1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 a gagné près de 15% ce trimestre | L'or à 1.800 dollars

Les marchés européens ont globalement clôturé dans le rouge, à l'exception du Bel 20, les bonnes nouvelles comme celles du rebond de l'activité en Chine étant contrebalancées par les craintes sanitaires et les tensions diplomatiques.
  • Fin du Market Live

    Il est l'heure de clôturer ce "Market Live". Rendez-vous demain à partir de 07h30 pour une nouvelle édition.

    À l'agenda ce mercredi 1er juillet: les investisseur seront confrontés à une déferlante d'indices PMI. L'enquête ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux États-Unis pourrait donner le ton à Wall Street. L'action Barco est divisée par sept.

    À demain!

  • Banimmo cède ses parts dans MC² Development

    Banimmo SA  et Argema Sàrl (Groupe Marc Liégeois) ont conclu une convention de vente avec Belfius Insurance pour la cession de 100% des actions de MC² Development SA, la société qui construit actuellement le nouveau centre d’activités pour ING à Louvain-la-Neuve. Le contrat locatif à long terme avec ING a déjà pris effet en février 2020. Le transfert des actions se fera après l’occupation par ING et le premier paiement du bail, prévus en décembre 2021.

    "Par cette transaction Banimmo a sécurisé un premier projet après une longue période de désinvestissements", se félicite le groupe dans un communiqué.

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions en Europe ont globalement terminé le premier semestre sur une note négative, à l'exception notable de la Bourse de Francfort. La première partie de l'année "devrait entrer dans l'histoire", note Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets. "Jamais les marchés ne sont tombés aussi rapidement et ont de nouveau augmenté presque aussi rapidement".

    Le Dax allemand a progressé de 0,64%, tandis que le CAC 40 a reculé de 0,19% et le Footsie britannique de 0,90%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté pris 0,13%.

    Le compartiment de l'énergie a signé la plus forte baisse sectorielle en Europe (-1,41%). Le géant pétrolier Royal Dutch Shell (-3,12%) va déprécier de 22 milliards de dollars (19,6 milliards d'euros) la valeur de ses actifs face à la crise provoquée par le coronavirus.

    À Bruxelles, le Bel 20 a clôturé sur une hausse de 0,05% à 3.328,01 points.

    L'action Telenet a terminé en tête avec un bond de 3,74% à 36,64 euros. Selon ING, c'est une bonne nouvelle pour les opérateurs télécoms que la vente du câblo-opérateur wallon VOO ait été annulée. "Cela limite le risque d'un quatrième acteur sur le marché belge", explique l'analyste David Vagman. Il estime qu'une acquisition par Telenet et Orange Belgium (-0,28% à 14,50 euros) aurait un sens stratégique.

  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +0,05%

    AEX -0,08%

    CAC 40 -0,19%

  • LVMH voit la pandémie peser sur ses ventes pendant encore des mois

    Les conséquences de la crise du coronavirus continueront à peser pendant des mois sur les résultats de LVMH   même si des signes de redressement sont apparus en juin, ont déclaré les dirigeants du géant français du luxe. Les bénéfices du groupe au deuxième trimestre seront particulièrement pénalisés en Europe et aux Etats-Unis, a précisé le PDG Bernard Arnault lors de l'assemblée générale des actionnaires, organisée en ligne.

    "On ne peut qu'espérer que la reprise se fasse graduellement", a-t-il dit, ajoutant que la deuxième partie de l'année devrait être meilleure. Bernard Arnault a ainsi évoqué des signes de redressement "assez vigoureux" en juin avec la levée progressive des mesures de confinement, notamment à Paris et à Milan, deux "capitales" du luxe.

    → Interrogé sur les conséquences éventuelles de la crise sur le projet de rachat de Tiffany pour 16 milliards de dollars (14,3 milliards d'euros), une opération qui n'est toujours pas finalisée, le directeur général délégué Antonio Belloni s'est contenté de répondre que le joaillier américain était une "marque emblématique" ayant sa place dans le portefeuille d'activités du groupe.

  • La production de l'Opep plus bas depuis vingt ans en juin

    La production de pétrole des pays de l'Opep est tombée au mois de juin à son plus bas niveau depuis vingt ans, l'Arabie saoudite et d'autres Etats du Golfe consentant aux plus fortes réductions, montre une étude Reuters. Au total, les treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole ont pompé en moyenne 22,62 millions de barils par jour (bpj), soit 1,92 million de bpj de moins qu'au mois de mai.

    "La consommation devrait accélérer au second semestre et il existe un consensus général autour du fait que les pays de l'Opep+ se montreront à la hauteur des attentes et parviendront à un respect élevé (de leurs engagements de réduction de la production) en juin et en juillet", commente Tamas Varga, du courtier spécialisé dans le pétrole PVM.

  • USA: le consommateur reprend confiance plus vite que prévu

    La confiance du consommateur américain a poursuivi sa remontée en juin à un rythme plus soutenu qu'attendu, montre l'enquête mensuelle du Conference Board. L'indice de confiance calculé par l'organisation patronale a atteint 98,1 après 85,9 en mai alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 91,8 seulement.

    • Le sous-indice mesurant le jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a rebondi à 86,2 après 68,4 le mois dernier et celui des anticipations a atteint 106,0 après 97,6. 
    • La peur du chômage a en outre reflué, l'indice mesurant l'appréciation par les consommateurs de la difficulté à trouver un emploi revenant à 23,8 en juin après 29,2 en mai.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -0,40%, S&P 500 -0,09% et Nasdaq -0,06%

  • Wall Street est attendue en baisse à l'ouverture

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en recul.

    L'indice Dow Jones reculerait de 0,45%, le S&P 500 de 0,33% et le Nasdaq de 0,29%.

  • Air France veut supprimer 7.500 postes d'ici 2022

    Le groupe Air France compte supprimer plus de 7.500 postes d'ici fin 2022, dont 6.560 (sur environ 41.000) au sein de la compagnie tricolore et plus de 1.000 au sein de la compagnie régionale Hop!, a appris l'AFP de sources syndicales.

    Au sein de la compagnie Air France, les suppressions de postes, exprimées en ETP (équivalents temps plein), passeront par des départs naturels non remplacés (environ 3.500) et par des départs volontaires pour l'essentiel, même si, de mêmes sources, des départs contraints ne sont pas exclus pour le personnel du réseau court-courrier.

    Ces chiffres doivent être présentés officiellement aux organisations syndicales lors de comités sociaux et économiques (CSE) prévus vendredi.

  • Un plan d'infrastructures de 5 milliards d'euros pour relancer l'économie britannique

    Le Premier ministre britannique Boris Johnson vient de dévoiler son plan pour relancer l'économie britannique malmenée par le coronavirus. Il passe par l'accélération de la mise en oeuvre de grands projets d'infrastructures représentant un investissement de cinq milliards de livres sterling (5,47 milliards d'euros).

    "Nous allons construire, construire, construire. Reconstruire mieux, reconstruire plus vert, reconstruire plus vite", a-t-il dit.

    "Nous ne pouvons pas rester simplement prisonniers de la crise. Il est absolument vital pour nous de tracer la voie à suivre, afin que chacun puisse penser et planifier l'avenir à court, moyen et long terme", a ajouté Boris Johnson, qui s'exprimait à Dudley, dans le centre de l'Angleterre.

    Boris Johnson a comparé son plan de relance au "New Deal" mis en oeuvre dans les années 30 par le président américain Franklin Roosevelt.

  • UPDATE | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes progressent timidement, les bonnes nouvelles, comme celle du rebond de l'activité en Chine, contrebalançant les craintes sanitaires et les tensions diplomatiques.

    Les gains varient entre +0,06% à Amsterdam et +0,47% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 gagne 0,32% et le Stoxx 600 0,23%.

    "En cette dernière séance du mois, du trimestre et du semestre, les marchés poursuivent leur yoyo, tantôt attentifs aux signaux d'accélération de l'épidémie aux États-Unis, tantôt réceptifs à des statistiques économiques parfois supérieures aux attentes."
    Tangi Le Liboux
    Stratégiste du courtier Aurel BGC

    En matière macroéconomique, l'activité manufacturière chinois a rebondi en juin, atteignant son niveau le plus élevé depuis mars.

    Ces indicateurs de bon augure interviennent, en outre, après la publication, lundi soir, du discours préparé par le président de la Fed Jerome Powell en vue de son audition, ce mardi, devant une commission de la Chambre des représentants.  Il y estime que le rebond de l'économie américaine a commencé plus vite que prévu.

  • STMicro et ASM International propulsé par Micron Technology

    Les fabricants de semi-conducteurs STMicroelectronics et ASM International gagnent respectivement 2,2% et 2% après les prévisions trimestrielles supérieures aux attentes du concurrent américain Micron Technology .

  • "Une acquisition de Voo par Telenet et Orange Belgium aurait un sens stratégique"

    Selon l'analyste d'ING David Vagman, c'est une bonne nouvelle pour les opérateurs télécoms belges que la vente du câblo-opérateur wallon VOO ait été annulée.

    VOO devait être vendu à l'américain Providence, mais comme la vente, selon le tribunal, avait eu lieu de manière non transparente et discriminatoire, elle a été annulée. "Cela limite le risque d'un quatrième acteur sur le marché belge des télécoms. Ceci est particulièrement positif pour Proximus et Orange Belgium car ces groupes ont de nombreux clients wallons."

    À long terme, Vagman voit également des avantages pour Telenet et Orange Belgium. Une acquisition par Telenet et Orange Belgium aurait un sens stratégique. Un tel achat peut offrir de nombreux avantages comme les réductions de coûts à travers les synergies et la possibilité de ventes croisées.

    Proximus perd 0,14%, Telenet gagne 2,66% et Orange Belgium 1,1%.

  • Natixis: -4%

    Dans le rouge, Natixis cède 4,2% après une information du Financial Times selon laquelle l'autorité britannique de régulation financière (FCA) enquête sur la vente par la société de gestion H2O Asset Management, dont la banque française détient 49,99% du capital, d'obligations et d'actions illiquides au financier allemand controversé Lars Windhorst.

    Le titre inscrit la plus forte baisse du compartiment des valeurs bancaires en Europe (-1,47% pour l'indice Stoxx sectoriel).

  • Accélération de l'inflation en juin, à 0,3% sur un an

    L'inflation dans la zone euro a accéléré en juin après avoir atteint un creux de quatre ans le mois dernier, la baisse des prix l'énergie ayant été moins prononcée, montre la première estimation publiée, ce mardi, par Eurostat.

    Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont augmenté de 0,3% par rapport à mai et également de 0,3% en rythme annuel. Le taux d'inflation était de 0,1% le mois précédent sur un an et les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à ce qu'il reste stable.

    Les prix de l'énergie ont reculé de 9,4%, contre un plongeon de 11,9% en mai, tandis que ceux des produits alimentaires non-transformés ont augmenté de 5,9% en juin, contre une baisse de 6,7% en mai.

    En excluant ces deux composante très volatiles, les prix ont augmenté de 1,1% en rythme annuel, conformément aux attentes.

    Une mesure plus étroite encore de l'évolution des prix à la consommation, qui exclut aussi l'alcool et les produits du tabac, ressort en hausse de 0,8% sur un an après +0,9% en mai.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes baissent, les inquiétudes persistantes sur la propagation du coronavirus limitant les prises de risque malgré la séance positive de Wall Street lundi et de bons indicateurs chinois.

    Les replis varient entre -0,31% à Bruxelles et -0,38% à Paris. L'Euro Stoxx 50 se tasse de 0,38% et le DJ Stoxx 600 de 0,33%.

    Le comté de Los Angeles a enregistré une flambée "alarmante" des nouveaux cas de contamination au coronavirus, avec près de 3.000 infections confirmées lundi, et au Royaume-Uni, la ville de Leicester va mettre en oeuvre des mesures sanitaires plus strictes en raison de la progression de l'épidémie.

    Dans le discours préliminaire à son audition par la commission des Services financiers de la Chambre des représentants prévue à 18h30, Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, a déclaré que les perspectives pour l'économie américaine étaient "extraordinairement incertaines" et dépendraient à la fois de l'évolution de l'épidémie et des efforts du gouvernement pour soutenir la reprise.

    Les investisseurs surveilleront également à 16h la parution de l'indice de confiance du consommateur américain.
           

  • Covia, filiale de Sibelco, requiert la protection du Chapitre 11

    Covia , une filiale du groupe minier belge Sibelco , a demandé son placement sous la protection du "chapitre 11" de la loi américaine sur les faillites. Le groupe l'a annoncé dans un communiqué de presse.

    Mi-2018, le groupe a fusionné sa filiale américaine Unimin avec la société américaine Fairmount Santrol, spécialiste de l'extraction de sable pour l'exploitation du gaz de schiste. Sibelco détient 65% de la nouvelle entité, qui est cotée à la bourse de New York sous le nom de Covia.

    Depuis lors, Sibelco a connu une série de déconvenues. Covia a comptabilisé en 2018 une dépréciation de 400 millions d'euros sur sa branche énergie et l'année dernière la dépréciation s'est élevée à près de 1,4 milliard d'euros.

    Le marché nord-américain de l'énergie reste faible. Il existe un grand déséquilibre entre la capacité de production des producteurs de sable comme Covia et la demande. Cela met la pression sur les prix et les marges, avait déclaré Sibelco à l'époque.

    La situation sur le marché de l'énergie s'est aggravée du fait de la crise du coronavirus et de l'effondrement du prix du pétrole. "Il est devenu clair ces derniers mois que des mesures radicales étaient nécessaires", explique la société minière. "Cette situation offre à Sibelco une perspective d'avenir plus claire. Sibelco n'a pas de dettes et peut désormais se concentrer pleinement sur la poursuite de la croissance de ses activités principales."

  • BNP Paribas Fortis, ING et Belfius exposées à hauteur de 190 millions d'euros dans le dossier FNG

    Dans le dossier FNG, les banques BNP Paribas Fortis, ING, Belfius et ABN Amro sont exposées à hauteur de 240 millions d'euros, selon des chiffres arrêtés à la fin 2019.

    BNP Paribas est exposé à hauteur d'environ 75 millions, ING de 65 millions et Belfius et ABN Amro à hauteur de 50 millions respectivement, selon De Tijd.

  • Depréciation massive chez Royal Dutch Shell

    Le groupe pétrolier Royal Dutch Shell a prévenu qu'il allait réduire la valeur de ses actifs jusqu'à 22 milliards de dollars après avoir revu à la baisse ses perspectives à long terme sur les prix du pétrole et du gaz.

    L'action représentative perd 1% à 14,70 euros à Amsterdam.

  • |Opening bell|

    • Amsterdam: +0,82%
    • Bruxelles: +0,41%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: +0,39%

    • Euro Stoxx 50: +0,43%
    • Stoxx 600: +0,31%

    • Hyloris: +1,64% (à 10,56 EUR)
    • Exmar:+3,14%
    • Biocartis: +3,26%
    • IBA: -2,45%

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues proches de l'équilibre, partagées entre les espoirs de reprise de l'économie mondiale et les craintes d'une résurgence de l'épidémie de coronavirus.

    Les contrats à terme sur les indices signalent une baisse de 0,22% pour l'EuroStoxx 50, de 0,02% pour le Dax à Francfort et de 0,23% pour le FTSE à Londres. Paris ouvrirait en très légère hausse (+0,06%).

    L'annonce d'une accélération de l'activité manufacturière en Chine soutient les espoirs de reprise de l'économie mondiale après le coup d'arrêt lié aux mesures de confinement prises pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

    L'indice PMI chinois manufacturier officiel a grimpé à 50,9 en juin, contre 50,6 le mois précédent, et un consensus à 50,4.

    Les investisseurs surveilleront aussi, dans la journée, le PIB britannique révisé pour le premier trimestre, l'indice de confiance du consommateur américain et les chiffres de l'inflation européenne.

    Si les récents indicateurs sont généralement ressortis meilleurs que prévu, l'optimisme des investisseurs sur la conjoncture se heurte néanmoins à l'augmentation du nombre de cas de coronavirus, en particulier aux États-Unis.

    "Si le taux d'infection augmente, le taux de mortalité n'augmente pas, et c'est cela, plus que tout, qui est probablement la statistique la plus importante. La réalité est que le Covid-19 est encore là dans un avenir prévisible et bien qu'une augmentation des infections ne soit pas particulièrement souhaitable, tant qu'elle ne se traduit pas par un taux de mortalité plus élevé, le pire qui puisse arriver est probablement un confinement localisé".
    Michael Hewson
    Analyste marchés chez CMC Markets

  • Berenberg fan de Biocartis

    Le broker Berenberg relève sa recommandation sur le fournisseur de tests de laboratoire Biocartis. Le conseil passe de "sous revue" à "acheter" mais l'objectif de cours passe de 16,50 à 6,60 euros.

    Biocartis a clôturé lundi à 4,60 euros.

    "Le prix de l'action a augmenté trop rapidement en 2019, après quoi une forte vague de ventes a suivi, entraînant une baisse de 60% de l'action. Mais quand on regarde les progrès de ces dernières années et les partenariats que l'entreprise a maintenant, nous pensons que les opportunités à long terme persistent. Nous pensons également que la société peut surmonter les problèmes récents et gagner des parts de marché sur le marché en plein essor du diagnostic moléculaire du cancer."

  • Ageas, Audiovalley, Cofinimmo & Kinepolis

    Quelques communiqués tombés lundi après la clôture des marchés.

    Ageas - L'assureur a indiqué avoir racheté 34.000 de ses propres actions durant la période du 22 juin au 26 juin, à un prix moyen de 31,14 euros. > Le communiqué.

    Audiovalley - Le spécialiste international des solutions BtoB dans l’audio digital  a bouclé son augmentation de capital par placement privé réalisée auprès d’investisseurs qualifiés et effectuée par construction accélérée d’un livre d’ordres pour un montant d’environ 5,4 millions d'euros. > Le communiqué

    Cofinimmo - La SIR va acquérir un nouveau site de soins en Allemagne au sud de Francfort pour un montant de 16 millions d'euros. Le rendement locatif brut initial sera supérieur à 5%. > Le communiqué

    Kinepolis - Le groupe a fait le point sur la réouverture des cinémas dans le monde. En Belgique, les Kinepolisrelèveront le rideau au 1er juillet, avec une limite de 200 personnes par salle imposée par les autorités belges. Cette limite pourrait passer à 400 personnes par salle à partir du 1er août. > Le communiqué

  • Gimv cède ses parts dans Contraload

    Le groupe américain Tosca a acquis le spécialiste flamand des palettes Contraload. Selon nos informations, le prix s'élève à plus de 250 millions d'euros. Les fonds d'investissement Down2Earth et Gimv passent à la caisse compte tenu d'une participation de respectivement 30,2% et 32% dans la société.

  • Gimv prend une participation significative dans Televic

    La Gimv a acquis une participation minoritaire significative dans Televic, un fournisseur de systèmes de communication high-tech et haut de gamme pour des marchés de niche tels que les soins de santé, l'éducation, le secteur ferroviaire et les solutions de conférence.

    La société d'investissement flamande a déposé 60 millions d'euros sur la table pour 40% du capital, selon De Tijd. Le CEO Thomas Verstraeten et Lieven Danneels détiennent 60%.

    Televic, qui est un acteur mondial dans son secteur, opère dans quatre marchés de niche, en développant, fabriquant et installant des systèmes d’information passagers et de contrôle embarqués à bord des trains, des systèmes de communication pour les soins de santé (appel infirmier, contrôle d'accès, etc.), des systèmes de conférence pour les réunions, ainsi que des solutions de formation multimédia et de e-learning.

  • Uber intéressé par Postmates, une bonne affaire pour Sofina ?

    Uber Technologies est en pourparlers pour acheter Postmates Inc., a déclaré une personne proche des discussions à Bloomberg, le groupe cherchant à étendre les services de livraison de nourriture aux États-Unis et capitaliser ainsi sur l'augmentation des commandes observée durant la pandémie de coronavirus.

    Selon le Wall Street Journal, Uber envisagerait une offre valorisant la cible 2,6 milliards de dollars.

    En cas de deal, l'opération se traduirait pour les actionnaires de Postmates par une belle plus-value. Parmi eux Sofina , la holding de la famille Boël qui investit dans l'entreprise depuis 2016 grâce à ses contacts dans la Silicon Valley. Elle détient 3,22% du capital.

  • Les espoirs de reprise économique soutiennent le sentiment de marché

    Les marchés asiatiques progressent nettement, les espoirs pour la reprise économique et l'annonce d'une accélération de l'activité manufacturière en Chine éclipsant la hausse des cas de coronavirus aux États-Unis.

    L'indice PMI chinois manufacturier officiel a grimpé à 50,9 en juin, contre 50,6 le mois précédent, et un consensus à 50,4.

    Shanghai gagne 0,58% et l'indice Nikkei 225 1,78%.

    La bourse de Hong Kong s'octroie 1%, même si le Parlement chinois a adopté, ce mardi, le projet de loi de sécurité nationale, critiqué par les puissances occidentales. Ce vote ouvre la voie aux plus radicaux changements dans l'ancienne colonie britannique depuis sa rétrocession à la Chine le 1er juillet 1997.

    En Europe, les indices sont attendus en progression de l'ordre de 0,3%.

    L'agenda de ce mardi 30 juin est plutôt varié entre l'inflation en zone euro, l'audition de Jerome Powell et l'assemblée de Nyrstar. À tenir à l'œil après la clôture de Wall Street: les trimestriels de FedEx.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés