1. Les marchés
  2. Live blog

Le Bel 20 bientôt sous 3.300 points, une première depuis février

Nouvelle séance rouge vif pour les marchés européens, paralysés par les craintes sur le Brexit. Pour la première fois de son histoire, le rendement du bund allemand à 10 ans est passé sous zéro. Côté valeurs, MDxHealth a conclu un accord de remboursement aux États-Unis.
  • Clôture des marchés européens

    DAX -1,43%

    BEL 20 -1,78%

    STOXX Europe 600 -1,92%

    FTSE-100 (Londres) -2,01%

    AEX -2,13%

    CAC 40 -2,29%

  • Le franc suisse fait aussi office de valeur refuge

    #EURCHF breaks 1.08 pic.twitter.com/5ruZ7pboSZ— Jonathan Ferro (@FerroTV) June 14, 2016

  • La BCE s'engagerait à soutenir les marchés en cas de "Brexit"

    La Banque centrale européenne (BCE) s'engagerait publiquement à soutenir les marchés financiers aux côtés de la Banque d'Angleterre si les Britanniques décidaient de sortir de l'Union européenne à l'issue du référendum du 23 juin, ont dit à Reuters des responsables au fait du dossier.

    La BCE ferait cette annonce au tout début de la matinée du 24 juin si les résultats du vote faisaient apparaître une victoire des partisans de la sortie, ont dit les sources. L'objectif serait de rassurer les investisseurs et de prévenir une déstabilisation des marchés.

    "Il y aura un communiqué prenant l'engagement de faire tout le nécessaire pour maintenir une liquidité adéquate des marchés"
    responsable d'une banque centrale

    La BCE s'engagerait notamment à ouvrir des lignes de swaps avec la Banque d'Angletere facilitant les échanges d'euros et de sterling et donnant de fait accès à des financements illimités dans les deux devises aux banques européennes, ont dit les sources.

    La BCE et la Banque d'Angleterre se sont refusées à tout commentaire.

    En dehors de la fourniture de liquidités additionnelles, les marges de manoeuvre de la BCE sont limitées. Un accroissement de son programme d'achats d'actifs risque de se heurter à la raréfaction des titres éligibles et d'exacerber les critiques dont il fait déjà l'objet dans certains pays comme l'Allemagne.

    Une telle initiative pourrait toutefois être envisagée si les turbulences sur les marchés résultant d'un éventuel "Brexit" devaient peser sur les perspectives de l'économie de la zone euro à long terme.

    Plusieurs réunions des gouverneurs des banques centrales européennes sont prévues dans les jours qui précèderont et qui suivront le référendum du 23 juin et certaines d'entre elles avaient été arrêtées indépendamment de sa tenue.

  • "Le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne crispe les acteurs économiques et financiers, alors que les tout derniers sondages donnent le Brexit gagnant à l'issue du référendum du 23 juin"
    stratégistes de Crédit Mutuel-CIC

  • Pas de dividende pour VW?

    Le conseil de surveillance de Porsche se réunira lundi, deux jours avant l'assemblée générale annuelle de Volkswagen  , pour déterminer une conduite à tenir lors des votes, ont déclaré deux sources proches du dossier.

    Des membres des familles Porsche et Piech, qui contrôlent VW et sont propriétaires de Porsche, refusent que VW verse un dividende sur les résultats de 2015, année du plus gros scandale survenu chez le constructeur automobile, dont Porsche détient 52% des droits de vote.

    Si les actionnaires privilégiés se voient refuser un dividende deux années consécutives, cela aura pour effet de diluer les prérogatives du Land de Basse-Saxe, qui détient 20% des droits de vote de VW.

  • USA: les stocks des entreprises grandissent au ralenti

    US Business Inventories (MoM) Apr: 0.10% (est 0.20%; rev prev 0.30%)— Livesquawk (@Livesquawk) June 14, 2016

  • |Wall Street: opening bell|

    Dow Jones: -0,17%

    S&P 500: -0,20%

    Nasdaq Composite: -0,17%

  • USA: les ventes au détail légèrement mieux que prévu en mai

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont poursuivi leur hausse en mai, progressant un peu plus fortement que ne l'estimaient les analystes, aidées par la hausse des prix de l'essence, selon les données publiées mardi par le département du Commerce. L'indice des ventes des détaillants et restaurants a progressé de 0,5% en mai après une hausse de 1,3% en avril, en données corrigées des variations saisonnières. Les analystes s'attendaient à ce qu'il avance de 0,3%.

    Les ventes des détaillants ont représenté 455,6 milliards de dollars le mois dernier. Sur un an, elle sont en progrès de 2,5%.
    Sur les trois derniers mois, de mars à mai --une mesure plus fiable pour cet indicateur souvent sujet à des fortes révisions mensuelles--, les ventes au détail ont avancé de 2,4%.

     

    The not-so-good news: worst three-month drop in building materials, garden supplies and furniture sales since 6/2012 pic.twitter.com/4osJbkkbom— Matthew B (@boes_) 14 juin 2016

  • Wall Street devrait ouvrir en repli

    La Bourse de New York s'orientait vers une ouverture en légère baisse mardi, les investisseurs se plaçant en retrait en attendant la fin d'une réunion de la banque centrale américaine et, la semaine prochaine, le vote des Britanniques sur le Brexit.
    Vers 14h25, le contrat à terme sur l'indice Dow Jones Industrial Average, qui donne une indication de son évolution, reculait de 0,23% lors des échanges électroniques, celui sur le S&P 500 de 0,30% et celui sur le Nasdaq de 0,30%.

    Les cours du brut continuaient à se replier mardi lors des échanges européens, lestés par une atmosphère générale d'aversion au risque sur les marchés.

    Et au-delà de la décision de la politique monétaire de la Fed attendue mercredi, et celle de la Banque du Japon prévue jeudi, l'approche du référendum sur une sortie éventuelle du Royaume-Uni de l'UE le 23 juin rendait aussi les acteurs du marché fébriles.

  • Les inquiétudes concernant le Brexit poussent vers le haut l'indice de volatilité et affectent les valeurs financières. Cette volatilité accrue devrait perdurer jusqu'à, au moins, la tenue du référendum. .
    Koen de Leus
    Economiste chez KBC

  • >BAIDU a révisé en nette baisse lundi sa prévision de chiffre d'affaires du deuxième trimestre, expliquant que certains de ses clients dans le secteur de la santé avaient réduit ou reporté leurs dépenses publicitaires dans un contexte de surveillance des autorités. L'action traitée sur le Nasdaq perd 6% à 153,74 dollars en avant-Bourse.

    >ALIBABA GROUP HOLDING. Le géant chinois du commerce en ligne s'attend à quasiment doubler le volume de ses transactions d'ici 2020, a déclaré son président Jack Ma mardi lors d'une conférence pour investisseurs en Chine.

    >HONEYWELL INTERNATIONAL. L'équipementier aéronautique reste à l'affût d'acquisitions après l'échec en mars de ses négociations de fusion avec United Technologies, selon son directeur général.

    >MICROSOFT a présenté lundi une nouvelle version de sa console de jeu Xbox One lors du salon du jeu vidéo E3 àLos Angeles, laquelle peut entre autres choses lire des vidéos 4K. Plus petite que la Xbox One, la Xbox One S sera disponible en août au prix de départ de 299 dollars. 

  • IBA: Goetzpartners vise un objectif de cours de 50 euros

    Goetzpartners qui se présente comme une société de conseil indépendante en stratégie, en fusions-acquisitions et en transformation entame le suivi d'IBA avec un objectif de cours à 50 euros, soit un potentiel de hausse de 35% par rapport au cours du jour, et une recommandation à "surperformer". En dehors de Goetzpartners, Bloomberg a recensé 4 analystes qui suivent la valeur. Deux sont à l'achat et deux recommandent de "conserver" la valeur. L'objectif de cours moyen de ces 4 brokers est de 40,3 euros. 

    Voici une synthèse des arguments de Goetzpartners: 

    ©Goetzpartners



  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • La mi-séance en 5 points

    1. La baisse se poursuit sur les marchés européens alors que la date du référendum sur le Brexit approche et que les derniers sondages le donnent gagnant. 
    2. Pour la première fois de son histoire, le taux du Bund allemand à 10 ans est passé en territoire négatif.
    3. Le Bel 20 perd 1%
    4. ASIT biotech a perdu 20% environ depuis son IPO le mois dernier.
    5. L’euro recule de 0,6% face au billet vert.
  • Nyrstar veut toujours vendre ses mines

    On le sait, les prix du zinc sont repartis à la hausse ces dernières semaines. Depuis son point bas de la fin janvier, il a repris 40% à 2.080 dollars la tonne, son niveau le plus élevé depuis juillet 2015, note Goldwasser Exchange sur son site.

    Ce rebond est-il de nature à remettre en cause le processus de vente des actifs miniers enclenché chez Nyrstar ? Non, affirme-t-on du côté du groupe par la voix du responsable des relations investisseurs , Anthony Simms. Nyrstar se trouve, par contre dans de meilleures conditions pour négocier.

    Voici ce qu'il a déclaré à Goldwasser Exchange:

    "Ces dernières semaines, nous avons reçu des offres fermes pour nos mines que nous analysons et que nous mettons en concurrence. Le renforcement du prix du zinc (plus de 30% depuis le lancement du processus) n’augmente pas nécessairement nos attentes en matière de prix de vente."

    "Lorsque nous avons lancé le processus de vente début janvier, nos actifs miniers généraient un free cash flow négatif sur base d’un prix de 1.500 dollars la tonne à l’époque. Entre-temps, le rebond du zinc a permis de diminuer fortement le cash utilisé pour notre activité minière, ce qui implique un effet positif sur le free cash flow. Dès lors, nous sommes à même de négocier dans de meilleures conditions ce que nous pensons être le prix le plus juste pour nos mines. En outre, les actifs qui sont en maintenance et/ou réparation sont moins sensibles à l’évolution des prix."

     

     


  • Triste bilan boursier pour ASIT Biotech qui chute encore

    ASIT biotech perd 22% depuis sa première cotation du 11 Mai dernier.. Geneuro perd de son côté 28% depuis le 15 Avril.— Sacha Pouget (@Sachakin) June 14, 2016

  • Zone euro: la production industrielle progresse en avril

    La production industrielle de la zone euro est repartie à la hausse en avril (+1,1%), après deux mois de baisse en février (-1,2%) et mars (-0,7%), a annoncé mardi l'Office européen de statistiques Eurostat, qui a légèrement révisé le chiffre de mars. Eurostat avait annoncé il y a un mois un recul de 0,8% en mars par rapport au mois précédent.

    Euro area industrial production +1.1% in Apr 16 over Mar 16, +2.0% over Apr 15 #Eurostat https://t.co/IbFJHqofJ7 pic.twitter.com/W7qnE5226B— EU_Eurostat (@EU_Eurostat) 14 juin 2016

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions 14/6 Proximus, Solvay, Ageas, Telenet, Genticel, Ablynx, Celyad, MDxHealth https://t.co/4saRT8S3zI pic.twitter.com/BISHljm3f8— Stéphane Wuille (@stephanewuille) June 14, 2016

  • Pétrole: l'AIE relève sa prévision de demande mondiale

    L'offre et la demande de pétrole s'équilibreront dans le courant du deuxième semestre 2016 sous l'effet de perturbations de production dans plusieurs pays mais le marché reviendra en situation excédentaire dès la première moitié de 2017, estime l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans un rapport publié mardi.

    L'agence prévoit une croissance de la demande d'environ 1,3 million de barils par jour en 2017, du même ordre que celle qu'elle prévoit désormais pour cette année. En mai, son estimation pour l'évolution de la demande en 2016 était de +1,2 million de bpj.

     

    We've just released our #OilMarket Report for June. Read the full highlights here: https://t.co/8pqEcOvaTB #OMR pic.twitter.com/vb5soahanw— IEA (@IEA) 14 juin 2016

  • Le début de séance en cinq points

    1. Le Bund allemand à 10 ans est passé sous zéro pour la première fois de son histoire.
    2. Les indices européens poursuivent leur repli sur les craintes d’une victoire du Brexit lors du référendum du 23 juin.
    3. Le Bel 20 perd 0,5% après avoir reculé d'un pourcent à l'ouverture.
    4. A contre-courant, Genticel bondit de plus de 7%.
    5. L’euro est en baisse face au dollar.
  • Historique: le bund allemand à 10 ans en territoire négatif

    Le taux d'emprunt à 10 ans de l'Allemagne, le fameux "Bund" qui constitue la référence sur le marché de la dette des Etats, a franchi mardi un cap hautement symbolique en devenant négatif pour la première fois de son histoire.

    Cette glissade est la conséquence de politiques ultra-accommodantes menées par les banques centrales, et d'un environnement économique et politique incertain, avec en particulier le vote dans 10 jours sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne.

    Cela signifie concrètement que les investisseurs qui achètent aujourd'hui de la dette allemande à dix ans s'engagent à verser au pays une somme d'argent s'ils conservent le titre jusqu'à son échéance. Une situation contraire donc à toute logique financière.

     



    L'Allemagne a été précédée sur ce terrain négatif par la Suisse et le Japon, mais la portée symbolique est d'une ampleur différente en raison du poids économique du pays, première puissance européenne et du caractère référent du Bund.

  • Placement privé d'obligations pour Retail Estates

    La SIR Retail Estates a réalisé un placement privé d'obligations pour un montant de 25 millions d'euros. Le taux d'intérêt a été fixé à 2,84% avec une échéance à 10 ans. Les fonds levés serviront pour différentes allocations au sein de l'entreprise et permettront une meilleure diversification de l'endettement.

  • La biotech Genticel se distingue en Bourse

    Genticel , une biotech française cotée à Bruxelles et à Paris qui développe des immunothérapies pour prévenir les cancers induits par le virus du papillome humain (HPV), a confirmé la capacité d'utiliser des tests de génotypage HPV largement répandus dans les programmes de phase 3 de GTL001, le candidat immunothérapeutique de Genticel contre les infections HPV 16 et 18. La société indique par ailleurs que le produit pharmaceutique GTL001 a achevé ses essais de stabilité démontrant une durée de conservation de 5 ans.

  • |Opening bell|

    Bel 20: -1,03%

    CAC 40: -1,25%

    Euro Stoxx 50: -1,19%

  • ©Saxo Bank

  • Total rachète Lampiris

    Selon nos confrères du Standaard, le groupe pétrolier français Total serait sur le point de racheter Lampiris. Fondé en 2003, ce fournisseur belge d'électricité verte et de gaz naturel compte 800.000 clients en Belgique et 175.000 en France. 

    L'information a été confirmée en début d'après-midi. Lire notre article ici.

  • Danone prévoit une progression de sa marge opérationnelle courante

    Le groupe Danone prévoit pour 2016 une progression de sa marge opérationnelle courante de 50 à 60 points de base, et a confirmé son objectif de croissance du chiffre d'affaires dans une fourchette comprise entre 3% et 5%. Auparavant, Danone tablait sur une "progression solide" de sa marge opérationnelle courante mais n'avait pas communiqué de chiffres précis.

    Le groupe a expliqué ce changement d'objectifs par "l'évolution rapide des tendances dans certains pays émergents, en particulier en Chine", qui permet au groupe "d'ajuster son rythme d'investissements pour 2016 dans ces marchés". "En 2016, nous poursuivons notre plan de transformation et renforçons la résilience de notre modèle au travers d'une gestion disciplinée des ressources, de la génération d'efficacités et de l'optimisation de nos coûts. Nous nous appuyons désormais sur notre capacité à revoir régulièrement nos plans d'investissements", a indiqué la directrice financière, Cécile Cabanis.

    Rappelons que le holding belge Sofina détient 1,1% du groupe alimentaire.

  • Recul de 1% à la Bourse de Tokyo

    La Bourse de Tokyo a accentué son repli mardi, malmenée par un accès de fièvre du yen sur fond d'anxiété des places financières mondiales à l'idée d'un Brexit et dans l'attente de plusieurs réunions de banques centrales.

    Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 1% (-160,18 points) à l'issue des échanges, à 15.859 points, tombant sous la barre des 16.000 points pour la première fois depuis le 12 avril. Il avait chuté de 3,5% lundi. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part reculé de 0,98% (-12,61 points) à 1.271,93 points.

    Sur le volet des changes, le dollar s'affichait au même moment à 105,92 yens, plus bas que la veille à la clôture, tandis que l'euro se redressait à 119,59 yens. La devise nippone sert de valeur refuge.

  • Nouvelle baisse attendue en Europe

    Les principales Bourses européennes sont attendues en baisse mardi à l'ouverture, à l'instar de Wall Street et de l'Asie,les ingrédients qui tirent les marchés actions vers le bas depuis quelques jours n'ayant pas changé, à savoir, à court terme, craintes de voir la Grande-Bretagne sortir de l'Union européenne et, à moyen terme, inquiétudes sur la croissance économique mondiale.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 0,8% à l'ouverture, tout comme le Dax à Francfort, tandis que le FTSE à Londres est vu en repli de 0,3%. L'indice pan-européen FTSEurofirst 300 a touché lundi un plus bas depuis plus de trois mois. Il est sur une série de quatre séances de baisses de suite, période qui l'a vu perdre 5,6%.

    ©Bloomberg

    Même si les investisseurs estiment à une écrasante majorité que la Fed observera le statu quo en matière de politique monétaire, une réunion de la banque centrale américaine crée toujours une forme d'attentisme chez les acteurs de marché. Et ce d'autant plus que trois autres grandes banques centrales annonceront leurs décision de politique monétaire cette semaine : la Banque nationale suisse, la Banque d'Angleterre et la Banque du Japon. Le statu quo est attendu partout étant donné la proximité du référendum du 23 juin organisé en Grande-Bretagne pour déterminer l'avenir du pays dans l'Union européenne.

    Cinquante-trois pour cent des Britanniques se déclarent favorables au"Brexit" tandis que 47% disent qu'ils voteront pour le maintien lors du référendum du 23 juin, à en croire deux nouveaux sondages de l'institut ICM,l'un en ligne, l'autre par téléphone, cités lundi par le quotidien The Guardian. Cela traduit un creusement de l'écart en faveur du Brexit, car voici 15 jours le camp du retrait recueillait 52% et celui du "in" 48% dans le précédent sondage ICM. Dans ce contexte d'aversion au risque, les valeurs jugées sûres sont plebiscitées, telles le yen et le dollar. La bonne tenue du billet vert pèse surles cours du pétrole, qui reculent à nouveau de près de 1%, s'acheminant vers une quatrième séance de baisse après avoir atteint la semaine dernière leurs plus hauts de l'année.

  • Honeywell toujours à l'affût d'acquisitions

    Honeywell International n'exclut pas de lancer son dévolu sur un autre équipementier aéronautique après l'échec en mars de ses négociations de fusion avec United Technologies, selon son directeur général.

    Honeywell a établi une liste d'une centaine de cibles potentielles mais n'est pas pressé pour réaliser une acquisition, a dit David Cote dans un entretien accordé lundi soir en marge du Forum économique international des Amériques à Montréal.

    J'ai un processus assez rigoureux pour cela. S'agissant de M&A, nous avons toujours beaucoup de moyens, ce qui est une position confortable.
    David Cote
    CEO d'Honeywell

    En mars, Honeywell a renoncé à son offre de 90,7 milliards de dollars (80 milliards d'euros) sur United Tech, prenant ainsi acte du refus de sa cible d'engager des négociations. Airbus, un client important des deux groupes, avait estimé qu'un tel rapprochement ne servirait pas ses intérêts. David Cote a dit que l'échec de la fusion avec United Tech, propriétaire du motoriste Pratt & Whitney, ne le dissuaderai tpas de s'intéresser à d'autres équipementiers aéronautiques. Le principal souci, selon lui, sera de s'entendre sur le juste prix. "Si vous surpayez, vous êtes mort", a-t-il conclu.

  • Un produit de MDxHealth remboursé aux Etats-Unis

    MDxHealth a conclu un accord avec un établissement américain assurant une couverture sociale à 24 millions de personnes pour le remboursement du SelectMDx, un test de diagnostic du cancer de la prostate.

  • Bonjour à toutes et tous

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit incontournable pour ne rien rater de cette séance de Bourse du mardi 14 juin 2016.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés