1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 efface ses gains de la veille

Les marchés européens ont terminé en nette baisse ce jeudi en réaction à une Banque centrale européenne qui ne va pas aussi loin qu'espéré par les investisseurs. À Bruxelles, Telenet a bondi en tête du Bel 20 après avoir enregistré un solide début d'année.
  • Fin du Market Live

    C'est ici que nous clôturons ce "Market Live" pour aujourd'hui, et même cette semaine. Pour mémoire, Euronext est fermé ce vendredi. Wall Street fonctionne normalement par contre.

    À l'agenda ce vendredi 1er mai: on attend les résultats de Chevron, ExxonMobil et Colgate Palmolive aux Etats-Unis.

    Bon week-end et à lundi!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions en Europe ont terminé cette semaine écourtée pour une note rouge vif, les investisseurs visiblement déçus par la Banque centrale européenne (BCE). Le CAC 40 a reculé de 2,12%, le Dax allemand de 2,22% et le Footsie britannique de 3,5%.

    L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté perdu 2,03%. Tous les sous-indices sectoriels ont fini en territoire négatif, à commencer par le compartiment bancaire (-4,50%). La BCE n'a annoncé aucune nouvelle mesure significative face à la crise sans précédent déclenchée par la pandémie de coronavirus. "Certains acteurs du marché s'attendaient à autre chose, comme une expansion de son programme d'assouplissement quantitatif", a expliqué Elwin de Groot, responsable de la stratégie macro chez Rabobank. 

    À la Bourse d'Amsterdam, Royal Dutch Shell a dégringolé de 10,42%. Le géant pétrolier a annoncé ramener son dividende à 16 cents par action pour le premier trimestre 2020 contre 47 cents pour les trois derniers mois de 2019. Du jamais vu en 80 ans! Bien qu'un dividende considérablement réduit protège la génération de flux de trésorerie et la liquidité de Shell, il est également le signe de perspectives très négatives pour 2020", a souligné Sven Reinke, analyste chez Moody's.

    À Bruxelles, le Bel 20 a clôturé sur un repli de 3,03% à 3.099,12 points.

    Le groupe industriel Umicore (-1,62% à 39,41 euros) a pour sa part profité de son assemblée générale pour lancer un avertissement sur résultats. Même s'il ne peut chiffrer l'étendue des dégâts, ce spécialiste dans la technologie des matériaux s'attend désormais à ce que son ebit récurrent soit bien en dessous de celui de 2019, qui s’élevait à 508,9 millions d’euros.

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 -2,12%

    AEX -2,66%

    BEL 20 -3,03%

  • Résumé du discours de la présidente de la BCE

    "La zone euro connaît une récession d'une ampleur et d'une vitesse sans précédent en temps de paix", a déclaré Christine Lagarde.

  • La Fed élargit son programme de prêts aux PME

    La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé qu'elle étendait la portée de son dispositif de prêts à davantage de petites et moyennes entreprises en situation d'urgence économique en raison de la pandémie de coronavirus. La Fed, qui a annoncé la création de ce dispositif dénommé "Main Street Lending Program" il y a trois semaines, a décidé d'y apporter des modifications après avoir reçu les commentaires de plus de 2.000 entreprises et particuliers.

    Les principaux changements incluent une baisse du montant minimum de certains prêts d'un million de dollars à 500.000 dollars, un éventail plus large des entreprises éligibles et la création d'une nouvelle option de prêt avec une prise de risque plus importante des banques pour les emprunteurs ayant un effet de levier plus élevé.

  • L'Allemagne voudrait une participation dans Lufthansa en échange d'une aide d'Etat

    Le gouvernement allemand veut acquérir une participation dans le géant de l'aviation Lufthansa   en échange des milliards d'euros d'aides d'Etat qu'il pourrait lui procurer pour l'aider à traverser la crise due au coronavirus, selon les confidences de sources proches à l'agence de presse Bloomberg.

    Berlin exigerait également un droit de veto et une place au sein du conseil de surveillance. Les discussions entre l'entreprise et le gouvernement devraient prendre encore un certain temps, selon Bloomberg.

  • Brexit: Londres dément toute "impasse" dans les négociations

    Le gouvernement britannique est confiant dans la possibilité de conclure un accord post-Brexit avec l'Union européenne, à condition que Bruxelles considère le Royaume-Uni comme un négociateur indépendant, a déclaré un membre de l'équipe de négociateurs britanniques.

    Selon des sources diplomatiques à Bruxelles, les négociations sur les futures relations entre les deux entités sont dans l'impasse en raison de désaccords persistants dans trois grands domaines : les garanties d'une concurrence équitable, la gouvernance et la pêche.

    Je suis tout à fait optimiste", a au contraire assuré le négociateur britannique. "Je suis convaincu que dans ces domaines clés, il y a en fait une bonne compréhension entre négociateurs." "Si nous arrivons à surmonter l'insistance de l'UE à ne pas nous considérer comme un négociateur pleinement indépendant, je pense que nous pourrons progresser assez rapidement", a-t-il ajouté.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en baisse: Dow Jones -1,23%, S&P 500 -0,87% et Nasdaq -0,44%

  • USA: chute record de 7,5% des dépenses des ménages en mars

    Les dépenses des consommateurs américains ont subi mars une chute sans précédent, conséquence des mesures de confinement en vigueur dans la majeure partie des Etats-Unis pour freiner la propagation du coronavirus. Le département du Commerce a annoncé que les dépenses des ménages, qui représentent plus des deux tiers de l'activité économique des Etats-Unis, avaient baissé de 7,5% en mars. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une baisse de 5% après l'augmentation de 0,2% en février.

    La chute de la consommation en mars est plus de trois plus marquée que celle de 2,1% de janvier 1987, qui marquait jusqu'alors un record. Elle s'est conjuguée à une baisse des prix: l'indice PCE dit "core" (de base), qui exclut les prix des produits alimentaires et de l'énergie, a reculé de 0,1% en mars, en ligne avec les attentes. Sa progression en rythme annuel revient ainsi à 1,7% contre 1,8% le mois précédent.

  • Lagarde: "Le PEPP est le meilleur outil dont nous disposons"

    Interrogée sur les "junk bonds" (obligations à haut rendement, catégorie spéculative), la présidente de la BCE indique qu'aucun programme d'achat n'a été discuté. "Le PEPP (son programme d'achats d'urgence pandémique) est le meilleur outil dont nous disposons", a expliqué Christine Lagarde, avant d'ajouter que le programme pourrait être prolongé au-delà de l'année en cours. 

  • Les contrats à terme sur Wall Street partent à la baisse

    Les contrats à terme sur Wall Street passent négatifs, après les annonces de la BCE indiquant qu'elle était prête à augmenter si nécessaire son programme de rachats d'actifs. Certains traders espéraient que la Banque centrale européenne annoncerait dès aujourd'hui une hausse.

    Le Dow Jones est attendu en repli de 0,8%, le S&P de 0,7% et le Nasdaq 0,10%.

    Les techs sont bien orientées avant l'ouverture, Facebook et Microsoft ayant publiés des prévisions de résultats meilleures que prévu à l'occasion de la publication de leurs résultats trimestriels.

  • Les inscriptions au chômage restent massives aux Etats-Unis

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis pour la semaine close au 25 avril sont restées très élevées à 3,84 millions. Elles sont supérieurs aux attentes des économistes qui attendaient 3,5 millions. Le total cumulé de ces six dernières semaines atteint 30,3 millions.

     

  • Lagarde: "Le PIB de la zone euro pourrait chuter de 5% à 12% cette année"

    Début de la conférence de presse la BCE. Christine Lagarde déclare que le PIB de la zone euro pourrait chuter de 5% à 12% cette année. La zone euro connaît une récession d'une ampleur et d'une vitesse sans précédent en temps de paix, explique-t-elle.

    La durée de la récession est difficile à prédire.

    Lagarde appelle à des efforts budgétaires supplémentaires pour préparer et soutenir la reprise.

    > La conférence de presse en direct:

  • Le secteur bancaire recule...

    ... en réaction aux annonces de la BCE. Le compartiment baisse de 2,9%.

  • La BCE augmente les opérations de refinancement à des conditions assouplies, les taux directeurs inchangés

    Voici les principales annonces de la Banque centrale européenne:

    > Elle va mettre en œuvre une série d'opérations de refinancement à long terme d'urgence pandémique non-ciblé (Pandemic emergency longer-term refinancing operations ou PELTRO)

    > La BCE indique avoir assoupli les conditions des TLTRO.

    > Les banques pourront emprunter de l'argent à la BCE jusqu'à l'été 2021 à un taux d'intérêt minimum de -0,5%, et même à -1% sous certaines conditions.

    > Les achats d'actifs dans le cadre du PEPP continueront jusqu'a ce que la BCE juge que la crise du coronavirus est terminée, et en tout cas jusqu'à la fin de l'année.

    > Elle se dit prête à augmenter la taille du PEPP (Pandemic emergency purchase programme) si nécessaire.

    > Le taux d'intérêt sur les principales opérations de refinancement et les taux d'intérêt sur la facilité de prêt marginal et la facilité de dépôt restent inchangés à 0,00%, 0,25% et -0,50% respectivement.

    La présidente de la BCE, Christine Lagarde, tiendra à 14h30 une conférence de presse en ligne pour commenter ces décisions

     

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • Airbus | Royal Dutch Shell | SocGen

    >Airbus bondit de 4,13% après les déclarations du président du groupe Guillaume Faury, selon lesquelles l'avionneur européen discute régulièrement avec l'État du soutien à la filière aéronautique dans son ensemble, mais n'a pas besoin de liquidités et n'envisage pas de licenciements à ce stade.

    >Société Générale perd 5,7%, la plus forte baisse du CAC, après avoir fait état d'une perte nette au premier trimestre.

    >La plus forte baisse du Stoxx 600 est pour Royal Dutch Shell , qui perd 6% à Londres après avoir réduit son dividende pour la première fois depuis 80 ans, l'effondrement de la demande mondiale de pétrole ayant fortement pesé sur son bénéfice.

  • Le Lysol et le Dettol dopent les ventes de Reckitt Benckiser

    Le fabricant de produits de grande consommation Reckitt Benckiser annonce une croissance record de ses ventes trimestrielles alors que les clients se sont rués pour faire des stocks de désinfectant Lysol, de sirop contre la toux Mucinex et de savon Dettol dans le contexte de la crise du coronavirus.

    Le chiffre d'affaires à données comparables a progressé de 13,3% au premier trimestre, alors que l'estimation des analystes fournie par le groupe donnait une hausse de 5,3%.

    Reckitt Benckiser a indiqué qu'il s'attendait désormais à ce que ses résultats pour 2020 soient meilleurs qu'anticipé initialement.

    L'action bondit de 4,25% à la bourse de Londres.

  • Rappel à la réalité avec le "Covid warning" d'Umicore

  • Le point sur la tendance boursière - update

    Les marchés européens marquent le pas en fin de matinée, lestés par les chiffres de la croissance en zone euro. Les investisseurs attendent, par ailleurs, d'éventuelles annonces de la BCE en début d'après-midi.

    La Banque centrale européenne annoncera sa décision de politique monétaire à 13h45, ensuite Christine Lagarde tiendra une conférence à partir de 14h30. Les investisseurs n'attendent pas de baisse de taux d'intérêts, mais certains observateurs espèrent de nouvelles mesures afin de contrecarrer les hésitations des dirigeants européens sur le plan de relance.

    En Chine, l'activité manufacturière s'est tassée en avril après un rebond surprise le mois précédent.

    En zone euro, le Produit intérieur brut a reculé de 3,8% au premier trimestre, son repli le plus important depuis la création de la monnaie unique en 1999, selon des données Eurostat. Par ailleurs, le chômage a légèrement augmenté à 7,4% en mars, mois pendant lequel les mesures de confinement liées au Covid-19 ont été mises en place.

    Trois statistiques américaines figurent à l'agenda: les dépenses et revenus des ménages, l'indice des prix "Core PCE" et les inscriptions hebdomadaires au chômage.

    Apple et Amazon publient leurs résultats après la clôture de Wall Street.

  • Contraction record du PIB en zone euro

    L'activité économique dans la zone euro a subi au premier trimestre la plus forte contraction de son histoire en raison de l'épidémie de coronavirus et des mesures de confinement mises en oeuvre pour la freiner dans la plupart des pays de la région, montre, ce jeudi, la première estimation du produit intérieur brut (PIB) publiée par Eurostat.

    Le PIB des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a reculé de 3,8% par rapport aux trois derniers mois de 2019 et de 3,3% par rapport au premier trimestre de l'an dernier.

    Celui de l'ensemble de l'Union européenne a baissé de 3,5% par rapport à octobre-décembre et de 2,7% sur un an, précise Eurostat en soulignant qu'il s'agit des reculs les plus importants enregistrés depuis le début du suivi de ces statistiques en 1995.

    Au quatrième trimestre 2019, le PIB de la zone euro avait progressé de 0,1%, celui de l'UE de 0,2%.

  • Degroof Petercam vise plus bas pour Xior

    La société immobilière, spécialisée dans les kots pour étudiants Xior  a annoncé des résultat trimestriels conformes aux attentes. Le résultat EPRA – part du groupe - a été de 5,98 millions d'euros au premier trimestre, ce qui représente une hausse de 34% par rapport à la même période un an plus tôt. Son taux d'endettement est passé de 45,67% fin décembre à 47,34% fin mars. Xior maintient ses objectifs pour 2020.

    La société affirme avoir pris des mesures rapides pour garantir que le Covid-19 n'ait aucun impact sur ses résultats. Jusqu'à présent, Xior n'a pas non plus remarqué d'augmentation de loyers impayés.

    Degroof Petercam a ajusté ses estimations, ne tenant plus compte des acquisitions prévues pour 2020 et 2021. Le courtier prend également en considération un taux d'occupation légèrement inférieur au second semestre 2020. Le conseil d'"accumuler" est confirmé, mais l'objectif de cours passe de 60 à 45 euros.

    Xior gagne 2,20% à 41,85 euros.

  • "Même dans notre scénario le plus négatif, l'action D'Ieteren offre encore un potentiel de hausse de 10%"

    Les analystes de KBC Securities ont adapté leur modèle de valorisation pour D'Ieteren .

    Les tendances générales ont été (ré)examinées et plusieurs scénarios potentiels ont été testés en regard de l'épidémie de coronavirus. Le broker estime l'impact du Covid-19 à 220 millions d'euros (4 euros par action), mais la valorisation du titre reste intéressante, précise-t-il.

    Au prix actuel de l'action, le marché valorise Belron, D'Ieteren Auto et Moleskine à seulement 4 fois les flux de trésorerie attendus en 2022 et une décote de plus de 40% sur la valeur liquidative estimée (77 euros par action). Même dans le scénario le plus négatif, il reste un potentiel de 10% de hausse pour l'action D'Ieteren, souligne KBCS.

    L'objectif de cours passe de 65 à 61 euros, tandis que la recommandation d'"achat" est reconfirmé.

    D'Ieteren progresse de 2,39% à 44,95 euros.

  • "Pas de raison de changer notre recommandation sur Umicore"

    Les anaystes de KBC Securities se déclarent à moitié surpris par l'avertissement sur résultats d'Umicore (voir post de 8h13).

    "Malgré les perspectives de croissance à long terme, et un consensus à court terme qui doit clairement être revu à la baisse et des multiples de valorisation encore élevés, nous ne voyons pas de raison de changer notre rating de 'conserver' pour l'instant. Umicore dispose par ailleurs de 1,2 milliard d'euros de trésorerie".

    L'objectif de cours est de 37 euros.

    Umicore perd 2,8% à 38,94 euros.

  • Voici le briefing actions belges

  • Le point sur la tendance boursère

    Les bourses européennes ont débuté la séance en hausse ce jeudi, poursuivant leur course dans le vert en attendant la réunion de la BCE, au lendemain d'une séance dynamisée par des annonces sur un potentiel traitement contre le coronavirus.

    Les gains varient entre 0,36% à Londres et 1% à Francfort.

    Shell perd 2,4% en réaction à l'annonce d'une réduction de son dividende, une première depuis la Seconde Guerre mondiale, après une forte baisse des bénéfices due à la crise du coronavirus qui a entraîné un effondrement de la demande mondiale de pétrole.

    SocGen chute de 3,6%. La banque française, qui a avancé de six jours la date de publication de ses résultats trimestriels, a annoncé ce jeudi une perte nette de 326 millions d'euros au premier trimestre en raison du plongeon des marchés financiers et une hausse de ses provisions pour risque de crédit en raison de la crise du nouveau coronavirus.

    KPN bondit de 3,6%. Le groupe télécom a connu un solide premier trimestre. Mais il a aussi indiqué qu'il était trop tôt pour évaluer l'impact du coronavirus sur les résultats du reste de l'année.

    Nokia gagne 3,4%. Le groupe finlandais a publié un bénéfice courant légèrement supérieur aux attentes au titre du premier trimestre malgré un chiffre d'affaires en baisse, plombé par un impact de quelque 200 millions d'euros essentiellement lié au coronavirus qui a perturbé les approvisionnements en Chine.

    Orange avance de 1%. Le groupe ne devrait subir qu'un impact "relativement limité" de la crise sanitaire en cours, selon le PDG de l'opérateur télécoms français Stéphane Richard.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,19%
    Bruxelles: +0,05%
    Paris: +0,56%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,47%
    DJ Stoxx 600: +0,29%

    Kiadis: +6,5%
    KBC: -5%
    Proximus: +0,4%
    Telenet: +2,22%
    Umicore: -2,65%

  • Carlsberg pessimiste pour le deuxième trimestre

    Le brasseur Carlsberg annonce que son chiffre d'affaires a chuté de 7% au premier trimestre. Une nouvelle baisse est attendue ce trimestre, car l'augmentation des ventes de bière dans les supermarchés n'a pas réussi à équilibrer la fermeture des bars et des restaurants pendant l'épidémie de coronavirus.

    "Alors que nous commençons à voir des signes de reprise sur notre plus grand marché, la Chine, et des signes prudents de levée de confinement sur certains marchés d'Europe occidentale, d'autres marchés restent bloqués", déclare le CEO Cees t’Hart, dans un communiqué.

    "Les mesures de distanciation sociale continueront et auront un impact sur le comportement des consommateurs. Par conséquent, les volumes continueront de baisser au deuxième trimestre", a-t-il déclaré.
     

  • Van de Velde s'abstient de toute prévision sur l'impact du Covid-19

    "Compte tenu de l'incertitude concernant la durée des mesures actuelles, il est impossible de faire une estimation précise des conséquences concrètes du Covid-19." C'est ce qu'annonce le spécialiste de la lingerie Van de Velde  dans un communiqué.

    La société rappelle les mesures prises pour la sécurité de ses salariés (télétravail, masques, distanciation sociale...). Elle ajoute aussi s'en tenir à la décision du 18 mars de suspendre son programme de rachats d'actions et le versement du dividende intérimaire. "Tout est mis en œuvre pour accompagner nos partenaires détaillants, garantir le bien-être de nos collaborateurs et assurer la continuité de nos opérations commerciales."

  • Nouvelle levée de fonds pour Kiadis

    Kiadis Pharma annonce un placement privé de 5 millions d'euros par le biais de l'émission d'environ 3 millions d'actions ordinaires à un prix de 1,67 euros par action. Ces nouvelles actions son souscrites par LSP Advisory, la branche d'investissement public de Life Sciences Partners.

    La transaction est conclue aux mêmes conditions que le placement privé de 12 millions d'euros conclu avec le fonds d'investissement américain axé sur les soins de santé annoncé le 28 avril 2020.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en nette hausse, l'espoir d'un traitement efficace contre le coronavirus donnant aux investisseurs du goût pour les actifs risqués dans l'attente des annonces de la Banque centrale européenne.

    L'Euro Stoxx 50 est attendu en hausse de 81%, Londres de 0,63%, Paris de 0,87% et Francfort de 1,10%.

    Le communiqué de la BCE, qui tombera à 13h45 et sera suivi, 45 minutes plus tard, par la conférence de presse de la présidente de l'institution Christine Lagarde, ne changera pas nécessairement la donne.

    De nombreux analystes pensent, en effet, qu'il s'alignera sur celui de la Réserve fédérale, qui a laissé, mercredi, sa politique monétaire inchangée tout en réaffirmant qu'elle était prête à agir en cas de besoin pour soutenir l'économie américaine.

    Les indicateurs à l'agenda pourraient, en revanche, peser sur la tendance, à commencer par l'évolution du produit intérieur brut de la zone euro au premier trimestre (11h) et le nombre des inscriptions hebdomadaires au chômage aux États-Unis (14h30).

    La cote sera animée, en outre, par une nouvelle salve de résultats trimestriels d'entreprises.

    Sur le front du pétrole, le WTI pour livraison en juin bondit de 12,5%, à 17 dollars, et le Brent de 7,5%, à un peu plus de 24 dollars.     

  • "Covid warning d'Umicore"

    Le groupe spécialiste des matériaux spéciaux lance un avertissement sur résultats.

    Alors que l’ampleur de l’impact du Covid-19 sur l’économie mondiale commence à devenir perceptible, une grande incertitude continue d’entourer sa durée et la visibilité sur la demande reste extrêmement faible, indique Umicore .

    "Il est dès lors impossible de formuler des prévisions quantifiées fiables pour 2020. Malgré cette visibilité limitée, Umicore s’attend à ce que l’EBIT récurrent du Groupe soit bien en-dessous du niveau de 2019."

  • Bon premier trimestre pour Telenet

    Le groupe de télécommunications et de médias a attiré 8.100 nouveaux clients haut débit au premier trimestre. Cela est dû à une augmentation des ventes et à une baisse des départs des clients existants.

    Telenet a réalisé un chiffre d'affaires de 653 millions d'euros, soit une augmentation de 4%. Le résultat brut d'exploitation ajusté (Ebitda) a augmenté de 8%, à 345,6 millions d'euros, en partie en raison de la baisse des coûts de vente et de marketing. Le bénéfice net s'est élevé à 153,2 millions d'euros, soit onze fois plus qu'un an plus tôt.

    Telenet maintient ses perspectives de croissance et continue de tabler sur une croissance moyenne de 6,5 à 8% de son free cash-flow sur la période 2018-2021. Les prévisions pour 2020 ont été légèrement ajustées en raison de la pandémie de coronavirus. Si le lockdown se termine progressivement en mai, les ventes et le résultat brut d'exploitation ajusté diminueraient respectivement de 2 et 1%.

  • Proximus en ligne avec les attentes

    Le rapport trimestriel de Proximus vient de nous parvenir. Il est conforme au consensus des analystes. En soi, ce n'est pas une grosse surprise, puisque le nouveau PDG Guillaume Boutin a organisé fin mars une journée - virtuelle - pour les investisseurs.

    Le chiffre d'affaires domestique a baissé de 1% à 1,086 milliard d'euros. C'est légèrement mieux que la baisse de 1,4% que les analystes attendaient.

    L'Ebitda réalisé en Belgique s'est stabilisé à 428 millions d'euros, également légèrement meilleur que prévu.

    Avec la filiale internationale de gros BICS, le chiffre d'affaires du groupe a baissé de 1,5% à 1,39 milliard d'euros, tandis que l'Ebitda s'est stabilisé à 464 millions d'euros. Le bénéfice net a augmenté de 14% à 153 millions d'euros.

    Boutin réitère la prévision d'un cash flow libre de 780 à 800 millions d'euros en 2020, contre 844 millions en 2019.

  • Le WTI poursuit sa remontée | L'Europe signalée en hausse | La BCE au programme

    Bonjour! Le prix du WTI américain s'envole de plus de 16% sur les marchés asiatiques, au lendemain de statistiques montrant une augmentation des stocks américains moins inquiétante que prévu et grâce à des signes d'une baisse de production bienvenue.

    Sur les marchés d'actions, l'Asie progresse, portée par l'espoir de la découverte d'un traitement contre le coronavirus. Shanghai gagne 1,4%, la bourse de Hong Kong progresse de 0,3% et, au Japon, l'indice Nikkei 225 gagne 2,9%.

    Un haut responsable de la santé américaine a déclaré mercredi que le médicament antiviral de Gilead (+5,67%), le remdesivir, est susceptible d’être utilisé pour combattre le coronavirus après que les premiers résultats d’un essai clinique aient montré qu’il aidait certains patients à se remettre plus rapidement de la maladie.

    Cette information a soutenu Wall Street. Le Dow Jones a clôturé en hausse de 2,21%, à 24.633,86 points, mercredi. Le Nasdaq a avancé de 3,57%, à 8.914,71 points. Le S&P 500 a gagné 2,66% à 2.939,51 points.

    En Europe, les contrats à terme prédisent une ouverture en hausse, de 0,4% à Francfort, de 1% à Londres et de 1,3% pour l'Euro Stoxx 50.

    Au programme du jour: les résultats de Proximus et de Telenet, la décision de politique monétaire de la BCE et le PIB de la zone euro.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés