGP, WDP et Recticel sont maintenues.

  • Le secteur auto allemand sur le flanc

    Daimler perd 4,4%, Volkswagen cède 2,8% et BMW 1,3% dans les premières échanges.

    Le plan de soutien dévoilé mercredi par le gouvernement allemand ne prévoit pas d'incitations à l'achat de voitures utilisant du diesel ou de l'essence.

  • |Opening bell|

    • Amsterdam: -0,37%
    • Bruxelles: -0,85%
    • Paris: -0,61%
    • Francfort:

    • EuroStoxx50: -0,62%
    • DJ Stoxx 600: -0,58%

    • Galapagos: +3,68%
    • GBL: -0,80%

  • Daimler, BMW et Volkswagen: -2% en avant-bourse

    Daimler , BMW et Volkswagen reculent de plus de 2% dans les transactions en avant-bourse selon le courtier Lang & Schwarz alors que le plan de soutien dévoilé mercredi par le gouvernement allemand ne prévoit pas d'incitations à l'achat de voitures utilisant du diesel ou de l'essence.

  • Adidas: "Les ventes en Chine reviennent au niveau de l'an dernier"

    Le producteur allemand d'articles de sport Adidas fait une mise au point sur la situation en Chine.

    "La croissance des ventes est devenue positive en mai. Nous prévoyons que les ventes dans la région reviendront à la même période l'an dernier au deuxième trimestre." Tous les magasins Adidas en Chine sont rouverts depuis la mi-avril.

    Dans le monde, les deux tiers des magasins Adidas sont désormais ouverts (au moins en partie). En Europe, les trois quarts des magasins sont ouverts, généralement avec des horaires d'ouverture plus courts. En Amérique du Nord et en Amérique latine, moins de la moitié des magasins sont ouverts.

    GBL détient une participation de 6,8% dans Adidas. Et cet investissement représente environ 18% de la valeur liquidative, selon la dernière estimation de KBC Securities.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient souffler à l'ouverture après leur séquence haussière des derniers jours en attendant les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) qui pourrait renforcer son arsenal monétaire face à la crise.

    Les contrats à terme signalent une baisse de 0,15% pour l'EuroStoxx50, un repli de 0,24% pour le FTSE à Londres et une baisse de 0,21% pour le CAC 40 parisien. Le Dax à Francfort est donné stable.

    La BCE pourrait annoncer, à l'issue de la réunion de son Conseil des gouverneurs, une augmentation du montant des actifs qu'elle rachète dans le cadre de son Programme d'achats d'urgence pandémique (PEPP).

    L'institution de Francfort dévoilera également ses nouvelles prévisions économiques.

    Le communiqué de politique monétaire de la BCE est attendu pour 13h45 et sera suivi, à 14h30, de la conférence de presse de la présidente de l'institution Christine Lagarde.

    Les investisseurs suivront également, ce jeudi à 14h30, le chiffre des inscriptions hebdomadaires au chômage en attendant la publication, vendredi, du rapport mensuel sur l'emploi.

  • L'euro reste ancré au-delà de 1,12 dollar

    L'euro cède un peu de terrain face au dollar mais reste ancré au-delà de 1,12 dans la perspective de l'annonce d'un soutien monétaire accru de la BCE. La devise européenne recule de 0,18% à 1,1213 dollar, après un pic à 1,1256 dollar la veille.

  • "Efficacité durable et un profil de sécurité cohérent" pour le filgotinib chez les patients rhumatismaux

    Gilead Sciences et Galapagos annoncent aujourd'hui 52 semaines de résultats de leurs études conjointes FINCH 1 et FINCH 3 pour le filgotinib, un inhibiteur oral sélectif de JAK1, chez les adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde active modérée à sévère.

    Les données démontrent une efficacité durable et un profil de sécurité cohérent pour les 52 semaines de traitement par le filgotinib dans les populations de patients rhumatismaux.

    Les nouvelles données font partie des 15 présentations sur le filgotinib utilisé dans le traitement des rhumatismes qui seront présentés lors de la conférence européenne sur la rhumatologie 2020 (EULAR 2020).

  • UCB au centre du Congrès européen de rhumatologie

    UCB indique que de nouvelles données importantes sur Cimzia, Evenity et son inhibiteur expérimental IL-17A et IL-17F, le bimekizumab, seront présentées au Congrès européen annuel de rhumatologie (EULAR) 2020.

    Avec un total de 14 présentations, la recherche d'UCB devrait prendre le devant de la scène lors du congrès virtuel de cette année.

  • L'Allemagne approuve un plan de relance de 130 milliards d'euros

    Les partis de la coalition au pouvoir en Allemagne sont convenus, mercredi, à l'issue de longues discussions, d'un plan de relance de 130 milliards d'euros afin d'accélérer la sortie de l'économie allemande de la crise liée au coronavirus.

    Il comprend notamment une baisse temporaire des taxes sur une vaste gamme de produits, dont les automobiles et les denrées alimentaires, une injection de fonds dans le système de sécurité sociale - qui couvre santé publique et allocations chômage - et des aides destinées à soutenir les PME face au déclin d'activité.

    Ce plan de relance vient s'ajouter à celui de 750 milliards d'euros convenu en mars qui prévoyait 156 milliards d'euros de dépenses supplémentaires financées par une augmentation des emprunts sur les marchés.

  • Les marchés attendus sur une note prudente avant la BCE

    Les marchés européens devraient marquer le pas en début de séance, les investisseurs jouant la prudence avant une importante réunion de la BCE aujourd'hui.

    L'Euro Stoxx 50 est attendu à l'équilibre. Francfort devrait ouvrir en baisse de 0,2% et Londres de 0,12%.

    Mercredi, les bourses européennes ont de nouveau terminé en forte hausse et confirmé leur retour aux niveaux de début mars, une nouvelle série d'indicateurs économiques ayant conforté le sentiment général de foi en la reprise économique. À Bruxelles, le Bel 20 a franchi la barre de 3.400 points et repris 35% depuis son point bas, atteint le 17 mars, grâce à AB Inbev (+7,72%), Ageas (+6,32%) et les valeur bancaires.

    Les investisseurs s'attendent à voir la BCE augmenter la force de frappe de son bazooka monétaire. "Les marchés seraient très déçus si l’augmentation de la taille du programme était inférieure à 500 milliards", estime Éric Dor (Ieseg School of Management).

    La BCE risque, par ailleurs, d'annoncer une contraction de l'économie comprise entre 8 et 12%. Pour l'inflation, c'est la grande inconnue.

     

    ©Frank Rumpenhorst/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés