1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 ne parvient pas à finir en hausse

Les marchés européens ont terminé en baisse, au terme d'une séance hésitante ce mercredi. Elles ont repris leur souffle après avoir repris de la hauteur la veille. Les résultats de Solvay, Ontex et Bone Therapeutics sont salués par les investisseurs.
  • Résumé de la séance

    Les Bourses européennes ont terminé en baisse au terme d'une séance assez hésitante où le soulagement lié aux déconfinements a finalement été balayé par les mauvais chiffres macroéconomiques. 

     À Paris, le CAC 40 a cédé 1,11%. À Francfort, le Dax a lui aussi reculé (-1,15%) et à Londres, le FTSE 100 est resté stable. L'EuroStoxx 50 de la zone euro a reculé de 1,12%. Le Stoxx 600 a lâché de son côté 0,35%.

     A Paris, Crédit agricole a perdu 2,32% après la publication d'un bénéfice trimestriel en repli de 16,4% sur un an, la deuxième banque cotée française ayant pratiquement triplé ses provisions pour risque de crédit afin de se protéger contre d'éventuels défauts de remboursement liés à la crise du coronavirus.

    L'action Axa a  par contre progressé (+0,72%) bien que l'assureur ait vu son chiffre d'affaires reculé et prévenu que les retombées de la crise sanitaire en cours auraient un impact "significatif" sur ses résultats en 2020.

    En baisse, BMW a perdu 5,4% à Francfort, le constructeur allemand ayant revu à la baisse sa prévision de marge opérationnelle automobile sur l'année en raison de la crise liée au coronavirus qui pèse fortement sur son activité.

    Dialog Semiconductor (+13,56%) a pris la tête du Stoxx 600 après la publication de résultats et de prévisions trimestriels supérieurs aux attentes. 

    A la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 a mieux résisté mais termine en recul de 0,26% à 2998,46 points.

    Solvay a gagné 3,52% après avoir publié des résultats meilleurs que prévu. Le groupe a réalisé au premier trimestre des résultats solides, déjouant ses pronostics et ceux des analystes. Son chiffre d’affaires a reculé de 3,8% à 2,474 milliards d’euros, mais le consensus misait sur 2,370 milliards. Malgré un impact de –20 millions lié au Covid-19 en Chine, l’ebitda sous-jacent s'est inscrit en retrait de seulement 0,4% à 569 millions contre 502 millions attendus par le marché.

    Ageas, qui publiera ses résultats du premier trimestre le 13 mai, a signalé que le 30 avril 2020, sa participation a franchi, à la hausse, le seuil de 5% des actions de son propre capital et atteint 5,09%. 
    Le titre a pris 3,18%.

    UCB a progressé de 1,95%. HSBC a relevé son objectif de cours à 78 euros contre 71 euros avant. La recommandation reste à "conserver".

    Par contre, Aperam a lâché 5,9%. Le producteur d'acier inoxydable a indiqué s'attendre à une baisse significative de ses ventes au deuxième trimestre en raison de la crise du Coronavirus et de la fermeture des usines. La société a évoqué un recul de 25% des volumes de ventes. 

    Sur le marché élargi, Befimmo (-0,91%)  a détaché son coupon de 0,86 euro brut (0,60 net) et Financière de Tubize (+1,82%) son coupon de 0,62 euro brut (0,43 net).

    Bone Therapeutics a bondi après ses résultats. Le titre a pris 10,94%.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,26%

    AEX: -0,84%

    CAC 40: -1,11%

    Eurostoxx 50: -1,14%

  • Activision profite de l'engouement pour les jeux vidéos en période de confinement

    L'éditeur américain de jeux vidéo Activision Blizzard , propriétaire des titres "Call of Duty", "World of Warcraft" ou "Candy Crush" , grimpe à Wall Street.

    La société a revu mardi soir à la hausse ses prévisions pour 2020, dans le contexte du "Grand confinement", ultra favorable au secteur.  Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires net de 1,79 milliard de dollars au premier trimestre, mieux que ce qu'il avait lui-même anticipé début février mais légèrement inférieur à celui de l'an dernier.  Portées par tous les titres phares de la société, les réservations nettes (ventes nettes excluant certains revenus différés) pour les trois premiers mois de l'année ont atteint 1,52 milliard de dollars, contre 1,26 milliard il y a un an. 

     "La nature de plus en plus numérique, récurrente et génératrice de cash de nos opérations fait partie de nos forces fondamentales", note le communiqué.  Le groupe indique que ses employés peuvent continuer à créer et améliorer les jeux depuis leur foyer, et qu'il sera donc en mesure de fournir "une série de contenus robuste pour tout le reste de l'année".  Activision Blizzard prévoit désormais des revenus nets de 6,8 milliards pour toute l'année 2020, pour un bénéfice par action ajusté de 2,62 dollars. 

  • Baisse surprise des montants des carnets d'épargne

    Les soldes des comptes d'épargne réglementés ont diminué de 138 millions d'euros en mars pour s'établir à 283,6 milliards d'euro, selon les chiffres de la Banque nationale. La légère contraction des livrets d'épargne est une surprise. Les économistes s'attendaient à ce que la crise du Covid-19 provoque une augmentation de  l'épargne, la consommation pouvant chuter davantage que les revenus.

  • Wall Street progresse grâce aux mesures de déconfinement

    Wall Street progresse peu après l'ouverture, les investisseurs espérant une troisième séance consécutive de hausse dans un marché accueillant de manière positive les mesures de déconfinement. 

    "La Bourse est montée ces derniers jours car les mesures de confinement s'assouplissent", indique Christopher Low de FHN Financial.  "L'idée que les économies retournent à la normale après deux mois catastrophiques est séduisante pour les investisseurs", poursuit l'expert.

    Les indicateurs reflètent toutefois les uns après les autres les lourds stigmates sur l'économie américaine de la crise liée au coronavirus.  Le travail dans le secteur privé aux Etats-Unis s'est ainsi effondré en avril, en raison des mesures de confinement pour endiguer la pandémie de nouveau coronavirus. Quelque 20,236 millions d'emplois ont été perdus, selon l'enquête mensuelle de la firme de services aux entreprises ADP publiée. 

  • Wall Street ouvre en hausse

     Dow Jones +0,65%, Nasdaq +0,75% 

  • Barrick Gold revoit ses perspectives en baisse

    La société minière Barrick Gold a annoncé une augmentation de près de 55% de son bénéfice trimestriel ajusté, bénéficiant d'une flambée des prix de l'or, mais a réduit ses perspectives de production pour le métal précieux d'une concession minière en Papouasie-Nouvelle-Guinée. 

    Le groupe canadien s'attend maintenant à ce que la production d'or se situe entre 4,6 millions d'onces et 5 millions d'onces, comparativement à la fourchette précédente de 4,8 millions d'onces à 5,2 millions d'onces.  Le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée avait annoncé en avril qu'il ne renouvellerait pas un bail minier spécial de 20 ans pour la mine d'or de Porgera, détenue conjointement par Barrick et la société chinoise Zijin Mining, en raison de dommages environnementaux et de troubles sociaux.

    La baisse des perspectives de Barrick Gold intervient à un moment où les prix de l'or ont augmenté d'environ 12% cette année, alimentés par l'appétit croissant des investisseurs pour un refuge alors que les craintes montent sur les dommages économiques causés par le coronavirus.

  • GM limite la casse au T1

    General Motors (GM)  a limité la casse au premier trimestre, parvenant à dégager un bénéfice net de 247 millions de dollars, en dépit de la fermeture temporaire de ses usines en Chine et en Amérique du Nord pour cause de pandémie de coronavirus. La crise sanitaire a coûté 1,4 milliard de dollars au constructeur automobile américain sur les trois premiers mois de l'année, a-t-il estimé.

    Le chiffre d'affaires a diminué de 6,2% à 32,71 milliards de dollars.

  • USA: 20,236 millions d'emplois privés détruits en avril

    Le secteur privé aux Etats-Unis a détruit plus de 20 millions d'emplois en avril, un niveau sans précédent, sous l'effet de la fermeture des entreprises pour tenter d'enrayer la propagation de la pandémie de coronavirus. Les résultats publiés de l'enquête mensuelle du cabinet de conseil ADP montrent que 20.236.000 emplois ont été détruits le mois dernier. Les analystes tablaient sur 21,5 millions d'emplois perdus en avril.

  • Le point sur la séance

    Wall Street est attendue dans le vert mais les Bourses européennes sont hésitantes à mi-séance, tiraillées entre la reprise progressive de l'activité économique, la hausse des cours pétroliers, de mauvais indicateurs européens et les incertitudes sur les relations entre la Chine et les Etats-Unis.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse d'environ 0,8%.

    → À Paris, le CAC 40 cède 0,3% à 4.469,83 points après avoir perdu jusqu'à 0,8% dans la matinée. À Francfort, le Dax est stable (-0,02%) et à Londres, le FTSE gagne 0,64%.

    → L'euro recule autour de 1,08 dollar, à proximité d'un creux de deux semaines, et tombe à un plus bas depuis novembre 2016 contre le yen. Le dollar gagne 0,34% face à un panier de référence.

    → Sur le marché obligataire, le Bund allemand à 10 ans, taux de référence de la zone euro, gagne plus de trois points de base à -0,547% avant le lancement par l'Allemagne du premier emprunt obligataire syndiqué en cinq ans.

    → Les cours du brut repartent à la hausse après un coup de mou dans la matinée, les espoirs d'un retour de la demande avec la levée progressive des mesures de confinement éclipsant l'annonce d'une hausse plus importante qu'attendu des stocks américains d'après les données de l'American Petroleum Institute (API). Le WTI avance de 3,5% à 25,42 dollars le baril et le Brent de mer du Nord de 2,32% à 31,69 dollars.

  • Allemagne: le marché automobile s'effondre de 61,1% en avril

    Le marché automobile allemand a connu en avril une chute historique, la deuxième d'affilée, plongeant de 61,1% sur un an en raison de la pandémie de coronavirus, à son plus bas niveau depuis la Réunification en 1990, selon des données officielles.

    La production automobile en Allemagne était également quasiment à l'arrêt: 10.900 voitures ont été produites, soit 97% en moins par rapport au mois d'avril de l'année dernière, et moins que la production quotidienne de 2019, selon la fédération des constructeurs VDA.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * GENERAL MOTORS, CVS HEALTH et WENDY'S figurent parmi les entreprises publiant leurs résultats avant l'ouverture de Wall Street.

    * WALT DISNEY a publié mardi un bénéfice en baisse et inférieur aux attentes, les mesures pour contenir la pandémie de coronavirus ayant amputé ses profits de 1,4 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros) en raison principalement de la fermeture de ses parcs à thème, mais le géant du divertissement a indiqué que le parc Disneyland de Shanghai rouvrirait le 11 mai avec des mesures de distanciation sociale. Le titre reculait d'environ 3% dans les transactions hors séance après la clôture des marchés américains.

    * ACTIVISION BLIZZARD a relevé son objectif de chiffre d'affaires annuel, désormais supérieur aux attentes du marchés, pour prendre en compte le succès de ses jeux, comme "Call of Duty", en période de confinement. L'action de l'éditeur de jeux vidéo gagnait 5% en après-Bourse.

    * PRUDENTIAL FINANCIAL a publié mardi un bénéfice trimestriel en baisse et inférieur aux attentes, les turbulences sur les marchés liées à la pandémie ayant nui aux performances de ses activités d'investissement et aux souscriptions de celles d'assurance.

    * MATTEL a annoncé mardi que la baisse des ventes devrait s'amplifier au deuxième trimestre en raison des mesures de confinement liées au coronavirus. Le fabricant de jouets perdait 10% dans les échanges après la clôture des marchés américains.

    * ABBVIE a annoncé avoir obtenu l'aval des autorités antitrust américaines au rachat d'ALLERGAN, une opération de 63 milliards de dollars annoncée en juin de l'an dernier.

    * BEYOND MEAT a fait état mardi d'un bénéfice et d'un chiffre d'affaires meilleurs que prévu grâce une augmentation de la demande pour ses produits à base de substitut de viande. Le titre gagnait 3% en après-Bourse.

    * PINTEREST perdait 19% dans les échanges en après-Bourse, le site de partage de photos ayant publié mardi une perte trimestrielle plus lourde que prévu en raison de l'augmentation de ses coûts et du ralentissement de ses revenus publicitaires.

  • Solvay surprend grâce à un atout particulier

  • Novo Nordisk voit son bénéfice bondir de 14% au T1

    Le numéro un mondial de l'insuline, le danois Novo Nordisk, a annoncé un bond de 14% de son bénéfice net au premier trimestre 2020, les ventes augmentant quant à elles de 16%, portées par une tendance au stockage liée au Covid-19. Le groupe a enregistré une bénéfice net de 11,9 milliards de couronnes (1,6 milliard d'euros) tandis que son chiffre d'affaires s'est établi à 33,9 milliards de couronnes. Lien vers le communiqué

    Toutefois, "la pandémie actuelle de Covid-19 entraîne une incertitude quant aux perspectives concernant le flux de patients et les impacts sociétaux tels que que le taux de chômage aux États-Unis, qui a des conséquences sur la couverture santé", a noté Novo Nordisk, qui maintient ses prévisions sur l'ensemble de l'année, avec une hausse de 1% de son bénéfice opérationnel.

  • Zone euro: chute des ventes de détail en mars

    Les ventes du commerce de détail ont été plombées en mars dans la zone euro par l'épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement prises pour y faire face, selon des estimations publiées par Eurostat. Les ventes du commerce de détail corrigé des variations saisonnières ont chuté de 11,2% dans la zone euro et de 10,4% dans l'UE, par rapport à février 2020, et de respectivement 9,2% et 8,2% par rapport à mars 2019.

    • En mars 2020, par rapport à février 2020, le volume des ventes du commerce de détail dans la zone euro a diminué de 23,1% pour les produits non-alimentaires et de 20,8% pour les carburants, tandis qu'il a augmenté de 5,0% pour le secteur "alimentation, boissons et tabac". 
    • Par rapport à mars 2019 les ventes au détail en zone euro ont diminué de 21,7% pour les produits non-alimentaires et de 21,3% pour les carburants, tandis qu'elles ont augmenté de 8,3% pour le secteur "alimentation, boissons et tabac".

  • La Commission européenne prédit une récession de 7,7% en 2020

    La Commission européenne s'attend à une récession de 7,7% dans la zone euro cette année, accompagnée d'une chute de l'inflation et d'une remontée du chômage, l'économie européenne se retrouvant "en état d'hibernation" en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, montrent ses prévisions de printemps publiées mercredi. L'exécutif européen prédit cependant un rebond en 2021, avec une croissance du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro de 6,3%.

    Entre-temps, l'inflation devrait tomber à 0,2% et le chômage grimper à 9,6% de la population active cette année.

    "Etant donné la gravité de ce choc mondial sans précédent, il est désormais assez évident que l'Union européenne est entrée dans la plus profonde récession économique de son histoire"
    Commission européenne

  • BMW revoit ses perspectives

    BMW AG   a revu à la baisse sa prévision de marge opérationnelle automobile sur l'année en raison de la crise liée au coronavirus qui pèse fortement sur son activité. Le constructeur automobile munichois prévoit désormais de dégager une marge automobile comprise entre 0% et 3% cette année, alors qu'il s'attendait à une marge de 2% à 4% avant les mesures de confinement mises en place par la plupart des gouvernements afin d'enrayer la pandémie de coronavirus.

    Le groupe a annoncé une hausse de 133% de son résultat avant intérêts et impôts à 1,38 milliard d'euros, contre 589 millions à la même période un an plus tôt, quand le résultat avait été amputé par une provision exceptionnelle de 1,4 milliard.

  • Europe: le secteur des services pratiquement à l'arrêt en avril

    L'activité du secteur privé de la zone euro était pratiquement à l'arrêt en avril en raison des mesures de confinement qui ont contraint la plupart des entreprises, des magasins, des hôtels, des restaurants ou encore des cinémas à baisser le rideau, montrent les résultats définitifs des enquêtes mensuelles d'IHS Markit. L'indice PMI composite a chuté à 13,6 après 29,7 en mars, son plus bas niveau depuis la création des enquêtes en 1998.

    Le PMI du seul secteur des services a chuté à 12,0 après 26,4 en mars et 11,7 en première estimation.

    "Puisqu'une part importante de l'économie de la région était à l'arrêt tandis que les infections au COVID-19 augmentaient, les chiffres économiques d'avril s'annonçaient inévitablement mauvais, mais l'ampleur de la baisse reste choquante", commente Chris Williamson, chef économiste d'IHS Markit.

  • La hausse du coût du risque a pesé sur les résultats de Crédit Agricole

    Crédit agricole SA  a publié un bénéfice trimestriel en repli de 16,4% sur un an, la deuxième banque cotée française ayant pratiquement triplé ses provisions pour risque de crédit afin de se protéger contre d'éventuels défauts de remboursement liés à la crise du coronavirus. Les revenus de ses activités de banque de marché et d'investissement ont progressé de 13,7% sur un an à 603 millions d'euros. Lien vers le communiqué

    "Nous jugeons les résultats rassurants et le niveau de fonds propres solide", commente Credit Suisse dans une note. Le ratio de solvabilité CET1 ressort à 11,4%, en baisse de 0,7 point mais toujours au-dessus de l'objectif de 11% que s'est fixé le groupe.

  • Conte: "Aucun tribunal ne peut décider de l'action de la BCE"

    L'indépendance de la Banque centrale européenne (BCE) est un fondement des institutions de l'Union européenne et aucun tribunal constitutionnel national ne peut décider ce qu'elle peut faire ou non, déclare le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, dans un entretien au quotidien Il Fatto Quotidiano. "Il n'appartient à aucune cour constitutionnelle de décider ce que la BCE peut faire ou ne peut pas faire. Son indépendance est un pivot des traités européens, qui sont reconnus aussi par l'Allemagne", a-t-il affirmé.

    "Je trouve hors de propos qu'une cour nationale, même une cour constitutionnelle, demande à la BCE de justifier ses achats. Elle ne peut pas s'immiscer dans ces dispositifs", a-t-il ajouté.

  • Voici le briefing actions belges

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +0,24%

    CAC 40 -0,04%

    AEX -0,06%

  • Kiadis autorisé à continuer le développement du K-NK002

    Les autorités sanitaires américaines (FDA) ont donné à Kiadis   l'autorisation d'introduire sa thérapie cellulaire (NK-REALM) dans la deuxième phase des tests cliniques. Il testera le médicament chez 63 patients dans des centres de transplantation aux États-Unis. La thérapie fournit des cellules de donneur individuelles à chaque patient pour le traitement des tumeurs du sang et de la moelle osseuse.

    "Cette approbation est un pas en avant important pour Kiadis", a déclaré le CEO Arthur Lahr. "Nous allons commencer l'étude maintenant et nous prévoyons de traiter les premiers patients cette année." Lien vers le communiqué

  • Eurocommercial clôturera son exercice fin décembre

    Eurocommercial revoit son calendrier financier.  "Les circonstances exceptionnelles actuelles de la pandémie de Covid-19, l’incertitude qui règne dans notre secteur, mais aussi divers avantages de trésorerie, ont conduit Eurocommercial de recommander aux actionnaires de prolonger l'exercice au 31 décembre 2020", lit-on dans un communiqué. La société précise toutefois que la clôture de son exercice le 31 décembre, plutôt que le 30 juin, n'aura pas d'impact sur la distribution en novembre d'un dividende. À l'avenir, ce versement sera un versement intérimaire, et non final. 

    Pour son 3e trimestre, le spécialiste de l'immobilier commercial -notamment propriétaire du Woluwe Shopping à Bruxelles- affiche un résultat d'investissement de 29,2 millions d'euros contre 31,1 millions à la même période en 2019. Ce recul est attribué de l'impact du Covid-19. Sur les neuf premiers mois, ce résultat est de 87,6 millions.

    Les revenus locatifs faiblissent au trimestre de 52,3 millions à 49 millions d'euros.

    Le vide locatif était fin mars à 1,3%

    Pour l'heure, les équipes oeuvrent à la réouverture des centres commerciaux belges et français: mise en place de mesures désinfection, approvisionnement de thermomètres, adoption de mesures pour canaliser l'afflux de visiteurs...

  • Solvay dépasse les attentes au premier trimestre

    Le groupe chimique Solvay   a réalisé au premier trimestre des résultats solides, déjouant ses pronostics et ceux des analystes. Le chiffre d’affaires recule de 3,8% à 2,474 milliards d’euros, mais le consensus misait sur 2,370 milliards.

    Malgré un impact de –20 millions lié au Covid-19 en Chine, l’Ebitda sous-jacent est en retrait de seulement 0,4% à 569 millions contre 502 millions attendus par le marché.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales Bourses européennes sont attendues en léger repli à l'ouverture avant la publication dans la matinée d'indices PMI sur l'activité du secteur privé qui devraient confirmer l'ampleur des dégâts infligés à l'économie européenne par la crise du coronavirus. Les indices ont perdu un facteur de soutien avec la fin d'une séquence de hausse des cours du pétrole portée par les espoirs d'une reprise de la demande avec la levée progressive du confinement dans plusieurs pays.

    → D'après les contrats à terme, le CAC 40 parisien pourrait perdre autour de 0,5% à l'ouverture. Le Dax à Francfort et le FTSE à Londres reculeraient respectivement pour leur part de 0,3% à 0,4%.

    → Sur le marché obligataire, le Bund allemand à 10 ans est stable à -0,572%.

    → La situation est relativement calme également sur le front des devises, où le dollar gagne un peu de terrain face à un panier de référence. L'euro est stable, autour de 1,0838, à proximité d'un creux de 1,0826 touché mardi après la décision de la Cour constitutionnelle allemande sur la BCE.

    → Les deux contrats de référence sur le brut sont repartis à la baisse après avoir beaucoup grimpé sur des espoirs d'une reprise de la demande avec la levée progressive des mesures de confinement. Le WTI cède 0,5% à 24,45 dollars le baril et le Brent abandonne 0,67% à 30,77 dollars.

  • Celyad annonce la désignation de nouveaux administrateurs

    La biotech Celyad   annonce la désignation du Dr Maria Koehler et M. Dominic Piscitelli à son conseil d’administration en tant qu’administrateurs indépendants à la date 24 mars et du 6 mai, respectivement.

    "Nous sommes ravis d'annoncer la nomination du Dr Maria Koehler et de M. Dominic Piscitelli à notre conseil d'administration, compte tenu de leur expérience respective dans l'industrie et de la richesse des connaissances qu'ils apporteront à Celyad, alors que nous continuons à construire une organisation axée sur l'oncologie", a réagi Filippo Petti, CEO de Celyad. Lien vers le communiqué

  • Allemagne: chute historique des commandes à l'industrie en mars

  • Aperam s'attend à un net recul de ses ventes au 2e trimestre

    Le producteur d'acier inoxydable Aperam s'attend à une baisse significative de ses ventes au deuxième trimestre en raison de la crise coronavirus et de la fermeture des usines. La société cotée à Amsterdam évoque un recul de 25% des volumes de ventes.

    Le résultat d'exploitation devrait donc être inférieur aux 70 millions d'euros réalisés pour les trois premiers mois. Il s'établissait à 85 millions d'euros un an auparavant. Le résultat net du premier trimestre reste stable à 29 millions d'euros. Le chiffre d'affaires s'élève, lui, à plus d'un milliard d'euros.

    Retrouvez ici le communiqué d'Aperam

  • Risque de retard pour les essais cliniques de Bone Therapeutics

    Bone Therapeutics signale que, fin mars, sa trésorerie s’élevait à 4,9 millions d’euros à quoi il faut ajouter un financement de 11 millions sécurisé dernièrement. Elle estime disposer des moyens suffisants pour le financement de ses activités jusqu’au premier trimestre 2021.

    Au cours de cette année, la consommation de cash devrait atteindre 15 millions d’euros.

    Cette augmentation de la consommation de trésorerie pour l’exercice 2020 par rapport à 2019 s’explique principalement par l’augmentation des activités et des coûts liés aux essais cliniques, de phase III pour le JTA-004 et de phase IIb pour l'ALLOB, précise la biotech wallonne dans un communiqué. Elle signale également qu’elle entend préparer une levée de fonds au cours du second semestre 2020 lorsque les conditions de marché seront favorables.

    Bone signale que, compte tenu, de la pandémie, elle a décidé de réduire au maximum les activités liées au recrutement de ses deux études cliniques. Il est donc possible que les études prennent du retard par rapport au calendrier initial.

  • "La déconnection entre l'économie réelle et la Bourse est de plus en plus perceptible"

    "La déconnection entre l'économie réelle et la Bourse est de plus en plus perceptible. Certains opérateurs dans les salles de marché craignent que cette déconnexion ne dure pas et que la Bourse soit confrontée à un atterrissage douloureux lorsque la gravité économique de la crise actuelle aura été pleinement prise en compte"
    Christopher Dembik
    responsable de l'analyse macroéconomique chez Saxo Bank

  • "Excellent" premier trimestre pour Ontex

    A l’issue du premier trimestre, Ontex a vu ses revenus croître de 6,8% à 574 millions d’euros avec un bond des achats en mars. 

    L’Ebitda ajusté, pour sa part, a grimpé de 48% à 78,4 millions à devises constantes, la marge passant de 9,7% à 13,4% d’une année à l'autre. Le spécialiste des produits d’hygiène personnelle explique la hausse de l’Ebitda par les initiatives de son plan de transformation (T2G), des prix plus bas des matières premières et la hausse des revenus.

    "Notre excellente performance au premier trimestre reflète l’agilité de l’entreprise, ainsi que la progression de T2G, qui reste sur la bonne voie pour offrir des avantages opérationnels et commerciaux", s’est félicité Charles Bouaziz, le CEO d’Ontex dans un communiqué

    Il signale toutefois que la demande a accusé une baisse marquée en avril et que la visibilité à long terme reste faible.

    Le groupe qui a déjà suspendu ses prévisions pour 2020, début avril, livrera de nouvelles perspectives annuelles lorsque l’environnement se stabilisera et que la visibilité s’améliorera.

  • Befimmo et Tubize cotent ex-dividende

    Ce mercredi, Befimmo  et Financière de Tubize   ont détaché leur coupon. Le groupe immobilier versera un dividende final de 0,86 euro brut (0,60 euro net) le 8 mai. Le même jour, les actionnaires de Tubize, le mono-holding détenant des parts d'UCB, recevront 0,62 euro brut (0,43 euro net).

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Vous êtes bien sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce mercredi 06 mai 2020.

    La Bourse de New York a fini en hausse de 0,56% mardi, soutenue par les valeurs liées à l'énergie, elles-mêmes portées par le rebond des cours du brut, même si elle a rétrocédé une partie de leurs gains après l'intervention de Richard Clarida. Le vice-président de la Réserve fédérale a déclaré que l'économie américaine allait sans doute se contracter nettement au deuxième trimestre et que la situation de l'emploi s'était détériorée jusqu'à un niveau sans précédent depuis les années 1940.

    Les indices chinois évoluent autour de leur point d'équilibre, digérant le regain de tensions sino-américains après un très long week-end. Les investisseurs s'attendent par ailleurs à un suivi des politiques de soutien avant la réunion annuelle du parlement pour contrer les retombées économiques de la pandémie de coronavirus.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés