1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le budget Biden met la pression sur le pétrole | Chute de Boeing | Le Bel 20 au plus haut depuis février 2020

L'ambitieux projet de budget 2022 dévoilé ce vendredi soir par le président américain Joe Biden a mis les prix du pétrole sous pression. De leur côté, les bourses européennes et Wall Street ont fait fi de la forte poussée de l'inflation US pour poursuivre leur remontée.
  • Au menu ce lundi

    C'est la fin de ce live, merci à tous de nous avoir suivis.

    Les marchés américains sont fermés lundi en raison du Memorial Day. Assemblée chez Fountain. Publication de l'agrégat M3 pour la zone euro. 

    > Le programme du lundi 31 mai 

  • Wall Street termine dans le vert malgré les inquiétudes liées à l'inflation

    La Bourse de New York a fini en hausse ce vendredi, les investisseurs faisant fi des inquiétudes liées à l'inflation, le Dow Jones et le S&P 500 enregistrant leur premier gain hebdomadaire au cours des trois dernières semaines. Le Dow Jones a gagné 0,19% à 34 529,45 points. Le S&P 500 a pris 0,08% à 4 204,11 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 0,09% à 13 748,74 points.

    Les prix à la consommation, mesurés par l'indice "core PCE", le plus surveillé par la Réserve fédérale, affiche une hausse de 3,1% sur un an en avril, plus qu'attendu et nettement au-dessus de l'objectif de 2% de la banque centrale Les investisseurs ont suivi de près les données économiques et les commentaires des responsables de la Fed, à la recherche de signes d'inflation galopante et de la possibilité que la banque centrale commence à réduire ses mesures de relance massives.

    Le marché boursier américain sera fermé lundi pour le jour férié du Memorial Day. Aux valeurs, Boeing a chuté de 1,47% après que l'Administration fédérale de l'aviation a confirmé que le constructeur d'avions a interrompu les livraisons de ses 787 Dreamliners, ajoutant de nouveaux retards pour les clients après une récente suspension de cinq mois des livraisons en raison de problèmes de production.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a pris 0,19% à 34.529,45 points.

    Le Nasdaq a avancé de 0,09% à 13.748,74 points.

    Le S&P 500 a gagné 0,08% à 4.204,11 points.

  • La hausse des prix aux USA ne suffit pas à enrayer celle des actions

    Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi et certaines ont inscrit de nouveaux plus hauts en profitant de l'élan donné par Wall Street, qui ignore pratiquement les nouveaux signes d'accélération de l'inflation pour privilégier l'augmentation des dépenses budgétaires en vue aux Etats-Unis. 

    À Bruxelles, le Bel 20 a retrouvé son niveau de février 2020 grâce à une hausse de 0,72%. À Paris, le CAC 40 a gagné 0,75% (48,4 points) à 6.484,11 points après un plus haut de plus de 20 ans à 6.493,72. A Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,04% et à Francfort, le Dax a pris 0,74%.

    L'indice EuroStoxx 50 a terminé sur une hausse de 0,78% et le Stoxx 600 de 0,57%, après avoir inscrit en séance un record à 450,07.

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le vert, le Dow Jones prenant 0,33%, le Standard & Poor's 500 0,29% et le Nasdaq Composite 0,44%.  

  • Forte croissance au premier trimestre pour Floridienne

     Floridienne, a réalisé un premier trimestre d'excellente facture, les trois divisions du groupe industriel coté à Bruxelles contribuant à la bonne performance. 

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,72% 
    CAC 40: +0,75% 
    AEX: +0,69% 
    DAX 30: +0,71% 
    FTSE 100: +0,17% 
    Stoxx 600 Europe: +0,62% 

    Résultats provisoires 

  • Le point sur la tendance

    À moins de trente minutes de la clôture des marchés européens, les bourses mondiales cavalent toujours en territoire positif. Les marchés actions affichent un optimisme à toute épreuve des deux côtés de l'Atlantique, aidés par un reflux des rendements obligataires en dépit d'une forte accélération de l'inflation américaine sur un an le mois dernier, jugée transitoire par la Fed. 

    Vers 17 heures, le Bel 20 avançait de 0,76% avec pratiquement tous ses éléments dans le vert. Paris montait de 0,76%, évoluant à un niveau inobservé depuis septembre 2000, Londres prenait 0,28%, Francfort progressait de 0,74% et Milan de 0,34%.  

    De son côté, la Bourse de New York continuait d'avancer après avoir déjà fini dans le vert jeudi, digérant une série d'indicateurs qui étaient très attendus. Le Dow Jones gagnait 0,26%, le S&P 500 prenait 0,18% et le Nasdaq s'appréciait de 0,31%.  

  • Dégradation confirmée du moral des ménages US

    Le moral des ménages américains s'est dégradé en mai, confirment vendredi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. Son indice de confiance a reculé à 82,9 après 88,3 en avril. Ce chiffre a été revu en légère hausse par rapport à l'estimation initiale de 82,8 publiée il y a deux semaines, mais il est conforme au consensus établi par l'agence Reuters.

    La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a diminué à 89,4 après 97,2 le mois précédent. Celle des perspectives a reculé à 78,8 contre 82,7.  

  • Les PMI de Chicago au record

    Au cours du mois de mai, l'activité manufacturière de Chicago a atteint son plus haut niveau depuis novembre 1973.

    L'indice des directeurs d'achats de l'association ISM s'est établi à 75,2 points en mai (+3,1 points), bien plus que le ralentissement à 67 points qui était attendu par les analystes.

    "La demande a stimulé l'activité des entreprises, mais les perturbations de la chaîne d'approvisionnement demeurent", est-il indiqué dans le communiqué. 

  • Salesforce survole le Dow Jones

    La Bourse de New York a ouvert en hausse vendredi, la perspective de progression des dépenses publiques dans le projet de budget que Joe Biden doit présenter en fin de journée l'emportant sur l'annonce d'une accélération de la hausse des prix à la consommation.

    15 minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 0,42%, le S&P 500 0,32% à 4.212 points et le Nasdaq Composite 0,43%. Le S&P-500 évolue ainsi à moins de 0,6% de son record du 7 mai (4.238,04 points).

    La forte remontée de l'inflation US a permis au dollar d'amplifier sa hausse face aux autres grandes devises (+0,44%) mais ils ont suscité peu de réactions sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor à dix ans restant quasi stable à 1,596%.

    Dans l'actualité des sociétés cotées, Salesforce gagne 6,06%, la meilleure performance du Dow Jones, le marché saluant le relèvement de ses prévisions de résultats annuels.

    HP chute en revanche de 6,82% après avoir averti que la pénurie de semi-conducteurs risquait de l'empêcher de pouvoir répondre à la demande d'ordinateurs portables. 

  • AMC: +35% à l'ouverture et +200% en 7 jours

    L'action d'AMC est toujours le titre chouchou des Reddit-traders, ces boursicoteurs en ligne qui se fédèrent sur les forums comme celui de WallStreetBets sur Reddit.

    Ce vendredi, l'action de la chaîne de cinémas américains, pourtant mal en point, a bondi de 35% dès les premiers échanges, ce qui porte sa progression sur les sept derniers jours à près de 200%. 

    Avant l'ouverture, l'entreprise avait quasiment atteint les 12 milliards de dollars de capitalisation boursière. Avant l'année 2021, elle avait atteint un pic à 4,17 milliards de dollars en avril 2017. La société était alors au zénith de sa forme. 

    La dette liée à AMC a progressé parallèlement aux actions, atteignant de nouveaux sommets ces derniers jours. Les obligations de la société, qui s'échangeaient à un minimum de 5 cents en novembre, se rapprochent de la valeur nominale, selon les données commerciales de Trace. Cette dette est assortie d'un coupon élevé de 12 % pour les obligations à échéance 2026. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,42% 
    S&P 500: +0,27% 
    Nasdaq Composite: +0,34% 

  • Le patron de l'Iata sceptique sur les objectifs de production d'Airbus

    Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata) a exprimé des doutes sur les objectifs d'Airbus concernant la production d'avions de ligne, qui lui paraissent trop optimistes.

    Le constructeur aéronautique a dit jeudi envisager de multiplier par près de deux la production de ses monocouloirs les plus vendus d'ici le milieu de la décennie, par rapport aux niveaux actuels plombés par la crise, ce qui lui a permis de s'envoler de plus de 9% en bourse. 

    "Attendons de voir, parce que de toute évidence, il y a une énorme divergence entre ce que les constructeurs disent qu'ils vont produire et ce que les compagnies aériennes décident d'acheter", a déclaré à Reuters Willie Walsh, ancien directeur général d'IAG, maison mère de British Airways. "Vous savez, leur activité, c'est de vendre. Je ne pense pas qu'il y aura un besoin pour tout ce qu'ils produisent", a-t-il ajouté. 

    L'action Airbus ne semble pas affecté par les commentaires du patron de l'Iata. Elle monte de 2,5% à la Bourse de Paris, signant la plus forte hausse du CAC 40. 

  • KBC veut créer sa propre monnaie virtuelle

    Le bancassureur KBC projette de mettre en place sa propre monnaie virtuelle, le "KBC Coin", qui permettrait notamment de récompenser ses clients les plus loyaux. "En principe, il est également possible que nous versions à notre personnel un bonus de cette manière, au lieu, par exemple, des chèques consommation aujourd'hui" a ajouté son CEO Johan Thijs.

    KBC entend s'intéresser de plus près, à l'avenir, aux cryptomonnaies, non pas au bitcoin et autres monnaies virtuelles particulièrement volatiles, mais à des monnaies numériques soutenues par une banque centrale

  • Wall Street garde le cap après les données de l'inflation

    Les contrats à terme sur Wall Street se maintiennent à la hausse, après les chiffres de l'inflation US. Les principaux indices US sont attendus en hausse entre 0,4 et 0,5%.

     

  • Bekaert relève ses prévisions

    Notre collègue Marc De Roo (De Tijd) suit la journée "Investisseurs" de Bekaert .

    Le tréfileur courtraisien relève sa prévision de chiffre d'affaires (consolidé) à 4,4 milliards d'euros cette année et à 5,1 milliards d'euros à moyen terme. En 2020, le chiffre d'affaires s'élevait à 3,8 milliards d'euros.

    Une marge bénéficiaire d'"au moins 8%" est promise pour cette année. À moyen terme, cela devrait être de 8 à 10%, 8% étant le seuil minimal.

    Bekaert prévoyait jusqu'à présent au moins 4 milliards de chiffre d'affaires en 2021 et une marge bénéficiaire qui serait d'un demi-point de pourcentage supérieur aux 7,2% de 2020.

     

    ©Photo News

  • USA | L'inflation "Core PCE" supérieure aux attentes

    L'inflation "Core PCE" a été de 3,1% en rythme annuel en avril, contre +2,9% attendu et après 1,9% en mars (chiffre révisé par rapport à +1,8%).

     

     

    L'indice est particulièrement surveillé par la Fed pour déterminer l'évolution de sa politique monétaire.

     

  • Immobel: -4,5%

    Dégagements sur Immobel . L'action perd 4,5% à 72,10 euros, la plus importante baisse de la cote bruxelloise.

    Immobel a annoncé un peu plus tôt dans la matinée la cession de l'immeuble Commerce 46 à Allianz pour 120 millions d'euros.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue dans le vert et les bourses européennes progressent, l'optimisme sur la reprise économique et la perspective d'un budget de relance aux États-Unis continuant de favoriser l'appétit des investisseurs pour les actions.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,46% pour le Dow Jones, de 0,34% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,36% pour le Nasdaq. Le S&P-500 pourrait ainsi monter à moins de 0,5% de son record du 7 mai (4.238,04 points).

    En Europe, les gains varient entre +0,3% à Londres et +0,75% à Bruxelles. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,6% et le Stoxx 600 de 0,53%. Ce dernier a inscrit un record à 449,05 points.

    Joe Biden devrait confirmer dans la journée que le premier projet de budget fédéral élaboré par son administration prévoit 6.000 milliards de dollars (4.915 milliards d'euros) de dépenses pour l'exercice qui débutera le 1er octobre, ce qui serait du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale, une perspective jugée favorable aux actions.

    Les investisseurs n'ont pas pour autant totalement oublié les inquiétudes liées à l'inflation.

    Les statistiques mensuelles des revenus et dépenses des ménages aux États-Unis attendues à 14h30 permettront d'en savoir plus sur le sujet puisqu'elles incluent l'indice des prix "core PCE", très surveillé par la Fed. Le consensus Reuters le donne en hausse de 2,9% sur un an en avril après +1,8% en mars.

  • Total devient TotalEnergies, l'AG valide la stratégie climat

    L'assemblée générale de Total a validé le changement de nom du groupe, qui devient TotalEnergies pour refléter sa croissance dans l'électricité et les énergies renouvelables, ainsi que sa stratégie de transition vers la neutralité carbone.

    Alors que des actionnaires très minoritaires avaient annoncé leur intention de voter contre cette stratégie en demandant à Total d'en faire plus en matière de lutte contre le changement climatique, l'AG a également très largement approuvé la résolution sur le sujet, à 91,88%.

    "Ce résultat est, je pense, la meilleure des réponses aux commentateurs qui prédisaient - et pour certains même espéraient - une rébellion des actionnaires contre l'entreprise et donner la part belle à ceux qui se comportent plus comme des activistes que comme des actionnaires", a déclaré le PDG, Patrick Pouyanné.

    L'action TotalEnergies gagne 0,12%, à 38,165 euros, dans un marché en hausse de 0,67%.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Spéculation sur Recticel | Deux targets relevés sur D'Ieteren | Avis de brokers sur KBC et ING (+Briefing)

  • Immobel cède l'immeuble Commerce 46 à Allianz

    Immobel vient de boucler, avec Allianz, la revente de l’immeuble de bureaux Commerce 46, actuellement en construction au cœur du quartier européen à Bruxelles. L’immeuble entièrement rénové et constitué des trois volumes de taille variable sera livré à l’automne 2022. Le bâtiment de 12 étages (14.200 mètres carrés) a été loué pour neuf ans à ING avant même le lancement des travaux, il y a 13 mois.

  • Le pétrole s'apprête à franchir le cap des 70 dollars

    Les prix du pétrole poursuivent leur hausse, rassérénés par des données américaines encourageantes pour la demande du premier consommateur de brut au monde.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet, dont c'est le dernier jour de cotation, cote 69,63 dollars à Londres, en hausse de 0,24% par rapport à la clôture de la veille.

    À New York, le baril de WTI pour le même mois progresse de 0,39%, à 67,11 dollars.

    Les cours des deux contrats de référence naviguent proches de leurs plus hauts annuels atteints début mars, à 71,38 dollars pour le Brent et 67,98 dollars pour le WTI.

    Le Brent a progressé hier pour une cinquième séance consécutive et s'apprête à tenter une nouvelle fois de franchir le seuil de résistance de 70 dollars le baril.
    Stephen Brennock
    Analyste de PVM

  • Le gouverneur de la Banque du Japon se méfie du bitcoin

    Haruhiko Kuroda, le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ), exprime ses grandes réserves sur le bitcoin dans un entretien à l'agence Bloomberg, à l'instar d'autres dirigeants de grandes Banques centrales récemment.

    "Le gros des échanges est spéculatif et la volatilité est extrêmement élevée", souligne M. Kuroda dans cet entretien. Le bitcoin est "à peine utilisé comme moyen de paiement", ajoute-t-il.

  • La livre turque sous tension

    La livre turque poursuit sa dégringolade pour atteindre, ce vendredi, des plus bas par rapport au dollar et à l'euro.

    Un peu plus tôt ce matin, le cours de la monnaie turque a ainsi touché le niveau de 8,5981 livres pour un dollar et 10,4745 livres pour un euro, avant de retomber à respectivement 8,5757 et 10,4537.

    La Turquie fait face à une spirale inflationniste alimentée par la faiblesse de sa divise, qui rend les importations plus onéreuses. En avril, l'inflation a dépassé 17%.

    Le limogeage par le président Recep Tayyip Erdogan, il y a quelques semaines, du gouverneur de la Banque centrale de Turquie n'a guère profité au cours de la livre turque.

  • OPA sur Recticel: les scénarios de Berenberg

  • L'inflation belge grimpe à 1,46%

    L'inflation dans notre pays a encore augmenté en mai pour atteindre 1,46 %. En avril, il était de 1,23%. L'augmentation est principalement le résultat de la hausse des prix de l'énergie; en mai de l'année dernière, ils étaient assez bas en raison de la crise du coronavirus.

  • Kempen fixe l'objectif de cours de D'Ieteren à 128 euros

    La réaction des analystes au relèvement par D'Ieteren de ses prévisions annuelles continue d'affluer. Kempen augmente sa prévision de bénéfice avant impôt (part du groupe) pour cette année de 15% et voit des bénéfices 49% plus élevés qu'en 2020 pour la société holding. Sur la base de ces nouvelles estimations, l'objectif de cours atteint 128 euros.

    D'Ieteren reste sur la liste préférée de Kempen, car la décote par rapport à la valorisation de la somme des parties (150 euros par action) est toujours de 35%, les perspectives de croissance des bénéfices restent solides et la vente éventuelle d'une participation de 10% dans Belron par CD&R pourrait mettre en évidence la sous-évaluation de D'Ieteren.

  • "L'économie va mieux mais la BCE doit rester en soutien" (Schnabel )

    L'économie de la zone euro a atteint un point d'inflexion et la hausse récente des coûts d'emprunts reflète l'amélioration des fondamentaux, a indiqué, à Reuters, Isabel Schnabel, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE).

    "La hausse des rendements est une évolution naturelle à un point d'inflexion dans la reprise - les investisseurs deviennent plus optimistes, les anticipations d'inflation augmentent et, en conséquence, les taux nominaux montent", indique Isabel Schnabel, qui est responsable des opérations de la BCE sur les marchés financiers. "C'est précisément ce à quoi l'on pouvait s'attendre et que l'on voulait voir."

    Cette hausse est intervenue malgré le rachat par la BCE de près de 100 milliards d'euros de dette chaque mois et les investisseurs craignent que tout signe d'un retrait de son soutien par l'institut d'émission provoque un choc violent sur le marché obligataire.

    Tout en relativisant ce risque, Isabel Schnabel rejette les appels des partisans, au sein de la BCE, d'une stricte orthodoxie budgétaire en faveur d'une réduction progressive ("tapering") de son Programme d'achats d'urgence face à la pandémie (PEPP), d'un montant total de 1.850 milliards d'euros.

    "Nous devons toujours considérer l'augmentation ou la réduction des achats d'actifs en fonction de notre engagement à maintenir des conditions de financement favorables dans la zone euro", dit-elle. "La reprise dépend toujours de la poursuite d'une politique accommodante. Un retrait prématuré du soutien budgétaire comme monétaire serait une grosse erreur."

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en hausse, au lendemain de la publication de solides données économiques américaines, mais la tendance pourrait évoluer après la publication d'une mesure très suivie de l'inflation aux États-Unis.

    Les gains varient entre +0,38% à Paris et +0,85% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 avance de 0,41% et le Stoxx 600 de 0,45%. Ce dernier a une nouvelle fois inscrit un record, à 448,19 points, porté par l'annonce aux États-Unis d'un recul plus important que prévu des inscriptions au chômage et de l'accélération de la croissance du produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre, à +6,4% en rythme annualisé.

    Le rythme de la reprise économique a suscité des inquiétudes quant à une éventuelle envolée de l'inflation, bien que les membres de la Réserve fédérale aient multiplié les messages rassurants.

    Les investisseurs suivront donc avec attention les statistiques mensuelles des revenus et dépenses des ménages aux États-Unis à 14h30, qui incluent l'indice des prix "core PCE", le baromètre de l'inflation privilégié par la Fed.

    "Les investisseurs, rassurés sur la reprise économique, vont désormais se focaliser sur les pressions inflationnistes et vont attendre de la Fed une définition claire et un horizon précis de ce qu'est pour l'institution une 'inflation transitoire'. À ce stade, la tendance de fond n'est pas remise en question même si les catalyseurs se font plus rares et les investissements plus réfléchis."
    Les analystes de Saxo Banque


    Les investisseurs seront également attentifs à la présentation par Joe Biden d'un projet de budget annuel qui porterait les dépenses fédérales à 6.000 milliards de dollars, selon le New York Times.

  • Kepler Cheuvreux et KBC Securities ajustent le tir pour D'Ieteren

    Kepler Cheuvreux et KBC Securities ajustent leur objectif de cours pour D'Ieteren , à l'aune des nouvelles prévisions publiées par la société holding hier.

    KBC Securities arrive à une valorisation "somme des parties" de 150,4 euros par action D'Ieteren contre 127 jusqu'ici. "Après application d'une décote de 20%, nous réitérons notre recommandation d'achat et augmentons notre objectif de cours de 101 à 121 euros", indiquent les analystes Michiel Declercq et Wim Hoste.

    "Le trading update montre que D'Ieteren a bien démarré l’année, grâce à la solide performance de Belron (détenue à 54%) et à la résilience de l’activité automobile", indique, de son côté, Kepler Cheuvreux. "Bien qu'il semble qu'une grande partie de ces chiffres soient prise en compte, nous pensons qu'il reste de la marge pour relever les prévisions, car chacune des activités de D'Ieteren devrait sortir renforcée de la crise." La recommandation est d'acheter avec un prix cible de 106 euros, contre 73 euros.

    D'Ieteren progresse de 0,26%, à 96,85 euros.

  • TVA sur les chambres d'étudiants: "Aucun impact pour Xior"

    Xior Student Housing réagit aux informations concernant un éventuel changement de TVA dans la location de chambres d'étudiants.

    "Les chambres d'étudiants sont exemptes de TVA et Xior n'a jamais tenu compte d’un changement potentiel. La décision du gouvernement de maintenir l'exemption de TVA pour les chambres d'étudiants n'a aucun impact financier sur Xior ou ses étudiants", précise la société immobilière réglementée dans un communiqué.

    Le gouvernement fédéral a décidé que les logements étudiants resteraient exonérés de TVA. Certains promoteurs immobiliers étudiants avaient espéré pouvoir appliquer les règles hôtelières et déduire la TVA de leurs investissements, mais ce n'est pas possible.

  • Voici le briefing actions belges

    Target le plus ambitieux sur KBC | Avis de brokers sur Recticel, ING et D'Ieteren (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,28%
    Bruxelles: +0,26%
    Paris: +0,24%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,21%
    DJ Stoxx 600: +0,23%

  • JD Logistics fait une entrée en fanfare à la Bourse de Hong Kong

    JD Logistics a fait, aujourd'hui, une entrée en fanfare à la Bourse d’Hong Kong, où la filiale de livraison du géant chinois du commerce en ligne JD.com a levé quelque 2,5 milliards d'euros lors de la seconde plus grosse introduction de l'année sur la place asiatique.

    Le titre a gagné 14% en matinée, cotant 47,75 dollars d’Hong Kong (HKD), soit 5 euros environ, avant de se stabiliser.

    JD Logistics avait mis en vente 91,3 millions d'actions au prix unitaire de 40,36 HKD.

  • HSBC vise plus haut pour Euronext

    L'analyste d'HSBC Johannes Thormann relève son objectif de cours sur Euronext de 95,86 euros à 102 euros, soit 18% de plus par rapport au dernier cours de clôture. La recommandation d'acheter est confirmée.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture, de l'ordre de 0,3%, portées par de bons indicateurs américains et la perspective de voir l'administration Biden annoncer qu'elle persévère dans la relance budgétaire.

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé plus que prévu la semaine dernière aux États-Unis, les entreprises multipliant les recrutements pour répondre à l'augmentation de la demande favorisée par la reprise de l'économie.

    L'accélération de la croissance du produit intérieur brut (PIB) américain au premier trimestre a été confirmée, par ailleurs, à 6,4% en rythme annualisé, l'une de ses meilleures performances de ces 20 dernières années.

    Joe Biden s'apprête, en outre, à présenter un projet de budget pour l'État fédéral prévoyant 6.000 milliards de dollars (4.925 milliards d'euros) de dépenses, selon le New York Times. Il devrait profiter de l'occasion pour mettre en avant une nouvelle fois les plans de dépenses massives déjà dévoilés sur les infrastructures et les familles.

    Les investisseurs prendront connaissance, également à 14h30, des chiffres des dépenses des ménages et de l'indice "core PCE", la mesure d'inflation privilégiée par la Réserve fédérale.

  • Berenberg relève l'objectif de cours de Recticel

    Berenberg relève désormais également l'objectif de cours du groupe chimique Recticel de 16 à 18 euros. Ceci, bien sûr, en réponse à l'offre du rival autrichien Greiner. Ce dernier a racheté 27% du holding Bois Sauvage, à 13,5 euros l'action, et souhaite lancer une offre publique d'achat. Le prix offert est jugé "beaucoup trop bas", tant chez Recticel qu'auprès des analystes.

    "Dans chaque scénario, nous trouvons que l'action Recticel est bon marché, avec beaucoup de potentiel de hausse", indique Christop Greulich, analyste de Berenberg.

    Tous les objectifs de cours des analystes surveillant Recticel sont désormais nettement supérieurs au prix proposé par Greiner.

  • Galapagos | MDxHealth | Nyrstar

    Galapagos - La biotech présentera 15 sessions à la conférence virtuelle de la Ligue européenne contre le rhumatisme (EULAR) "qui fournissent un aperçu supplémentaire du profil de sécurité du filgotinib en tant que traitement pour les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde". Le congrès aura lieu du 2 au 5 juin.

    MDxHealth - La biotech spécialisée dans le diagnostic moléculaire indique que les propositions à l'ordre du jour de son assemblée générale annuelle des actionnaires et de son assemblée générale extraordinaire des actionnaires ont été toutes adoptées. Elles comprenaient, notamment, l'approbation d'un certain nombre de résolutions relatives à l'exercice social clos le 31 décembre 2020, ainsi que l'autorisation du conseil d'administration d'augmenter le capital dans le cadre du capital autorisé.

    Nyrstar - L'ancien spécialiste du zinc, tiendra sa réunion annuelle virtuelle le 29 juin à 11h. Pour mémoire: Nyrstar a clôturé dans le rouge pour la huitième année comptable consécutive.

  • Les logements étudiants restent exonérés de TVA

    Le gouvernement fédéral a décidé que les logements étudiants resteraient exonérés de TVA. Les promoteurs immobiliers espéraient pouvoir appliquer les règles qui s'appliquent au secteur hôtelier et déduire la TVA de leurs investissements, mais ce n'est pas possible. C'est une nouvelle importante, entre autres, pour la société immobilière Xior .

  • Focus sur l'inflation américaine

    Good morning! Ceci démarre notre "Market live" du vendredi 28 mai.

    Les places boursières asiatiques progressent ce matin, suite aux gains enregistrés à Wall Street. Tokyo est même en net rebond, portée également par la baisse du yen face au dollar, positive pour les entreprises exportatrices nippones. L'indice Nikkei progresse de 2,14%. Hong Kong avance de 0,63% et le CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises engrange 0,36%.

    En Europe, le début de séance s'annonce dans le vert à l'aube d'une séance marquée par la publication, par le département du Commerce, de l'indice de prix PCE, qui donnera la mesure de l'inflation américaine en rythme mensuel et annuel.

    Ce chiffre est scruté par le marché, car il sert de référence à la Réserve fédérale (Fed) et peut inciter l'institution à faire évoluer sa politique monétaire.

    ©Photo News

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés