1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 efface ses pertes de la semaine

Les marchés européens ont terminé en nette hausse ce vendredi, portés par le regain d'appétit pour le risque et alors que les banques centrales et les gouvernements ont activé la planche à billets. Dernière séance pour Ontex au sein du Bel20.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi pour une nouvelle séance.

    Au programme: Agenda très épuré. La Banque de France doit publier ses nouvelles prévisions économiques. Et un Bel 20 révisé.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les Bourses européennes ont effacé une partie de leurs pertes des quatre semaines précédentes grâce aux espoirs de voir les multiples mesures monétaires et budgétaires mises en oeuvre face à la pandémie de coronavirus limiter l'ampleur et la durée du choc économique en cours.

    À Paris, le CAC 40 a gagné 5,01%. A Londres, le FTSE 100 a pris 0,76% et à Francfort, le Dax a avancé de 3,7%.

    L'indice EuroStoxx 50 a terminé sur une hausse de 3,85%, et le Stoxx 600 de  1,82%. Ce dernier ramène ainsi sa perte hebdomadaire à moins de 1% après la chute de 18,44% subie la semaine dernière.

    La quasi-totalité des grands secteurs de la cote européenne a bénéficié du regain d'appétit des investisseurs pour les actifs risqués: celui des transports et du tourisme, massacré ces dernières semaines,  a repris 9,79%, celui de la construction 5,95% et celui de l'assurance 3,37%.

    Du côté des valeurs, Volvo a perdu 1,02%. Le constructeur de poids lourds suédois a annoncé jeudi soir qu’il renonçait à son projet de dividende exceptionnels en précisant qu’une part importante de ses activités étaient à l’arrêt pour une durée encore impossible à préciser.

    Enela progressé de 1,01%. La compagnie d’électricité italienne a annoncé jeudi ne pas s’attendre à un impact important de l’épidémie de coronavirus sur ses résultats annuels après avoir enregistré un bénéfice d’exploitation en hausse de 17%, conforme à ses prévisions, en 2019.

    Le groupe de médias luxembourgeois RTL  (+4,49%) ne tiendra pas son assemblée générale en avril, mais uniquement le mardi 30 juin, en raison de la crise sanitaire actuelle. Le versement du dividende de 4 euros par action est reporté, au 7 juillet 2020.

    LVMH (+5,44%) qui a signé un accord définitif en vue de l'acquisition de Tiffany pour un montant de 135 dollars par action, envisage d'acheter des titres du joaillier américain directement sur le marché, leur valeur étant devenue inférieure au prix de rachat conclu, selon Bloomberg.

  • Résumé de la séance à Bruxelles

    La Bourse de Bruxelles a connu un net rebond au lendemain d'une tentative avortée en cours de séance, les mesures de soutien massif à l'économie annoncées par les banques centrales ayant finalement ramené un peu de calme sur les marchés financiers. Le Bel 20 a pris 5,14% à 2761,12 points.

    Quasi tous les titres de l'indice ont terminé en hausse. Parmi les plus fortes progressions, Barco a bondi de 9,65%, alors que Kinepolis sur le marché élargi a pris 13,22%. Kepler Cheuvreux souligne dans une note que le titre a sous-performé le marché depuis le début de l'année et perdu 51% suite à sa performance en 2019 et en raison de son exposition au secteur des loisirs, pris dans la tourmente du Covid-19.

    Telenet, qui a été placé par Degroof Petercam et Kepler Cheuvreux parmi les valeurs les mieux armées face au coronavirus, a bondi de 4,49%. L'autre valeur télécoms du Bel 20, Proximus, a lâché 1,93% après son plongeon de 12,6% la veille.

    GBL a continué de progresser de 3,22% alors que les titres sous-jacents dans son portefeuille ont aussi remonté. Les analystes ont souligné que l'action du holding est malmenée en raison des participations dans des sociétés qui ont beaucoup souffert de la propagation du coronavirus dans le monde.

    Ontex a pris 7,77%. Le titre a signé sa dernière séance au sein du Bel 20. Lundi, la SIR Aedifica (+9,81%) prendra sa place dans l'indice.

    Sur le marché élargi, Titan Cement a progressé de 14,95%. Le plus important cimentier grec coté à Bruxelles a publié jeudi soir après la clôture des marchés ses résultats pour l'année 2019. Il a profité du redressement de l'économie grec et de la hausse de la consommation de ciment aux États-Unis. Viohalco, le spécialiste grec de la transformation de métaux et de la production de câbles, a pris 11,43% après ses résultats publiés jeudi soir.

    Care Property Invest a indiqué qu'il va acquérir pour 4,2 millions d’euros un complexe résidentiel pour personnes handicapées à Stembert. La SIR (Société Immobilière Réglementée) a pris 7,41%.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +5,14%

    AEX: +2,19%

    CAC 40: +5,01%

    Stoxx 600: +1,82%

  • Dernière séance pour Ontex au sein du Bel20

    Dans moins d'une heure, Ontex clôturera sa dernière séance au sein du Bel 20. Dès lundi, la SIR Aedifica prendra sa place dans l'indice, suite à la révision annuelle des indices d'Euronext.

  • Un espoir d'aide fait bondir les compagnies aériennes

    Aux Etats-Unis, la Maison blanche et le Congrès continuent de discuter de mesures de relance qui pourrait atteindre 1.000 milliards de dollars au total et inclure l’envoi direct de chèques aux contribuables.

    Parmi les valeurs directement concernées par le projet, les compagnies aériennes, qui pourraient bénéficier d’aides massives, sont en forte hausse: United Airlines est en tête du S&P 500, American Airlines et Delta Air Lines bondissent aussi. 

  • Forte hausse des croisiéristes à Wall Street

    Norwegian Cruise Line , Carnival et Royal Carribean Cruise progressent fortement à Wall Street. Les investisseurs semblent revenir sur ces titres qui ont chuté de plus de 70 % depuis le début de la crise du Covid-19.

  • Le jour des quatre sorcières

    Ce troisième vendredi du trimestre  marque aussi la séance des quatres sorcières,  qui indique l'expiration de quatre produits dérivés simultanément. Il s'agit des options sur les indices et les actions ainsi que des contrats à terme (ou "futures") sur les indices et les actions également. Sur les marchés, cette séance est synonyme de volatilité.

    La volatilité des marchés n'a cessé de progresser depuis le début de l'épidémie du Covid-19, avec un indice VIX qui a touché 84 points ce mercredi.

  • Le Trésor italien voit à ce stade le PIB reculer de 3%

    Le Trésor italien s'attend à ce stade à ce que l'économie de la péninsule se contracte d'environ 3% cette année, les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus ayant aggravé une situation déjà difficile, a appris Reuters auprès de deux sources proches du dossier.

    Les sources précisent cependant que cette prévision demeure très incertaine car elle se fonde sur l'hypothèse d'une levée progressive vers la fin avril des mesures de restrictions et de confinement qui pèsent sur l'activité économique. Au regard de ces incertitudes, le Trésor travaille sur une importante fourchette de prévision du produit intérieur brut, allant de -2% dans le meilleur des cas, à jusqu'à -3,7% dans la pire des hypothèses, selon l'une des sources.

  • | OPENING BELL |

    La Bourse de New York a ouvert en hausse vendredi, mais sous les niveaux promis en début de journée par les contrats à terme, un rebond prudent favorisé par les multiples mesures de soutiens monétaires et budgétaires annoncées ces derniers jours.

    • Dow Jones +0,82%
    • S&P 500 +0,82% 
    • Nasdaq +1,69%
  • L'économie italienne sera fortement impactée par le coronavirus

  • Accenture abaisse ses objectifs annuels

    Accenture   a abaissé ses prévisions pour l’exercice 2020 en raison de la pandémie de Covid-19. Le groupe de conseil en management, technologies et externalisation vise désormais un bénéfice par action ajusté compris entre 7,48 et 7,70 dollars, contre de 7,66 à 7,84 dollars précédemment. La croissance des revenus est prévue entre 3% et 6%, contre une précédente fourchette de 6% à 8%. Lien vers le communiqué

    Au deuxième trimestre, clos fin février, Accenture a réalisé un bénéfice net de 1,23 milliard de dollars, soit 1,91 dollar par action, à comparer avec 1,13 milliard de dollars, soit 1,73 dollar, un an plus tôt.

  • Le point sur la séance

    Wall Street est attendue en nette hausse dans le sillage des bourses européennes, qui effacent une partie de leurs pertes des quatre semaines précédentes grâce aux espoirs de voir les multiples mesures monétaires et budgétaires mises en œuvre face à la pandémie de coronavirus limiter l'ampleur et la durée du choc économique en cours.

    • Le Bel 20 gagne 5,13%.
    • Le Cac 40 prend 4,85%.
    • L'AEX grimpe de 3%.
    • Les contrats à terme sur les principaux indices américains signalent une ouverture en hausse de plus de 2%.

    "La vitesse et l'agressivité avec lesquelles les autorités déploient des mesures pour amortir les retombées économiques du virus et semer les graines d'une reprise rapide ont résonné sur les marchés boursiers", a déclaré Ray Attrill, responsable de stratégie chez NAB.

    La quasi-totalité des grands secteurs de la cote européenne bénéficient du regain d'appétit des investisseurs pour les actifs risqués: celui des transports et du tourisme, massacré ces dernières semaines, reprend 9,4%, celui de la construction 7,5% et celui de l'assurance 6,63%. Le compartiment de l'énergie profite de la remontée du prix du baril et s'adjuge 6,91%.

    "Mais cette séance a tout du piège: c'est une séance 'des 4 sorcières', c'est-à-dire d'échéances des contrats mensuels et trimestriels sur les options et futures (contrats à terme NDLR), ce qui promet de la volatilité et des volumes élevés dans le contexte actuel", avertit toutefois Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * Le rebond des actions mondiales devrait profiter à l'ensemble des secteurs, à commencer par ceux les plus durement touchés ces derniers jours. Les compagnies aériennes AMERICAN AIRLINES, DELTA AIR LINES, Spirit Airlines, UNITED AIRLINES et SOUTHWEST gagnent entre 7,6% et 14,4% en avant-bourse. Une proposition républicaine présentée au Sénat jeudi prévoit d'accorder 58 milliards de dollars (54,2 milliards d'euros) de prêts garantis aux compagnies aériennes mises en difficulté par la pandémie de coronavirus.

    * EXXON MOBIL et CHEVRON prennent chacun 7% en avant-bourse.

    * TESLA reculait de 8% dans les échanges après-bourse jeudi après avoir annoncé la suspension, à partir du 24 mars, de la production de l'usine de Fremont, en Californie, mettant fin aux dissensions avec les autorités californiennes, préoccupées par la propagation du coronavirus. Les immatriculations de véhicules du constructeur américain en Chine ont chuté de 35% sur un mois en février, selon les données du cabinet de conseil LMC Automotive.

    * BOEING a annoncé la démission de son conseil d'administration de Nikki Haley, ancienne ambassadrice des États-Unis à l'Onu, qui s'être opposée à la demande d'une aide gouvernementale de 60 milliards de dollars à destination de l'industrie aéronautique.

    * APPLE a limité les achats d'iPhone en ligne à deux unités par personnes dans de nombreux pays, dont les États-Unis et la Chine, afin, semble-t-il, d'éviter les reventes alors que le groupe a fermé l'ensemble de ses magasins en hors de Chine en raison du coronavirus.

    * YouTube, filiale d'ALPHABET, a annoncé vendredi qu'il allait réduire la qualité des vidéos en ligne dans l'Union européenne pour éviter une saturation du réseau alors que des millions de personnes sont passées au télétravail pour limiter la propagation du coronavirus.

  • Total annonce le rachat de Global Power Wind France

    Le groupe français Total   a annoncé, dans un communiqué, le rachat du spécialiste de l'éolien Global Wind Power France sans préciser le montant de l'opération. Le groupe pétrolier, qui renforce ses investissements dans le secteur des énergies renouvelables, précise que Global Wind Power France détient un portefeuille de plus de 1.000 mégawatts (MW) de projets éoliens terrestres, dont 250 MW seront mis en service à l'horizon 2025.

    Cette opération constitue le deuxième investissement de Total dans l'éolien en deux jours.

    Total projette d'investir environ deux milliards d'euros par an dans les énergies faiblement carbonées et d'augmenter sa capacité de production à environ 25 gigawatts (GW) d'ici 2025, contre environ 3 GW actuellement.

  • La Belgique veut lever jusqu'à 3 milliards d'euros avec une émission obligataire

    L'Agence fédérale de la dette a annoncé que l'État belge souhaite lever entre 1,5 et 3 milliards d'euros lundi. Lien vers le communiqué

    Elle proposera des obligations à échéance de 4, 10 et 30 ans. L'enchère sera un test important de l'intérêt des grands investisseurs pour les obligations d'État belges. Les taux d'intérêt à long terme ont fortement augmenté au cours des deux dernières semaines, de nombreux investisseurs préférant les espèces.

  • Tiffany accuse une légère baisse de son résultat net

    Tiffany   a publié, pour son quatrième trimestre comptable (clos fin janvier), un bénéfice net en légère baisse (-2%) à 201 millions de dollars, soit 1,66 dollar par action. Lien vers le communiqué

    Sur l'ensemble de l'exercice 2019, les ventes sont restées stables, à 4,4 milliards de dollars, pour un bénéfice net de 541 millions de dollars, soit 8% de moins que pour l'exercice précédent.

  • Casino dépasse son objectif de cession avec la vente de Leader Price

    Le distributeur Casino   a dépassé son objectif de signer pour 2,5 milliards d'euros de cessions entre juin 2018 et la fin du premier trimestre de cette année, après la conclusion, annoncée vendredi, d'un accord avec Aldi France pour la vente de trois entrepôts et de 567 magasins Leader Price dans l'Hexagone, et ce, pour une valeur d'entreprise de 735 millions d'euros.

    "C'est plutôt une bonne nouvelle. Le marché commençait à s'impatienter car les tractations avec Aldi ont pris du temps. Au final la cession se fait à un bon prix", commente Clément Genelot, analyste de Bryan Garnier. Même si le groupe ne donne pas de date, la finalisation de l'opération pourrait intervenir avant la fin de l'année, estime l'analyste, sous réserve de l'obtention de l'autorisation de l'Autorité de la concurrence.

  • Les actions immobilières belges les plus injustement massacrées

  • Effondrement de l'activité pour Intercontinental Hotels

    La chaîne britannique hôtelière Intercontinental (IHG)  et le croisiériste américain Carnival  ont annoncé subir de plein de fouet l'impact financier du coronavirus qui les contraint à stopper des activités. "Le moment est sans précédent" et "la demande dans les hôtels est actuellement au plus bas que nous ayons jamais vu", résume Keith Barr, directeur général de IHG, qui possède les enseignes InterContinental, Holiday Inn et Crowne Plaza.

    En raison des mesures de confinement et des restrictions sur les voyages dans de nombreux pays, le revenu par chambre disponible (RevPAR), indicateur clé du secteur hôtelier, va plonger de 60% au mois de mars, prévient IHG. Il s'attend même à ce que la chute soit encore plus sévère sur les marchés les plus paralysés.

  • Pendant ce temps, du côté du bitcoin

    Au cours des quatre derniers jours, le bitcoin a grimpé de près de 35% à 6.652 dollars. Et le mouvement s'est accéléré ces dernières 24 heures.

  • Les demandes de chômage aux USA pourraient dépasser les 2 millions

    Les demandes de prestations de chômage aux États-Unis devraient atteindre un record de 2,25 millions cette semaine, selon une analyse de Goldman Sachs.

    Alors que les entreprises ferment leurs portes en raison des efforts de confinement liés au coronavirus, les allégations de chômage ont déjà augmenté de 70.000 à 281.000 pour la semaine jusqu'à samedi dernier, selon les données du département du Travail publiées jeudi. Il s'agit de la plus forte augmentation depuis l'ouragan Sandy en 2012. Mais Goldman Sachs s'attend à ce que la situation empire.

  • Le gouvernement allemand pourrait mettre la main au portefeuille

    Le gouvernement allemand envisage de créer un fonds de soutien aux entreprises en difficulté d'environ 500 milliards d'euros, qui pourra leur fournir des garanties voire leur apporter directement des capitaux, rapporte l'hebdomadaire Der Spiegel.

    Le projet reprend le modèle du Fond spécial pour la stabilisation des marchés, doté de 480 milliards d'euros, créé par Berlin pendant la crise financière pour venir en aide aux banques et qui pourrait être relancé si les elles se trouvent elles aussi en difficulté, précise l'article.

  • La croissance belge attendue en forte baisse

    La croissance de l'économie belge pourrait tomber de 1,4% en 2019 à 0,4% en 2020 en raison, essentiellement, de la crise du coronavirus, mais il faut s'attendre à pire, ressort-il de prévisions du Bureau du Plan, sur des hypothèses macroéconomiques finalisées le 11 mars dernier.

    Comme les mesures de lutte contre la propagation du virus annoncées après le 11 mars par les autorités et les entreprises, en Belgique et dans de nombreux autres pays européens, n'ont pas encore été prises en compte, "les risques à la baisse à court terme inhérents aux présentes perspectives sont considérables", prévient l'organisme indépendant. Les mesures de soutien annoncées depuis lors n'ont pas non plus été intégrées à l'exercice.

  • "Le temps de tout vendre est passé"

    "Alors que certains experts jugent qu'à partir de ces niveaux, les marchés d'actions pourraient encore chuter de 10% environ, plusieurs actions sont devenues manifestement bon marché. Le temps de tout vendre est passé."
    Frank Vranken
    stratégiste en chef de Puilaetco

  • L'UE n'exclut pas l'émission de "coronabonds"

    La Commission européenne envisage de recourir à tous les instruments à sa disposition, y compris l'assouplissement des règles d'endettement des États membres et l'émission d'obligations communes de la zone euro, pour faire face aux conséquences de l'épidémie de coronavirus, a déclaré sa présidente Ursula von der Leyen.

    Interrogée par la radio allemande Deutschlandfunk, elle a promis que tout serait fait pour soutenir l'économie. "Nous examinons tout - tout ce qui est utile dans cette crise sera utilisé".

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +5,48%

    BEL 20 +4,80%

    AEX +4,12%

  • Kepler Cheuvreux ajuste le tir sur plusieurs valeurs belges

    Kepler Cheuvreux a réduit son objectif de cours pour Kinepolis   ("acheter") et Barco  ("acheter"), à respectivement 60 et 190 euros. L'objectif de cours pour Ascencio   recule à 48 euros contre 55 euros précédemment.

    Le courtier a relevé, par ailleurs, sa recommandation pour Elia   à "acheter", contre "conserver" auparavant. L'objectif de cours passe de 90 à 95 euros.

  • Pas de dividende extraordinaire chez Volvo Group

    Si le constructeur de camions Volvo versera effectivement un dividende ordinaire de 5,50 SEK pour 2019, la proposition de verser un dividende supplémentaire de 7,50 SEK a été annulée par son conseil d'administration. Celui-ci évoque "l'incertitude générale et les mesures prises pour ralentir la propagation de Covid-19 et leurs effets sur le groupe Volvo".

    Le groupe suédois indique avoir une situation financière solide et une bonne liquidité, mais que l'environnement des affaires a radicalement changé depuis la formulation de la proposition d'un dividende extraordinaire. Lien vers le communiqué

  • La banque centrale de Norvège abaisse également son taux d'intérêt à un niveau historique

    La Banque de Norvège a ramené vendredi son taux directeur à un plus bas historique, en l'abaissant de 0,75 point à 0,25%, afin de soutenir l'économie du pays touchée par les répercussions du nouveau coronavirus et par la chute du prix du pétrole.

    La banque centrale, qui avait déjà décidé une baisse surprise de 0,5 point de son taux vendredi dernier, "n'exclut pas que le taux puisse être réduit encore davantage" à l'avenir, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

  • RTL Group reporte son assemblée générale

    Le groupe de médias luxembourgeois RTL   ne tiendra pas son assemblée générale en avril comme d'habitude, mais uniquement le mardi 30 juin, en raison de la crise sanitaire actuelle. Lien vers le communiqué

    Par effet de ricochet, le versement du dividende de 4 euros par action est également reporté, au 7 juillet 2020.

  • La Banque d'Angleterre annule le "stress test" annuel des banques

    La Banque d'Angleterre (BoE) a annoncé qu'elle annulait le test de résistance de cette année pour les huit grandes banques et sociétés de crédit immobilier afin de leur permettre de se concentrer sur l'octroi de prêts pendant la crise des coronavirus. "Le stress test de 2019 a montré que le système bancaire britannique était résilient à de profondes récessions simultanées au Royaume-Uni et dans les économies mondiales qui sont globalement plus sévères que la crise financière [de 2008]", indique la banque centrale dans un communiqué.

    La BoE a également déclaré qu'elle retardait d'autres rapports réglementaires sur la liquidité bancaire et le risque climatique, ainsi qu'une étude sur les fonds d'investissement à capital variable.

  • Gimv n'est plus actionnaire majoritaire de Grandeco

    Chez Grandeco Wallfashion Group Belgium, un des principaux producteurs de papier peint décoratif, une réorganisation de l'actionnariat a lieu. Le fonds de private equity Down2Earth Capital (D2E) acquiert la participation majoritaire de Gimv  . Cependant, Gimv et la direction restent à bord "et réinvestissent considérablement".

    Gimv est dans le capital de Grandeco depuis 2007 et a réalisé un retour sur investissement positif sur toute la durée. "La transaction a un impact limité sur la valeur liquidative de Gimv au 30 septembre 2019", explique le groupe dans un communiqué.

  • LVMH envisage d'acheter des actions Tiffany sur le marché

    Le géant français du luxe LVMH  , qui a signé fin 2019 un accord définitif en vue de l'acquisition de Tiffany   pour un montant de 135 dollars par action, envisage d'acheter des titres du joaillier américain directement sur le marché, leur valeur étant devenue inférieure au prix de rachat conclu, rapporte Bloomberg en citant des sources proches du dossier.

    Selon ces sources, LVMH a fait part de cette réflexion au conseil d'administration de Tiffany, qui pourrait lui donner l'autorisation d'acheter des actions sur le marché, après la publication des résultats du quatrième trimestre de son exercice achevé en janvier, prévue ce vendredi. LVMH n'a pas encore pris de décision définitive, étudiant la faisabilité d'une telle opération sur le plan juridique.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes devraient poursuivre leur rebond vendredi à l'ouverture, les mesures de soutien massif à l'économie annoncées par les banques centrales ayant finalement ramené un peu de calme sur les marchés financiers. Le vif rebond du pétrole constitue un autre élément de soutien.

    → En Europe, les contrats à terme signalent une hausse de 2,16% pour l'EuroStoxx, de 1,95% pour le Cac 40 à Paris, de 1,94% pour le Dax à Francfort et de 2,37% pour le FTSE à Londres.

    "Cette semaine, nous avons vu le Dow toucher un creux de trois ans, les prix du pétrole se replier à un plus bas depuis 2003, et même si avons vu un beau rebond sur les cours hier, cela reste une semaine horrible pour l'or noir - et le vrai or n'a, quant à lui, pas joué son rôle de valeur refuge, pour tomber à un creux de près de six mois", constate Michael Hewson, analyste marchés chez CMC Markets.

    "Pour l'instant, le dollar américain est le seul endroit où les gens veulent être, ce qui rend le rebond d'hier sur les marchés d'actions un peu suspect et il est bien prématuré de penser que nous avons touché un seuil à court-terme, après cinq semaines de déclin".

    Très recherché car très liquide, le dollar rétrocède un peu du terrain gagné ces derniers jours. L'indice mesurant ses fluctuations face à un panier de devises de référence recule de 0,7%. L'euro en profite pour regagner 0,5%, à 1,0763 USD, après être tombé à un plus bas de près de trois ans.

  • L'avenir du marché pétrolier dans les mains de Trump?

    Les prix du pétrole continuent de monter en flèche alors que le président Trump a annoncé qu'il s'immiscerait dans la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie. Aux États-Unis, de plus en plus de voix - y compris de politiciens - se lèvent pour aider l'industrie pétrolière locale. Les États-Unis ont également annoncé qu'ils reconstitueraient leurs réserves stratégiques en achetant 30 millions de barils de pétrole américain.

  • Le bilan de la Fed inscrit un nouveau record

    Le bilan de la Réserve fédérale américaine a atteint cette semaine un montant sans précédent de 4.700 milliards de dollars (4.400 milliards d'euros), conséquence des multiples mesures exceptionnelles mises en œuvre pour tenter de limiter les ravages économiques causés par la pandémie de coronavirus, montrent les chiffres publiés par la banque centrale.

    4.700
    milliards de dollars
    Le bilan de la Réserve fédérale américaine a atteint cette semaine un nouveau record.

    Les emprunts des banques au guichet d'escompte de la Fed ont bondi à 28 milliards de dollars cette semaine, leur plus haut niveau hebdomadaire depuis 2009, contre 11 milliards la semaine dernière, après la réduction du taux de ses prêts et l'appel lancé par l'institution aux établissements financiers pour les encourager à maintenir les flux de crédit aux entreprises et aux ménages.

    "La Réserve fédérale est encouragée par l'augmentation notable des emprunts au guichet d'escompte cette semaine, les banques démontrant leur volonté d'utiliser le guichet d'escompte comme source de financement pour soutenir le flux des crédits aux ménages et aux entreprises", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo pour suivre ensemble les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce vendredi 20 mars 2020.

    Les investisseurs se préparent une nouvelle séance très volatile en cette journée "des quatre sorcières". Rappelons que ce phénomène technique, qui marque l'expiration concomitante de plusieurs types de contrats et options sur indices et actions, génère d'importants flux sur les marchés. Les contrats à terme sur les indices européens montrent pour l'instant une ouverture en hausse.

    ©Photo News

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés