1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Bel 20 perd près de 4%

Les marchés européens ont clôturé en nette baisse ce mercredi, les inquiétudes liées à la crise sanitaire reprenant le dessus malgré l'indice Ifo meilleur que prévu. À Bruxelles, les investisseurs ont mal accueilli les dépréciations d'actifs chez Solvay.
  • Fin du Market Live

    C'est ici que le "Market Live" se termine. Merci de nous avoir suivi!

    À l'agenda ce jeudi 25 juin: la journée s'annonce intéressante, entre le compte rendu de la dernière réunion de la BCE, les chiffres définitifs du PIB US et les inscriptions au chômage US. Dernier jour de l'augmentation de capital d'Atenor.

    À demain!

  • Résumé de la séance

    Les principaux indices actions en Europe ont terminé en nette baisse ce mercredi, plombées par de mauvaises nouvelles sur le front de la pandémie de coronavirus, le regain des tensions commerciales entre les Etats-Unis et l'Europe et les nouvelles prévisions économiques sombres du Fonds monétaire international. "Les prévisions du FMI, conjuguées à la remontée des infections au COVID-19 en Chine, en Allemagne et aux Etats-Unis, donnent l'impression que le rebond rapide et facile de l'activité économique qui a soutenu la forte hausse des actions ces derniers temps est de plus en plus sujet à caution", commente Rupert Thompson, directeur des investissements de Kingswood.

    Le CAC 40 a reculé de 2,92%, le Footsie britannique de 2,94% et le Dax allemand de 3,43%. L'indice paneuropéen Stoxx 600 a de son côté lâché 2,78%.

    À Bruxelles, le Bel 20 a clôturé sur un repli de 3,85% à 3.301,53 points.

    Le titre Solvay a lâché 4,08% à 69,60 euros suite à l'annonce d'une potentielle dépréciation d'actifs d'environ 1,5 milliard d'euros. "C'est bien pire que prévu", a réagi Wim Hoste, analyste de KBC Securities. Son objectif de cours passe de 100 à 90 euros. "Malgré les mauvaises nouvelles du jour et la visibilité limitée à court terme, nous apprécions toujours Solvay pour ses positions solides à travers ses différents marchés et ses possibilités de réductions de coûts (objectif de 410 millions d'euros d'ici 2024)". C'est pourquoi l'analyste a maintenu sa recommandation à "accumuler".

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 -2,92%

    AEX -2,93%

    BEL 20 -3,85%

  • USA : les stocks de pétrole en hausse

    Les stocks commerciaux de pétrole des États-Unis ont augmenté d'environ 1,4 million de barils, selon des données publiées par l'EIA (Energy Information Administration). Les analystes tablaient pour leur part sur une hausse de l'ordre de 0,3 million de barils. Les stocks de pétrole s'établissent ainsi à 540,7 millions de barils.

  • Le spread entre valeurs de croissance et "value" s'élargit de plus en plus

  • Les chefs d'entreprises retrouvent le moral

    La confiance des chefs d'entreprise s'est sensiblement redressée en juin, selon le baromètre de la Banque nationale de Belgique. La courbe synthétique globale qui mesure cette tendance est ainsi passée de -34,4 en mai à -22,9 pour ce mois de juin, après être tombée à un plus bas de -36,1 en avril. L'évolution au cours des deux derniers mois a ainsi permis de regagner près de 40% des pertes cumulées sur cette période, souligne la BNB.

  • | OPENING BELL |

    La Bourse de New York a débuté en baisse une séance marquée par l'aggravation de la crise sanitaire ainsi que par le risque d'une reprise des tensions commerciales entre les Etats-Unis et l'Europe, sur fond de perspectives économiques assombries.

    → Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones perd 332,54 points, soit 1,27%, à 25.823,56 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 1,12% à 3.096,20 points. Le Nasdaq Composite cède 0,8% à 10.050,44 points à l'ouverture, s'éloignant du record inscrit en clôture la veille à 10.131,37.

    Alors que les relations entre Washington et Pékin semblent apaisées, les investisseurs craignent d'assister à un retour de la guerre commerciale entre l'Europe et les Etats-Unis, qui envisagent de modifier la liste des produits venus de plusieurs pays européens dont l'Allemagne et la Grande-Bretagne auxquels ils appliquent des droits de douane punitifs.

  • Le FMI réduit encore ses prévisions pour l'économie mondiale

    Le Fonds monétaire international (FMI) a de nouveau revu à la baisse ses prévisions économiques mondiales pour 2020 et 2021, en soulignant le caractère inédit de la crise du coronavirus et les incertitudes qui entourent toujours la reprise. Il s'attend désormais à une chute de 4,9% de l'activité économique globale cette année, alors qu'il l'estimait en avril à 3,0% seulement.

    "La pandémie de Covid-19 a eu sur l'activité du premier semestre 2020 un impact plus négatif qu'anticipé et la reprise devrait être plus graduelle que prévu auparavant"
    FMI

    Et pour 2021, il a abaissé sa prévision de croissance mondiale à 5,4% contre 5,8% attendu au printemps. Ainsi, malgré la reprise attendue, le PIB mondial 2021 devrait être inférieur d'environ 6,5% au niveau prévu en janvier dernier, avant que n'éclate la pandémie.

    Le FMI souligne que ses prévisions restent exposées à un "degré d'incertitude supérieur à la normale" et juge que "l'ampleur du rebond récent du sentiment sur les marchés financiers semble déconnectée de l'évolution des perspectives économiques sous-jacentes".

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    > T-Mobile US a fixé à 103 dollars le prix de vente unitaire de ses actions transférées par SoftBank Group, soit une décote d'environ 4% par rapport à la clôture de mardi.

    > Dell Technologies envisage de scinder sa participation de 50 milliards de dollars au capital de VMware pour mieux la valoriser, a rapporté mardi le Wall Street Journal. Dans les échanges avant-Bourse, Dell grimpe de 17,3% et VMware prend 8%.

    > Visa, Mastercard - La banque centrale brésilienne a ordonné mardi aux deux groupes de cartes de crédit de suspendre toutes les transactions de la nouvelle offre de Whatsapp, filiale de Facebook, permettant aux utilisateurs de la messagerie d'effectuer des paiements et transferts d'argent.

    > Alphabet - Google, filiale d'Alphabet, va investir jusqu'à deux milliards de dollars dans un centre de données en Pologne pour gérer des services d'informatique dématérialisée, a rapporté mercredi le quotidien Puls Biznesu.

  • L'Autriche lance une émission d'obligations à 100 ans à un rendement de moins de 1%

    L'Autriche revient dans le club des émetteurs de dette à 100 ans mercredi avec un nouvel emprunt de 2 milliards d'euros. L'opération est particulièrement favorable pour Vienne qui offre aux investisseurs un rendement de moins de 1%.

    C'est sans doute l'exemple le plus clair de la manière dont le 'Programme d'achat d'urgence pandémique (Pandemic Emergency Purchase Programme) de 1,5 milliard d'euros de la BCE - parallèlement à une injection de liquidités de même taille dans le système bancaire - encourage une plus grande prise de risques chez les investisseurs.

  • "L'action Wirecard vaut 1 euro"

    BofA Securities réitère son conseil de "vendre" Wirecard et fixe un objectif de cours de 1 euros contre 14 euros jusqu'ici.  Le nouvel objectif de cours de la fintech qui est en plein scandale financier implique un potentiel de baisse de 94%.

  • L'essentiel de la tendance boursière

    1. Les marchés européens perdent entre 1,54% et 2,12%.
    2. Le Stoxx 600 cède 1,53% et l'Euro Stoxx 50 1,65%.
    3. Les craintes liées à la crise sanitaire reprennent le dessus sur les indicateurs économiques.
    4. Tous les secteurs reculent, les transports et voyages, l'auto et les médias en tête avec des replis de 2%.
    5. Solvay délaissée après son trading update et des dépréciations d'actifs.
    6. Première recommandation d'achat sur Greenyard.
    7. Europcar dans le viseur de Volkswagen.
    8. Les prévisions économiques du FMI au programme.
    9. Ouverture en repli en vue à Wall Street (entre -0,4% pour Nasdaq et -0,8% pour le Dow Jones).

  • Les secteurs des boissons, du luxe et les fabricants de camions attaqués en bourse

    Le secteur européen des boissons (-1,8%), les entreprises de produits de luxe (-1,8%) et les fabricants de camions (-2,7%) baissent alors que les Etats-Unis envisagent de nouvelles taxes sur 3,1 milliards de dollars d'exportations de France, d'Allemagne, d'Espagne et du Royaume-Uni, selon Bloomberg.

    L'action AB InBev chute de 3,3%, Heineken perd 2,2%, Diageo 4,5% et Remy Cointreau 3,1%.

    Dans le secteur du luxe, Burberry recule de 3,4% tandis que LVMH , le conglomérat de luxe qui possède des marques de vins et spiritueux comme Hennessy, glisse de 2%, et son homologue de luxe Kering cède 3,3% à Paris.

    Daimler rétrograde de plus de 4%, Volkswagen lâche 3% et Volvo 2,3%.

  • L'indice Bel 20 creuse ses pertes

    L'indice Bel 20 creuse ses pertes et cède 2,62% à 3.344 points en fin de matinée. Cette baisse est liée au contexte globalement négatif sur les marchés européens ce matin, où les craintes liées à la crise sanitaire reprennent le dessus sur les indicateurs économiques.

    La chute de 3,2% du titre Solvay après un trading update et des dépréciations d'actifs mal reçues par les investisseurs ajoutent au marasme.

    Aucune valeur au sein de l'indice n'est épargnée par les dégagements. Aperam, AB InBev, argenx et KBC affichent des reculs de plus de 3%. Telenet et Proximus limitent leurs baisses à respectivement 0,37% et 0,66%.

    Contre la tendance, Melexis et Greenyard bondissent de plus de 4%, aidés par des recommandations d'achat.

  • "Pas d'impact du Covid-19 sur le taux d'occupation de Xior"

    Xior , le spécialiste du logement étudiant, prévoit que la pandémie de corona n'aura pas d'impact majeur sur le taux d'occupation de ses logements pour l'année académique à venir, indiquent les analystes immobiliers de KBC Securities. L'année dernière, ce taux d'occupation était d'environ 98%.

    Après la transaction "Life" et en tenant pas compte d'un impact supplémentaire du Covid-19 au second semestre cette année, Xior estime ne pas avoir besoin de contrats supplémentaires pour atteindre sa prévision d'un bénéfice EPRA par action de 1,70 euro.

    Les analystes de KBCS se disent surpris par la résistance du taux d'occupation. Si la commercialisation se poursuit comme elle a démarré, l'impact sera minimal pour la compagnie, ajoutent-ils. Cela semble être le cas alors que les Pays-Bas devraient annoncer ce soir que les universités sont à nouveau largement autorisées à dispenser une éducation physique après l'été. Remarque: les Pays-Bas ont représenté 70% des revenus locatifs nets de Xior en 2019.

    KBCS procède actuellement à la révision de sa recommandation et de son objectif de cours sur Xior.

    Le titre perd 1,57% à 47,10 euros.

  • Les inquiétudes liées à la crise sanitaire reprennent le dessus

    Les bourses européennes évoluent en baisse, les inquiétudes liées à la crise sanitaire reprenant le dessus sur l'amélioration des indicateurs économiques.

    Les replis varient entre 1,39% à Amsterdam et 2,15% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 se tasse de 1,72% et le DJ Stoxx 600 de 1,47%.

    L'optimisme suscité la veille notamment par la hausse plus forte que prévu des indices PMI flash en Europe, et dans une bien moindre mesure aux Etats-Unis, n'a plus d'effet sur les marchés, qui restent insensibles à la progression de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne à 86,2 ce mois-ci après 79,7 en mai et 85 pour le consensus.

    Dans ce contexte, les marchés suivront avec attention la publication en début d'après-midi des nouvelles perspectives économiques du Fonds monétaire international (FMI).

     

    "Les investisseurs doivent bien garder à l'esprit que l'amélioration des indicateurs n'indique pas une reprise en V ou que la récession soit derrière nous. Nous allons devoir nous habituer à naviguer dans un environnement économique qui va être marqué par des chiffres atteignant des extrêmes dans les mois à venir du fait de l'anomalie qu'a représentée le confinement du point de vue de l'activité économique."
    Les économistes de Saxo Banque

  • L'indice Ifo alllemand meilleur que prévu en juin

    L'indice de confiance des milieux d'affaires allemands compilé par l'Institut Ifo poursuit sa remontée. En juin, il ressort à 86,2 contre 79,7 en mai, et 85 pour le consensus.

    La composante évaluation actuelle atteint 81,3 points contre 78,9 en mai et la composante des attentes s'établit à 91,4 points contre 80,5 le mois précédent.

  • KBC Securities rabote l'objectif de cours de Solvay

    Les analystes de KBC Securities apprécient toujours Solvay pour ses positions solides à travers ses différents marchés et ses possibilités de réductions de coûts (objectif de 410 millions d'euros d'ici 2024), "malgré les mauvaises nouvelles du jour et la visibilité limitée à court terme".

    La valorisation du titre est assez attractive pour pouvoir maintenir la recommandation d'accumuler l'action. Le prix cible par contre passe à 90 euros contre 100 euros.

    Solvay cède 2,62% à 70,60 euros.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes marquent une pause à l'ouverture, en attendant un indicateur allemand dans un contexte de nouveaux pics de cas liés au coronavirus.

    Les replis varient entre 0,63% à Francfort et 1,5% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 cède 1,08% et le DJ Stoxx 600 0,96%.

    Aux valeurs,

    > Europcar bondit de 9% dopé par la perspective d'une reprise par Volkswagen AG.

    > La chaîne de vêtements spécialisée dans le luxe accessible SMCP prend 6% après la signature d'un prêt garanti par l'État français de 140 millions d'euros.

    > Melexis gagne 6%. JP Morgan a relevé son conseil sur la valeur à "acheter" contre "conserver".

    > Greenyard progresse de 5,15%. ABN Amro recommande le titre à l'achat.

    > Solvay cède 3,34% après l'annonce d'une dépréciation d'actifs et d'un chiffre d'affaires en baisse de 20% en avril et en mai.

  • Europcar: +16%

    Europcar bondit de 16% après des informations selon lesquelles Volkswagen AG envisagerait une offre sur l'entreprise de location de voitures. Eurazeo, principal actionnaire d'Europcar recule de 1,1%.

  • |Opening bell|

    Les bourses européennes ouvrent en repli, en attendant un indicateur allemand dans un contexte de nouveaux pics de cas liés au coronavirus.

    Amsterdam: -0,50%
    Bruxelles: -1,05%
    Francfort: n.c.
    Paris: -0,61%

    Euro Stoxx 50: -0,85%
    Stoxx 600: -0,42%

    Solvay:-2%
    Melexis: +3,72%
    Mithra: 1,43%

  • Peter Agnefjäll (ex-Ikea) va prendre la présidence de Ahold Delhaize

    Jan Hommen, l'actuel président d'Ahold Delhaize laissera le 31 décembre son poste à Peter Agnefjäll, qui a dirigé durant quatre ans le groupe Ikea.

  • Première recommandation d'achat pour Greenyard

    L'analyste Robert Jan Vos d'ABN Amro relève son pour Greenyard de "conserver" à "acheter". L'objectif de cours est de 7,5 euros. Cela implique un potentiel à la hausse de 38%.

    C'est la première recommandation d'achat pour Greenyard. Degroof, Berenberg et KBC Securities sont en effet à "conserver".

  • "Le trading update de Solvay est plus mauvais qu'attendu"

    L'analyste Markus Mayer Baader qualifie la mise à jour de Solvay de "pire qu'attendu". Solvay a annoncé une baisse de 20% des ventes du groupe en avril et mai, en plus d'une réduction de valeurs de 1,5 milliard d'euros (voir post de 8h31).

    Mayer s'attend à une réaction négative du marché aujourd'hui.

  • "Volkswagen s'intéresse à Europcar"

    Volkswagen envisage de reprendre Europcar, le spécialiste de la location automobile, selon Bloomberg.

    Volkswagen connaît bien Europca. Il en était propriétaire avant de céder le groupe à Eurazeo.

    Europcar affiche une capitalisation boursière de 390 millions d'euros.

  • Dépréciation d'actifs et chiffre d'affaires en recul de 20% pour Solvay

    Solvay fait le point sur l'impact de la pandémie du coronavirus sur ses activités. "La détérioration des résultats économiques liée à la crise sanitaire devrait se traduire par une dépréciation des actifs (non-cash) estimée à environ 1,5 milliard d’euros", lit-on dans un communiqué.

    Le groupe spécialiste des matériaux spéciaux précise que quelque 80% du montant concerne le goodwill lié à l'acquisition de Cytec. Les 20 % restants concernent diverses immobilisations corporelles et incorporelles.

    Par ailleurs, le groupe chimique n'a pas été épargné par l'impact de la pandémie du coronavirus avec notamment un chiffre d'affaires qui a plongé de 20% en avril et mai. Cette tendance négative devrait se poursuivre en juin.

  • Barco | Candela Invest | Gimv | Spadel

    Barco  - L'AG du 30 avril des actionnaires de Barco a approuvé la division du titre en sept à date du 1er juillet. La société spécialiste de la technoligie de l'image espère améliorer l'accessibilité et la liquidité de l'action.

    Candela Invest - La société d'investissement Candela Invest verse un dividende brut de 0,605 euro pour la troisième année consécutive.

    Gimv - Gimv a publié les modalités de son dividende optionnel. Les actionnaires peuvent souscrire à de nouvelles actions Gimv à 45,50 euros chacune. Ce prix représente une décote de 9,9% par rapport au cours de clôture du 23 juin, après déduction du dividende brut de 2,50 euros. 26 droits de dividende sont requis pour chaque nouvelle action.

    Spadel - Le producteur d'eau est coté sans droit à un dividende brut de 2 euros. C'est le même dividende que l'an dernier.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture, les investisseurs restant tiraillés entre les craintes d'une résurgence de l'épidémie de coronavirus et les espoirs d'une reprise rapide de l'économie mondiale.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,52% pour l'EuroStoxx 50, de 0,52% aussi pour le Dax à Francfort et de 0,42% pour le Cac 40 parisien.

    Mardi, les Bourses européennes ont fini en hausse, soutenues par les premiers résultats des enquêtes mensuelles d'IHS Markit auprès des directeurs d'achats (PMI) en Europe, qui suggèrent une reprise de l'activité plus rapide qu'anticipé.

    Ces indicateurs ont nourri les espoirs de relance économique qui se heurtent toutefois depuis plusieurs jours à des signaux inquiétants sur le front sanitaire.

    La séance sera marquée par la publication à 10h du baromètre allemand Ifo. A 15h, le marché prendra connaissance du baromètre de la BNB qui mesure la confiance des entreprises belges. Les investisseurs attendent une évolution en "V" de ces deux statistiques.

  • Hyloris resserre son prix d'IPO dans le haut de la fourchette

    La société biopharmaceutique Hyloris, qui prépare son introduction en Bourse de Bruxelles, annonce dans un communiqué revoir à la hausse la fourchette de prix de son IPO. Prévue entre 10 et 11,50 euros, celle-ci passe de 10,75 à 11,50 euros. La société propose 5 millions de nouvelles actions.

    Une clôture anticipée de la période de souscription est envisageable dès ce mercredi.

  • Mithra: le dépôt du dossier d'enregistrement d'Estelle accepté aux États-Unis

    Mithra annonce aujourd’hui que la demande d’autorisation de mise sur le marché ("New Drug Application" ou NDA) introduite pour Estelle a été acceptée par la Food and Drug Administration (FDA) américaine. La FDA devrait terminer son examen pour le premier semestre 2021.

    En cas d’approbation, Estelle serait le premier produit contraceptif contenant de l'E4 et le premier nouvel œstrogène introduit aux États-Unis à des fins contraceptives depuis environ 50 ans. Aux États-Unis, les ventes de contraceptifs hormonaux combinés s'élèvent à plus de 4 milliards de dollars par an.

     

  • WDP consolide sa position au Luxembourg

    WDP lance la construction d’un nouveau centre de distribution d’environ 15.000 mètres carrés dans la zone logistique Eurohub Centre, située à proximité directe du Cargocenter de l’aéroport de Luxembourg. La moitié de ce nouvel entrepôt est déjà louée à DB Schenker. Le budget global de l’investissement pour cette réalisation s’élève à environ 18 millions d’euros.

  • "Achetez Melexis"

    L'analyste Varun Rajwanshi de JPMorgan relève son conseil sur Melexis de "conserver" à "acheter". L'objectif de cours passe de 55 à 84 euros, le prix cible le plus élevé des analystes repertoriés par Bloomberg.

  • Vers une ouverture en ordre dispersé avant le baromètre Ifo

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mercredi 24 juin.

    La tendance boursière est positive en Asie, où les marchés évoluent à un sommet de quatre mois grâce à des investisseurs obstinément optimistes malgré la hausse du nombre de cas de coronavirus dans le monde.

    En Europe, une ouverture en ordre dispersé se profile, avant la publication à 10h du baromètre allemand Ifo. Cet indice qui évalue le climat des affaires en Allemagne pourrait donner le ton de la séance. A 15h, le marché prendra connaissance du baromètre de la BNB qui mesure la confiance des entreprises belges. Les investisseurs attendent une évolution en "V" de ces deux statistiques.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés