1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 limite la casse

Les bourses européennes ont terminé en forte hausse ce mardi grâce au soutien des banques centrales. Plusieurs autorités de surveillance des marchés, dont la FSMA, ont annoncé la suspension des ventes à découvert pour des dizaines de valeurs. Bond de Proximus et Colruyt.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mercredi pour une nouvelle séance.

    Au programme: la saison des résultats se termine doucement en Europe. À Bruxelles, on attend les résultats de Cenergy et de Care Property.

  • Résumé de la séance en Europe

    En hausse à l’ouverture, les principales Bourses européennes ont terminé en progression ce mardi. La volatilité est restée  forte alors que les investisseurs ont attendus des mesures budgétaires susceptibles de limiter l’impact économique de la pandémie de coronavirus.

    À Paris, le CAC 40 a pris 2,84% après avoir pris jusqu’à plus de 3% dans les premiers échanges. A Londres, le FTSE 100 a avancé de 2,79% et à Francfort, le Dax a progressé de 2,25%.

    L’indice EuroStoxx 50 a affiché un gain de 3,27%, le FTSEurofirst 300 a gagné 2,61% et le Stoxx 600 a pris 2,26%. 

    Le secteur des transports et du tourisme, l’un des plus touchés par les conséquences de l’épidémie de coronavirus, a chuté de 5,41%.  La maison-mère de British Airway, IAGEasyJet,Ryanair ont fort chuté.  Mais Air France -KLM a pris  1,23% Le segment aérien a chuté de plus de 50% au premier trimestre.

    Airbus a reculé de 8,64% après avoir annoncé la fermeture pour quatre jours de ses chaînes de production en France et en Espagne.

    Compass a dégringolé de 4,24%. Le géant britannique de la restauration collective, a abaissé ce mardi ses prévisions de résultat à cause de l'épidémie de coronavirus qui paralyse l'économie, et notamment ses clients dans le sport ou l'enseignement.

    Antofagasta a bondit de 16,05%. Le groupe minier a enregistré en 2019 une production de cuivre "record" et s'est dit "en bonne position" pour traverser l'épidémie de coronavirus.

    Iliad s'est distingué avec un bond de 19,28% après la publication de ses résultats annuels. L'opérateur de télécommunications s'est déclaré confiant quant à la poursuite de ses activités en Italie, et ce, malgré la pandémie de coronavirus.

    BioNTech a bondi  de 62,79%. Le groupe américain Pfizer a signé un accord avec la biotech allemande pour développer conjointement un vaccin potentiel contre le coronavirus, ont annoncé ce mardi les deux entreprises. 

    KPN a pris 15,80%, dans un mouvement de hausse pour les télécoms.

  • Résumé de la séance à Bruxelles

    Après une ouverture en hausse, la Bourse de Bruxelles n'est pas parvenue à conserver son rebond. Le Bel 20 a terminé sur un recul de 0,27% à 2.635,01 points.

    La FSMA, autorité belge des marchés financiers, a interdit la vente à découvert sur 17 actions qui avaient chuté de 10% ou plus lundi.

    Cette interdiction concerne, entre autres, AB InBevAgeasAedificaBarcoKBCKinepolisSolvac et WDP.

    Colruyt a été prisée par les investisseurs alors que le titre continue de bénéficier de l'effet du confinement, qui pousse les gens à vider les rayons des supermarchés. Le titre a progressé de 15,23%.

    Même sort pour Proximus, qui a flambé  de 20,99%, grâce au boom du trafic internet (à cause du télétravail).

    Les banques ont continué de reculer après leur plongeon de lundi, suite à la baisse des taux d'intérêt et les nouvelles mesures de plusieurs grandes banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine. KBC a perdu 0,55% et ING  0,21%. 

    AB InBev a reculé de 1,65%. JP Morgan a réduit son objectif de cours à 30 euros, contre 52,5 euros avant. La recommandation reste à "sous-pondérer". 

    Les plus forts reculs du Bel 20 ont été pour Barco (-12,06%) et pour les SIR WDP (-7,78% ) et Cofinimmo (-5,43%).

    Sur le marché élargi, Curetis a continué de flamber. Le titre de la biotech a bondi de 100% après un gain de plus de 80% la séance précédente, grâce à l'annonce de la mise à disposition d’un kit de test en temps réel certifié pour le coronavirus. Le kit de test a été développé et est fabriqué par le partenaire stratégique chinois de Curetis, BGI. 

    Les SIR ont connu une séance difficile, avec des reculs de 23,08% pour Qrf, de 18,82% pour Vastned Retail et de 11,29% pour Aedifica. Les titres se sont retrouvés au centre d'un mouvement de vente massif sur les marchés d'actions. Leur valorisation élévée a également poussé les investisseurs à des prises de bénéfice, selon l'analyste indépendant Gert De Mesure.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,27%

    CAC40:+2,84%

    DAX: + 2,25%

    Stoxx 600: + 2,26%

  • Proximus et KPN recherchés

    Proximus et KPN sont très prisés par les investisseurs. La séance est marquée par des recherches de sociétés qui tirent profit directement ou indirectement du coronavirus. Dans le cas des deux compagnies de télécoms, Proximus a annoncé une hausse de de la consommation du réseau fixe était de 50%, comparée à un lundi classique.  

  • Les cours de l'or remontent après la nouvelle injection de liquidités de la Fed

    Les cours de l'or, qui n'ont cessé de chuter depuis une semaine, sont repartis en hausse après l'annonce de la Réserve Féderale de New York d'une nouvelle injection de liquidités de 500 milliards de dollars sur le marché monétaire.

  • La Fed procède à une offre supplémentaire de 500 mds USD sur le marché monétaire

    L'antenne de la Réserve fédérale de New York, qui veille à ce que les marchés disposent de suffisamment de liquidités, a organisé mardi une nouvelle injection massive d'argent en offrant 500 milliards de dollars sur le marché monétaire, selon un communiqué.

    Cette opération de l'institution, qui est responsable de l'ensemble des opérations de marché au nom de la banque centrale américaine, s'ajoute au calendrier habituel. Elle "a pour but d'assurer que le montant des réserves reste ample et pour aider à un fonctionnement sans accroc des marchés de financement à court terme en dollars", précise le document.

    La Fed, qui a déjà procédé à une opération similaire lundi, intervient massivement depuis que la crise du coronavirus a rattrapé les Etats-Unis.

  • Moderna Therapeutics en forte hausse

    Moderna Therapeutics s'envole à Wall Street après avoir annoncé avoir procédé au premier test de son vaccin contre le coronavirus sur un homme mardi matin, à Seattle.

    La biotech a reçu vendredi dernier l'autorisation de la Food & Drug Administration (FDA) pour contourner exceptionnellement les tests normaux sur les souris afin de passer directement aux essais cliniques sur l'homme

  • Des distributeurs recherchés

    Que ce soit à Bruxelles, à Paris, à Amsterdam ou à Wall Street, les titres des distributeurs bondissent fortement. Les mesures de confinement de la population poussent les gens à vider les rayons des supermarchés.

    Colruyt est parmi les plus fortes progressions du Bel20.

    Ahold Delhaize se trouve parmi les plus fortes hausses de l'AEX.

    Carrefour est en tête du CAC 40, et Casino Guichard progresse aussi.

    A Wall Street, Walmart est en tête du Dow Jones.

  • Wall Street repasse dans le rouge

    L'indice vedette de Wall Street est passé dans le rouge peu après l'ouverture mardi et est repassé temporairement sous la barre symbolique des 20.000 points, peinant à rebondir au lendemain de sa plus lourde chute en plus de trente ans.

    Le Dow Jones Industrial Average recule de 0,43% à 20.101,19 points après s'être déjà effondré la veille de 12,9%, sa plus forte baisse depuis le Lundi noir d'octobre 1987.

    Le Nasdaq, à forte coloration technologique, qui s'était écroulé lundi de 12,3%, recule encore de 0,26% à 6.886,75 points. 

    L'indice élargi S&P 500 s'apprécie de 0,38% à 2.395,08 points après être aussi passé temporairement dans le rouge. Il avait plongé de 11,98% la veille.

  • Immobel acquiert une participation de 50% dans Mutli Tower à Bruxelles

    Le 16 mars 2020, Immobel   a acquis une participation de 50% dans Brouckère Tower Invest SA, titulaire des droits réels sur la Multi Tower située place de Brouckère au centre de Bruxelles. Immobel a acquis les parts du fonds d'investissement américain DW Partners.

    Les détails financiers n'ont pas été divulgués. La date d'achèvement des travaux de rénovation est prévue pour le T4 2021.

  • 2020 cumule déjà beaucoup de mouvements erratiques pour le S&P500

    Les variations inhabituelles du S&P500 de plus de 3% sont surtout survenues en 2008 durant la crise financière. Mais depuis cette année, ces épisodes se multiplient. 

  • USA: rebond de la production industrielle en février

    La production industrielle aux Etats-Unis a nettement rebondi en février (+0,6%), tirée par les secteurs des services publics et automobile, selon des données publiées par la Réserve fédérale (Fed). Ces chiffres ne reflètent pas encore l'impact de l'épidémie de coronavirus. Cette hausse est conforme aux attentes des analystes et intervient après un mois de janvier marqué par une baisse plus forte qu'initialement estimée (-0,5% contre -0,3%).

    • La production dans le secteur des services publics (chauffage notamment) a bondi de 7,1% sous l'effet de températures plus hivernales, effaçant toute la baisse enregistrée en janvier qui était liée à une météo inhabituellement clémente (-4,9%, chiffre révisé en baisse). 
    • La production dans le secteur automobile s'est également inscrite en nette hausse (+3,5%), de même que celle des biens de consommation (+1,7%), effaçant là encore la diminution du mois de janvier (-1,1%). A contrario, la production du secteur minier a diminué de 1,5%.
  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en hausse: Dow Jones +1,90%, Nasdaq +2,47%.

  • USA: baisse surprise des ventes au détail en février

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont subi une baisse inattendue en février alors que les ménages américains pourraient encore réduire leurs achats dans les mois à venir face à l'épidémie de coronavirus, montrent les statistiques publiées par le département du Commerce. Ce dernier a fait état d'un recul de 0,5% des ventes au détail après une hausse de 0,6% (révisée de +0,3%) le mois précédent. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,2% en février.

    Sur un an, les ventes au détail ont augmenté de 4,3% le mois dernier.

    En excluant l'automobile, l'essence, les matériaux de construction et les services alimentaires, les ventes au détail dites "core" ressortent inchangées en février alors que les économistes tablaient sur une hausse de 0,4%.

  • L'administration Trump veut un plan de soutien de 850 milliards de dollars

    L'administration Trump souhaite l'adoption aux États-Unis d'un plan de soutien de 850 milliards de dollars (environ 775 milliards d'euros) pour protéger l'économie américaine des conséquences de l'épidémie de coronavirus, a appris Reuters auprès d'un responsable américain, confirmant des informations du Washington Post. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin prévoit de discuter de ce plan mardi avec les sénateurs républicains.

    L'administration veut, via ce plan, agir sur les cotisations sociales et plusieurs autres mécanismes afin de fournir des liquidités à l'économie, selon le journal.

  • "Le rebond avorté des marchés? Un signe de faiblesse"

    "Les marchés européens ont connu un démarrage vigoureux, mais cet optimisme n'a pas duré longtemps. Quand les marchés n'arrivent pas à soutenir un rebond longtemps, c'est généralement un signe de faiblesse."
    David Madden
    analyste de CMC Markets

  • Le point sur la séance

    Wall Street pourrait ouvrir sur un rebond fragile tandis que les bourses européennes sont en baisse à la mi-séance après une ouverture dans le vert, les investisseurs restant fébriles en attendant une réponse budgétaire à la crise du coronavirus.

    • À Bruxelles, le BEL 20 perd 2,20%, après avoir ouvert sur une hausse de 3,93%.
    • Le CAC 40 perd 0,96%.
    • L'AEX perd 1,82%.
    • Les futures signalent une ouverture en hausse de 0,7% pour le Dow Jones. Le S&P-500 pourrait gagner 1,2% et le Nasdaq environ 1,6%.

    Sur le marché des devises, l'euro   retombe face au dollar, au lendemain d'une hausse et alors que les dernières décisions de la Réserve fédérale américaine (Fed) avaient affaibli le billet vert. "Les investisseurs considèrent toujours le dollar comme une destination privilégiée dans ce marché chaotique", a estimé Lukman Otunuga, analyste pour FXTM, alors que l'attrait de la devise américaine comme valeur refuge fait régulièrement débat parmi les commentateurs de marché.

  • Regeneron dit avoir identifié des anticorps

    La société américaine de biotechnologies Regeneron Pharmaceuticals   a annoncé ce mardi avoir identifié des centaines d'anticorps susceptibles de contribuer au traitement des patients contaminés par le coronavirus.

    Dans le sillage de cette annonce, le titre Regeneron bondit de 13,17%, à 499 dollars, dans les échanges d'avant-bourse à Wall Street, une évolution qui, si elle se maintient, lui permettrait d'enregistrer sa meilleure performance en ouverture depuis deux ans et demi.

    La biotech, partenaire du laboratoire pharmaceutique français Sanofi  compte sélectionner les deux anticorps les plus prometteurs afin de développer un traitement combiné dont elle prévoit de lancer la fabrication à grande échelle d'ici mi-avril.

  • Ouverture en légère hausse attendue à Wall Street

    Les futures sur les indices américains qui pointaient en hausse en fin de matinée ont effacé une partie de leurs gains vers 13h15. 

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING a confirmé, lundi soir, être en discussions avec la Maison-Blanche et le Congrès en vue d'une aide financière à court terme. Le titre a chuté de 24% lundi, portant à plus de 60% ses pertes sur un mois.

    * Les principales COMPAGNIES AÉRIENNES américaines cherchent à obtenir un plan de sauvetage gouvernemental de plus de 50 milliards de dollars, alors que la Maison-Blanche prépare dans l'urgence un ensemble de mesures budgétaires face à la forte chute de la demande dans le secteur due au coronavirus.

    * Les huit plus GRANDES BANQUES AMÉRICAINES ont annoncé lundi qu'elles auront recours au système de prêt d'urgence de la Réserve fédérale qui a ramené dimanche le taux d'escompte à 0,25% pour améliorer la liquidité du système financier.

    * AMAZON a déclaré lundi qu'il allait recruter 100.000 employés pour ses entrepôts et ses livraisons aux États-Unis afin de faire face à un bond des commandes en ligne, de nombreux consommateurs se tournant vers internet depuis le début de l'épidémie de coronavirus.

    * APPLE - Jefferies a abaissé son objectif de cours de 50 dollars, à 320 dollars, tout en réaffirmant sa recommandation d'achat, après avoir réduit ses estimations de résultats pour l'exercice en cours.

    * WALMART - Oppenheimer a relevé sa recommandation à "surperformance", contre "performance en ligne", en soulignant que le titre surperformait le marché en période de récession aux États-Unis et que le groupe de grande distribution était mieux armé que d'autres pour s'adapter à l'évolution du comportement des consommateurs face à l'épidémie de coronavirus. L'action Walmart gagnait 3,1% dans les premiers échanges en avant-bourse.

    * PFIZER a signé un accord avec l'allemand BioNTech pour développer conjointement un vaccin potentiel contre le coronavirus, ont annoncé ce mardi les deux entreprises. À Francfort, le titre BioNTech prenait plus de 40% en matinée.

    * UBER TECHNOLOGIES - La plate-forme de VTC a suspendu ce mardi son service de courses partagées aux États-Unis et au Canada pour limiter la propagation du coronavirus.

    * TENCENT MUSIC ENTERTAINMENT GROUP a dit s'attendre à un ralentissement de la croissance de son chiffre d'affaires au premier trimestre en raison de l'épidémie de Covid-19 après avoir publié lundi un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes.

  • Des SIR au coeur de la tempête

    Jusqu’il y a peu, les actions des sociétés immobilière réglementées, les SIR, figuraient parmi les favorites des investisseurs.

    Aujourd’hui, elles se retrouvent au centre d'un mouvement massif de vente observé sur les marchés.

    Ce mardi, elles affichent les reculs les plus sensibles:

    - Qrf dévisse de 22%;

    - WDP chute de 9%;

    - Aedifica chute de 10%.

    Même topo pour Wereldhave Belgium .

    Vastned Retail abandonne 9%.

    "Je vois deux raisons pour expliquer ces chutes, explique l’analyste Gert De Mesure. La première est l’impact direct du Covid-19 avec les fermetures de magasins et la deuxième, une valorisation antérieure élevée qui se traduit par des prises de bénéfice et des ventes forcées."  

  • Le pétrole en petite hausse au lendemain d'une lourde chute

    Les cours du pétrole évoluent en légère hausse au lendemain d'une lourde chute, dans un contexte où offre croissante et demande en berne, sous l'effet des mesures pour contrer la pandémie de coronavirus, exercent une pression forte sur les prix.

    "Si les prix du pétrole se redressaient quelque peu ce matin, cela ne change pas grand chose après l'effondrement d'hier", a estimé Carsten Fritsch, de Commerzbank. La combinaison d'une "augmentation massive" de l'offre des membres de l'Opep et d'un "effondrement complet" de la demande crée sur le marché "les conditions qui sont les plus baissières que l'on puisse imaginer", a expliqué, de son côté, Neil Wilson, de Markets.com.

  • Après Bruxelles et Paris, Rome et Madrid interdisent les ventes à découvert

    L'Italie et l'Espagne ont décidé d'interdire provisoirement les ventes à découvert afin d'éviter aux plus grands groupes européens d'être trop attaqués en bourse.

    Certains responsables politiques, dans les rangs du Mouvement 5 Etoiles notamment, ont réclamé sans succès la fermeture pure et simple des bourses.

  • Les futures sur indices US en hausse

    Vers 11h45, les futures sur les principaux indices américains laissaient entrevoir un début de séance en hausse à Wall Street avec des gains compris entre 1% et 2%.

  • Royaume-Uni: taux de chômage en hausse à 3,9%

    Le taux de chômage au Royaume-Uni a progressé à 3,9% sur la période de trois mois achevée fin janvier, contre 3,8% pour celle de trois mois terminée fin décembre, a indiqué le Bureau national des statistiques (ONS). En revanche, le taux est inchangé sur un an, précise l'ONS.

    La progression du taux de chômage est principalement attribuée à une hausse de la population active, moins de femmes âgées de 60 à 65 ans étant parties en retraite à cause d'un changement du régime d'indemnisations, précise l'ONS. Cela se traduit, par ailleurs, par une hausse du taux d'emploi, à savoir la proportion de la population âgée de 16 à 64 ans qui est employée, à un "record" de 76,5%.

  • Allemagne: le moral des investisseurs s'effondre

    La confiance des investisseurs en Allemagne a chuté depuis le début du mois de mars pour tomber à des niveaux sans précédent depuis la crise financière de 2008 en raison de la pandémie mondiale et de la dégradation brutale des perspectives économiques, montre mardi l'enquête mensuelle de l'institut ZEW.

    "L'économie est en alerte rouge", a déclaré le président du ZEW, Achim Wambach, dans un communiqué, ajoutant que les économistes et analystes tablaient désormais sur une baisse du produit intérieur brut (PIB) allemand au premier trimestre et jugeaient très probable une nouvelle contraction au deuxième trimestre. Un indice distinct mesurant le jugement des investisseurs sur la situation économique actuelle a reculé à -43,1 contre -15,7. Le consensus le donnait à -30,0.

  • La France prête à recourir à des nationalisations "si nécessaire"; l'Italie veut sauver Alitalia

    Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, s'est déclaré ce mardi prêt recourir à "tous les moyens", y compris la nationalisation, pour "protéger" les entreprises françaises menacées par la crise du coronavirus. 

    "Je n'hésiterai pas à employer tous les moyens qui sont à ma disposition pour protéger les grandes entreprises françaises", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse téléphonique. "Cela peut passer par de la capitalisation ou une prise de participation. Je peux même employer le terme de nationalisation si nécessaire", a-t-il souligné.

    De son côté, le gouvernement italien a annoncé qu'il entendait nationaliser la compagnie aérienne Alitalia, en grande difficulté depuis des années, dans le cadre de mesures économiques d'urgence prises face à la pandémie de Covid-19.

    Le conseil des ministres "prévoit la constitution d'une nouvelle société entièrement contrôlée par le ministère de l'Économie et des Finances, ou contrôlée par une société à participation publique majoritaire, même indirecte", précise un communiqué publié dans la nuit de lundi à mardi. Le gouvernement ne précise pas les délais ou d'autres modalités plus concrètes de ce projet de nationalisation d'Alitalia.

  • Olaf Scholz: "il est trop tôt pour recourir au Mécanisme européen de stabilité"

    Il est trop tôt pour envisager de recourir au Mécanisme européen de stabilité (MES) en vue de fournir une aide aux pays de la zone euro fragilisés économiquement par l'épidémie de coronavirus, a déclaré le ministre allemand des Finances. "Ce débat est prématuré", a estimé Olaf Scholz, cité par le quotidien Handelsblatt.

    L'existence même du MES, créé durant la crise des dettes souveraines dans la zone euro au début de la décennie 2010, contribue à la stabilité de la région car il peut être mobilisé à tout moment et dispose d'une énorme puissance de feu, a ajouté Olaf Scholz.

  • La biotech Curetis s'envole de plus 100%!

    Après avoir bondi de 80% hier, la biotech Curetis s'envolait encore ce mardi matin doublant purement et simplement de valeur à 1,66 euro (+108%).

    Lundi, ce spécialiste du diagnostic moléculaire a annoncé la mise au point d'un test de dépistage pour le Covid-19.

    Certifié en Chine, et désormais aussi en Europe, le test permet un dépistage en temps réel. Curetis affirme qu'il sera "largement disponible".

  • Certaines valeurs chutent encore malgré l'interdiction des ventes à découvert

    Le gendarme belge des marchés financiers a décrété l'interdiction de la vente à découvert (une forme de spéculation à la baisse) sur 17 actions belges qui ont perdu 10% ou plus lors de la séance de lundi.

    Après une ouverture en hausse ce mardi matin, les marchés européens ont repiqué du nez. AB InBev et WDP , repris dans la liste d'interdiction, baissaient de 5% environ.

    On peut dès lors se demander si cette mesure est bien respectée par les investisseurs professionnels. En ce qui concerne AB InBev, il est vrai que JP Morgan a aussi drastiquement coupé dans son objectif de cours qui est passé de 52,5 euros à 30 euros.

    A la FSMA, on nous signale que que toutes les informations sont disponibles pour déterminer si des valeurs sont "shortées". Il n' y a aucune indication de ventes à découvert sur des actions comme Aedifica et WDP qui chutent encore de 10% nous a-t-on assuré. 

  • La France prête à défendre ses entreprises attaquées en bourse

    Le ministre français de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé qu'il prendrait toutes les dispositions nécessaires pour défendre les entreprises françaises attaquées sur les marchés, dans un contexte de turbulences boursières sur fond de progression de l'épidémie de nouveau coronavirus.

    "Je n'hésiterai pas à utiliser tous les instruments à ma disposition pour les entreprises attaquées sur les marchés", a déclaré Bruno Le Maire à l'occasion d'une conférence de presse téléphonique. "Les banques françaises sont attaquées sur les marchés mais elles sont très solides", a-t-il ajouté.

    Il a également indiqué être prêt à aller plus loin sur les mesures d'interdiction des ventes à découvert, mises en œuvre pour 24 heures sur les marchés.

  • Selon Goldman Sachs, la croissance chinoise reculera de 9% au 1er trimestre

    L'économie chinoise devrait enregistrer une baisse de 9% au premier trimestre par rapport à la même période, il y a un an, selon les dernières prévisions de Goldman Sachs. La banque d'investissement tablait sur une croissance de 2,5% auparavant. 

    Une croissance annuelle d'environ 6% serait "bien hors de portée", ont écrit les économistes Hui Shan, Andrew Tilton et Yu Song dans une note publiée ce mardi. "Bien qu'un soutien politique plus vigoureux puisse présenter un risque à la hausse, la reprise pourrait être encore retardée si la pandémie n'est pas maîtrisée à l'échelle mondiale au cours des prochains mois."

  • Les indices européens passent dans le rouge

    Le rebond des marchés européens ne tient pas:

    CAC 40 -0,02%

    BEL 20 -0,64%

    AEX -0,95%

  • Iliad enregistre un retour à la croissance en 2019

    L'action Iliad   évolue en forte hausse à la Bourse de Paris, après que l'opérateur de télécommunications se soit déclaré confiant quant à la poursuite de ses activités en Italie, et ce, malgré la pandémie de coronavirus. Lien vers le communiqué

    En 2019, le chiffre d'affaires du groupe fondé par Xavier Niel s'est établi à 5,33 milliards d'euros, en croissance de 9%, grâce aux revenus liés au lancement de son offre mobile en Italie. En France, le chiffre d'affaires d'Iliad a renoué avec la croissance, conformément à l'ambition de l'opérateur télécom, en progressant de 3%, à 4,91 milliards d'euros.

    Iliad proposera le versement d'un dividende de 2,60 euro par action au titre de l'exercice 2019, conformément à son annonce de novembre, contre un dividende de 0,90 euro par action payé au titre de 2018.

  • Le ministre allemand de l'Économie voit la crise durer jusque fin mai

    Le ministre allemand de l'Économie a déclaré s'attendre à ce que la crise liée au coronavirus dure jusque fin mai.

    "Je m'attends à ce que nous ayons à affronter les conséquences pendant tout le mois d'avril et tout le mois de mai", a dit Peter Altmaier sur la radio allemande RTL, prédisant qu'il y aurait d'ici là "un nombre considérable de nouvelles infections". "Donc je ne conseillerais à personne de parier sur le fait que ce sera terminé en huit jours", a-t-il déclaré.

  • L’AMF confirme l'interdiction temporaire des ventes à découvert pour 92 valeurs

    L’Autorité française des marchés financiers (AMF) a confirmé l'interdiction temporaire des ventes à découvert de 92 actions pour la séance du 17 mars.

    "Tenant compte des baisses de cours significatives survenues ces derniers jours sur les marchés financiers, l’Autorité des marchés financiers a décidé de prendre une mesure d’urgence sur le fondement du règlement européen sur les ventes à découvert. En conséquence, 92 valeurs seront interdites à la vente à découvert lors de la séance du 17 mars 2020", dit-elle dans un communiqué.

  • La Belgique interdit la vente à découvert sur certaines actions

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +4,02%

    BEL 20 +3,93%

    AEX +3,59%

  • Volkswagen prévient que 2020 sera "très difficile"

    Le constructeur automobile allemand Volkswagen  a prévenu que l'année 2020 sera "très difficile" face à la pandémie du coronavirus, qui continue de progresser mais dont l'impact sur le groupe reste "incertain". "L'année 2020 est une année très difficile", a expliqué le patron Herbert Diess, cité dans un communiqué détaillant les résultats annuels déjà publiés fin février.

    En 2019, Volkswagen a vu son bénéfice net grimper de 15%, à 14,0 milliards d'euros, soutenu par la hausse des ventes et un moindre poids du dieselgate. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 252,6 milliards d'euros, soit 7,1% de plus qu'en 2018, sur fond de faible progression du nombre de voitures vendues.

  • Les vendeurs à découvert ("shorteurs") mis au ban ce mardi

    La Bourse de Paris est également concernée. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a interdit pour 24 heures les ventes à découvert, dans un contexte de turbulences boursières sur fond de progression de l'épidémie de nouveau coronavirus, a annoncé le ministre français de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire.

    "Interdire les ventes à découvert, ça a été fait pour 24 heures par l'Autorité des marchés financiers, c'est une première mesure qui a été prise pour calmer le jeu sur les marchés financiers", a déclaré Bruno Le Maire sur RTL. "Il y a d'autres mesures qui peuvent être prises, nous nous tenons prêts", a-t-il ajouté.

  • Nouveau président du conseil d'administration chez KBC

    KBC  indique que son conseil d'administration a décidé, à l'unanimité et sur proposition du comité de nomination, de nommer Koenraad Debackere comme successeur de Thomas Leysen à la présidence du conseil. Retrouvez ici le communiqué

    Koenraad Debackere est actuellement administrateur non exécutif de KBC. Le conseil d'administration proposera à l'assemblée générale du 7 mai de lui accorder le statut d'administrateur indépendant. Le conseil le nommera ensuite président du conseil dans le courant de l'année, lorsqu'il cédera ses fonctions de directeur général de la KU Leuven. Dans l'intervalle, Philippe Vlerick, en tant que vice-président du conseil, assumera temporairement la présidence.

  • Le coronavirus refroidit les investisseurs belges

    Le coronavirus pèse de nouveau sur le moral des investisseurs belges. Le Baromètre ING des Investisseurs est ainsi retombé à son niveau neutre de 100 en février, après avoir atteint 105 points en janvier.

    "Pas étonnant dès lors que les investisseurs aient déjà revu leurs prévisions pour cette année. À la question de savoir quel investissement rapportera le plus en 2020, 18% ont répondu les actions et 21% l'or. 26% estiment que le placement le plus rentable sera l'immobilier", constate la banque. À noter que l'immobilier est classé en tête des placements les plus rentables de l'année par 20% des sondés du côté néerlandophone et par pas moins de 39% des investisseurs du côté francophone.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture malgré la chute historique subie la veille par Wall Street, les investisseurs semblant trouver des raisons d'espérer dans la multiplication de mesures de soutien monétaires et budgétaires face aux retombées économiques de la pandémie de coronavirus.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 46 points, soit un peu plus de 1%, à l'ouverture, le Dax, à Francfort, 91 points (1%) et le FTSE, à Londres ,75 points (près de 1,5%).

    "Nous sommes enfermés dans un schéma où les marchés rebondissent avant de repartir à la baisse."
    Junichi Ishikawa
    stratège devises senior d'IG Securities

    "L'évolution des futures sur les actions américaines a déclenché des achats sur des titres massacrés et soutient le dollar/yen", explique Junichi Ishikawa, stratège devises senior d'IG Securities à Tokyo, tout en soulignant que "nous sommes enfermés dans un schéma où les marchés rebondissent avant de repartir à la baisse".

    Le yen, valeur refuge très recherchée depuis deux semaines, cède autour de 0,5% face au dollar et à l'euro, confirmant le petit regain d'appétit pour les actifs risqués. Le dollar gagne, quant à lui, 0,07% face à un panier de devises de référence et l'euro revient sous 1,1170.

  • La Bourse de Sydney reprend près de 6%

    La Bourse de Sydney a clôturé mardi en hausse de près de 6% au lendemain d'un dévissage historique, les investisseurs pariant notamment sur les actions de supermarchés pris d'assaut par les consommateurs en raison de la panique générée par le coronavirus.

    L'indice de référence de la bourse australienne, l'ASX/200, avait enregistré lundi la pire séance de son histoire, avec un plongeon de 9,7% en raison de l'inquiétude provoquée par l'épidémie de Covid-19. Il a clôturé ce mardi sur une hausse de 291,4 points, soit +5,83%, à 5.293,4 points, ce qui constitue sa plus importante progression sur une séance en deux décennies.

  • Berenberg fait le ménage parmi les actions belges

    Pas moins de cinq entreprises belges figurent ce matin dans le briefing de Berenberg:

    • son objectif de cours pour Kinepolis   passe de 67 à 64 euros. La recommandation reste à "acheter";
    • l'objectif de cours pour Recticel   recule à 9 euros, contre 10 euros précédemment. Le conseil reste à "acheter";
    • pour Fagron   (acheter, objectif: 26 euros), Melexis   (conserver, objectif: 75 euros) et Mithra   (acheter, objectif: 40 euros), le résultat par action attendu est ajusté à la baisse sans impact sur le prix et la notation.
  • Du côté du marché obligataire, même le Bund n'attire plus...

  • Le Japon choisit un dirigeant de Hitachi pour intégrer la BoJ

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse symbolique. L'indice Nikkei a gagné 0,06%, à 17.011,53 points, après avoir oscillé entre 16.378,94 et 17.557,04. Le Topix , plus large, a pris 2,6%, à 1.268,46 points.

    La Banque du Japon (BoJ) a annoncé lundi qu'elle allait doubler les montants consacrés à ses achats d'ETF pour les porter à 12.000 milliards de yens (101 milliards d'euros) en rythme annuel. Malgré ce soutien renforcé, le sentiment de marché reste fragile face à la perspective d'un coup d'arrêt à la croissance mondiale avec la multiplication des mesures de confinement en Asie, en Europe et en Amérique.

    Le gouvernement japonais a choisi, par ailleurs, Toyoaki Nakamura, un dirigeant de Hitachi, pour intégrer le comité de politique monétaire de la BoJ en remplacement de Yukitoshi Funo, dont le mandat prend fin le 30 juin prochain. Si sa nomination est confirmée, Nakamura, âgé de 67 ans, siégera à partir du 1er juillet et pour une durée de cinq ans au comité de politique monétaire de la BoJ.

  • Tentative de rebond en vue à l'ouverture

    Bonjour à toutes et tous! Les indices européens sont attendus en hausse à l'ouverture ce mardi, au lendemain d'une débâcle historique à Wall Street. L'indice Dow Jones a cédé 12,93% à 20.188,52 points lundi, ce qui représente sa plus forte baisse depuis le krach boursier de 1987.

    Pour la troisième fois en six journées, les "coupe-circuits" instaurés après 1987 ont dû être activés en début de séance sur les trois indices phares, l'indice S&P 500 ayant enregistré une baisse de 8%, ce qui a déclenché l'interruption automatique des transactions.

    Le président de la SEC, l'autorité boursière américaine, a estimé que les marchés devaient rester ouverts en réaction à des rumeurs selon lesquelles le gouvernement pourrait fermer les marchés afin de stopper leur chute. "Les marchés doivent continuer de fonctionner dans des moments comme ceux-là", a dit Jay Clayton à CNBC, tout en soulignant que la SEC restait vigilante.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés