1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 franchit la barre des 3.400 points

Les marchés d'actions européens terminent en forte hausse, les investisseurs pariant toujours sur une reprise graduelle des économies et sur des nouvelles mesures de soutien de la BCE. Lufthansa brille à Francfort. Le Brent de retour sur les 40 dollars.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve jeudi pour une nouvelle séance.

    Au programme: La conférence de la BCE monopolise l'agenda. A suivre malgré tout, les données sur l'emploi aux USA, les ventes au détail en zone euro et les résultats (après bourse) de Slack.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les Bourses européennes ont de nouveau terminé en forte hausse et confirmé leur retour aux niveaux de début mars, une nouvelle série d'indicateurs économiques ayant conforté le sentiment général de foi en la reprise économique, conforté par le soutien massif des banques centrales.

    À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 3,36% (163,41 points) à 5.022,38 points, sa première clôture à plus de 5.000 points depuis le 6 mars, ramenant ainsi son repli depuis le début de l'année à 16%. A Londres, le FTSE 100 a gagné 2,64% et à Francfort, le Dax a progressé de 3,88%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 3,5%, le FTSEurofirst 300 2,52% et le Stoxx 600 2,54%. Ce dernier affiche sept clôtures positives sur les huit dernières séances et un rebond de plus de 37% par rapport à son point bas du 16 mars.

    A Bruxelles, le Bel 20 a franchi la barre de 3400 points et repris 35% depuis son point bas atteint le 17 mars, grâce à AB Inbev (+7,72%), Ageas (+6,32%) et les valeur bancaires.

    Les plus fortes hausses sectorielles du jour en Europe ont profité aux secteurs de l'assurance, qui a bondi de 6,77%, de l'automobile (+4,38%) et des banques (+4,16%). Parmi les grands assureurs, Axa a pris 9,89% après avoir annoncé une simple réduction de son dividende alors que certains analystes craignaient une annulation pure et simple. Dans son sillage Allianz a gagné 8,51% et Generali 4,89%. Selon une source proche de Leonardo Del Vecchio, l'homme d'affaires n'envisagerait pas de rapprochement entre Generali et Axa.

    Dans l'automobile, Renault s'est adjugé 10,3% après l'officialisation du prêt bancaire de cinq milliards d'euros garanti par l'Etat français.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +3,22% à 3427,24 points

    AEX: + 2,78% à 561,30 points

    CAC 40: + 3,36% à 5022,38 points

  • Le Bel 20 franchit les 3400 points

    Porté par le rebond d'AB InBev , Ageas et les valeurs bancaires, l'indice est repassé au dessus de 3400 points, à un plus haut de trois mois. Le Bel 20 a repris 35% depuis son point bas atteint le 17 mars.

  • La Banque du Canada maintient son taux directeur à 0,25%

    La banque centrale canadienne a annoncé le maintien de son taux directeur à 0,25%, son niveau le plus bas, estimant que l'impact de la crise du coronavirus sur l'économie mondiale "semble avoir atteint un sommet". 

     "L'économie canadienne semble avoir évité le scénario le plus pessimiste", estime par ailleurs la banque centrale, jugeant toutefois que "l'incertitude concernant le déroulement de la reprise reste élevée". 

  • Tiffany pénalisé en Bourse, doutes sur son mariage avec LVMH

     Le joaillier Tiffany démarre une nouvelle séance difficile à Wall Street, affectée par des informations de presse faisant état de doutes sur une finalisation de son rachat par le géant français du luxe LVMH. 

    Les marchés réagissent un article paru dans le magazine spécialisé dans la mode WWD, affirmant que LVMH s'interroge sur la nécessité ou non de conclure l'acquisition de Tiffany.  D'après le magazine, un conseil d'administration du groupe français s'est tenu mardi soir à Paris sur l'avenir de cette transaction à 16,2 milliards de dollars annoncée en novembre dernier.  LVMH s'inquiète de l'impact sur Tiffany de la pandémie de coronavirus et des manifestations contres les injustices raciales en cours aux Etats-Unis après la mort de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans interpellé par la police de Minneapolis, d'après WWD qui cite des sources anonymes proches du dossier.  Le propriétaire de Louis Vuitton, de Bulgari et de Dior s'interroge également sur la dette de Tiffany.  LVMH n'a fait état ni de ses doutes ni de ses craintes à Tiffany, ont indiqué à l'AFP des sources bancaires sous couvert d'anonymat. 

  • Wall Street continue de profiter des signes de reprise

    La Bourse de New York est en hausse en début de séance mercredi, tirée par l'optimisme ambiant sur la reprise de l'activité économique dans les pays touchés par la pandémie de coronavirus.  Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 231,98 points, soit 0,9%, à 25974,63, au plus haut depuis le 6 mars.  Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,83% à 3106,44 et le Nasdaq Composite prend 0,5% à 9.656,73 points, confirmant son retour sur ses niveaux du 21 février.  Le Nasdaq n'a enregistré, comme le S&P, qu'une seule baisse sur les sept dernières séances et il n'est plus qu'à 1,9% de son record absolu du 19 février (9.838,37 points).  

    La perspective d'un retour progressif à la normale de l'activité économique après les perturbations liées au confinement continue de l'emporter sur les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine comme sur les manifestations parfois violentes qui se poursuivent dans de nombreuses villes américaines.  L'amélioration de la conjoncture a été illustrée par les résultats meilleurs qu'attendu de l'enquête mensuelle d'ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis, avec 2,76 millions d'emplois détruits en mai alors que le consensus Reuters tablait sur 9,0 millions.  Le marché surveillera  le chiffre de l'indice ISM d'activité dans le secteur américain des services.  

    Le producteur de semi-conducteurs Microchip Technology gagne 8,62% au lendemain du relèvement de sa prévision de chiffre d'affaires et de bénéfice pour le trimestre en cours.  

    L'opérateur de services de VTC Lyft prend 8,87% après avoir fait état d'un rebond de son activité en mai grâce à la levée des mesures de restriction des déplacements dans de nombreuses villes. 

  • OPENING BELL

    Wall Street ouvre en hausse: Dow Jones +0,85%, Nasdaq +0,45% 

  • La Bourse de New York attendue en hausse

    La Bourse de New York est attendue en hausse et les actions européennes progressent à mi-séance mercredi, la multiplication des signes d'amélioration de la situation économique après le trou d'air du "grand confinement" continuant de soutenir l'appétit pour les actifs risqués.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,10% environ pour le Nasdaq, qui se rapproche de son record de février, et de plus de 0,9% pour le Dow Jones et de 0,6% pour le Standard & Poor's 500.

  • La Bourse de Moscou étend ses heures d'ouverture

    Alors que la tendance en Europe est de raccourcir la durée de la séance de bourse, celle de Moscou évolue dans la direction opposée alors qu'elle a déjà l'une des plus longues journées de négociation (de 9h30 à 19h).

    À partir du 22 juin, les clients pourront traiter des actions jusqu'à 23h50 et ceci à partir de 10h. La séance de bourse sera donc près de cinq heures plus longue et plus de deux fois plus longue que celle de la Bourse de New York.

    La Bourse de Moscou entend ainsi répondre à la demande des investisseurs privés, dont l'intérêt pour les actions s'est nettement accru.

  • USA: Les créations d'emplois meilleures que prévu en mai

    Les résultats de l'enquête du cabinet ADP sur l'emploi américain montre que le secteur privé a détruit 2,76 millions d'emplois en mai, contre un consensus de 9 millions de jobs supprimés et 20,236 millions pour la période précédente.

     

  • Warner Music lève 1,9 milliard de dollars avec son IPO

    Warner Music Group, troisième plus grande maison de disques au monde, a annoncé mercredi que son introduction en Bourse avait permis de lever 1,93 milliard de dollars (1,73 milliard d'euros), ce qui en fait la plus importante IPO de l'année jusqu'à présent aux Etats-Unis.

    Le label, qui prévoyait initialement de proposer 70 millions de titres, a finalement relevé son offre pour placer 77 millions d'actions existantes au prix de 25 dollars l'unité, ce qui le valorise 12,75 milliards de dollars.

    Warner, qui édite des artistes tels que Cardi B, Ed Sheeran et Bruno Mars, avait fixé une fourchette de prix de 23 à 26 dollars par action pour son IPO.

    Le relèvement de l'offre semble témoigner d'un appétit renouvelé des investisseurs pour les IPO, dont le marché a été gelé à partir du mois de mars en raison du plongeon des Bourses mondiales provoqué par l'épidémie liée au nouveau coronavirus.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    La pression acheteuse ne faiblit pas sur les marchés, les investisseurs pariant sur une reprise graduelle des économies et de nouvelles mesures de la BCE jeudi.

    La Banque centrale européenne pourrait annoncer demain une extension conséquente de ses rachats d'actifs pour soutenir l'économie de la zone euro face à la crise.

    Le rebond de l'activité des secteurs des services en Chine est également de nature à rassurer les intervenants, ce qui relègue au second plan les tensions commerciales entre Pékin et Washington ou encore les émeutes aux Etats-Unis.

    Les gains varient entre 1,22% à Amsterdam et 2,38% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 prend 1,78% et le Stoxx 60 1,18%.

    L'appétit général pour les actifs risqués pénalise le billet vert, ce qui porte l'euro à 1,12 dollar.

    Wall Street est attendue en hausse, de 0,6% pour l'indice Dow Jones, de 0,4% pour le S&P 500 et de 0,3% pour le Nasdaq.

  • Lufthansa: +4,3%

    L'action Lufthansa prend plus de 4% à la bourse de Francfort.

    Lufthansa, qui a fait état mercredi d'une perte nette de 2,1 milliards d'euros au premier trimestre, s'est engagé à restructurer en profondeur ses activités après avoir bénéficié d'une aide publique de neuf milliards d'euros.

  • Francis Lambiliotte (Hamon) épinglé par la FSMA

    Francis Lambiliotte, l'ancien vice-président de Hamon , a tardivement signalé des transactions sur la part du même nom via ses véhicules Sopal et Frabelco. Le délai légal de déclaration à la FSMA est de trois jours ouvrables. Chez Sopal et Frabelco, les délais ont varié de 1 jour à 1 an. Les transactions concernées ont eu lieu en 2018 et début 2019.

    Dans le cadre d'un règlement transactionnel, Lambiliotte verse 50.000 euros à la FSMA.

  • Après le mauvais film du Covid-19, Kinepolis rouvre ses portes

  • KBCS et ING partagés sur Avantium

    Les analystes reviennent ce matin sur le deal annoncé par Avantium (voir post de 08h01).

    > Wim Host de KBC Securities n'est pas très enthousiaste, malgré le contrat d'une valeur de 3 millions d'euros. "C'est un beau contrat mais cela ne change pas notre vision sur l'entreprise. Nous restons inquiets pour les financements futurs d'Avantium. Nous nous souvenons que l'entreprise a indiqué lors de la présentation de ses résultats annuels 2019 qu'elle anticipait une consommation de trésorerie de moins de 25 millions d'euros en 2020, ce qui laisse supposer qu'Avantium dispose de fonds jusqu'à la fin 2021. Ceci en l'absence d'autres investissements comme la construction d'une usine, un projet de 150 millions d'euros. Avantium mettra des années avant d'être profitable, ce qui implique donc qu'elle aura à coup sûr besoin d'une quantité considérable de nouveaux financements à terme." Le conseil reste à "réduire" avec un objectif de cours de 1,75 euro.

    > ING s'attend à ce que le chiffre d'affaires de la filiale Avantium Catalysis reste sous pression cette année, malgré le deal annoncé ce matin. La recommandation d'achat est maintenue, avec un objectif de cours de 12,9 euros.

    Avantium gagne 2,69% à 7,64 euros.

  • La contraction de l'activité en zone euro s'atténue mais...

    L'activité du secteur des services en zone euro a subi en mai une nouvelle contraction toujours en proie aux retombées de l'épidémie et bien que les signes pointent vers une amélioration, le retour à une croissance de l'économie pourrait prendre plusieurs mois.

    L'indice PMI composite, qui reflète l'évolution de l'activité des services et de l'industrie manufacturière en zone euro, est remonté à 31,9 après un plus bas historique de 13,6 le mois précédent, montrent mercredi les résultats définitifs des enquêtes d'IHS Markit auprès des directeurs d'achats.

    Il est supérieur à l'estimation initiale de 30,5 mais reste une nouvelle fois sous le seuil de 50, qui sépare la contraction d'une expansion de l'activité.

    Le PMI du seul secteur des services est remonté à 30,5 après un creux à 12,0 en avril et 28,7 en estimation flash.

    "L'ampleur du ralentissement de la zone euro a été mise en évidence par un nouveau mois de contraction de l'activité des pays qui la composent. Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro devrait donc baisser à un rythme sans précédent au deuxième trimestre, accompagné de la plus forte hausse du chômage de l'histoire du bloc."
    Chris Williamson
    Economiste en chef chez IHS Markit

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes sont en hausse, les espoirs des investisseurs d'une reprise de l'économie continuant d'alimenter la tendance positive des derniers jours qu'aucun obstacle ne semble troubler.

    Les progressions sont comprises entre 1,35% à Amsterdam et 1,69% à Francfort. L'Euro Stoxx gagne 1,46% et l'indice Stoxx 60 1,13%.

    Tous les secteurs pointent dans le vert, avec en tête les assureurs (+3,2%), les autos (+3%) et les banques (+2,36%).

    "Les marchés financiers résistent à tout. La réalité, c’est que l'action des banques centrales immunise les marchés financiers pour très longtemps. On peut tout à fait avoir de mini-cycles de bear market, mais il est très improbable d'être confronté à une crise massive et durable. Nous sommes dans une fuite en avant en terme de politique monétaire qui devrait pour le moment continuer de profiter aux bourses mondiales."
    Les analystes de Saxo Banque

  • EVS dans les recos du jour

    KBC Securites ajuste son conseil sur EVS à "accumuler" contre "conserver". L'objectif de cours passe à 20 euros contre 17 euros.

    L'analyste Guy Sips de KBC Securities indique avoir adapté son approche sur EVS.

    Si les trois grandes activités du groupe spécialiste de l'image ont été impactées par la crise du corona, EVS a vu la demande pour ses serveurs pilotés à distance fortement augmenter, précise-t-il. Le groupe a également accéléré le développement des nouvelles techniques pour soutenir ses clients dans leurs défis. Et l'acquisition d'Axon, le quatrième pilier d'EVS, devrait se traduire par une transformation significative des activités d'EVS, ce qui lui permettra d'augmenter sa taille d'environ 20%.

    EVS gagne 7% à 16,06 euros.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés d'actions européens ouvrent en hausse, les investisseurs pariant toujours sur un rebond rapide des économies après la pandémie de coronavirus.

    Les gains varient entre 0,9% et Bruxelles et 1,20% à Amsterdam. L'Euro Stoxx 50 gagne 1,02% et le DJ Stoxx 600 de 0,76%.

    Aux valeurs,

    > Avantium bondit de 7% après son deal avec l'Arabie saoudite.

    > D'Ieteren  a annoncé des mesures de restructuration progresse de 1,47%. Le titre est par ailleurs coté ex-dividende.

    > Kinepolis grimpe de 1,3%. L'exploitant de salles de cinémas va rouvrir dans un certain nombre de pays.

    > Renault gagne plus de 5% après l'officialisation de la mise en place du prêt de 5 milliards d'euros garanti par l'Etat français.

    > Axa progresse de 4%, malgré sa proposition de diviser par deux le dividende 2019.

    > TUI engrange 7%, en réaction à l'annonce d'un accord avec Boeing.

    > LVMH grappille de 0,5%, après des informations de presse selon laquelle le groupe de luxe remet en question son offre de rachat de Tiffany.

  • |Opening bell|

    • Amsterdam: +1,07%
    • Bruxelles: +0,79%
    • Paris: +1,07%
    • Francfort: n.c.

    • Euro Stoxx 50: +0,97%
    • DJ Stoxx 600: +0,71%

  • Restructuration chez D'Ieteren

    La société holding D'Ieteren annonce des mesures de restructuration chez D'Ieteren Auto, "pour contrer les impacts de la crise sanitaire actuelle et ses effets à long terme sur la demande et le comportement de la clientèle".

    Dans ce cadre, D'Ieteren a l’intention de cesser l’activité des Contacts Centers à Kortenberg, les test drives étant aujourd’hui majoritairement organisés au niveau local par les concessionnaires à la demande des clients. La direction envisage également de se désengager des activités d’importation des produits Yamaha en Belgique et au Grand-Duché du Luxembourg, exercées actuellement par D’Ieteren Sport, et de chercher un repreneur pour ces activités.

    Ces mesures se traduisent par la suppression de 211 emplois au sein de D’Ieteren SA, de D’Ieteren Sport SA et de Volkswagen D’Ieteren Finance SA.

  • Lufthansa a perdu 2,1 milliards d'euros au premier trimestre

    Lufhansa qui voit son plan de sauvetage enfin approuvé tant au niveau allemand qu'avec l'Europe, fait état mercredi d'une perte nette de 2,1 milliards d'euros au premier trimestre.

    Selon l'entreprise, l'arrêt ces derniers mois du trafic aérien a eu des "répercussions sans précédent" sur le groupe, indique dans un communiqué, Carsten Spohr, le CEO.

    Le titre est en baisse de 0,9% dans les échanges d'avant bourse.

  • Tiffany: -9%

    Le géant français du luxe LVMH a réuni mardi son conseil d'administration à Paris pour discuter de son offre de rachat du joaillier américain Tiffany dans le contexte de dégradation du marché américain liée à la pandémie de coronavirus, rapporte WWD, publication spécialisée du secteur de la mode.

    L'action Tiffany a chuté de 9% mardi à Wall Street.

  • Briefing d'avant bourse

    Le rally des marchés d'actions ne montre aucun signe d'essoufflement et les bourses européennes sont de nouveau attendues en hausse, les investisseurs continuant de miser sur une redémarrage de l'activité économique avec la fin progressive des mesures de confinement prises pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

    Les contrats à terme signalent une hausse de 1,34% pour l'EuroStoxx50, de 1,28% pour le Dax à Francfort et de 1,38% pour le CAC 40 parisien.

    Ce rally, observé sur l'ensemble des marchés d'actions, est lié à la levée progressive des mesures de confinement à travers le monde qui favorise la reprise de l'économie mondiale, stoppée net par la pandémie.

    Récemment, plusieurs indicateurs économiques ont montré une légère amélioration de la conjoncture.

    Très suivi, l'indice PMI chinois Caixin/Markit - publié ce matin - montre que l'activité du secteur des services avait rebondi en mai à 55,0 contre 44,4 en avril, à un plus haut depuis la fin d'année 2010. Il se trouve pour la première fois depuis janvier au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

    En Europe, les indices PMI définitifs pour le mois de mai, attendus dans la matinée, devraient confirmer la légère embellie observée le mois dernier.

    Cet espoir de reprise économique l'emporte pour l'instant largement sur les risques liés au regain de tensions diplomatiques et commerciales entre Washington et Pékin ainsi que sur les incertitudes créées par les manifestations parfois violentes des derniers jours aux Etats-Unis.

  • Le Brent repasse la barre des 40 dollars

    Les cours du brut évoluent en hausse, le baril de Brent repassant la barre des 40 dollars pour la première fois depuis mars, portés par l'optimisme entourant une reprise de la demande et un accord prochain des grands pays producteurs sur une réduction de la production.

    Le baril de Brent avance de 1,3% à 40,07 dollars et celui du brut léger américain (WTI) bondit de 2,2% à 37,64 dollars.  

  • Avantium signe un deal avec l'Arabie saoudite

    Le groupe chimique Avantium qui travaille sur la production de plastiques "verts" annonce que sa filiale Avantium Catalysis a reçu une commande de plus de 3 millions d'euros du KAUST Catalysis Center (KCC) en Arabie saoudite. Le deal porte sur la fourniture de systèmes de tests pour catalyseurs chimiques.

    L'accord représente un montant important pour Avantium qui a réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires de 13,8 millions d'euros.

  • Kinepolis rouvre ses salles dans plusieurs pays

    Depuis la mi-mars et conformément aux recommandations des autorités locales, Kinepolis a fermé ses cinémas dans tous les pays où le groupe est actif. Depuis, le feu vert pour la réouverture des cinémas au mois de juin a été donné dans plusieurs pays européens.

    Lundi 1er juin, Kinepolis a ainsi pu rouvrir les portes de ses 18 cinémas aux Pays-Bas mais avec une capacité d’accueil limitée à 30 personnes par salle, comme l’imposent les directives. Le gouvernement néerlandais a par ailleurs précisé que cette limite sera revue au 1er juillet.

    En Espagne, les cinémas ouvriront progressivement leur portes, région par région, en commençant par Valence le 5 juin. En Suisse, au Luxembourg et en France, Kinepolis rouvrira ses cinémas à partir du 6, du 17 et du 22 juin respectivement. Ces réouvertures sont toutes soumises au respect du principe de distanciation physique à l’intérieur des cinémas et dans les salles de projection. À cet effet, un taux d’occupation maximal de 50 % de la capacité normale devra être respecté dans certains pays.

    Au Canada et aux États-Unis, les modalités de réouverture sont fixées par province ou Etat. Plusieurs ont annoncé viser une échéance vers la mi-juin. Kinepolis s’attend donc aussi à rouvrir ses cinémas nord-américains au cours du mois de juin.

    En Belgique Kinepolis attend encore l'accord du Conseil national de sécurité. Lors de sa réunion de ce mercredi il pourrait donner son feu vert pour la réouverture des salles obscures, mais rien n'est clair à ce stade.

  • Belfius rejoint Roularta et Rossel dans le capital d'Immovlan

    Belfius a annoncé mardi prendre une participation de 30%, dont le montant n'a pas été communiqué, au sein d'Immovlan. Le reste du capital de la plateforme immobilière demeure partagé entre Rossel et Roularta (35% chacun). Selon les trois actionnaires, l'ambition de cette manœuvre est de "faire d'Immovlan la plateforme immobilière digitale de référence sur le marché belge".

  • D'Ieteren ex-dividende

    L'action de la société holding D'Ieteren , active notamment dans la distribution automobile, est cotée ex-dividende de 1 euro brut ce mercredi.

  • Rebond de l'activité du secteur des services

    L'activité du secteur des services chinois a rebondi en mai pour progresser pour la première fois depuis janvier, alors que la deuxième économie mondiale se remet des mesures strictes imposées face à l'épidémie de coronavirus, selon une étude réalisée par Caixin/Markit.

    L'indice PMI des services calculé par Caixin/Markit a progressé à 55,0 le mois dernier contre 44,4 en avril, à un plus haut depuis la fin d'année 2010.

    Il se trouve pour la première fois depuis janvier au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

    Ce rebond du secteur, qui génère de nombreux emplois et représente environ 60% de l'économie chinoise, a été porté par la forte hausse des nouvelles commandes intérieures, compensant le déclin pour un quatrième mois consécutif des demandes à l'export.

  • Axa réduit son dividende 2019

    Le groupe Axa annonce sa décision de revoir à la baisse sa proposition de dividende pour l'exercice 2019. Répondant à la demande de l'Autorité européenne des assurances (EIOPA), le conseil d’administration propose désormais un dividende passant de 1,43 euro à 0,73 euro par action. Le conseil ajoute qu'il envisagera la possibilité de proposer un versement complémentaire au quatrième trimestre 2020 pouvant aller jusqu’à 0,70 euro par action. Ce montant correspond à une distribution exceptionnelle des réserves. Il dépendra des conditions de marché et règlementaires à cette période. 

    Le groupe a également fourni des estimations de l'impact de ses sinistres liés au Covid-19 sur son résultat opérationnel 2020:


    Assurance dommages: un coût total des sinistres d’environ 1,2 milliard d’euros après impôts et net de réassurance. Pôle le plus touché: l'assurance perte d’exploitation et annulation d’événements.
    Assurance vie, épargne, retraite et santé: peu d'impact.
    Mesures de solidarité: un impact d’environ 300 millions d’euros après impôts, incluant les couvertures étendues en santé et en invalidité pour les clients les plus vulnérables, principalement en France.

  • Hyloris Pharma bientôt cotée sur Euronext Bruxelles

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mercredi 3 juin.

    La biotech liégeoise créée par Stijn Van Rompay vient de dévoiler son intention de se faire coter sur Euronext Bruxelles. Une opération qui devrait être finalisée début juillet. Hyloris développe des produits pharmaceutiques avec l’objectif de mettre sur le marché le plus rapidement possible des médicaments reformulés à haute valeur ajoutée.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés