1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le coronavirus provoque un lundi noir sur les marchés

Les marchés européens dégringolent, la propagation du coronavirus inquiétant les investisseurs. Les replis s'élèvent à près de 4% en Europe. Wall Street en baisse de plus de 3%. Les secteurs exposés à la Chine en première ligne. La dette italienne délaissée.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mardi pour une nouvelle séance.

    Au programme: les  investisseurs suivront les chiffres du PIB allemand et un indicateur sur la consommation américaine. Trading update de Greenyard à 7h.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les Bourses européennes ont terminé en fort recul en raison de la propagation de l'épidémie de coronavirus. Easyjet, Ryanair et Air France-KLM signent les plus fortes baisses.

  • Résumé de la séance à Bruxelles

    La Bourse de Bruxelles a terminé en très forte baisse, devant l'aggravation de la crise sanitaire liée à la propagation de l'épidémie de coronavirus hors de Chine, qui fait peser un risque encore difficile à évaluer sur l'économie mondiale. Le Bel 20 est retombé sous 4.000 points, perdant 3,94% à 3.917,64 points.

    Aucun titre n'a résisté à la tempête généralisée sur les marchés. 


  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -3,94%

    CAC40: -3,94%

    DAx: -4,04%

    FTSE100: -3,5%

    Stoxx 60: -3,84%

  • Quatre titres en hausse à Bruxelles

    Seuls quatre titres sont encore en hausse à la Bourse de Bruxelles.

    Il s'agit de Shurgard , Sabca , Fountain et Spadel

  • Ne rien tenter dans ce marché, selon Warren Buffett

    Le milliardaire américain Warren Buffett, investisseur avisé, conseille de ne pas vendre ni d'acheter des titres "à chaque nouveau titre sur le coronavirus".

    “La vraie question à se poser,  c'est: est-ce que les perspectives à 10 ou 20 ans sur les sociétés américaines ont changé ces dernières 24 à 48 heures" a-t-il déclaré sur CNBC.

  • Des opérateurs de marchés recherchés

    A Wall Street, les titres des opérateurs de marchés, Chicago Mercantile Exchange (CME) et CBOE Global Markets , sont en hausse. Mais l'IntercontinentalExchange (ICE), plus grand marché mondial de l'énergie, est en léger recul.

    En Europe, par contre, Deutsche Börse et Euronext affichent un recul, mais leurs titres sont les moins mal positionnés parmi les grosses baisses du jour sur les marchés.

  • Gilead grimpe grâce à un commentaire de l'OMS

    Gilead est en tête du S&P500  après qu'un membre officiel de l'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré que le médicament expérimental du laboratoire américain pourrait être le meilleur pari pour trouver un traitement pour le coronavirus qui se répand dans le monde.

  • Flow Traders, un refuge pour les investisseurs

    L'action Flow Traders est l'une des rares valeurs européennes en hausse. Le titre de la firme de trading à haute fréquence basée à Amsterdam a tendance à progresser chaque fois que les marchés européens sont fort chahutés.

  • Wall Street plonge à l'ouverture

    Dow Jones: -3,28%

    S&P500: -3,05%

  • Le Dax lâche plus de 4%

    La Bourse de Francfort creuse ses pertes avant Wall Street: le Dax lâche plus de 4%.

  • "Un potentiel de hausse de 25% pour Argenx"

    L'analyste Yatin Suneja de Guggenheim Securities relève son prix cible sur l'ADR d'Argenx à 201 dollars contre 164. La recommandation d'achat est maintenue. Le nouvel objectif de cours est synonyme d'un potentiel de hausse de 25% par rapport au dernier cours de clôture.

  • BofA Global Research voit Galapagos "sous performer"

    BofA Global Research réduit sa recommandation sur l'ADR de Galapagos à "sous performance" contre "neutre". L'objectif de cours est de 213 dollars (-22% par rapport au dernier cours de clôture). Le conseil passe à "sous performance" contre "neutre".

  • "Les risques d'un reversement de tendance à long terme augmentent"

    La Bourse de New York  pourrait perdre entre 2,4 et 3% à l'ouverture, alors qu'à Wall Street comme en Europe la propagation du coronavirus hors de Chine inquiète les investisseurs.

    Le mouvement d'aversion pour le risque profite au dollar et à l'or et aux emprunts d'Etat dont les rendements reculent, hormis pour l'Italie qui a vu le rendement de sa dette à 10 ans brièvement dépasser 1%.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 2,5% pour le Dow Jones et le S&P-500 et de 2,8% pour le Nasdaq.

    "La séance du jour montre très clairement que les marchés ont été excessivement optimistes. Les risques que nous soyons sur le point de connaître un reversement de tendance à long terme augmentent".
    Teeuwe Mevissen
    Economiste senior chez Rabobank

  • Les marchés misent sur une réponse monétaire au risque sanitaire

    Les investisseurs parient sur une réponse monétaire de la part des grandes banques centrales aux inquiétudes grandissantes entourant la propagation de l'épidémie de coronavirus apparue en Chine, montrent les contrats à terme sur les taux d'intérêt des deux côtés de l'Atlantique.

    Les futures sur les taux au jour le jour Eonia en zone euro et sur les "fed funds" aux Etats-Unis montrent une hausse de la probabilité d'une baisse de taux de la part de la Banque centrale européenne (BCE) comme de la Réserve fédérale américaine.

    Les marchés monétaires de la zone euro évaluent désormais à environ 50% la probabilité que la BCE baisse ses taux de 10 points de base en juillet, contre 35% la semaine dernière.

    Aux Etats-Unis, les investisseurs évaluent à 18,8% la probabilité que la Fed baisse ses taux de 25 points de base lors de sa réunion de mars, contre 11,1% il y a une semaine et 3,8% il y a un mois, indique le baromètre FedWatch de CME Group.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les principales valeurs à suivre à Wall Street où les contrats à terme indiquent une ouverture en baisse de plus de 2,5%:

    Exxon Mobil, Chevron, Pepsico...

    * Exxon Mobil et Chevron reculent de plus de 3% en avant-Bourse dans le sillage de la chute des cours de brut, qui perdent autour de 4%, la propagation du coronavirus nourissant des craintes pour la demande chinoise en pétrole.

    * Altria perd plus de 2% en avant-Bourse après un abaissement d'objectif de cours par Jefferies, qui s'inquiète pour les produits de vapotage fabriqués par le géant du tabac après les avertissements lancés par le régulateur américain.

    * Mastercard prévoit d'embaucher 1.500 employés supplémentaires à Dublin au cours des trois à cinq prochaines années, triplant ainsi ses effectifs, a annoncé lundi le numéro deux mondial des cartes de paiements.

    * Blackstone Group - Le groupe de capital-investissement américain a annoncé lundi avoir relevé son offre sur la chaîne hôtelière japonaise Unizo Holdings à 6.000 yens (soit 53,8 dollars ou 48,8 euros) par action contre 5.600 yens, dépassant ainsi l'offre du fonds Lone Star.

    * Pepsico a annoncé lundi le rachat du groupe chinois de collations Be & Cheery pour 705 millions de dollars (651,6 millions d'euros).

     


  • Le point sur la tendance boursière - update 2

    1. Les investisseurs cèdent à la panique face à la propagation de l'épidémie de coronavirus hors de Chine.
    2. Les baisses avoisinent 4% en Europe mais Milan s'effondre de 5%.
    3. L'indice Bel20 chute de 3,8%, emmené par Galapagos (-6,3%).
    4. Les secteurs les plus exposés à la Chine dégustent, tourisme (-5,8%), minières (-5,54%) et automobiles (-4,8%) en tête.
    5. L'indice Ifo, meilleur qu'attendu en février, passe au second plan.
    6. Les valeurs refuges comme l'or très entourées.
    7. Wall Street signalée en baisse, de l'ordre de 2,7%.

  • La BCE lance une consultation publique pour sa revue stratégique

    La Banque centrale européenne a lancé sa campagne de consultation pour "écouter les attentes et préoccupations" du public sur la manière dont doit être menée la politique monétaire dans la zone euro.

    La BCE et les 19 banques centrales nationales de pays utilisant la monnaie unique "invitent les citoyens et les organisations de la zone euro à apporter leurs idées et commentaires" sur l'avenir de la politique monétaire "dans le cadre du Traité" sur le fonctionnement de l'Union européenne, selon un communiqué.

    "Nous voulons écouter les opinions, les attentes et les préoccupations du public avec un esprit ouvert", a déclaré la présidente de la BCE, Christine Lagarde, dans ce communiqué.

    Concrètement, l'institution va mettre en ligne un vade-mecum de la révision de stratégie et un formulaire en ligne que les citoyens pourront utiliser pour "soumettre des propositions et des commentaires dans les langues de la zone euro".

  • Les perspectives de PostNL pèsent également sur Bpost

    Les sombres perspectives pour 2020 du rival PostNL (-7,5%) pèsent sur Bpost qui lâche 4,14%

  • "Les perspectives de PostNL sont décevantes"

    Degroof Petercam considère les résultats annuels de PostNL comme satisfaisants, mais le broker s'interroge sur les perspectives pour 2020. "La perspective d'un bénéfice d'exploitation de 110 à 130 millions d'euros est bien inférieure aux prévisions que nous attendions", note l'analyste Frank Claassen.

    "Nous avons probablement sous-estimé le prix de la nouvelle législation néerlandaise sur l'emploi, qui rend le travail temporaire plus cher et sous-estime les charges de pension plus élevés. En outre, la croissance prévue des colis pour 2020 - 7 à 9% - est inférieure à la fois à nos attentes (11%) et aux propres prévisions de PostNL à moyen terme (14%).

    Maintenant que 2020 est sur le point de devenir une autre "année de transition", Claassen met entre parenthèses son objectif de cours de 2 euros. L'action perd 8% à 1,46 euro.

  • Le point sur la tendance boursière - update 1

    Les Bourses européennes chutent dans le sillage des marchés asiatiques, la propagation de l'épidémie de coronavirus coupant l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués. Si le rythme des nouvelles contaminations baisse en Chine, d'autres foyers se sont déclarés en Corée du Sud, en Iran et au Moyen-Orient ainsi qu'en Italie.

    Une pandémie, à savoir une épidémie globale avec plusieurs foyers distincts, paraît ainsi se dessiner, entraînant un net recul des actions et un repli vers les valeurs refuges comme les obligations d'Etat les plus sûres et l'or.

    Les replis varient entre 4% à Bruxelles et 3% à Londres. L'Euro Stoxx 500 et le DJ Stoxx 600 rétrogradent de l'ordre de 3,5%.

    La Bourse de Milan chute pour sa part de 4,31% après l'annonce par la Rai d'un quatrième décès en Italie, où les autorités s'efforcent de contenir la propagation du virus qui a contaminé plus de 150 personnes, confinant les localités les plus touchées et annulant ou reportant les manifestations publiques, comme le carnaval de Venise.

    "La crise sanitaire reste l'alpha et l'oméga du marché, qui notent que les indicateurs tombés au cours des dernières séances ont conduit les investisseurs à réévaluer à la hausse l'impact économique du virus. Tant que les banques centrales restent vigilantes, ce qui est le cas actuellement, nul risque de correction majeure à l'horizon."
    Les analystes de Saxo Banque

  • "Si le coronavirus devient une pandémie, l'Allemagne serait particulièrement touchée"

    L'indice Ifo allemand meilleur qu'attendu à 96,1 en février contre 96 en janvier pour la précédente publication et 95,3 attendu par le consensus. Le corona virus ne semble pour l'instant pas avoir affecté le moral des entrepreneurs allemands.

     

    L'Institut Ifo indique toutefois qu'un point de pourcentage de moins de croissance économique en Chine devrait se traduire par 0,1 point de pourcentage en moins de croissance en cours d'année. Et si le coronavirus devient une pandémie, l'Allemagne, en tant que nation exportatrice, serait particulièrement atteinte.

  • L'or grimpe vers les 1.700 dollars

    Le regain d'inquiétudes sur l'épidémie de coronavirus dope à nouveau l'or, qui se rapproche de la barre de 1.680 dollars l'once, à un plus haut depuis janvier 2013.

  • Le 30 ans US à un plus bas historique

    Les inquiétudes liées au coronavirus poussent les investisseurs sur la dette américaine, actif refuge par excellence. Le rendement des Treasuries à 30 ans touche un plus bas historique à 1,83% (-8,5 points de base) et celui des emprunts à 10 ans évolue désormais bien en deçà du seuil de 1,5%, à 1,384% (-8,7 points de base.

    En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans, référence pour la zone euro, abandonne près de cinq points de base pour tomber à -0,497% (-6,3 points de base).

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens dégringolent en début de matinée, les inquiétudes grandissant à travers le monde sur la propagation du coronavirus en dehors de Chine alors que les cas de contamination sont montés en flèche au cours du week-end en Corée du Sud, en Iran ainsi qu'en Italie.

    Les replis dépassent plus de 3% partout en Europe. La Bourse de Milan chute de plus de 4%.

    Tous les compartiments sont attaqués, avec en tête le secteur automobile (-4,6%), les minières (-4,6%) et les bancaires (-3,6%).

    A Bruxelles, l'indice Bel 20 s'enfonce de 3,4%, lesté par Aperam (-5,5%), Umicore (-4,7%), Barco (-4,6%) ou encore Solvay -4,3%). Hors Bel20, Avantium chute de 6,4%. Ascensio (+0,38%), Vastnet Retail Belgium (+0,67%) et Qrf (+1,24%) sont les seules valeurs en hausse.

    "Les investisseurs se rendent compte qu'il était trop tôt pour considérer les effets négatifs du coronavirus sur l'économie comme négligeables et limités."
    Milan Cutkovic
    Analyste chez AxiTrader

    Le bilan de l'épidémie de pneumonie virale a atteint lundi 2.592 morts en Chine continentale après l'annonce de 150 décès supplémentaires.

    L'Italie est devenu le premier pays européen à imposer des mesures de quarantaine dans une dizaine de communes du nord de la péninsule. Le Carnaval de Venise, qui devait se terminer mardi, a été annulé dès dimanche.

    La directrice du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva a estimé dimanche que le nouveau coronavirus mettait "en péril" la reprise de l'économie mondiale lors d'une réunion du G20 à Ryad.

  • KBC Securities sur PostNL

    L'analyste Alan Vandenberghe de KBC Securities réduit son conseil sur PostNL d'acheter à conserver et place son objectif de cours  "sous surveillance en vue d'une révision". En outre, l'action sort de la "Dynamic Top Pick List" de KBCS.

    Vandenberghe justifie sa décision par une génération de trésorerie décevante, un ralentissement de la croissance de l'activité colis par rapport à une activité intensive en capitaux.

  • Dégringolade à la Bourse de Milan

    L'indice FTSE MIB de la Bourse de Milan ouvre en baisse de 3,62%.

  • Francfort: -2,65%

    Inquiète du coronavirus, l'indice Dax de la Bourse de Francfort ouvre en forte baisse de 2,65%.

  • Easyjet: -13%

    Les valeurs du secteur aérien et le secteur du luxe parmi les plus fortes baisses en Europe. L'indice DJ Stoxx 600 "Travel & Leisure" dégringole de 4%.

  • |Opening bell|

    Les marchés européens ouvrent en net repli, face à la montée des inquiétudes concernant la propagation de l'épidémie de coronavirus hors de Chine qui fait peser un risque encore difficile à évaluer sur l'économie mondiale.

    Amsterdam: -2,42%
    Bruxelles: -2,27%
    Francfort: n.c.
    Paris: -2,49%

    Euro Stoxx 50: -1,79%
    DJ Stoxx 600: -1,57%

  • Briefing d'avant bourse

    Les Bourses européennes devraient ouvrir en nette baisse, dans le sillage des places en Asie et des futures sur les indices américains alors que les investisseurs s'inquiètent de la propagation de l'épidémie de coronavirus hors de Chine qui fait craindre un impact plus prononcé de cette crise sanitaire sur l'économie mondiale.

    Le CAC 40 parisien pourrait perdre 1,65% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 1,9% et le FTSE à Londres abandonnerait 1,3%.

    Les inquiétudes grandissent à travers le monde sur la propagation du coronavirus en dehors de Chine alors que les cas de contamination sont montés en flèche au cours du week-end en Corée du Sud, en Iran ainsi qu'en Italie.

    "Il y a beaucoup de mauvaises nouvelles sur le front du coronavirus avec un nombre total de nouveaux cas toujours en croissance."
    Shane Oliver
    Economiste chez AMP

    Face à l'ampleur de la crise, les grands argentiers des pays du G20 se sont engagés à surveiller l'impact du coronavirus sur la croissance économique mondiale et à agir si nécessaire, estimant qu'un assouplissement monétaire et une baisse des tensions commerciales devraient entraîner une rebond en 2020 et 2021.

    Dimanche, le président chinois Xi Jinping a prévenu que l'épidémie de coronavirus aurait "inévitablement un impact relativement important sur l'économie et la société", ajoutant que l'impact serait temporaire et contrôlable.tés en flèche au cours du week-end en Corée du Sud, en Iran ainsi qu'en Italie.

  • Nyrstar devient NYR Holding

    Nyrstar convoque ses actionnaires pour deux assemblées extraordinaires consécutives. A l'ordre du jour, essentiellement, la liquidation de la société et son changement de dénomination en NYR Holding.

  • Avantium cède des brevets

    Avantium a vendu un portefeuille de brevets bioaromatiques à l'Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée, TNO. La vente comprend à la fois des brevets et du savoir-faire pour des technologies qui produisent des bio-dérivés pour des polymères et des revêtements.

    Ces technologies n'entrent pas dans le champ stratégique d'Avantium et sont désormais développées par TNO.

    Aucun détail financier n'est publié.

  • Bénéfice trimestriel plus élevé pour PostNL

    PostNL a réalisé un "résultat opérationnel cash sous-jacent" de 79 millions d'euros sur un chiffre d'affaires de 843 millions d'euros au quatrième trimestre. Les attentes des analystes étaient respectivement de 72 et 826 millions d'euros.

    "Nous avons bien progressé dans nos projets de réduction des coûts pendant une année chargée. Nous prévoyons de reprendre le versement du dividende, temporairement suspendu en raison de l'impact du rachat de Sandd, d'ici 12 à 24 mois après la clôture de l'opération".
    Herna Verhagen
    PDG de PostNL

  • Au programme de la semaine: AB InBev, Greenyard, Solvay...

    La semaine prochaine sera encore riche en publications de résultats de sociétés. Pas moins de 17 sociétés cotées à la Bourse de Bruxelles se livreront à cet exercice, dont 4 font partie de la composition du Bel 20. Il s’agit de Solvay mercredi, AB InBev et Argenx le lendemain et AvH vendredi.

    Le marché des actions risque-t-il de jouer aux montagnes russes, alors que les chiffres d’AB InBev comptent parmi les plus attendus? Le premier brasseur au monde pourrait dévoiler une belle progression de son bénéfice par action à 4,08 euros, sans toutefois modifier le montant de son dividende final de 1 euro par action selon des prévisions données par Bloomberg sur la base d’avis d’analystes.

    Les résultats de Solvay seront aussi parmi les plus suivis. Toujours d’après Bloomberg, le bénéfice par action pourrait accuser un recul de 18,8% à 8,94 euros, mais le montant du dividende final passer de 2,31 à 2,40 euros.

    Parmi les autres résultats d’entreprises programmés à Bruxelles, citons entre autres Greenyard (mardi), MDxHealth , Shurgard et AholdDelhaize (mercredi), Van De Velde et Solvac (jeudi), CFE , Recticel , VGP et Texaf (vendredi). Au registre des entreprises étrangères, il y a Carrefour, Engie et Saint-Gobain jeudi.

  • Jefferies vise plus haut pour Galapagos

    Jefferies relève son objectif de cours sur Galapagos de 170 à 225 euros. La recommandation de "conserver" est maintenue.

    Galapagos a clôturé vendredi à 249,50 euros.

  • Warren Buffett défend ses investissements dans des sociétés comme Apple

    Warren Buffett a défendu samedi la décision de Berkshire Hathaway Inc d'investir massivement dans des actions de sociétés telles qu'Apple , tout en donnant de nouvelles précisions sur la façon dont Berkshire Hathaway s'est préparé pour son décès, dans une lettre annuelle aux actionnaires publiée sur le site de la société.

    Cette lettre, largement lue à Wall Street, a été publiée alors que Berkshire Hathaway a dégagé un bénéfice record de 81,42 milliards de dollars pour l'année, soit presque le double de son précédent record de 2017, principalement en raison de modifications des règles comptables sur la détention de titres détenus en portefeuille.

    Pour autant, l'action Berkshire Hathaway a sous-performé le marché boursier américain en gagnant 11,7% au cours des 12 derniers mois, contre 20,3% pour l'indice S&P 500 sur la même période.

    Le titre affiche une hausse de 1,3% depuis le 1er janvier.

  • La propagation du coronavirus enfonce les marchés

    L'émergence de nouveaux foyers d'infection au coronavirus en dehors de Chine - en Corée du Sud, en Italie et en Iran - alimente les craintes d'une pandémie globale et plombe les marchés ce matin.

    La Bourse de Séoul dégringole de 3,8%, celle de Hong Kong lâche 1,57% et le CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises abandonne 0,30%.

    En Europe, les marchés sont attendus en forte baisse, de 2% pour l'Euro Stoxx 50, de 1,20% à Londres et de 1,8% à Francfort.

    Wall Street est signalé en recul de 1,4% pour le Dow Jones et de 1,8% pour le Nasdaq.

    Le baril de pétrole Brent cède plus de 2%.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés