1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le Dow Jones cède du terrain à New York

Wall Street a terminé en ordre dispersé ce lundi, le Dow perdant 0,62%. A la Bourse de Bruxelles, l'annonce de 3 nouveaux contrats pour IBA fait bondir l'action de cet équipementier médical.
  • Fin du live

    Le live se termine ici. On se retrouve demain pour la publication des résultats annuels de bpost à la clôture de la Bourse de Bruxelles! 

  • Le Dow Jones plombé par les industrielles

    Wall Street a terminé en ordre dispersé ce lundi à New York, après une ouverture en hausse. L’indice Dow Jones a perdu des plumes, inquiété par l’impact de la décision de Donald Trump de taxer l’acier et l’aluminium. Décision qui a fait pression sur les actions des grandes sociétés industrielles US comme Caterpillar (-2,37% à 154,50 dollars) et Boeing (-2,92% à 344,19 dollars).

    Le Dow Jones a cédé 0,62% à 25.178,61 points, le S&P 500 a reculé de 0,13% à 2.783,02 points et le Nasdaq a marqué une belle progression de 0,36% à 7.588,32 points.

    L’action du groupe américain de vidéos en ligne Netflix, coté sur le Nasdaq, a abandonné 3,06% à 321,30 dollars après que le groupe ait été pris pour cible par le site web Citron Research, qui a manifesté des doutes concernant sa capacité à maintenir, sur le long terme, ses investissements à leur niveau actuel. Malgré ce net repli, l’action de Netflix affiche une hausse de plus de 70% depuis début 2018.

    Broadcom, dont la fusion avec son rival américain Qualcomm suscite les réticences des autorités américaines, a pris 3,57% à 262,84 dollars.

  • Wall Street clôture en ordre dispersé

    → Dow Jones -0,62% à 25.178,61

    → S&P 500 -0,13% à 2.783,02

    → Nasdaq +0,36% à 7.588,32 

  • Baisse de 1% du pétrole new yorkais

    Les cours du pétrole ont terminé en baisse ce lundi à New York, les investisseurs s'inquiétant des perspectives de hausse de l'offre aux Etats-Unis, du maintien par l'Opep de sa discipline de production et de positions sur les marchés à terme suggérant un renforcement de la pression vendeuse.

    Le contrat avril sur le brut léger américain (West TexasIntermediate, WTI) a perdu 68 cents, soit 1,1%, à 61,36dollars le baril.

    Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 54cents (0,82%) à 64,95 dollars.

  • Le Bel 20 au plus haut depuis début février

    La tendance a été indécise à la Bourse de Bruxelles. Les gains l’ont néanmoins emporté. Ce qui a permis à l’indice Bel 20 d’engranger des gains pour la 6e séance de suite. Il a gagné 0,39% pour s’établir à 4.002,47 points.

    Le Bel 20 Il est ainsi revenu à son niveau qu'il avait abandonné début. La bonne tenue de poids lourds de la cote tels qu’AB InBev (+ 0,94% à 94,15 euros) et Umicore (+ 2,25% à 45,80 euros) continuent de soutenir la remontée du Bel 20. Une remontée qui a été malgré tout été freinée par le recul d’Aperam (-2,33% à 39,81 euros) et de Proximus (-0,67% à 26,59 euros).

    Bpost qui avait déjà gagné 2% la semaine dernière a encore pris 0,58% à 27,92 euros. Le postier belge publiera après la clôture de mardi ses résultats pour son exercice 2017. Après avoir regagné près de 7% lors des deux dernières séances de la semaine passée, Ontex paraît vouloir marquer une pause. Le titre a limité ses gains à 0,26% à 23,10 euros.

    Agfa-Gevaert chute encore

    En dehors du Bel 20, IBA a bondi de 13,15% à 22,20 euros. L’équipementier médical a signé trois nouveaux contrats avec Proton Partners International (PPI), afin d’installer trois solutions compactes de protonthérapie Proteus ONE au Royaume-Uni. Le prix d’un contrat varie entre 35 et 40 millions d’euros.

    Ahold Delhaize a pris 0,1% à 18,22 euros. Le distributeur a effectué un retour sur le marché primaire de la dette syndiquée pour un montant de total de 800 millions d’euros. Lors de cette opération réservée aux investisseurs institutionnels et pour laquelle la demande s’est élevée à 2,5 milliards, il a offert du papier à 3 ans et 8 ans.

    Après avoir perdu 5% juste à la veille du week-end, Agfa-Gevaert a encore cédé 4,1% pour tomber à son plus bas niveau depuis décembre 2016, à 3,51 euros. Le groupe d’imagerie médicale anversois souffre toujours de la publication le mercredi 7 mars de résultats qui ont déçu pour 2017. Ceux-ci ont notamment fait apparaître une chute de 18,8% du bénéfice opérationnel.

    Ailleurs en Europe, les gains ont aussi dominé. L'indice Stoxx 600 a grappillé 0,25% à 379,2 points.

    En exergue, le secteur des "utilities" a sensiblement relevé la tête (Voir par ailleurs). Innogy s'est adjugé 12,08% à 38,7 euros, RWE 9,2% à 19,65 euros et E.On 5,36% à 8,90 euros. 34,2 millions de titres RWE ont changé de mains contre une moyenne quotidienne de 6 millions depuis janvier.

  • Netflix "shorté"

    Netflix est pris pour cible par le site internet Citron Research, influent spécialiste de la vente à découvert, qui a exprimé des doutes sur sa capacité à maintenir ses investissements à leur niveau actuel.

    L'action du groupe américain de vidéo en ligne accusait à mi-séance une perte de 2,29% à 323,8 dollars à Wall Street. Au même moment,
    l'indice Nasdaq Composite progressait de 0,4%.

    "Il se passe des choses de plus en plus étranges chez Netflix", a estimé Citron Research dans un message publié sur Twitter et relayé par Reuters, en référence à la série "Stranger Things", l'un des récents succès du groupe. "Citron pense que la valeur peut être shortée' à 300 dollars. Les dépenses dans les contenus ne sont pas tenables sur le long terme."

  • Succès pour une émission de bons du Trésor US

    Une émission obligataire à  3 ans s'est soldée sur un succès aux Etats-Unis. Les souscriptions ont permis de lever 28 milliards de dollars à 3 ans. Le rendement de ce papier s'est élevé à 2,436%, au plus haut depuis mai 2007.

    La demande a été 2,9 fois plus importante que l'offre.

  • Les principaux actionnaires de RWE d'accord sur le projet avec E.On

    Les actionnaires municipaux de RWE, qui contrôlent ensemble environ 23% du capital du groupe énergétique allemand, ont salué lundi le projet d'échanges d'actifs avec le concurrent E.ON, qui, s'il aboutit, devrait conduire au démantèlement d'Innogy , jusqu'à présent filiale de RWE.

    "D'un point de vue municipal, la transaction envisagée entre RWE et E.ON est perçue de manière positive, aussi bien du point
    de vue stratégique que financier", écrit la VkA, la fédération des actionnaires municipaux allemands, dans un communiqué cité par Reuters.

    Cette dernière avait pourtant exprimé la semaine dernière son opposition à une éventuelle vente par RWE de sa participation majoritaire dans Innogy mais l'opération finalement conclue avec E.ON est beaucoup plus  complexe qu'une simple cession et elle va orienter RWE vers les énergies renouvelables. Elle a en outre été conclue avec un partenaire allemand.

    Vers 16h, l'action RWE affichait un bond de 10% à 19,80 euros à la Bourse de Francfort. Celles d'E.On gagnait 3,96% à 8,78 euros et d'Innogy 12,8% à 38,96 euros.

  • Le Nasdaq au sommet

    Plus d'une heure après l'ouverture de la séance, l'indice Dow Jones accusait une baisse insignifiante de 0,11% à 25.308,35 points. A l'ouverture, il était monté jusqu'à 25.449 points.

    Pour sa part, le S&P 500 montait tout juste de 0,06% à 2.788,26 points.  Sur le Nasdaq, le Composite pulvérisait son précédent record de clôture. Il gagnait 0,58% à 7.597,19 points.

    Meilleure performance dans le Dow Jones, General Electric progresse de 1,5% à 15,16 dollars. Suivent Goldman Sachs (+1,3% à 274,3 points) et ExxonMobil (+1,1% à 75,37 dollars).

    Goldman Sachs a annoncé le prochain départ de Harvey Schwartz, ce qui devrait laisser la voie libre à l'autre co-président et directeur général délégué, David Solomon, pour prendre seul les rênes de la banque américaine.

    Dans le bas de l'échelle, on trouve United Technologies (-0,96% à 132,78 dollars), Boeing (-1,02% à 35,09 dollars) et Intel (-2,17% à 51,06 dollars. Intel n'écarterait pas l'idée d'un rachat de Broadcom. Qualcomm que Broadcom tente de racheter, cède 0,75% à 62,6 dollars, mais Broadcom gagne 2,7% à 260,6 dollars.0,18%.

    Toujours dans l'actualité des fusions-acquisitions, Oclaro, spécialiste des composants optiques, bondit de 24,97% après l'annonce de son rachat par Lumentum (+4,53%) pour 1,7 milliard de dollars.

  • Dropbox espère lever jusqu'à 748 millions de dollars

    La société de stockage de données en ligne Dropbox espère lever jusqu'à 748 millions de dollars via son entrée en Bourse et un autre placement privé, selon une version actualisée de son projet d'introduction en Bourse rendue publique.

    L'entreprise va émettre 36 millions d'actions de classe A à un prix compris entre 16 et 18 dollars, espérant lever ainsi jusqu'à 648 millions de dollars, selon le document publié sur le site du gendarme boursier américain SEC. L'opération serait ainsi une des plus importantes introductions en Bourse depuis Snapchat en mars 2017.

    Dropbox a également prévu de vendre pour 100 millions de dollars d'actions à la branche capital-risque de la société de services de "cloud" Salesforce, via un placement privé, selon ce document. Selon un calcul de l'agence Bloomberg, Dropbox serait valorisée autour de 7,1 milliards de dollars, soit moins qu'après son dernier tour de table réalisé en 2014, où elle était valorisée autour de 10 milliards de dollars.

  • * Les valeurs à suivre à Wall Street *

    * INTEL, BROADCOM, QUALCOM - Intel s'est déclaré concentré sur l'intégration de ses récentes acquisitions, en réaction à un article du Wall Street Journal selon lequel il réfléchirait à une offre sur Broadcom. Ce dernier a par ailleurs annoncé lundi que son siège social devrait être rapatrié aux Etats-Unis d'ici au 3 avril, soit deux jours avant l'assemblée générale de Qualcomm, qu'il tente de racheter. Le titre Broadcom prend 3,4% en avant-Bourse.

    * DOWDUPONT a annoncé lundi qu'Andrew Liveris quitterait son poste de président exécutif du premier groupe chimique mondial le 1er avril et serait remplacé par Jeff Fettig.

    * GENERAL ELECTRIC réfléchit à la vente d'une activité d'ingénierie électrique que le conglomérat industriel américain avait acquis en 2011 pour 3,2 milliards de dollars (2,6 milliards d'euros), a-t-on appris de quatre sources informées du projet.

    * OCLARO, spécialiste de la technologie optique, prend plus de 25% en avant-Bourse après l'annonce de son rachat par LUMENTUM pour 1,7 milliard de dollars (1,38 milliard d'euros).

    * BIOGEN a annoncé lundi le rachat à PFIZER d'un traitement expérimental de la déficience cognitive, un symptôme associé à la schizophrénie pour un montant susceptible d'atteindre 600 millions de dollars, une opération qui marque l'entrée de Biogen sur le marché de la neuropsychiatrie.

    * CLOROX a annoncé lundi le rachat pour 700 millions de dollars de Nutranext, un spécialistes des vitamines, afin de renforcer sa position sur le marché des compléments alimentaires.

    * REGENERON PHARMACEUTICALS prend 2,1% en avant-Bourse après l'annonce des résultats encourageants d'une étude sur le Praluent, le traitement du cholestérol que le laboratoire américain développe avec le français Sanofi .

    * TESLA a annoncé avoir suspendu la production de sa Model 3 du 20 au 24 février afin d'améliorer l'efficacité des équipements de production de sa nouvelle voiture électrique compacte.

    * TIME WARNER - UBS relève sa recommandation à "acheter" contre "neutre".

    * MERCK & CO - Leerink relève sa recommandation à "surperformance" contre "performance de marché".

    * MATTEL - Barclays abaisse son conseil à "sous-performance" contre "performance de marché".

    * CAMPBELL SOUP est certes confronté à d'importants défi mais le cours de l'action, tombé au début du mois au plus bas depuis 2014, pourrait représenter une bonne opportunité d'investissement, estime l'hebdomadaire boursier Barron's, évoquant une décote "trop importante pour être ignorée".

  • Schaeffler vise une conversion d'actions pour renforcer ses finances

    La famille propriétaire de l'équipementier automobile allemand Schaeffler   veut convertir environ un quart du capital du groupe en actions sans droit de vote, une opération destinée à renforcer son assise financière.

    Le directoire et le conseil de surveillance du groupe familial vont demander aux actionnaires, lors de l'assemblée générale le 20 mars, d'approuver la conversion de 166 millions d'actions ordinaires avec droit de vote en actions privilégiées, a déclaré l'entreprise lundi. Schaeffler a indiqué que cette conversion n'entraînerait pas d'augmentation de capital mais n'a pas donné plus de détails.

  • Thomson Reuters lance un indicateur de sentiment sur le bitcoin

    Thomson Reuters a annoncé le lancement d'un indicateur de sentiment de marché sur le bitcoin en association avec le cabinet d'études spécialisé sur l'économie comportementale MarketPsych Data.

    Cet indicateur sera calculé sur la base d'une surveillance de 400 sites internet et comptes dédiés aux cryptomonnaies sur les réseaux sociaux, a précisé Thomson Reuters dans un communiqué.

  • "L'euro continue sa consolidation face au dollar à court terme, se situant entre 1,20 et 1,25 bien que les récents développements ont été mitigés pour la monnaie unique". Du côté positif, il y a eu la "formation de la nouvelle coalition gouvernementale en Allemagne et le renforcement de la reprise économique en zone euro. Ceci renforce la confiance de la Banque centrale européenne sur le fait que l'objectif d'inflation sera atteint à moyen terme".
    Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ

  • Galapagos en tête du Bel 20

    L'action Galapagos   bondit d'environ 5% - en tête du Bel 20 - sans raison particulière. Comme expliqué dans le briefing actions, c'est tout le secteur biotech qui est plébiscité ce lundi.

  • Le grossiste B&S valorisé jusqu'à 1,49 milliard pour son IPO

    B&S Group, société de logistique et de commerce de gros, a annoncé qu'il introduirait à la Bourse d'Amsterdam environ 33% de son capital, à un prix qui valorise le groupe entre 1,22 milliard et 1,49 milliard d'euros.

    Dans un communiqué de presse, B&S précise avoir fixé le prix de sa fourchette indicative entre 14,50 et 17,75 euros par action et que la période de souscription courra de mardi jusqu'au 22 mars.

  • Jefferies reprend le suivi d'IBA

    La banque d'investissement américaine Jefferies a repris le suivi d'IBA  avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours fixé à 31,40 euros. Soit un potentiel de hausse de 60% par rapport au cours de vendredi soir.

  • NIBC refait son entrée en bourse le 23 mars prochain

    La banque d'affaires NIBC refera son entrée à la Bourse d'Amsterdam le 23 mars prochain. Les actuels détenteurs de la banque d'affaires de La Haye proposeront maximum 30% des parts.

    Le prix d'introduction situé entre 8,75 et 10,25 euros par action pourrait rapporter jusqu'à 450 millions d'euros. Au total, près de 38 millions d'actions seront introduites sur le marché la semaine prochaine, dont maximum 10% seront réservés aux investisseurs particuliers néerlandais. En cas de grand intérêt, les banques participantes pourront élargir l'offre à 44 millions d'actions.

    La banque NIBC vaut au total entre 1,3 et 1,5 milliard d'euros.

  • "Les marchés poussent à la hausse après les chiffres impressionnants de l'emploi américain"
    Aurel BGC

  • Novartis revoit sa gouvernance

    Le nouveau directeur général de Novartis Vas Narasimhan remanie la direction du laboratoire suisse après la démission de son président des opérations André Wyss et de trois autres dirigeants, dont le chef des activités numériques.

    Novartis a nommé dans le même temps trois dirigeants du groupe au comité exécutif (ECN): Steffen Lang, chef des opérations techniques, Shannon Klinger, chef de l'éthique et Bertrand Bodson, directeur des activités numériques, un expert en distribution embauché l'an dernier pour améliorer l'usage des données dans la découverte et le développement de médicaments.

  • Melrose relève son offre "définitive" sur GKN

    Le spécialiste du redressement d'entreprises Melrose Industries   a relevé ce lundi son offre non sollicitée sur GKN   à 8,1 milliards de livres (9,1 milliards d'euros), en augmentant la partie en actions, alors que la société d'ingénierie britannique a conclu un accord de son côté la semaine dernière pour tenter de résister au projet de son compatriote.

    Melrose propose 81 pence en numéraire par titre GKN, soit un montant identique à celui de l'offre précédente, plus 1,69 nouvelle action Melrose, contre 1,49 action auparavant. Melrose a précisé que cette nouvelle offre améliorée par rapport à la précédente, qui était à 7,4 milliards de livres, est sa dernière proposition, aucune nouvelle amélioration n'étant envisagée quelques soient les circonstances.

  • L'IPO du géant Aramco repoussée à 2019

    L'Arabie Saoudite va repousser à 2019 l'entrée en Bourse géante du groupe public pétrolier Aramco, initialement prévue cette année et qui suscite l'appétit des grandes places financières mondiales, révèle le Financial Times.

    Le quotidien explique que des responsables britanniques ont été tenus au courant de cette décision par les Saoudiens, concernant l'entrée en Bourse la plus importante jamais réalisée par une entreprise et qui serait ralentie par des doutes sur sa valorisation. Plusieurs sources ont indiqué au FT que le groupe saoudien pourrait être valorisé 2.000 milliards de dollars et que Londres avait encore de bonnes chances de participer à l'opération.

  • RWE et E.ON bouleversent le secteur énergétique allemand

    RWE   et E.ON   se sont entendus dimanche sur des échanges d'actifs complexes impliquant notamment Innogy   dans le cadre d'une opération qui bouleverse le secteur de l'énergie en Allemagne. Premier producteur d'électricité en Allemagne, RWE va céder à E.ON sa participation majoritaire dans Innogy, dont la capitalisation boursière s'élevait vendredi à 19 milliards d'euros.

    Il va parallèlement prendre une participation minoritaire dans E.ON et récupérer les actifs dans les énergies renouvelables aussi bien d'E.ON que d'Innogy, ont annoncé les deux groupes dans des communiqués publiés dans la nuit de samedi à dimanche. E.ON a précisé qu'il allait soumettre une offre sur la participation de 76,8% de RWE dans Innogy au prix de 40 euros par action en numéraire.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +0,57%

    AEX +0,49%

    CAC 40 +0,44%

    STOXX Europe 600 +0,36%

  • Les nouvelles notes chez KBC Securities

    Plusieurs changements chez KBC Securities:

    • La note sur Picanol   passe de "conserver" à "accumuler";
    • Le broker n'est plus à l'achat sur RealDolmen  . La recommandation est fixée à "conserver";
    • L'objectif de cours pour Option   baisse à 0,03 euro, contre 0,04 euro auparavant
  • Changement de recommandation pour AB InBev

    Le courtier Bernstein a relevé sa recommandation sur AB InBev   à "surperformer" contre "performance en ligne"

  • L'euro monte un peu face au dollar dans un marché hésitant

    L'euro   grimpe un peu face au dollar lundi dans un marché hésitant après un solide rapport sur l'emploi américain alors que les investisseurs digéraient l'impact d'un éventuel sommet entre les États-Unis et la Corée du nord.

    Selon les chiffres mensuels du département du Travail, les États-Unis ont créé 313.000 emplois en février, l'augmentation la plus forte en un an et demi mais dans le même temps, les salaires ont à peine augmenté. Or "un ralentissement de la croissance des salaires pourrait remettre en question le rythme des hausses de taux de la Fed (Réserve fédérale américaine)", ont prévenu les analystes de FxPro. Cette perspective est de nature à peser sur le dollar car la hausse des taux de la Fed le rend plus rémunérateur.

    Les investisseurs s'interrogeaient également sur les signes d'un apaisement des tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord qui contribuent à créer un environnement plus favorable à la prise de risque. "Il est difficile de prendre des positions car il y a de l'incertitude autour du sommet prévu entre les États-Unis et la Corée du Nord", a déclaré Masakazu Satou, analyste de Gaitame. En outre, selon lui, la confirmation jeudi dernier de prochaines taxes américaines sur l'acier et l'aluminium et les craintes d'une guerre commerciale mondiale ont poussé les investisseurs à la prudence.

    ©AFP

  • À l'agenda cette semaine

    La décision de Donald Trump de taxer les importations d'acier et d'aluminium, qui a poussé à la démission son principal conseiller économique Gary Cohn, a prouvé la détermination du Président américain à mettre en oeuvre son programme "America First". Pris de court, les investisseurs tentent désormais d'évaluer la probabilité d'une guerre commerciale de grande ampleur qui viendrait freiner la croissance économique mondiale et son impact sur les marchés.

    Mais la probabilité d'un tel risque, et l'ampleur de son impact sur les marchés, dépendra essentiellement de la réponse apportée par les partenaires commerciaux des Etats-Unis. La Chine et l'Union européenne ont d'ores et déjà prévenu qu'elles prendraient les mesures appropriées si nécessaire.

    L'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) publiera mercredi son rapport mensuel.

    Du côté des sociétés cotées, de nombreux résultats annuels sont attendus. La compagnie d'électricité allemande RWE publiera ses résultats mardi. À Bruxelles, bpost   annoncera aussi ses résultats. Mercredi, le fabricant de vêtements de sport Adidas et la compagnie d'assurances Prudential donneront leurs chiffres annuels, tout comme Inditex (Zara) et Swatch Group.

    Jeudi, la holding GBL   annoncera ses résultats annuels, ainsi que la compagnie aérienne allemande Lufthansa et les compagnies d'assurances Munich Re et Generali. Vendredi, les chiffres définitifs de l'inflation dans la zone euro en février seront publiés.

  • L'Europe boursière devrait débuter la semaine sur une note positive

    Les principales Bourses européennes sont attendues en légère hausse ce lundi à l'ouverture après une fin de semaine dernière déjà dynamique, les investisseurs ayant salué les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis qui ont permis de raviver le scénario, très favorable aux marchés d'actions, d'une croissance vigoureuse et d'une inflation contenue.

    • D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner 0,4% à l'ouverture, le Dax à Francfort progresserait de 0,4% et le FTSE à Londres grappillerait 0,04%.

    Les marchés d'actions européens avaient déjà fini dans le vert vendredi, après l'annonce d'un nombre de créations de postes bien plus élevé que prévu en février aux Etats-Unis, ce qui confirme la solidité de l'économie américaine. Dans le même temps, la hausse des salaires a ralenti le mois dernier, ce qui a tempéré les craintes d'une vive accélération de l'inflation susceptible de provoquer une resserrement monétaire plus prononcé que prévu.

    Sur le marché des changes, l'indice dollar, qui mesure l'évolution du billet vert face à un panier de devises de référence, évolue sur une note stable après avoir profité de la publication, vendredi, du rapport américain sur l'emploi. "En réalité, le marché réagit peut-être trop à un simple rapport sur l'emploi", préviennent les analystes de JPMorgan. "Une prévision de quatre hausses de taux (de la Fed) le 21 mars a peut-être été évitée, mais le marché du travail se montre de plus en plus tendu et cela se traduira inévitablement par une hausse des pressions salariales".

    Le billet vert a également été soutenu en fin de semaine dernière par l'annonce de la mise en oeuvre dans une dizaine de jours des droits de douane aux Etats-Unis sur l'acier et l'aluminium, la perceptive de possibles exemptions ayant rassuré en partie les investisseurs.

    Le regain d'appétit pour le risque a aussi bénéficié aux cours du pétrole, soutenus également par l'annonce, vendredi, d'une baisse du nombre de puits en forés aux Etats-Unis selon le décompte du groupe de services pétroliers Baker Hughes. Le baril de Brent se stabilise lundi autour de 65,50 dollars, après avoir bondi vendredi de plus de 3% sur le marché Nymex. Le baril de brut léger américain (WTI) est revenu sur le seuil de 62 dollars.

  • Un nouveau broker s'intéresse à Aperam

    La banque américaine Morgan Stanley a démarré le suivi d'Aperam  , avec une recommandation à "pondération en ligne" et un objectif de cours fixé à 40 euros.

    Dans une note sectorielle, ses analystes estiment qu'Aperam a été un exemple de bonne répartition du capital, bien que le bilan net soit désormais exposé au risque d'une augmentation des dépenses.

  • Option a réduit sa perte nette en 2017

    La société Option   a publié vendredi soir ses résultats annuels, annonçant notamment un bond de 25% de ses revenus. Ils ont atteint 5,2 millions d'euros en 2017 contre 4,2 millions un an auparavant.

    Sa perte nette a été réduite à 959.000 euros (soit 0.003 euro par action) contre 7,9 millions en 2016 (soit 0.08 euro par action). L'EBITDA reste également dans le rouge, à -1,4 million contre 4,3 millions l'année précédente. Lire le communiqué

  • Asit Biotech publie un nouvel article dans une revue scientifique

    La société Asit Biotech   a annoncé avoir publié un nouvel article dans la prestigieuse revue scientifique Allergy, le journal officiel de l'Académie européenne d'allergie et d'immunologie clinique (EAACI).

    Ce nouvel article présente les résultats de l'essai clinique de phase III visant à évaluer l'efficacité clinique du produit gp-ASIT+ pour le traitement immunothérapique de la rhinite induite par le pollen de graminées. Ces résultats ont montré qu'un traitement de courte durée par gp-ASIT+ (4 visites médicales sur 3 semaines) a induit une réduction convaincante et statistiquement significative du score combiné des symptômes et de la prise de médicaments lors d'une exposition naturelle aux pollens de graminées. Lien vers le communiqué

  • IBA annonce la signature de trois nouveaux contrats

    La société néo-louvaniste IBA   a annoncé avoir signé trois nouveaux contrats avec Proton Partners International (PPI) afin d'installer trois solutions compactes de protonthérapie Proteus®ONE au Royaume-Uni. Cescontrats sont sous réserve de financement.

    Ces centres seront les septième, huitième et neuvième installations d’IBA pour PPI. À ce jour, IBA a vendu 50 centres de protonthérapie dans le monde dont 21 solutions compactes à salle unique Proteus®ONE.

    Le prix habituel d’une solution Proteus®ONE comprenant un contrat de maintenance varie entre 35 et 40 millions d'euros. Lien vers le communiqué

  • Les monétaires profitent à plein des incertitudes

    Les fonds monétaires font le plein dans un climat d'incertitude alimenté par les velléités protectionnistes de la Maison blanche et le changement de régime des politiques monétaires, montre une étude hebdomadaire publiée vendredi par Bank of America Merrill Lynch Global Research. Signe de l'attentisme des investisseurs, les flux sur les fonds actions et obligataires - toutes catégories confondues dans les deux cas - ont été très faibles sur la semaine au 7 mars.

    Les premiers ont enregistré des sorties de 400 millions de dollars (325,4 millions d'euros) et les rachats nets ont porté sur 100 millions de dollars pour les seconds, selon cette étude qui reprend des données d'EPFR Global, société de recherche spécialisée dans le suivi des flux de souscription des grandes sociétés internationales de gestion.

    En revanche, les fonds monétaires ont engrangé un peu plus de 20,4 milliards de dollars sur la période sous revue portant leur collecte sur les six derniers mois à 260 milliards de dollars pour un encours total de 2.900 milliards de dollars, au plus haut depuis 2010.

    Au sein des fonds actions, ceux dédiés aux valeurs américaines ont subi des rachats massifs, à hauteur de 10,3 milliards de dollars alors que les fonds en actions japonaises ont bénéficié de souscriptions nettes pour une quatorzième semaine consécutive et à hauteur de 4,1 milliards de dollars. La collecte nette sur les fonds en actions européennes n'a été que de 100 millions de dollars tandis qu'elle a atteint 800 millions sur les fonds en actions émergentes.

  • La Bourse de Tokyo en nette hausse

    La Bourse de Tokyo a clôturé en nette hausse ce lundi, portée notamment par les valeurs technologiques dans le sillage du record du Nasdaq vendredi à Wall Street. L'indice Nikkei a gagné 354,83 points (+1,65%) à 21.824,03 points et le Topix, plus large, a pris 25,82 points (+1,51%) à 1.741,30 points.

    Le marchés d'actions nippon a été peu sensible aux remous politiques entourant le Premier ministre Shinzo Abe et aux soupçons de favoritisme dans la vente d'un terrain.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Et bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce lundi 12 mars 2018.

    ©BELGAIMAGE

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés