1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 a récupéré 40% de puis son plus bas du 17 mars

Le rapport mensuel sur l'emploi US ressort meilleur que prévu. L'Europe boursière termine en forte hausse dans un marché dominé par la confiance dans la reprise économique avec le soutien des banques centrales. Le Bel 20 s'installe au-dessus des 3.500 points.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi prochain pour une nouvelle séance.

    Au programme: l'agenda est essentiellement macroéconomique avec, notamment, la production industrielle en Allemagne pour le mois d'avril. La BCE reste dans l'actualité avec l'audition trimestrielle de Christine Lagarde devant le Parlement européen.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les Bourses européennes ont terminé en forte hausse vendredi et Wall Street devrait faire de même grâce aux espoirs de reprise de l'économie après la très bonne surprise du rapport sur l'emploi aux Etats-Unis et le soutien des banques centrales. À Paris, le CAC 40 a pris 3,71% à 5.197,79 points, un plus haut en clôture depuis le 6 mars. Sur la semaine, le CAC parisien a pris 10,7%, soit sa meilleure performance hebdomadaire depuis décembre 2011. Le Footsie britannique a fini ce vendredi en hausse 2,25% et le Dax allemand a gagné 3,36%. L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 3,76%, le FTSEurofirst 300 de 2,49% et le Stoxx 600 de 2,48%.

    Le Bel 20 n'a pas fait exception et a terminé au dessus de 3500 points, avec une hausse de 2,61%. ING (8,64%), AB Inbev (+4,93%) et Ageas ( +4,5%) ont permis à l'indice de se hisser plus haut. 

    UCB a perdu 0,83% après l'annonce de l'acquisition d'une biopharma américaine spécialisée dans l'épilepsie. 

    En Europe, la reprise progressive de l'activité économique a soutenu les valeurs du secteur aérien comme Air France-KLM (+10,99%), IAG (+13,64%) et Airbus (+12,50%) mais aussi l'opérateur de centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield (+11,02%). UniCredit, Commerzbank, BNP Paribas et Société générale ont profité des annonces de la BCE pour prendre entre 4,74% et 10,36%. L'indice Stoxx du secteur a gagné 6,19%, signant la plus forte hausse, devant ceux du pétrole et du gaz (+5,8%) et de l'automobile (+5,17%). Le titre Salvatore Ferragamo a pris 8,28% grâce aux spéculations sur un possible intérêt de LVMH (+3,64%) pour le groupe de luxe italien.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +2,61%

    AEX: +2,45%

    CAC 40: +3,71%

  • TUI envisage de réduire de moitié sa flotte d'avions en Allemagne

    Le numéro 1 du tourisme mondial TUI veut réduire de moitié sa flotte d'avions en Allemagne en réaction à la chute du trafic provoquée par la pandémie de coronavirus, a-t-on appris vendredi auprès du groupe.

    "Nous n'avons besoin que de la moitié de nos appareils", a affirmé à l'AFP un porte-parole de Tuifly, la compagnie aérienne du groupe opérant en Allemagne.  Un "processus" a donc été enclenché pour "réduire la flotte" constituée pour le moment de 39 avions. "Rien n'est pour l'instant décidé", a-t-il toutefois assuré, un accord devant au préalable être trouvé entre les syndicats et la direction sur le sujet. 

  • Nouveau bond des compagnies aériennes américaines

    Après leur flambée de jeudi, les compagnies aériennes américaines continuent leur progression spectaculaire. United Airlines a bondi, alors que la compagnie prévoit une forte augmentation des vols le mois prochain. Cette annonce fait suite à celle, similaire, de son concurrent American Airlines

    Les compagnies aériennes JetBlue Airways , Spirit Airlines , Delta Air Lines , Southwest Airlines , Alaska Air sont aussi en hausse. L'avionneur Boeing en profite.

  • Dada Nexus lève 320 millions de dollars avec son IPO à Wall Street

    La société chinoise de supermarché en ligne Dada Nexus Ltd a levé 320 millions de dollars dans un premier appel public à l'épargne, alors que les entreprises chinoises cotées aux Etats-Unis suscitent désormais la méfiance.

    Dada a évalué son introduction en bourse de 20 millions d'actions American Depository (ADS) à 16 dollars chacune, la valorisant à 13,99 milliards de dollars.

    La société avait précédemment prévu de vendre 16,5 millions d'actions à une fourchette de 15 à 17 dollars par action.

  • OPENING BELL

    Wall Street ouvre en forte hausse: Dow Jones +2,75%, Nasdaq +0,91%.

  • LVMH renonce à la renégociation du prix d'acquisition de Tiffany

    LVMH ne va finalement pas chercher à renégocier le prix d'acquisition de Tiffany , fixé en novembre à 16,2 milliards de dollars (14,3 milliards d'euros), après avoir envisagé de le faire, indique Reuters citant des sources proches du dossier.  

    Bernard Arnault, le PDG du géant français du luxe, a discuté de cette possibilité avec ses conseillers cette semaine, a rapporté Reuters mercredi. LVMH a finalement choisi de ne pas mettre ce sujet sur la table pour le moment avec le joaillier américain en raison des "obstacles juridiques auxquels risquerait de se heurter cette initiative".

  • Tensions sur la dette US après les chiffres de l'emploi US

    Le rendement du 10 ans US se tend de 8,5 points de base, à 0,91%, après les données meilleures que prévu sur les créations d'emplois aux Etats-Unis en mai (voir post de 14h52).

  • Les marchés accélèrent après l'emploi US

    Les marchés européens augmentent leurs gains après les données sur l'emploi US.

    L'Euro Stoxx 50 gagne 2,74% et le Stoxx 600 1,72%. Paris prend 2,74, Bruxelles 1,78%, Francfort 1,51% et Amsterdam 1,46%.

    L'indice Bel 20 gagne 1,91% à 3.515,71 points, aidé par ING (6,7%), AB InBev (+4,34%) et Ageas (+3,36%).

    Les futures sur Wall Street augmentent quelque peu leur avance. L'indice Dow Jones devrait ouvrir en hausse 1,16%, le S&P 500 de 0,74% et le Nasdaq de 0,14%.

  • L'emploi US meilleur que prévu

    Les USA ont créé 2,5 millions d'emplois en mai alors que les économistes anticipaient huit millions de suppressions de postes non-agricoles. En avril, l'économie US a supprimé 20,7 millions de job.

    Le taux de chômage s'est établi à 13,3% contre 14,7% en avril et bien inférieur aux 19,8% anticipés.

    Cette amélioration du marché du travail reflète une reprise limitée de l'activité économique qui avait été réduite en mars et avril
    en raison de la pandémie de coronavirus et des efforts pour la contenir.

    En mai, l'emploi a augmenté fortement dans les loisirs et l'hôtellerie, la construction, les services d'éducation et de santé et le commerce de détail. En revanche, l'emploi dans l'administration publique a continué de baisser fortement.

  • AB InBev passe à la vente directe

    Rupture de tendance? Désormais, AB InBev (via jupilershop.be) vend aussi directement au consommateur...

  • "La fête continue pour les investisseurs"

    "La fête continue pour les investisseurs après que la BCE a surpris les investisseurs en annonçant un ajout plus élevé que prévu à son plan de sauvetage, renforçant la confiance dans les marchés boursiers et envoyant les prix vers de nouveaux sommets. Dans le même temps, les leviers baissiers existants disparaissent après que la pandémie a continué de s'atténuer dans de nombreuses régions et avec l'assouplissement des relations sino-américaines, ce qui permet à l'euphorie actuelle de se poursuivre", indique Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

  • L'économie belge devrait se contracter de 10,6 % en 2020

    Selon les prévisions du Bureau fédéral du plan, l’économie belge devrait se contracter de 10,6% en 2020, avant de se redresser partiellement en 2021 (8,2%).

    Le scénario de l'institut table sur une forte reprise en 2021, laquelle ne compense toutefois que partiellement le repli de 2020. L’emploi intérieur baisserait de 111.000 personnes sur l’ensemble des deux années 2020 et 2021.

    Le Bureau fédéral du plan part de l’hypothèse que le redémarrage de l’activité en Belgique et à l’étranger n’est pas compromis par de nouvelles mesures de confinement qui seraient dictées par une résurgence de la pandémie.

  • Slack: -12% en préouverture

    Slack Technologies a fait état jeudi soir d'un ralentissement de la croissance de son chiffre d'affaires au premier trimestre alors que les investisseurs prévoyaient au contraire une augmentation de la demande pour sa plateforme de messagerie professionnelle.

    La société a en outre retiré ses prévisions de ventes pour l'exercice 2021.

    Le titre, qui a pris 80% depuis le début de l'année, perd 12% dans les échanges en avant-bourse.

  • Boeing: +4% en avant-bourse

    Boeing gagne 4% dans les transactions en avant-bourse après une hausse de plus de 6% jeudi, le titre profitant de l'optimisme général quant à la reprise de l'activité dans le secteur du transport aérien.

  • Une ouverture en hausse se profile à Wall Street

    Wall Street devrait repartir du bon pied après la pause de jeudi.

    Les contrats à terme sur les indices américains préfigurent pour l'heure une ouverture en nette hausse après la pause de jeudi, la Bourse de New York ayant souffert elle aussi de prises de profits après quatre séances consécutives de progression.

    L'indice Dow Jones est attendu en hausse de 1,09%, le S&P 500 de 0,7% et le Nasdaq de 0,3%.

    Jeudi, l'indice Dow Jones a fini sur un gain de 0,05% à 26.281,82 points. Le S&P-500 a perdu 0,34%, à 3.112,35 points et le Nasdaq Composite a reculé de 0,69% à 9.615,81 points.

    ©Photo News

  • Le Brent revient au-dessus des 40 dollars le baril

    Le prix du pétrole Brent revient au-dessus de 40 dollars le baril.

    Après près d'une semaine de querelles, l'Arabie saoudite et la Russie ont conclu un accord avec l'Irak, ouvrant la voie à la prolongation de l'accord de réduction de la production dès ce samedi.

    L'Opep et ses principaux partenaires, dont la Russie, ont décidé d'avancer à samedi leur réunion par visioconférence, prévue la semaine prochaine, et destinée à évaluer l'accord de limitation de production décidé en avril, a indiqué vendredi une source proche de l'organisation.

    Cette réunion entre les ministres du pétrole des 13 pays membres de l'Organisation des exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs dix alliés extérieurs au cartel (Opep+) devait se tenir les 9 et 10 juin. Elle aura lieu par visioconférence, les participants ne pouvant se déplacer à Vienne, siège de l'Opep, dans le contexte de la pandémie mondiale.

  • UCB renforce son leadership dans l'épilepsie, le marché fait la moue

  • Le Bel 20 teste le seuil des 3.500 points

    L'indice Bel 20 s'oriente vers une cinquième séance consécutive de hausse en progressant de 1,29%, à 3.494,31 points. L'indice a brièvement passé en séance le cap des 3.500 points, à 3.514,93 points (+1,89%), soutenu par les gains d'ING (+5,26%) ou encore d'AB InBev (+4%).

    La dernière clôture du Bel 20 au-dessus des 3.500 points remonte au 5 mars (à 3.544,83).

  • "L'inclusion de CP Invest dans l'indice EPRA va améliorer la liquidité du titre"

    Les actions Care Property Invest seront incluses dans l'indice immobilier FTSE EPRA NAREIT Global Indice et le FTSE EPRA NAREIT Developed Europe Index à partir du 19 juin, rappelle KBC Securities.

    Après Aedifica , Care Property Invest est le deuxième pure-player belge dans le secteur de la santé, aux côtés de Cofinimmo , à être inclus dans l'indice EPRA.

    Du coupon, les actions deviendront accessibles à tous les investisseurs qui utilisent l'indice EPRA comme référence. Par conséquent, la demande de titres CP Invest va (mécaniquement) augmenter et l'inclusion devrait être positive pour la valorisation.

    L'objectif de cours passe de 35 euros à 37,5 euros, avec une recommandation d'achat.

    Care Property Invest progresse de 4,9%, à 32,20 euros.

  • KBC Securities sur Retail Estates

    Après un rebond de 39% de l'action Retail Estates depuis la mise à niveau du 17 avril (avec une recommandation d'achat), les analystes de KBC Securities rétrogradent à "conserver" leur opinion sur Retail Estates. À 63,90 euros, l'action cote, en outre, au-delà de l'objectif de cours de 60 euros.

    L'optimisme après l'assouplissement des mesures de lockdown a mené à un rally de soulagement du cours de l'action qui a augmenté de 39% depuis le 11 mai (date de la réouverture des magasins en Belgique), constatent les analystes. En outre, l'action s'échange proche de son niveau d'avant-Covid (64,65 euros), précisent-ils.

    Pour Wido Jongman et Joachim Vansanten, cela n'est pas justifié compte tenu du risque lié aux revenus locatifs et du rendement, ce qui aura un effet sur la valorisation des actifs et de la valeur nette d'inventaire.

    Comme indiqué dans leur rapport du 17 avril, ils s'attendent à ce que Retail Estates soit en mesure de faire face à la situation actuelle, mais l'environnement commercial restera très difficile.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Le sentiment de marché reste dominé, ce vendredi matin, par la confiance dans la reprise de l'activité économique avec le soutien des banques centrales - amplifié jeudi par la Banque centrale européenne (BCE) - et celui des États, confiance qui l'emporte pour l'instant sur l'ampleur des dégâts causés par le confinement.

    Les gains varient entre 2,37% à Francfort et 1,26% à Amsterdam.

    L'Euro Stoxx 50 progresse de 2,13% et l'indice DJ Stoxx 600 gagne 1,35%. Ce dernier se dirige vers une progression hebdomadaire de plus de 6% et devrait afficher en clôture trois semaines consécutives de hausse, ce qu'il n'est pas parvenu à faire depuis le début de l'année.

    La baisse de jeudi (-0,72% pour le Stoxx 600) apparaît donc comme une simple pause et l'annonce par la BCE d'une augmentation de 600 milliards d'euros, supérieure au consensus, de ses achats d'actifs est perçue comme une incitation supplémentaire à la prise de risque, après le plan de relance de l'Union européenne (750 milliards) et celui de l'Allemagne (130 milliards).

    "Les annonces de la BCE ont dépassé les attentes et il est clair qu'elles ont été bien accueillies par les marchés. La BCE a pris de l'avance et cela devrait limiter les interrogations sur la nécessité d'aller encore plus loin, au moins sur le court terme."
    Les responsables de la recherche Europe de Nomura

    Ce sentiment positif occulte l'annonce d'une chute de 25,8% des commandes à l'industrie en Allemagne en avril.

    La publication du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis, à 14h30, sera le prochain test de la solidité de l'appétit pour le risque. Le consensus table en effet sur 8,0 millions de suppressions d'emplois en mai et un taux de chômage de 19,8%.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens ouvrent en hausse, reprenant leur ascension interrompue le temps d'accueillir les nouvelles annonces de la BCE, avant de prendre connaissance du rapport sur l'emploi aux Etats-Unis en mai.

    Les gains varient entre 1,20% à Amsterdam et 1,71% à Paris. L'Euro Stoxx 50 progresse de 1,82% et le Stoxx 600 de 1,12%.

    Les financières sont particulièrement recherchées: les bancaires bondissent de 3,2% et les assureurs de 2,51%. ING et KBC progressent de respectivement 5% et 2,74%, ce qui participe à la hausse de 1,64% de l'indice Bel 20.

    Mithra cède 0,7%, après avoir demandé une première tranche de l'accord de financement signé avec LDA Capital.

    UCB qui a annoncé ce matin l'acquisition d'une biopharma américaine perd 1%.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,87%
    Bruxelles: +1,05%
    Paris: +1,1%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +1,12%
    DJ Stoxx 600:+0,69%

    UCB: -0,60%
    Mithra: -1,14%

    ING: +4,42%
    Ageas: +1,9%
    KBC: +2%

    Lufthansa: +2,60%
    Deutsche Wohnen: +2,27%

  • Première injection de trésorerie pour Mithra

    En avril, Mithra a conclu un accord de financement avec le groupe d'investissement américain LDA Capital. Cela permet à la société pharmaceutique liégeoise de recevoir jusqu'à 50 millions d'euros d'argent frais en échange de nouvelles actions.

    Mithra a désormais exercé une première option de vente. La société ne précise pas la taille de l'opération dans son communiqué de presse. Elle indique cependant que Mithra émettra 441.410 nouvelles actions pour LDA au cours du troisième trimestre. Elle le fera au cours moyen des actions pondéré en fonction des volumes sur une période de 45 jours consécutifs de négociation. Au prix de clôture de jeudi de 22 euros, la première tranche s'élèverait à 9,7 millions d'euros.

    LDA peut acquérir une participation de 4,9% grâce à l'accord avec Mithra.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes vont sans doute ouvrir en hausse, soutenues par l'annonce d'un soutien monétaire accru de la Banque centrale européenne (BCE) dans l'attente de la publication du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis.

    Les contrats à terme signalent une hausse de 1,14% pour le CAC 40, de 1,23% pour le Dax et de 1,32% pour l'Euro Stoxx 50.

    Les investisseurs prendront connaissance, ce vendredi, des chiffres officiels de l'emploi aux États-Unis, à 14h30.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendent à une nette diminution des destructions d'emplois en mai, à 8 millions contre 20,53 millions en avril, mais le taux de chômage pourrait s'envoler à 19,8%, contre 14,7% le mois précédent.

  • Allemagne: pire chute des commandes industrielles depuis 1991 en avril

    Les commandes passées à l'industrie manufacturière allemande ont chuté de 25,8% en avril sur un mois en raison du coronavirus, a indiqué, ce vendredi, l'Office allemand des statistiques. Il s'agit de la plus forte baisse en près de 30 ans. C'est pire que ce que prévoyaient les économistes, 

    Cet indicateur, qui donne un avant-goût de l'activité manufacturière, n'a pas connu de pire mois "depuis le début de la série chronologique en janvier 1991", selon Destatis, alors que de vastes pans de la première économie européenne étaient à l'arrêt en avril pour ralentir la pandémie de nouveau coronavirus.

  • Care Property Invest achète 3 centres de services de soins

    Care Property Invest annonce l'acquisition d'un portefeuille de 3 centres de services de soins et de logement en Belgique. Il s'agit des centres de services de soins et de logement "De Wand" à Laeken, "Keymolen" à Lennik et "Westduin" à Westende.

    Ces projets ont une capacité totale de 366 logements dans des centres de services de soins et de logement et un groupe de logements à assistance agréé avec 22 unités de logement.

    La valeur conventionnelle totale de ce portefeuille s'élève à environ 86,9 millions euros.

  • Versluys réduit sa participation dans MDxHealth

    Scorpiaux BVBA, exclusivement contrôlée par l'entrepreneur Bart Versluys, a réduit sa participation dans MDxHealth sous la barre des 5%, à 4,26% ou 3.867.776 des actions existantes de la société biotech.

  • Slack: -16%

    Slack a chuté de 16% jeudi soir, après la clôture des marchés. L'entreprise a retiré ses prévisions de résultats pour 2021, citant comme raison l'incertitude commerciale. Elle n'est en effet pas convaincue qu'elle continuera à bénéficier autant du télétravail par rapport à ce que le marché anticipe.

  • Deutsche Wohnen va remplacer Lufthansa au sein du Dax

    Qontigo, le gestionnaire des indices Stoxx annonce qu'à dater du vendredi 22 juin, les actions du groupe immobilier Deutsche Wohnen seront incluses dans l'indice Dax, en remplacement des actions de la compagnie aérienne Lufthansa .

    Deutsche Lufthansa sera alors repris dans l'indice MDax.

  • UCB se renforce dans l'épilepsie

    UCB achète Engage Therapeutics, une biopharma qui développe un inhalateur pour le traitement des crises d'épilepsie.

    Le montant de ce rachat pourra atteindre un maximum de 270 millions de dollars.

    Cette acquisition n'a pas de conséquences sur les perspectives financières pour 2020.

  • "La zone euro pourrait bien sortir de récession plus rapidement que les États-Unis"

    Sur le marché des changes, l'euro se maintient à 1,1346 dollar (+0,07%), non loin de son niveau de la veille qui était de 1,1338 (+0,93%).

    La monnaie unique a bondit hier, après un pic de trois mois, à 1,1362 dollar, en réaction à l'augmentation par la BCE de son soutien déjà massif à la zone euro, malmenée par la pandémie de coronavirus.

    "Cette décision met en évidence l'engagement de la BCE à renforcer la reprise. S'il reste des obstacles à surmonter, notamment pour parvenir à un accord unanime sur le fonds de relance, la réponse européenne a fait d'énormes progrès en très peu de temps. La zone euro pourrait bien sortir de récession plus rapidement que les États-Unis et le Royaume-Uni et avoir fait, dans le même temps, des progrès significatifs dans sa cohésion structurelle", a commenté Jai Malhi, stratégiste chez JPMorgan Asset Management.

  • L'Europe boursière signalée en nette hausse

    Les marchés européens devraient repartir de l'avant ce vendredi, à quelques heures de la publication du rapport sur l'emploi aux États-Unis en mai et après les annonces de la BCE sur une nouvelle augmentation de son soutien à l'économie de la zone euro.

    La bourse de Francfort est attendue en hausse de 0,8%, Londres de 0,6% et l'Euro Stoxx 50 de 0,83%.

    Les investisseurs attendent la publication du rapport sur l'emploi de mai aux USA. Les économistes anticipent huit millions de suppressions de postes non-agricoles et un taux de chômage à 19,8% aux États-Unis, un record depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés